De BriC et de BroC - Le BloG

Par Yaeck Blog créé le 11/10/17 Mis à jour le 11/05/19 à 23h52

Réflexions, avis et digressions sur ce que j'ai vu, lu ou joué
et qui mérite que j'en parle...
Bonne lecture!
:^)

Ajouter aux favoris

Édito

Ma première console en 1991 avec la NES. J'avais 10 ans (Oui je date de cette époque là). Depuis une console minimum par génération, sans jamais se débarrasser des précédentes...Je mesure ma chance aujourd'hui d'avoir pu conserver toutes ces reliques.
Ma ludothèque est composée comme suit:
- 2 NES (1 PAL & 1 US)
- GameBoy Color
- Megadrive
- Nintendo 64
- Saturn
- Dreamcast
- Gamecube
- Xbox
- Xbox 360
- WiiU
- PSP
- PS4
Toutes branchées, toutes opérationnelles et toutes qui servent régulièrement.

Pas de 'guerres des consoles' ici ou autres fadaises et polémiqes de Kevin des bacs à sable...
Je précise juste mon désintérêt total pour Nintendo désormais. Non pas qu'ils fassent de mauvais jeux mais tout simplement ceux-ci ne s'adressent pas à moi.
Le jeu vidéo n'est pas ma seule passion, c'est un loisir comme un autre noyé parmi mes nombreux passe-temps. Jouer m'est aussi indispensable que Lire,
Écrire, Mater des films/séries, monter des vidéos à l'arrache pour ma modeste chaîne et voyager au quatres coins du Monde quand les finances le permettent :^)

J'ai une chaîne Youtube de Let's Play avec intégrale de jeu non commenté (ou presque vu que l'enregistrement foire à chaque fois sur une session) . Je ne suis pas streameur ou caster ou que sais-je encore...Juste je partage les jeux vidéos qui me plaisent.
Je suis  - je pense qu'il faut le préciser - un bien piètre joueur. Tendance solitaire qui aime prendre le temps d'explorer ses jeux. Et qui n'a absolument pas le sens de la compétition, notion qui me passe très au dessus. D'où mon incompréhension totale de tout ce qui est speedrunning et autres phénomènes multijoueurs tel que le Battle Royal. Je suis aussi par conséquent complètement hermétique à l'eSport.
Très opposé au dématérialisé (et pas que dans le JV) même si c'est l'avenir (qui se fera sans moi)

Voilà pour mon portrait de Gamer.

-Ma Chaîne Youtube
-Mon Twitter
-Mon Facebook

 

Archives

Favoris

De BriC et de BroC - Le BloG
Signaler
Cinéma (Cinéma)
Dernière étape avant la fin de la phase 3, Captain Marvel introduit dans le MCU un personnage surpuissant. Sans doute trop.
CAPTAIN MARVEL
2019
 
 
Réalisateurs: Anna Boden et Ryan Fleck (je croyais que le syndicat des réalisateurs US n'autorisait pas qu'un film puisse avoir deux réal', à l'exception des fratries...étrange ou le réglement s'est assoupli)
L'Héroïne: Brie Larson
Les Grands Noms: Jude Law, Anette Bening
Le Damoiseau en Détresse: Samuel L. Jackson
Autres Apparitions Notables: Ben Mendelsohn, Lashana Lynch, Akira Akbar (?!) la fille de Maria
 
Vers est une recrue des Starforce de l'armée Kree, basée sur Hala, planète centrale de L'Empire. Amnésique elle ne se souvient pas de son passé. Au cours d'une mission d'infiltration elle est capturée et son cerveau fouillé par des Skrulls, ennemis métamorphes séculaire des Krees. Elle parvient à s'échapper mais sa capsule s'échoue sur C-53. Alias la Terre. En 1995...
A la recherche de réponses, elle aura pour allié un officier du SHIELD, un certain Nicholas Fury...
Captain Marvel fut annoncé en grande pompe il y a quelques années, comme étant le 'premier film de la nouvelle ère Marvel'. Une femme comme super-héroïne, son nom même étant celui de la firme, une puissance jusque-là jamais vu dans le MCU...Il avait tout pour plaire et tout autant pour être extraordinaire. Quand on voit le résultat final, on se dit qu'ils sont passés à coté de quelque chose. Non pas que ce soit un ratage mais on est très loin de l'extraordinaire...
La faute à un traitement de l'héroïne sans relief, sans profondeur. Ayant eu peur de mal faire, les scénaristes n'ont pris aucun risque avec elle. Et on donc créé une 'Mary-Sue' comme ont dit au cinéma. Une femme qui n'a aucun défaut, qui sait absolument tout faire, et pire que tout ne connaît jamais le moindre échec.
 
 
A aucun moment du film elle n'est mise en difficulté. Jamais. Son seul défaut c'est sa perte de mémoire, qu'elle s'attelle à combler. Pour le reste elle est déjà parfaitement accomplie.
Quand elle se retrouve encerclée par une dizaine de Skrulls belliqueux, les mains liées, même là, elle les domine sans grand peine et les mets tous KO.
Quand elle doit empêcher une armada de missiles nucléaire de détruire la Terre, il ne s'agit que d'un 'petit' effort en plus et Hop Badaboum. La scène ne dure qu'une trentaine de secondes, limite anecdotique...
Quand elle doit combattre une flotte spatiale ennemie, aucun problème. Elle ne doit même pas se prendre un seul coup adverse de toute la séquence. Elle semble même s'amuser, se permettant de rire et d'exulter de joie entre deux explosions de vaisseau.
Quand elle doit combattre son ancien mentor, qui lui propose un combat mano à mano, elle lui envoie un rayon d'énergie qui l'envoie valdinguer une centaine de mètres plus loin (ce qu'elle faisait déjà en tout début de film...). Elle surpasse en puissance son maître depuis toujours...quel intérêt?
Comment voulait vous que les spectateurs connaissent la moindre empathie avec un tel personnage? Vers - puis Carol Danvers quand elle retrouvera sa véritable identité - semble se balader dans son propre film. Allant ici et là au gré de son investigation, comme bon lui semble. Elle va où elle veut, quand elle veut et y fait ce qu'elle veut. Quand quelqu'un se met sur son chemin, elle le dézingue et continue sa promenade, comme si de rien n'était. C'est vraiment étonnant à voir, d'autant plus que Brie Larson le joue véritablement comme çà, comme une pérégrination champêtre du dimanche dans un petit coin de campagne ensoleillé.
 
 
C'est pour cela qu'en contraste, le parcours du Skrull Talos nous touche plus. Car c'est à lui qu'arrive cette véritable aventure. C'est à lui qu'il arrive des contraintes, des contre-temps, des épreuves...il connaît des échecs et des succès. Il à un but, une quête. Du biscuit scénaristique à se mettre sous la dent quoi! Incarné par un Ben Mendelsohn comme à son habitude au sommet (voyez la saison 1 de Bloodline, où il crève l'écran) qui passe la moitié du temps sous le maquillage assez réussi du Skrull, son cheminement est de loin le plus surprenant du métrage.
 
Ben Mendelsohn sous les traits de Keller chef de la section Los Angeles du SHIELD est un personnage multi-facette et qui cause quelques rebondissements au cours de l'intrigue. Enfin quasiment lui quoi.
 
