>
>
Interview de Féfé, coach de Paris Eternal : SoOn et ShaDowBurn "ont pris un rôle de mentor auprès des rookies"

Interview de Féfé, coach de Paris Eternal : SoOn et ShaDowBurn "ont pris un rôle de mentor auprès des rookies"

Par Eva Martinello - publié le
Image

Paris Eternal lutte pour obtenir sa place en playoffs de l'étape 1. Nous nous sommes entretenus avec le coach mental de l'équipe, Félix "Féfé" Münch, après la défaite de l'équipe contre les imbattables Vancouver Titans. Retour sur ce début de saison. 

Notre interview de Féfé

En cette fin d'étape 1 de l'Overwatch League, Paris Eternal a connu un bon lancement, mais n'est pas parvenue à s'imposer dans ses derniers matchs. C'est la dernière semaine, avec le dernier match les opposant à Washington Justice, qui déterminera si les européens auront leur place en playoffs ou non. Retour sur la préparation de l'équipe à la ligue internationale d'Overwatch.

Qu'est-ce qui vous a manqué dans le match contre Vancouver Titans ? C'était une très grosse équipe à affronter.

Je pense que ce sont plein de petites erreurs qui nous ont pénalisés, qu'elles soient individuelles et collectives. Il y a eu des erreurs de placement, des décisions trop agressives au lieu de se regrouper et gêner les adversaires... mais cette fois, contrairement au match contre Atlanta Reign, on a joué notre jeu et on a joué de la bonne manière. Ça s'est donc joué sur des erreurs, et Vancouver s'est adaptée à notre jeu au fil des parties alors que l'on n'a pas su y répondre. Je pense que Vancouver est plus disciplinée, mais on a su montrer un meilleur entraînement que la semaine dernière.

Comment tu gères le fait de regarder ton équipe dans la salle de training, alors qu'elle est sur scène ?

C'est nouveau pour moi, puisque quand j'étais en Contenders, c'était en ligne et en général, je n'avais pas accès aux images en direct avec le délai du streaming donc je devais coacher au son. Ici, c'est beaucoup plus facile de leur donner des retours après les rounds et c'est plus agréable, car je vois les actions en temps réel plutôt qu'imaginer ce qu'il se passe en écoutant l'équipe... en plus, on peut discuter avec les joueurs entre chaque round et leur donner un retour en ayant vu aussi le point de vue des adversaires.

Quel est votre rythme d'entraînement ?

Déjà, concernant la gaming house, on a des appartements et une gaming room commune. Les coachs sont les premiers à arriver tôt le matin, où on fait une réunion de staff. J'arrive en général à 8h30. On travaille chacun sur ce que l'on devra faire pendant la journée, puis on se met d'accord sur le programme. À 10 heures ou plus, on travaille avec les joueurs individuellement. daemoN s'occupe des DPS, Kyky des supports et moi des tanks. À ce rôle s'ajoute celui de coach mental pour moi : selon les circonstances, je peux me charger aussi d'autres joueurs. Après cette heure de travail individuel, on a un strat talk. Ça peut être des entraînements entre nous, des débats sur la stratégie... et l'après-midi, on fait des scrims (matchs amicaux). Après ces entraînements, on debrief sur des vidéos de nos matchs pendant 2 heures.

Comment organisez-vous les matchs amicaux contre d'autres équipes de l'Overwatch League ?

On a KyKy, qui a été coach de Dallas Fuel et Houston Outlaws en saison inaugurale, donc il a déjà les contacts de tous les coachs de la ligue. C'est lui qui s'occupe d'organiser les scrims et il le fait très bien : on en a de prévus sur 3 semaines. Les équipes en Overwatch League s'entraînent toutes entre elles, donc comme c'est un cercle fermé, c'est assez facile d'en trouver.

Des choses laissent penser que la meta tank va disparaître, mais d'autres laissent aussi penser qu'elle va être renforcée.

Qu'est-ce que tu fais en plus en tant que coach mental, concrètement ?

