Between the pixels  and me
Signaler
Cinéma/ TV

 

Créée par Tom Wheeler 
Avec : David Lyons, Summer Glau, Dorian Missick, James Frain

 

Synopsis :

L'officier Vince Faraday était un bon flic essayant de nettoyer sa ville de la corruption généralisée. Victime d'une machination et laissé pour mort, il est obligé de s'enfuir et de se cacher, loin de sa femme et de leur enfant. S'inspirant du comic préféré de son fils, il décide de devenir "The Cape", un super-héros faisant régner la justice dans les rues, effrayant les criminels de tous genres. A la recherche du parrain de la pègre qui l'a voulu mort, Vince rêve de retrouver un jour sa famille...

 

 

Mon avis:

NBC nous propose une nouvelle série basée sur la mythologie des super-héros et tout ce qui va avec (identité secrète, ennemi juré, motivation...), créant pour l'occasion un personne bien à eux, loin des clichés « hommes-animaux » ou autres pouvoirs magiques un peu trop simpliste.

 

The Cape va apprendre à devenir un super-héros dans une troupe de cirque un peu louche et secrète, faisant de lui un maitre de la furtivité, de l'acrobatie et autres tours de passe passe. Comme vous pouvez l'imaginer en lisant le synopsis, le coté dramatique de la série va être mis en avant par un père qui se fait passer pour mort et qui ne peux plus voir sa chère famille.

 

Les scénaristes vont donc essayer de nous émouvoir à grand coup de flashback d'un passé idyllique et autres scènes de ménage dans le présent, avec une famille déchirée par l'absence du père. C'est malheureusement un peu « too much », on s'attache doucement à cette petite famille même si le coté dramatique aurait pu être mieux amené.

Jamais vraiment comique, la série ce veut « réaliste » mais arrivera malgré tout à vous faire sourire de temps à autre. Les effets spéciaux sont efficace, assez sobre mais réussi, vu le contexte humains des vilains et du héros.

La trame principale sur le long terme avance (trop) doucement, le suspens est peu présent, et parfois on s'ennuie un peu durant les 40 min que dure un épisode. De plus, bien que l'action et les rebondissements (prévisibles) soient présent, il y a quand même quelques petits détails scénaristes qui fâche dans le déroulement des choses, parfois un peu trop simpliste.

 

Malgré tout le sauce prend, en partie grâce à un casting plutôt réussi et a une petite touche d'originalité dans le monde surexploité des super-héros.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Cinéma/ TV

 

 

Synopsis:

En 2040, une catastrophe biologique a anéanti la grande majorité de la population mondiale. Les survivants sont contraints de quitter la Terre pour investir une planète voisine à notre système solaire, afin de prendre un nouveau départ. Alors que les tensions sont palpables au sein du groupe, certains commencent à se demander quel est le véritable but de leur mission. C'est alors qu'un vaisseau arrive de Terre avec de nouveaux survivants...

 

 

 

Crée par : Ben Richards Avec : Liam Cunningham, Hermione Norris, Amy Manson, Daniel Mays, Ashley Walters, Eric Mabius, Michael Legge, Langley Kirkwood, Jeanné Kietzmann, ...


Mon avis:

 

Les Anglais ont décidés de jouer dans la cours des grands niveaux séries Tv, après Misfits, c'est au tour de Outcasts de nous proposer une histoire SF à gros budgets made in UK. L'aventure vient de commencer mais tout ça est déjà très alléchant: BBC au manette donc, des décors naturelles magnifiques, un casting plutôt bien vu, des effets spéciaux qui n'ont rien a envier aux concurrents américains du moment, un contexte post apocalyptique qui à de quoi plaire au fans de Fallout ou autre histoire d'anticipations d'un futur sombre et inquiétant.

Petit bémols pour le moment, l'histoire démarre doucement, centré autour d'une poignée de personnes principaux et leurs soucis personnels, le manque d'action et de suspens est omniprésent, surtout pour une série au format 60 min par épisode.

Il faut donc être un peu patient, pour laisser le scénario se compliquer au fur et a mesure qu'on découvre les vérités et les mystères sur cette planète de la seconde chance, bien partie pour ne pas être si différente de l'imperfection qui a conduit la Terre au chaos.

Malheureusement l'audience dimine doucement, et la série vient déjà d'être redeplacé vers une horraire moins prestigieuse que celle d'origine, bien que BBC précisent qu'ils tiennent à cette série malgré tout. On peut donc esperer voir une suite aux 8 épisodes de prévue pour le moment.

 


Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo

Je vais être bref et direct: cette démo est vraiment une mauvaise surprise; même si j'avais des doutes à l'avance sur la qualité du jeu.

 


On a vraiment pas l'impression de voir un jeu made in bioware. Les pires voix FR que j'ai entendue sur un jeu EA depuis des années, ça gâche vraiment le plaisir de jeux, et comme toujours je suppose qu'on ne pourra pas choisir la langue.

D'un point de vue technique, on à l'impression pas de voir un jeu vraiment pas fini: divers bugs de collisions, d'affiches, ou autres bugs sonores, bref très désagréable. Sans parler du retard technique et la pauvreté des décors déjà présent dans le premier épisode, rien n'a changé de ce coté là.

Le concept de narration proposé par le jeu, qui alterne des séquences réellement vécu par le héros et d'autres purement liés à notre légende est très alléchant sur le papier, mais je n'ai rien vu d'agréable dans cette démo à part un moyen vicieux de nous faire rejouer plusieurs fois la même séquence avec quelques variantes.

Comme dans la plus part des rpg médiévales occidentaux, le chara design de vous et de vos alliés est quelconque pour ne pas dire grossier. Sur la dizaine de personnages aperçu dans cette démo seulement deux ont un design potable à mon gout, qui sort un peu du lot (vous y compris)

Le gameplay, résolument plus BTA que le premier, ne plaira pas à tout le monde (vagues d'ennemis quasiment continue dans les donjons, combats dévastateurs...) mais je lui laisse ça chance pour le moment.

et le système de dialogues très riche du premier a était  réduit a 3 choix possible, dans le veine de Mass Effect.

Pour conclure c'est donc une très mauvaise surprise et j'ai peur que cette démo refroidisse pas mal d'acheteurs ! Espérons que le produit finale soit un peu mieux que le laisse présager cette démo.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)


Signaler
Cinéma/ TV

 

Manga de science fiction totalement gore et barré, Gantz a su faire son bout de chemin et a était capable d'atteindre un certain succès (en général seulement possible pour un shonen plus grand public) grâce à un scénario et une intrigue maitrisé. Encore mieux, la série vient d'avoir l'honneur d'être l'objet d'une adaptation « live » au cinéma, prévue pour être une trilogie avec des moyens plutôt correct pour un film Japonais.(Comme ce qui a pu être fait pour Death note).

J'ai pu mettre la main sur la version avec voix anglaises du film, qui suit le scénario du manga jusqu'à la fin de la troisième mission du groupe contre les statues géantes de démons dans le temple (là où l'anime s'arrête). Ce premier épisode dure 2h10, et comme vous pouvez l'imaginer il s'agit d'un gros travail de simplification et résumé de l'histoire. Tout en restant fidèle à l'oeuvre d'origine, autant au niveau du design, de l'histoire, que des personnages, on ne peut s'empêcher de pester devant les coupures effectuées qui rendent l'histoire vraiment trop simpliste et rapide, dénué de pas mal de son charme d'origine. Le coté coquin est sévèrement censuré, et le gore aussi dans une moindre mesure. Le film est à mon avis sans grand intérêt pour quelqu'un qui ne connaitrais pas l'oeuvre originale.

 

Les acteurs jouent plutôt bien, et on reconnaît tout le monde sans trop de soucis, mais les dialogues et les émotions sont vraiment en dessous de ce qu'ils devraient être, sentiment sans doute amplifié par le doublage anglais assez douteux. Les relations entre les personnages sont mis en scène avec le temps nécessaire à les rendre cohérentes, mais l'intrigue générale sur Gantz et son fonctionnement est vraiment trop simplifié pour être aussi philosophique et choquante que celle du manga.

Les combats sont fidèle à ceux crée par Hiroya Oku, (ennemis, costumes,armes...) mais manque cruellement de pêche et d'intensité.

 

Bref impression mitigé, il est vrai qu'il n'est jamais facile d'adapter un manga en film, même avec beaucoup de moyen (Dragon Ball par exemple), vu la tournure épique que va prendre l'histoire par la suite, on se demande si le réalisateur sera à la hauteur du défis.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Pixel art

Sujet hautement philosophique et poétique, le "post-apo" est plus dans le vent que jamais.(Cinéma, Jeux vidéo,...) Qui n'a jamais revé d'un monde dans lequelle la nature reprendrai ses droits à l'homme ? Et bien certains artistes comme Tōkyō Gensō ont l'air d'y penser en tout cas, je vous laisse découvrir son magnifique travail sur la ville de Tokyo et ses lieux mythiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Jeux vidéo

 

Je viens de passer quelques heures sur Marvel VS Capcom 3, et un constat amère me vient encore une fois en tête, les développeurs de jeux vidéo deviennent avec le temps de plus en plus radins niveau contenu pour leurs softs ! Ce qui paraît totalement paradoxal quand on sait que le nombre de personnes créant les jeux, les sommes d'argents investies, et même le support physique des jeux augmentes de manière considérable !

Ce sentiment d'injustice voir de colère se fait encore plus sentir dans certains genres de jeux assez spécifiques, comme les jeux de combats par exemple ! Quasiment aucune licence n'échappe à la règle, fini les modes histoires/aventure (Soul Calibur 4), Le nombre de personnages jouables est souvent réduit à la baisse (Dragon ball burst limit), le nombre de stage également (King of fighter 12). On à rarement le droit à une cinématique de fin de qualité pour chaque personnages façon Tekken 3, mais plutot une poignée d'images qui défilent avec du texte en dessous....

Il en va de même pour pas mal d'autre genre, le gros retour en arrière niveau contenu secondaire de GTA 4 par rapport aux précédents par exemple, même constat chez les RPG ou pour les shooter dit « tactique »...

 

durée de vie des shooter en chute libre, système de combat et d'xp des RPG simplifié au possible... Cette maladie à l'air de toucher tout les genres ! Une tendance qui à l'air de s'être mise en place depuis l'arrivé des consoles HD.

 

Et pire encore, ce contenu réduit est maintenant vendu en petits morceaux ! (jeux en épisodes, DLC...)

 

Qu'est ce cela veut dire ? Le fait de créer un jeu plus beau demande-t-il tellement de travail et de temps que le contenu doit en être amputé ? Honnêtement je ne pense pas que cette hypothèse s'applique aux jeux de combats qui demande quand même moins de travail.

 

Si cette hypothèse est avérée, il faut alors se demander si on peut sacrifier le contenu sur l'hôtel des graphismes, cela faut il le prix à payer ?

Ajouter à mes favoris Commenter (1)




Between the pixels and me

Par Yohann26 Blog créé le 20/12/10 Mis à jour le 08/05/15 à 22h35

Des pixels, du rock'n'roll et de la poésie

Ajouter aux favoris

Édito

 

Bonjour à tous, vous êtes sur le blog de Yohann.

Mon blog  a pour vocation de partager avec vous ma passion pour le jeu vidéo, à travers l'actu, des  réflexions de fond, ou simplement des petites perles trouvées ça et là sur la toile.

 Je partagerai ici avec vous  tout ce qui se rapporte de manière plus ou moins directe à la culture geek: Séries TV & Cinéma, Manga & Anime, Japon et autres. Mais aussi ma passion pour le voyage, la photo et plein d'autres choses merveilleuses.

Suivez moi sur facebook:

 



 

Mon blog-photo sur le Japon:

Mon blog-photo sur la Scandinavie:

 

Mes photos personnelles:

http://www.flickr.com/photos/yohann26/

 

Archives

Favoris