Le nid du Zhibou

Le nid du Zhibou

Par zhibou Blog créé le 13/05/10 Mis à jour le 26/09/16 à 22h36

Le blog d'un animal nocturne qui se nourrit de cinéma, de jeux vidéos et d'autres aliments de la pop culture.

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinéma (Cinéma)

 

De tous les remakes orchestrés ces dernières années, voilà sans doute l'un de ceux qui aura fait le plus grincer des dents (l'auteur de ces lignes compris). S'attaquer au chef-d’½uvre de Paul Verhoeven, une tâche suicidaire tant le RoboCop de 1987 se place aujourd'hui encore comme une référence de la science-fiction au cinéma. Mais en prenant du recul, ce remake est-t-il si illégitime que ça? La franchise a déjà côtoyé les tréfonds du ridicule avec un troisième film catastrophique, des séries télé ringardes, et même deux séries animées pour enfants (à une époque où les films pour adultes avaient droit à leurs gamme de jouets dérivés). En accordant le bénéfice du doute, on pouvait donc espérer un retour un peu plus glorieux que les exemples cités. C'est donc José Padilha, réalisateur brésilien des deux excellents Tropa de Elite, qui se voit attribuer la lourde tâche de revisiter le film pour le public d'aujourd'hui. Le projet a déjà le mérite de ne pas être dirigé par le premier tâcheron venu ( on est loin d'un Louis Leterrier ou d'un Len Wiseman). Mais lorsque Padilha lui même, lors du tournage, annonce que 9 de ses idées sur 10 sont rejetées par le studio, l'on peut légitiment s’inquiéter de la direction prise par le film.

 

Pourtant le film part d'un excellent point de départ. En Iran, la société Omnicorp(OCP) fait une démonstration de l'efficacité de de ses robots pour amener la «paix» dans les régions difficile du monde, tout cela sous le regard d'un show télévisé présenté par Samuel L. Jackson. Dans ces quelques minutes pré-générique se dessine un propos plus qu'intéressant sur l'interventionnisme et le sécuritarisme américain. Une séquence qui alterne entre les points vue médiatisées et locaux, et où le personnage de Jackson arrive, malgré un retournement de situation défavorable, à vendre son point de vue au public. La scène est de plus bien construite et rythmé, l'héritage des guerillas urbaines des deux films précédent du réalisateur se fait sentir.Et n'est pas étranger à la réussite de cette amorce qui rappelle, par certains aspects, le District 9 de Neill Blomkamp. Une mise en bouche qui a le don de titiller l'attention du spectateur, même le plus sceptique. Un discours politisé d'actualité dans un remake hollywoodien moderne? Si seulement le reste avait suivi cette voie.

 

 

 

Malheureusement, le film ne sera jamais à la hauteur de cette introduction. Dés lors que le métrage doit se concentrer sur le personnage titre, l'on s'approche plus des craintes que les fans pouvaient avoir. Le RoboCop version 2014 est bien le produit aseptisé qui bafoue tout la portée tragique du film de Verhoeven. Avec une pléthore de choix narratifs douteux, le film perd tout se qui faisait la force du flic robot original. Le plus gros problème ici est que l'on est face au prototype même de l'«origins story» chère aux années 2000/2010, avec tout ce que ça apporte d'arc narratifs lorgnant vers l'explicatatif de bas étage. Là où le film du hollandais violent sublimait un postulat de série Z (on parle quand même d'un robot policier) avec la seule force des images (le moment poignant où RoboCop retourne chez lui entre autres), en 2014 le public se voit infligé des dialogues qui paraphrasent le déroulement de l'histoire. Et de ça la caractérisation des personnages en souffrent indubitablement, car sur-écrit. L'on troque la figure fantasmée de la famille de Murphy par une qui est bien trop présente et parasite le récit. La pureté et l'efficacité du scénario de RoboCop sont passés à la «dé-moulinette» narrative. Grâce à ce procédé, RoboCop passe plus de temps dans les laboratoires d'OCP que dans les rue de Détroit durant les deux heures de métrages.

 

 

 

Outre cette déconvenue qui alourdi péniblement le rythme du film, il faut aussi se faire à un personnage principal d'une banalité désarmante. L'Alex Murphy, tel que décrit dans ce remake, n'est guère différent d'un héros de série télé lambda. Un jeune flic cool et rebelle qui n'hésite pas à faire fi du protocole, il a même droit au sidekick black de circonstance (l'officier Lewis, oui la partenaire féminine de l'original). Le soucis ici, il n'y a aucun contraste entre l'homme et la future machine. Point de rookie idéaliste qui retrouve peu à peu son humanité, non Murphy garde complètement sa conscience et reste aussi fade du début à la fin. Point de mort dans la souffrance et l'humiliation, non une bête explosion, un coma et basta. Une définition du personnage qui amène a de grands moments de ridicule comme la séquence dugood cop / RoboCop. Le look du cyborg joue également dans l’absence d'impact sur la transformation. Changeant d'aspects plusieurs fois dans le récit, aucun ne convainc réellement. Trop armure et pas assez machine, il y a un toujours cette impression d'homme dans un costume (l'acteur n'aidant pas). Le héros passe la majeur parti du temps à visage découvert, on est loin du malaise procuré par le brillant design de Rob Bottin. Plus un Iron Man du pauvre qu'une machine imposante donc.

 

Un raté rédhibitoire que ne viennent pas arranger les séquences d'actions bâclées. Au choix plates ou illisibles, atténuées au niveau graphique par un PG-13 bien embarrassant, elles ne provoquent guère l'enthousiasme (même avec l'excellent Hocus Pocus de Focus en fond sonore). Pire, le contexte de Détroit, édulcoré au possible, laisse difficilement croire à une ville en proie aux crimes, l'impact des actions de RoboCop est pour ainsi dire quasi-nul à l'écran. Une absence de vision qui fait peine à voir, et se conclue sur un climax complétement dénué d'adrénaline. Une mise en scène d'une pauvreté de tous les instants ou aucunes images risquent de marquer le spectateur, la photographie délavé n'aidant pas. Même la musique se veut terriblement feignante, voguant sur la tendance (qui a trop duré) de Hans Zimmer. Elle se permet même de reprendre le motif musical du premier film comme simple gimmick, déformant au passage la portée évocatrice du morceau de Basil Poledouris. Plus grand choses à sauver de ce naufrage, à part peut-être le personnage de Gary Oldman.L'ingénieur sur le projet RoboCop apporte assez de conviction dans son jeu d'acteur pour rendre son parcours agréable à suivre. Ses lignes de dialogues sont bien les seules restes de la promesse de réflexion de départ. Michael Keaton et Samuel L. Jackson quand à eux cabotinent plus que de raison, ce qui peut être éventuellement considéré comme une source de satisfaction devant l'enthousiasme communicatif de leurs performance.

 

 

Ce RoboCop flambant neuf est au final aussi frustrant qu'horripilant. S'il est difficile de pardonner le traitement accordé à Alex Murphy, il est d'autant plus rageant de constater qu'il y a des bribes d'un film d'anticipation d'une autre envergure. C'est à croire que le métrage aurai été bien meilleur s'il avait assumé son postulat de départ sans avoir à adapter un classique des années 80. Avec un peu de chance, José Padilha reviendra à la science-fiction avec un projet où il aura un contrôle artistique total. En attendant, ce film rejoint la longue liste des remakes dont on se serait bien passé.

Cet article a été originellemnt publié sur Chronics Syndrome :
http://chronicssymdrome.wordpress.com/2014/02/07/la-loi-de-murphy-critique-robocop/

Ajouter à mes favoris Commenter (26)

Commentaires

fastfab
Signaler
fastfab
Les gens ne dénigrent pas les remakes juste parce-que c'est des remake et pour faire les "hipsters" du c'était mieux avant. Faut peut être pousser la réflexions plus loin avant de penser que tout le monde est aigris.
Robocop à été un film d'action et de SF, mais surtout un film avec un message politique prophétique sur le "tout sécuritaire" et le danger de la sécurité privé. Il était également le fer de lance de ce qu'on a appelé l'ultra violence. Verhoeven a su prendre a contre-pied hollywood sur 3 films avant de se faire jeter quand l'affront a été trop marqué.
Les gens dénigrent (a juste titre a mon avis), un remake qui prend l'original et le vide de tout deuxième niveau de lecture et de tout ce qui a fait sa substance subversive (car oui Robocop était sacrément subversif tout comme le fut plus tard Starship Troopers).
Plus grave, après le remake de Total Recall et la tentative avorté de faire un remake a Starship Troopers, on sent une volonté appuyée de Hollywood de tenter de faire disparaître de ses tablettes à coup de remake les oeuvres de Verhoeven.
Ce qui est reproché au film c'est pas d'être un remake dans l'air du temps, adapté avec des problématiques d'aujourd'hui. Ce qui est reproché c'est que tout l'aspect subversif et l'ultraviolence qui le caractérisait ont été supprimé.
Quand on ajoute à çà le traitement artistique de robocop en lui même totalement édulcoré ou "l'homme machine" perd toute portée émotionnelle (juste regardez le maquillage du Alex Murphy de l'époque, joué par une vrai "gueule" : http://www.cyberpunk...s/robocop23.jpg ), ben çà sommence a coincé sévère...

Est-ce que ce nouveau Robocop est un mauvais film ? Non, c'est même un film d'action divertissant de bon aloi. Est-ce qu'il peu supporter la comparaison avec son modèle a travers l'exercice d'une critique ? Non, je vois pas comment un film vidé de toute sa portée symbolique et des caractéristiques d'un genre qu'il a popularisé le peu, c'est aussi simple que çà.

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur le contexte de sortie de Robocop et Starship Troopers, je recommande chaudement cette interview du scénariste ( en français) :
http://ragemag.fr/di...neumeier-64720/
mamoru-sama
Signaler
mamoru-sama
"J'ai l'impression que pour les spectateurs d'aujourd'hui, la mode tourne autour du dénigrement de chaque remake."

Urrhh, tous ces gens qui veulent faire passer des bouses pour des chefs d'oeuvres en mettant les critiques négatives sur le compte d'un quelconque "effet de mode", c'est d'un ennui.
C'était encore original y'a 5 ans, mais là...
XxggxX
Signaler
XxggxX
Je viens d'aller le voir dimanche soir et franchement, je préfère cette version du robot flic que les anciens films à l'époque où j'étais encore gamin. J'ai passé un très bon moment à regarder ce film et je me le referrai une fois sorti en Bluray.

J'ai l'impression que pour les spectateurs d'aujourd'hui, la mode tourne autour du dénigrement de chaque remake.

Pour moi, cette mode s'est mise en place dû à l'effet "Ouaouh" des années passées. À l'époque, quand un film comme par exemple RoboCop ou encore Superman sortait en salle, le spectateur était littéralement absorbé par celui-ci car c'était une histoire toute nouvelle, adapté pour la première fois à l'écran, le plus souvent avec des effets spéciaux ré-inventés ou optimisé pour l'occasion... C'était une "claque".
Aujourd'hui, le plus gros problème que l'industrie cinématographique doit régler c'est cette loop (boucle) autour de la nouveauté. À l'époque, les scénarios n'étaient pas vraiment poussés (il faut simplement l'avouer, celui qui dit le contraire, je l'invite à réfléchir profondément en se repassant chaque film puis son remake après, il verra une énorme différence) et la claque visuelle était toute nouvelle à chaque fois.

Or, ici, j'ai l'impression que nous nous sommes enfermé, un peu comme les jeux vidéos, dans des effets visuelles malheureusement identiques à un point incroyable entre chaque film. Si bien que, nous ne sommes déjà plus vraiment (ou rarement) scotché au siège visuellement parlant.

Ensuite, on pourrait croire que le scénario tourne également en boucle (si on le compare à d'autre film). On retrouve bien évidemment des scènes identiques, des intro identiques, des fins identiques... Mais cela n'existé pas au final depuis le début ? Je pense que oui...

Il faut également comprendre que les films (surtout les remake) suivent comme n'importe quel événement, les évolutions de notre vie de tout les jours et s'adaptent. C'est le cas de ce remake.

Donc, objectivement parlant, si je fais abstraction des anciens film RoboCop, le film de 2014 est tout simplement un "begins" dans l'art du temps qui a su me convaincre. Je ne peux que le conseillé ;)
Après, chacun ses goûts, ses couleurs... Pour moi, je n'ai jamais été fan des critiques car elles ne représentent en rien ce que j'aurais pu en penser (si je n'aurais fait que les écouter, j'aurais raté mon loisir cinématographique) ^^
Rizelxeo
Signaler
Rizelxeo
Je suis aller le voir ce Weekend, bah je trouve que c'est plutôt un bon remake, meme si le premier film Robocop reste cher a mon cœur de gamin de l'époque je trouve cette adaptation 2013 plus que honnête.

Pourtant jetait l'un des premier a me dire que ça aller être une bouse, et au final j'ai passer un bon moment.
Ecouter pas les gens qui disent "cay de la merde ça égale pas l'ancien" le but d'un Remake c'est pas de copier coller a l'original mais de reprendre les base et de raconter l'histoire avec une vision différente.
Et ce Robocop 2014 y arrive très bien au final.
Dark_Fatality
Signaler
Dark_Fatality
Et une bouse de plus...Après Albator 2013 qui est une merde infâme , on comprend mieux pourquoi Leiji Matsumoto a quitté la salle ( lors de l'avant-première au Japon) au bout de 30 minutes , en voilà une seconde.... 2014 commence mal...
Geetsuya
Signaler
Geetsuya
Je n'ai aucun souvenir des premiers Robocop, juste quelques images de la série TV. Si vous n'êtes pas puriste comme l'auteur de cet article ou bon public vous pouvez apprécier le film à sa juste valeur.

Quelques points sont véritable comme les scènes d'actions illisibles à cause des mouvements de caméra non contrôlés et des filtres à revoir.

Derrière ça je vois en ce film une belle introduction pour une nouvelle saga.

Donnez lui sa chance sa chance et faites vous votre avis.
zhibou
Signaler
zhibou

Merci à tous pour vos retours, et au passage merci à Gameblog pour m'offrir une deuxième "home".

 

Je tiens à préciser que je ne fustige pas le film parce qu'il est un remake. Ce que le film fait bien, je n'ai pas hésiter à le mentionner (un paragraphe entier sur l'introduction du film tout de même). Après dans un cas comme RoboCop, le jeu de la comparaison est impossible à éviter car le film présenté ici n'arrive pas à se maintenir de lui-même. En gros, ce n'est pas un bon film et il est donc normal que je me rappelle ce que l'original avait réussi à faire.

Si le film avait assumé son parti-pris, et s'il n'avait pas eu ses problèmes de production, il y avait de quoi faire une excellente relecture du film original. Comme quoi il n'est pas interdit de revisiter un oeuvre, aussi culte soit-t-elle.

Le problème d'un remake n'est pas qu'il est un remake, mais que s'il retente la même chose sans y parvenir, on peut quand même dire qu'il y un souci.
Le bon parti-pri est ceux comme La mouche, The Thing, ou plus récemment (et moins connu) Sisters (adapté du film de De Palma). Des œuvres qui partent du même point de départs que les originaux, mais apportent une réel nouvelle vision à celui-ci.
 

Dans tous les cas, ma critique n'est pas là pour vous empêcher de voir le film, mais donner une piste de lecture pour que vous le découvriez par vous même. Sur certains points ce RoboCop mérite le déplacement, juste que dans sa globalité je considère réellement qu'il s'agit d'un film raté.

 

@Minorswing : Bien vu. Tellement vrai, que je ne pouvais pas ne pas le citer.  ;)

 
chipp zanuf
Signaler
chipp zanuf
Je n 'attendais rien de se film, je suis meme partis le voir a reculons. Je précise que j 'ai adorer les deux premiers episodes..
Et j 'ai été agréablement surpris par ce film...loin d 'etre une bouse meme s 'il n est pas indispensable.

Je trouve que la critique compare à mon sens trop le film à l 'original. Celui la est loin d 'etre raté. Allez le voir pour vous faire une idée.
Yoann Shepard
Signaler
Yoann Shepard
Ripolin : Tu peut parler ! Quand on ose dire que le remake a droit a une chance, on se fait insulter et traité comme des parias. De toute façon a vous écouter, on devrait vivre dans le passé ... Le Robocop de Verhoeven de 1987 est culte donc on devrais pas y retouché et ne jamais proposer un autre point de vue collant a notre époque ? A l'époque du film, rien que de parler de robot touchait a la science fiction. Parler d'un Détroit gangréné par la violence ? Wahouh mais tu voit l'avenir ? On est en 2014, les machines existent ( les drones par exemple ) Détroit a été déclaré en faillite et les télévisions racontent tout et n'importe quoi a la masse ... Enfin bref, je me fatigue autant monter la lumière a un aveugle ... Glados : Oui je suis d'accord avec toi. Un remake ? Ba ca sert a rien, ca reste un film de merde ! Quand c'est comme ca, j'ai envie de dire, puisque tu est si beau, si fort, si intelligent, pourquoi tu ferais pas ton propre film avec ton propre scénario ? Voila, c'était mon coup de gueule.
Minorswing
Signaler
Minorswing
Il y a un petit point reprit mot pour mot à Honest Trailer.
jfive
Signaler
jfive
Complètement d'accord avec ta critique. A peu près divertissant mais très vite inoubliable.
Et je comprends pas trop l'intérêt de faire venir Oldman, Keaton, Jackson et K. Williams (le coéquipier de Murphy, inoubliable Omar dans la série The Wire) si c'est pour leur filer des rôles en carton.
Sauvadj
Signaler
Sauvadj
En même temps le 1er robocop était ( et encore maintenant ) tellement magistrale qu'il est très difficile de toucher à un film de ce genre. Je n'ai pas vue ce remake , j'ai lu des bonnes et des mauvaises critiques dessus du coup je pense le regarder quand il sortira car il m'intrigue tout de même :)
cyberFUTUR3
Signaler
cyberFUTUR3
A dans 30 ans, pour le remake du remake qui sera peut-être enfin bon.
Choodoo
Signaler
Choodoo
Pour ma part le remake aurait pu m'intéressé si seulement le design du nouveau Robocop ne faisait pas autant "homme déguisé en robot" ! Bref j'ai plus l'impression de voir un Batman en combi blindé q'un robot...
Glados
Signaler
Glados
+1 Yohanshepard: le problème de ce film, c est que c est un remake et que du coup beaucoup le qualifient systématiquement comme une merde.
mamoru-sama
Signaler
mamoru-sama
Prévisible bouse.
RazKurdt
Signaler
RazKurdt
Le mec écrit un article pour donner son avis et la plupart des commentaires sont pour dire que ça sert à rien de donner son avis et qu'il faut laisser les autres réfléchir.

"Gameblog."

Sinon, bon article, les points se valent et tu te contente pas de ruiner le film, mais tu creuse ton propos, du coup ça me donne plus envie de le voir, bizarrement!

Ca me fait penser à ce journaliste un peu parano (je retrouverais le nom, un jour) qui avait émi une théorie comme quoi Hollywood faisait exprès de flinguer les remakes pour s'assurer que les originaux soient toujours considérés comme les meilleurs, afin de perpétuel le côté "légendaire" de cette époque. Au final, ça permettrait un rachat presque assuré de ces classiques à chaque nouveau support (K7, DVD, BRD) mais aussi que tout nouveau passionné de cinéma se tourne en priorité vers les originaux.
J'trouve ça un peu capillotracté, et je pense surtout que les studios voient le public comme un tas de teubés qui demandent que des explosions et des boobs, mais bon, ça se vérifie encore avec ce film apparemment.
ripolin
Signaler
ripolin
Bien entendu que les gouts et les couleurs se discutent sinon il n'y aurait aucune discussion possible sur aucun sujet …. Bref encore une phrase toute faite pour justifier ses gouts de chio… .
cela dit ces remake ont l'avantage de faire marcher le commerce meme au prix du massacre de la licence.
Mes yeux saignent encore du dernier total recall.
b'angus
Signaler
b'angus

paul verhoeven lui même à lu le scenario du nouveau robocop, il dit que ça se prend terriblement au sérieux qu'il n'y a aucun humour comme le remake de total recall et au final il a l'impression d'être enterré vivant.

kaizer5
Signaler
kaizer5
super article/critique. de toute façon, la première fois que j'ai vu la bande annonce je le sentais mal et les retours confirment un peu tout ça. je n'irai pas le voir au ciné c'est clair. robocop, l'original, c'est quand même pour beaucoup un film marquant. car pour moi qui l'ai vu jeune, (j'ai la trentaine) il me reste des scènes mythiques, notamment la mort de murphy qui m'a marqué. après les gouts et les couleurs comme dit au dessus... prochain massacre : oldboy by spike lee :(
Yoann Shepard
Signaler
Yoann Shepard
Chacun son avis mais je ne comprend pas qu'on puisse toujours mettre le premier Robocop sur un piédestal aussi clinquant. Il a mal vieilli et il faisait trop "boite de conserve". Il y a des "fans" qui aiment les films d'avant, d'autres qui aiment les remakes et d'autres qui aiment les deux ou dans mon cas, ceux qui aiment seulement le personnage ... Les gouts et les couleurs ne se discutent pas donc je ne dirait pas que je ne suis pas d'accord avec ton avis ( parce que je n'ai pas vu ce robocop et que je suis pas fan des débats autour des films ). Néanmoins, je me pose toujours la question du pourquoi il faut toujours bashé les remake. Car peut être que les remakes ont une certaine utilité dans le fait d'amener de nouveaux spectateurs ...
Glados
Signaler
Glados
alors on a plus ke droit d'avoir une nouvelle vision d'une oeuvre? Ni changer le design car on ne les vois plus comme en 1990? J'ai pas encore vus le film mais il faudra que je le voie, histoire de me faire mon opinion mais j'ai l'impression de revivre les coms sur la fin de Mass effect 3 alors que j'avais même pas encore reçu le jeu >_<
Khyllian
Signaler
Khyllian
C'est clair c'est tellement à la mode de descendre les épisodes 1, 2 et 3 de Star Wars… moi je suis tout aussi choqué de voir ces soit-disant fans des épisodes 4, 5, 6 mettre autant d'énergie à essayer de convaincre que ces épisodes étaient tellement mieux que les nouveaux. C'était mieux avant hein?
Ces soit disant fans, incapable de comprendre que d'autres personnes puisse aimer d'autre choses qu'eux!

Pour en revenir au film de la critique, je me ferais mon propre avis. Je n'attends strictement rien de ce nouveau film, juste qu'il me divertisse. Je ne vais pas forcément comparer car ce sont deux périodes complètement différentes.
Si il me divertie tant mieux, mais de la à discuter le bout de gras sur tel ou tel point je trouve que c'est une perte de temps…
Polochon
Signaler
Polochon

Tiens, ça me rappelle une collègue il y a une semaine, qui se réjouissait des "nouveaux Star Wars, ils vont tout refaire, c'est génial!" Elle n'avait pas compris qu'il y avait les versions 3D pour "les anciens" d'un côté et de nouveaux films mais sur de nouvelles histoires de l'autre. Et elle décrivait comme tout avait vieilli, les acteurs c'est juste pas possible aujourd'hui, et blah, et blah...

 

Un jour, il faudrait que les gens arrêtent cette croyance du "c'est nouveau, c'est donc forcément mieux!"

MatzeMat
Signaler
MatzeMat
Une belle bouse inutile, tout comme l'était le remake de Total Recall. Pauvre Verhoeven...

Édito

Vous êtes ici sur le blog "conpagnon" de Chronics Syndrome.

 

Vous aurez en effet droit aux articles écrit par mes soins, publiés en intégralité sur Gameblog. Je ferais de la pub racoleuse seulement pour les articles de mon collègue de blog. Cela me semble plus juste ainsi.

Donc, des critiques d'un coté (cinéma, jeux, etc...) mais aussi quelques rares bonus qui n'ont pas leurs place sur les Chroniques. Un cru spécial pour la comunauté Gameblog.

 

N'hésiter pas à venir jeter un coup d'oeil, aimer, partager, vous abonner sur Chronics Syndrome, les chroniques de la Pop Culture :

 

Archives

Favoris