Ça fait partie de mes fonctions, mais c'est quelque chose qui se fait assez naturellement. Ensuite, j'aide certains joueurs qui ont spécialement besoin de préparation mentale. Globalement, on a tous le même travail mais avec chacun sa spécialité. En ce moment, la meta met beaucoup les tanks en avant et comme Seita et moi venons d'Europe, on a beaucoup de connaissances sur cette stratégie.

Comment t'es-tu ajusté au rythme soutenu de l'Overwatch League ?

On a chacun des philosophies différentes pour savoir ce que devait être une journée-type, donc on a fait des compromis. On a tenté de ne pas trop charger les journées, ou d'alterner les rythmes avec certaines journées bien chargées et d'autres plus tranquilles, comme la veille d'un match. 

Comment pense-tu que les derniers changements, avec l'arrivée de Baptiste, impacteront la meta en étape 2 ? 

On ne s'est pas encore penchés dessus. J'ai juste lu la mise à jour, et des choses laissent penser que la meta tank va disparaître, mais d'autres laissent aussi penser qu'elle va être renforcée... et d'expérience, je sais que l'on se trompe souvent sur les changements qu'apportera une mise à jour avant qu'elle soit vraiment jouée. Mais honnêtement, pour la meta GOATs par exemple, je ne trouve pas que l'on était une équipe faite pour cette meta. On avait ni spécialiste de Zarya, ni de D.Va, quand l'équipe a été créée... alors que ce sont les deux rôles principaux de cette composition. Même Brigitte, NiCO n'était pas spécialiste dessus. On a dû former tous ces joueurs à les maîtriser et à comprendre leur rôle dans cette meta. J'espère, qu'on pourra s'adapter aux changements à venir.

Comment êtes-vous coordonnés dans le coaching staff ?

KyKy s'occupe d'étudier les stratégies des adversaires. Il cherche des choses à exploiter du côté des adversaires pour obtenir un avantage dans le jeu. La stratégie collective est prise en charge par Seita, mais c'est très participatif : il cadre la stratégie, mais les plans de jeux sont établis par les différents coachs. Seita était précédemment chez Gigantti et adoptait une stratégie plutôt passive, basée sur la réaction comme pour New-York Excelsior, mais nous avons un jeu hybride entre cette passivité et l'agressivité car je suis habitué à adopter une stratégie beaucoup plus agressive pour les tanks. C'est très opposé, mais en discutant, on est parvenus à faire des compromis.

[SoOn et ShaDowBurn] ont un pris un rôle de mentor auprès des jeunes rookies.

Est-ce que SoOn et ShaDowBurn se sont naturellement imposés leaders avec leur expérience en Overwatch League ?

Ils nous apportent beaucoup dans le jeu, mais aussi en-dehors. Ils nous aident sur des aspects de la vie quotidienne, notamment sur la vie en communauté car ils ont vécu dans une gaming house en Overwatch League, donc ils connaissent les tensions qui peuvent se créer au fil de l'année. Ils ont un pris un rôle de mentor auprès des jeunes rookies.

ShaDowBurn a enfin pu jouer sur scène contre Vancouver Titans. Pourquoi avoir décidé de lui faire remplacer SoOn ?

On fait toujours des essais avec les joueurs, pour voir qui a la meilleure synergie avec l'équipe. Pour ShaDowBurn, on a vu qu'il avait de très bonnes choses à montrer, alors on lui a donné sa chance ! Mais ça n'a aucun lien avec le fait que l'on a perdu notre dernier match, contre Atlanta Reign : on ne fait pas de changement parce qu'il y a une défaite, mais car on souhaite optimiser nos performances et voir ce qui est meilleur pour l'équipe. Contre Atlanta, la défaite était collective, et elle était encore collective aujourd'hui, d'ailleurs.

Qu'est-ce qu'il vous faut pour arriver en playoffs ?

Il faut que l'on soit plus disciplinés dans les moments-clés des parties (clutch) et parvenir à clore les affrontements quand on est en train de les remporter. Ce sont des détails sur la discipline, la concentration et la communication d'équipe qui vont nous permettre de remporter des cartes au lieu de voir des fights presque gagnées retournées par les adversaires. 

Merci à Féfé de nous avoir accordés du temps. Vous pouvez suivre son actualité sur son Twitter.

La rédaction vous recommande

1 commentaire
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (1)