>
>
Watch Dogs et Mario Kart 8 : deux visions du jeu vidéo AAA

Watch Dogs et Mario Kart 8 : deux visions du jeu vidéo AAA

Par Nicolas Courcier - publié le
Image

Il peut paraître étonnant de mettre dans le même sac des jeux aussi différents que Watch_Dogs et Mario Kart 8. Pourtant, s'ils apparaissent dissemblables dans leur approche et leur gameplay, il n'en demeure pas moins deux blockbusters vidéoludiques absolus et d'extrême importance pour leur développeur respectif. Chacun doit en plus porter sur ses épaules des ambitions qui ne se cantonnent pas qu'à la seule sphère ludique


Le beau gosse

Watch_Dogs est la nouvelle licence d'Ubisoft, qui se propose d'explorer encore davantage la mécanique du monde ouvert - plus encore que ne le ferait un épisode d'Assassin's Creed -, en usant d'une thématique urbaine et contemporaine, à la manière de GTA. Il s'agit évidemment d'un pari d'importance pour l'éditeur français, qui voit dans le titre des studios de Montréal un potentiel porte-étendard, capable de se hisser à la hauteur de la saga Assassin, et qui pourrait ainsi la soulager du poids colossal qu'elle porte. 


Le choix de faire de Watch_Dogs un GTA-like n'est évidemment pas anodin, tant il s'agit là du genre "star" par excellence de la génération précédente de consoles, ainsi que de la suivante. Réalisme de l'univers, gestion de la foule complexe, ville fourmillant de détails, gameplay multiples (TPS, hacking, course), quêtes annexes nombreuses : Watch_Dogs déroule la panoplie du parfait petit GTA-like et se pose comme une offensive directe à la saga millionnaire de Rockstar. On attend également le titre sur le terrain purement technique, sa performance à ce sujet sera ainsi largement scrutée par les joueurs et les observateurs. Un contenu riche, dans un corps d'athlète, en somme. Au final, Watch_Dogs représente LE blockbuster par excellence, rempli d'ambition, celui qui fera référence pour Ubisoft sur la nouvelle génération de machines, quelle que soit sa qualité au final. 


Le bon père de famille

A l'opposée, Mario Kart 8 symbolise lui la force tranquille. Il était évident qu'un épisode de la saga ferait escale sur Wii U et son annonce n'a surpris personne. Les joueurs ont alors connu le cycle habituel de tous fans de la saga : lassitude initiale, attente polie, puis excitation qui monte en flèche à quelques jours de la sortie du jeu ! Nintendo poursuit ce qu'il a toujours fait : itérer autour de ses licences fétiches, de ses univers maison et ses personnages iconiques. Pour ce futur volet Wii U, il ne faut pas s'attendre à quantité d'innovations, ou de bouleversements. Mais au final, ce n'est pas très important, la refonte HD suffit à satisfaire les plus exigeants. Il arrive, bedonnant, mais sûr de lui.


Pourtant, ce qu'il fait, Nintendo le fait bien. Le titre reste cet incroyable chantre du jeu multijoueur et fait étalage de tout le génie de game design de la firme. A-t-on besoin de beaucoup plus ? Il est en tout cas évident que nombreux vont être les joueurs à replonger (moi le premier) et le titre symbolise une fois encore l'étanchéité de Nintendo vis-à-vis de ce qui se produit ailleurs. Pour le meilleur ou pour le pire. 


Un portefeuille à remplir

Avec leur titre respectif, Nintendo et Ubisoft entendent évidemment convaincre joueurs comme critiques. Même s'ils n'ont pas grand chose en commun, Watch_Dogs et Mario Kart 8 partagent la lourde tâche de devoir exceller à tous prix. Le premier d'abord doit conforter les ambitions d'Ubisoft sur next-gen, marquant ainsi le coup d'envoi réel des hostilités. Il permettra, s'il est réussi, de justifier la dépense auprès des joueurs - rôle qu'il aurait dû tenir en day-one, en accompagnant la PS4 dans un bundle dédié. Surtout, Watch_Dogs devra faire mentir les plus sceptiques et se relever de sa mauvaise passe et des débats sur la downgrade graphique qu'il aurait subi. Le pari pour Ubisoft est de consolider aussi sa place de troisième éditeur mondial, voire de progresser dans ce classement. Après une première étape franchie avec les sorties de Splinter Cell, Prince of Persia Les Sables du Temps ou Beyond Good and Evil, puis une seconde au moment de l'arrivée d'Assassin's Creed, l'éditeur français doit poursuivre sa course vers l'avant, tout en faisant croître son portefeuille de licences. Ubi s'attaque donc au GTA-like en incluant dans son titre toutes les composantes qui définissent le genre. Un moyen pour lui de gonfler les pectoraux et d'imposer son statut. Le jeu doit aussi être un fleuron technique, capable de poser des jalons pour la suite. 


Mario Kart 8 lui, est envisagé par beaucoup comme la dernière carte qu'il reste à jouer par Nintendo pour vendre sa Wii U. Alors que des rumeurs de plus en plus insistantes laissent entendre que la machine qui lui succédera pourrait être bientôt présentée, la dernière-née de Big N doit réussir son année 2014 et met dores et déjà toutes les chances de son côté, en s'affichant en bundle avec le jeu sus-cité. La sortie de Mario Kart 8 pourrait en tout cas marquer une hausse des ventes de la console et ainsi relancer l'espoir et l'intérêt autour de la Wii U. On constate en tout cas que le jeu se pose comme l'antithèse de la console qui l'abrite, en remisant au placard la moindre fonctionnalité innovante liée au GamePad. Une manière de ne pas subir le désamour lié à la console ?

Une fin de mois et deux blockbusters. Au petit jeu des chiffres pourtant, le plus coriace n'est pas forcément celui que l'on croit. Alors que Watch_Dogs paraît bien plus attractif auprès des gros joueurs, il ne faut pas sous-estimer le jeu de Nintendo.

Pour mémoire, depuis sa sortie en avril 2008, Mario Kart Wii s'est écoulé à 35 millions d'exemplaires (un chiffre proprement hallucinant ; un possesseur de Wii sur trois l'a acheté) et apparaît dans le trio de tête des titres les plus vendus de tous les temps. Il devance par conséquent les Call of Duty (25 millions environ pour Black Ops), les Assassin's Creed (13 millions pour AC III) et ne paraît pouvoir être rattrapé que par GTA V (32,5 millions au 31 décembre dernier) dans la course au jeu le plus vendu de la génération passée. Bien entendu, le contexte de sortie de son successeur lui promet une tâche plus ardue...

La rédaction vous recommande

66 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (66)