De BriC et de BroC - Le BloG

Par Yaeck Blog créé le 11/10/17 Mis à jour le 23/04/19 à 08h22

Réflexions, avis et digressions sur ce que j'ai vu, lu ou joué
et qui mérite que j'en parle...
Bonne lecture!
:^)

Ajouter aux favoris

Édito

Ma première console en 1991 avec la NES. J'avais 10 ans (Oui je date de cette époque là). Depuis une console minimum par génération, sans jamais se débarrasser des précédentes...Je mesure ma chance aujourd'hui d'avoir pu conserver toutes ces reliques.
Ma ludothèque est composée comme suit:
- 2 NES (1 PAL & 1 US)
- GameBoy Color
- Megadrive
- Nintendo 64
- Saturn
- Dreamcast
- Gamecube
- Xbox
- Xbox 360
- WiiU
- PSP
- PS4
Toutes branchées, toutes opérationnelles et toutes qui servent régulièrement.

Pas de 'guerres des consoles' ici ou autres fadaises et polémiqes de Kevin des bacs à sable...
Je précise juste mon désintérêt total pour Nintendo désormais. Non pas qu'ils fassent de mauvais jeux mais tout simplement ceux-ci ne s'adressent pas à moi.
Le jeu vidéo n'est pas ma seule passion, c'est un loisir comme un autre noyé parmi mes nombreux passe-temps. Jouer m'est aussi indispensable que Lire,
Écrire, Mater des films/séries, monter des vidéos à l'arrache pour ma modeste chaîne et voyager au quatres coins du Monde quand les finances le permettent :^)

J'ai une chaîne Youtube de Let's Play avec intégrale de jeu non commenté (ou presque vu que l'enregistrement foire à chaque fois sur une session) . Je ne suis pas streameur ou caster ou que sais-je encore...Juste je partage les jeux vidéos qui me plaisent.
Je suis  - je pense qu'il faut le préciser - un bien piètre joueur. Tendance solitaire qui aime prendre le temps d'explorer ses jeux. Et qui n'a absolument pas le sens de la compétition, notion qui me passe très au dessus. D'où mon incompréhension totale de tout ce qui est speedrunning et autres phénomènes multijoueurs tel que le Battle Royal. Je suis aussi par conséquent complètement hermétique à l'eSport.
Très opposé au dématérialisé (et pas que dans le JV) même si c'est l'avenir (qui se fera sans moi)

Voilà pour mon portrait de Gamer.

-Ma Chaîne Youtube
-Mon Twitter
-Mon Facebook

 

Archives

Favoris

De BriC et de BroC - Le BloG
Signaler
Cinéma (Cinéma)
On continue notre tour complet du MCU avec cette fois un voyage dans les étoiles coloré et funky.
LES GARDIENS DE LA GALAXIE
 
2014
 
 
Le Réalisateur: James Gunn
Le(s) Héros: Chris Pratt et ses comparses Zoe Saldana, Dave Baustita, Bradley Cooper (voix) et Sean Gunn 'frère de' (motion capture) pour Rocket Raccoon et Vin Diesel pour Groot
Le Grand Nom: Glenn Close, ainsi que Benicio Del Toro
La Demoiselle en Détresse: La GALAXIE !
Autres Apparitions Notables: Mickael Rooker, Karen Gillian, Djimon Hounsou
 
Peter Quill, AKA Starlord, à la faveur d'une baisse des océans sur une planète dont la civilisation à depuis longtemps disparue mets la main sur une orbe très convoitée qui se trouvait là dans un temple. De nombreuses personnes se mettent alors à sa recherche pour mettre la main sur le précieux artefact, parmi lesquelles se trouve des ennemis redoutés, son ancien clan des Ravageurs dans lequel il fut élevé, sans oublier carrément les êtres les plus puissants de la Galaxie!
Mais peut-être aussi rencontrera t-il de nouveaux alliées inattendus?
Le deuxième Thor avait déjà posé les bases d'un univers cosmique mais ne l'avait que finalement effleuré vite fait en passant. Cette fois-ci nous sommes en pleine science-fiction spatial avec tout ce que cela veut dire. Planètes exotiques, aliens de toutes les couleurs et toutes les formes, vaisseaux spatiaux gigantesques...on a droit à la totale.
James Gunn apporte à tout cela une fraîcheur et un style décontracté qui créé une ambiance générale de pur divertissement, encore plus accentuée par la musique qui est pour lui un élément très important. Dire que la BO des 'Gardiens' à marqué les esprits est un doux euphémisme.
 
 
Entraînante et composée de morceaux pour la plupart culte, l'Awesome Mix Vol.1 est une pièce maîtresse du métrage. C'est elle qui pose le tempo et guide le spectateur dans les émotions des personnages et des situations. Le réalisateur l'a déclaré lui-même (et je pense que c'est là son rêve de réalisation ultime) mais à la limite les dialogues sont superflu car c'est la bande-son qui s'impose sur tout le reste pour lui. C'est un point de vue intéressant en terme de création cinématographique.
Mais tout le film ne se résume pas à sa musique, fort heureusement. La bande qui se constitue au cours de cette aventure étant pour le moins bigarrée, elle à su marquer les esprits et très vite à su se placer sur le devant de la scène du Marvel Cinematic Universe. Ce qui était loin d'être gagné d'avance car de base le comics n'est pas vraiment très populaire...mais l'est devenu depuis la sortie du film.
Entre Starlord le vaurien à la moralité fluctuante mais avec un bon fond, Gamora la tueuse la plus connue de l'univers connu, Drax le destructeur qui ne rêve que de vengeance et le duo improbable de Rocket Raccoon et Groot, on peut dire que cette association fait des étincelles! Chacun trouve sa place dans le vaisseau, sorte de 'radeau de la Méduse' interstellaire sur lequel ils espèrent avoir un nouveau départ. Une nouvelle quête.
 
Gamora, fille adoptive d'un des êtres les plus puissant du cosmos se retrouve avec une bande de bras-cassés...
Plus haut, en médaillon: Bereet, mignonne krylorienne que Peter à 'délaissé' dans son vaisseau en début de film. Elle porte alors le vieux T-shirt du Ravageur lors de son 'enlèvement', enfant.

 
D'un point de vue formel, la technique est bonne et les cadrages donnent souvent des images bien pensées. Il y a aussi un travail remarquable sur la couleur, qui pose à la fois un coté très cool mais aussi très mystérieux à l'espace. Les effets visuels franchissent un nouveau cap avec l'intégration invisible d'un raton-laveur parlant complètement gaga de grosse pétoire et bricoleur de génie...le simple fait qu'on ne se dise pas toutes les dix secondes 'mais c'est dingue!' prouve que l'exercice est réussi. On est largement au-dessus des productions précédentes en terme de savoir-faire cinématographique, c'est évident.
Cela reste fou de se dire que le précédent film était Le Soldat de L'Hiver tant on est au deux extrême point de vue atmosphère!
 
Nebula, autre enfant de Thanos qui entretient une relation pour le moins conflictuelle avec sa frangine...
 
Évoquons maintenant les différents liens ou autres fait à sortir du lot. Tout d'abord Thanos qui nous est enfin dévoilé et qui prends la parole. Ayant chargé Ronan L'Accusateur de récupérer l'Orbe - en fait la gemme du pouvoir - avec l'aide de deux de ses 'enfants' (Gamora et Nebula) on comprends que le gars en impose et qu'il n'est pas là pour plaisanter. Son vassal fait lui aussi son retour - celui que l'on surnomme 'l'homme étrange' - mais sa confrontation avec Ronan sera de courte durée. On saisi alors que le Kree extrémiste ne fait lui aussi pas dans la dentelle et que rien que le fait de s'opposer à Thanos sans broncher fait de lui une menace sérieuse pour nos héros.
 
 
Un Kree rebelle donc qui n'admet pas l'idée que son peuple ait signé un traité de paix avec les Nova Corps. L'Empereur Kree et la Nova Prime ayant mis fin à des générations de conflit, Ronan prends les armes pour venger 'son père et son père avant lui'. L'Empereur Kree vaguement introduit ici fera son retour plus tard dans le MCU. Quand aux Novas et leur planète-mère Xandar, on apprendra leur sort aussi d'ici quelques autres films...
 
 
L'un des passages les plus intéressant du film est sans doute celui chez le Collectionneur. De son vrai nom Taneleer Tivan, celui-ci à amasser au fil de son existence bien des trésors et en convoite tout autant. Son but ultime est de posséder un exemplaire de toute chose existante en ce vaste univers. Sa demeure est un véritable nid à référence en tout genre dans lequel on retrouve par exemple un Elfe Noir ou un Chitauri (car oui il collectionne aussi les êtres vivant...j'ai jamais dit qu'il était sain d'esprit). On peut aussi le qualifier d'érudit et c'est lui le premier qui explicitera pleinement ce que sont les Pierres d'Infinités. Et donc nous apprendra que l'orbe renferme en son sein la pierre de Pouvoir, capable d'anéantir une planète en un rien de temps. Il évoquera ainsi les Célestes, anciens peuple quasi divin qui façonna l'Univers il y a des millénaires et qui est aujourd'hui remisé dans le rayon des mythes et légende du cosmos. D'ailleurs, 'Knowhere', la ville où réside le Collectionneur se trouve précisément dans le crâne perdu d'un de ces êtres supérieurs, exploité littéralement jusqu'à la moelle par un consortium minier plus ou moins illégalement.
Un aspect du film qui me sauta au visage lorsque je le vis au cinéma fut 'l'Hommage' à Georges Lucas présent en arrière-plan tout du long. Et quand je dis hommage, c'est de l'ironie car en fait il s'agit plus d'un immense pied-de-nez envers Tonton Georges. Comme une gentille boutade sur le fait qu'il ait vendu ses si lucratives licences à la firme aux oreilles deux ans auparavant.
Comment ne pas voir dans ce prologue un ersatz d'Indiana Jones option Espace?
Comment ne pas voir au c½ur du métrage des allusions à Star Wars un peu partout?
Et ce plan final? La toute dernière image à la toute fin, après le générique...qui voit Howard le canard siroter un verre...Comment ne pas y voir là une ultime provocation sur le cinéma du réalisateur barbu?!
C'est comme si tout le script avait été pensé pour asticoter le Tonton de A à Z. C'est vraiment la sensation que j'ai eu en sortant de la salle...
 
 
Malgré cette sous-lecture peut-être personnelle, les Gardiens de la Galaxie est un film véritablement cool et divertissant à voir - et à écouter! Se démarquant du reste du MCU par une personnalité plus enjoué et un visuel quasiment Pop-art il a su se mettre en un seul film au niveau de ses ainés dans la franchise Marvel. Pour la seule véritable nouveauté de la Phase 2, c'est une vraie réussite!
 
Yondu est responsable du kidnaping de Peter en 88 mais on apprends à la fin qu'il ne l'a pas livré à son père comme prévu mais préféré le garder sur son vaisseau. Quel mystère se cache derrière cette décision?...
 
La Scène Post-Générique: Le Collectionneur, au milieu des ruines de son musée personnel, boit un cocktail, dépité. Cosmo, un chien du programme spatial russe de sa collection vient lui lécher le visage en signe de compassion. On entends hors-champ un type à la voix éraillée lui dire qu'il ne comprends pas comment il peut se laisser faire çà par un animal...dernier plan sur lui donc, et on découvre Howard le canard.
 
 
Le Point sur les Pierres: Le Collectionneur est toujours en possession, quelque part au milieu de ce fatras de l'Ether, on sait désormais qu'il vit à Knowhere. Le Tesseract est toujours dans le coffre d'Odin sur Asgard, il n'a pas bougé mais est désormais sous la coupe de Loki, qui se fait passer pour le Père de toutes choses. Et donc désormais l'orbe, qui renferme la pierre de pouvoir se trouve dans un coffre de Xandar, sous la garde des Nova Corps.
 
Le Caméo de Stan Lee: En train de draguer une midinette Xandarienne quand Rocket scanne la population pour dégoter un peu au hasard une prime à se mettre sous la dent.
 
 
Bonus:
 
Les frères Gunn. Le premier réalise et le second tient plusieurs rôles...Ici il n'est pas en combinaison de lutin sous hallucinogène mais en costume de capture de mouvement pour Rocket. En post-prod' le raton-laveur sera rajouté numériquement et Bradley Cooper redoublera le dialogue pour arriver à ce qu'on voit dans le film.
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires