De BriC et de BroC - Le BloG

Par Yaeck Blog créé le 11/10/17 Mis à jour le 15/10/19 à 12h03

Réflexions, avis et digressions sur ce que j'ai vu, lu ou joué
et qui mérite que j'en parle...
Bonne lecture!
:^)

Ajouter aux favoris

Édito

Ma première console en 1991 avec la NES. J'avais 10 ans (Oui je date de cette époque là). Depuis une console minimum par génération, sans jamais se débarrasser des précédentes...Je mesure ma chance aujourd'hui d'avoir pu conserver toutes ces reliques.
Ma ludothèque est composée comme suit:
- 2 NES (1 PAL & 1 US)
- GameBoy Color
- Megadrive
- Nintendo 64
- Saturn
- Dreamcast
- Gamecube
- Xbox
- Xbox 360
- WiiU
- PSP
- PS4
Toutes branchées, toutes opérationnelles et toutes qui servent régulièrement.

Pas de 'guerres des consoles' ici ou autres fadaises et polémiqes de Kevin des bacs à sable...
Je précise juste mon désintérêt total pour Nintendo désormais. Non pas qu'ils fassent de mauvais jeux mais tout simplement ceux-ci ne s'adressent pas à moi.
Le jeu vidéo n'est pas ma seule passion, c'est un loisir comme un autre noyé parmi mes nombreux passe-temps. Jouer m'est aussi indispensable que Lire,
Écrire, Mater des films/séries, monter des vidéos à l'arrache pour ma modeste chaîne et voyager au quatres coins du Monde quand les finances le permettent :^)

J'ai une chaîne Youtube de Let's Play avec intégrale de jeu non commenté (ou presque vu que l'enregistrement foire à chaque fois sur une session) . Je ne suis pas streameur ou caster ou que sais-je encore...Juste je partage les jeux vidéos qui me plaisent.
Je suis  - je pense qu'il faut le préciser - un bien piètre joueur. Tendance solitaire qui aime prendre le temps d'explorer ses jeux. Et qui n'a absolument pas le sens de la compétition, notion qui me passe très au dessus. D'où mon incompréhension totale de tout ce qui est speedrunning et autres phénomènes multijoueurs tel que le Battle Royal. Je suis aussi par conséquent complètement hermétique à l'eSport.
Très opposé au dématérialisé (et pas que dans le JV) même si c'est l'avenir (qui se fera sans moi)

Voilà pour mon portrait de Gamer.

-Ma Chaîne Youtube
-Mon Twitter
-Mon Facebook

 

Archives

Favoris

De BriC et de BroC - Le BloG
Signaler
Cinéma (Cinéma)
On retrouve Steve Rogers mais cette fois-ci à notre époque dans un thriller d'espionnage sauce Marvel qui dépote.
 
CAPTAIN AMERICA
LE SOLDAT DE L'HIVER
 
2014
 
 
Réalisateurs: Anthony et Joe Russo
Le Héros: Chris Evans
Le Grand Nom: Robert Redford !
La Demoiselle en détresse: Heu...bah il n'y en a pas
Autres Apparitions Notables: Scarlett Johansson, Samuel L Jackson, Anthony Mackie, Sebastian Stan
 
Captain America, désormais au service du SHIELD, mène une vie d'agent de terrain efficace et ses actions font véritablement penchées la balance face aux nouvelles menaces du Monde. Mais très vite il émets des réserves sur ce qu'est l'agence et surtout ses méthodes. Il entre en opposition avec Fury, son directeur, au point de se demander si 'être un soldat' est toujours sa vocation. Le colonel de son coté joue des coudes avec Alexander Pierce, le secrétaire d'état d'on dépend le SHIELD, au sujet du futur projet Insight, soit la mise en action de trois nouveaux héliporteurs à la pointe de ce que peut produire la technologie humaine. Nick Fury est méfiant vis-à-vis de ce gargantuesque chantier, il se pourrait qu'il y ait anguille sous roche...
 
 
Inutile d'y aller par quatre chemin tant cela est une évidence quand on regarde 'Le Soldat de L'Hiver', la saga Jason Bourne à été une source d'inspiration énorme pour ce film. Mettez simplement un super-soldat à la place du super-agent et voilà. Effet garanti. Car cet influence amène un dynamisme et un parti-pris 'réaliste' des plus percutant (réaliste dans un monde Marvel j'entends). J'en veux pour preuve cette scène d'introduction coup de poings sur le Lemurian Star, qui envoie du pâté question baston. Et le reste de la bobine numérique est à l'avenant.
Les frères Russo trouvent avec cette franchise l'occasion de briller. Mettant en boite des scènes d'actions fortes et des séquences émotions qui fonctionne, leur style correspond à merveille à la Maison des Idées. Et cela sera la première marche pour eux qui leur permettra d'accéder au film ultime que sera 'Avengers 4' - encore une seule entité à cette époque là. Après ne soyons pas naïf, les frères-réalisateurs représente le compromis idéal pour les encore jeunes studios Marvel: efficace mais surtout malléables. Des YesMen de qualité qui ne font pas d'histoire, entièrement dévoués au studio qui les emploient. Mais revenons en arrière avec ce fameux Soldat de L'Hiver. Nous découvrons la vie quotidienne de Cap' à notre époque, s'adaptant comme il peut dans ce nouveau monde. Il a Natacha pour collègue avec laquelle il entretient une relation mi-figue mi-raisin. Nick Fury pour patron avec lequel il ne partage pas les méthodes. Et une voisine plutôt charmante qu'il ne calcule pas trop...
Il fait également la rencontre en ce début de film avec un jogger du nom de Sam Wilson et finira même par faire la connaissance avec la face politique du SHIELD, à savoir Alexander Pierce.
Robert Redford prête ses traits à ce secrétaire d'état du Conseil de Sécurité Mondiale et on peut dire que la prise fut belle. L'acteur mythique amenant dans ses bagages tout un pan du cinéma d'espionnage (Les Trois Jours du Condor, Spygame...) et par la même instaure une certaine ambiance significative à l'ensemble du film. Son aura apporte beaucoup et il faut souligner la certaine audace à la fois des Studios et de la star pour cette participation. Robert Redford dans un Marvel, cela reste surprenant. Surtout au vu de son rôle et de son développement...
Pour une fois centré sur l'agence 'secrète', on en apprends beaucoup sur ce qu'elle est et son fonctionnement. D'ailleurs on peut se rendre compte d'un gros problème de cohérence scénaristique sur l'univers partagé quand on se souvient qu'en Phase 1 personne ne savait ce qu'était le "Stratégie Habileté Intervention Exécution et Logistique Défensive" alors que visiblement ils ont plus que pignon sur rue à Washington DC...mais passons c'est un souci de développement 'univers, rien de fâcheux. Là ou cela devient par contre intéressant, c'est sur le passé de Fury. On découvre donc qu'il fut dans le temps directeur adjoint de la cellule chargé entre autre de Bogota, donc posté en Amérique du Sud ou au cours d'une opération de prise d'otage il impressionna Pierce par sa capacité à faire ce qu'il fallait malgré des ordres contraires. C'est alors que le colonel eu une promotion qui finira par le mettre à la tête de l'agence.
 
Nicholas J. Fury prête serment devant son supérieur Alexander Pierce. On ne sait pas trop de quand date cette photo mais pour être cohérent elle doit être d'avant 1995...
 
On perce aussi à jour un peu plus la Veuve Noire et ses mystères. On la découvre finalement peu sûre d'elle même en dehors de son statut d'espionne parfaite. Et aussi très fidèle à ceux qui décide de lui faire pleinement confiance comme ce fut le cas pour Clint Barton et Nick Fury. Elle semble avoir gagnée en assurance et enfin acceptée son obscur passé au KGB lors de son audition devant le sénat en fin de métrage. Elle déclare notamment que 'jamais vous ne nous enverrez en prison' sous-entendu 'nous, les super-héros'. Sans le savoir elle lance là le sujet principal de la suite, que l'on verra dans Civil War. Cette audition n'est pas sans faire écho à celle de Tony Stark dans Iron Man 2.
D'ailleurs "Captain America - Le Soldat de L'Hiver" reprends ou concentre pas mal de choses venues d'ailleurs dans le MCU. C'est dans ce sens là que l'on peut le qualifier de central, assemblant dans un tout à peu près cohérent divers éléments de l'univers partagé. Il est un peu l'équivalent d'Iron Man 2 pour la phase 2.
En vrac quelques exemples:
-La voiture blindée de Fury, équipée d'une Intelligence Artificielle à la 'Jarvis'. On apprendra dans le Spiderman que Stark possède plusieurs IA stockés quelque part. Sans doute celle qui alimente le SHIELD provient de ses recherches. La bagnole est censé être munie d'un répulseur pour la faire voler (mais détérioré dans la poursuite), équipement que présenté Stark Père dans le premier Captain America. Dans Agent of SHIELD, Lola, la voiture de Coulson est capable de voler.
-Dans la même scène, Fury utilise un laser pour s'extirper de la carlingue. Plus tard Hill en use aussi pour libérer les fugitifs. Il s'agit d'un outil créé par Fitz, toujours de la série Agent of SHIELD.
-le Masque numérique -hommage à Mission Impossible bien sur! - sera aussi présent dans la série, allant même jusqu'à faire 'partie intégrante' d'une story de personnage.
-Le sénateur Stern était déjà présent dans Iron Man 2, et était un fervent partisan de divulgations des secrets de Stark.
-Jasper Sitwell - toujours incarné par Maximiliano Hernandez - revient lui aussi. Son personnage est présent dans le MCU depuis 'Le Consultant'. On pensait qu'il serait le 'nouveau Coulson...mais en fait non..voir plus bas.
-Il est clairement cité les noms de Bruce Banner (HULK) mais aussi celui de Stephen Strange. Ce qui indique que le bon chirurgien était déjà 'sorcier' à l'époque du 'Winter Soldier'. Bien sur son film n'était même pas écrit, juste en pré-production à peine entamé...La temporalité de Docteur Strange pose un gros problème...On peut interpréter son évocation ici comme un potentiel 'futur' héros, l’algorithme de Zola extrapolant des données pour déterminer ceux qui 'pourraient' devenir des 'surhommes' mais dans ce cas-là pourquoi Sitwell parlerait d'un chirurgien certes doué mais lambda? J'aurai l'occasion de revenir plus en profondeur sur la timeline du sorcier mystique quand j'écrirai l'article qui lui sera consacré.
- Steve Rogers découvre l'ascenseur secret dans le bunker derrière une bibliothèque...tout comme le laboratoire caché de New York où il reçu le sérum...
-On apprends que c'est Peggy Carter elle-même qui fit le rapport sur la mort d'Howard Stark...
- le sceptre de Loki refait son apparition. On ignorait le destin du bâton magique depuis la fin d'Avengers...
-Un personnage secondaire important du premier film revient sur le devant de la scène ici, mais chaque chose en son temps.
 
Le cap' et la Veuve font face à un redoutable ennemi
 
Mais le lien le plus fort - et le plus surprenant! - reste celui qui relie le SHIELD à HYDRA. L'agence, dès sa création, fut en fait noyautée par son double maléfique. Cet aspect 'miroir' est d'ailleurs présent tout le long du scénario.
Alexander Pierce est l'équivalent de Nick Fury. Armin Zola celui d'Howard Stark. Sitwell est une version sombre de Coulson...Le hangar que présente si fièrement Fury au Captain en début de récit fait furieusement pensé aux énormes ateliers du Crane Rouge (et Cap' le voit bien). Les deux entités ont grandi ensemble, s½urs jumelles dont l'une ignorée l'existence de l'autre tel un parasite en symbiose.
Et bien sur là ou le SHIELD à eu Captain America, HYDRA à eu le Soldat de l'Hiver!
Enfin on aborde le c½ur du film avec ce retour de Bucky en Winter Soldier. Suite aux expérience que Zola lui à fait subir en tant que cobaye dans le 1 avant sa libération, et sa chute dans le ravin, Bucky fut amené à devenir un soldat d'élite d'HYDRA à son insu. Complètement reconditionné, devenu une pure machine à tuer et lui aussi conservé dans de la glace (un caisson cryogénique dans son cas, duquel il ressortait de temps à autre), il devint une sorte de légende dans le milieu des assassins. Peu croient en son existence car peu ont eu l'occasion de sortir vivant d'une de leur rencontre. Natacha Romanoff est de ceux-là.
Méthodique, concentré, efficace, le soldat au bras d'acier est sans conteste méga-stylé. Il se dégage de lui un charisme primitif, presque bestial. Son implacable armure ne trouvant de faille que face à son ami de toujours Steve Rogers, qui réveille en lui une confusion de sentiments. Ce qui ne plaît pas à ses supérieurs qui lui font alors subir les pires tortures pour le ramener à son état d'arme vivante. Les scènes où il intervient sont toujours marquantes, tant il imprime à l'écran comme on dit. Un vrai bon personnage, ayant beaucoup évolué par rapport à ses apparitions en temps que soldat de l'US Army et appelé à encore pas mal changer dans la suite du MCU.
 
 
Le SHIELD est dans les faits la fusion des deux services en recherches et stratégie créés durant la seconde guerre mondiale. Le SSR (Section Scientifique de Réserve) d'un coté et l'HYDRA de l'autre (sous-section scientifique secrète et séditieuse du troisième Reich). Les fondateurs historiques furent Howard Stark, Peggy Carter et le colonel Chester Phillips (Tommy Lee Jones). Mais il firent l'erreur de recruter Armin Zola en tant que scientifique surdoué. Ce dernier utilisa alors son statut pour recréer au sein même de l'antre de ses ennemis une faction fasciste et silencieuse. Il alla même jusqu’à inventer une copie de son esprit en version informatique...l'opération était t-elle à l’½uvre du SHIELD ou de lui-même, l'histoire ne le dit pas. Mais dans tout les cas c'est cette conscience qui créa l’algorithme qui est au centre de leur action vengeresse.
C'est là le Twist le plus inattendu de tout le Marvel Cinematic Universe, et j'avoue qu'il m'a pas mal déboussolé à l'époque. La conséquence de cette révélation fut une disparition (avant une renaissance) du SHIELD. Pour en savoir plus, les séries ABC (Agent Carter et Agent of SHIELD) développent un peu ses différents aspects (mais alors vraiment un peu car les productions n'étant pas vraiment plus liées que cela c'est du survol de loin...).
 
 
Et c'est donc sur cette incroyable vérité que le Captain se lance dans une vendetta contre sa propre agence, amenant à la destruction massive à laquelle on assiste en fin de film. C'est certes spectaculaire de voir toutes ces explosions et ces fameux trois héliporteurs être réduit à néant, mais je ne peux m’empêcher de penser à tout ce pognon foutu en l'air, tout ces agents tués sans la moindre compassion ('Oui mais c'était des méchants' comme dirait Arnold dans True Lies)...bref je trouve la fin un peu too much...Cependant l'affrontement entre Cap' et le Soldat lui est bien amené et plaisant. Le Faucon lui fait les présentations dans les grandes largeur avec ses ailes rétractables tandis que la Veuve et Fury joue à leurs jeux d'espions. Maria Hill et l'Agent 13 complètent la team America pour se débarrasser complètement d'HYDRA.
Petite pointe de dépit sur la récupération par hélicoptère de Sam Wilson par Nick Fury...totalement inconcevable comme séquence...il aurait dû finir coupé en tranches.
 
 
Captain America The Winter Soldier est pour moi l'exemple parfait du 'bon film Marvel', pas un chef d’½uvre du cinéma non mais un bon divertissement tiré de vieux comics. Il fut à sa sortie mon 'Marvel' préféré, et de loin. Son style et son approche correspondant à ce que je voulais voir dans ces adaptations. Il garda ce titre jusqu'à sa suite, sur laquelle j'ai hâte de revenir...
 
 
Les Scènes post-génériques: la première introduit Von Strucker, à la base le Big Boss d'Hydra mais qui ici est le dernier grand représentant de l'ordre. Son subalterne sent le filet des vengeurs se resserrait sur eux mais le chef reste confiant. On apprends qu'il est en possession du sceptre magique de Loki et que ses scientifiques on menés à terme des expériences sur des humains à partir de celui-ci. Tous sont mort à l'exception des jumeaux Maximoff...
La séquence finale voit le soldat de L'Hiver au musée, dans l'aile consacrée à Captain America. Mais ce n'est pas pour lui qu'il est ici. Il scrute un panneau présentant l'ami et l'allié le plus proche de Steve Rogers, James Buchanan Barnes. Qui n'est autre que lui-même...
 
 
Le Caméo de Stan Lee: Gardien du dit musée, qui devant la disparition du costume de Captain America se voit déjà foutu à la porte...
 
 
 
Bonus:
 
La décision de 'tuer' le SHIELD dans Captain America aurait dû mettre un stop final à la série 'Agent of SHIELD' d'ABC. Ce ne fut pourtant pas le cas, bien au contraire. Le show, jusque là était terriblement moyen, sans grand intérêt et peu inventif; mais dès qu'il fut en quelque sorte libéré des carcans du MCU il devint audacieux, malin et pris le temps de créer ses propres intrigues, sans trop en attendre de la part du cinéma. Le point de rupture fut - comme pour le long-métrage - la découverte d'agent d'HYDRA dans leur rangs. Ce qui amena la série à entièrement revoir ses acquis et repartir sur des bases plus risquées mais également plus payantes. Elle à depuis acquis ses lettres de noblesse et sans être une incontournable, à su trouver son public.
 
 
Jeremy Renner devait faire une apparition dans le film, mais pour des raisons de calendrier il n'a pas pu se libérer. On apprendra plus tard que Clint Barton a 'd'autres obligations'...Il est cependant évoqué via le collier de Natacha, représentant une flèche.
 
 
Le carnet de Steve, qui fut adapté dans chaque pays au travers d'un concours. Chez nous je me souviens que nous avions eu droit à Louis de Funès et la coupe du Monde 1998...
 
la tombe de Nick Fury présente un extrait du verset d'Ezekiel 25:17, qui est celui que cite son personnage dans Pulp Fiction avant chaque meurtre qu'il commet.
 
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires