De BriC et de BroC - Le BloG

Par Yaeck Blog créé le 11/10/17 Mis à jour le 23/04/19 à 08h22

Réflexions, avis et digressions sur ce que j'ai vu, lu ou joué
et qui mérite que j'en parle...
Bonne lecture!
:^)

Ajouter aux favoris

Édito

Ma première console en 1991 avec la NES. J'avais 10 ans (Oui je date de cette époque là). Depuis une console minimum par génération, sans jamais se débarrasser des précédentes...Je mesure ma chance aujourd'hui d'avoir pu conserver toutes ces reliques.
Ma ludothèque est composée comme suit:
- 2 NES (1 PAL & 1 US)
- GameBoy Color
- Megadrive
- Nintendo 64
- Saturn
- Dreamcast
- Gamecube
- Xbox
- Xbox 360
- WiiU
- PSP
- PS4
Toutes branchées, toutes opérationnelles et toutes qui servent régulièrement.

Pas de 'guerres des consoles' ici ou autres fadaises et polémiqes de Kevin des bacs à sable...
Je précise juste mon désintérêt total pour Nintendo désormais. Non pas qu'ils fassent de mauvais jeux mais tout simplement ceux-ci ne s'adressent pas à moi.
Le jeu vidéo n'est pas ma seule passion, c'est un loisir comme un autre noyé parmi mes nombreux passe-temps. Jouer m'est aussi indispensable que Lire,
Écrire, Mater des films/séries, monter des vidéos à l'arrache pour ma modeste chaîne et voyager au quatres coins du Monde quand les finances le permettent :^)

J'ai une chaîne Youtube de Let's Play avec intégrale de jeu non commenté (ou presque vu que l'enregistrement foire à chaque fois sur une session) . Je ne suis pas streameur ou caster ou que sais-je encore...Juste je partage les jeux vidéos qui me plaisent.
Je suis  - je pense qu'il faut le préciser - un bien piètre joueur. Tendance solitaire qui aime prendre le temps d'explorer ses jeux. Et qui n'a absolument pas le sens de la compétition, notion qui me passe très au dessus. D'où mon incompréhension totale de tout ce qui est speedrunning et autres phénomènes multijoueurs tel que le Battle Royal. Je suis aussi par conséquent complètement hermétique à l'eSport.
Très opposé au dématérialisé (et pas que dans le JV) même si c'est l'avenir (qui se fera sans moi)

Voilà pour mon portrait de Gamer.

-Ma Chaîne Youtube
-Mon Twitter
-Mon Facebook

 

Archives

Favoris

De BriC et de BroC - Le BloG
Signaler
Cinéma (Cinéma)
Après la saga Sam Raimi, après le diptyque Mark Webb, nouvelle itération du gamin aux collants bleu et rouge, mais qui cette fois fais parti intégrante d'un monde de super-héros...et de super-vilains.
SPIDERMAN
HOMECOMING
2017
 
 
Réalisateur: Peter Parker (en fait Jon Watts, qui n'a pas fait grand chose d'autre...)
Le Héros: Tom Holland
Le Grand Nom: Michael Keaton
La Demoiselle en Détresse: Laura Harrier
Autres Apparitions Notables: Jacob Batalon, Marisa Tomei, Zendaya
 
Depuis que Tony -Iron Man - Stark à fait appel à lui pour cette mission à Berlin, Peter Parker attends qu'on lui confie une nouvelle mission au sein des Vengeurs. Son agent de liaison, Happy Hogan, l'ignore dans les grandes largeurs tandis que Spiderman aide comme il peut les habitants de son quartier. Jusqu'au jour où il tombe sur un trafic d'arme extra-terrestre...Désirant prouver à tous sa vraie valeur et ne pouvant ignorer un tel délit il se met en tête de résoudre cette affaire...mais rien ne va se passer comme prévu.
 
