Point-pourpre

Point-pourpre

Par Zinzolin Blog créé le 01/08/11 Mis à jour le 27/05/15 à 17h05

Un blog modeste d'un joueur qui porte le nom d'une couleur commençant par Z.

Ajouter aux favoris
Signaler

Ah ! Cela fait un moment que je n'ai pas écrit quelque chose! La faute aux sujets viennent et partent ; alors le mieux maintenant c'est d'écrire sur le coup, sans trop réfléchir sur la forme ou la mise en page car ce genre de détails qui me cassent l'inspiration et le moral. Aujourd'hui, je vous partage une courte réflexion sur une news parure sur gameblog. Vous me direz qu'il faudrait mieux poster ça sur le forum en question, mais j'ai l'impression que notre nombre important m'empêche de discuter sur une longue période (asociale ?) et puis le blog est en manque d'activité.

La news publiée parle du fait que très peu de joueurs finissent leurs jeux ; ne redonnons pas le nombre parce que j'ai quand même un doute sur sa précision bien qu'il ne doit pas être loin de la vérité. Les gameblogueurs ont tout de suite commenté soit citant les jeux qu'ils finissent, soit en faisant quelques réflexions plus intéressante à mon goût. Et en effet, suite à ces remarques il y a de quoi se poser des questions sur la sincérité des joueurs. Ils se plaignent du prix des jeux à leur sortie, ils se plaignent que les jeux soient plus courts dans la tendance de Call of Duty seulement très peu finissent leurs jeux.

Moi aussi, Wolverine, je suis désamparé par ces statistiques... Comment finir un jeu de combat ?!

Avant de proposer des solutions comme un grand idéaliste, il faudrait déjà identifier la cause du problème. ( si c'en est vraiment un ?) Déjà se rendre compte que les joueurs qui jouent parce qu'ils veulent voir la fin de l'histoire ou pour découvrir des nouveautés de gameplay ne forment pas, évidemment, 90% des joueurs. Ce sont les joueurs occasionnels qui forment la masse et vu leur définition même ça ne m'étonne pas qu'ils ne voient jamais la fin d'un jeu. Mais, même en acceptant cette réalité, l'hypothétique 90% de joueur qui ne finissent pas reste difficilement concevable. Il faut donc encore creuser.

Le prix conséquent des jeux devraient pousser le consommateur à les finir pour ne pas avoir l'impression de jeter de l'argent par la fenêtre, l'accessibilité des titres qui a pour objectif d'attirer les néophytes devrait aussi marcher dans ce sens comme la faible durée de vie est aussi un « bon » facteur. Un constat se pose : Le joueur est mauvais, le joueur ne sait pas ce qu'il veut et éventuellement les jeux sont mauvais... Attendez ! Non ! Ce n'est pas possible !

Ce jeu fait environs une heure ou deux. Alors, l'excuse pour ne pas le finir est simple : on ne l'aime pas.  N'allez pas chercher plus loin.

On a une génération de joueur qui serait si mauvaise que ça ? Des joueurs beaucoup trop habitués aux multijoueurs et à leurs aspects compétitifs pour pouvoir s'intéresser à des aventures solitaires de plus de 5 heures ? Des joueurs drogués aux petites expériences sur internet et smartphone ? On ajoute ça à une génération qui a dû miser sur ses graphismes donc la contemplation pour pouvoir se vendre et on obtient des gens qui veulent des jeux vidéo réalistes où on ne fait rien. L'accessibilité des jeux n'ont donc finalement servi à rien sur le long terme. Certes, c'est une victoire pour les éditeurs d'avoir réussi à vendre ces jeux, mais c'est une perte pour les hardcore gamer et les développeurs qui doivent accepter qu'on achète leurs oeuvres juste pour avoir une claque et non pour le savourer entièrement.

En même temps, il faut constater que c'est aussi - pour ne pas dire en grande partie - la faute de la société  : On nous pousse à toujours consommer, à nous faire croire que c'est en ayant tous les biens du monde qu'on sera heureux. Je trouve que le piratage est particulièrement révélateur, on télécharge des films qu'on n'aurait jamais eu envie de voir pour un sou, on le regarde et on passe à autre chose. Est-ce que ça change leur vie ? Non. On engloutit plus qu'on apprécie et j'ai bien envie de rire quand je vois tous les achats de certains, leur énorme collection de jeux qui, au final, ne seront jamais fini. Ils ne font pas une collection, ça ressemble juste à des achats compulsifs et bien que le jeux vidéo soit chers, bien qu'on critique le manque de variété et d'originalité, ils sont tellement surcotés qu'on se retrouve tous avec un surplus.

Resonance of Fate, ce qui me freine à l'achat : 60 heures pour voir le bout du tunnel. Comment ça les images ne servent pas le texte ?

Je pourrais commencer à faire des remarques sur le manque d'exigence de la presse, mais là n'est pas le problème. Le problème vient d'un critère de test que je trouve complètement absurde : la durée de vie. À titre informatif savoir si son jeu fait 8 heures ou 15 heures c'est plutôt bien, mais on ne peut la considérer comme une donnée vraiment fiable sur la qualité d'un jeu à elle seule. Un film faisant deux heures et demi n'est pas forcément meilleur qu'un film d'une heure et demie. Le nombre de page d'un livre ou d'une BD est peut-être valable (et encore) quand on fait une comparaison page et prix, mais majoritairement les jeux font 70 € à leur sortie. La durée de vie ne peut donc pas être considéré comme un critère de notation fiable, elle témoigne juste de cette idée que « Plus c'est toujours mieux » plutôt une approche unique à chaque jeu.

Je pense avoir dit ce que j'avais à dire. Les mauvaises langues diront que les jeux sont moins bons et que les développeurs sont des incapables, les pragmatiques prétendront que cela a toujours été comme ça et qu'il n'y a pas de débat, les sages nous conseilleront de bien choisir nos jeux pour éviter le surplus. Moi, à défaut de vous offrir une superbe conclusion je pose une nouvelle question : Combien de gens finissent-ils les livres, les histoires qu'ils lisent ?

Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Commentaires

BlackLabel
Signaler
BlackLabel

Les tests de la presse ne sont pas vraiment formatés. Le jeu en lui-même est aussi constitué de composantes objectives dont on peut rendre compte sans trop de dérapages personnalisants, pour peu que ce soit le but de celui qui écrit.



Quand aucun test ne repère les innombrables incohérences objectives d'un Red Dead Redemption pour au final dire que le scénario est excellent, ça me fait me poser de sérieuses questions. Surtout quand comme par miracle, y'a des joueurs qui eux les repèrent et ne sont pas pourtant payés pour porter un regard de professionnel sur le jeu qu'ils parcourent.
Strife
Signaler
Strife
Je le vois aussi en littérature. Et je pense que la diversité et l'accessibilité de l'offre n'y est pas totalement étrangère, quel que soit le média.

Par exemple quand j'étais gamin je n'avais pas grand chose à me mettre sous la dent niveau SF et Fantasy, même l'offre en mangas/BD était assez limitée; les classiques étaient faciles à repèrer mais c'était le flou pour trouver du nouveau. Maintenant on en a des rayons entiers bien mis en évidence même dans des grandes surfaces. J'ai des potes qui lisent un livre par mois ou par semaine, parce qu'ils trouvent ce qui les intéressent plus facilement que quand on était gamin et qu'on avait que Dune et Le Seigneur des Anneaux à se mettre sous la dent. Pour les jeux-vidéo c'est un peu la même chose. Et aussi parce que maintenant on a une part de budget plus importante consacrée là-dedans, parce qu'on est une génération de consomation de produits culturels.

En fait, même si je suis encore terriblement fauché, je préfère devoir passer à côté de bons jeux parce qu'il y'a trop de choix que parce que j'ai à peine de quoi m'en payer un par an et m'en faire offrir un autre.

[vieux_con] En même temps si y'a des gens qui achètent des jeux pour ne pas y jouer et en redemandent je ne vois pas pourquoi les industriels se priveraient de les traires comme des vaches-à-lait. Après tout, on n'a pas tous eu la chance d'être pauvres! [/vieux_con]

:P
Zinzolin_Hallucine
Signaler
Zinzolin_Hallucine
Toi, tu peux prendre tout ton temps pour ces expériences solo. Seulement, j'ai l'impression que d'autres se pressent et qu'ils rushent tout de suite pour avoir une autre expérience ; une mentalité que je vois pour le cinéma (qui est un média passif) mais pas pour la littérature (après bon je ne fréquente pas beaucoup les littéraires).

Et cette idée pressante, que le jeux vidéo va vite je le met le dos à la société de consommation et à la durée des générations qui sont, comme la dit BlackLabel dans son dernier article, trop courtes. Même si en contre-partie, cette idée d'être dans le vent rend les jeux sortis il y a plus de 6 mois ringards et permettent une baisse de prix.
Strife
Signaler
Strife
Je n'ai pas parlé d'avalanche et je reste intéressé par un nombre très restreint de jeux chaque année, justement parce que je n'ai jamais eu le temps ni l'argent pour me jeter sur tous les "bons" titres annoncés. En gros je me limite vraiment à ce que je suis sûr d'apprécier, et même comme ça j'ai du mal à tout faire. Jusqu'ici je n'ai acheté qu'un seul et unique jeu que j'ai trouvé rellement mauvais (genre, mauvais à le jeter aux oubliettes) : Alundra 2. C'était il y'a presque 10 ans ;)

*c-c-c-combo breakerrr*

Plus sérieusement, je suis assez objectif pour ne pas me convaincre qu'un jeu est bon parce que je l'ai acheté. Et pour savoir que l'appréciation d'ensemble que l'on peut avoir sur une oeuvre est toujours subjective (tu auras remarqué dans les comms de la news sur FFVII comment beaucoup différencient ce qu'ils pensent objectivement être le meilleur épisode de celui qui est leur préféré) et donc, forcément, dans ma tête ;)
Je me renseigne le plus possible avant pour savoir si j'aimerais le jeu, quitte à me faire méga-spoiler. Je sais que j'aimerais beaucoup Batman AC mais l'expérience AA me suffit pour l'instant; que j'adorerai Dark Souls mais que je dois d'abord finir son grand frère; que Dragon's Dogma me plaîrait sûrement mais que je n'aurais pas le temps d'y jouer, et il sera encore dans les bacs d'occase/invendus pendant quelques années; etc.
Enfin bref, de très bons jeux qui pourraient me plaire, même ces dernières années, j'en ai vu moins d'une dizaine par an et je suis loin de tous me les procurer.
Zinzolin_Hallucine
Signaler
Zinzolin_Hallucine
@Liehd ou devrais-je dire Le Gamer aux Mains Carrees : Je suis sûr qu'on a déjà eu ce débat, je ne veux pas savoir qui a eu raison la dernière fois, mais puisqu'on est toujours sur la même position autant répété ce débat, ce combat sans fin, encore une fois.

Les test s'adressent au plus grand nombre, on ne fait que cocher des critères comme les graphismes, la bande-sonore, le gameplay pour s'adresser aux plus grands nombres. Bien sûr que ça rassure les gens seulement ils ne finissent pas tous leurs jeux ? On peut en déduire qu'il ne les aime pas, même si le jeu en question ne répond à tous les critères. Je suis sûr que tu as déjà entendu des remarques de joueurs occasionnels qui condamnent un super jeu pour un point hors critique. Moi, je dis qu'un joueur habitué des test trouvera un jeu mauvais, mais n'aura pas énormément d'argument pour se justifier si ce n'est de dire que le jeu est nul parce qu'en contre-partie le jeu en question répond à tous les critères qu'on lui a appris.

Les test rassurent, les joueurs sont déçus, ils n'arrivent pas à comprendre et/ou s'exprimer et les choses ne changent pas. Étant donné qu'on ne les a pas habitué à des vrais critiquent. Il n'y a qu'un angle de vision (une vision sûre) mais on ne cherche pas forcément d'autre approche. Je reprend un passage du test de Max Payne 3 sur merlantfrit qui montre que les critères ne valent rien.

La qualité globale du titre, sa difficulté [3], ses animations, sa musique, son ambiance, tout cela ne sert à rien face à l’ennui généré par un level design paresseux, alignant salle après salle, [...] repoussant ad nauseam une fin qu’on voit pourtant venir dès les premiers chapitres.


Enfin, je n'attend pas à ce que tu acceptes cette réalité sans opposer de résistance B)

Pour Strife :

de nouveaux jeux parfois très bons sortent entretemps et on a de moins en moins de temps


Cette avalanche de jeux très bon qui sortent à en plus finir, sont-ils aussi bon ou c'est juste dans ta tête ? *combo thriller psychologie powa*
Strife
Signaler
Strife
Plein de bonnes pistes cet article!

De mon expérience personnalle, ce n'est pas vraiment qu'on ne finit pas les jeux, c'est surtout qu'on met parfois des années à les finir; on aime le jeu mais au bout d'un moment on sature, alors on passe sur un autre, et ainsi de suite; pour ne pas arranger les choses, de nouveaux jeux parfois très bons sortent entretemps et on a de moins en moins de temps. Oui, il y'a pas mal de jeu que j'ai commencé, mais ne serait-ce qu'en y jouant quelques heures de temps en temps, je compte bien les finir! Et je finis régulièrement de vieux jeux que j'avais depuis dix ans.
Il arrive cependant que je finisse un jeu d'une traite, ça veut dire qu'il aura été particulièrement bon, ou du moins qu'il aura eu un rythme et une durée de vie assez bien dosés pour qu'on n'ait pas envie de changer d'ambiance avant la fin.

Enfin bref, avec tout ce que tu soulèves et qui d'autres choses qui flouent les statistiques, je me dit que ces 10% au final ce sont les types qui ne s'attèlent qu'à un jeu à la fois, le plient à 100% et le revendent vite fait.
Moi j'y arriverait pas, simplement parce que j'aime découvrir au lieu de rusher, et sur certains jeux ça prendrait des mois (essayez de tout plier sauf la quête principale en seulement quelques jours dans un Elder Scrolls, par exemple...) dans la même ambiance, à faire la même chose... non merci! :P
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Les tests de la presse ne sont pas vraiment formatés : ils s'adressent au plus grand nombre, en fonction de critères précis pensés en fonction. Donc le fait qu'il n'y ait que de la redite, c'est plus rassurant qu'autre chose, vu sous cet angle.
La perception/réception du jeu vidéo reste subjective, mais le jeu en lui-même est aussi constitué de composantes objectives dont on peut rendre compte sans trop de dérapages personnalisants, pour peu que ce soit le but de celui qui écrit.
Donc je ne vois pas le souci. ;)
snkforever
Signaler
snkforever
Les tests de la presse, ça fait longtemps que je ne les prends plus en compte pour ma part ! (ça me sert tout juste d'indice minimum)
Zinzolin_Hallucine
Signaler
Zinzolin_Hallucine
On est d'accord, le jeux vidéo c'est vraiment subjectif : alors pourquoi les test de la presse sont formatés ?
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
De base j'aurais tendance à me sentir dans les 10%, mais si j'y pense y'a pas mal de jeux que je finis pas, voir certains que j'essaye à peine deux heures tellement c'est nul.

Puis c'est tellement subjectif le jeu vidéo. J'adore les gunfights d'Uncharted, pourtant quand je lis les critiques de Seblecaribou j'arrive à comprendre pourquoi il trouve ça légitiment pas bon. Je maîtrise la caméra de GTA pourtant je comprends très bien qu'elle fasse criser Pedrof (car avant de la maîtriser, elle me faisait criser aussi :lol: ).

Je considère personnellement que les jeux sont généralement pas bons, mal calibrés, même ceux que j'aime je suis toujours surpris en lisant la critique d'un autre de découvrir des défauts que je voyais pas forcément. En fait les jeux que je considère objectivement bons sont très rares. Même Dragon's Dogma que j'adore je suis sûr qu'on peut tout aussi bien le détester (pour de bonnes raisons j'entends :D ).

En fait y'a Motorstorm, Blood Money et Final Fantasy Tactics. Sinon, non B)
Zinzolin_Hallucine
Signaler
Zinzolin_Hallucine
J'aurais vraiment du mal à admettre que les core gamer qui finissent leurs jeux ne représente que 10%. Si on est un nombre si réduit ce serait phénoménale.
Et, je pense que si les testeurs seraient aussi exigeant et varié (le domaine que t'attaque toujours c'est la narration) que toi, on aurait moins d'achat de jeux mais sans doute moins de déception.

Metyst : L'idée de compétition qu'on retrouve dans notre média vient surtout du fait qu'au départ ça dépendait du scoring avec l'arcade tout ça... Quand on privilégiera le débat et la critique plutôt que les test, on aura une génération de joueur moins gamin et des jeux plus intelligent.
Pedrof
Signaler
Pedrof
Moi j'ai tendance à me dire que c'est logique que les joueurs terminent peu de jeux puisque ces joueurs sont sans doute pour une grande majorité ces mêmes joueurs occasionnels que les éditeurs ont cherché et sans doute réussi à draguer sur cette génération.

Ou alors 90% des joueurs sont d'accord avec mes tests et ont moins de patience que moi B)
Metyst
Signaler
Metyst
Ton article est très intéressant et je partage entièrement ton opinion.
Cette compétitivité qui fait partie intégrante des communautés de gamers est vraiment hypocrite. On peut avoir moins de jeux qu'une autre personne vantant sa collection et se prétendant ainsi meilleur joueur car pensant avoir acquis plus d'expérience (quand bien même ledit gamer n'aura pas fini la moitié de ces jeux...) et pas être considéré comme un "'core gamer" par ce fait...
On peut très bien adorer les jeux vidéos sans en avoir des tonnes, il faut juste savoir choisir des exemplaires qui nous attirent vraiment et profiter à fond de l'aventure, que vider son portefeuille en s'en procurant plein pour flatter son ego de joueur.
En général j'emprunte des jeux à d'autres personnes et je n'achète que si je suis sûre que le jeu m'occupera un bon moment.
De toute façon l'homme ne s'estime plus qu'en pouvoir d'achat.
glarko72
Signaler
glarko72
"On nous pousse à toujours consommer, à nous faire croire que c'est en ayant tous les biens du monde qu'on sera heureux" suffit de voir le samedi dans la rubrique "à quoi avez-vous joué" les mecs se vanter de finir x jeux en une semaine et avoir une pile de jeux qui les attends, je trouve ça hallucinant.

Édito

Je n'ai plus le temps d'écrire ou de tenir un blog. Je n'ai jamais réussi d'ailleurs, écrire à un rythme régulier, avoir toujours les derniers jeux sortis et faire de magnifiques mises en page illustrées ; tout ça ce n'était pas pour moi. Néanmoins, pour des cas exceptionnels je posterai des billets ici.

Archives

Favoris