Aller au contenu


Photo

Assassin's Creed II


  • Veuillez vous connecter pour répondre
214 réponses à ce sujet

#201 roly

roly

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 4 452 messages
  • Lieu:Paris
  • ID PSNrolyy
  • ID Steamroly

Posté 22 octobre 2010 - 11:10

Normalement elles sont toutes trouvables sans ce mouvement jusqu'à Venise. Le mouvement dont parle upselo se débloque à Venise et je n'en ai eu besoin qu'a Venise. J'avais toutes les plumes des autres villes avant d'y arriver.


Pareil pour moi, tu peux avoir toutes les plumes dès qu'elles sont disponibles dans leur zone. Idem pour les trésors.

En revanche j'approche de la fin du jeu et... oh putin de merde, quel jeu finit à la pisse. Sérieux, c'est du foutage de gueule à ce niveau sur console, j'ai jamais vu ça. J'enchaine les bugs, les freezes c'est saoulant. Enfin j'exagère bien sur, mais j'ai quand même eu plusieurs freezes (le jeu freeze et je suis bon à reset), des bugs de sons (un espèce de son genre orage mais très brouillé qui t'explose les oreilles). Je parle pas non plus de bugs graphiques (comme 3 marqueurs de cibles sur la minimap au niveau d'ezio). Ah j'oubliais aussi l'épée d'altair, qui une fois dégainée s'est transformée en vieille épée syrienne toute pourrie.
Alors sérieusement, dois je m'inquiété de l'état de ma PS3 (j'espère que non) ou le jeu est vraiment mal terminé ? parce que là franchement, j'ai l'impression de jouer à un jeu PC de studio de l'est. (oui je ne tolère pas ce genre de bugs sur une console sur une production AAA).

#202 arnette1980

arnette1980

    Mokkori !

  • Membres
  • PipPipPip
  • 2 756 messages

Posté 22 octobre 2010 - 11:36

Ça ne vient pas de ta PS3, mais du niveau de finition du jeu, car j'ai eu a peu près les mêmes bugs que toi (freeze, son qui déconne, plusieurs marqueurs qui se barrent pas du radar). N'empêche que ce jeu reste une tuerie malgré tout.

#203 roly

roly

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 4 452 messages
  • Lieu:Paris
  • ID PSNrolyy
  • ID Steamroly

Posté 22 octobre 2010 - 12:54

Ça ne vient pas de ta PS3, mais du niveau de finition du jeu, car j'ai eu a peu près les mêmes bugs que toi (freeze, son qui déconne, plusieurs marqueurs qui se barrent pas du radar). N'empêche que ce jeu reste une tuerie malgré tout.


Ca me rassure alors. De toute façon, l'absence des chapitres 12 et 13 (venus en DLC) et l'allure des dernieres missions montrent clairement le jeu qui a été rush à la va vite pour tenir les délais. Je conteste pas que ça reste un très bon jeu, mais bordel, ça se patch tout ça...

#204 Kyradis

Kyradis

    Beginner

  • Membres
  • PipPip
  • 250 messages
  • Lieu:Vaud (Helvétie)

Posté 22 octobre 2010 - 13:47

Alors que j'ai trouvé que le jeu était plutôt clean, les chapitres 12 et 13, au contraire sont buggés à mort, y'a plusieurs cut-scènes ou les persos restent muets, où alors les PNJ ont la voix qui flanche et répétent la même syllabe pendant deux minutes...

Malgré le peu de soin apporté aux DLC, ça reste un excellent jeu!

#205 upselo

upselo

    Touriste exfiltré

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 11 938 messages
  • ID PSNPahlan
  • ID Steamupselo

Posté 22 octobre 2010 - 13:57

Comme les DLC de Fallout 3, j'attendrais qu'ils les filent aux PS+ pour y jouer ^^.

#206 Lensois

Lensois

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 778 messages
  • Lieu:Planète Terre
  • ID PSNMielca62

Posté 22 octobre 2010 - 21:59

Ça ne vient pas de ta PS3, mais du niveau de finition du jeu, car j'ai eu a peu près les mêmes bugs que toi (freeze, son qui déconne, plusieurs marqueurs qui se barrent pas du radar). N'empêche que ce jeu reste une tuerie malgré tout.

:unsure: Je l'ai fini il n'y a pas très longtemps et je n'ai eu aucun soucis,mais vraiment pas( et pourtant je m'y connais en bugs je joue à Fifa :ph34r: ). C'est bizarre,peut-être que ça dépend du type de PS3 je ne sais pas,j'ai une Fat 40 Go prête à avaler Brotherhood :vieux:

#207 upselo

upselo

    Touriste exfiltré

  • Membres
  • PipPipPipPipPip
  • 11 938 messages
  • ID PSNPahlan
  • ID Steamupselo

Posté 22 octobre 2010 - 22:03

Non non mais les problèmes en tous genres, sur PS3, c'est plutot normal. J'ai perdu ma save, me suis retrouvé derrière le décor, le frame rate perd les pédales dès qu'on met un pied sur les toits, etc. Le jeu est beau, très prenant, mais c'est pas un joyau de finition.