 
Peter Parker n'est pas un héros comme les autres. Il a quelque chose que les autres n'ont pas. Le truc en plus qui fait sa popularité, qui fait de lui le super-héros le plus apprécié du monde. Un truc tout bête. C'est un gamin normal de 15 ans. Avec ses gros problèmes et ses petites joies du quotidien. Ses malheurs et ses rares moments de bonheur. Sa seule particularité c'est qu'il est doué pour les sciences. Mais alors vraiment! Pour le reste il n'a rien d'exceptionnel. Un passé tragique peut-être, qui fait qu'alors à peine adolescent il ne lui reste plus que sa tante comme seule famille.
Et puis un jour il se fait mordre par une araignée.
Je ne vais pas vous refaire toute l'histoire, vous la connaissez. Du gamin banal du Queens il trouve dans son alter-ego un exutoire, une libération, un sens à sa vie. Sautant de toit en toit et de vannes en vannes, il règle son compte aux malfrats et aux petites frappes. Devient celui que tout les lycéens rêvent d'être quand ils s'ennuient en classe.
 
 
Mais il manque encore d'expérience. Et c'est donc sous la coupe de Tony Stark qu'il opère. Ayant marre que ce dernier ne le traite comme un bébé il se mets à monter une opération tout seul contre cet étrange homme muni d'une combinaison volante, vaguement surnommé le Vautour.
Le choix de Michael Keaton pour interpréter Adrian Toomes est tellement bien vu qu'il serait criminel de ne pas parler de lui. Contraint par les circonstances de se lancer dans le marché noir des reliques extra-terrestres pour les revendre en tant qu'armes, Toomes n'est qu'un entrepreneur ordinaire jeté dans un business extraordinaire dont il prends le meilleur parti. Le prologue du film qui le voit en train de déblayer Grand Central après l'attaque Chitauri et se faire jeter dehors par Damage Control sans autre forme de ménagement est un message fort du scénario. Les Grand s'occupent des affaires de Grand pour se faire du pognon et les petits ramasseront peut-être les miettes qu'on leur octroiera. D'une certaine manière sa trajectoire est parallèle à celle de Peter, tout deux sont des 'petites gens' qui s'adaptent à un Univers de plus en plus immense et dangereux.
 
 
Les deux parcours s'opposent seulement sur la manière d'appréhender ce changement et leur rencontre était alors inévitable. Tôt ou tard ils se seraient retrouvé dans la même voiture...
La scène-clé du film est une belle réussite, illustrant à merveille la nature profonde des choix des deux hommes. La révélation de la véritable identité d'Adrian Toomes est clairement un point fort et est bien amené (quand on revoit le film, des éléments sont distillés ici et là dans les dialogues, tels des indices) Il n'y a pas que les super-héros qui possèdent une petite vie normale de quartier, les super-vilains aussi.
 
Peter Parker et ses camarades, version 2010. De gauche à droite: Betty Brant (Angourie Rice) qui reprends le look de Gwen Stacy et présente le journal du lycée, Flash Thompson (Tony Revolori) toujours aussi tête à claque mais plus footballeur, Liz Toomes (Laura Harrier) l'élève modèle qui vit dans une baraque de luxe, Ned Leeds (Jacob Batalon) le pote geek de Parker, Michelle Jones (Zendaya) la meuf zarbi qui lit tout le temps et donc Peter Parker (Tom Holland) l'intello.
 
Autour des deux rôles principaux se trouve toute une galerie de personnages plus ou moins célèbres et surtout plus ou moins réadapter. On trouve du coté de Peter ses camarades de Lycée avec en premier lieu Ned, seul à partager son secret super-héroïque. Il y a aussi Betty Brant, fusion improbable entre Gwen Stacy et la secrétaire de J. Jonah Jameson, Flash Thompson qui passe du cliché du capitaine de l'équipe de foot à rival de Peter dans l'équipe de décathlon scolaire (pas du tout un truc sportif, c'est une espèce de concours culturelle entre différents établissement) ce qui aura fait grincer quelques dents. Il y a aussi le Crush de notre jeune Héros, Liz, l'élève modèle dans toute sa splendeur. Et puis il y a la 'fille bizarre', le nez tout le temps fourré dans un livre, qui ne parle uniquement que pour sortir la phrase qui tue. On est pas sur de son prénom, ce doit être Michelle je crois bien. De toute façon on évite de lui parler, elle est trop étrange cette nana.
 
 
Une fois sorti du bahut, et en dehors du commerçant du coin de la rue, Peter n'a plus que May. Exit la vieille tantine aux cheveux blancs, place à la MILF so 2010. Alors certes c'est moderne et bienvenu mais on ne ressent pas vraiment chez elle tout ce qu'elle a perdue. Elle est trop joyeuse, trop cool...elle est censé être veuve et s'occuper du fils de son beau-frère, mort lui aussi avec sa femme. Avoir vendue sa maison, abandonnée son ancienne vie pour se retrouver dans un appartement visiblement pas très grand. Et on ne sait rien d'elle. A t-elle un boulot? Dans quoi? Alors je ne dis pas qu'elle est ratée mais elle mériterai un peu plus de développement autre que 'La tata sexy' parce que ça va pas bien loin tout çà. Réinventer le personnage oui mais il faut un minimum de crédibilité et de background pour qu'on y croit. La seule scène ou j'ai réellement vu 'Tante May' c'est quand elle engueule son neveu parce qu'il n'a pas répondu au portable de toute la journée. Là on retrouve l'essence même de ce qu'elle est censé être.
 
Du coté du Vautour, on croise sans surprise quelques vilains connus du tisseur, avec en premier lieu Shocker, vieille baderne des comics. Mais aussi le Bricoleur, lui aussi très rajeuni par rapport à son homologue de papier. Et dans un petit rôle, tenu par Donald Glover, Aaron Davis. Qui n'est autre que le Tonton de Miles Morales. Si vous voulez en savoir plus sur ce perso, je ne peux que vous conseiller de voir le sublissime film d'animation 'Spiderman into the Spiderverse' qui raconte l'histoire de ce Aaron plus en détail. Fait amusant, Donald Glover à failli incarner Spiderman fut un temps, dans le rôle de Miles Morales justement mais cela ne s'est pas fait et aujourd'hui il joue son oncle. Il faut aussi remarquer la présence de Mac Gargan, alias le Scorpion, sous les traits du génial Michael Mando (Vaas Montenegro pour les joueurs du Monde entier).
 
 
En vrac maintenant, plein de petits détails ou références en tout genre car le film en est truffé.
- le célèbre thème Marvel est ici remplacé par le vieux thème de Spiderman, preuve ultime de la place toute particulière et de l'Aura de ce personnage.
 
 
-Le logo SONY ouvre et termine la pellicule (bon c'est plus une pellicule mais c'est pour la formule, vous avez saisi l'idée)
-Le prologue nous fait voir un chantier à New-York, en l’occurrence Grand Central, suite au premier Avengers. On apprends que sur les 'lieux sensibles' DAMAGE CONTROL prends tout en charge. Il s'agit d'une boite fondée par Stark qui donc fait son beurre sur les ruines qu'il à en parti provoqué. Dans les séries Netflix, la reconstruction de la ville bénéficie à un homme d'affaire bien en vu du nom de Wilson Fisk, qui en profite pour faire la main-mise sur des quartiers entiers.
-En introduction nous avons un résumé de Civil War du point de vue de Peter Parker, filmé par son portable facon 'Found Footage'. En terme de timing les séquences ne collent pas avec ce qu'on voyait dans Captain America 2. Mais le style reste sympa. La petite vidéo s'ouvre sur l'Unisphère de Flushing Meadows, que l'on voyait déjà dans Iron Man 2, qui se faisait bombardé de missiles.
-Peter à 14 ans dans Civil War, et 15 dans Homecoming, qui se passe deux mois plus tard.
-Dans une des classes du bahut sont affichées des photos de scientifiques ou savants célèbres. En fin se trouve le portrait de Bruce Banner (Mark Ruffalo). Howard Stark lui est visible sur une fresque murale dans le couloir principal.
-Sur Youtube, Spidey est d'abord appelé The Man-Spider (et tout le monde crie au 'Fake!')
-Mr Harrington, qui supervise l'équipe de décathlon scolaire est joué par le même acteur - Martin Starr - à qui Bruce Banner (Edward Norton) apportait une pizza dans L'incroyable Hulk. Il pourrait s'agir du même personnage mais rien est confirmé (et Marvel s'en fout).
 
 
-Lors du braquage des distributeurs automatiques les malandrins portent des masques représentant les Vengeurs mais sous leurs formes classiques des comics. Assez marrant. D'ailleurs Spiderman se dit très heureux d'enfin rencontré Thor et Hulk, qu'il n'a jamais vu.
 
 
- Le Robot débile de Tony (sa première création) fait un caméo lorsqu'Happy supervise le rangement de la Tour Avenger. Cette dernière à été vendue mais on ignore à qui. Le déménagement de la tour au complexe est au centre de l'intrigue du film.
-Tante May est d'origine italienne, comme l'actrice Marisa Tomei qui l'incarne. Dans le comics il ne me semble pas que ce soit le cas. On ignore son nom de jeune fille.
-Captain America à enregistré, sous son costume période Avenger, tout un tas de vidéos de propagande qui font désormais partie du programme scolaire officiel. Comme à ses débuts, il est redevenu pour un temps un homme-sandwich.
-Homecoming ne relate en rien les origines de ce Spiderman, tout juste savons nous qu'il à été mordu il y a six mois par une araignée, qui est morte. Quand et comment est mort Oncle Ben? Depuis combien de temps vivent t-il dans cet appartement? Mystère.
-Il est fait référence à Venom quand Ned demande à Peter si il peut cracher du venin ('Venom'). Dans le même genre, une conversation capté par les deux camarades entre un groupe d'amis parle d'un 'si ça se trouve il à 30 ans?!' et qu'il à peut-être 'Une tronche toute cramée'. Là c'est clairement Deadpool qui est référencé.
-Les armes trafiquées proviennent pour la plupart des autres épisodes. Ici un bras de robot Ultron, là un noyau d'énergie d'arme chitauri...le poing utilisé par Shocker est en fait celui de Crossbone auquel le Bricoleur à ajouter une option 'décharge électrique'!
-le célèbre baiser à l'envers du premier film sur le Tisseur est évoqué ici quand Karen dit à Peter que ce serait le moment idéal d'embrasser Liz.
-Karen justement, qui est donc l'IA à l'intérieur du costume de l'Araignée est qui a pour voix en VO Jennifer Connelly, qui jouait Betty Ross dans le Hulk d'Ang Lee. Elle est aussi la compagne de Paul Bettany, qui lui fait la voix de Jarvis et désormais Vision.
-Le proviseur du lycée n'est autre que le petit-fils de Jim Morita, qui était un des acolytes de captain America dans First Avenger. Il s'agit du même acteur, Kenneth Choi.
-Un plan du Vautour devant la Lune fait bien sur penser au plan similaire dans le Batman de Burton de 1989 (ça ne me rajeunit pas ça...)
-Les accidents du Triskelion et du Lagos sont évoqués. D'ailleurs tout un passage concerne des débris de l'ancien QG du SHIELD...Des plans 'cartes postales' de Washington sont montrés mais pas un ne montre l'île ou sont censés se trouvaient les ruines encore fumantes du bâtiment.
-L'avion du troisième acte est une variation de celui présent dans Agent of SHIELD
-Dans les comics, Liz Allen à pour oncle un mutant, ce qui n'est pas très en vue. Ici il y a une variation sur le même thème très bien amenée. Allen doit être le nom de jeune fille de sa mère dans cette version...qu'elles doivent reprendre après leur arrivée dans l’Oregon.
- C'est la seconde fois qu'un film mettant en scène Matthew Broderick est explicitement cité dans le MCU, d'abord 'Wargames' dans le Soldat de L'Hiver et maintenant 'La Folle Journée de Ferris Bueller', avec même un extrait dudit métrage. A quand l'acteur dans le MCU? Et dans quel rôle?
 
Je voulais simplement être comme vous...
-Et j'aurai voulu que tu me surpasses!
 
Recentrons nous désormais sur notre bon vieux Peter Parker. Et notamment sur sa relation avec Tony. Plein d'admiration pour le super-héros en armure, le jeune homme ne souhaite rien d'autre que lui prouver qu'il est à la hauteur d'intégrer les Avengers. Quitte à prendre des risques inconsidérés pour lui-même ou autrui. Cette forme d'inconscience pousse Stark à sévir, tel un père déçu de sa progéniture et lui reprend alors le costume High-tech. Et c'est paradoxalement une fois qu'il n'a plus son 'costume classique' que Spiderman émergera pour de bon. Devant le choix qu'il lui est proposé dans la fameuse scène de la voiture - rester un lycéen sans histoire et passer une soirée au bal ou agir en héros - Peter n'hésite pas. C'est là l'une des caractéristiques principales de Peter Parker: quel qu'en soit le prix d'un point de vue personnel, il fera toujours ce qui est juste. Homecoming illustre les premiers choix - et les premiers sacrifices - de Peter pour mener sa double vie.
 
