Aller au contenu


Photo

L'OMS reconnaîtra bientôt l'addiction aux jeux vidéo comme une maladie


  • Veuillez vous connecter pour répondre
25 réponses à ce sujet

#1 Thomas Pillon

Thomas Pillon

    Indie Lover

  • La Rédaction
  • 1 347 messages

Posté 03 janvier 2018 - 12:47

Rien ne va plus dans le petit monde du jeu vidéo : souvent associé à l'exploration, la découverte et l'émerveillement (en tous cas dans les milieux autorisés, on ne parle pas ici des plateaux... Voir la news : L'OMS reconnaîtra bientôt l'addiction aux jeux vidéo comme une maladie

#2 spycal

spycal

    Beginner

  • Membres
  • PipPip
  • 459 messages

Posté 03 janvier 2018 - 12:47

Malgré tout l'amour que je porte à notre divertissement préféré, il ne faut pas fermer les yeux et permettre de reconnaître les dérives et problèmes liés à sa pratique abusive. L'abus est l'un des points noirs qui accompagne l'être humain.



#3 OmegaBahamut

OmegaBahamut

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 1 392 messages
  • ID PSNMuMu33

Posté 03 janvier 2018 - 12:59

On dit dépendance pas addiction pour la millionième fois. Et oui on peut compenser un manque d'amour, d'épanouissement sociale par des univers qui flattent notre ego en nous donnant toujours le meilleur rôle ou de se défouler pour temporairement combattre notre inhibition. A étudier les travaux d'Henri Laborit pour mieux comprendre le fonctionnement de notre cerveaux. 



#4 Asa-Senpai

Asa-Senpai

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 2 055 messages
  • GamertagAsaSenpai
  • ID PSNAsaSenpai

Posté 03 janvier 2018 - 12:59

Et l'OMS a reconnu l'addiction à la télé, aux livres ..... non parce que tous les problèmes qu'ils citent existe dans prêt de 99% des activités que l'on peut faire par passion/divertissement ....



#5 GangBangTheory

GangBangTheory

    Like a virgin

  • Membres
  • PipPipPip
  • 1 683 messages

Posté 03 janvier 2018 - 13:15

Soyons lucides : empiler les jeux par centaines, passer des nuits et nuits à jouer sachant très bien dans quel état on sera le lendemain, dépenser tout son fric là-dedans, ou plus globalement organiser sa vie autour d'un appareil électronique, ce n'est pas un comportement sain. Ou neutre, si vous préférez.

 

Après c'est sûr, ça n'empêche ni de vivre ni d'être une personne très bien. Mais il faut bien être conscient de ce qu'on est et ce qu'on fait. Quant à ceux qui ne s'en rendent pas compte ou ne veulent pas l'admettre, là on peut clairement parler de maladie.

 

D'une manière générale, je pense que si on arrive à se définir en tant que personne (qui suis-je ?), ça va encore. Mais à partir du moment où on ne peut se définir qu'avec les jeux vidéo (ou autres vice quelconque), c'est qu'il y a bien un problème.

 

 Et oui on peut compenser un manque d'amour, d'épanouissement sociale par des univers qui flattent notre ego en nous donnant toujours le meilleur rôle ou de se défouler pour temporairement combattre notre inhibition. 

 

C'est ça.



#6 FrOzEnGiRl

FrOzEnGiRl

    Beginner

  • Membres
  • PipPip
  • 206 messages
  • GamertagFrOzEn GiRl

Posté 03 janvier 2018 - 13:37

Je suis une grande passionnée des jeux vidéo et alors ? d'ailleurs je suis tombée dedans depuis que je suis toute petite, tout ça ne m’empêche pas d'avoir d'autres passions dans la vie comme le sport et le cinéma etc etc etc je suis sure que c'est le cas de pas mal de monde, faut juste savoir cultiver le bon coté des choses .

#7 xblfnsa

xblfnsa

    Beginner

  • Membres
  • PipPip
  • 95 messages

Posté 03 janvier 2018 - 14:00

Mince, j'ai déjà deux syndromes cités dans l'article. Aie aie aie!!!
L'addiction à Netflix est une maladie aussi ou pas?
Je suis foutu sinon :( :(



#8 Paskal

Paskal

    Beginner

  • Membres
  • PipPip
  • 189 messages

Posté 03 janvier 2018 - 14:14

pris sur le site de l'OMS: Qui nous sommes et ce que nous faisons…

«La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.»
Constitution de l'OMS

Notre but est d’améliorer les perspectives d’avenir et la santé future pour toutes les populations du monde. Par l’intermédiaire des bureaux répartis dans plus de 150 pays, le personnel de l’OMS travaille aux côtés des gouvernements et des autres partenaires pour amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible.

Ensemble, nous nous efforçons de combattre les maladies, qu’elles soient infectieuses comme la grippe et le VIH ou non transmissibles comme le cancer et les cardiopathies. Nous aidons les mères et les enfants à survivre et à prospérer de façon à avoir la perspective de vieillir en bonne santé. Nous nous assurons de la sécurité sanitaire de l’air que les personnes respirent, des aliments qu’elles consomment, de l’eau qu’elles boivent, ainsi que des médicaments et des vaccins dont elles ont besoin.

 

Vu le résultat mondial actuel, l'OMS peut se pencher un peu plus tard sur les jeux vidéo !



#9 baby75

baby75

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 4 350 messages

Posté 03 janvier 2018 - 14:40

Je suis une grande passionnée des jeux vidéo et alors ? d'ailleurs je suis tombée dedans depuis que je suis toute petite, tout ça ne mempêche pas d'avoir d'autres passions dans la vie comme le sport et le cinéma etc etc etc je suis sure que c'est le cas de pas mal de monde, faut juste savoir cultiver le bon coté des choses .


C'est comme toutes les passions, il y a des gens qui arrivent à le controler comme toi mais aussi des gens un peu moins équilibré à la base et pour qui le JV (ou la télé etc..) peut avoir un effet de dépendance et de refuge pour s'isoler du monde extérieur en bouffant 100% de leur temps. L'OMS est la pour donner des indicateurs et mettre en garde ils ne disent pas que en soit le JV est néfaste. Juste que c'est une activité à surveiller même si personnellement je trouve cela assez évident et que je le fais avec ma gamine en instaurant des heures de jeux. Faut quand même aussi savoir reconnaître que le JV a une certaine tendance à rendre facilement dépendant les joueurs, moi y compris. Je veux dire par là que passer des nuits à jouer parce que tu ne veux pas lâcher ton jeu ce n'est quand même pas très sain. Encore récemment The Witcher 3 par exemple m'a valu des nuits de sommeil très courtes et des matins au boulot pas en super forme. :P

#10 HagiLunacy

HagiLunacy

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 863 messages
  • ID Steamhagilunacy

Posté 03 janvier 2018 - 15:32

Dans ce cas la pourquoi la télé, la nourriture, le sport, bref à peu près tout et n'importe quoi ne pourrait pas être considéré comme un comportement à risque pouvant engendrer une dépendance ?
Encore une fois on pointe du doigt la même chose sans réellement la connaitre,
"La priorité croissante donnée au jeu vidéo qui conduit à ce que le jeu ait la priorité sur les autres centres d'intérêts et les activités du quotidien",
elle veut dire quoi cette phrase ?
Non parce que ce que je comprend moi par cette citation c'est : si vous priorisé le jeux vidéo au sport ou à d'autres activité vous êtes forcément addict. Ce qui est complètement débile cette phrase est ambiguë et beaucoup trop sujet à interprétation.
Au lieu de s'amuser sur cette prétendue addiction (qui ne concerne comme toujours qu'une toute petite partie des joueurs) pourquoi on essaierait pas genre je sais pas de faire en sorte que les dizaines d'épidémie qui détruise l'Afrique chaque années soit vacciné ? Où tiens que l'on trouve un vaccin pour le Sida ou Ebola ce serait pas plus intéressant et plus important ?!

D'une manière générale, je pense que si on arrive à se définir en tant que personne (qui suis-je ?), ça va encore. Mais à partir du moment où on ne peut se définir qu'avec les jeux vidéo (ou autres vice quelconque), c'est qu'il y a bien un problème.

 

Je comprend pas vraiment ce que tu veux dire la, je me considère comme un véritable passionné du jeu-vidéo pourtant je ne vois pas en quoi si je me défini par rapport à cela il y a un problème ???

Tu va dire à un cinéphile qu'il a un problème parce qu'il ce défini avant tout par sa passion ?

Excuse moi mais c'est un peu idiot.

Après si tu veux dire ne ce définir QUE par le jeu ou une passion on ne peux vraiment dire que c'est un problème il y a un mot pour cela je crois c'est l'obsession donc oui la ce serait un problème.



