>
>
GC > Dishonored, interview de Raphael Colantonio et Harvey Smith

GC > Dishonored, interview de Raphael Colantonio et Harvey Smith

Les créateurs en révèlent plus sur la surprise du salon
Par Grégory Szriftgiser - publié le
Image

L'univers et l'histoire de Dishonored


Parlons un peu plus de l'univers et du personnage. Dites m'en plus sur l'histoire, ce qu'incarne le joueur et comment il se retrouve là...

Harvey : Vous jouez l'ancien garde du corps de l'impératrice, particulièrement respecté, et vous retrouvez accusé à tort de son meurtre. donc on vous dévoile le monde avant, au moment où la peste des rats commence à éclater, et ensuite, lorsque la peste a vraiment écrasé la ville, qu'un nouveau leader a pris le pouvoir, et que vous avez été déshonoré. Votre nom est Corvo.

Il y a peu de temps, il a été découvert que l'huile extraite des baleines était de grande valeur. Elle a permis de déclencher cette révolution industrielle alternative, avec ces machines sécuritaires à la Tesla, par exemple. Une bonne partie du jeu a à voir avec la peste, le gouvernement, et la nouvelle révolution industrielle. Et puis il y a aussi une couche dont n'avons pas parlé : la religion dans le jeu et la superstition. Ce n'est pas notre Terre, donc il n'y a pas de Paradis, pas d'Enfer, pas de Dieu, pas de Diable. Il y a cependant ce personnage, qu'on appelle l'étranger (the Outsider), et qui est un mélange de toutes ces choses. Quand vous mourrez, vous n'allez pas dans un lieu de récompense, votre récompense est que vous cessez d'exister...

Et c'est une récompense, ça ?

Raphael : Héhé...

Harvey : Oui ! Et de l'autre côté, si vous avez vécu votre vie en dehors de l'équilibre, vous errerez sur Terre pour toujours. Voici en gros l'idée. Donc il y a cette organisation, appelée les Overseers, L'Armée de l'Homme Ordinaire, qui prêche et met en garde sans arrêt au sujet de l'Outsider. Le joueur tire ses pouvoirs surnaturels de l'Outsider, qui se montre à des individus cruciaux. Des individus en marge. Cela s'inscrit aussi dans le système de Chaos (voir nos impressions sur Dishonored, ndlr) jusqu'à un certain point, lequel détermine certains événements se déroulant en jeu. Voilà, donc, un petit échantillon de la fiction derrière le monde.


L'univers de Dishonored semble assez noir et tragique.

Puisqu'on parle du système de Chaos, est-ce que le joueur sera susceptible de ne pas avoir accès à certaines séquences du jeu, suivant que le chaos est trop ou pas assez élevé ? Ce chaos n'aura-t-il pas tendance à rendre le jeu de plus en plus difficile comparé à quelqu'un qui opte pour une approche complètement furtive peu génératrice de chaos ?

Raphael : Certains de ces changements sont de petits éléments de gameplay, comme le fait qu'il y ait plus de rats [si le chaos est élevé], mais occasionnellement, il y aura des mini-embranchements. Par exemple, si votre chaos et trop élevé, ce type vous trahit, ce qui change le contenu de la mission d'après, que vous commencerez à un autre endroit. Donc on pourrait dire en quelques sortes que cela vous fait passer à côté de quelque chose, que vous pourriez voir en jouant différemment votre prochaine partie. Il y a bien de petits embranchements comme cela qui découlent du montant de chaos.

Mais tout se résout en une seule histoire avec une seule fin ?

Harvey : Non, plusieurs fins. Le chaos induit des changements systémiques : il y aura plus de reapers dans les rues, plus de rats, plus de gardes, puis il y a ces mini-branches comme l'expliquait Raph, comme ce type qui vous trahit au lieu de s'allier avec vous, Celui-ci vous crie dessus au lieu de vous récompenser, ou bien, dans la situation opposée, tel autre type qui est content de votre chaos élevé (i.e. de votre comportement), disant "vous leur avez donné ce qu'ils méritaient !". Puis à la fin, il y a plusieurs issues. C'est un mélange de plusieurs types d'approches différentes pour faire que le joueur sente qu'il influence autant de choses que nous pouvons le lui permettre.

La rédaction vous recommande

16 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (16)