>
>
Après le polémique Unity, faut-il avoir peur d'Assassin's Creed Syndicate ?

Après le polémique Unity, faut-il avoir peur d'Assassin's Creed Syndicate ?

Par François Bliss de la Boissière - publié le
Image

Bugs techniques, polémiques historiques, Assassin's Creed : Unity a été révolutionnaire là où on ne l'attendait pas. AC : Syndicate, l'épisode 2015, a donc pour double vocation de corriger le tir, d'abord médiatique, puis de réussir encore une fois un pari conceptuel et technique.

Mais bonne volonté, compétences et énergies décuplées dont ne manquaient sûrement pas Assassin's Creed : Unity suffiront-ils à garantir un produit sans défaut le jour de la sortie ? A quelques jours du lancement, là est la question.

Note : Attention, cette chronique n'est ni une "preview", ni un test.

Les opinions et vues exposées dans les éditos ne reflètent pas forcément 
celles de l'ensemble de la rédaction de Gameblog.


Le nouvel Assassin's Creed sort ce vendredi 23 octobre et en joueur avide des mondes parallèles, j'ai très très envie de plonger dans le Londres de la révolution industrielle. Très envie mais aussi très peur.

La sortie laborieuse de Unity fin 2014 avec tous ses problèmes techniques laisse un souvenir mitigé. De la même manière que, d'un point de vue historique et politique, le traitement un peu léger (si l'on se fie aux historiens et spécialistes) de notre Révolution laisse un goût amer.

Pourtant, une fois passés tous les débats techniques, commerciaux et intellectuels que mérite le jeu vidéo au même titre que n'importe quel autre produit culturel qui, notamment, revisite l'histoire, il faut bien reconnaître que, un an plus tard, la reconstitution historique de Paris de Unity continue de laisser un souvenir impérissable.

Grâce au travail phénoménal des studios Ubisoft, le Paris de 1789-93 ne me quittera plus jamais.

Et je m'apprête à y retourner régulièrement, oui, en voyageur du temps / touriste virtuel. Cette immersion interactive dans les rues de la capitale au milieu d'une population de braillards en loques ou huppée a rejoint dans ma représentation réalistico-fantasmatique du monde passé les films Barry Lindon, Dangerous Liaisons, The Age of Innocence, Marie-Antoinette (Coppola), A Royal Affair, Les Adieux à la Reine qu'il faut avoir vu... (eh, non, pas Les Mariés de L'an deux de Jean-Paul Rappeneau, ni l'opéra rock La Révolution Française). Après le fantastique voyage turquoise dans les caraïbes de Black Flag et la traversée de Paris sous la révolution, je n'attends pas moins de l'immersion dans le Londres enfumé de 1868.

Damage control

Ubisoft a indiscutablement un savoir-faire unique dans sa capacité à coordonner le travail de plusieurs de ses studios internationaux autour de ses plus gros projets. Mais au delà de ses envies et besoins créatifs intrinsèques, cet Assassin's Creed londonien piloté par Ubisoft Québec (8 autres studios Ubisoft y sont attachés) a forcément été obligé de prendre à son compte un sérieux cahier des charges en réaction à l'épisode pas aussi révolutionnaire que prévu de 2014 piloté, lui, par Ubisoft... Montréal.

Ainsi, en théorie, Syndicate doit autant être une opération de cautérisation des blessures techniques de Unity que de réconciliation avec le public et les médias.

Même sans être officiellement déclarée, et sans forcément avoir repéré chaque détail, l'opération de communication, parfois vraiment intégrée au gameplay, a bien démarré. À commencer par la plus voyante et tout à fait bienvenue malgré son ostentation...

Elle et lui et l'inconnu technologique

En réponse aux accusations de ne pas avoir de personnages féminins parmi la troupe d'Assassins de Unity, Ubisoft réussit le tour de force logistique et scénaristique d'inventer un couple de héros jumeaux garçon et fille dans Syndicate. Pour circonscrire les dysfonctionnements techniques, l'aventure à Londres se passe de tout mode multijoueur (on ne s'en plaindra surtout pas ici).

L'absence d'une appli compagnon déportée sur tablettes devrait aussi avoir simplifié le travail des développeurs auxquels, jusqu'à l'année dernière, on demandait plus à chaque épisode. Et cette fois, en l'absence de développement sur PS3 et Xbox 360, le moteur graphique "next-gen" d'Assassins semble entièrement dédié à la PS4 et à la Xbox One.

Mais quid de la version PC disponible un mois plus tard et désormais dernier maillon technique faible des blockbusters (Batman Arkham Knights et quelques autres) ? Même en admettant que ces différentes solutions techniques et créatives permettent au jeu de trouver un meilleur équilibre, il reste encore des questions en suspens.

Lire la page 2 "Racolage par la violence"...


Ces chroniques, interviews et dossiers vous intéressent ? 
Devenez membre Premium pour nous aider à financer ce genre de contenus 
et bénéficier de nombreux avantages. 

La rédaction vous recommande

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go + Fifa 17
Neuf : 369,80 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Pack Fnac Console Xbox One S 500 Go + Ma…
Neuf : 329,90 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 270,74 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 249,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 329,90 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 299,90 €
Casque de réalité virtuelle HTC Vive
Neuf : 949,00 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 35,91 €
Console New Nintendo 3DS XL Pokémon Sole…
Neuf : 229,78 €
49 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (49)