#208 Lensois

Lensois

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 778 messages
  • Lieu:Planète Terre
  • ID PSNMielca62

Posté 22 octobre 2010 - 22:15

Non non mais les problèmes en tous genres, sur PS3, c'est plutot normal. J'ai perdu ma save, me suis retrouvé derrière le décor, le frame rate perd les pédales dès qu'on met un pied sur les toits, etc. Le jeu est beau, très prenant, mais c'est pas un joyau de finition.

Ok je suis surpris,c'était vraiment un sans faute chez moi,et pourtant je suis allergique à tous ces bugs.

#209 Yilduz

Yilduz

    Globalement inoffensif

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 5 391 messages
  • GamertagFibule
  • ID PSNSoljeh
  • ID SteamYilduz

Posté 01 octobre 2012 - 08:40

@Gugsie : 140 caractères, c'est pas assez Image IPB

Donc, je disais, le système de combat me plaît bien, alors que le parkour me semble souvent archi approximatif. Mais le gros défaut du jeu, pour moi, c'est sa facilité.

Au niveau des combats, la facilité vient du manque d'agressivité des ennemis, trouvé-je. Je peux éliminer des groupes de huit soldats sans me faire toucher une fois, et ça c'est pas normal. Sinon j'aime beaucoup le système de combo fondé sur le rythme, le système d'esquive et de contre, je trouve ça bien fichu et plutôt instinctif.

Par contre les phases de plate-forme... je ne compte pas le nombre de fois où je cours en ligne droite sur un toit, arrivé au bord duquel je suppose qu'Ezio va sauter en ligne droite, perpendiculairement au-dit toit... et finalement non, ptit père saute de biais pour aller se coller contre une fenêtre plus bas. Ces crises de rage Image IPB Là où le manque de précision des contrôles est le plus flagrant, me semble-t-il, c'est dans les phases de poursuite, quand on est aux trousses d'un pickpocket ou d'un messager de Borgia... je me souviens alors avec nostalgie des phases de Mario 64 où il fallait attraper un lapin qui courait dans tous les sens : c'était fluide, précis, Mario répondait au poil, et si tu n'y arrivais pas c'était parce que toi tu avais mal géré, pas parce que le jeu voulait te coller sur telle poutre alors que tu courais vers cette fenêtre.

En fait, que ce soit dans les phases de combat ou de parkour, le jeu t'assiste tellement constamment que c'en est chiant et frustrant. Et ça me casse l'immersion, perso : j'ai bien du mal à me sentir grisé par les exploits d'Ezio, vu que finalement j'y participe assez peu. "À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire". Ça ne m'empêche pas d'apprécier le jeu et d'y passer des heures, fasciné par la sublime direction artistique, notamment. Et peut-être d'ailleurs que son degré de finesse et de finition incroyable me pousse aussi à voir comme un contraste les approximations des contrôles, qui m'ont fait dire sur twitter que ce jeu, comme d'autres productions Ubi Montréal, me semblait parfait tant qu'on ne touchait pas aux boutons Image IPB

#210 Gugus

Gugus

    All is One, and One is All.

  • Membres
  • PipPipPip
  • 2 638 messages
  • GamertagGuguslive
  • ID SteamGugus_

Posté 05 octobre 2012 - 16:01

@Gugsie : 140 caractères, c'est pas assez Image IPB

Donc, je disais, le système de combat me plaît bien, alors que le parkour me semble souvent archi approximatif. Mais le gros défaut du jeu, pour moi, c'est sa facilité.

Au niveau des combats, la facilité vient du manque d'agressivité des ennemis, trouvé-je. Je peux éliminer des groupes de huit soldats sans me faire toucher une fois, et ça c'est pas normal. Sinon j'aime beaucoup le système de combo fondé sur le rythme, le système d'esquive et de contre, je trouve ça bien fichu et plutôt instinctif.

Par contre les phases de plate-forme... je ne compte pas le nombre de fois où je cours en ligne droite sur un toit, arrivé au bord duquel je suppose qu'Ezio va sauter en ligne droite, perpendiculairement au-dit toit... et finalement non, ptit père saute de biais pour aller se coller contre une fenêtre plus bas. Ces crises de rage Image IPB Là où le manque de précision des contrôles est le plus flagrant, me semble-t-il, c'est dans les phases de poursuite, quand on est aux trousses d'un pickpocket ou d'un messager de Borgia... je me souviens alors avec nostalgie des phases de Mario 64 où il fallait attraper un lapin qui courait dans tous les sens : c'était fluide, précis, Mario répondait au poil, et si tu n'y arrivais pas c'était parce que toi tu avais mal géré, pas parce que le jeu voulait te coller sur telle poutre alors que tu courais vers cette fenêtre.

En fait, que ce soit dans les phases de combat ou de parkour, le jeu t'assiste tellement constamment que c'en est chiant et frustrant. Et ça me casse l'immersion, perso : j'ai bien du mal à me sentir grisé par les exploits d'Ezio, vu que finalement j'y participe assez peu. "À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire". Ça ne m'empêche pas d'apprécier le jeu et d'y passer des heures, fasciné par la sublime direction artistique, notamment. Et peut-être d'ailleurs que son degré de finesse et de finition incroyable me pousse aussi à voir comme un contraste les approximations des contrôles, qui m'ont fait dire sur twitter que ce jeu, comme d'autres productions Ubi Montréal, me semblait parfait tant qu'on ne touchait pas aux boutons Image IPB


Concernant le combat, le problème c'est que passé un certain stade (habitude, armes), le contre devient automatique. Ça se résume à appuyer sur X (ou carré) tout le long, même en considérant les différents types d'ennemis que le 2 avait introduits pour tenter de varier et de faire réagir le joueur.
Brotherhood et Revelations ont tenté de construire des couches par dessus ce système : chain kill après un contre sur le soldat le plus dangereux, à sélectionner par une poussée du joystick, utilisation des objets sur un bouton, esquives à la hookblade…
Mais c'est devenu bien trop lourd, et même si dans Revelation on est loin du système binaire et long du premier, c'était à changer.
Apparemment ça a été fait correctement avec le 3, on le saura dans trois semaines.

Et pour le parkour… je t'avoue que comme j'ai fait deux fois le premier, trois fois le deuxième, deux fois Brotherhood et une fois Revelations… tout se mélange un peu. Mais comme je me suis lancé dans un "marathon" avant la sortie du 3, je suis en plein dans le premier. Effectivement, le jeu t'assiste dans la réception des sauts, quitte à choisir des éléments de décor. Dans le premier ça allait, vu comment le level design était construit, et surtout quand on s'est rendu compte comment utiliser la gâchette RT et pas avec A enfoncé en continu.
Mais effectivement je crois me souvenir de frustrations dans le second avec notamment la course sur les messagers. Je pense que le level design s'est trop complexifié pour pouvoir en même temps accélérer et viser un élément de décor avec le stick de la caméra, en plus du messager Borgia (parce que je pense que deux choses conditionnent ton saut : la caméra et la commande de direction du joueur).

Il me semble que Brotherhood avait relativement aéré tout ça, qu'Ezio était plus sensible à une direction avant le saut. Chaque système dérange à chaque fois différent types de joueurs, j'ai des exemples chez moi. Image IPB
Je te re-préciserais ça surement quand je passerais du 1 au 2, puis du 2 à ACB…

Pour le 3, ils ont décidé d'une chose : la gâchette RT (je ne sais pas si ils parleront toujours de "profil actif") laissera Connor tracer au fil des arbres sans appuyer sur le bouton A, qui lui servira à sauter comme avant, ou passer des obstacles optionnels peut-être (glisser, contourner, enfin tout ses nouveaux mouvements…). Il faut voir ce que ça va donner, mais si c'est bien géré, le joueur a donc sa concentration renvoyée sur la caméra, donc il pourra viser plus facilement et anticiper les déplacements. Image IPB


Et content de voir que tu as apprécié cet épisode, le tournant "SF" (même si annoncé en filigrane dès le milieu du premier), le traitement de certains personnages, et l'ambiance (ce que j'aimerais refaire cette découverte des énigmes de 16 comme si je ne l'avais jamais vu… ou l'intro, ou l'arrivée à Venise, ou le rassemblement des Assassins…). Image IPB

Et quand tu parle des jeux "Ubi Montréal", pour toi c'est tout le Québec, ou tu différencies avec ce qu'a pu sortir Ubi Toronto ? Image IPB

#211 Yilduz

Yilduz

    Globalement inoffensif

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 5 391 messages
  • GamertagFibule
  • ID PSNSoljeh
  • ID SteamYilduz

Posté 05 octobre 2012 - 22:46

Vraiment, je crois que quel que soit le système de combat, si en face il n'y a pas un minimum de résistance, ça le fait pas. Quand tu fais face à 8 ennemis, il se passe parfois plusieurs secondes avant que l'un d'eux n'attaque. Quel que soit l'ennemi, tu peux le zigouiller avec n'importe quelle arme... quel intérêt d'en avoir plusieurs ? Et surtout, ça n'a aucune cohérence avec ce que sont Altaïr et Ezio : des assassins qui sont sensés privilégier l'ombre. Or, quel intérêt de se la jouer infiltration quand il suffit de foncer dans le tas ? Quelle pression même si tu veux te la jouer infiltration contre le jeu, quand de toute façon si tu te fais repérer, dans 9 cas sur 10 il te suffit de courir vers ta cible et d'appuyer sur x ?

Enfin bon, je veux pas remuer le couteau dans la plaie :P mais juste je comprends pas qu'Ubi saborde son jeu ainsi. Parce que pour moi, clairement, l'absence totale de la moindre difficulté, outre qu'elle me prive du plaisir de surmonter des obstacles, elle m'empêche d'être tout à fait avec Ezio, de trembler pour lui, et de le suivre dans ses aventures.


Effectivement, le jeu t'assiste dans la réception des sauts, quitte à choisir des éléments de décor. Dans le premier ça allait, vu comment le level design était construit, et surtout quand on s'est rendu compte comment utiliser la gâchette RT et pas avec A enfoncé en continu.
Mais effectivement je crois me souvenir de frustrations dans le second avec notamment la course sur les messagers. Je pense que le level design s'est trop complexifié pour pouvoir en même temps accélérer et viser un élément de décor avec le stick de la caméra, en plus du messager Borgia (parce que je pense que deux choses conditionnent ton saut : la caméra et la commande de direction du joueur).


Je crois vraiment que ce qui conditionne ton saut c'est la proximité d'un élément du décors où le perso va venir se coller : ça m'est encore arrivé cinq ou six fois ce soir, je cours en ligne droite sur un toit, Ezio arrive perpendiculairement au bord, je m'attends à ce qu'il saute tout droit vers l'immeuble en face, et en fait il saute en biais pour aller se coller sur une poutre plus proche.

Sinon, moi j'ai trouvé le level design hallucinant, notamment à Venise. De mon point de vue, c'est pas lui qui est en cause, mais plus le choix d'assister continuellement le joueur. Clairement, le parti d'automatiser les sauts et l'escalade fluidifie les mouvements et les déplacements du personnage ; et notamment quand il s'agit de fuir, l'effet est génial. Sauf que voilà, autant pour l'escalade j'ai quasiment jamais pris la programmation en défaut, pour la course et les sauts c'est systématiquement foireux. Et honnêtement, je me demande si ça aurait vraiment ralenti et / ou haché les déplacements si RT servait à courir et A à sauter dans la direction où tu orientes le stick vraiment. J'espère que ça va le faire pour le 3, comme tu dis.


Et content de voir que tu as apprécié cet épisode, le tournant "SF" (même si annoncé en filigrane dès le milieu du premier), le traitement de certains personnages, et l'ambiance (ce que j'aimerais refaire cette découverte des énigmes de 16 comme si je ne l'avais jamais vu… ou l'intro, ou l'arrivée à Venise, ou le rassemblement des Assassins…). Image IPB


Bin vraiment, ce qui m'a plu, c'est la direction artistique. C'est hallucinant. Je sais pas si t'es déjà allé à Florence ou Venise ; Florence j'y étais encore cet été, bin dans le jeu tu reconnais des quartiers entiers. C'est bluffant. Et pour moi, le choc ça a été de me retrouver à Rome, je m'y attendais pas du tout, je croyais que c'était pour le suivant. Voir les toits de Rome, comme ça "pouf", alors même que pour le coup ils ont pris pas mal de liberté dans l'emplacement des bâtiments, Colisée en tête, ça m'a fait une de ses impressions quoi ! J'ai pleuré direct. Bon, je suis une chochotte hein, m'enfin quand même. Punaise ces frissons quoi !

Le côté SF m'a pas gêné, même s'il reste assez banal, donc un peu... décevant en quelque sorte. Mais là où je suis vraiment hyper déçu c'est sur l'exploitation de l'époque et des personnages. Bon, à la base j'aime pas trop les réécritures de l'histoire, m'enfin avec la Renaissance italienne, Da Vinci et surtout Machiavelli, yavait moyen de faire un truc un peu plus profond sur le rapport entre l'homme, le pouvoir, la politique, la liberté, la connaissance que cette guéguerre un peu absconse entre Templiers et Assassins. Et c'est comme si la finition du jeu jouait en sa défaveur : pour reprendre l'exemple de Machiavelli, c'est hallucinant : on le reconnait, quoi. Il ressemble à ses portraits d'époque, aux costumes près, remis très subtilement au goût du jour, quand je l'ai vu ma mâchoire s'est décrochée ; en plus je m'attendais pas du tout à le croiser. Mais au-delà de l'exécution esthétique parfaite, le perso est complètement creux. Et c'est un peu ce que je ressens pour tout le jeu : magnifique, au point que ça justifie en soi de jouer au jeu à mon avis, mais un peu vain. Les yeux et les oreilles sont stimulés, et avec brio, mais le cerveau et les doigts... De sorte que je me demande si je ferai Brotherhood. Enfin bon, il se passe à Rome, donc il y a de fortes chances que d'ici quelques mois, ça me titille :P

#212 Gugus

Gugus

    All is One, and One is All.

  • Membres
  • PipPipPip
  • 2 638 messages
  • GamertagGuguslive
  • ID SteamGugus_

Posté 06 octobre 2012 - 00:52

Vraiment, je crois que quel que soit le système de combat, si en face il n'y a pas un minimum de résistance, ça le fait pas. Quand tu fais face à 8 ennemis, il se passe parfois plusieurs secondes avant que l'un d'eux n'attaque. Quel que soit l'ennemi, tu peux le zigouiller avec n'importe quelle arme... quel intérêt d'en avoir plusieurs ? Et surtout, ça n'a aucune cohérence avec ce que sont Altaïr et Ezio : des assassins qui sont sensés privilégier l'ombre. Or, quel intérêt de se la jouer infiltration quand il suffit de foncer dans le tas ? Quelle pression même si tu veux te la jouer infiltration contre le jeu, quand de toute façon si tu te fais repérer, dans 9 cas sur 10 il te suffit de courir vers ta cible et d'appuyer sur x ?

Enfin bon, je veux pas remuer le couteau dans la plaie Image IPB mais juste je comprends pas qu'Ubi saborde son jeu ainsi. Parce que pour moi, clairement, l'absence totale de la moindre difficulté, outre qu'elle me prive du plaisir de surmonter des obstacles, elle m'empêche d'être tout à fait avec Ezio, de trembler pour lui, et de le suivre dans ses aventures.


Il y a aussi le facteur fun, quand tu joues avec Batman par exemple, tu as le retour des mandales qui enfoncent la mâchoire du mec dans des endroits physiquement répréhensibles.
J'avais entendu Désliet dire pendant une interview sur le second, qu'ils voulaient donner plus de liberté au joueur : tu fonces si t'as envie, tu essayes de t'infiltrer si tu as envie.
Et non, je ne suis pas d'accord sur le fait que les Assassins de cette série sont faits pour être discrets ou dans l'ombre. Ça dépend des périodes historiques en premier lieu, avec un credo qui prône, surtout dans le premier, une discrétion relative à leurs actions, c'est à dire de ne pas influencer la population (leur idéologie), et de pouvoir progresser facilement en utilisant la foule.
Altair pouvait aussi faire les deux, Ezio est en quête de revanche et ne prend la mesure de son rôle que très tard. (Et c'est aussi un gros bourrin à cause de ça)

Après je pense que le jeu devrait récompenser les différentes approches pour influencer les joueurs, même si il se veut libre. C'est ce qu'essaye d'introduire Brotherhood avec les taux de synchronisation des missions.

Donc pour conclure ce point, certains combos d'Ezio m'ont fait aimer le personnage, beaucoup de cut-scenes aussi, mais ça doit dépendre des gens. J'ai beaucoup d'espoirs sur le 3 à ce niveau là.



Je crois vraiment que ce qui conditionne ton saut c'est la proximité d'un élément du décors où le perso va venir se coller : ça m'est encore arrivé cinq ou six fois ce soir, je cours en ligne droite sur un toit, Ezio arrive perpendiculairement au bord, je m'attends à ce qu'il saute tout droit vers l'immeuble en face, et en fait il saute en biais pour aller se coller sur une poutre plus proche.


Je sais que j'arrive à diriger ses sauts où je veux, même si c'est vers le vide.
Alors je ne sais pas à quoi c'est du. Je vais essayer de déterminer plus précisément ça pendant mon marathon de ce mois ;-)
Il me semble par contre que sur le 2 en particulier, le joystick gauche est très sensible entre la direction avant et la diagonale.

Sinon, moi j'ai trouvé le level design hallucinant, notamment à Venise. De mon point de vue, c'est pas lui qui est en cause, mais plus le choix d'assister continuellement le joueur. Clairement, le parti d'automatiser les sauts et l'escalade fluidifie les mouvements et les déplacements du personnage ; et notamment quand il s'agit de fuir, l'effet est génial. Sauf que voilà, autant pour l'escalade j'ai quasiment jamais pris la programmation en défaut, pour la course et les sauts c'est systématiquement foireux. Et honnêtement, je me demande si ça aurait vraiment ralenti et / ou haché les déplacements si RT servait à courir et A à sauter dans la direction où tu orientes le stick vraiment. J'espère que ça va le faire pour le 3, comme tu dis.


Bin vraiment, ce qui m'a plu, c'est la direction artistique. C'est hallucinant. Je sais pas si t'es déjà allé à Florence ou Venise ; Florence j'y étais encore cet été, bin dans le jeu tu reconnais des quartiers entiers. C'est bluffant. Et pour moi, le choc ça a été de me retrouver à Rome, je m'y attendais pas du tout, je croyais que c'était pour le suivant. Voir les toits de Rome, comme ça "pouf", alors même que pour le coup ils ont pris pas mal de liberté dans l'emplacement des bâtiments, Colisée en tête, ça m'a fait une de ses impressions quoi ! J'ai pleuré direct. Bon, je suis une chochotte hein, m'enfin quand même. Punaise ces frissons quoi !

Le côté SF m'a pas gêné, même s'il reste assez banal, donc un peu... décevant en quelque sorte. Mais là où je suis vraiment hyper déçu c'est sur l'exploitation de l'époque et des personnages. Bon, à la base j'aime pas trop les réécritures de l'histoire, m'enfin avec la Renaissance italienne, Da Vinci et surtout Machiavelli, yavait moyen de faire un truc un peu plus profond sur le rapport entre l'homme, le pouvoir, la politique, la liberté, la connaissance que cette guéguerre un peu absconse entre Templiers et Assassins. Et c'est comme si la finition du jeu jouait en sa défaveur : pour reprendre l'exemple de Machiavelli, c'est hallucinant : on le reconnait, quoi. Il ressemble à ses portraits d'époque, aux costumes près, remis très subtilement au goût du jour, quand je l'ai vu ma mâchoire s'est décrochée ; en plus je m'attendais pas du tout à le croiser. Mais au-delà de l'exécution esthétique parfaite, le perso est complètement creux. Et c'est un peu ce que je ressens pour tout le jeu : magnifique, au point que ça justifie en soi de jouer au jeu à mon avis, mais un peu vain. Les yeux et les oreilles sont stimulés, et avec brio, mais le cerveau et les doigts... De sorte que je me demande si je ferai Brotherhood. Enfin bon, il se passe à Rome, donc il y a de fortes chances que d'ici quelques mois, ça me titille Image IPB


Quand je parlais du level design, c'est en voulant dire que le système de navigation du premier pouvait avoir du mal à s'y retrouver avec le level design plus compliqué et moins carré du second.


Et sinon non, je voulais (et je veux toujours) voyager, en partie en Italie, et pour avoir vu seulement des photos et autres (et des récits d'amis), oui ce voyage virtuel est grandiose.
Tu vas adorer Rome avec Brotherhood je pense.

Et concernant les personnages, tu vas préférer le traitement de Machiavel dans celui-ci aussi (même si certaines choses connues de cet homme n'ont pas été plus développés…), et Da Vinci sert surtout d'ami proche et constant à Ezio, tout en délirant sur son parcours artistique, d'inventeur, etc…
Moi aussi je peux regretter certaines choses non faites avec eux, mais ça appartient aussi à l'Hisitoire :)

Et pour la SF, je ne sais pas si tu as fait toutes les énigmes de 16 par exemple, mais eux seront développés surtout grâce à des documents ou des déductions, ce qui est normal. Ils vont prendre de l'importance avec le 3 aussi, vu qu'ils apparaissent comme la troisième force en puissance de ce conflit.

#213 Yilduz

Yilduz

    Globalement inoffensif

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 5 391 messages
  • GamertagFibule
  • ID PSNSoljeh
  • ID SteamYilduz

Posté 06 octobre 2012 - 10:06

Et non, je ne suis pas d'accord sur le fait que les Assassins de cette série sont faits pour être discrets ou dans l'ombre. Ça dépend des périodes historiques en premier lieu, avec un credo qui prône, surtout dans le premier, une discrétion relative à leurs actions, c'est à dire de ne pas influencer la population (leur idéologie), et de pouvoir progresser facilement en utilisant la foule.
Altair pouvait aussi faire les deux, Ezio est en quête de revanche et ne prend la mesure de son rôle que très tard. (Et c'est aussi un gros bourrin à cause de ça)

Après je pense que le jeu devrait récompenser les différentes approches pour influencer les joueurs, même si il se veut libre.


C'est vraiment intéressant tout ça, je ne l'avais pas perçu.

Récompenser le joueur me semble une bonne piste, mais encore une fois, à mon avis, le nœud du problème se situe dans la difficulté. Si l'obstacle ne se surmonte pas fingers in ze nose, le simple fait de l'avoir passé récompense le joueur.

Outre le fait que ça suscite aussi une forme de sympathie pour le personnage qui dépend de nous pour avancer. L'absence de résistance des ennemis m'empêche vraiment de croire à Ezio, d'être avec lui, que je privilégie l'infiltration dans laquelle j'avais du mal à sentir d'autres enjeux que ceux que je me fixais moi-même, ou dans l'agressivité frontale qui ne présente aucun challenge. On me vole de quelque chose, là. Image IPB


Je sais que j'arrive à diriger ses sauts où je veux, même si c'est vers le vide.
Alors je ne sais pas à quoi c'est du. Je vais essayer de déterminer plus précisément ça pendant mon marathon de ce mois ;-)
Il me semble par contre que sur le 2 en particulier, le joystick gauche est très sensible entre la direction avant et la diagonale.


Je me suis dit aussi à un moment que ça devait être un problème de sensibilité du stick, mais quand tu cours en ligne droite, que tu ne modifie pas ta pression sur le stick, et que finalement Ezio saute de biais... c'est pas systématique, hein. La plupart du temps il saute là où on attend qu'il saute, mais tout de même...


Tu vas adorer Rome avec Brotherhood je pense.

Et concernant les personnages, tu vas préférer le traitement de Machiavel dans celui-ci aussi


QUOI ? IL EST DANS BROTHERHOOD ???

...

acheté


Et concernant les personnages, tu vas préférer le traitement de Machiavel dans celui-ci aussi (même si certaines choses connues de cet homme n'ont pas été plus développés…), et Da Vinci sert surtout d'ami proche et constant à Ezio, tout en délirant sur son parcours artistique, d'inventeur, etc…
Moi aussi je peux regretter certaines choses non faites avec eux, mais ça appartient aussi à l'Hisitoire Image IPB


Le jeu amorce quelques pistes, hein. On perçoit assez bien il me semble l'ambivalence d'un personnage comme Lorenzo de Medici, et on entend aussi plusieurs membres du clergé remettre en question explicitement l'existence de Dieu, avouant carrément que l'Église et la Bible ne sont jamais qu'une façon d'exercer un pouvoir. Ce sont des questions fondamentales de l'époque, et il me semble qu'elles sont en lien direct avec l'intrigue sous-jacente des Assassin's Creed ; du coup je trouve un peu dommage que ça ne décolle pas plus dans ce 2. Je pense que ça vient en partie de l'écriture des dialogues; yavait pas besoin je pense de faire de scènes supplémentaires, mais peut-être juste de soigner davantage l'écriture.

Un de mes dialogues préférés, c'est celui où Caterina répond aux ravisseurs de ses enfants qu'elle ne cédera pas à leur chantage et qu'elle a de quoi faire d'autres enfants. Et en une seconde elle se retourne et on perçoit à quel point dire cela lui a coûté. Là ya un personnage, là il se passe quelque chose, et là, en tant que joueur je sens l'enjeu de ce que je dois faire. Des scènes aussi bien écrites, de mon point de vue, il y en a très peu : l'exécution des Auditore, les deux lignes de dialogue où Leonardo dit quelque chose comme "J'en suis aussi sûr que je suis certain que la Terre tourne autour du soleil" et où Mario répond "Que le soleil tourne autour de la terre, tu veux dire ?", ou la minuscule ligne où Maria dit à Ezio qui a ramené les 100 plumes "Merci de ne pas m'avoir oublié" <3 <3 <3

Je voudrais pas laisser entendre que le jeu n'est pas riche en émotion outre ces moments-là : je rappelle que j'ai pleuré comme un petit bébé en voyant les toits de Rome. Mais vraiment, ils disposaient de personnages au potentiel immense, ces gens ont fondé la société moderne, et ce qu'ils en ont fait en terme de dialogue notamment est un peu rikiki et superficiel.


Et pour la SF, je ne sais pas si tu as fait toutes les énigmes de 16 par exemple


Œuf course ! Hé tu me prends pour qui ? Image IPB

Je les ai trouvées bien, d'ailleurs.

#214 Gugus

Gugus

    All is One, and One is All.

  • Membres
  • PipPipPip
  • 2 638 messages
  • GamertagGuguslive
  • ID SteamGugus_

Posté 08 octobre 2012 - 22:24

[quote name='Yilduz' timestamp='1349514361' post='2197814']
C'est vraiment intéressant tout ça, je ne l'avais pas perçu.
[/quote]

J'en parlais avec Spidersonic, et c'est vrai que ce n'est pas vraiment clair pour un joueur "normal" en fait.


[quote name='Yilduz' timestamp='1349514361' post='2197814']
Récompenser le joueur me semble une bonne piste, mais encore une fois, à mon avis, le nœud du problème se situe dans la difficulté. Si l'obstacle ne se surmonte pas fingers in ze nose, le simple fait de l'avoir passé récompense le joueur.

Outre le fait que ça suscite aussi une forme de sympathie pour le personnage qui dépend de nous pour avancer. L'absence de résistance des ennemis m'empêche vraiment de croire à Ezio, d'être avec lui, que je privilégie l'infiltration dans laquelle j'avais du mal à sentir d'autres enjeux que ceux que je me fixais moi-même, ou dans l'agressivité frontale qui ne présente aucun challenge. On me vole de quelque chose, là. Image IPB
[/quote]

Je suis d'accord avec le fait que le difficulté n'est pas le point fort de ce jeu, ni de la série à ce jour.
Mais c'est vrai que ça fait partie de ces jeux où je suis tellement dans le délire que ma satisfaction va s'adapter. Si je m'infiltre, ça va me décevoir de devoir me faire repérer ou de tuer un garde alors que je sais que je peux ne pas le faire, ou de fuir d'un combat que j'aurais très mal géré.
(ça me fait d'ailleurs une peu rire que certains considèrent le premier comme le plus "libertaire" ou le mieux construit. Il est d'un rigide absolu, et parait même plus scripté en mission que le second, qui est plus fondé sur la stratégie immédiate après observation, et moins sur un script rendu plus facile ou plus connu après des documents d'indices finalement évidents)

Mais je conçois totalement que l'immersion et la sympathie pour Ezio soit brisée. Ça dépend sûrement des personnes, il faut voir si c'est différent avec les autres.

[quote name='Yilduz' timestamp='1349514361' post='2197814']
Je me suis dit aussi à un moment que ça devait être un problème de sensibilité du stick, mais quand tu cours en ligne droite, que tu ne modifie pas ta pression sur le stick, et que finalement Ezio saute de biais... c'est pas systématique, hein. La plupart du temps il saute là où on attend qu'il saute, mais tout de même...

[/quote]

Je vois bien de quoi tu parles. Encore une fois je tacherais de bien faire attention quand je comparerais les 3 premiers. (mon temps disponible s'amincit d'ailleurs pour tous les finir avant le 31 !)


[quote name='Yilduz' timestamp='1349514361' post='2197814']
QUOI ? IL EST DANS BROTHERHOOD ???

...

acheté

[/quote]

Image IPB

[quote name='Yilduz' timestamp='1349514361' post='2197814']
Le jeu amorce quelques pistes, hein. On perçoit assez bien il me semble l'ambivalence d'un personnage comme Lorenzo de Medici, et on entend aussi plusieurs membres du clergé remettre en question explicitement l'existence de Dieu, avouant carrément que l'Église et la Bible ne sont jamais qu'une façon d'exercer un pouvoir. Ce sont des questions fondamentales de l'époque, et il me semble qu'elles sont en lien direct avec l'intrigue sous-jacente des Assassin's Creed ; du coup je trouve un peu dommage que ça ne décolle pas plus dans ce 2. Je pense que ça vient en partie de l'écriture des dialogues; yavait pas besoin je pense de faire de scènes supplémentaires, mais peut-être juste de soigner davantage l'écriture.

Un de mes dialogues préférés, c'est celui où Caterina répond aux ravisseurs de ses enfants qu'elle ne cédera pas à leur chantage et qu'elle a de quoi faire d'autres enfants. Et en une seconde elle se retourne et on perçoit à quel point dire cela lui a coûté. Là ya un personnage, là il se passe quelque chose, et là, en tant que joueur je sens l'enjeu de ce que je dois faire. Des scènes aussi bien écrites, de mon point de vue, il y en a très peu : l'exécution des Auditore, les deux lignes de dialogue où Leonardo dit quelque chose comme "J'en suis aussi sûr que je suis certain que la Terre tourne autour du soleil" et où Mario répond "Que le soleil tourne autour de la terre, tu veux dire ?", ou la minuscule ligne où Maria dit à Ezio qui a ramené les 100 plumes "Merci de ne pas m'avoir oublié" <3 <3 <3

Je voudrais pas laisser entendre que le jeu n'est pas riche en émotion outre ces moments-là : je rappelle que j'ai pleuré comme un petit bébé en voyant les toits de Rome. Mais vraiment, ils disposaient de personnages au potentiel immense, ces gens ont fondé la société moderne, et ce qu'ils en ont fait en terme de dialogue notamment est un peu rikiki et superficiel.

[/quote]

Je ressens plus ça comme étant une mise en situation plutôt qu'un essai à travers l'écriture du jeu. Le fait d'avoir des documents comme la database (évènements), le Codex d'Altair (réflexions sur la conduite du monde) ou les énigmes de 16 (liens entre les évènements) vont dans ce sens, c'est à dire que les détails Historiques peuvent êtres connus hors du jeu.
Tout est sous-entendu dans les dialogues, comme si dans une certaine mesure les personnages ressentaient ces changements.
(et oui, c'est totalement la grande ligne directrice du scénario de la série, ce point de vue moral du pouvoir et de la connaissance).

Altair s'est questionné (avec les dialogues post/pre-mortem principalement) sur la responsabilité de ses actes et sur la place à laisser au credo dans sa conscience.
Ezio lui découvre des valeurs morales dont il n'avait aucune idée, et il changera ses objectifs en cours de jeu (d'où les remerciements de Maria, ou du choix de laisser vivre Rodrigo Borgia).


D'un autre côté, l'écriture s'améliore avec les jeux, et malgré une dilution du propos avec Brotherhood et Revelations (l'histoire écrite par Patrice Désilet et Corey May pour Desmond ne peut pas non plus avoir été d'un contenu infini), Revelations revient d'ailleurs sur une bonne mise en situation et un héritage de valeurs et de rôles mis correctement en avant.
Les bribes d'Assassin's Creed 3 laissent présager beaucoup, mais alors beaucoup de bon, avec la fin de l'Histoire de Desmond, le passage à travers la Révolution, les Lumières, la quête de Connor pour affiner sa vision du bien et du mal, ses origines aussi, des figures toutes sauf manichéennes de l'époque, de la quantité d'indices dont on dispose, etc…

[quote name='Yilduz' timestamp='1349514361' post='2197814']
Œuf course ! Hé tu me prends pour qui ? Image IPB

Je les ai trouvées bien, d'ailleurs.
[/quote]

Je les refais toujours avec autant d'intérêt, et elles seront très importante pour la suite et agissent comme la "colle" de cet univers à mon avis (voir au dessus).





Par contre, avec le recul et les autres jeux, outre les problèmes de gameplay, il a d'énormes problèmes de lumière (ces couleurs souvent surnaturelles), de son, de mise en scène (je ne parle même pas des DLC finis par des stagiaires) et d'acting virtuel ce second épisode. Image IPB

#215 Yilduz

Yilduz

    Globalement inoffensif

  • Membres
  • PipPipPipPip
  • 5 391 messages
  • GamertagFibule
  • ID PSNSoljeh
  • ID SteamYilduz

Posté 09 octobre 2012 - 21:14

J'en parlais avec Spidersonic, et c'est vrai que ce n'est pas vraiment clair pour un joueur "normal" en fait.


:o

Je ne me suis jamais senti autant insulté !!!

:P

Mais quand j'aurai fini Brotherhood, je reviendrai ! :D




1 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 1 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)