Premium
Journal d'un Ours Gamer

Journal d'un Ours Gamer

Par Waltrius Blog créé le 22/11/11 Mis à jour le 23/11/13 à 11h15

Plutôt baraque, plutôt pataud, et totalement inoffensif, le joueur de 24 ans que je suis est souvent comparé à un vieil ours. Après 60h de Skyrim, la vérité m'est apparue : A terme, les ours vont dominer le monde. La seule solution pour survivre était de leur vouer un culte sur Gameblog...

Ajouter aux favoris

Édito

Mes identifiants consoles

Code Ami 3DS : 3480 3233 1570

Gamertag : Waltrius

PSN : LuciusWaltrius

 

Suivez moi sur

 

 

Archives

Favoris

  
Signaler
Les nouvelles de l'industrie

Aujourd 'hui un post coup de gueule en réaction à l'interview de David cage. Alors d'abord, pour éviter toute accusation "d'anti-Cagisme", je tiens à dire que le type, je m'en fou. J'ai beaucoup aimé Heavy Rain, et j'attend énormément Beyond, même si je trouve les discours de Cage un peu prétentieux. Cet article n'est donc pas une attaque gratuite contre David Cage. Voilà c'est dit.

 

Notre industrie souffre t-elle du syndrome de Peter Pan, l'enfant qui ne veut pas grandir ? On pense tous au dernier E3, et à certaines conférence de la GamesCon ou le panpan boomboom étaient à l'honneur. On pense à cette scène ou le héros de The last of Us tire en pleine tête sur un type à terre et non armé, et à tous ces journalistes hystériques qui se lève en hurlant "Yeah motherfucker !!!!". Oui, tout ça, ça ne donne pas forcément une bonne image à notre media, et on peut le déplorer. Peut-on néanmoins dire que le jeu vidéo est un media qui ne veut pas grandir ? Je ne pense pas, et ceci pour plusieurs raisons.

D'abord, des jeux violents, il y en a c'est clair, mais il n'y a pas que ça ! Ce serait quand même oublier tous ces jeux qui pousse qui confine à l'art en terme de maitrise et de game design et ou la mort n'est pas impliquée. Je pense aux marios, aux kirbis, aux yoshis story, et autres perles de Nintendo. Il y a aussi ceux qui confinent à la poésie comme Journey. Je pense aussi aux couleurs superbes et sans aucune once de méchanceté de Rayman Origins et à ces jeux qui nous attirent par le simple levier de la compétition comme Trials Evolution. Limiter les jeux vidéos à Call of Duty, c'est comme limiter la cuisine à MacDo : C'est mentir. Certes il y a des jeux violents, beaucoup même, mais il y a tellement d'autres jeux sans aucune violence qui me font dire que notre media n'est pas immature !

L'industrie actuelle ne fonctionne pas que sur la violence

Ensuite, tuer dans un jeu vidéo n'est surtout pas synonyme d'immaturité ! Prenons des jeux comme Deus Ex ou Bioshock ou on peut tuer, et même allègrement. Ils sont la preuve qu'on peut allier mort et réflexion très adulte sur notre société ou sur la philosphie d'un courant de pensée. Deus Ex pousse à réfléchir sur notre vision du transhumanisme et notre façon de jouer s'adaptera à cette réflexion. Bioshock vous pousse à réfléchir à votre humanité mais aussi à notre vision de l'individualisme. Tuer n'est pas un acte anodin dans ces jeux, tuer est un acte de conscience qui va nous faire peser chaque mort. Alors oui il y a des jeux comme CoD (et d'autres hein) ou on dézingue whatmille bonhommes sans se soucier de "euh mais c'est peut-être pas cool ce que je viens de faire...", mais tous ne nous transforme pas en bête sanguinaire immature. Même The Last of Us, auquel je crois beaucoup, ne devrait pas poser l'acte de tuer en acte banal (du moins je l'espère). Je met ainsi le coup de cette vidéo plus sur l'événement de l'E3, qui demande du spectaculaire, tout de suite.

 

Un jeu violent n'est pas forcément un jeu immature ou enfantin

Enfin, j'ai envie de dire qu'il faut de tout pour faire un monde. Prendre son pied sur Call of Duty ne fait de nous un ado attardé qui ne veut pas grandir. J'aime quand un jeu me pousse à réfléchir, quand on me fait peser la gravité de mes actes (je suis revenu là dessus longuement dans mon article sur Deus Ex), ou quand je joue à un  bon petit mario. Mais j'aime aussi les jeux défouloirs ou je tire sur tout ce qui bouge ! En ce moment, je refais Borderlands. On doit tuer 10 000 aliens, sans réfléchir, et pourtant le jeu a une identité graphique, mais aussi un humour décapant qu'on ne comprend pleinement qu'à partir d'un certain age. On a tous le droit aussi d'aimer les jeux panpan boomboom monsieur Cage. Ce n'est pas être un idiot souffrant du syndrome de Peter Pan que de jouer à ce genre de jeux !

Donc non, le jeu vidéo ne souffre pas du syndrome de Peter Pan. C'est un media qui comporte certes un part sombre, une part plus grand public, mais aussi un media adulte, qui pousse à réfléchir et qui ne se définit pas par sa violence insoutenable. Dire ça, c'est n'avoir joué qu'à des AAA, et donc n'avoir éffleuré qu'une partie du media jeu vidéo.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Spades
Signaler
Spades
Interressant.
Par contre, je pense que, plus que la non existence des titres "non-violents"(rappelons la polémique autour de la peau de tanuki que PETA avait déclenché autour de Mario pour bien prendre en compte que la violence peut avoir des interprétations différentes.), c'est surtout la prédominance des titres à base de chair à canon qui ont amené la réflexion de nombreux game designers a propos de la violence dans le JV.