Premium
Journal d'un Ours Gamer

Journal d'un Ours Gamer

Par Waltrius Blog créé le 22/11/11 Mis à jour le 23/11/13 à 11h15

Plutôt baraque, plutôt pataud, et totalement inoffensif, le joueur de 24 ans que je suis est souvent comparé à un vieil ours. Après 60h de Skyrim, la vérité m'est apparue : A terme, les ours vont dominer le monde. La seule solution pour survivre était de leur vouer un culte sur Gameblog...

Ajouter aux favoris

Édito

Mes identifiants consoles

Code Ami 3DS : 3480 3233 1570

Gamertag : Waltrius

PSN : LuciusWaltrius

 

Suivez moi sur

 

 

Archives

Favoris

Signaler

Aujourd'hui un article assez bref pour vous parler d'un de mes récents coup de coeur : « La meilleure musique de jeu vidéo », une BO interprétée par le London Philarmonic Orchestra et composée de grands thèmes bien connus de nous tous. Voici la playlist :

 

1. Advent Rising: Muse

2. Legend of Zelda: Suite

3. Call of Duty Modern Warfare 2: Theme

4. Angry Birds: Main Theme

5. Final Fantasy VIII: Liberi Fatali

6. Super Mario Bros: Theme

7. Uncharted - Drake's Fortune: Nate's Theme

8. Grand Theft Auto IV: Soviet Connection

9. World of Warcraft: Seasons of War

10. Metal Gear Solid: Sons of Liberty Theme

11. Tetris Theme (Korobeinki)

12. Battlefield 2: Theme

13. Elder Scrolls: Oblivion

14. Call of Duty 4 - Modern Warfare: Main Menu Theme

15. Mass Effect: Suicide Mission

16. Splinter Cell: Conviction

17. Final Fantasy: Main Theme

18. Bioshock: The Ocean on his Shoulders

19. Halo 3: One Final Effort

20. Fallout 3: Theme

21. Super Mario Galaxy 

22. Dead Space: Welcome Aboard the U.S.G. Ishimura

 

Elles sont pour la plupart très bien interprétées, et certaines comme Liberi Fatali de FFVIII donnent vraiment la chair de poule. C'est même parfois surprenant de découvrir en les écoutant toute la qualité de certaines BO. Mes mentions spéciales vont tout particulièrement à GTA IV, Mass Effect, Splinter Cell, Uncharted, Bioshock, Final Fantasy VIII et Dead Space.

 

Je vous conseille fortement de vous le procurer, étant donné que l'album coûte seulement 5 EUR sur Amazon. A écouter et faire écouter pour faire comprendre aux néophytes que ça ne vient pas d'un film, mais bien d'un jeu.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Mon jeu du moment

 

Pour inaugurer ce blog, que je veux ouvert, sans chichi et communicatif de mon plaisir de jouer, je vais commencer par donner mon ressenti sur ma dernière acquisition : Rayman Origins

En entendant parler du projet Rayman Origins, j'avoue, je n'étais pas du tout convaincu. Le jeu tenait surtout à mes yeux à cette mode actuelle dans le milieu vidéo ludique de faire du neuf avec du vieux. Mais bon, le jeu venant d'Ubisoft Montpellier, je ne pouvais pas décemment le condamner sans y jouer. Et puis je l'ai essayé au Paris Games Week, et là, déjà le jeu titille mon attention, c'est beau, c'est fluide, c'est fun. Puis je teste la démo, et là je comprends : Je DOIS acheter le jeu. 

 

Et là mes amis, c'est la claque. Le jeu est la synthèse de ce que je recherche dans un jeu ces derniers temps : Fun, claque graphique, hardcore gaming, et créativité. 

 

D'abord graphiquement, Rayman impressionne alors qu'on ne l'attend pas forcément d'un jeu 2D. C'est d'ailleurs bien plus que de la 2D, c'est une dessin animé interactif. Les différents mondes sont aussi beaux et colorés qu'ils sont originaux. Rarement je me suis autant émerveillé devant un tel rendu graphique. C'est un plaisir des yeux qui plaira tant aux tout petits qu'aux adultes. Parlons également de la musique de Christophe Heral qui est à l'image du jeu, complètement barrée et géniale. Le thème principal, sous forme d'hommage à Enio Morricone, est excellent, mais ma mention spéciale va au thème sous-marin (les niveaux les plus en profondeur), qui arrive vraiment à retranscrire une ambiance de profondeur sous-marine prenante. Le scénario est tient en 2 lignes (Rayman et sa troupe ronflent, ce qui énervent les monstres du monde d'en dessous, qui envahissent le monde en représaille...) mais il est à l'image du jeu, drôle, déjanté, totalement décalé. Bref, artistiquement, Rayman est une véritable pépite qui va me faire vouer un culte au génie français du jeu vidéo qu'est Michel Ancel (Cocorico !).

 

Au niveau du gameplay, je ne vais pas trop détailler. Le jeu ressemble assez dans sa structure au premier Rayman. La maniabilité est parfaite, simple, intuitive. Le jeu dispose d'une difficulté particulièrement bien dosée, puisque les premiers niveaux se révèlent assez simples, mais les derniers mettront à rude épreuve les gamers les plus aguerris. Enfin, je n'en suis pas encore là, mais je pense que terminer le jeu à 100 % va demander une grande dose de patience et de persévérance, mais le jeu en vaut la peine.

 

Il faut évidemment parler du multi ! Pour avoir fais une grande partie du jeu avec mon coloc, je peux dire qu'il est terriblement efficace. Les fous rires sont garantis au cours de la partie ou la trahison pure et gratuite d'une gifle en plein vol pour quelques Lums va suivre l'entraide pour un passage plutôt difficile. Bref, le multi, c'est du fun en barre, et au final, je ne regrette absolument pas l'absence de mode online, puisqu'on sent très clairement que le jeu est conçu pour des « parties-à-plusieurs-sur-canap ».

 

Pour résumer, Rayman Origins m'aura bien plus impressionné qu'un Modern Warfare 3 par exemple qui, s'il joue dans une toute autre catégorie, se révèle au final assez convenu, sans grande surprise. Rayman aura réveillé chez moi autant l'enfant, que l'hardcore gamer, ou le joueur de multi déjanté. Il est une révélation, dans le sens ou j'ai enfin pris conscience qu'un bon vieux jeu de plateforme 2D peut absolument avoir sa place aujourd'hui dans l'univers vidéo ludique. A tel point que je me demande même pourquoi ce concept de la 2D HD n'est pas plus exploité.

 

Bref, en un mot comme en cent, petit ou grand, hardcore ou casual, je vous le conseille fortement, c'est pour moi la véritable pépite de cette fin d'année, peut-être même de l'année.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)