 
S'en suit le moment de bravoure du troisième acte, qui laisse entendre à Happy (et extension Tony) que la menace Vautour était bien plus grande qu'ils ne l'avaient escompté. Le milliardaire, impressionné par l'action de Peter, lui offre alors son rêve sur un plateau d'argent. Devenir membre à part entière des Avengers. Et c'est là, devant le costume d'Iron-Spider, que naît véritablement LE Peter Parker que tous les fans connaissent et suivent depuis des années. Cette scène, et ce regard en particulier quand Peter prends sa décision, constitue le point de départ de la carrière de l'Homme-Araignée, le super-héros du quotidien, le gars sympa du quartier, celui qui s'occupe des petites gens tandis que les Avengers eux auront affaire aux Dieux et autres Fous du cosmos.
 
Je ne peux pas m'empêcher d'avoir les larmes quand je vois cette séquence, en apparence anodine. Ce moment précis ou Tom Holland prends cet air grave, conscient de qui il est et du parcours qui l'attends pour devenir un vrai super-héros. Durant cette infime seconde, c'est le vrai Peter Parker qui apparaît à l'écran, celui qui depuis plus de 40 ans maintenant accompagne toute les générations d'adolescent du monde.
 
Pour la première fois depuis le début du Marvel Cinematic Universe, Tony Stark est décontenancé, totalement surpris par la décision de celui à qui il serre la main en l'appellant 'Mr Parker'. Dans sa confusion, il décèle alors chez ce gamin qui s'en retourne serein chez lui quelque chose de grand, quelque chose qui le surpassera, et de loin. La prochaine génération de Héros se met doucement mais surement en place...
Arrivé dehors, Peter sourit. Et son avenir le lui rends bien.
 
 
Spiderman Homecoming me laisse cependant sur un avis mitigé. Malgré de très bonnes scènes le tout est un peu trop lisse, un peu trop polisson. On est loin de l'esprit tortueux d'un Sam Raimi qui n'hésitait pas à tourner des scènes violentes ou qui sortaint des sentiers battus. Ce n'est pas dans Homecoming qu'il y aurait la scène du bloc opératoire avec les pinces de Doc Ock...Il y a aussi quelques petites invraisemblances ou trou dans le scénar', je pense surtout au crash de l'appareil du SHIELD qui malgré des turbines béantes qui se voient larguées en plein vol ou l'avion lui même qui s'écrase sur Coney Island, l'accident pourtant spectaculaire ne semble faire aucune victime...
Malgré cela c'est un Spiderman correct, pour lequel j’attendais certainement beaucoup trop. N'en résulte qu'un film du MCU dans la moyenne haute mais pas sur le podium. Au final il n'est que la première pierre d'un personnage amené à évoluer sur une décennie, voir plus. Et de ce point de vue là, c'est une fondation solide pour le futur plus grand des super-héros...
Les Scènes Post-génériques: En prison Adrian - Le Vautour - Toomes croise le chemin de Mac -le Scorpion - Gargan, qui fait comprendre que lui et ses amis à l'extérieur ont bien l'intention de régler son compte à celui qui se fait appeler Spider-man. Et les bruits de couloir laissent entendre que Toomes connaitrait l'identité sous le masque. Mais ce dernier nie, préférant garder cette information sous le coude. Est ce là le début d'une future association à la Sinister-6?
En toute fin du très long générique, Captain America sort un speech sur la vertu de la patience, avant de lui même clamer à quelqu'un hors champ qu'il en à marre de tourner ces petites vidéos...Cette scène fut très mal accueillie, et c'est vrai qu'il s'agit d'une pure boutade un peu vacharde envers les spectateurs, mais moi je l'aime bien, elle dégonfle comme il faut les attentes souvent trop grandes du public.
 
 
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

koforever
Signaler
koforever
J ai pas franchement aime ce film !
Et Tom Holland meme si il est meilleur que Andrew Garfield il n est pas au niveau de Tobey Maguire !
Donald87
Signaler
Donald87
J'étais "ultra" réticent lors de la sortie mais j'avoue que l'expérience a globalement été réussie ... Même si je préfère Tobey Maguire ;)