Un condensé de GaMusik

Un condensé de GaMusik

Par YomeNetSan Blog créé le 15/02/10 Mis à jour le 02/12/12 à 10h57

Un condensé de gamusik.netsan.fr

Ajouter aux favoris
Signaler

Lors de mon récent voyage au Maroc, j'ai bien entendu laissé traîner mes yeux sur les boutiques pouvant vendre des consoles ou des jeux et le résultat est assez étrange lorsque l'on compare avec la France.

Les consoles sont déjà plus ou moins bien distribuées. Bien sûr, le niveau de vie est bien plus bas que chez nous, donc les PS3 et Xbox 360 sont très chères. A Marjane, la grande surface la plus répandue, il n'est possible d'acheter que des PSTwo pour 1290 dirhams (environ 110€). Chose amusante, il s'agit de versions européennes. C'est visible à la région du lecteur DVD : zone 2 alors que l'Afrique est en zone 5. Les autres lecteurs DVD vendus dans ce magasin sont d'ailleurs en zone 5 (ou alors cela n'est pas précisé sur les sous sous-marques). J'ai aussi aperçu, chez le photographe de la galerie marchande, une Wii et une DS Lite, sans en voir les prix.

En me baladant au centre de Mohammedia, mon regard a été attiré par une boite blanche dans la vitrine d'une boutique de jouet. C'est le gros "38-in-1" qui a fait tilt et le logo aux couleurs familières : . Le style d'écriture gris sur blanc et les silhouettes jouant à différents sports ne font aucun doute : la cible de cette contrefaçon est bien la Wii ! Ce que je pensais être une console s'avère être en réalité un pack d'accessoire "compatibles avec la Wü". Au final, ils sont bien sûr destinés à la vraie console de Nintendo mais cela évite d'avoir à payer la marque !

La même vitrine propose une DS Lite visiblement officielle pour 1700 dirhams (environ 155€). Il y avait enfin une guitare sans fil "compatible avec la w.ii", encore une autre façon de contourner les marques déposées !

Il est donc possible d'acheter certaines consoles, mais les jeux, eux, sont introuvables ! Il en est de même pour les DVD : les lecteurs s'achètent en grande surface mais les seules disques que l'on y trouve sont des dessins animés dont le style des pochettes fait porter un doute sur leur provenance officielle.

Mais alors comment est-ce qu'on leur donne à manger à ces consoles et lecteurs ? Il suffit de se rentre à n'importe quel souk ou marché pour trouver des dizaines de vendeurs de DVD, logiciels ou jeux copiés. La pratique de la copie est tellement répandue que les vendeurs ne se cachent pas le moins du monde. Il y a 4 ans, j'avais demandé à un cousin de ma Belle où trouver des DVD non copiés. Il nous avait répondu "Mais si on en trouve ! Il y en a... euh... un peu partout... euh... je sais pas en fait."

Mais le paradis des jeux et du piratage se trouve à Casablanca, dans le fameux quartier de Derb Ghallef (prononcez "Darbrel Lef"). Il y a là bas un grand marché nommé la Jouteya (ou Joutia) où l'on trouve de tout : antiquités, brocantes, pièces de mécaniques, meubles, fringues, matériels électroniques et des copies pirates de DVD et de jeux. Niveau électronique, se côtoient les réparateurs, les pièces détachées, la revente d'appareils neufs ou d'occasion (à l'origine plus ou moins louche). Le voisin de mes beaux parents y a d'ailleurs fait changer son écran d'ordinateur portable qu'il avait cassé pour 900 dirhams (environ 80 euros). Enfin, le piratage y vie sous toutes ses formes (chaînes satellite, logiciels, hack de consoles, etc.).

Niveau jeux vidéos, ces derniers n'étant pas distribués officiellement en Afrique, il faut bien trouver un moyen de jouer... Ils sont donc allègrement copiés (jeux sur disque gravés, cartouches multi-jeux, contrefaçons) ou, au mieux, importés d'Espagne, le pays européen le plus proche. C'est le cas pour tous les jeux PS3 par exemple, la console n'étant pas encore piratée.
La dernière fois, j'y avais trouvé quelques cartouches Nintendo 64 et de nombreuses copies de DVD. Cette année, sur l'idée de ma Belle, Beau Papa, qui m'a guidé cette fois-ci, avait en tête de trouver une borne d'arcade. Peine perdue, ce n'est pas ici que l'on trouvera ça.
Il m'a aidé à demander les prix de certains articles pouvant m'intéresser. Une DSi rouge est par exemple vendue plus de 2000 dirhams (environ 180 euros), ce qui n'était pas intéressant. J'ai failli craqué sur une version japonaise de R-Type III, avant que je ne découvre qu'il s'agissait d'un jeu Came Boy Advance (non, il n'y a pas de faute de frappe) ! J'ai croisé plusieurs de ces contrefaçons de jeux Nintendo, comme un Wario Land 4 plus vrai que nature, mise à part le logo Nintendo qui était un peu déformé. J'ai aussi aperçu d'autres packs d'accessoires "compatible Wü". Les copies des disques Playstation, Playstation 2, Xbox 360 et Wii sont les plus courantes, car faciles à produire. On trouvent ces disques gravés à la pèle pour trois fois rien, dans de simples pochettes plastiques, souvent sans rien écrit sur le disque lui-même.

Il y a bien entendu des linkers DS, le R4 étant le plus répandu. Leur prix avoisine les 20 euros mais ce qui m'a un peu plus dégoûté est le fait que ces vendeurs font payer le fait d'ajouter un jeu sur la carte mémoire. Tout le monde n'a pas Internet et ne sais pas comment télécharger un jeu, donc on vient au Derb et on paie "10 balles" (moins d'1€) pour ajouter un jeu sur sa console.
Il y a enfin les cartouches multi-jeux disponibles pour Super Nintendo, GameBoy Advance, Nintendo 64, etc. Beau Papa m'a demandé pourquoi une de ces cartouches arborant un fier "138-in-1" ne m'intéressaient pas : "138 ce n'est pas assez ?".

J'ai réalisé que cette habitude du piratage généralisée fait que personne ne sait à quoi ressemble un vrai jeu. Pour tous les enfants marocains ayant une DS, il n'existe pas de cartouche contenant un seul jeu. Pour tous les marocains, il n'existe pas de DVD qui ne soit pas gravé ou dans une boite rigide. J'y avais déjà pensé à l'arrivé de mon bébé-mario : je veux qu'il connaisse les vrais objets et pas une certaines virtualisation avec les films sur un disque dur ou gravés dans un classeur.

Pour garder un petit souvenir, n'ayant rien acheté, je voulais prendre une photo des lieux. L'ambiance est en effet particulière car il s'agit de toutes petites boutiques un peu improvisées avec des toits en taule ondulée, collées les unes aux autres. Une peu comme les chalets de nos marchés de Noël mais en beaucoup plus petit, moins éclairées et très très rapprochés. Il suffit que 2 personnes s'arrêtent pour discuter pour que le petit couloir qui serpente sans réelle logique entre les blocs se retrouve bouché. Il est très facile de s'y perdre entre le fait que les boutiques se ressemblent et qu'il n'y ait aucun point de repère.

Je demande donc à Beau Papa s'il est possible de prendre une photo, si cela ne risque pas de déranger les gens, etc. Il hésite à me répondre, il ne sait pas trop quoi penser. Il est préférable de ne pas prendre de personne de face déjà et il vaut mieux demander. En passant devant une échoppe, il pose la question au vendeur. Il nous autorise à photographier la petite vitrine où s'étalent de nombreuses copies de jeux Wii (ou Wü ?). Mais à l'instant ou j'ai déclenché mon appareil, un gars est sorti de nul par en hurlant ! Beau Papa commence à "discuter" avec lui, forcément tout en arabe. Je comprends quand même qu'il n'est pas bien content que l'on prenne une photo et je l'efface devant lui. L'altercation continue quelques minutes et reprendra un peu après lorsque l'on est repassé sans le vouloir devant sont magasin. Il s'avère qu'il était le vrai propriétaire de l'étal et qu'il était un peu beaucoup parano (il était visiblement drogué). Il nous prenait pour des espions venus pour faire fermer le marcher ! Heureusement, malgré les cris un peu fort de sa part, tout se fini bien et nous repartons tranquillement.
De retour à la maison, j'ai réussi à retrouver la photo effacée sur la carte. Au final, beaucoup de bruit pour rien car elle est toute floue et on ne distingue pas grand chose...

Voici enfin quelques liens sur Derb Ghallef et le piratage :

Et sur les accessoires pour la Wü car ça m'a bien fait rire :

Le reste de mon voyage et bien d'autres articles sur : gamusik.netsan.fr
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

vantage00
Signaler
vantage00
:D j'ai adoré ton histoire,étant marocain et un grand fan de retro gaming je tien a souligner quelque point ,par exemple étant jeune on avait pas mal acheter des cartouche de jeux super nes comme d'autre console de l'époque (chrono trigger , super mario world , ...) européene et aussi japonaise les cartouches couté chère a l'époque mais on pouver les échanger pour quelque euros,a cette époque rare existé c daubes chinoise
on avé droit a présque toute les console méme quelque une qui étais rare notament la atari jaguar 3do...,c'est exatement lors de la sortie de la ps1 je crois en 1996 que le piratage dans le monde du jeux video a vue le jour a dert ghellef ,les copie gravé de jeux originau ps1 se vender a environ 2euro, vue qu'il n'y avé rien qui interdisé ce genre de contrefaçon ,ca a pris de l'empleur avec le temp et avec les sortie de nouvelles console il é devenu chose normal de se payer des jeux gravé comme on dit
enfin bref c'est juste pour souligner qu'on a eu aussi notre époque : console + pix'n'love ,aprém dans les borne d'arcade neogeo et console de salon ,y'en a qui sont tjr fan dailleur :) et si on cherche bien a derb ghélléf on pouré encor tombé sur des cartouche 8/16 bit qui valent de l'or

Édito

Un condensé de gamusik.netsan.fr

Archives