Point-pourpre

Point-pourpre

Par Zinzolin Blog créé le 01/08/11 Mis à jour le 27/05/15 à 17h05

Un blog modeste d'un joueur qui porte le nom d'une couleur commençant par Z.

Ajouter aux favoris
Signaler

Bonjour à vous ! Aujourd'hui j'ai décidé d'écrire quelque chose et de chasser ma paresse légendaire. Mais puisqu'elle persiste je ne vous parlerai pas d'un jeu récemment sorti, je ne vous parlerai même pas d'un jeu mais d'un seul évènement de celui-ci. Nous allons donc parler de Batman : Arkham City, j'en profite donc à quelque semaine de la sortie de Batman Arkham Origins pour poster ce billet, après il n'aurait aucun intérêt puisque ce billet partage anecdote et spéculation. C'est en quelque sorte mon argument pour dire : "Oui ! Je trouve Batman : Arkham City pas terrible, mais j'y crois encore !" Parce que, mine de rien, le jeu est ponctué par de très bonne idée, comme par exemple et surtout  le combat contre Mister Freeze.

Permettez-moi de caricaturer, mais sur cette génération qui vise absolumenet, du côté des Américains et Européens dans les jeux d'action, une tendance crédible et réaliste, le battle boss n'est-il une coutume de jeux vidéo incompatible. César Borgia dans Assassin's Creed Brotherhood, Becker et son lance-grenade dans Max Payne 3 ou  Dargovich dans Call of Duty : Black Ops. Autant d'ennemi dans un contexte réaliste qui ne peuvent pas arriver avec un sac de PV ou une technique (intéressante) à répéter trois fois pour en venir à bout quand bien même leur confrontation doit être forte pour coïncider avec le scénario. C'est tout de même ironique car les affrontements contre les ennemis dans le précédent épisode était tout aussi anecdotique que les battle boss de la concurrence. Même au sein de Batman : Arkham City, ce fût le seul face-à-face contre un super-vilain qui fût intéressant. Surprenant quand on sait que les ennemis du Chevalier et ses relations avec eux sont mis en avant par les auteurs de comics et les cinéastes qui les ont réinterprétés à l'écran.

 

La scène en question se déroule vers la deuxième moitié du jeu. Alors que Batman avait passé un marché avec Mr Freeze celui-ci se retourne contre lui car il est bien décidé d'éliminer le Joker et à retrouver sa femme. Batman manquant de temps pour satisfaire sa demande - en effet le temps est compté et la femme de Freeze peut attendre - il va devoir neutraliser Mr Freeze au sein d'un commissariat réaménagé en laboratoire de cryogénicien fou. Le combat se passe ainsi dans une arène de grandeur semblable aux salles d'infiltration dites Predators et sans limite de temps.

 

Malheureusement, Freeze est armé d'un fusil à glace, il n'est pas envisageable de l'attaquer de front. L'infiltration est de mise : Discretion, prise de risque et sang froid sont nécessaires face à un ennemi pouvant suivre vos traces de pas (votre empreinte thermique) et, bien qu'étant particulièrement lent, capable de vous attaquer de n'importe où grâce à des drones. Les drones devraient être éliminés en plein vol pour que l'affrontement reste dans une certaine mesure équitable. Rien de très original dans tout ça. Il suffit de se remémorer le combat contre Vulcan Raven dans Metal Gear Solid ou The Fury et The End dans Metal Gear Solid 3 pour voir que les parties de cache-cache seul-à-seul n'a pas été inventé par Rocksteady. Cependant, il y a eu un détail qui change une séquence qu'on s'attendait plate en quelque chose de savoureux : Batman, et par extension le joueur, ne peut pas utiliser deux fois la même technique.

 

Toutes les possibilités qui ont été entrevues dans les précédentes scènes d'infiltration par le joueur sont recommandés pour venir à bout de notre adversaire : Une attaque furtive par derrière, par les airs, surgir d'un grillage au sol, user d'un brouilleur pour désarmer le super-vilain, le bloquer à l'aide d'un moteur électrifié ou provoquer un court-circuit. Sans être exhaustive, une dizaine de possibilité s'ouvre au joueur. Le nombre de technique requise pour vaincre Victor Fries varie selon le mode de difficulté choisie, mais le scientifique trouvera toujours une parade pour vous empêcher de vous répéter. On se retrouve face à une illusion d'intelligence artificielle où l'intelligence apprend de ses erreurs pour devenir plus performant.

 

En quoi cette séquence tient-elle du (petit) génie alors ? D'abord, elle s'éloigne du schéma classique des jeux d'action qui est de réaliser une chorégraphie plusieurs fois sur l'ennemi alors que des éléments secondaires viennent compliquer le panttern. Puis, elle oblige le joueur à user des possibilités du jeu alors que dans d'autres séquences celle-ci sont qu'accessoire. Dans Metal Gear Solid 3, face à The Fury, nous sommes aussi sollicités à user de quelques stratégies retors pour venir à bout plus facilement de l'ennemi néanmoins on trouve ce plaisir que dans les niveaux de difficultés exigeant, tandis qu'ici tous les joueurs doivent faire preuve d'astuce. Enfin, le joueur n'est pas dans la stratégie pure et même en ayant en tête toutes les ouvertures d'attaque la mise en application des techniques n'en est pas moins facile à cause de la technologie de notre adversaire.

 

Quand je me remémore cette scène j'ai envie de jouer à Arkham Origins parce que cette fois-ci on insistera moins sur un décor - un asile, une ville - que sur un héros faisant ses preuves et ses ennemis. Dois-je vous rappeler le pitch de ce prochain titre ? Black Mask a mis la tête de Batman à prix et huit assassins sont à sa poursuite à la veille de noël. Huit assassins. Si la décision de mettre plus avant les méchants s'applique aussi bien dans la communication qu'au jeu lui-même alors on peut espérer quelque chose de bien d'Arkham Origins : des affrontements d'anthologie qui seront comparable à ceux du média de base, les comics du chevalier noir.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Je ne sais pas pourquoi, mais quand je pense Mr Freeze, je vois Schwarzy...et tout de suite, c'est pas glop...

Édito

Je n'ai plus le temps d'écrire ou de tenir un blog. Je n'ai jamais réussi d'ailleurs, écrire à un rythme régulier, avoir toujours les derniers jeux sortis et faire de magnifiques mises en page illustrées ; tout ça ce n'était pas pour moi. Néanmoins, pour des cas exceptionnels je posterai des billets ici.

Archives

Favoris