La boîte à sucre de Zaza

La boîte à sucre de Zaza

Par Zaza Blog créé le 13/12/09 Mis à jour le 30/09/11 à 11h14

Mon univers de fille culturée...

Ajouter aux favoris
Signaler
Mes dessins

Je vous ai pas dit que j'avais fait de l'illustration médicale à une époque ? Et ben voilà la preuve !

Reste plus qu'à scanner les autres et un peu de retouche toshopesques et je vous en remet pour la farce de la dinde de Noël ! Et bon appétit biensur !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Mes joulis livres

Il y a des livres que je suis capables de relire une bonne dizaine de fois sans jamais trouver ça barbant et qui me feront toujours esquisser un rictus débile dans le métro perdue au milieu d'une foule grise et morose.

Dans la liste des bouquins il y a :

"Les petits riens" de Lewis trondheim :

Petits carnets autobiographiques de Monsieur Lewis Trondheim sur ses angoisses, ses petits tracas du quotidien, de ses petites victoires personnelles qui finalement rendent la vie plus marrante et facile à vivre.

Petit extrait :

 

Les "Notes" de Boulet :

Idem que pour Trondheim, des moments de vie, qui pourrait être les miens.

A la nuance que Boulet aurait pu être mon frangin, ou un vieux pote d'école : on a joué aux mêmes jeux pourris sur un CPC d'époque, j'ai aussi vécu les joies des appartements d'étudiants des Arts Déco de Strasbourg, j'en ai même gardé ma table basse-bobine-de-cable customisée de l'époque.

Je suis quasiment sure que nos chemins ont du se croiser à cette époque bénie des 3 Brasseurs, mais le bougre maîtrise beaucoup mieux que moi l'art du crayon pourri sur carnet miteux et je ne peux que l'en féliciter !

 

 "Ma circonsision" et "Le manuel du puceau" de Riad Sattouf :

Il y a aussi "les Jolis pieds de Florence", "Le pays de la soif" et "Le rève de Jérémie", des petits bouts d'histoire d'ado mal dans leur peau, plus ou moins puceau, dans lesquels on peut facilement se reconnaître. Il y a aussi "Retour au collège" et "La vie secrète des jeunes"...

Voilà les livres qui ne prendront jamais la poussière chez moi !

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Des joulies oeuvres

Alors là, mes aieux, je me lance dans un grand n'importe quoi ! Ca va pas être simple à expliquer mais en même temps ça n'a pas besoin de beaucoup d'explications !

Je voulais juste vous présenter le mouvement Dada ou Dadaïsme. Finalement le titre de l'article résume parfaitement ce petit mouvement artistique du début du XXème siècle.

Pour faire simple, c'est une mise à plat de toutes les conventions philosophiques, idéologiques, politiques et conceptuelles de l'art... Bref, un bien gros bourdel !

Le principe c'est le retour à l'enfance : essayez de vous rappeler comment vous appeliez votre monture en poil de moumoute synthétique que vous chevauchiez avec allégresse...

Votre Dada !

Ben pour certains artistes de cette époque c'était pareil. Grosso merdo c'est ce qu'on peut appeler actuellement une régression infantile !

Durant cette période (fin de première guerre mondiale et entre-deux guerre), le moral des artistes est un peu entaché par la censure, et comme ces artistes sont des sales gosses, ben ils se gênent pas pour faire des caprices !

Dans la clique, on retrouvera les deux plus turbulents Marcel Duchamp et Francis Picabia, au niveau de la littérature, c'est Louis Aragon, au niveau photo et cinoche Man Ray... J'en passe et des meilleurs. Bref, ils sont sacrément nombreux à adhérer à ce mouvement pour bien péter la tronche aux codes établis !

La nouveauté dans le bouzin c'est l'idée de génie du ready-made ! Et qui qui n'a trouvé le concept ? Je vous le donne en 1000 : mon poto Marcel Duchamps :

"Bon qu'est-ce que je vais bien pouvoir foutre de tout ce merdier que j'ai accumulé dans mon grenier ? Je peux quand même pas tout jeter bourdel... Je suis trop sensible et nostalgique...bien que vulgaire mais fleur-bleu quand même...

- (sa femme) : Ben t'as qu'à te faire des bourses en or en les refourgant à un endimanché du musée, ça nous évitera de bouffer des pates à l'eau jusqu'à la fin de nos jours !

(NDLA : les femmes participaient activement au projet Dada de l'époque, une sorte d'émancipation avant l'heure...mmm'voyez....)

- T'es futée ma bonne Suzanne ! Je vais commencer par bricoler la vieille roue de vélo sur ce tabouret pourri tout bancale, histoire de faire passer un peu la pillule, je dirais que c'est un ready-made assisté, donc un objet détourné de sa fonction avec un petit coup de mimines pour pas que ça choque trop non plus...Et hop, à nous les pepettes !"

Et hop ! le concept de l'objet devenant "objet d'art" naît, et en plus il bouge. C'est pas beau le progrès ? Ca a donné ça :

 

 

Fort de son gros piège à couillon pour amateur d'art, le Marcel n'y va pas de main morte. Il plombe l'image du musée et impose une pissotière en l'intitulant "Fontaine". Il ne signe pas de son vrai nom : il utilise un pseudonyme : R.Mutt pour ne pas assoir cette oeuvre précise sur sa notoriété d'artiste déjà célèbre du "nu descendant l'escalier" (oeuvre cubiste pour laquelle il est mondialement reconnu).

Bien évidemment, cette "fontaine" n'a jamais été exposée à l'époque parce que trop scandaleuse.

Ni une, ni deux le père Duchamps en fait la presse, s'insurge contre ces couillons d'amateurs d'art qui n'ont rien compris à son concept, et dénonce l'hypocrisie de ceux-ci.

Finalement, cette fontaine sera reproduite pour être exposée beaucoup plus tard. C'est le début de la reproduction en série qui sera plus tard réutilisée par Andy Wahrol, oui le droguay du Pop'art !

 

J'espère que vous comprenez maintenant pourquoi Marcel Duchamp est mon artiste préféré !

Tout simplement, parce qu'à mes yeux, c'est un des artistes les plus complets autant sur le plan technique que sur le plan conceptuel. Il a permis le cassage de gueule des idées préconçues que la pluspart des gens ont sur l'art : un milieu fermé, hermétique, élitiste et hautain.

Ce monsieur a remis les pendules à l'heure et a aussi permis une autre vision très ironique de sa condition d'artiste. Il a volontairement démontré que n'importe qui pouvait être artiste à la seule condition d'avoir un esprit libre de tout carcan idéologique, et que finalement, rester simple c'est la meilleure option !

Un petit Picabia pour le fun et parce que c'est jouli :

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Des vidéos chouettes !

Merci à monsieur Head (mon compagnon) pour la vidéo, si tu passes par là Angel... Ca devrait te plaire !

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Ma zizique

 

Je sais pas vous mais moi je suis extrèmement nostalgique ! Et si y'a bien une musique qui aura bercé ma petite vie c'est bien celle de Supertramp ! A l'origine c'est mon papa qui aimait bien ce groupe !

C'est du rock progressif y paraît et comme tous les meilleurs groupesde cette époque, ben ils sont britanniques !

Leur musique passe encore parfois dans les supermarchés mais on peut leur reconnaître un truc : personne n'a jamais fait comme eux et aux premiers accords on reconnait le style.

Niveau popularité, ils ont pas vraiment de paparazzi collés aux basques parce que c'est pas les membres du groupe qui font d'eux des gens célèbres mais bien leur musique, et c'est ça qu'est bon !

Supertramp est pour moi un souvenir très spécial.

