Premium
Journal d'un Ours Gamer

Journal d'un Ours Gamer

Par Waltrius Blog créé le 22/11/11 Mis à jour le 23/11/13 à 11h15

Plutôt baraque, plutôt pataud, et totalement inoffensif, le joueur de 24 ans que je suis est souvent comparé à un vieil ours. Après 60h de Skyrim, la vérité m'est apparue : A terme, les ours vont dominer le monde. La seule solution pour survivre était de leur vouer un culte sur Gameblog...

Ajouter aux favoris

Édito

Mes identifiants consoles

Code Ami 3DS : 3480 3233 1570

Gamertag : Waltrius

PSN : LuciusWaltrius

 

Suivez moi sur

 

 

Archives

Favoris

Signaler
Le temps d'un comics

En attendant un test de Borderlands qui devrait me prendre une éternité à rédiger, je continue ma série sur les comics Star Wars Republic avec cette fois 3 mini-séries.

 

Infinity's End

Après une super introduction du personnage de Quin Lan Vos, on le retrouve dans cette courte mini-série de 4 issues qui se déroule peu après sa « rééducation » de Jedi (rappelons que le personnage est amnésique et qu'il avait oublié sa formation de chevalier).

 

Dès les covers on comprend que le style graphique va être... spécial

Le comics commence par la disparition totale d'une planète, absorbé dans un vortex dont l'origine est inconnue. Contre l'avis de Mace Windu qui pense que Vos est encore très sensible au côté obscur, ce dernier est envoyé pour enquêter sur Dathomir, la planète des sorcières-amazones que les jedi soupçonnent d'être à l'origine de la catastrophe.

Côté histoire, c'est pas bien folichon. C'est clairement moins palpitant et accrocheur que Twilight et surtout le personnage de Vos n'est pas développé comme il le mérite. Résultat, on lit le comics sans grande passion, comme un stand alone qui ne fait pas avancer grand chose dans l'histoire globale.

 

Malgré une histoire très moyenne, Infinity's end vaut le coup rien que pour le style graphique unique : On aime ou on aime pas

Le dessin est quant à lui très particulier. Il tranche assez radicalement avec le style des mini-séries précédentes. Là on trouve quelque chose de plus enfantin, presque plus proche d'un style Arleston, d'un style hybride entre le comics et le manga. Ça donne ici des personnages parfois assez difformes, surtout concernant les visages. Au final ce n'est pas moche, c'est surtout déstabilisant, et ça ne convient pas spécialement à l'idée qu'on se fait d'un comics star wars.

Ce qu'il faut retenir au final, c'est qu'on a là un comics au style graphique assez à part, assez unique, mais avec une histoire ultraclassique. Donc rien d'indispensable !

 

Starcrasher

Pour Starcrasher, on va faire très rapide parce que l'histoire ne dure qu'une petite issue et qu'elle n'est en rien mémorable. Yoshi Raph-Elan, récemment promu chevalier Jedi s'ecrase sur une planète qui s'avère avoir été conquis par un super badass qui eut épouser la fille de l'ancien roi (à qui il a réglé son compte) pour asseoir son autorité et sa légitimité sur ce monde.

Starcrasher, c'est une histoire convenue au possible et un style beaucoup trop enfantin : Hors sujet 

Le scénario est ultra convenu, ne s'inscrit en rien dans le reste de la série, et se révèle au final très enfantin. C'est également le cas du dessin qui est plutôt fin et agréable à lire, mais se destine très clairement à un public plus jeune.

Bref, si vous ne lisez pas, vous ne loupez rien !

 

The hunt for Aurra Sing

Avec cette nouvelle mini-série de 4 issues, on s'attend à du lourd. Le titre parle de lui-même : Il s'agit de la poursuite par le conseil jedi de la tueuse et chasseuse de prime Sith : Aurra Sing.

Des covers stylisées pour une histoire qui fait pschit

Au casting, on retrouve bien sur Aurra Sing, mais également Ki Adi Mundi, son padawan A'Sharad Hett, le jedi tusken (dont le père a été tué par Sing), mais aussi Adi Galia et La femme sombre, l'ancien maitre d'Aurra Sing. On s'attend à de la confrontation, à de l'épique, à du tragique. Et bien rien de tout cela !

Truman, l'auteur, nous livre au final une histoire mollassonne, très classique, et que ne fais quasiment pas avancer l'histoire des personnages à l'exception d'A'Sharad Hett. Bref c'est clairement la déception qui prime à la fin de ces 4 issues.

 

Le style graphique est trop grossier pour nous faire croire au charisme des différents persos

Le style graphique de Fabbri, dessinateur en titre de la mini-série, est malheureusement un peu trop grossier, surtout en ce qui concerne les visages qui perdent considérablement en finesse, et donc en charisme. Les combats au sabre laser ne sont pas non plus très travaillés, ce qui fait que là encore on termine avec l'impression que c'était un pétard mouillé (surtout après avoir vu le style plutôt sombre et fin des covers).

Bref, c'est une déception j'en attendais beaucoup, surtout concernant l'évolution des personnages de la série, mais il n'en est rien.

Voir aussi

Groupes : 
Star Wars
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires