La boîte à sucre de Zaza

La boîte à sucre de Zaza

Par Zaza Blog créé le 13/12/09 Mis à jour le 30/09/11 à 11h14

Mon univers de fille culturée...

Ajouter aux favoris
Signaler
Des joulies oeuvres

Henri de son petit nom, est issu d'une famille plutôt aristo du sud de la France : Albi.

Quand il était petit, Henri de Toulouse Lautrec était mal foutu le pauvre, il se pettait régulièrement les jambes :/ ... Résultat, il a pas beaucoup grandi et il en est resté infirme.

Sa maman qui le couvait un peu trop en a fait un cas social, alors pour couper le cordon, il n'a pas trouvé d'autres solutions que de devenir artisss !

Il est monté à Paris, a cotoyé les peintres de Montmartre (Degas...) et surtout les bordels et autres cabarets de cancans qui font tant la fierté du quartier ! Il était plutôt festif et rigolo pour les gens qu'ils le reconnaissaient, il a un peu dilapidé le pognon de maman dans la peinture et les soirées de beuveries mais finalement c'était chouette.

Ce peintre amateur du coté obscure des bas-fonds parisiens de l'époque a illustré la festivité des lieux de "perdition" de l'époque, une sorte de grunge underground avant l'heure si vous préférez !

Il s'est inspiré des peintres qu'il cotoyaient dans ses oeuvres, il aimait aussi voyager,  quelques petits emprunts aux estampes japonaises et parti-pris photographique de Courbet dans sa façon assez réaliste de représenter les sujets.

Avec des couleurs vives parfois dégoulinantes et un trait rappelant souvent une ligne d'écriture de poivrot après sa ennième absynthe, il voulait surtout représenter un mélange de plaisir, de luxure et de festivité incontrôlée et un peu la misère des conditions des femmes dans ce contexte, par la même occasion.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
Mes joulis livres

Rien d'étonnant je suis une fille...

J'ai fait les soldes à l'ouverture des magasins et ben c'est Bysance !

J'ai trouvé un super cadeau pour mon homme par le hasard de ma flânerie ; une belle découverte : si vous cherchez des montres personnalisables, de chouettes accessoires en cuir, et tout ça avec un bon rapport qualité-prix,  Fossil pourrait éventuellement vous satisfaire !

Pour terminer mon petit tour, rien de tel qu'une très célèbre enseigne de ventes de bouquins, loisirs multimédia...

Comme à mon habitude je suis ressortie avec quoi ? Ben des BDs, j'ai failli être tentée par un flim mais non...

J'ai trouvé le 10ème tome de "Walking Dead" pour mon Pyramidou, avec en plus "La Nostalgie de Dieu" de Marc Dubuisson, les 2 premiers tomes. Ceux sont des petits recueils de chapitres sur les questions existentielles de l'homme qui s'en remet à Dieu pour les réponses, un Dieu un peu vulgaire et finalement très détaché de la religion...

 

Autre petite trouvaille : "Les Petits Livres roses d'Ana - Les Ex" de Pacco et Pétronille, petit pamphlet sur les loosers et la vision très féminine de ce qu'on a dans la tête, je me suis régalée et ça m'a également rappelé pleins de trucs...

Sinon y'a aussi Simon Tofield qui a sorti un bouquin d'illustrations sur son non moins célèbre matou : " Simon's Cat ". Après les animations, un beau livre sur les chats, c'est le cadeau d'anniversaire de ma maman parce qu'elle est férue de chats...

Pour finir :"Les fables de la Poubelle" de Krassinsky, c'est marrant pour les quelques pages que j'en ai lu, avec un cloclo plus mort vivant que nature et des morales d'histoires bien pourraves et relativement absurdes... Youpi !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Mes dessins

Tout le monde dit qu'il faut avoir du talent ou un don pour savoir dessiner...Hum...

Faut surtout en avoir l'envie !

Après l'histoire de l'art vous apprend pleins de trucs comme peindre avec de la terre ou autres fleurs cueillies ici et là (pigments) et du blanc d'oeuf (liant), pi après on a découvert les peintures plus chimiques même celles qui file des maladies déguelasses parce qu'elles sont bourrées de plomb. On a découvert d'autres supports (peaux de bète, bois, murs, papier, corps...)

Mais cette fois, je vais vous gonfler avec un truc qu'est finalement très mathématique, donc NON, pas besoin de faire L pour se la péter en dessin, être matheux peut être une solution, et c'etait la mienne !

Alors je vais déjà d'une vous parler de la perspective...Le fait de représenter un truc dans un relief  "réaliste" sur un support type papier !

Jusqu'à la Renaissance Italienne, la profondeur et la perspective était faite grosso merdo avec les moyens du bord parce que les artistes, ben ils voyaient bien que ça merdait dans l'image mais ils savaient pas comment régler le problème.

Alors ils ont taté, inventé des codes style : soit on dessine en plan le truc parce que c'est infaisable soit on se démerde pour qu'on puisse voir des trucs un peu à la Picasso (il a rien inventé le bougre, je vous parlerais du cubisme plus tard ! )

Voilà ce que ça donnait avant :

Et là l'auteur a du se dire :  

"Merde c'est quand même déguelasse, ça pique un peu... le siège du monsieur a qu'un bras et ça doit pas être confort pour écrire son meuble Ikea mal monté...Boarf... avec les couleurs, ça passe... Pi merde ils font chier... je me ruine les yeux avec un pinceau 2 poils si y sont pas contents c'est pareil..."

Le complexe de l'artiste jamais satisfait...Hum... Reprenons...

Ceux sont les italiens qui se penchent sur le bouzin avec en premier Piero de la Francesca qui merdoit quand même sévère puis  Masaccio, un maso italien qui tatonne et commence à trouver la solution dans la géométrie en se basant sur les théories géométriques d'Alberti (un autre protagoniste de la pizza).

Ca merdoit moins mais quand même...

 

En fait il ont un peu triché pour pouvoir vraiment trouver la solution au truc : la rétroprojection, ce sacré Leonard nous a bien pipoté grace à la camera obscura... Bien vu l'aveug' !

Après avoir vu tout ça, ils ont tracé des lignes et ils ont découvert que finalement c'est de la géométrie et la perspective naquit...

Ben merde, si on m'avait dit que les grands peintres italiens étaient des matheux, je me la serais moins pétée "artiste pseudo écorchée vive" quand j'ai déboulé en Arts Appliqués...J'ai enfin compris qu'en arrivant à monter un cube en 3D (en perspective) après on pouvait faire pleins de trucs :

Une chaise par exemple...

Voilà un bon début ! Bon on est pas arrivé à l'architecture ni à la 3D mais c'est la base, avec ça on peut faire des trucs à main levée :

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Des joulies oeuvres

Egon Schiele était avant tout un anatomiste de très grande qualité puisqu'il dessinait  et peignait en tenant compte de l'ossature de ses modèles.

Ce qui nous marque dans ses oeuvres c'est le caractère décharné de ses portraits, une espèce d'écartèlement des personnages, un peu comme si on leur avait rouler dessus avec un rouleau compresseur. On y ajoute une gamme de couleur verdâtre et un blanc livide accentuant l'aspect cadavérique de ses oeuvres et on a un joli sentiment que ce monsieur devait être sacrément torturé voire carrément dépressif, en même temps il a perdu son père très tôt...On peut pas vraiment le blâmer d'avoir tourner taré !

Le mélange d'érotisme et l'aspect cadavérique me fait penser à l'expression "cadavres exquis", pour résumer, il arrive à montrer que la "laideur" peut être esthétique.

Ce type était super pote avec Klimt, Gustave de son prénom, et on y retrouve vraiment le style.

Ici du Schiele :

Egon Schiele, Nu à la chevelure noire (debout), 1910

autoportrait

On peut discerner les deux artistes dans la sensibilité qu'ont chacun : Schiele a une vision très torturée de l'érotisme et du corps alors que Klimt trenscende ceux-ci de façon positive ( les couleurs vives et le luxe pour ce dernier).

Je ne pense pas qu'on puisse parler de l'un sans parler de l'autre : ils se complètent et c'est ça qu'est trop chouette !

Ici du Klimt :

 

Pour clore ce chapitre, je tiens à vous préciser que Schiele est mort de la grippe espagnol... Rien que le mot grippe me file des boutons... monde de merde...

PS : Je tenais aussi à vous préciser que ces deux peintres se sont beaucoup inspirés des estampes japonaises, et ont beaucoup utilisé l'orientalisme, je vous en parle dans un prochain article parce qu'il y a de quoi faire !

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Ma zizique

Hier soir, ce fut juste une révélation musicale, un groupe qui mérite qu'on leur fasse des bisoux !

A la Maroquinerie, Baroness nous a fait un show du feu de Dieu mes aïeux ! Un son impécable, un groupe proche de son public, un batteur qui a enchaîné pendant plus d'une heure, un chanteur-guitariste tout fou fou, ... Bref du très bon son et du beau spectacle !

Enjoyez !

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Des joulies oeuvres

Alors, Géricault, c'est un peintre, étonnant non ? Un peintre romantique plus exactement !

Alors vous allez me dire le "radeau de la méduse" c'est pas ce qu'il y a de plus fleur bleue...

Donc je vais vous faire un tit topo sur le romantisme (mouvement artistique du XIXème) parce que j'aime bien cette période, d'une part et parce qu'elle est blindée de bons trucs littéraires et musicaux (Baudelaire, Shubert...)

Le romantisme késako ? Ben c'est la technique au service de l'humanitaire et de l'humanisme en quelque sorte : c'est l'expression de l'émotion avec les trucs appris et/ou repris à l'école d'art.

Donc à partir de là, le monsieur Géricault, il voulait un peu montrer que c'est chiant de peindre pour le bon plaisir de ceux qui commandent alors il s'est dit un jour en lisant un canard : 

"Mais boudiou !!! C'est trop fort ça : des rescapés d'un nauffrage qui poussent un gueulante... Je vais en faire une peinture, tiens ! Pi comme ça, les gens ils comprendront qu'ils ont du en chier les marins ! "

Ni une ni deux, le peintre s'affaire à la dure tache d'illustrer ce fait-divers, c'est l'oeuvre de sa vie !

Et il nous a pondu ça :

Alors maintenant on va essayer de comprendre comment il a bossé sans avoir de photos et sans y être :

Avant de faire quoi que ce soit, le mec s'est carrément demandé comment il allait faire pour que le drame fasse "vrai" ; et comme il est issu d'une école classique, il a commencé à cogiter mathématiquement. Ca a du donné un truc comme ça :

"Bon... d'abord faut que je raconte d'un coté le pessimisme et pi de l'autre l'optimisme, pi ça fera une jolie complémentarité, faut qu'il y ait des marins qui soient à moitié crevés (j'irais faire un tour aux morgues pour chopper le bon vert cadavérique et pour le coté affamé), faut qu'il y'en aient à poil parce qu'il auront vécu un cataclysme... quand même... pi après on va mettre des mecs qui secouent leurs fringues parce que faut quand même des survivants sinon, ça fait pas réalissse...JE LA TIENS CETTE CROUTE !!! Wouhouuuuuuuuuu ! "

Voilà quelques schémas explicatifs pour vous faire comprendre l'idée et les techniques de composition de l'oeuvre

Après y'a les lignes directrices, je m'explique : dans les oeuvres de ce type (dites école classique), les codes de compositions sont basés sur le nombre d'or et sur des modes de lectures occidentales.

Nous lisons de gauche à droite et nous nous orientons de cette façon.

Les meilleures illustrations de mes propos sont les expressions suivantes : "y'a des hauts et des bas" , les hauts sont les choses positives et les bas les choses négatives. Pareil pour l'expression : " t'as 2 mains gauches..." ; ce qui est à gauche est moins bien que ce qui est à droite dans notre culture judéo-chrétienne (c'est pas moi qui le pense, c'est dans les moeurs depuis des siècles...)

Donc voilà les explications du truc avec des images :

Ce sont les lignes directrices "positives"

La les lignes directrices "négatives"...

 

Donc voilà comment une croute attérit dans un musée ( le Louvre) et le boulot de malade que ça représente... Je ne vous ai donné qu'un petit apperçu de ce qui se tramait derrière. J'espère que ça vous a pas trop ennuyer...

 

PS : J'oubliais : quand vous allez au louvre essayer regarder où les regards des personnages peints se portent pour essayer de comprendre le sens de la composition et donc de l'oeuvre, car tout le monde sait que "le regard est le mirroir de l'âme", donc souvent de l'oeuvre dans la figuration (portraits ou peinture avec des bonhommes dedans)...

Autre petit conseil : une peinture se regarde d'assez loin dans un premier temps après on peut se rapprocher pour apprécier la touche, il est même parfois nécessaire de s'asseoir pour apprécier !

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Des joulies oeuvres

René Magritte, peintre surréaliste du siècle dernier... Pourquoi il est connu ? Ben pour ça :

 

Vous allez me dire : "Ben si c'est une pipe là y'a pas photo..."

Et ben moi je vous dis que non, que c'est pas une pipe, parce qu'il s'agit là d'une représentation de pipe.

Et voui mon bon monsieur, ce Magritte aurait pu avoir l'esprit bien plus salace et nous aurait démontré qu'il aurait pu s'agir d'autre chose mais en fait il voulait juste démontrer que les images ne sont que des supports subjectifs de notre inconscient. D'ailleurs ce mec s'est carrément inspiré de la psychanalyse Freudienne pour étaler ses talents.

Le but recherché était de passer par la figuration (image de carte postale) pour faire passer un messsage plus profond, impalpable et surtout analytique. Il voulait sonder ses interlocuteurs en quelques sortes, savoir jusqu'où ils pouvaient réfléchir à ce qu'il avaient devant les yeux.

Dans le même style un peu plus poussé, nous avons Dali qui a fait évolué le surréalisme en intégrant les happenings et la pub (les chocolats, rappelez-vous), mais beaucoup plus centré sur son inconscient propre (égocentrisme quand tu nous tient...).

Le surréalisme est donc une sorte de représentation de l'inconscient de la part des auteurs.

Alors l'inconscient c'est quoi ?

Ben pour résumer c'est une partie de notre psychée. Bon ça se complique... vous allez me dire c'est quoi la psychée... La psychée c'est ça !

L'inconscient est propre à chacun et il n'est révélé que dans les rèves décortiqués et analysés (psychanalyse), lors de l'hypnose, dans certains comportements ou/et traits de personnalités (exemple : si vous pouvez pas blairer votre mère c'est qu'il a du se passer un truc avec elle, style surprotection maternelle ou abandon, à divers degrés , on est pas tous enfants du placard, faut pas déconner...)

Donc tout ça pour dire que ces peintres ont ouvert les portes de l'inconscient en changeant le "cadre" de visualisation, ils nous ont appris à regarder autour de nous autrement...

J'irais même jusqu'à dire qu'ils sont à l'origine d'une certaine tolérance et ouverture d'esprit qui ont fait des fous d'une certaine époque des personnes aujourd'hui...

Si vous avez pas tout bien compris c'est normal, c'est pas le mouvement le plus simple à expliquer, sachant qu'il faut s'y connaître un peu en Psychanalyse...

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Mes joulis livres

Oui ce soir j'ai la patate alors j'enchaîne direct sur le sujets des BDs "classiques" que j'aime bien !

Alors mon auteur préféré c'est Olivier Ledroit ! Alors pourquoi lui ? Ben parce que j'aime sa façon de travailler, qu'à chaque fois que je relis ses BDs ben j'en prends encore pleins les yeux et que très très franchement il déboite ! Je ne suis pourtant pas affiliés aux soirées SM ou gothiques mais son univers est beau, et il maîtrise le bougre !

 

 

Après y'a des petits trucs comme "Le codex Angélique" de Thierry Gloris et Mikaël Bourgouin, peu de tomes et au compte-goutte mais vraiment très fin graphiquement (une super belle mise en couleur, très rare...) avec un scénar des plus alembiquée entre "Jack l'éventreur" pour l'ambiance Londres révolution industrielle, un chouilla d'ésotérisme et une histoire à dormir debout :

 

Après je pourrais éventuellement vous parler d'un comic qui a été réédité y'a pas très longtemps : "V pour Vendetta" d'Alan Moore et David Lloyd. Donc graphiquement et les couleurs c'est pas trop mon trip puisque c'est du comics mais le scénar mes aïeux...Du vrai grand scénar qu'il déboite sa maman ! A lire absolument !

On poursuit dans les jolis livres : "The Fountain" de Darren Aronofsky et Kent Williams... C'est beau et comme le film c'est poétique, ça vous envoie dans un autre monde et comme je lis avant de tomber dans les bras de Morphée, je me réveille moins difficilement quand ce connard de réveil sonne...A lire aussi !

Je pourrais vous en fournir encore une sacrée pelleté de références mais faut quand même en laisser pour les autres articles !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Des joulies oeuvres

Mes études d'arts m'ont appris à apprécier la peinture et d'autres trucs tels que l'architecture, la sculpture, la musique, et autres joyeuseutés... Je vous fais donc part des peintres qui m'ont marqués et qui continuent de faire briller mes mirettes quand je mets les pieds dans un musée ou une exposition !

Alors mon top 5 :

En 5, nous avons : Arcimboldo

Peintre du XVIème siècle, ce petit bonhomme a pour principe d'utiliser ses plateaux repas pour faire des portraits. J'imagine que tenir la pose pour l'oeuvre devait royalement emmerder les sujets.

Monsieur Arcimboldo a opté pour les légumes, les fruits de mers, et toutes sortes d'objets pour représenter les personnes qu'il devait peindre... On peut tout imaginer, il devait être poilant ce monsieur !

D'ailleurs certains s'en sont inspirés :

En 4ème position, j'y mettrais Botticelli

Célèbre peintre italien, il a fait son petit effet en réinventant les critères de beauté féminins grace à son non moins célèbre "Naissance de Vénus", ces critères sont encore actuels avec des variantes mais sinon il etait super balèze en peinture et j'ai vu ses oeuvres en vrai et ça déboite !

En 3ème position : Turner

Peintre britanique au XIXème siècle, il est épattant ! Il est passé de la figuration (peinture "carte postale") à la recherche de techniques pour mettre en valeur la lumière et non plus les formes... Non ce n'est pas un peintre abstrait, c'est bien un impressioniste : se pencher sur les découvertes scientifiques (ici l'appreil photo), pour en connaître les principes et essayer de se rapprocher de la réalité : donner l'"impression" de la lumière, c'est le début d'une énOoorme révolution des mouvements artistiques du XXème siècle et il est pas tout seul, chez nous y'avait Monet...

(J'ai aussi vu ses oeuvres en vrai et très franchement c'est ce qui m'a motivé à faire mes études, et de la photo...)

En seconde position : Courbet

Ce génialissime peintre a utilisé lui les progrès de l'époque pour les mettre en toile (toujours la photo) !

Vous connaissez tous "l'origine du monde", pleine de poils !

Ce monsieur a fait un scandale dans les salons du XIXème pour avoir oser montrer la réalité, on parle de mouvement réaliste dans le sens ou Courbet peint ce qu'il voit avec la lumière, les bourrelets, les défauts qui sont propres au sujet peint. Il foire même exprès ses cadrages parcequ'il tient à exprimer le moment présent ! J'aime bien ce type !

En top 1 : Marcel Duchamp

Peintre du siècle dernier, ce mec a juste inventé le concept du foutage de gueule avec ses Dadaïsmes et autres happenings.

C'est quand même le premier à avoir fait un pied de nez gigantesque aux conservateurs de musées, de collectionneurs fétichistes et autres prout de la high société...

Mais c'est pas non plus un pécord : il a vraiment conceptualisé et définit un terme aussi indéfinissable que le mot "art".

Dans sa conclusion, il s'est dit : "bon... maintenant que je me suis bien exercé dans tous les concepts et techniques possibles et imaginables puisque l'art doit être véhicule de pensée... Pourquoi pas déposer un chiotte dans un musée, apposée mon pseudo dessus (je me fais quand même chier à le faire rentrer) et poser ma grosse pèche en signifiant : "mais c'est de l'art ma bonne dame" ! Allez... Banco ! " Ainsi plus aucun artiste n'arrive à produire d'idée depuis ce jour !

 

Jespère que mon petit cours d'histoire de l'art vous aura pas trop endormi mais c'est tellement redondant d'entendre les gens dire : "c'est joli mais je comprends pas bien ce qu'il veut dire le monsieur...de toute façon, y'a rien à comprendre c'est un artissse..."

Je tiens quand même à vous préciser que c'est très très résumé ce que je vous raconte hein...

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Mes joulis livres

Je suis une férue de BD, je lis des livres sans images parfois mais vraiment mon truc c'est les BDs.

Si le métier de journaliste spécialisé en BD existait, je crois que c'est ce que j'aurais bien aimé faire dans la vie !

Chacun son trip, moi j'aime moyen les jeux et je fais entièrement confiance à mon homme pour me dégotter des perles, ben en BD c'est moi qui dégotent les perles comme des bouzes d'ailleurs !

Je vous explique mon fonctionnement :

En fait si vous me mettez dans un rayon de BD, ben vous pouvez aller faire pipi, faire vos emplettes de votre coté, vous pouvez même m'oublier je m'en fou car vous arriverez pas à me décoller des rayons... C'est simple : je prends 10 fois plus de plaisir à me dégoter une BD ou un livre d'illustrations que de me dénicher une belle paire de pompes (et boudiou que j'aime les grolles ! )

Toujours est-il que je commence par aller chercher dans les séries qui me manquent quite à souler le vendeur pour me trouver le tome manquant, dans le rayon BD "traditionnel", après avoir trouvé, je vais lorgner du coté des petites éditions style l'Association, ou encore Les Requins Marteaux, même des petits auteurs inconnus au bataillon, je prends le temps pour me faire une idée du contenu, la forme (j'aime bien les formats originaux) et voir si graphiquement ça m'interesse !

Un petit exemple (merci Moussif qui nous l'a chaudement recommandé ! )

Après avoir fait mon petit tour chez les petits éditeurs, je vais faire un tour chez Poisson Pilote pour les Riad Sattouf et autres Lewis Trondheim, Bouzard, Aranega et chez  Fluide Glacial pour retrouver des auteurs que je lisais ado. Mais j'en achète moins bien que je sois toujours autant fan de Moerell (paix à son âme), de Goossens de Julien & Mo\CDM. Les éditions Delcourt avec leur formats Shampooing qui éditent Boulet, Trondheim...

Pour finir mes emplettes, je finis au rayon manga... et là c'est la cata : je bouffe tellement vite ces lectures "poubelles" qu'il m'arrive de m'acheter certains tomes en double... ou de me planter : j'ai acheté le tome 9 de Gunnm Last Order alors que je n'avais pas les tomes 6, 7 et 8, j'ai enfin compris pourquoi l'histoire se barrait en couille quand j'ai rangé le bouquin.

Dans le même style j'ai réussi à me payer 1 Death Note en trop (il n'y a pourtant que 12 tomes, comme quoi je suis pas vraiment douée), j'ai aussi pas mal de One Piece en double mais c'est parce que nous partageons la collection avec mon chéri comme on partagerait la garde de nos gosses qu'on a pas !

J'espère vous avoir motivés à lire des livres qu'ils sont bien, vous avez à peu près tous mes auteurs préférés de lister, je suis restée plutôt axée sur "la nouvelle vague" de la BD mais je vous parlerais des BD plus "classique" dans un autre billet parce qu'il faut bien que je l'alimente ce blog !

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

Bienvenue dans le monde des chokapic, des chamalow et des tendresses...

En passant par une petite visite au musée, des chansons et musiques que j'aime bien et des livres que dedans y'a des belles images et autres trucs qui font de ma boîte à sucre un vrai ramassi de conneries...

Archives

Favoris