#11 moom

moom

    Je suis St Gamer ! Je ne crois que ce que je joue...

  • Membres
  • PipPipPip
  • 3 392 messages

Posté 03 janvier 2018 - 17:02

 

 

"La priorité croissante donnée au jeu vidéo qui conduit à ce que le jeu ait la priorité sur les autres centres d'intérêts et les activités du quotidien",
elle veut dire quoi cette phrase ?
Non parce que ce que je comprend moi par cette citation c'est : si vous priorisé le jeux vidéo au sport ou à d'autres activité vous êtes forcément addict. Ce qui est complètement débile cette phrase est ambiguë et beaucoup trop sujet à interprétation.

Cette phrase signifie simplement que certaines personnes tombent dans un "mutisme" vidéo-ludique, qu'au lieu de se lever, déjeuner et d'aller prendre une douche (activités du quotidien) et de prendre contact avec leur vie social (autres centres d'intérêts) par exemple, saute sur leur manette des le reveille, comme certains sautent sur leur paquet de clope, ou leur smartphone.



#12 Leon s k

Leon s k

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 2 305 messages
  • Lieu:Devant un écran
  • GamertagLeon s k 17
  • ID PSNLeonsk16
  • ID Nintendo NetworkLeonsk

Posté 03 janvier 2018 - 17:10

Il faudrait dire aux gros fans de Johnny qu'ils sont malades alors...

#13 BiggaLoosa

BiggaLoosa

    Dumber

  • Membres
  • PipPipPip
  • 512 messages

Posté 03 janvier 2018 - 17:41

Suivre et commenter les News JV montre en soi une certaine addiction... je suis malade...

#14 Airthinking

Airthinking

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 2 693 messages

Posté 03 janvier 2018 - 17:48

L'OMS devrait s'occuper en priorité des conditions de travail,à force de bosser 10 h par jour en ce moment, j'ai mal partout et je n'ai plus le temps ni la force de faire quoi que ce soit...à part bosser comme un chien.

Merci d'avance :japh:

#15 BiggaLoosa

BiggaLoosa

    Dumber

  • Membres
  • PipPipPip
  • 512 messages

Posté 03 janvier 2018 - 18:38

L'OMS devrait s'occuper en priorité des conditions de travail,à force de bosser 10 h par jour en ce moment, j'ai mal partout et je n'ai plus le temps ni la force de faire quoi que ce soit...à part bosser comme un chien.

Merci d'avance :japh:


+ 1

#16 Rambo1981

Rambo1981

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 866 messages
  • ID PSNferrycorner

Posté 03 janvier 2018 - 20:03

Ce monde de fou ..

#17 Bakaarion

Bakaarion

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 1 837 messages
  • ID SteamBakaarion
  • ID Nintendo NetworkBakaarion

Posté 03 janvier 2018 - 21:08

J'ai toujours pensé que le jeu vidéo pouvait très facilement être un sujet d'addiction, je pense que moi même à certains moments j'en ai consommé plus que de raison.

 

Là où je ne suis pas très à l'aise avec ce rapport, c'est que ces symptômes sont applicables pour n'importe quel sujet, le jeu vidéo n'est pas une substance qu'on ingère dont le corps se rend dépendant, on ne peu pas être toxicomane de jeu vidéo par définition.

Le jeu vidéo active le système de récompense exactement de la même manière qu'un bouquin, un film, un hobby quelconque, le traiter de façon différente relève juste d'une malhonnêteté scientifique.

 

Rien que le sexe en général, qui active le flot de dopamine d'une façon extrême est infiniment plus une addiction que le jeu vidéo. Tout le monde se sert de cette addiction pour faire vendre tout et n'importe quoi sans aucun rapport entre le produit et votre libido (ironiquement, le jeu vidéo aussi).

 

Non, même si je suis d'accord sur la base, c'est purement du parti pris, un simple bouc émissaire. Mais bon, on a l'habitude, et avec un peu de recul, on a quand même évolué sur le sujet, on pointe plus du doigt les call of ou GTA pour expliquer des attentats.



#18 GangBangTheory

GangBangTheory

    Like a virgin

  • Membres
  • PipPipPip
  • 1 683 messages

Posté 03 janvier 2018 - 23:00

Dans ce cas la pourquoi la télé, la nourriture, le sport, bref à peu près tout et n'importe quoi ne pourrait pas être considéré comme un comportement à risque pouvant engendrer une dépendance ?
Encore une fois on pointe du doigt la même chose sans réellement la connaître,

 

Justement, c'est déjà fait : boulimie alimentaire ou vidéoludique, même combat désormais. Ou presque.

 

Et je pense que si tu réagis de façon aussi épidermique, c'est justement parce qu'ils ont mis le doigt là où ça vexe. Un peu comme...

 

 

 

genre je sais pas de faire en sorte que les dizaines d'épidémie qui détruise l'Afrique chaque années soit vacciné ? Où tiens que l'on trouve un vaccin pour le Sida ou Ebola ce serait pas plus intéressant et plus important ?!

 

... ce genre de réaction. ;)

 

 

 

 

Je comprend pas vraiment ce que tu veux dire la, je me considère comme un véritable passionné du jeu-vidéo pourtant je ne vois pas en quoi si je me défini par rapport à cela il y a un problème ???

Tu va dire à un cinéphile qu'il a un problème parce qu'il ce défini avant tout par sa passion ?

Excuse moi mais c'est un peu idiot.

Après si tu veux dire ne ce définir QUE par le jeu ou une passion on ne peux vraiment dire que c'est un problème il y a un mot pour cela je crois c'est l'obsession donc oui la ce serait un problème.

 

Tu réponds à toi même avec ta dernière phrase. Appelle ça de l'obsession si tu veux, ça revient au même.

 

 

Ce que je veux dire dans ma phrase, c'est que si un homme n'est plus rien dès lors qu'on lui retire ses jeux vidéo (ou autre passion, je veux bien), ça craint. La vie ce n'est pas que du jeu vidéo. Mais quand on est jeune et qu'on a du temps libre, j'avoue qu'on ne se pose pas la question...

 

Si un gars passe des centaines ou milliers d'heures sur son écran juste pour exhiber un gif de ses Platines sur les forums, grand bien lui fasse. Mais qu'il ne vienne pas ensuite se faire passer pour ce qu'il n'est pas : ses stats parlent pour lui, tant en terme d'exploits ludiques qu'en terme de loose personnelle.



#19 HagiLunacy

HagiLunacy

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 863 messages
  • ID Steamhagilunacy

Posté 03 janvier 2018 - 23:17

 

Justement, c'est déjà fait : boulimie alimentaire ou vidéoludique, même combat désormais. Ou presque.

 

Et je pense que si tu réagis de façon aussi épidermique, c'est justement parce qu'ils ont mis le doigt là où ça vexe. Un peu comme...

 

... ce genre de réaction. ;)

 

Et pour l'addiction au sport, à la musculation, au sucre, à la télévision, au café (et la liste est très longue) l'OMS a-t-elle mis ca dans les comportement addictif ?

Non je ne crois pas et c'est la où je veux en venir.

En ce qui concerne l'autre point que je souligne je trouve quand même qu'on ce donne les priorité que l'on veux parce que trouver un vrai remèdes aux maladies que j'ai cité serait peu-être un petit peu plus important pour l'humanité non ?!



#20 CastorTroy11

CastorTroy11

    Vétéran

  • Membres Premium
  • 4 019 messages

Posté 04 janvier 2018 - 10:58

Le problème la dedans c'est que, sans nier que des comportements addictifs (plus qu'une addiction qui normalement est lié a une substance) existent réellement...

Le soucis dans cette reconnaissance viens en 2 points :

 

-> Point de vue image, les gens qui déjà voyaient le jeux vidéo d'un mauvais œil on un argument de poids... Ces gens la ne feront pas la différence, "l'OMS as reconnu le JV comme une addiction, tu est fan de JV, tu est addict"...

On as pas fini d'en entendre !

 

Mais le plus pernicieux la dedans c'est que reconnaître le JV comme "addiction" et seulement cette forme de divertissement est révélateur d'un truc :

 

Si on va si loin dans la considération des comportements addictifs du jeu vidéo, c'est que c'est mal vu socialement par rapport a d'autres hobby...

Un cinéphile qui ce matte plusieurs films par jours, personne viens l'e**erdé, hors, quelque part, a un moment c'est tout autant compulsif non ?

Mais le cinéma c'est mieux accepter socialement.

 

Un amateur de littérature qui passe ses journées a lire des livres, personne ne viens lui reprocher quoi que ce soit... Hors, c'est tout autant compulsif non ?

Pire, il sera même considéré comme quelqu'un de cultivé, intelligent, presque un peu supérieur a d'autres personnes...
Parce que la littérature est mieux acceptée socialement et qu'en plus, elle as un statut intellectuel particulier.

 

Un amateur de sport qui passe ses journées a faire du sport au point de ne plus rien faire d'autre de son temps libre (genre un de mes potes que je vois plus depuis des mois parce que le dimanche il court... Littéralement je le vois courir tout les dimanches après-midi autour de mon village, et jamais il prends 1 moment pour passer, et le soir il est trop claqué pour faire quoi que ce soit... Et ce n'est pas que moi, il ne voit plus personne... Sauf ces quelques potes qui font le même sport que lui et qu'il voit pendant les séances de sport...)

Ce cas la c'est pas de "l'addiction" peut-être ?
Y'a tout : le gars priorise le sport sur toute autre activité, brise son lien social avec tout ces amis (sauf ceux qui font le même sport au même moment mais il les voit parce qu'ils sont au même sport au même moment pas pour les voir), il se régule pas (tu le surprends a gerber dans un coin tellement il court mais tout vas bien...) il régule littéralement sa vie sur ça (réveil a tel H pour tel exercice, repas pris a heures spécifiques et composés en conséquences de ses "objectifs sportifs", etc, etc, etc...).

Mais ça jamais ça sera reconnu de quoi que ce soit...

Parce que le sport socialement c'est mieux accepter aussi.

 

Moi si je me retrouve a avoir une journée ou pire, des congés a des périodes ou mes proches sont pas les plus dispo du monde pour X raisons toutes plus "valables" les unes que les autres, et que donc je passe les dit congés essentiellement a jouer pour rattraper un peu ce que je n'ai pas pu jouer pendant le taf...

Je vous dit pas les réflexions que je me prends par certains...

 

Pourtant, si un jour ou je n'ai rien d'autre a foutre (parce que proches pas dispo, temps pas top, etc, etc...) je me dit "aller, tant pis je me fait une petite journée jeux vidéo", et que finalement j'ai un pote ou quoi qui m'envoi un message "en fait je bosse pas / je fais pas tel truc, ça te dit on *fait un truc* ?" la console elle s'éteint plus vite qu'elle ne s'allume...

Mon pote le sportif, si un jour tu lui dit "tiens demain ça te dit on *fait un truc* ?" il va te répondre "non j'ai prévu de courir"...

 

Mais lui d'après les mêmes personnes qui me font des réflexions sur mes petites journées JV occasionnelles à qui je balance "le sport c'est mieux" en le citant en exemple

"Mais c'est pas pareil, c'est son truc c'est comme ça".

Et c'est moi qui est un soucis dans l'histoire... Drôle.

Alors la reconnaissance par l'OMS, ils peuvent se la mettre ou je pense.

Ne pas nier que des soucis existe oui.

Mais la on est dans la pure stigmatisation d'un divertissement qui passe pas encore très bien socialement. Et reconnaître cela ce n'est pas aider les gens qui ont un véritable soucis avec le JV.

C'est juste stigmatiser encore plus des gens passionnés qui ont un rapport important avec le jeu vidéo mais qui reste sain

(je lis dans certains com "passer sa nuit sur un JV ce n'est pas sain blablabla.." Ca dépends... De la fréquence.
Si ça t'arrive tout les jours oui évidemment.
Si ça t'arrive 4/5 fois dans l'année sur un jeu qui t'as particulièrement emballé et que tu as fait malgré tout en sorte de gérer le lendemain au taf ça passe... Tout le monde as des excès ponctuels dans ses passions, ça va de paire (je dis ça ça m'est jamais arrivé une nuit entière, mais je peux comprendre, et puis, quelque part, passer la nuit a regarder l'E3 comme je le faisait ces dernières années ça rentre dans la case... Mais je le faisait car coup de bol j'étais en congé)

 

Bref, aider les gens qui ont un soucis oui.

Admettre l'existence d'un soucis qui existe oui.

Prendre des mesures radical sans voir que le même comportement peut arriver dans beaucoup d'activités/divertissements/passions juste parce que on parle d'un truc moins bien vu socialement dont la seule vraie conséquence sera une stigmatisation encore plus forte des passionnés qui n'ont aucun soucis avec leur consommation de JV... NON....



En ce qui concerne l'autre point que je souligne je trouve quand même qu'on ce donne les priorité que l'on veux parce que trouver un vrai remèdes aux maladies que j'ai cité serait peu-être un petit peu plus important pour l'humanité non ?!

 

Par contre je soulignerais juste que cette phrase est un peu démago et facile.
Et surtout légèrement malhonnête intellectuellement parlant...

En vrai, ce ne sont pas les mêmes personnes qui vont s'occuper du cas du JV et des remèdes pour les maladies.

S'occuper d'un truc n'empêche pas une organisation de s'occuper d'un autre.

Sinon on ne fait plus rien sur aucun sujet tant qu'on as pas régler la faim dans le monde....



#21 HagiLunacy

HagiLunacy

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 863 messages
  • ID Steamhagilunacy

Posté 04 janvier 2018 - 11:36

Par contre je soulignerais juste que cette phrase est un peu démago et facile.
Et surtout légèrement malhonnête intellectuellement parlant...

En vrai, ce ne sont pas les mêmes personnes qui vont s'occuper du cas du JV et des remèdes pour les maladies.

S'occuper d'un truc n'empêche pas une organisation de s'occuper d'un autre.

Sinon on ne fait plus rien sur aucun sujet tant qu'on as pas régler la faim dans le monde....

 

Oui cette phrase est facile mais c'est bien la où est le problème !

Je rappel tout de même qu'en 2016 c'est 1 millions de personnes qui meurt du VIH.

Je rappel également que des dizaines de milliers de personnes (mais ce sont des Africains ça doit moins compter qu'un ado accro aux JV qui doit être quand même bien plus grave) sont mortes et meurt de l'épidémie d'Ebola mais vue que c'est en Afrique c'est moins intéressant ...

Et je ne parle que des maladies et épidémie que je connais.

Tu trouve toujours qu'il y a le temps à l'OMS de dépêcher une dizaine de personnes pour statuer de l'addiction aux JV ? Où on fait comme tout le monde et ont ce dit que vue que ça ne nous arrive pas on s'en fou.

Je suis extrêmement critique sur ce point parce que même si l'addiction existe belle et bien (il ne faut pas ce mentir non plus) des maladies bien plus grave tues des millions de personnes chaque années mais on entend pas grand chose à leur sujet (sauf quand un médecin altruiste ramène par erreur une épidémie Africaine dont on aurait sans doute jamais entendu parlé sinon).



#22 kels

kels

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 587 messages

Posté 04 janvier 2018 - 13:22

Franchement quand on voit comment certains deviennent des ultras refermé sur eux même juste pour du jeux vidéos, un truc virtuel il ne faut pas s’étonner d’arriver à de tel conclusion. Même si cela reste une partie infime de la masse de joueurs dans tout le monde entier.
Ensuite découle le camps des fanboy extrémis de tout bord.

#23 CastorTroy11

CastorTroy11

    Vétéran

  • Membres Premium
  • 4 019 messages

Posté 04 janvier 2018 - 21:38

 

Oui cette phrase est facile mais c'est bien la où est le problème !

Je rappel tout de même qu'en 2016 c'est 1 millions de personnes qui meurt du VIH.

Je rappel également que des dizaines de milliers de personnes (mais ce sont des Africains ça doit moins compter qu'un ado accro aux JV qui doit être quand même bien plus grave) sont mortes et meurt de l'épidémie d'Ebola mais vue que c'est en Afrique c'est moins intéressant ...

Et je ne parle que des maladies et épidémie que je connais.

Tu trouve toujours qu'il y a le temps à l'OMS de dépêcher une dizaine de personnes pour statuer de l'addiction aux JV ? Où on fait comme tout le monde et ont ce dit que vue que ça ne nous arrive pas on s'en fou.

Je suis extrêmement critique sur ce point parce que même si l'addiction existe belle et bien (il ne faut pas ce mentir non plus) des maladies bien plus grave tues des millions de personnes chaque années mais on entend pas grand chose à leur sujet (sauf quand un médecin altruiste ramène par erreur une épidémie Africaine dont on aurait sans doute jamais entendu parlé sinon).

 

Non mais sur le fond on est d'accord mais tu sais bien que ça ne fonctionne pas comme ça...

Dans l'immédiat, les gens qui se penchent sur le soucis en question n'ont aucune compétence quand au VIH ou autre... Un psychologue n'est pas un virologue. Donc que X psy se penchent sur ce soucis n'empêche pas le travail des chercheurs sur les virus et autres maladies..



#24 Galak67

Galak67

    Beginner

  • Membres
  • PipPip
  • 420 messages
  • Lieu:Strasbourg
  • GamertagGalak67
  • ID Nintendo NetworkGalak67

Posté 05 janvier 2018 - 12:47

On peut prendre les addictions sous différents points de vue, physiologiques, affectif, psychologique, ...

Si on la regarde à travers le prisme de la valorisation, la plupart des autres sources d'addictions (lecture, film, ...) ont une composante essentielle : elles ne vous valorisent que si elles sont partagées socialement. Même dans le sport, c'est en se confrontant aux autres qu'on se valorise et bien-sûr en partageant ses exploits aussi minimes soient-ils. On a beau être dépendant, psychologiquement et/ou physiquement, cela ne rompt pas le lien social. La personne peut donc être détectée / gérée par la société.

 

Le problème du jeu vidéo est qu'il est autovalorisant par nature, on peut presque dire que c'est mécanique. C'est maintenant possible de le faire, mais on n'a absolument pas besoin de partager socialement son expérience vidéoludique pour qu'elle soit valorisante. Bien-sûr ceux qui ont un tissu social ne vont pas se gêner pour utiliser le JV pour se valoriser au sein de leur(s) groupe(s). Mais ceux qui sont isolés peuvent très bien le rester, voir s'enfermer davantage et finir par se couper de la société. Et c'est ça qui est dangereux. C'est le principe même de la différence entre une religion et une secte (la seconde coupe les liens sociaux). C'est dangereux pour eux car on ne peut plus les aider en cas de problème et c'est dangereux pour le groupe car l'individu est devenu incontrôlable par le groupe.

 

Aussi, un autre aspect à ne pas négliger c'est que l'industrie du JV est particulièrement juteuse et on sait tous qu'un conseil d'administration quelconque qui pourra se mettre quelques millions de dollars en plus dans la poche quitte à rendre malade des gens ne s'en privera pas. Il suffit de s'intéresser au scandales alimentaires (dont le sucre cité plus haut, ajouté bien plus que nécessaire et posant un vrai problème de santé publique), pharmaceutiques et autres pour s'en convaincre.

Aussi, cela peut être une volonté préventive de l'OMS envers l'industrie : "n'abusez pas trop quand même, on vous surveille".

 

Bref, dans tous les cas on est sans doute - très très - peu nombreux ici à être concernés (sinon on serait pas là !). J'ai connu quelqu'un (un ancien voisin de l'immeuble d'en face) qui s'est réfugié à plus de 30 ans dans Second Life ( vous l'aviez oublié hein ;) ) pendant son chomage, ça s'est fini par un divorce, c'était sa mère (donc la grand-mère du petit et voisine aussi) qui s'occupait de petit pendant les week-ends et les vacances de sa garde... Histoire de ne pas trop étaler sa misère, on va dire qu'il se contentait de "survivre" dans sa vraie vie pour vivre dans sa seconde mais bon voilà, je vous fais pas un dessin ; ça a duré plus de 2 ans. Je ne sais pas trop ce qu'il est devenu, sa maman a réussi à le faire prendre en charge et il a déménagé. Ce n'est pas le jeu vidéo qui a gâché une bonne partie de sa vie, il s'en est chargé tout seul et a sans doute bien abimé celle de son ex femme et de son fils. Cependant le jeu vidéo a été un très bon moyen pour y arriver.

Je connais un autre cas d'un étudiant déprimant de ses échecs  scolaires plongé dans le JV mais rattrappé au vol par ses parents assez rapidement (1-2 mois). Il a aujourd'hui une bonne situation et s'amuse dans l'eSport à côté.

 

Ce qui les a sorti de leur problème, c'est un tissu social autour d'eux. Qui pour s'occuper de ceux qui n'ont personne ? pour aider les thérapeutes qui n'ont pas beaucoup d'outils face à ces problèmes ? Si l'OMS répond présent moi je suis pour.



#25 CastorTroy11

CastorTroy11

    Vétéran

  • Membres Premium
  • 4 019 messages

Posté 06 janvier 2018 - 01:14

On peut prendre les addictions sous différents points de vue, physiologiques, affectif, psychologique, ...

Si on la regarde à travers le prisme de la valorisation, la plupart des autres sources d'addictions (lecture, film, ...) ont une composante essentielle : elles ne vous valorisent que si elles sont partagées socialement. Même dans le sport, c'est en se confrontant aux autres qu'on se valorise et bien-sûr en partageant ses exploits aussi minimes soient-ils. On a beau être dépendant, psychologiquement et/ou physiquement, cela ne rompt pas le lien social. La personne peut donc être détectée / gérée par la société.

 

[...]

 

Bref, dans tous les cas on est sans doute - très très - peu nombreux ici à être concernés (sinon on serait pas là !). J'ai connu quelqu'un (un ancien voisin de l'immeuble d'en face) qui s'est réfugié à plus de 30 ans dans Second Life ( vous l'aviez oublié hein ;) ) pendant son chomage, ça s'est fini par un divorce, c'était sa mère (donc la grand-mère du petit et voisine aussi) qui s'occupait de petit pendant les week-ends et les vacances de sa garde... Histoire de ne pas trop étaler sa misère, on va dire qu'il se contentait de "survivre" dans sa vraie vie pour vivre dans sa seconde mais bon voilà, je vous fais pas un dessin ; ça a duré plus de 2 ans. Je ne sais pas trop ce qu'il est devenu, sa maman a réussi à le faire prendre en charge et il a déménagé. Ce n'est pas le jeu vidéo qui a gâché une bonne partie de sa vie, il s'en est chargé tout seul et a sans doute bien abimé celle de son ex femme et de son fils. Cependant le jeu vidéo a été un très bon moyen pour y arriver.

Je connais un autre cas d'un étudiant déprimant de ses échecs  scolaires plongé dans le JV mais rattrappé au vol par ses parents assez rapidement (1-2 mois). Il a aujourd'hui une bonne situation et s'amuse dans l'eSport à côté.

 

Ce qui les a sorti de leur problème, c'est un tissu social autour d'eux. Qui pour s'occuper de ceux qui n'ont personne ? pour aider les thérapeutes qui n'ont pas beaucoup d'outils face à ces problèmes ? Si l'OMS répond présent moi je suis pour.

 

-> Le sport n'est pas que social, c'est faux de dire ça.

Le cas du pote dont je parlais dans le topic, le mec COURT TOUT SEUL tout les jours, et double dose le week-end, et ne voit plus ces potes...
Il fait un sport 1 fois par semaine qui fait qu'il fréquente des gens, mais il as aucune vraie relation sociale avec eux si ce n'est qu'ils sont présent a la même séance et qu'ils les as comme adversaire...

C'est "en vrai" mais y'a pas plus de relation qu'un mec qui jouerais en ligne en discutant du jeu avec un micro avec des inconnus...

Jamais depuis qu'il s'y est mis il y a quelques années maintenant, il n'as ne serait-ce qu'écourté un dimanche après-midi de course seul autour du village pour passer voir un pote ou même de la famille...

 

-> Les deux cas que tu cite, le Jeu Vidéo est devenu un refuge en réaction a d'autres problèmes, il n'était pas la source du problème.
C'est le fait d'avoir perdu son emploi qui l'as fait tomber dans l'excès de Second Life, pas le fait d'être tombé dans Second Life qui lui as fait perdre son emploi.
Son divorce est lié a sa dépression, qui s'est manifesté par une consommation non régulée et malsaine de Second Life, pas directement a l'excès de Second Life

 

C'est le fait d'être en échec scolaire qui as fait tomber le jeune dans l'excès de jeu...

Pas le fait d'être dans l'excès de jeu qui l'as mis en échec scolaire.

Ces 2 cas ne rentrent donc pas en ligne de compte dans le cadre potentiellement établi ici par l'OMS

Puisque le JV est une conséquence des problèmes dans ces 2 cas.

Alors que l'OMS s'intéresse au JV qui est la cause des soucis...



#26 baby75

baby75

    Vétéran

  • Membres
  • PipPipPip
  • 4 350 messages

Posté 06 janvier 2018 - 03:47

Oui enfin la bigorexie qui est la maladie de la dépendance au sport excessif est aussi une maladie reconnue par l'OMS. Si il y a un effet de dépendance excessive possible dans le JV il est tout à fait normal que ce soit pointé par l'OMS. Personne n'a jamais dit que le JV c'était mal, juste qu'il faut faire attention aux dérives et êtres attentif aux symptômes. Non parce que si on suit vos raisonnements alors à ce moment là faut pas non plus parler de toxicomanie parce que soit disant à la base les gens se droguent parce qu'ils ne se sentent pas bien dans leur vie... Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de si scandaleux d'accepter que le JV peut avoir dans certains cas un haut degré d'addiction et de dépendance.




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)