En partenaire de choc à la femme de l'espace, on trouve donc un jeune Nick Fury, incarné par un Samuel L. Jackson rajeuni à coup de bistouri numérique. Le procédé est tellement maitrisé désormais qu'ils peuvent l'appliquer sur un personnage secondaire présent quasiment à chaque plan. Balèze. On en apprends un peu plus sur son parcours, de lycéen à soldat, puis espion pour finir par être embauché au SHIELD aux alentours de 1989 (Par Alexander Pierce suite à l'opération à Bogota?). Au moment de sa rencontre avec Vers il est affecté à l'antenne de Los Angeles, bien loin du Triskelion. Le mystère est levé sur son accident à l’½il, provoqué par son combat épique contre un puissant guerrier Skrull, qu'il remporte à bout de bras, mais éreinté. Il à sous ses ordres un tout nouvel agent, un bleu, du nom de Phil Coulson, qui dès le départ lui accordera toute sa confiance. Il ne fera que quelques courtes apparitions malheureusement, même le chat à plus de temps de présence à l'écran que lui...
Terminons ce tour complet des seconds rôles avec Jude Law, qui joue donc le fameux 'maître' de Vers, Yon-Rogg. Devant apprendre à l'amnésique à maîtriser ses pouvoirs et surtout à s'en servir à bon escient, il est surtout là pour canaliser ses forces et contrôler ses faits et gestes. Voir à la manipuler si besoin est. On retrouve dans l'entourage de ce perso deux têtes connues. Korath et Ronan apparaissaient effectivement déjà dans le premier 'Gardiens de la Galaxie', mais leur rôles ici ne sont pas non plus très présent. On distingue déjà dans les quelques dialogues de Ronan son extrémisme qui le conduira à devenir un Kree belliqueux. Son ordre 'religieux' se chargeant déjà à l'époque de raser des planètes si celles-ci semblent abriter des fugitifs Skrulls..on a connu plus subtil comme méthode.
 
 
Ronan ne fait pas dans la dentelle et à pour mission de réduire à néant la menace Skrull, quitte à sacrifier des planètes entières au passage...
 
Toujours un emprunt aux films 'Les Gardiens' le système de portail cosmique en forme de pentagone, afin d'avoir un univers cohérent en terme de voyage spatial. La scène de la révélation de la vraie nature du chat elle n'est pas s'en rappeler le passage quasi-similaire (pour ne pas dire complètement le même) de Groot massacrant lui aussi des Kree, toujours dans le premier 'Gardiens'. Restons sur les liens entre les films pour évoquer les premiers Quinjets, qui auront donc la modification pour voyager dans l'espace grâce à un technicien Skrull, le fameux biper vu à la toute fin d'Infinity War et dont on nous explique l'origine, l'apparition d'un noyau d'énergie absolu bien connu étudié sous toutes les coutures sous le projet PEGASUS, qui est la collaboration entre le SHIELD et la NASA que l'on aperçoit au début du premier 'Avengers', et qui à la base est censé mettre au point un moteur supraluminique. Projet chapeauté par la scientifique Wendy Lawson, qui semble avoir bien des secrets...
 
 
Vaguement - mais alors vraiment très vaguement - inspiré de l'arc 'Secret Invason', l'arrivée des Skrulls dans le Marvel Cinematic Universe aurait pu pas mal changée la donne et réserver bien des surprises pour la suite. Mais encore une fois je pense que les fans voient trop grand et d'une 'invasion' on passe à une vague 'présence durant quelques jours'. Un poil décevant mais bon.
En terme de mise en scène, on retrouve par contre une certaine ambiance 90'S, notamment lors des scènes en voiture avec Fury au volant poursuivant la rame de métro. Marrant aussi la focalisation sur l'informatique de l'époque avec ses connexions qui foirent et les temps de chargement interminables...A la fois pas si vieux et antédiluvien...J'étais où moi en 1995?
 
 
Concluons en faisant un parallèle avec l'autre 'Captain', auquel Carol Danvers est amenée à succéder dans le MCU. Tout deux ont eu leur adaptation avant un grand rassemblement héroïque (Avengers pour America et Endgame pour Marvel), ces deux films se passaient entièrement dans le passé (seconde guerre mondiale pour Cap', 1995 pour Carol) à l'exception d'une scène à la toute fin, raccrochant les wagons avec le 'présent'. Une évidence toute bête mais ils sont tout deux au même grade militaire, capitaine donc. Ils sont également tout les deux liés au SHIELD, et dans le plus anodin on remarque une aile volante dans le hangar ou Danvers et Fury piquent le Quinjet, ce qui m'a rappelé le hangar d'Hydra dans First Avenger. Je ne pense pas que toutes ces évocations soient dû au hasard; le film Captain Marvel est clairement un écho au film Captain America. Et comme pour Captain America qui fut donc le 'premier vengeur' recruté par Fury, Captain Marvel inspire elle aussi la formation du groupe à sa manière, allusion qui donne le sourire à la fois au colonel désormais borgne mais aussi aux fans de la première heure du MCU. Le projet Protecteur s'efface pour laisser place à quelque chose de plus grand, de plus classe, de plus revanchard...
 
