Premium
Le Blog Whathefox.fr

Le Blog Whathefox.fr

Par Qlimax Blog créé le 11/05/10 Mis à jour le 20/02/12 à 09h51

Site d'actualité Kojima Production

Ajouter aux favoris
Signaler

Description

Nous voici donc en présence du dernier né de la célèbre licence de Konami, Castlevania : lords of the shadow, développé par MercurySteam, studio espagnol à qui on doit également le fps Jericho, assisté par Kojima Production. La question que je me suis posée est : « est-il fidèle à ses prédécesseurs ? ». Rappelons que la saga des Castlevania est une série de jeux de plateforme/action dont le héros, issu de la famille Belmont part en guerre contre le mal muni d'un fouet. Le passage à la 3D nextgen aurait pu être un pari risqué pour la licence mais non. Le jeu perpétue les principes de la ligné et redonne même un nouveau souffle à la saga. Les démons n'ont qu'à bien se tenir, le dernier représentant du clan Belmont est là pour casser du démon.

Belmont le tragique

Comme pour tous les Castlevania, notre héro a pour objectif de défaire les puissances du mal qui en veulent à notre belle planète. La raison dans cet épisode est que pour ramener à la vie sa défunte épouse Marie, Gabriel Belmont doit réunir le pouvoir des seigneurs de l'ombre en les terrassant. Tout au long de son aventure, notre guerrier sera aidé par plusieurs protagonistes aussis charismatiques les uns que les autres. Je pense notamment à l'esprit de la forêt, Pan, qui peut prendre plusieurs formes  pour aider Gabriel. Mais ce qui m'a encore plus impressionné ce sont les seigneurs de l'ombre. Ils ont une vraie histoire et ce ne sont pas de simples étapes dans l'avancé du jeu.  D'ailleurs leur histoire est directement imbriquée dans le scénario du jeu. On apprend comment ils sont  nés, qu'est-ce qu'ils font dans l'histoire,etc... Le scénario quant à lui est excellent, limite mélodramatique mais il est intéressant avec quelques coups de théâtre venant pimenter son déroulement.

Belmont l'émerveillé

Sans contestes le gros point fort du jeu, ses graphismes. Les décors sont absolument somptueux. Du début à la fin on est émerveillé par l'univers du jeu. De plus il est extrêmement varié et détaillé. On a presque envie de rester dans une zone à contempler le paysage pendant des heures. Ce qui aide c'est bien sûr l'angle de la caméra qui montre une vue d'ensemble impressionnante. Un bonus nous permet même d'apprécier des ébauches et des artworks inspirant la modélisation des décors. C'est un vrai plaisir pour les yeux. Dans le même registre, il faut souligner un bon jeu de lumière rendant la visite des lieux plus réaliste et qui est mis en avant une fois encore par l'angle prédéfinis des caméras.  Les rayons de lumière et les halos sont magnifiques et ajoutent un soupçon d'espoir dans un univers ténébreux.
Concernant le design des personnages, on a, la encore, droit à un excellent boulot de la part de Mercurysteam. Les protagonistes, gentils comme méchants, ont de la gueule. Les designers se sont déchaînés et nous proposent un véritable défilé de mode et une modélisation sacrément poussé.

Belmont le soprano

La bande son joue parfaitement son rôle, on est pris par les scènes qu'elles accompagnent. Les morceaux rythment parfaitement l'ambiance des phases de jeux et sont un bel hommage aux précédents opus. Beau travail Oscar Araujo.

Belmont le titan

Jouer ce Castlevania a été l'occasion de voir comment allait s'en sortir Mercurysteam dans une adaptation 3D du jeu. Verdict ? Ils s'en sont plutôt bien sortis. Gabriel se manie très bien et répond au doigt et à l'oeil. Le guerrier a, de plus, à sa disposition tout un arsenal de coup, de combo et d'interactions avec les ennemies que ceux-ci vont regretter de croiser. Gabriel aura également l'occasion d'enrichir son inventaire en objet de soutien très variés qui viendront multiplier son potentiel de combat comme les fameuses dagues d'argent ou l'eau bénite. Cependant tout ne ce débloque pas dès l'acquisition d'un nouvel artefact mais il faudra gagner de l'expérience en combattant des ennemis pour ensuite acheter un nouveau combo ou une nouvelle attaque. Mais attention ce n'est pas un jeu de bourrin, chaque phase de combat requiert un minimum de stratégie qui est mis en avant par l'utilisation de pouvoirs magiques de la lumière, de l'ombre débloqués plus loin dans le jeu. Mais les combats comportent quelques soucis qui viennent entacher le gameplay. La caméra est toujours fixe et il est impossible de la déplacer. C'est sans doute le système le plus simple pour le genre « beat them all » mais parfois il y a tellement d'ennemis à l'écran qu'on ne sait même plus si on taillade ou si on se fait taillader ce qui est un autre défaut des combats, Gabriel est si puissant qu'il faut s'y mettre à plusieurs pour le toucher mais vraiment plusieurs voir trop qu'on ne sait plus ou donner de la tête. Problème qui ne se pose pas contre les boss ou les titans contre qui on prend plaisir de combattre. Ainsi nous est proposé un registre d'ennemi très appréciable un système de combat très riche et varié mais qui est parfois trop saturé et incommodant.

Les combats sont, certes du style God Of War, mais vraiment plus tactiques également. Vous ne trouverez pas beaucoup de fontaine de vie dans le jeu. La raison en est assez simple : C'est vous qui gérez votre consommation de vie et son renouvellement. Dans Castlevania les deux jauges de magie de lumière et magie de l'ombre vous permettent d'aborder le combat de deux manières différentes. Si vous activez la magie de la lumière, Gabriel n'infligera pas beaucoup de dégâts mais à chaque coup porté à l'ennemi, notre héro récupérera de la vie. Si au contraire vous activez la magie de l'ombre, les coups de Gabriel seront bien plus redoutable mais aucune vie vous sera donnée. Il y a donc un réel switch entre ces deux magies et tout devient donc très tactique. Les choix sont aussi importants car, pour remplir ces deux jauges de magies, il vous faudra récupérer de la magie neutre et choisir quelle jauge remplir avec celle-ci : celle de l'ombre ou de lumière. Pour récupérer de la magie neutre il y a deux façons : la première est de trouver un puits de magie neutre, facile vous faites le plein comme à la station d'essence. La deuxième façon est d'utiliser la jauge de concentration dans le combat. C'est la que votre style de combat est jugé (inutile de bourriner en appuyant toujours sur le même bouton la jauge ne se remplira pas). Votre concentration ne se remplira que si vous effectuez des combos variés et que vous esquivez vos ennemis ! Si vous êtes touchés avant que la jauge ne soit complètement remplie, vous retombez à zéro. Une fois vos coups maitrisés et variés, votre jauge est totalement remplie et la ... surprise ! Touts les coups que vous porterez aux adversaire pour donneront de la magie neutre pour alimenter vos magies de soins ou d'attaques ! Vous l'aurez compris, vous aurez des choix à faire tout au long de vos combats.

Belmont l'intellectuel

Récurent dans les Castlevania sont les phases d'énigmes et de casse-tête et lord of the shadow ne déroge pas à la règle. Vous aurez l'opportunité de mettre à contribution votre sens du raisonnement et de réflexion au travers de plus d'une trentaine d'énigmes pour certaines simples et pour d'autre vachement prise de tête. Mais rassurez-vous, si vous n'y arrivez pas, la solution vous sera proposée en échange de quelques points d'expériences. Il peut même y avoir des énigmes à résoudre pour vaincre des boss mais ceux-ci sont plus faciles que les énigmes pures que proposent les phases d'explorations.

Belmont L'acrobate

Que serait un castlevania sans phases de plateformes ? Ceux proposé par cet épisode font beaucoup penser à Uncharted mais malheureusement  ici elles sont moins intuitives et il faut vraiment avoir l'oeil pour savoir où aller et comment y aller que ce soit dans les phases d'exploration ou contre les titans, il y a souvent des difficultés à percevoir sa destination. Mais au fil du temps on prend l'habitude mais je peux vous dire que ça peut être problématique et la caméra n'aide pas forcément. Il n'est pas rare non plus qu'à certaines phases vous ne sachiez plus trop ou aller car le seul chemin plausible vous l'avez essayez mais sans succès. Après 10 minutes d'échecs vous réessayez le premier chemin qui ne fonctionnait pas et la ... miracle, vous passez allégrement la difficulté. Pour moi un bon gameplay doit fonctionner de suite et pas une fois sur 10. On à même l'impression qu'un millimètre sur une plateforme compte pour passer à l'autre dans certaines situations. Ce n'est pas arrivé beaucoup mais quand même. Mais rassurez-vous, malgré tout, ce Castlevania est une pure merveille à jouer !

Ainsi voici le verdict que je me suis fais sur ce jeu que j'ai bien sûr fini avant d'en faire un test. Castlevania : lords of the shadow est un excellent jeu que ce doit de posséder tout fan de la série bien qu'il recèle certains défauts sur sa présentation mais rappelons tout de même que ce jeu est une première dans la saga et que Mercurysteam a tenu à respecter l'éthique de la licence de Konami grâce à l'aide Kojima Production.

A la lecture de ce qui précède, il se peut que votre avis soi mitigé, mais ce n'est pas un test qui peut vous contrôler et vous dire d'acheter ou non. Vous ne verrez également pas de cotation sur nos tests, une lecture suffit amplement à vous faire une idée. Et pour les plus visuels, la suite en vidéo est disponible juste en dessous !

Test complet

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Archives

Catégories

Favoris