Premium
Journal d'un Ours Gamer

Journal d'un Ours Gamer

Par Waltrius Blog créé le 22/11/11 Mis à jour le 23/11/13 à 11h15

Plutôt baraque, plutôt pataud, et totalement inoffensif, le joueur de 24 ans que je suis est souvent comparé à un vieil ours. Après 60h de Skyrim, la vérité m'est apparue : A terme, les ours vont dominer le monde. La seule solution pour survivre était de leur vouer un culte sur Gameblog...

Ajouter aux favoris

Édito

Mes identifiants consoles

Code Ami 3DS : 3480 3233 1570

Gamertag : Waltrius

PSN : LuciusWaltrius

 

Suivez moi sur

 

 

Archives

Favoris

Signaler
Mon jeu du moment

Castlevania LoS était typiquement le jeu qui m'attirait peu au départ mais dont je savais que je loupais un grand truc en y jouant pas. Les tests et autres avis ont achevé de me convaincre que je devais rattraper mon retard et que je devais y jouer. Je me le suis donc acheté en occaz sur ma bobox. Et là c'est le drame ! Je n'aime pas. Je sais que c'est bon, je vois que c'est bon, mais rien à faire, je n'accroche pas du tout, je trouve ça chiant, redondant, presque sans âme. Mais pourquoi ?!

 

 

Le jeu est bon, c'est indéniable. J'aime beaucoup ce qu'il ont fait avec cet espèce de reboot de la série Castlevania dont j'adore l'histoire mais que je trouve élitiste au possible, ce qui m'a toujours empêché d'y jouer. La tâche s'annonçait rude pour le studio espagnol, mais ils ont réussi à redonner un coup de jeune à une série (japonaise) un vieillisante

Entre la croix de combat de Gabriel et les lames du Chaos de Kratos, peu de différences...

Le système de jeu est bien foutu, et pour cause, c'est un resucé complet de God of War. On ne compte plus les éléments de gameplay "inspiré"de GoW :

  • L'idée de la "croix de combat" agrémentée d'une chaine par exemple est assez classe, et permet au passage d'avoir un gameplay proche de God of War avec ses lames du chaos.
  • On ramasse des orbes sur les ennemis et ont vend ces orbes contre de nouveaux combos, de nouveaux pouvoirs.
  • Il y a bien ce que j'appelle de "fausses phases de plateformes" totalement assistées pour créer des moments plus calmes, plus contemplatifs
  • Les ennemis comme les boss ont des finishs move, synonymes de finals sanglants.
  • Des enigmes à résoudre pour avancer du type "la clef est en deux morceaux, trouve les". Mais contrairement à GoW, certaines enigmes se révèlent bien plus coriaces par la suite.
  • Enfin on ramasse des morceaux de gemmes cachés pour augmenter sa vie ou sa magie. 

Tant de points qui rappellent le maitre étalon du genre : On est dans un beat'em all très classique dans le plus pur style instauré par God of War. C'est efficace et maitrisé, mais bon...

 

Le level design est grand, beau, mais seul le château des vampires m'aura vraiment marqué

Le level design est par contre assez marquant. Les combats contre les titans, ou on doit grimper sur eux comme dans un Shadow of collossus, restent des moments cultes, tout comme le (court) passage dans la boite à musique de Baba Yaga (un vrai coup de coeur). Les environnements sont bien pensés, et variés : On passera des ruines loup-garous au royaumes des morts en passant par le fameux chateaux des vampires. Mention spéciale au château vampire qui, bien que classique au premier abord, se révèle être la partie la plus interessante, notamment grâce à l'influence de Frankenstein dans certaines salles.

 

La direction artistique est clairement LE point fort du jeu

La direction artistique est clairement le principal point fort du jeu. Là le studio espagnol s'est laché et nous offre un univers riche, travaillé et souvent original. Les designs des monstres comme les lieutenants vampires, le boucher du château, ou les poupées de la jeune vampire rivalisent d'originalité et de talents artistiques. On sent que les développeurs se sont approprié l'Univers et l'ont réinterprété habilement. L'influence artistique de la culture espagnole est aussi très présente via les diverses apparitions entre autres de Pan et des Chupacabra. Pan par exemple est directement inspiré du personnage du même nom dans le film Le Labyrinthe de Pan. Cette influence apporte réellement un vrai plus à l'ambiance du jeu.

On a donc là un jeu qui transforme habilement la licence dont il est tiré, notamment et surtout grâce à une direction artistique de haut vol. Mais alors pourquoi je n'ai pas aimé LoS, ce jeu que beaucoup vénèrent et dont tout le monde attend la suite avec imaptience ?

Je vais être cash : Tout simplement parce que je me suis ennuyé en jouant.

 

Je trouve qu'il y a trop de ressemblance entre Kratos et Gabriel en termes de gameplay

Oui le gameplay est efficace.... Mais d'un classicisme ennuyeux au possible. C'est peut-être un peu fort, mais je me suis souvent fait la remarque que j'avais l'impression de jouer à un God of War avec un super skin Castlevania. Le jeu suit tellement les traces du maitre en termes de gameplay qu'il en oublie d'être intéressant et original à ce niveau là. Oui les combats ont de la gueule, comme les phases de plateforme, mais ayant joué à presque tous les GoW, je connais, j'ai envie de voir autre chose. Même sur GoW que j'ai adoré, je n'ai jamais été en extase devant le gameplay qui avait facilement tendance à se répéter inlassablement. Des monstres ont va en zigouiller whatmille tout au long du jeu. Les pires étant les mandragores, petits monstres justes chiants, qu'on croise de temps en temps et qui pop-up sans arrêt.

Alors oui le gameplay est efficace, mais je n'ai pris que peu de plaisir à jouer, je cherchais quelque chose de plus original, de moins "copier-coller", et surtout quelque chose de moins laissant. Au final je rushais les niveaux pour atteindre le bout le plus vite possible et faire avancer l'histoire dont je pensais qu'elle était prometteuse...

 

Gabriel veut venger sa femme récemment décédée, mais aussi la réssuciter grâce au "Masque de Dieu"

GIGA SPOILER ALERT

L'Histoire parlons-en. On incarne Gabriel, un chevalier de la Brotherhood of light dont la femme a récemment été tuée par les monstres qui ont soudainement envahi le pays. Gabriel a donc les boules, et il est pas content. Il décide donc de traquer l'origine du mal et de l'anéantir. Gabriel est typiquement le genre de héros que j'adore. Il est sombre, il est rongé par la haine, la vengeance et surtout il est dévasté par la perte de sa femme, Marie. Un peu plus loin dans sa quête, il apprend qu'il y a peut-être un moyen de ramener les morts à la vie en tuant les Lords of Shadow, les maitres du mal en gros, et en assemblant "le masque de Dieu" dont ils possèdent les fragments. Là je me dis, "cool, on a un héros qui va tout faire pour ramener sa femme à la vie, quitte à se corrompre dans le processus et devenir le mal", un thème assez classique en soit, mais que j'adore. Donc je voyais un gros potentiel au scénario et c'est ce qui me faisait avancer dans le jeu.

 

Vengeance, descente aux enfers, haine : L'histoire avait tout pour me plaire...

Et ben non, que dalle, rien, nada. D'abord le scénario est lent, mais lent ! Gabriel fait peu de rencontre donc parle peu, très peu. Les seules paroles viennent donc d'un monologue de Zobek qui nous raconte l'histoire à chaque début de niveau. L'ennui, c'est que Zobek est chiant, et verbeux au possible. Alors oui chacun des Lords of Shadow fait un peu avancer l'histoire, et encore. On se retrouve tout souvent à enchainer les niveaux alors que rien ne se passe.

Je misais beaucoup sur l'esprit descente aux enfers de Gabriel, sa lente corruption dans sa quête de réssuciter sa femme. J'y croyais vraiment, surtout quand on voit ces actes (ils déboite quand même whatmille bestioles, plus certains innocents) mais aussi les monologues de Zobek qui le décrivent comme un monstre froid et plein de rage. Et ben non ! A la fin, Gabriel devient le soldat de Dieu face à Satan et ne culpabilise pas d'avoir tué entre autres sa femme et la jeune fille muette qu'il a rencontré en chemin "parce qu'il était controlé par Zobek"...

Le jeu se termine donc sur une fin archi plan plan, et toute gentille ou Gabriel a sauvé les âmes du monde, ou Dieu le pardonne, et ou Satan part se planquer dans son trou....

 

Le final est pourtant d'un classicisme navrant et a balayé tous mes espoirs

Alors oui il y a bien la scène post générique (assez mal faite je trouve d'ailleurs) ou on retrouve Zobek à notre époque, et surtout Gabriel... qui est devenu Dracula. Pourquoi le "soldat de Dieu", survivant de son combat contre Satan, est-il devenu le Mal incarné ? On n'en sait rien ! Le twist en lui-même aurait pu être intéressant, si seulement on avait une explication plus crédible du genre "Gabriel a corrompu son âme en voulant sauver sa femme et est devenu ce qu'il a juré de combattre". Apparemment d'après ce que j'ai lu, la réponse est dans des DLC... On gueule après Bioware, mais là, c'est tout aussi gonflé.

Bref la seule chose qui me retennait sur le jeu... a fait pschiit à la fin...

 

Le twist final est intéressant (bien que moche)... mais totalement inexpliqué, voir limite incohérent avec la fin du jeu...

Mon avis sur Castlevania LoS peut paraître dur, trop sévère, ce que je comprend largement étant donné la bonne qualité du jeu en termes artistiques. Cependant mon article est surtout révélateur de ma déception vis-à-vis d'un jeu que je pensais vraiment génial, et avec une histoire bien tragique. Le gameplay trop classique et un scénario aussi mou qu'au final archi-classique ont réussi à tuer mon expérience de jeu, au point que si le 2ème volet ne change pas grand chose, ce sera sans moi ! Heureusement, j'ai encore de l'espoir pour l'épisode 3DS.

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Commentaires

Akiru
Signaler
Akiru
Sinon ba c'est un test sympa même si j'ai adoré le jeu t’inquiète (j'ai pas envie de laisser un message juste pour critiquer un point ça ne serait pas honnête.)
Akiru
Signaler
Akiru
"Oui le gameplay est efficace…. Mais d'un classicisme ennuyeux au possible. C'est peut-être un peu fort, mais je me suis souvent fait la remarque que j'avais l'impression de jouer à un God of War avec un super skin Castlevania. "

Le jeu va beaucoup plus loin qu'un GOD of war en fait. Et je ne parle pas de nombre de technique ca veut rien dire ca, je parle vraiment du systeme de jeu.
Chipster
Signaler
Chipster
Je te rejoins et me sens bien moins seul ! Je n'y ai joué que 3h mais j'me suis terriblement ennuyé et le peu que j'ai vu ne m'a pas donné envie de continuer l'aventure. Tu parles d'une bonne DA mais moi j'ai trouvé que le jeu n'avait pas d'âme. Le perso principal est quasi fantomatique, peu de dialogue, pas de relief dans la mise en scène. Bref, j'ai pas accroché du tout !
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Ah je savais que l'article ferait réagir ! Image IPB

Pour répondre à vos questions :

Pour le gameplay, ayant joué il y a longtemps à GoW, je ne peux pas comparer la technique. Je dis juste que beaucoup trop d'élements de gameplay de LoS me rappelait GoW et que ça a tué mon expérience de jeu parce que j'avais l'impression de jouer au même. Après oui il est peut-être plus technique. Perso j'ai joué en normal, et déjà le jeu était bien corsé, et certains combats contre les boss bien techniques.

Pour la licence élitiste, il ne faut pas y voir une critique. Juste que quand j'étais môme et que je jouais à un Castlevania, je les trouvais tellement dur et complexe, que j'ai abandonné peu à peu la saga. Il y a bien eu les épisodes N64, mais bon, voilà quoi... Donc par élitiste, je veux dire dure à apprécier, brute et difficile, et non pas quelque chose de mauvais en soit.

Enfin pour le scénario. Oui me je suis renseigné sur les DLC et leur histoire. Mais là encore je n'ai pas été convaincu. Ma déception vient réellement du fait que j'attendais
- La fin de l'Histoire DANS le jeu et pas dans un DLC
- Une fin tragique ou Gabriel sombre dans la folie ou devient le Mal en combattant le Mal, un peu comme Anakin Skywalker dans un Star Wars qui veut sauver sa femme, et au final la tue et devient un monstre, rongé par la culpabilité. Ici je ne l'ai pas assez ressenti. Après oui l'univers mixe super bien différents mythes et influences, mais ça je le classe plutôt dans la direction artistique, que j'ai vraiment aimé, et qui a sa propre identité.

PS : Merci pour le fond du blog King Teddy Image IPB


Oh ne t'en fais pas je n'avais pas pris ton élitiste pour une critique. C'est jusque je me demandais où tu avais vu que c'était une série difficile, vu les épisodes récents, mais vu que tu as surtout connu les anciens opus ça explique tout! :P

Pour la conversion au mal de Gabriel il ne faut pas oublier un détails, vu que maintenant c'est officiel. Ce qu'on voit après générique se passe longtemps après LOS. Entre deux, il y a Mirror of Fate et probablement tout ou partie de LOS2. La conversion au mal du personnage aura largement l'occasion d'être développée je pense.

Après la fin présente in game se suffit à elle même. On reste juste étonné par la séquence post-générique mais la fin avant le générique pourrait suffir. En DLC c'est plus un complément, presque un "épilogue avant l'épilogue du générique". ;)

Le cas d'Anakin est justement too much selon moi. L'accent est tellement mis là dessus que ça rend le tout absurde, notre jeune Jedi changeant de camp en quoi? 15 minutes de film? Pour moi c'est typiquement l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire pour décrire ce genre de mutation chez un personnage.
Narga
Signaler
Narga
Trés bon article même si je ne suis pas d'accord avec toi.
Waltrius
Signaler
Waltrius
Ah je savais que l'article ferait réagir ! :)

Pour répondre à vos questions :

Pour le gameplay, ayant joué il y a longtemps à GoW, je ne peux pas comparer la technique. Je dis juste que beaucoup trop d'élements de gameplay de LoS me rappelait GoW et que ça a tué mon expérience de jeu parce que j'avais l'impression de jouer au même. Après oui il est peut-être plus technique. Perso j'ai joué en normal, et déjà le jeu était bien corsé, et certains combats contre les boss bien techniques.

Pour la licence élitiste, il ne faut pas y voir une critique. Juste que quand j'étais môme et que je jouais à un Castlevania, je les trouvais tellement dur et complexe, que j'ai abandonné peu à peu la saga. Il y a bien eu les épisodes N64, mais bon, voilà quoi... Donc par élitiste, je veux dire dure à apprécier, brute et difficile, et non pas quelque chose de mauvais en soit.

Enfin pour le scénario. Oui me je suis renseigné sur les DLC et leur histoire. Mais là encore je n'ai pas été convaincu. Ma déception vient réellement du fait que j'attendais
- La fin de l'Histoire DANS le jeu et pas dans un DLC
- Une fin tragique ou Gabriel sombre dans la folie ou devient le Mal en combattant le Mal, un peu comme Anakin Skywalker dans un Star Wars qui veut sauver sa femme, et au final la tue et devient un monstre, rongé par la culpabilité. Ici je ne l'ai pas assez ressenti. Après oui l'univers mixe super bien différents mythes et influences, mais ça je le classe plutôt dans la direction artistique, que j'ai vraiment aimé, et qui a sa propre identité.

PS : Merci pour le fond du blog King Teddy ;)
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Oui! Et je suis qu'on peut encore remonter dans le temps!

Au final tout est une histoire d'inspiration Image IPB


Ouaip! Ca m'avait juste marqué quand j'avais brièvement essayé le jeu chez un copain y'a des années. J'avais l'impression de jouer à un Onimusha version psone. ^^
botteur
Signaler
botteur

Qui avait repris Vampire Hunter D... Enfin en quelques sortes :P


Oui! Et je suis qu'on peut encore remonter dans le temps!

Au final tout est une histoire d'inspiration :)
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

que lui même avais repris d'Onimusha...


Qui avait repris Vampire Hunter D... Enfin en quelques sortes :P
botteur
Signaler
botteur
Waylander m'a devancé sur le système d'orbes qui a été repompé de DMC que lui même avais repris d'Onimusha...
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY
Intéressant point de vue. Je vais répondre sur quelques points :


1/Le gameplay trop classique :
A quel niveau de difficulté y as tu joué?
LOS est typiquement le genre de jeu dont l'intérêt dépend beaucoup de la difficulté. En facile, les combats sont plats. En Paladin il faut absolument être concentré et bien gérer les deux sortes de magie. Moi je trouve ça bien plus prenant que God of War où même si ça se complique dans les niveaux de difficulté supérieurs on reste dans du bourinage avec peu d'encouragement à la subtilité. Enfin ça c'est mon point de vue.

2/Castlevania, licence élitiste

Pour les premiers je veux bien mais les plus récents sont (dans le mode de base) assez facile. Tout dépend du level-up et de l'équipement. LOS est quand même l'opus avec la meilleure durée de vie de base depuis longtemps je trouve. Donc je ne vois pas trop pourquoi tu parles d'une licence élitiste.

3/Le scénario et la fin
D'un côté il y a les DLC qui viennent expliquer la transformation physique du personnage mais ils ne sont pas nécessaire pour comprendre son changement de camp. Gabriel a, comme tu l'as dit, fait de nombreux sacrifices et tué même des innocents au nom de Dieu. Or il visait le retour de son épouse et cela lui a été refusé malgré tout ce qu'il a accompli. Gabriel se sent donc trahi par Dieu et c'est pourquoi par la suite il va le renier alors qu'il deviendra une créature de la nuit.

Pour ce qui est du déroulement de l'histoire je n'ai pas été gêné. En fait je préfère avoir peu de scènes alors qu'elles sont réussies plutôt que beaucoup de scènes moyennes. J'ai trouvé que l'histoire se laissait suivre tout en restant intéressante et surtout sans chercher à partir dans des péripéties inutiles venant s'y greffer pour meubler.









PS : j'aime le fond d'écran de ton blog :D
Waylander&Kevane
Signaler
Waylander&Kevane
Très bon article, même si je ne suis pas d'accord avec certains points évoqués. Tout d'abord le fait que Castlevania est un copier-coller de God of War. Pour la croix et la chaine, je suis d'accord, par contre pour les orbes, elles sont déjà présentes dans le premier Devil May Cry sur ps2, bien avant God of War. Ensuite le système de combat de Castlevania est beaucoup plus technique que celui de God of War. Beaucoup plus de combots, et de pouvoirs. Chaque relique de Castlevania trouve une utilisation dans l'exploration, et le combat. Les ailes d'anges, les bottes, le gantelet, les différentes améliorations de la croix etc. En plus, le système de magie est beaucoup plus exigeant dans Lords of Shadow.

Ensuite concernant la fin de Lors of Shadow, je pense que tu n'as pas tout à fait saisis la portée de la fin. Bien sûr que Gabriel culpabilise d'avoir tué sa femme. Ensuite sa corruption est, je trouve, tout à fait logique si tu connais l'histoire du jeu + des DLC. Au niveau gameplay, ils sont pas terrible, d'après ce que j'ai compris. Mais niveau histoire, ils apportent pas mal de révélations. Notamment sur la transformation de Gabriel. Je suis d'accord sur le fait que c'est un peu abusé, mais il suffit de chercher sur le net pour avoir les réponses, sans avoir à faire les DLC.

Personnellement je n'ai pas trouvé le scénario mou. Après ce point est assez subjectif quand même. Je trouve le scénario de Lords of Shadow classique, mais efficace. Il mélange très bien les influences de Casltevania, de la bible, et du mythe de Dracula.

Je tenais à donner mon point sur ton article, qui est bien écris, bien mis en page etc. ^^