C'est un voyage à Berlin dans la Renault 20 de Papa quand j'avais 3 ou 4 ans, les longues attentes aux check-points, les russes et leurs uniformes vert kakis avec les bandeau rouges sur les képis, qui m'impressionnaient  pas plus que ça et l'ambiance Blietzkrieg des centres de contrôle de visa qui faisaient flipper méchament mes parents !

Bref une ambiance étrange, dangeureuse et en même temps très curieuse du voyage.

Je crois que mon papa en garde aussi le même souvenir, puisque sa sonnerie de portable est la magnifique envolée de piano sur "School" de l'album Crime of the centery... " le meilleur passage de piano du monde..."  Qu'il me rabache le pater ! Et pour le coup je suis assez d'accord avec lui dans le sens ou finalement, c'est peut-être tout couillon comme morceau et pas très techniquement recherché mais l'effet est garanti, ça marque, et ça reste.

Personnellement c'est le passage lourd slidé de la basse que je préfère dans ce même morceau ! Bref je crois que j'aimerais cette chanson très très longtemps !

Les deux meilleurs albums :

Allez, je vous met mes morceaux préférés :

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Mes sorties

Le RER est un moyen de transport spécifique à la région Ile-de-France...

 

Je le prend tous les jours et c'est le moyen de transport le plus pourri qu'il existe en France avec le métro et les bus du STRAV. Et comme de par hasard, ben je dois me taper ça tous les jours à raison de 1 allé et 1 retour variant de 1 heure 30 à 2 heures de trajet correspondances comprises... Tout ça pour faire 30 malheureuses bornes.

Ca commence par la superbe ligne 4 du métropolitain, départ de Marcadet-poissonier pour arriver à Gare du Nord :

Je le prends à 5:37 exactement, ça va c'est pas la cohue, mais si je le loupe je me colle un retard de 10 minutes qui par effet boule de neige me fait louper le RER donc me colle un retard de 10 minutes de plus, qui me fait louper mon bus donc un retard total de 30 minutes en tout... Et v'là le trajet de 2 heures...

Bon passons au RER, quand il est pas en travaux, y'a un couillon qui décide de mettre fin à ses jours et qui trouve que le moyen le plus sur, c'est ma putain de ligne... Et là, il faut rester calme, j'adopte une position yogi sans coller mes pieds sur les sièges parce que sinon c'est 95 euros d'amende et je lévite :

"Je ne suis plus là...je suis paix et volupté...dans un an j'aurais plus à faire ce trajet à la con..."

 A 5:51 (s'il arrive sur le quai 2 minutes plus tard je loupe mon bus à Villeneuve Saint George...), tout va bien mais entre le type qui écoute son rap avec le son pourri de son téléphone sans écouteurs, le lumière dans la tronche, c'est pas très très chouette pour essayer de finir un peu sa nuit. Après une demi-heure de trajet et des arrêt sur tout le trajet, j'arrive à Villeneuve-Saint -George.

C'est l'heure du Bus J2, je le vois se barrer au loin, je regarde l'heure, il est 6:17 et sur le panneau il est indiqué l'heure de ramassage à 6:20...

"PUT(biiiip) de bourdel de m(biiiip) d'en(biiiip) de feignasse de (biiiiip) de chauffeur de m(biiiiip)"

Bon... restons zen, le prochain n'est que dans 10 minutes après tout... 6:30, pas de bus...6:35 toujours pas de bus...6:42 ah ben tiens voilà le bus... Raaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Ce con démarre à 6:45.

Et biensur, comme le bus de 6:30 est pas passé, y'a pleins de gens dedans qui descendent un peu partout donc ralonge le temps de transport jusqu'à l'entrée de l'hosto.

Résultat : arrivée à 7:10 au lieu de 6:40 en service.

Voilà comment bien commencer sa journée...

Maintenant parlons du retour...

Sortie de l'hosto, il est 15:05, et hop on attends le bus, le J1 ou le K...

Parfois j'attends plus de 20 minutes avant d'en avoir un et ce, sous la flotte parce que ces connards ont pas pensé à mettre un abris-bus à l'arrêt...

Je ne vous parle pas des conducteurs de bus qui ont fait attérir un moufflet à l'hosto parce que l'un d'entre eux a pilé comme un malade mental, et par conséquent, un gamin s'est mangé une barre qui traînait à la hauteur de sa bouche et s'est fait refaire les dents du haut. Je ne vous parle pas non plus des esprits qui chauffent, baston dans le bus et toujours ces mêmes petits branleurs qui n'achètent pas de casque et écoutent leur merde en en faisant profiter tout le bus même ceux qui n'ont rien demandé.

On arrive à Villeneuve-Saint-George, là je monte sur le quai et j'attends le train une bonne dizaine de minutes et quand j'ai du bol y'en a un déjà à quai et je cours.

Là je monte dans le tchoutchou, vendredi il faisait chaud, et forcément comme on paie pas assez cher nos forfaits mensuels 4 zones, on a pas la clim dans le four par contre le chauffage fonctionne hyper bien en hiver quand on a sorti les mouffles, les moonboots et les parkas. Sinon je me plains pas je suis assise.

On arrive à gare du Nord, vous vous rappelez y'a eu une émeute là-bas y'a 1 ou 2 ans. Ben je comprends pourquoi...

J'arrive en gare avec l'heure de pointe un peu quand même, et au moment de sortir, un monsieur me barre la route. J'avais mon casque sur les oreilles et donc je lui dis gentiment : "je sors ! ", il est un peu dur à la comprenette, et je suis un peu crevée de ma journée...

Je le bouscule légèrement pour lui faire comprendre que je sortirais avant qu'il ne rentre, et ce GROS connard avec un C majuscule, tente de m'étrangler et me repousse en arrière. Je lui hurle dessus, lui fait un petit croche-patte au passage et lui rapelle les règles de politesse par des petits noms d'oiseau pour enfin m'extirper du four et me retrouver sur le quai. Je bougonne et me dit "Putain y'a vraiment des malades mentaux ici...".

Dernier petit tour de four avec le métro, on a les odeurs de fin de journée, j'ai plus de jambes et j'ai 4 stations à tenir debout serrée entre un gros monsieur qui sue et une connasse qu'a toujours pas compris que les strapontins en heure d'influences sont interdits...

Je sors du métro et tel un vampire, je me dépèche de rentrer chez moi pour virer mes grôles qui fument tellement mes pieds ont marché, et je me vautre sur mon sofa en me disant qu'il me reste plus longtemps à tenir...

Ajouter à mes favoris Commenter (17)

Signaler
Des joulies oeuvres

Ca faisait un petit moment que j'avais pas fait d'article sur mes amis les artistes morts ! Et bé en voilà un de plus !

Je vais dès à présent vous parler du Pop'art, ou art populaire. C'est un mouvement artistique, qui a commencé au pays de la malbouffe (le royaume-uni), et de l'émancipation industriel et technologique dans les années 50.

Le pop'art c'est une sorte de représentation de la surconsommation des pays riches et une sorte de critique vis-à-vis du phénomène !

Monsieur Richard Hamilton est le premier à user des merdouilles découpées dans des magazines et autres pubs pour dénoncer le petit comfort de monsieur Lambda, de façon plutôt ironique puisqu'il a intitulé son oeuvre :

"Just what is it that makes today's homes so different, so appealing ?"

traduction : "Qu'est-ce qui rend les intérieurs d'aujourd'hui si différents, si séduisants?"

Et ben ça donne ça :

Alors qu'est-ce qu'il avait dans la tête ce bon vieux rigolo de Richard ? Ben euh... :

Richard H. : "Hey les gars !!! Je suis allée chez ma belle-mère ce week-end et ça y'est ! J'ai trouvé ZE concept qui tue sa maman ! Je vais montrer au gens que c'est ridicule une pin-up à poil avec un abat-jour sur la tronche, et q'un gay en slip kangourou dans le salon tenant une sucette géante c'est trop lol  et pi je vais bien clouer le bouzin en démontrant que ça sert franchement à queudal... Elle est pas top mon idée ? Hein ? Dites ?"

l'Independant Group : " Arrêtes tu te fais du mal... ça marchera jamais ici..."

Richard H. : " M'en fou ! Vais tout péter la barraque !"

Hum... Alors monsieur Hamilton a tout pété et fut considéré comme le père du Pop'art, on l'appelle aussi le Wahrol anglais mais sa renomée n'est finalement pas si énorme. C'est finalement dans les années 60 que ce besoin de critiquer la consommation de masse prend de l'ampleur et c'est surtout aux States que ça balance à fond les ballons.

Au pays du burger, ceux sont Lichtenstein et Andy Wahrol qui deviennent célèbres. La qualité du Pop'art, c'est que ça parle à tout le monde vu que c'est de l'art populaire, c'est pas trop dur de comprendre le dessin, ce qui est plus ardu c'est de comprendre ce qu'ils veulent dire les deux tarés sous acide (ben oui les beatniks, les hippies tout ça, tout ça...)

Lichtenstein, lui, il est plutôt trip comics et essait de faire un truc le plus artificiel possible... Donc, non c'est pas le décorateur plateau des Zamours qu'a inventé le style mais bien ce monsieur parce que son fils lui avait dit qu'il serait pas capable de refaire en peinture un Mickey géant sorti tout droit d'un comics !

Grosso merdo c'est le roi de la reproduction à grande échelle, même la trame d'impression est visible.

Vous savez les gros pois qu'on voit pas trop quand c'est petit. Un peu comme quand on agrandit à 400% une image sur internet et qu'on voit les gros pixels, ben là c'est pareil sauf que c'est des gros pois et que les lignes noires bougent pas.

 

Sur celle-ci c'est plus flagrant !

Passons à monsieur Andy Wahrol. Grand gourou du Pop'Art, comme le monsieur du dessus, il utilise les procédés d'impression industriels pour faire ses oeuvres, c'est pour ça qu'on peut trouver des séries de trouzemilles portraits de divers stars dont il a récupéré les photos sur des magazines (découpage comme Hamilton), et qu'il leur a revendu des milliers de dollars par la suite...

Faut pas croire qu'ils donnent plus d'importance aux stars, il a fait la même chose avec des boites de soupe...

Ce type a aussi créé la merveilleuse communauté de hippies et beatniks sous LSD, j'ai nommé la Factory (usine), dans laquelle, joueront régulièrement The Velvet Underground, qu'il filmera aussi puisque c'est un grand touche-à-tout ce sacré Andy !

Des oeuvres que j'aime particulièrement :

Sa série sur les chaises électriques pour dénoncer la peine de mort aux USA en surconsommation

Ses autoportraits :

Sa tête de fou entouré de ses muses :

Et enfin ce que la Factory a produit de plus classe : The Velvet Underground :

et

Enjoyez !

Edit : oui j'ai oublié de vous dire qu'il est à l'origine de la téléréalité avec sa petite phrase choc :


«A l'avenir, chacun aura son quart d'heure de célébrité mondiale.»

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Mes joujoux

Après un petit temps mort quesiton pratique musicale, un stage en hématologie bien stressant m'a fait reprendre les guitares et basse. J'avais oublié que la musique peut être un sacré défouloir mine de rien !

J'ai mal aux didis mais je suis apaisée, ça a même remotivé monsieur à reprendre un peu ses tablatures. Un bel après-midi de dimanche, je lui emprunte 2 minutes son Ibanez et je lui dit tout de go :

Bourdel ! Ca glisse tout seul sur la tienne... Tu veux pas me la préter juste pour la semaine ? J'en ai marre de me ruiner les didis sur ma gratte de débutante que mes parents m'ont acheté pour mes 14 ans...

- Ah ben top là ! le vikend prochain on va faire du shopping et tu auras le droit de choisir celle qui te plait !

- Non mais tu déconnes, tu me l'offres comme ça ?

- Non non, je déconnes pas ! Fais toi plaiz ! "

C'est pourtant pas mon anniversaire ni la Saint Valentin, ni Noël, ni Pâques, j'ai tout simplement de la moule d'avoir un homme comme le mien, je vais mettre un anti-vol dessus au cas ou...

Après m'avoir offert mon combo basse + ampli de chez Peavy pour démarrer tranquilou y'a 2 ans pour mes 28 ans :

Une nouvelle guitare, ça me fera juste qu'une cinquième dans l'appart. On s'est dit que quand on habitera ensemble on fera une pièce spécial pour ranger tous nos instruments (5 guitares et 1 basse).

C'est parti pour des petites recherches, alors à la base je voulais une Washburn N2, mais comme j'en avais un peu ras le pompon des formes strat, je me suis demandée ce que je ferais avec une LesPaul, après avoir pris conseil auprès des gratouilleux d'ici, nous voilà partis bras dessus - bras dessous faire du lèche vitrine !

Premier magasin : pas trop de choix, monsieur me fait souligner qu'il y a 2 Gibson SG qui rentrent dans le budget mais je lui confirme que je veux quand même aller voir à coté histoire de voir tout et de pas louper MA guitare, celle qui me donnera la pèche et la banane, bref la salade de fruit !

Deuxième magasin : je dis au vendeur ce que je veux, le budget et il me sort une Epiphone (premier mauvais point : je lui avais demandé une LTD) munie d'un Floyd, très jolie quoique les rayures blanches métal étaient un peu kitsch...

Le vendeur a juste un peu merdé en me la présentant : il l'a sortie de la poussière, la pauvre avait pas servi depuis des lustres donc réglages de 3 plombes pour chauffer la dame parce que le Floyd est une vraie merdasse déséquilibrante ! Après un bon quart d'heure, je prends la grosse Bertha dans les pognes, elle est lourde la bougresse, le manche est difficile mais toujours mieux que ma planche à crin ! Mais quand  j'y repense, je soupçonne ce foutu vendeur  de s'être quand même un peu foutu de ma gueule...

C'est pas grave, on a continué notre tour ni vu ni connus !

Après quelques léchage de vitrine, je me souviens d'un bon conseil de Pesos et Mister P : les custom 77... Dans un petit magasin qui paye pas de mine avec des gens bien dedans : http://www.woodstore.fr.

Il a sorti la guitare que je trouvais moyen bof et il l'a branché et là...

 

 

J'ai trouvé la Loli Paulette (c'est son petit nom), je vous la présente :

ses fesses

En entier (non elle fume pas c'est pour faire style qu'elle a la classe internationale) !

Merci Monsieur Head pour me faire plaisir tous les jours même quand je te harcèle avec tes lessives en retard, merci Mister P pour m'avoir remotivée après moultes discussions sur le sujet, et merci Pesos de m'avoir guider dans ce choix que je regrette vraiment pas !

Juste un petit bémol quant aux vendeurs de grattes : je peux vraiment pas les blairer en fait, leur attitude à la Phillipe Manoeuvre me donne envie de leur donner des beignes.

Y'a que chez Woodstore (où j'ai trouvé ma LoliPaulette) que les vendeurs étaient agréables, pas hautains cherchant pas à vendre leur stock de vieilles merdes et que je comprends tout ce qu'ils me disent quand je leur pose des questions sans me prendre de haut ! Ils méritent vraiment qu'on s'interèsse de plus près à ce qu'ils font !

EDIT : Vous m'avez demandé des preuves de l'achat ! Je vous présente ma LoliPaulette et moi au manche, ui la fille avec des lunettes là !

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Mes joujoux

Un bisounours qu'est-ce que c'est  ?

Ben c'est un soupçon de nostalgie télévisuelle d'enfance des trentenaires :

 

Pour ma part, le bisounours restera la peluche que ma maman m'a offert après une série de rappels de vaccins chez le mèdecin quand j'étais petite, ainsi qu'un effet de mode consumériste de tous les enfants à l'école. Par contre la série télé j'en avais rien à cirer, à cette époque je préfèrais Ken le survivant ou Nikki larson.

En parallèle de ma période Barbie (plus de 6 ans quand même), j'ai eu un passage avec Mon Petit Poney, le jeu de la marchande, de la maîtresse, de la coiffeuse (j'ai d'ailleurs testé les ciseaux sur une Barbie ainsi que sur mes cheveux, ce qui m'a valu une bonne fessée, la confiscation de mes ciseaux lapins et une barrette pendant plus d'un an pour cacher la misère).

J'ai même eu la bestiole de Taram et le chaudron magique, Gurki. Pour ceux qui se souviennent pas c'est un des meilleurs Walt Dysney malheureusement qui s'est vautré parce que "trop sombre"... Un petit rappel :

Après, il y a l'expression :

"La vache ! c'est trop bisounours ici", Autrement dit : une interprétation péjorative pour dire que la candeur et la sucrerie sont un peu gerbantes, donc pas sympacool. Moi je pourrais dire que certains sont trop "GI Joe" : autre expression péjorative pour dire que trop de testostérone tue la testostérone et fait passer les machos pour des gays refoulés...

Donc par pitié, respectez ma nostalgie, respectez mes souvenirs d'enfance et respectez les bisounours, vous aussi vous baviez dessus pour vous endormir quand vous aviez 5 ans. Et si c'est pas un bisounours c'était un Popples ou autres Schtroumpfs, chenille peluche, j'en passe et des meilleurs !

Je tiens à remercier ma maman d'avoir garder toutes mes peluches pour mes enfants, j'aurais des trucs à leur raconter !

EDIT : Faut pas le dire mais quand je traine dans le rayon jouets d'un magasin, j'essaie toutes les peluches...J'ai même acheté ma dernière à l'âge de 23 ans (un Snubbie au doux nom de Schlupy : toutou caricaturale avec une grosse truffe et un tout petit corps et quand on appuie dessus ça fait soulever les oreilles)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Mes sorties

Bien nous a pris d'écouter Moussif et sa dame pour aller faire un tour au musée Maillol dimanche dernier !

Je vous parle bien entendu de l'exposition "C'est la vie", qui nous fait une excellente rétrospective sur les vanités.

Alors les vanités quèsaco ? Ben quelqu'un de vaniteux c'est quelqu'un qui s'autosatisfait parce qu'il est généralement considéré comme futile par les autres...

Dans le cadre de l'exposition, une vanité est une nature morte qui représente la futilité de la vie. Ben oui ma bonne dame ! Si on réfléchit 2 minutes, c'est assez futile la vie, on finira bien par crever un jour, non ?

Ben y'a des mecs (les humanistes) qui ont un peu réfléchi au concept, et comme leitmotiv, ils ont décidé d'opter pout "Memento mori", petite locution latine pour leur rappeler qu'ils font caca comme tout le monde et qu'on est bien peu de chose dans ce monde. Et voui... une sorte de cercle des pouet disparus un peu plus gothique grosso merdo.

Ces humanistes sont issu de la Renaissance, petite période bien sympatique pendant laquelle ont surgi pas mal de progrès : l'imprimerie, l'accès aux livres, les petits plaisirs de la connaissance. Donc comme ceux sont des petits plaisirs, ben les peintres ils ont décidé de s'en détacher et de relier cette futilité à celle de la mort.

Et voilà tit pas qu'on se retrouve avec des natures mortes !

C'est pourquoi on retrouve dans les vanités des crânes humains, pour symboliser la mort mais aussi d'autres objets qui symbolisent la futilité des petits plaisirs de la vie et la démonstration du temps qui passe.

Y'a pas beaucoup de lumière dans les peintures. La mort, c'est pas très fun comme sujet mais ça a tendance à se renverser avec les artistes contemporains.

On retrouve souvent des objets scientifiques (des bouquins, des instruments de mesure, de torture...pardon de "médecine"...), on y retrouve aussi la musique ( des instruments, partitions...), la richesse (pleins de pognon, des épices de choix, des tissus nobles tels que le velour ou le satin).

Pour le symbole du temps qui passe, on a les bougies, les escargots et autres insectes rampants preuve d'un état de putréfaction symbole de détachement de l'enveloppe charnelle...

Des fois on retrouve des gens qui sont en pleine reflexion Shakspearienne qui tienne un crâne : "To be or to be..." tralala...

Voilà l'idée de base avec laquelle il faut appréhender l'exposition, après je vous conseille de la faire de façon chronologique et de lire les titres des oeuvres et les petits textes à coté, ça peut vous ouvrir énOormément l'esprit sur les intentions parfois bordéliques des artistes contemporains !

Commencez votre visite par le 1er étage : vous y trouverez les peintres classiques tels que Caravage, Zurbaran ou encore un De La Tour qui vous arrachera la rétine tellement il claque ! D'ailleurs je vous colle un petit exemple du sieur de La Tour pour vous faire un peu saliver, c'est une oeuvre hors expo mais ça pète !

 

Au même étage vous trouverez des artistes anonymes, et les peintres modernes allant de Géricault à Cézanne, Picasso, Braque... Y'a même une oeuvre qu'est top classe et qui va vous faire péter la cornée, mais comme une nouille je suis incapable de retrouver le nom de l'artiste, mais vaut mieux éviter d'être daltonien parce que les couleurs elles pètent ! Nom d'une flûte en bois...grrrr... c'est rageant cet oubli ! Vous avez qu'à y aller pour vous rendre compte !

Bref... vous poursuivrez la visite par le 2ème étage avec des photographes et sculpteurs contemporains, avec parfois des oeuvres du XVème mélangé avec histoire de faire les liens ! Y'a même mes deux photographes préférés qui y sont exposés : Cindy Sherman et Joël-Peter Witkin, d'ailleurs je vous met celle que j'ai vu en vrai en image de suite :

 

 

Après on passe à l'art contemporain au rez-de-chaussée avec les Basquiat, Warhol (je vous ferais un topo sur le pop'art dans peu de temps) et autres artistes de la même trempe comme Keith Harring ou encore Niki de Saint Fal, la même qui nous a collé des trucs bariolés en papier maché dans une fontaine non loin des Halles : Fontaine Stravinsky), on croise au même étage un cabinet de curiosité ludique avec des objets marrants tels que des crânes académiques, des pommeaux de cannes en forme de crâne, une mosaïque de Pompéï et autres goodies sympatoches !

Terminez votre visite au sous-sol avec une vidéo sur une installation permanente de la plus grande vanité au monde : plan travelling d'une demi-heure avec toute les symboliques sont je vous ai parlé plus haut et quelques commentaires parsemés pour éclairer le spectateur. Vous pouvez par la même occasion vous faire un petit roupillon...

En tout cas pour les fans de crânes, représentations de la mort à pleins de niveau différents, c'est plutôt une excellente exposition.

L'entrée n'est pas hors de prix : 11 Euroboule (gratuit pour étudiants en école d'art, et inscrits à la Maison des artistes, réduc pour les étudiants et chomeurs...)

Pour 160 oeuvres et 5 siècles d'histoire (sans compter la mosaïque de Pompéï), ça les vaut bien ! En plus vous pouvez avoir les commentaires gratosses (vous savez les espèces de talky-walky de touristes làààà)

Si j'ai réussi à vous motiver, j'en suis forte aise, enjoyez !!!

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

Bienvenue dans le monde des chokapic, des chamalow et des tendresses...

En passant par une petite visite au musée, des chansons et musiques que j'aime bien et des livres que dedans y'a des belles images et autres trucs qui font de ma boîte à sucre un vrai ramassi de conneries...

Archives

Favoris