Les Scènes Post-Génériques: Au QG des Avengers, le biper cesse soudainement de transmettre son signal. Tous se demandent ce qu'il se passe, et surtout Natacha qui semble avoir pris les commandes face à un Steve plus effacé et probablement très affecté par la tragédie qui traverse l'univers. Elle insiste pour savoir qui est à l'autre bout de ce truc quand elle se retourne pour tomber nez-à-nez avec Carol Danvers, qui avec son tact habituel demande "Où est Fury?"
Dernière séquence qui nous ramène en 95. Goose le chat vomi le Tesseract sur le bureau de Nick, indifférent face à l'importance de l'objet.
 
 
 
 
Le Caméo de Stan Lee: dans un bus, à répéter sa scène pour le film 'Les Glandeurs' de Kevin Smith, réalisé donc en 1995. Contrairement à ce que beaucoup disent, il ne s'agit pas de la première fois qu'il joue son propre rôle dans un film de super-héros, c'était déjà le cas dans 'les 4 fantastiques contre le Surfer d'Argent' où il se revoyait recalé au mariage de Reed et Sue malgré son insistance 'Mais je suis Stan Lee!'
 
Le logo introductif Marvel en hommage à Stan Lee, décédé en cours de post-production. Il devrait cependant apparaitre dans Endgame et Far From Home le prochain Spiderman, ses caméos ayant été tourné il y a un moment déjà. Pardonnez la qualité toute relative de la vidéo, screener d'un écran 3D...
 
Et là son caméo dans le film sur les 4 fantastiques. Il faudra que j'en parle un jour des 4 films sur les FF. Oui oui, 4 films pour les 4 fantastiques.
 
 
Le Point sur les Pierres: Avant d'entrer dans le grand bain on va revoir la position des gemmes de l'infini dans le MCU. On en sait désormais un peu plus sur le parcours du Tesseract, caché par Odin en Norvège jusqu'à ce que Crâne Rouge le récupère. Puis Howard Stark met la main dessus quand il recherche le Captain et confie l'artefact au SHIELD qui avec la NASA mettent en place le projet PEGASUS pour exploiter son énergie. Stark aura aussi étudié le cube cosmique, ses recherches aboutiront au réacteur Ark. Puis Wendy Lawson s'en servira pour alimenter son labo en orbite ou elle dissimulera des réfugiés Skrulls. En 95, Goose avale le carré bleu, avant de le recracher quelque temps plus tard sur le bureau de Fury, qui le ramènera à son point initial au projet Pegasus. Quelques années pus tard Loki viendra piquer la relique qui au final se verra enfermée dans le coffre au trésor d'Odin, ou il devait déjà être au tout début de ce paragraphe, à l'époque où Odin et sans doute son père Bor cherchaient à mettre la main sur les 6 gemmes. Lors du Ragnarok, le Dieu de la Malice passe devant le Tesseract et nul doute qu'il l'embarque avec lui.
Au même moment sur Xandar, Thanos livre bataille aux Novas pour prendre possession de la Pierre du Pouvoir, détenue dans leur quartier général sous clef. On ne saura rien de cet affrontement, autre que le Titan en sortira vainqueur, laissant la planète en piteux état et tuant la moitié de la population comme à son habitude.
Les autres gemmes de l'infini sont là où on les a laissées. Chez le Collectionneur sur Knowhere pour la pierre de Réalité. Sur Terre pour les deux autres, l'une portée en tant que collier par Stephen Strange (pierre du Temps) et l'autre en tant qu'ornement frontal pour Vision (pierre de l'Esprit).
La pierre de l'Âme elle est toujours portée disparue. Nul ne sait où elle se trouve.
 
Nul, vraiment?
 
 
Bonus:
 
 
 
L'apparence classique de L'Intelligence Suprême. Son traitement est différent ici mais je serai curieux de savoir si quelqu'un la percoit comme ça chez les Kree!
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires