Premium
Journal d'un Ours Gamer

Journal d'un Ours Gamer

Par Waltrius Blog créé le 22/11/11 Mis à jour le 23/11/13 à 11h15

Plutôt baraque, plutôt pataud, et totalement inoffensif, le joueur de 24 ans que je suis est souvent comparé à un vieil ours. Après 60h de Skyrim, la vérité m'est apparue : A terme, les ours vont dominer le monde. La seule solution pour survivre était de leur vouer un culte sur Gameblog...

Ajouter aux favoris

Édito

Mes identifiants consoles

Code Ami 3DS : 3480 3233 1570

Gamertag : Waltrius

PSN : LuciusWaltrius

 

Suivez moi sur

 

 

Archives

Favoris

Signaler
Mon jeu du moment

Il y a des jeux comme ça, dont on ressort en se disant qu'on a vécu une vrai expérience vidéoludique, qu'en fait on vit ça trop rarement. Dans mon cas, ce sont souvent des jeux bien écrits, profonds, avec une univers intelligent et mature, qui me procurent ce sentiment. Au final, peu importe le gameplay, pourvu que l'envie d'en voir plus soit présente. Ce sentiment je l'ai encore ressenti hier soir avec The Walking Dead Episode 1 : A new day.

Ayant décidé de me remettre sur la série Walking Dead (autant Comics que série), j'ai décidé de craquer pour la série de Telltale. Je ne suis pas fan du style point & click mais les nombreux bons avis sur le jeu ont achevé de me convaincre.

Commençons par expédier ce qui, tout en étant important, n'est pas le plus marquant dans l'expérience vidéoludique qu'on va vivre ici : Le gameplay et les graphismes.

Côté gameplay, on est dans un point & click classique. On a des enigmes du type "trouver un moyen de rentrer dans la pharmacie". Il faudra donc parler aux gens, trouver moults objets qui permettront d'avancer. Les attaques de zombies vont plus miser sur le stress et la confusion qu'elles provoquent plutôt que sur une réelle difficulté ou un gameplay élaboré puisqu'il suffit de viser la tête et de marteler un bouton. Le gameplay peut donc sembler un peu léger, mais on s'en fout puisque l'intérêt du jeu est ailleurs.

Le gameplay se veut largement minimaliste et tourné vers le point & click

Le jeu étant basé sur le comics (et non sur la série), le studio a eu la bonne idée de choisir des graphismes en cell-shading. Le style est assez soigné, notamment avec des personnages et des visages taillés à la serpe. Ça permet au jeu d'avoir un style graphique propre et fort, tout en masquant une maitrise technique un peu bancale qu'aurait révelé des graphismes photo-réalistes. En effet, c'est un autre des points faibles du jeu : Des animations pas toujours parfaites, des freezes en pleine conversation parce que la prochaine ligne de dialogue charge, des textures pas toujours très nettes.

Ces deux points sont à mon sens les 2 seuls reproches qu'on peut faire au jeu. Ils sont néanmoins totalement contrebalancés par le reste du jeu à tel point qu'on peut rapidement les oublier.

 

Lee et Clementine, les deux personnages "principaux" que nous allons suivre tout au long de l'aventure

WD : A new day, c'est d'abord un scénario, une qualité d'écriture, un récit auquel on va immédiatement accrocher et qu'on ne voudra plus lacher. On commence l'aventure, ou plutôt le cauchemar, avec Lee Everett, comdamné et en route dans une voiture de police pour son incarceration. On discute avec le flic qui conduit, et c'est l'occasion de découvrir le premier aspect  (et un des plus intéressants) du jeu : les dialogues. Bien écrits, ils laissent surtout toute liberté au joueur de choisir l'orientation de sa réponse. Seulement là ou Witcher 2 initiait timidement le joueur à la pression d'un chrono pendant ce choix et seulement dans quelques situations, WD : A new day applique cette idée à quasiment tous les dialogues. Et le temps imparti est court, ce qui vous amènera obligatoirement à une certaine spontanéité dans vos réponses, et donc à un personnage plus proche de vous.

 

Dès le début, on comprend qu'on aura pas toujours le temps de trop réfléchir à ce qu'on va répondre durant les dialogues

Mais le studio a en plus considerablement complexifié les différents embranchements qui découlent de vos choix. En effets les différents personnages du groupe de survivants retiendront assez souvent vos réactions, vos réponses, vos actions. Protegez-vous Clementine comme un père ? Sauveriez vous telle personne au détriment d'une autre ? Allez vous répondre sincèrement à la journaliste qui connaît votre secret ? Lui ferez vous confiance ? Vous fera t-elle confiance ? Toutes ces questions, qui se poseraient dans un tel groupe de survivant, vous vous les poserez tout au long de la partie. Et c'est là qu'on touche le génie du jeu de Telltale : Les relations humaines et leurs conséquences. Tout ce que vous ferez et déciderez vis à vis des survivants aura des conséquences. Si bien que 2 parties peuvent être radicalement différentes. Le jeu fait même passer Mass Effect, ses dialogues et leurs conséquences pour un système simple voir mou. La moindre dispute entre les survivants peut prendre des proportions dramatiques suivant ce que vous décidez, et qui vous soutenez. Chaque dialogue en devient alors prenant et vous implique réellement, vous permettant de faire agir Lee comme vous auriez agit. C'est vraiment le coeur du jeu et ce qui en fait une expérience unique.

 

Bien plus que les attaques de zombies, ce sont les relations entres les survivants qui sont passionnantes à gérer

Bien sur les personnages formant notre groupe de survivant aident bien à renforcer l'immersion. Ils bénéficient tous d'une écriture aux petits oignons. Ils sont tous intéressants, chacun ayant des valeurs qu'il défendra dans les dialogues, chacun aayant une réaction différente suivant vos décisions. Il y a ceux que vous aimerez dès le premier coup d'oeil (ah Carley....) et ceux que vous ne pourrez vraiment pas encadrer (Larry par exemple). Ces personnages, un peu comme dans un Mass Effect, vous allez apprendre à les connaître, les aimer. Je pense que plus on avancera dans l'aventure, plus les attaques de zombies, les morts et les conflits entre survivants seront emotionnellement dur à gérer.

Le héros, Lee, est mystérieux et porte sur son visage le poids d'éventuels crimes passés. On sent que c'est un homme presque brisé par ses erreurs. Il a cependant retrouvé grâce à Clementine la volonté de se battre pour survivre.

 

Typique de la licence, on est plus dans la survie que dans la confrontation, même si elle a lieu de temps en temps...

L'ambiance en est considérablement plus tendue, plus stressante. On est vraiment dans un jeu de la "licence" WD, c'est à dire (comme j'ai pu le lire dans certains tests) pas dans un jeu ou on va dégommer du zombie à tour de bras. Ici on parle de survie et de tout ce qui va avec. Il en découle une tension dramatique permanente : Si un survivant est mordu que fait-on ? On le tue ? On l'abandonne ? On le garde ? Comme le comics, c'est dramatique, c'est glauque, c'est sale. Et perso, j'ai adoré ça.

 

Des personnages passionnants, une narration à toute épreuve, et un gameplay minimaliste : The Walking Dead episode 1 est à mi-chemin entre la série tv et le jeu vidéo

WD : A new day est une expérience vidéoludique au sens pur : Un film interactif. Le gameplay est présent mais minimaliste au profit d'une écriture vraiment poussée et vraiment prenante.. Poussons même la comparaison : Il faut 2h-2h30 pour le finir. Ça peut paraître court, mais moi, ça m'a fait surtout fait penser à la durée d'un film, un film dont j'aurais été le héros. Mieux, le format en épisode est génial, car il permet de créer l'attente, comme dans une série. L'épisode se termine d'ailleurs sur un teaser de l'épisode 2, et surtout un avant gout des conséquences futures de nos décisions de l'épisode 1. Le teaser sera donc différents selon les joueurs. Etant cinéphile et amateur de série, ce jeu est pour moi la parfaite synthèse de ce que je recherche dans un jeu vidéo : Qu'on me raconte une histoire, et que j'y participe. Le fait est que j'ai vraiment hâte de "voir" l'épisode 2 qui s'annonce encore plus axé sur les relations entre survivants.

 

J'ai vraiment aimé ce jeu, et je le conseille vraiment à tous ceux qui recherche une expérience se fondant plus sur la narration que sur l'action. Oui le gameplay est simpliste, et la maitrise technique est un peu bancale, mais le jeu a tellement a offrir en termes d'histoire, de personnages, de relations humaines. Il serait presque criminel de passer à côté. Le jeu m'a d'ailleurs convaincu de la pertinence et de l'intelligence du format en episode pour certains jeux vidéos. Je vais maintenant suivre cette série avec la plus grande attention, pour découvrir ce que vont devenir Lee, Clementine, Carley, Larry, Kenny et tous les autres.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Catharsis
Signaler
Catharsis
Je ne connais pas du tout le comics mais ton test me donne vraiment envie de m'essayer au jeu, si pas au comics ! Bref, très bonne critique ^^
Waltrius
Signaler
Waltrius
J'en suis exactement au même point que toi. J'ai commencé à lire le comics il y'a une semaine maintenant je ne les lâche plus ! Si tu aimes le comics alors franchement n'hésite pas une seule seconde pour les jeux, ils sont hyper fidèle à l'esprit WD et réellement passionnant à suivre. Fonce !
inFy
Signaler
inFy
Un article qui tombe bien. Je suis moi-même en pleine découverte de la série via les comics et je peux dire que j'ai été complètement happé par cet univers qui met en avant l'humain dans toute sa nature. Effrayant, enivrant, excitant, le comics m'a tourné vers ce jeu mais je n'ai toujours pas osé franchir le pas.

Ton article pourrait bien m'aider :)