Voxel Culture

Édito


 

Bienvenue sur Voxel culture, blog qui parle de cinéma, de jeux, de manga, de comics et de bien d'autres choses. Au programmes : Réflexion vidéoludique, Test de jeux, Présentation de visual novel, propagante anti-pc ou encore critique de cinéma. Moi et mes trois lardins, nous allons vous présenter votre culture. Celle du voxel....

Identifiant :

PSN : Sirmonokuma

Id steam : Evil Minato

Code 3DS : 2406-5859-6021

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Staff Voxel :

Grand Manitou, Rédacteur principal du blog.

Rédacteur secondaire du blog. (Sert à rien, ennuyeux)

Rédacteur secondaire du blog. (On essaie de lui trouver une utilité)

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Banniére pour le blog (Site Officiel)

Banniére pour le blog (Version gameblog)

Archives

Favoris

Voxel Culture

Par Minato Blog créé le 26/12/12 Mis à jour le 08/04/17 à 17h38

Blog personnel centrée sur les diverses passions que j'aime : jeux vidéos, manga/animés, Série télé, Cinéma, littérature.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Manga/Animés

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)

Bonjour à tout.
Bla bla bla.......animé de saison.......Bla bla j'ai du retard comme d'habitude.......

Comme d'habitude, c'est avec du retard d'au moins 2 bonnes semaines que je vous livre mes premières impressions sur les animés de cet été... (Mais au moins, je l'ai fait là ! j'ai pas attendu la fin de la saison....parce que ça m'aurait donné 3 fois plus de boulot après). Une saison que j'attendais vu qu'il a un animé en particulier qui allait arriver mais vous verrez lequel. Allez, on commence !

 
91Days


Synopsis : 

L'histoire se déroule aux États-Unis, en pleine prohibition. La mafia est alors une puissante organisation à laquelle il ne vaut mieux pas se frotter. Pourtant, Avilio décide d'affronter cette organisation gigantesque dans le seul et unique but de venger sa famille assassinée. Sa cible ? Le groupe pour lequel travaillait son père autrefois.

Avis :

Autant vous prévenir : Cet animé est un gros hommage au films de gangsters (notamment le parrain dont l'animé pompe même le logo). L'histoire se veut assez classique, avec une bonne vieille vengeance faites avec des moyens que la morale réprouve, ça reste très efficace grâce au faites que les créateurs ont bien analysés le matériau d'origine. En effet, tout est calé sur un tas de films du genre mais ca le fait plutôt bien : les personnages sont intéressants, les situations dynamiques et variés et le tout se regarde sans mal. Une bonne surprise que je vous conseille vivement.

amaama to inazuma


Synopsis : 

Après avoir perdu sa femme, le professeur Kôhei Inuzuka se voit obligé d'élever sa fille Tsumugi, tout seul. Sachant très mal cuisiner, Kôhei décide d'acheter de la nourriture déjà toute prête au supermarché. Un jour, il se retrouve dans la restaurant de la mère d'une de ses élèves : Kotori Iida. Kotori étant souvent seule, nos trois compères décident de se retrouver chaque jour pour cuisiner et manger ensemble.

Avis :

L'animé kawaii de la saison. C'est mignon, ça n'a pas beaucoup d'histoire mais ce n'est clairement pas le but, ca se laisse regarder pour compresser entre deux autres animés et on peut difficilement reprocher ses intentions à l'animé. (sauf si on veut se la jouer hardcore hipster). à vous de voir si ce genre d'animé est votre came.

BERSERK


Synopsis : 

Il s'agit d'une nouvelle adaptation du manga Berserk de Miura Kentaro. Cette nouvelle série animée adaptera l'arc Kuroi Kenshi Guts. Il s'agit de l'adaptation du premier arc du manga Berserk.

Avis :

Bon, les adaptations en animé et Berserk, c'est une très longue histoire de haine (presque autant que celle qui unit Guts et Griffith). Après un premier animé que beaucoup définissent comme indigne du manga et une série de films qu'on considère correct mais gâché par beaucoup trop de 3D, l'évidence même était de faire une suite à ces derniers.......avec une adaptation en série pratiquement tout en 3D !

Et le résultat est comme prévu : Dégueulasse. Evidemment, il est très difficile de retranscrire le dessin très complexe et détaillé de Miura mais de là à dire : "On va donc le faire en 3D pour que ca passe mieux", faut déjà pas avoir mal aux fesses mais en prime, en le confiant à un studio qui n'a pratiquement pas d'expérience dans la 3D (et même dans l'animation tout court vu que le studio n'a produit que la série tekkyuu et ses suites.....et vu que l'animé n'est déjà pas un chef d'oeuvre....), je pense que plus personne ne croit sincèrement à la possibilité de faire un animé Berserk digne de ce nom.

Malheureusement, je peux vraiment pas en parler beaucoup car au delà de ça.... Bha c'est Berserk. L'histoire est là (même ici, on mixe rapidement les premiers chapitres et les chapitres post-golden âge en sautant deux autres arc peu importants) mais le côté très laid de l'animé fait perdre toute envie de regarder sérieusement ce qui se passe devant nous. Le seul point positif est l'OST mais ça reste un argument faible pour s'infliger ça.

En deux mots : Si vous aimez berserk, vous risquez de pleurer du sang.

Amanchu!


Synopsis : 

L'histoire se déroule dans la ville d'Itô, dans la préfecture de Shinozuka. Initiée par sa grand-mère, monitrice de plongée, Hikari Kohinata, 15 ans, est littéralement passionnée par ce sport et le pratique dès qu'elle en a l'occasion. Lors de son entrée au lycée, elle va se retrouver dans la même classe que Futaba Ôki, une nouvelle arrivante qui a appris à aimer l'océan mais n'a jamais plongé de sa vie. Hikari va alors tenter de l'initier à ce sport pour lui faire découvrir ce qui se cache sous la surface des océans.

Avis :

Pas énormément à dire sur Amanchu. Non, pas que ce soit mauvais, bien au contraire ! Mais que voulez-vous que je dise ? C'est le manga mais animé, avec des couleurs sublime, un bon travail sur la musique et sur l'ambiance très bucolique de l'univers. Si vous aimez la tranche de vie repoussante et très bel artistiquement, vous aimerez cette adaptation très fidèle au manga.

Danganronpa 3 The End of Kibougamine Gakuen - Mirai-Hen/Zetsubou-hen


Synopsis :

ATTENTION ! Le synopsis peut spoiler des éléments des trois jeux Danganronpa. Si vous ne les avez pas, je vous conseille de pas lire la critique.

Mirai-hen se passe juste après Danganronpa 2. On y suit Naegi Makoto, héros du premier jeu, accusé d'avoir trahi la future Fondation et qui va se retrouver avec d'autres membres dans un nouveau jeu orchestré à nouveau par Monokuma.

Despair-hen se passe avant le premier jeu et est un préquel centré sur les personnage de danganronpa 2 quand l'académie Kibougamine Gakuen était encore en activité. 

Avis : 

Oui, pour plus de facilité, j'ai combiné les deux animés en un seul avis.

Si je vous dis que j'attendais avec une très grande impatience ces deux animés, vous ne devriez pas être surpris vu mon fanboyisme absolu sur la Saga Dangaronpa. Et j'étais très curieux de voir comme Chunsoft allait achever la partie principale de la série (car oui, si vous le savez pas, cet animé a été fait pour terminer l'histoire des héros principaux des deux premiers jeux et le troisième devrait démarrer une nouvelle histoire, un peu comme apollo justice avec Ace attorney).

Mais que dire de ces animés ?
Pour Mirai-Hen : Ici, c'est la partie sérieuse, elle démarre après DR2 et va montrer le fameux "Combat final" que monokuma tease en fin de premier épisode. Et disons que pour l'instant, Mirai-hen est très sympathique. L'ambiance se veut très sérieuse, noire et creuse pas mal la psychologique des personnages. Si quelques défauts peuvent entâcher le tableau (notamment les gros cliffhanger putassier que s'amuser à faire l'animés ou encore les bastons super présente), tout indique un final en beauté qui promet de faire partir la première partie de DR en beauté.

Pour Zetsubou-hen : Bon, comme il s'agit d'un préquel, l'ambiance se veut plus décontracté, c'est la première fois qu'on voit un danganronpa qui n'est pas en plein Killing game et qui se veut plus léger...et clairement plus fanservice sur le début. En effet, ce qui ressort des deux premiers épisodes, c'est le fanservice assez hardcore que la série balance sans ménagement. je mentirais en disant que ce détail me dérange mais faut avouer que le studio a la main lourde dessus. Heureusement, dés le troisième épisode, on commence l'histoire plus en profondeur et nulle doute que l'histoire vaudra la peine malgré tout (je ressens notamment un effet très "MGS3" avec les personnages de Mirai-hen introduit et développé pour être mieux inséré dans l'autre animé). Bref, ça reste bon mais les anti-DR vont haïr cet animé je pense.... (mais bon en même temps, je vois pas pourquoi ils materaient cet animé) 

Voilà, vous pouvez totalement me traiter de fanboy si vous voulez mais croyez-bien que si ça avait été mauvais, j'aurai pas manqué de le faire remarquer (justement parce que je suis fan).

Love Live! Sunshine!!


Synopsis : 

Dans le lycée pour fille d'Uranohoshi, un groupe de neuf filles, dirigé par Takami Chika a un grand rêve : devenir la nouvelle génération d'idols, en suivant les traces du célèbre groupe μ's.

Avis : 

L'animé que tout le monde haït (parce que c'est trop.....japonais et qu'on aime pas ce qui est trop japonais) est de retour dans sa nouvelle monture. Sunshine reprends la formule de son aïné pour présenter tout un nouveau casting et une nouvelle "intrigue". Bon, j'avoue ne pas détester pour le moment même si il a des détails qui sont un peu ....moyens comme le faites que le personnage de Mari soit élève de terminale.....mais aussi la directrice (suite à un don très élevée de la part de sa famille!? WTF) ou encore le faites que l'intrigue reprenne des éléments de l'animé d'avant (le premier concert qui se passe mal, même si il a des différences non négligeables) notamment le faites que l'école est en danger et que le groupe d'idols va aider....j'aurai vraiment apprécié une autre direction. Heureusement, les héroïnes sont différentes malgré quelques ressemblances (Chika rappelle énormément Honoka par exemple et Riko fait vaguement penser à Umi pour le côté sérieux) et y a une très bonne dynamique entre les membres (on pense d'une à une autre en leur donnant leurs temps à chacune). On verra bien à la fin ce que donnera l'animé (même si on se doute qu'une saison 2 est d'ores et déjà prévue).

Mob Psycho 100


Synopsis : 

L'histoire suit Kageyama Shigeo un élève de quatrième, possédant des pouvoirs psychiques. Il peut plier et soulever n'importe quel objet avec son esprit. Cependant, il s'est lentement refusé d'exercer ses capacités en public car sa trop grande puissance peut infliger des conséquences négatives aux humains "normaux". Aujourd'hui, la seule et unique chose qu'il désire est de devenir ami avec une fille de son lycée : Tsubomi. Avec son mentor, qui ne possède aucun pouvoir, il continue de vivre paisiblement en essayant de réaliser son but.

Avis : 

Mob psycho, c'est un peu la version accélérée et totalement barré de One punch man. Ca va dans tout les sens, ca s'arrête jamais pour souffer, c'est drôle, c'est épique, tout les personnages ressemblent à saitama avec des cheveux, des jupes ou des seins mais c'est pas grave, c'est même plutôt drôle. Bref, Mob Psycho, c'est débile mais que c'est bon. Je le recommande vraiment.
 
NEW GAME!


Synopsis :

Aoba Sukuzake, malgré ses apparences de collégienne, vient d'entrer dans le monde du travail. Elle va alors travailler dans une société de jeux vidéo en tant qu'artiste.

Avis : 

La petite comédie légère de cette saison. Le quotidien d'un studio de jeu (bien que ce soit bien évidemment ultra fantasmé malgré une certaine dose de "réalisme") avec des personnages assez drôles (mais qui vivent encore une fois dans une dimension secrète ou AUCUN homme me vit) et des situations de tranches de vie vraiment pas désagréables. ça se laisse regarder, on passe un bon moment et c'est tout ce qu'on lui demande.
 
Tales of Zestiria the X


Synopsis : 

L'histoire se déroule dans un monde peuplé d'humains et d'êtres "divins", les Tenzokus. Ces derniers, qui sont invisibles pour la plupart des êtres humains, ont la capacité d'accorder leur bénédiction aux villes et villages et sont donc vénérés comme des dieux. Toutefois, au fils du temps, certains Tenzokus ont perdus foi en l'humanité et se sont retirés, laissant la malveillance s'installer dans le c½ur des hommes. Sorey, un humain élevé par des Tenzokus, arrive un jour dans le monde des humains et découvre que tout y est très différent par rapport à son village d'origine. Il va alors devenir le Doushi (Berger), afin de purifier ce monde et vaincre la source de ce chaos : le Seigneur des Calamités.

Avis : 

En faites, cet animé est hilarant sur deux points : 1) quand on voit à quel point graphiquement cet animé tue tout le reste, on déteste encore plus l'adaptation de Berserk (sérieusement, pourquoi on a pas confié Berserk à Ufotable et Tales of à .....studio random) et 2) il est pas super ironiquement qu'un jeu qui a essuyé autant de critiques sur ces graphismes dépassés ait droit à une adaptation pareil ?

Bon, au delà de ça, l'animé est très fidèle à l'histoire qu'il adapte, même si on sent que des rajouts vont être fait comme apparemment mettre l'héroïne Velvet du prochain tales of dans l'histoire ou rajouter des séquences épiques (peut être qu'ils vont enlever les détails gênants de l'histoire). On verra bien à la fin si cet animé arrivera à faire oublier qu'il est adapté du plus mauvais tales of de ces derniers années (et pourtant, y avait du level....). Loin d'être mauvais et même plutôt bon, il faudra voir la suite avant de savoir si Zestiria est un projet maudit ou pas....

ReLIFE


Synopsis :

Arata Kaizaki a 27 ans et est sans emploi. En effet, il rate tous ses entretiens et n'a tenu que trois mois dans sa dernière entreprise. Un jour, il fait la rencontre Ryo Yoake, membre de l'institut ReLife Research et propose à Arata d'être cobaye pour leur dernier projet ; un médicament qui lui permettra d'avoir l'apparence d'un lycéen de 17 ans et de pouvoir retourner au lycée. Grâce à ce médicament, il va pouvoir rattraper ses précédents échecs dans la vie et donc avoir une seconde chance.

Avis :

(Bon, malgré le faites que l'animé complet soit déjà disponible entièrement, je n'ai maté que les premiers épisodes donc voilà)

Malgré le côté original de l'intrigue et les moments très sympathiques que j'ai eu dans les premiers épisodes, il reste que.....y a des trucs que j'ai du mal à prendre au sérieux. Le principal ? Le faites qu'à 27 ans, le héros semble en avoir 50 ans; genre le mec ne sait plus faire aucun sport et manque de se luxer la jambe dans un petit 100m.....même moi qui suis pas spécialement sportif, je me ramasse pas comme ça. C'est le gag principal de l'animé et j'ai beaucoup de mal à le prendre au sérieux (surtout que dans les premiers épisodes, l'animé insiste vraiment sur cette vanne).

Au delà de ça, ça reste sympathique à retourner, l'animé essayant entre quelques gags de faire une réflexion sur la vie et la jeunesse. Je poursuivrai pour voir si les premières impressions continuent à être bonnes.

Saiki Kusuo no Ψ Nan



Synopsis :

Kusuo Saiki est un étudiant de 16 ans qui possède plusieurs dons surnaturels, dont la télépathie et la télékinésie. Des pouvoirs dont n'importe qui rêverait, mais qui cause à notre héros un certain nombres de problèmes… Kusuo tente malgré tout de mener une vie normale.

Avis :

Petit détail assez étrange avec cet animé : Il s'agit d'épisodes de 5 minutes qui sont diffusés au japon...tout les jours. (oui, en sachant cela, je comprends pourquoi aucun site ne l'a licencé).

Saiki Kusuo, c'est un animé comédie très loufoque parfois (un peu comme Gintama mais en moins dégeu et en moins absurde) dans lequel on va avoir droit à Saiki et son cynisme absolu ainsi qu'à son entourage très énervant et bizarre. Et ici, le faites d'avoir un personnage tout puissant dans son manga permet de justifier tout les délires les plus débiles et les plus drôles. Car oui, l'animé est très drôle, tout peut arriver et les remarques sèches et hilarantes du héros font mouches à chaque fois. Autant le dire, si vous aimez l'humour nawak mais très drôle, regardez cet animé.

planetarian: Hoshi no Hito



Synopsis : (Petit note à propos de cet animé : Il sort actuellement en 5 Oav, publié un par un puis sortira au cinéma sous la forme d'un film reprenant les 5 oavs)

L'histoire se passe trente ans après l'échec du Programme de Colonisation Spatial et d'une guerre nucléaire. Une pluie perpétuelle et mortelle s'abat alors sur le monde. Alors que l'humanité est presque éteinte, des personnes appelées "Junkers" recherchent tout ce qui peut être utile à la surface de la terre. L'histoire nous emmène dans le quotidien d'un des ces "Junkers" qui rencontre dans un planétarium une androïde portant le nom de Hoshino Yumemi. Elle dit avoir attendu des visiteurs durant plus de vingt-neuf ans..

Avis :

J'avoue, j'attendais depuis très longtemps qu'on adapte enfin ce petit VN de Key qui est considéré par beaucoup comme le titre qui les a fait connaître. Se passant dans un univers post-apo, cet animé se veut très particulier puisqu'il traite de sujets assez sérieux (notamment le rapport de l'homme à la machine) avec un ton plutôt léger et une ambiance bucolique (voir mélancolique parfois). L'adaptation fait pas mal de bien à l'histoire originale (ça fait notamment du bien de voir plus en détail les décors et de mettre un visage sur le héros). très réussie, Planetarian est partie pour être l'adaptation que moi et d'autres avons attendu.

handa-kun



Synopsis :

Prequel de Barakamon, on y suit Seishu Handa, le héros de la série principale lorsqu'il est au lycée. On découvre ainsi son parcours pour devenir calligraphe.

Avis :

Quand on sait que cet animé est sensé être un spin-off de Barakamon et qu'on voit le premier épisode, on tombe de sa chaise. Alors que Barakamon se voulait être une comédie réaliste et traitant de sujets un peu plus sérieux de temps en temps (notamment les épreuves que peuvent rencontrés les artistes), Handa-kun, lui, est dans un délire totale et non-stop. Les personnages sont barrés, le personnage d'Handa est parano, cynique et croit que tout le monde est contre lui, les situations sont parfois surréalistes et exagérés et l'animé surprends à devenir de plus en plus foutoir à chaque épisode. C'est loin d'être mauvais pour autant mais clairement, faut rentrer dans le délire... à voir si la série ne deviendra pas lourde au fur et à mesure.

Rewrite



Synopsis : 

L'histoire se déroule dans la ville fictive de Kazamatsuri, où la végétation est omniprésente. En effet, suite à différentes politiques de boisement, la végétation a proliféré donnant à la ville une morphologie unique mêlant arbres et architecture traditionnelle. Kotarô Tennôji, lycéen à Kazamatsuri, possède la faculté d'adapter (rewrite) son propre corps. Il peut ainsi devenir plus fort ou plus agile selon sa volonté. Membre du club d'occultisme de son lycée, il enquête sur les phénomènes paranormaux en compagnie des autres membres, majoritairement des filles.

Avis : 

La nouvelle adaptation des visual novels du studio KEY. Et autant vous dire que dés les premières secondes, on sait qu'on est chez eux : Lycée, un héros haut en couleurs, un harem constitué de filles différentes et du surnaturelle.... Sauf que....

J'ai vu tout les animés adaptés de leurs oeuvres et je les adore. Mais il a un défaut assez récurrent à leurs histores, c'est le faites que c'est parfois très difficile de suivre le fil (notamment little busters qui partait dans tout les sens au début). Mais avec Rewrite, cette phrase a pris un nouveau sens : L'histoire est un bordel absolu.... Le héros a des super pouvoirs, on suit une mystérieuse fille qui semble être une extraterreste, y a des mondes parallèles avec des monstres et des petites fées étranges, des créatures qui rôdent dans la ville, de la magie.....PFFFFF QUEL BAZAR JE VOUS JURE ! surtout que comme dans toutes les oeuvres de key (et c'est vraiment un truc que je leur ai toujours reprochés malgré mon affection pour eux), c'est que rien n'est expliqué... la formule "ta gueule c'est magique" n'a jamais aussi bien trouvé son exemple. Et le problème, c'est que l'animé brasse tellement d'éléments incompréhensible et introduit à la zob que ca rend l'histoire presque incompréhensible....oui, presque, parce que l'histoire raconte en prime pas grand chose....tu comprends l'histoire plus ou moins mais tout les éléments rajoutés au fil des épisodes rend le scénario confus et très relou à suivre.

J'ignore si la boulasse que nous a servi Rewrite va devenir plus clair mais dans l'état, j'ai beaucoup de mal à vous conseiller (et à me motiver moi-même) de regarder cet animé.... va savoir, l'histoire va peut être décoller mais dans l'état, ce n'est pas très encourageant.

Voilà, j'espère que cet article vous aidera à faire votre propre sélection. Il a encore quelques animés que je n'ai pas maté (mais faut trouver de la motivation....et c'est le plus dur). Que vous dire de plus....ha si ! Re:Zero continue a déchirer, vous devez le voir ! absolument !

Sur ce, je vous dis à bientôt et regardez pleins d'animé, au revoir !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)

Bonjour à tous !
Encore une fois, j'ai pris un sacré retard sur les articles que je voulais écrire (et les jeux auxquels je voulais jouer aussi d'ailleurs). Mais voilà, j'ai décidé finalement de prendre  le temps de faire l'article que beaucoup attendent : Le bilan des années de saison.

Et vu que j'ai pris du retard, on va partir dans un 2 en 1, on va parler du bilan des animés de la saison précédente (hiver 2015/2016) avec juste mes avis définitifs sur ce que j'ai eu le temps de finir(si vous voulez les synopsis, c'est par ici) et un bilan complet sur les animés de printemps. Bref, y va y avoir de la lecture donc prenez votre matinée/après-midi/soirée et soyez patient. C'est parti !

Haikyuu!! 2 : Bon, à la base, j'étais pas parti pour faire Haikyu mais la pression sociale et les réseaux sociaux envahissant m'ont poussé à mater le reste de la série. Surtout que moi, tout ce qui est sport, que ce soit dans la fiction ou en vrai (surtout en vrai), j'en ai une profonde aversion. Mais force est de constater qu''près une saison 1 vraiment très intéressante et un final marquant, cet saison 2 a transformé l'essai. Bien que cet animé idéalise énormément le volley, ça reste très sympa à regarder et j'ai hâte de voir la suite dans la saison 3. 

Osomatsu-san : Bon, encore une fois, je vais normalement faire un gros article pour parler de cet animé et de tout l'histoire de Osomatsu-san vu qu'il a pas mal à dire. Mais pour vous donner quand même quelque chose à vous mettre sous la dent : l'animé a été excellent tout au long des 24 épisodes. Cerise pour le dernier épisode ou l'animé est parti en cacahuètes puissance 1000, histoire de finir dans la joie et la bonne humeur. De la très bonne comédie et la surprise de l'année. (oui, oui, de l'année).

Dagashi Kashi : Quand j'avais commencé cet animé, j'avais souligné le faites qu'il était drôle et plutôt plaisant à mater.... du moins, les premiers épisodes. En effet, plus Dagashi Kashi avançait, plus l'humour devait lourd et répétitif (le même schéma de : Hotaru arrive, présente un bonbon, nous fait un délire dessus et finit par un retournement un peu loufoque). Et en prime, j'ai réussi à trouver les 12 épisodes (qui, je le rappelle, est quand même le format le plus court pour une série animé classique) extrêmement long à suivre. Je m'étonne d'ailleurs moi-même d'avoir réussi d'avoir tenu jusqu'à la fin.

GATE partie 2 : Alors que la partie 1 proposait des idées sympathiques mais qui avait du mal à commencer une intrigue, cette deuxième parties commençait en présentant enfin un grand méchant, un côté plus sombre et un développement assez intéressant. Est-ce que la série a bien continué sur cette voie ? Oui et trois fois oui !

GATE a bien continué son bout de chemin en continuant les intrigues commencés, en proposant pas mal de scènes intéressantes, quelques combats bien rythmés (Tu sens surtout qu'ils ont aspirés une partie du budget) et une histoire qui se termine plutôt bien. Deux bémols toutefois : La montée en puissance de la menace du grand méchant. D'un côté, on tente de faire croire que le côté adverse va enfin profiter d'un avantage pour devenir une véritable menace.....mais tout est vite désamorcer et l'antagoniste se retrouve vite vaincu et ses grandes menaces/air de méchants font vite ridicule vu comment il se prends grave au sérieux alors qu'il ne joue clairement pas sur le même terrain que ceux qu'il affronte. En deux mots, la menace ennemi ne peut pas être prise au sérieux et au final, on se demande si la tension ressentie n'était pas un peu artificiel. Mais bon soit, le reste est heureusement de très bonne facture et relève le niveau que la partie 1 avait tendance à faire baisser. 

Hai to Gensou no Grimgar : J'avais parlé de cette série en disant qu'elle était un gros point d'interrogation. Avec sa D.A soignée et son idée assez étrange de mettre un monde d'heroic fantasy plus basé sur la survie et sur le faites que les personnages principaux avaient des capacités finalement plus humaines que d'habitude, cet animé avait créer la surprise et promettait quelque chose d'intéressant. Malheureusement, deux gros soucis sont venus entachés le tableau : Pour commencer, à la fin d'un épisode assez tôt, un événement arrive et bouleverse pas mal l'histoire. Si dans un premier temps, on est retourné, surpris et aussi marqué sur les personnages, on déchante très vite aux fil des épisodes. Car malheureusement, le 2eme tiers de l'animé insiste très lourdement sur la gravité de ce retournement au point de ralentir la série voire de rendre tout ça très lourdingue..... On a envie de leur dire "on a compris que ça a vous a marqué mais bon sang ! passez à autre chose!". Et le deuxième point est a peu prés similaire : Le dernier tiers est encore chargé en drame un peu fabriqué facilement et est un gros frein au rythme de l'animé, ce qui fait qu'on commence à sérieusement s'ennuyer, et qu'on soit en finir le plus vite possible avec cette histoire (parce que un épisode de 20 minutes ou c'est une scène de baston et le reste à regarder les jolis décors avec une musique triste...oui une fois, non 5 fois). Et c'est quand même dommage car tout commençait bien et l'alternance entre tranche de vie reposante et moment de tension était bien gérée au début mais en cours de route, on a l'impression que les créations ont trop voulu en faire et ont mis trop de "faux drame". Dommage pour lui, grimgar partait bien mais s'est terminé plus sur un "oh putain c'est enfin terminé...." qu'un "quel belle histoire que je viens de terminer".

Scharwzmarken : Le fameux animé où (je me cite moi-même)"Des nazis qui affrontent des monstres de berserk dans des gundams en affrontant également des autres Nazis". Bon, autant dire qu'il m'a fallu de la patience pour mater tout ça : Le problème principal étant que les premiers épisodes ont une structure incroyablement similaire et répétitive et qu'un élément scénaristique qui arrive dans un épisode est incroyablement maladroit (En gros, un personnage important dont on a pas mal parler apparaît enfin et la réaction du personnage le plus concerné par son apparition.......réagit à peine, limite comme si il s'en foutait). Heureusement, l'animé remonte beaucoup le niveau à partir de la moitié ou des révélations sont faites, des retournements arrivent, un rythme plus soutenu se met en place, le scénario gagne en complexité et en noirceur+. Au final, sans trop en dire, quand le générique final arrive enfin, on a droit à un truc assez gentillet mais loin d'être niais (et surtout, la fin positive n'est possible que bien après avoir réparé les dommages durant la série donc rien de choquant). Scharwzmarken est donc au final un bon animé qui aurait coller quelques frayeurs à mon sens de la déception mais qui s'en est très bien sorti pour me surprendre et me faire l'aimer.

Musaigen no Phantom World : Quand j'avais commencé la série, j'avais fait remarquer à quel point comparé au reste du catalogue de Kyoto Animation,Phantom world faisait tâche. L'espoir que j'avais, était donc que l'intrigue décolle et que ma première impression soit mauvais. Sauf que non, non et trois fois non, la série est devenu de pire en pire au fil des épisodes. Du fan-service, beaucoup d'épisodes qui ne servaient à rien, des personnages clichés au possible et pire que tout : Pas un début d'intrigue même à la fin. Je suis assez accablé car si même un de mes studios préférés se mettent à faire ce genre d'animés racoleur....ça promet pour le futur de l'animation japonaise. Au final, je n'ai qu'une phrase : KyotoAni, vos prochains projets ont intérêt à pas avoir un pli qui dépasse pour me faire oublier Phantom World.

Kono Subarashii Sekai ni Shukufuku wo! : Bon, je n'avais pas parlé de cette animé dans les premières impressions donc je le fais ici. En gros, KonoSuba (j'utilise le raccourci de titres) raconte l'histoire de Kazuma, un Hikkikomori qui, un jour en allant chercher une édition collector d'un RPG, meurt incroyablement bêtement et se retrouve en face de la déesse Aqua qui lui propose d'aller au paradis ou de renaître dans un autre monde. Kazuma accepte de renaître dans un monde typé RPG et comme il a droit à un "objet" pour l'aider. Il choisit Aqua (vu l'attitude arrogeant de la déesse, il utilise ça comme vengeance) et se retrouve à devoir vaincre le roi démon qui sévit dans ce monde...avec ces capacités purement normales et une déesse inutile.
 
Oui, le scénario est assez débile et a déjà été vu....Mais bon sang, que cet animé est géniale et drôle. En faites, KonoSuba c'est un peu le royaume des bras cassés. Tout les personnages sont des boulets, gentils comme méchants et l'histoire est plus un gros prétexte pour enchaîner les scènes hilarantes. Entre l'équipe du héros ou les personnages enchaîne plus les handicaps que les qualités et ou les méchants qui font tellement d'efforts pour passer pour des connards qu'ils oublient de se battre correctement, difficile de pas rigoler devant un épisode. Une bonne surprise surtout qu'à la base, je m'attendais à une série ecchi super racoleuse et stupide (bon, y a de l'ecchi dans l'épisode 9 mais sinon, il a pratiquement rien) et au final, c'est une série super drôle et fun que j'ai trouvé. En prime, il a un OAV (encore plus drôle que les autres épisodes) et une saison 2 est déjà prévue.
 
 

Et voilà...Je tiens à préciser que j'ai laissé tomber 4 animés cette saison donc je vais pas détailler les problèmes mais sommairement, ils sont tous simplement long et chiants à suivre. Voici les titres  :

Shoujo-tachi wa Kouya wo Mezasu
Dimension W
Haruchika: Haruta to Chika wa Seishun Suru
Ao no Kanata no Four Rhythm



Bakuon !


Synopsis : Sakura Hane doit utiliser son vélo pour rejoindre son lycée. Mais alors qu'elle croise le chemin de Onsa Amano, qui vient en cours en moto, Sakura commence elle aussi à s'y intéresser !

Avis :  Sainte marie, mère de dieu....
Bon, Bakuon, en réalité, pour moi, c'est un trou noir.

C'est gros comme une galaxie, ça aspire beaucoup de choses en moi (notamment ma notion de la compréhension générale) et je ne comprends rien à ce qu'il représente. Bon, plus sérieusement, je ne comprends pas cet animé : à la base, je me suis dit "tiens un animé qui va sans doute nous montrer un club de moto, nous en apprendre un peu sur le sujet avec quelques blagues et un peu de fanservice". Sauf que : 1) l'animé parle de motos de façon à la fois trop compliqué (aucune explication pour le public lambda)et ennuyeux et ensuite ....bha il n'est jamais drôle et tout ses gags semblent tomber à côté. Sérieusement, aucune vanne ni bizarrerie de l'année ne m'a fait sourire et m'a fait surtout me demander pourquoi je regardais ce truc.....et en prime, le côté ecchi est tellement inséré à la truelle que t'as l'impression que les mecs qui ont produit cette chose l'ont fait avec un cynisme atroce (genre, ça a été mis pour attirer les gros pervers et essayer de gratter de l'audience sans aucune recul ni honte sur le contenu)
Je vous conseille donc vraiment de passer votre chemin (et moi, pendant ce temps, je pense sérieusement à faire un procès au studio pour qu'il me rembourse les minutes de ma vie perdue car j'ai vraiment l'impression de m'être fait agresser et voler)

My Hero Academia


Synopsis : Dans un futur proche suite à une mutation génétique, 80% de la population mondiale possède des super-pouvoirs appelés "Alters". Les super-héros protègent la population mondiale face aux super-vilains qui utilisent leur Alter à des fins maléfiques. Le plus célèbre des super-héro se nomme All Might. Izuku Midoriya en est fan, et rêve d'intégrer la filière super-héroïque du lycée Yuei pour suivre les traces de son idole ainsi devenir le plus grand des super-héros. Malheureusement, Izuku ne possède pas de pouvoir.

Avis : l'année dernière, j'avais pas mal parlé du faites que My Hero Academia allait surement devenir le nouveau Shonen hype du moment. Et je me suis pas trompé puisque les éditeurs ont décidé d'envoyer le pâté : L'animé sort en même temps que le manga chez nous, gros pub, compagne pour vendre la licence, un jeu vidéo qui sort très vite, autant dire que la shueisha (et les éditeurs français) a vraiment mis les moyens pour qu'on le voit. Et heureusement que la qualité du manga suit parce que sinon, on pourrait légitimement critiquer la pratique.

Par contre, on peut clairement critiquer cet animé. Si il suit très fidèlement case par case le manga d'origine, il a un ÉNORME souci de rythme. En 12 épisode, l'animé a adapté........2 tomes et demi ! Alors, ok, il se passe beaucoup de choses dans les deux premiers tomes de My Hero Academia mais si ça passe en bouquin, en animé, c'est beaucoup moins digeste. (Surtout que pour beaucoup, le rythme du manga était un point fort, puisqu'il ne perdait pas de temps pour faire avance son histoire). En deux mots, si ce n'est pas mauvais et qu'il a quand même pas mal de moments géniaux maintenant qu'on les a en animation, l'animé peut vraiment donner une mauvaise image du manga en laissant penser qu'il est lent et que ces moments épiques sont finalement assez moyens (sans déconné, le test du lancer de poids en mode épique avec la musique et tout alors que dans le manga, c'est un moment plutôt simple......)

Bref, si je crois toujours autant au potentiel de My Hero Academia, je me dis que même lui peut pas faire des miracles en animé. Dommage....


Gyakuten Saiban



Synopsis : L'histoire met en scène Ryûchi Naruhodô (Phoenix Wright), avocat de génie ayant fraîchement intégré le cabinet de la brillante Chihiro Ayasato. Afin de défendre au mieux ses clients, le jeune avocat n'hésite pas à réaliser sa propre enquête. Il se sert ensuite de ses découvertes pour faire éclater la vérité au cours du procès

Avis : Bien que je l'ai jamais vraiment exprimé (principalement parce que je suis peiné de ce qu'est devenu la série chez nous), j'adore la série de jeux Ace attorney. L'annonce d'une adaptation m'a assez surpris toutefois, je pigeais pas très bien pourquoi faire une adaptation du premier jeu sorti y a plus de 15 ans mais soit, je me disais que ça allait être une occasion de revoir l'histoire du premier jeu en animé....sauf que...

L'animé a la lourde tâche de faire rentrer un jeu de 30h sur 12 épisode. Et c'est assez casse-gueule car la dernière fois que j'ai vu (c'était danganronpa), ça a donné une adaptation qui a complétement rushé son intrigue. Et ici, c'est pareil et c'est l'inverse en même temps : Des points de l'intrigue sont accéléré pour éviter les phases d'enquêtes (au point de donner l'impression que phoenix ne doit ses victoires qu'à ses alliés et rarement par ses propres facultés de déduction ou d'investigation) et à l'inverse, d'autres moments sont d'une lenteur horriblement pénible, ce qui rend l'animé plutôt chiant (surtout si comme moi, on a déjà joué au jeu).

Rajouté à cela que le studio a multiplié les faux raccords et les tuiles d'animation (comme ce magnifique moment ou le cartable de phoenix défie les lois de la gravité), que l'adaptation se prends les 7/8eme du temps grave au sérieux (tout le côté farfelu est presque parti) et que l'opening (que vous pouvez voir ici) est, je crois, le plus beau hors-sujet que j'ai jamais vu (en prime, il avait lui aussi des problèmes d'animation, corrigé heureusement à l'épisode 4)

Est-ce que je conseille donc cet animé......... Jouez plutôt au jeu, ca vaut mieux.

(petit précision : au moment ou j'ai écris cet avis, il a été révélé que 12 épisode supplémentaire allaient voir le jour mais je doute que ça relève le niveau donc je vais classer l'affaire ici)

flying witch


Synopsis : Makoto Kowata est une jeune sorcière toujours accompagnée d'un chat noir nommé Tito. Ayant toujours vécu en dehors de la civilisation, elle décide de s'installer dans une petite maison dans la ville de Hirosaki. Mais elle s'avère être très tête en l'air et n'a pas du tout le sens de l'orientation, ce qui lui provoquera de petits soucis, malgré cela, elle parviens à apprécier tous les petits plaisirs que son quotidien lui offre.

Avis : MON DIEU ! Alors, qu'on se mette d'accord : Je n'ai rien contre les Slide of life (j'ai même une certaine affection pour ce genre qui m'aide bien à décompresser dans certaines situations). Mais bon sang, même dans le slide of life, y a un rythme, une certaine dynamique, ce quelque chose qui fait qu'on m'emmerde pas en le regardant. Et dans Flying Witch, je trouve que le rythme est horriblement lent et chiant. C'est insupportable à regarder (et pourtant, marrez-vous, j'ai maté des trucs avec encore moins de scénarios). Bref, j'essaierai éventuellement de lui redonner sa chance mais pour l'instant, je vous dirais d'éviter cet animé.

Joker Game



Synopsis : 1937. Alors que le Japon est déjà en guerre contre la Chine et se prépare à des offensives majeures au Sud et à l'Est du pays, le lieutenant-colonel Yûki crée la toute première agence d'espionnage nippone. Il forme alors 8 jeunes gens, recrutés hors des cercles militaires, pour en faire de parfaits espions qui suivront sans hésiter la devise de l'Agence : "ne pas mourir, ne pas tuer". À l'issue de leur formation, les 8 agents sur-entraînés sont envoyés aux quatre coins du monde pour accomplir leurs missions, mais aussi pour prouver aux militaires l'importance stratégique qu'ils représentent, car ces derniers n'apprécient pas leurs méthodes et leur "manque d'honneur".

Avis : Format et ambiance assez particulier pour ce Joker game. Si les épisodes n'ont pas vraiment de lien entre eux (on suit chaque espion dans une région du monde et on voit sa petite histoire), il faut avouer que la qualité d'écriture est au rendez-vous. Ambiance noir et plutôt glauque parfois, thème très adulte et complexe, pas mal de contenu historique, Joker game c'est un peu la série qui arrive de nulle part et qui dit clairement "non, l'animation japonais ne doit pas être tout le temps comme ça" et offre ici un objet de rareté et qualité. Je vous le recommande vraiment. 

Hundred



Synopsis : Les Hundred sont les seules armes qui peuvent éliminer les "Savages", une mystérieuse forme de vie. Cette espèce inconnue est apparue sur notre planète bleue pour détruire l'humanité. L'histoire suit Kirasagi Hayato, une personne désirant devenir maître d'arts martiaux en utilisant un Hundred. Pour réaliser son souhait, il intègre une université spécialisée dans les Hundred, nommée Little Garden.

Avis : Euh...baston, baston, Nichons, Nichons !
Ouais, je crois que j'ai bien résumé. Un énième animé baston avec du ecchi dedans. Rien de neuf, ni de bon d'ailleurs. Bref, passez votre chemin. 


Jojo's bizarre adventure : Diamon is Unbreakable


Synopsis : 4ème partie de la série, JoJo no Kimyou na Bouken - Diamond wa Kudakenai. Des années se sont écoulées suite aux aventures de Jotaro et ses compagnons en Egypte. On se retrouve cette fois-ci au Japon, Jotaro est à la recherche d'un lycéen, Josuke Higashikata, fils illégitime de Joseph Joestar ! Mais un manieur de Stand se trouve dans la ville de Morioh et c'est ainsi que commence une nouvelle aventure pour Josuke !

Avis : Comme à chaque fois, y a pas beaucoup à dire. C'est Jojo, c'est bien foutu, l'animé est de qualité je trouve et pour le coup, comme c'est ma partie préféré, je trouve ça parfait. Rien à redire sur cet animé. (comme on dit "à quoi ça sert de parler quand c'est parfait")

Même l'opening que j'aimais pas au début, je l'aime bien maintenant. Bref, foncez comme d'hab.

Kuma Miko


Synopsis : Cette histoire se passe aux côtés de Machi Amayadori, une Miko et son seul et meilleur ami Natsu Kumai qui est un ours. Vu que Machi vie à la campagne, elle rêve de partir en ville pour aller à l'école. N’étant pas habituée à parler à d'autres êtres humains, Natsu va donc lui enseigner tout ce qu'il faut savoir pour survivre en société.

Avis: Pas grand chose à en dire, c'est un petit animé Slice of life assez drôle et plutôt tranquille. Malheureusement, soit vous accrocherez dés le premier épisode soit vous accrocherez pas. Pour ma part, j'ai plutôt aimé même si ça n'a rien d'extraordinaire.

Par contre, faut qu'on m'explique une chose : pourquoi un animé avec autant de références sur le folklore japonais (moderne et ancien) à un opening avec des paroles en français ?

Kiznaiver


Synopsis : Dans la ville de Sugomori vit Katsuhira Akata, un lycéen qui vient d'apprendre qu'il a été sélectionné pour le programme Kizuna qui permet, à ceux qui y sont connectés, de partager et répartir leurs blessures et douleurs entre eux. Si ce programme a pour but de d'instaurer la paix dans le monde, il est malheureusement encore incomplet. Mais contrairement aux autres, Katsuhira possède une personnalité plutôt plate et ne ressent pas les émotions de la même façon...

Avis : En faites, c'est très compliqué pour moi de donner un avis sur Kiznaiver. Nouvel animé du studio trigger, on a affaire à quelque chose de neuf pour ce studio, plutôt habitué à l'animation frénétique, les bastons dantesque et les univers WTF. Ici, c'est plutôt réaliste, sérieux, un brin complexe et en quelque sorte, philosophique puisque ça traite pas mal de la souffrance en générale, du rapport que les gens en ont, de la compréhension de la douleur de l'autre et des liens entre les gens de manière générale.

Le souci, c'est que....je vous avoue que j'ignore si le message et ce qu'essaie de transmettre l'animé est trop flou et bordélique pour être compris de façon clair ou si je n'ai tout simplement pas compris. La fin est d'ailleurs assez simple et je me suis vraiment demandé si tout ça était vraiment justifié. Tout ça pour dire que je pense surtout que vu que c'était Trigger et qu'ils ont vraiment envoyé du lard lors de Kill la Kill, j'aurai sans doute laisser l'animé sur le côté. Malgré tout, on sent qu'il a une profondeur et de la qualité d'écriture (surtout au niveau des personnages qui arrivent tous à être attachants à leurs manières) mais dans un sens, j'ai du mal à voir si c'est très profond ou trop simpliste comme animé. à vous de le regarder et de me donner votre avis parce que là, j'avoue que je cale un peu....

Koutetsujou no Kabaneri


Synopsis :  L'histoire se déroule dans un monde chaotique où les humains tentent tant bien que mal de survivre face à une menace grandissante : les Kabane. Ces derniers, dont le c½ur est en acier, dévorent tous les humains qu'ils croisent. Afin de se préserver de cette menace, les populations se sont réfugiées dans d'immenses forteresses baptisées stations, reliées entre elle par des trains blindés, les Hayajiro. Ikoma, qui a autrefois fuit face aux Kabane, vit désormais dans l'une de ces forteresse. Mais, à présent, il a la ferme intention de lutter pour survivre.

Avis : Cet animé a fait coller pas mal d'encre. Quand il a été annoncé, beaucoup de gens ont été très curieux vu le trailer très épique et du casting de réalisation (avec des gens qui ont bossé sur SNK, death note ou encore jojo). D'autres ont surtout relevé que l'animé semblait beaucoup s'inspirer (voir plagié) de Shingeki no kyojin (Les créatures qui forcent les humains à se retrancher dans des villes fortifiés, le traumatisme des héros sur les monstres, l'héroïne badasse et froide qui défoncent les monstres, ect). Si les similitudes sont bien là, ce n'est pas le problème principal de l'animé....

Au départ, j'avais vraiment le coup de c½ur pour le design très japonais médiéval mélangé à du steampunk. Malheureusement, pour qu'un animé soit bon, faut que le scénario soit un minimum travaillé. Si le début commence normalement avec un traditionnel "faut qu'on arrive jusqu'à la ville pour être en sécurité" avec une grosse dose de combat épique et de révélation sur comment fonctionne l'univers, le scénario finit, vers environ la moitié, par partir complétement en couilles. Principalement à cause de l'héroïne, Numei, qui passe son temps à changer de personnalité épisode par épisode et surtout du méchant principal dont a peu prés chaque aspect est ridicule (le mec ressemble quand même à Sephiroth avec des cheveux roses et s'appelle Biba.......le charisme quoi).

On aligne donc des épisodes ou on ne comprends rien à ce qui se passe, ou les motivation du grand méchant sont assez risibles et ridicules et ou la fin nous sert un happy end tellement forcé que j'ai vraiment du mal à croire que quelqu'un ayant travaillé sur cet animé le prenait encore au sérieux vers la fin. Bref, en deux mots, Kabaneri avait un énorme potentiel mais finit très vite par devenir ennuyeux et ridicule. En espérant qu'une saison 2 ne voit jamais le jour et que j'oublie très vite cet animé.

Netoge no Yome wa Onnanoko ja Nai to Omotta?



Synopsis : Hideki Nishimura a avoué ses sentiments à une fille sur jeu en ligne, cependant cette fille s'est révélée être une homme dans la vie réelle. Ce dernier décide de garder cette sombre partie de sa vie pour le passé et de ne plus jamais faire confiance aux "femmes" sur les jeux en ligne. Cependant, un jour une fille en ligne lui avoue être amoureuse de lui et cette fois-ci il s'agit bien d'une lycéenne nommée Ako Tamaki. Ako ne peut pas faire la différence entre le monde en ligne et la réalité et possède de grosses difficultés à communiquer avec les autre dans la vie réelle. Hideki et ses amis de la guilde décident de la guérir dans le monde réel et de la faire réagir.

Avis : Une petite surprise que ce Netoge. Quand je l'ai commencé, je pensais qu'on allait encore tomber sur un harem ecchi à la con, très très con. Finalement, c'était plutôt amusant. Déjà, le coté harem est très en retrait, les deux héros étant déjà amoureux l'un de l'autre et les autres héroïnes comprenant vraiment que rien ne les sépara ne sont pas des intrigues amoureuse et ne tourne pas autour du héros (on pourrait presque dire que c'est des mecs tellement l'animé met peu en avant le faites que ce soit des filles je trouve). En réalité, l'animé traite plus de l'évolution de leur relation et surtout du faites qu'ils vont essayé de penser qu'une relation amoureuse internet à une relation amoureuse tout court et tenter de rendre l'héroïne moins no-life. Pour le ecchi.... je vais pas mentir, il en a un peu mais ça reste en retrait. Pour le reste, c'est plutôt amusant, intéressant à suivre, l'histoire avance sans se presser et c'est loin d'être désagréable. Non, franchement, c'est plutôt cool.

Re:Zero kara Hajimeru Isekai Seikatsu



Synopsis : Un jour un lycéen nommé Natsuki Subaru est transporté dans un monde parallèle sans aucune explication. En essayant de prendre ses marques et en se promenant dans ce monde, Subaru est attaqué par une bande de brigands mais est sauvé par une jeune fille : Emilia. Pour lui rendre la pareille, il décide de l'aider dans ses tâches quotidiennes. Un beau jour, Emilia et Subaru sont attaqués et tués par une mystérieuse personne. Cependant, Subaru se réveille au lieu et au jour où il est arrivé dans ce monde. C'est à ce moment-là que il se rend compte qu'il peut retourner dans le passé après être mort. Pour échapper à son funeste destin, Subaru décide d'utiliser son pouvoir pour sauver Emilia et pour se sauver lui-même.

Avis : Bon, attention l'animé n'est pas terminé mais je vais déjà donné un avis vu qu'on vient de terminé un arc qu'on peut voir comme une "saison 1".

à la base, j'avais entendu beaucoup de bien sur l'animé vu que chaque épisode avait droit à des heures de réactions positives et des fanarts très réguliers sur les personnages (notamment les personnages d'Emilia et de Rem). Je me suis finalement décidé à essayer cet animé et ....j'apprécie beaucoup. Bon, qu'on soit clair, ce n'est clairement l'animé le plus original qui soit (le principe d'un personnage qui revient en arrière dés qu'il meurt existe déjà dans plusieurs ½uvres) mais reste plaisant à suivre. Chaque retour en arrière est la possibilité de revisiter un personnage et en découvrir une nouvelle facette;ou encore voir les rapports entre les personnages changé du tout au tout (haine, amour, amitié, ect). Sincèrement, l'animé utilise très bien son concept et n'est jamais ennuyeux. Il se permet même d'être assez violent par moments et évite même d'être trop manichéen (en montrant notamment que pas mal de personnages ne sont pas d'un seul côté de la force). Et en prime, il rajoute souvent des scènes avec une vraie intensité dramatique (en montrant la souffrance intérieur des personnages face à certaines situations). Seul petit défaut : Le héros assez bouffon qui s’avère souvent très agaçant à agir comme un idiot (et apparemment SPOILER cette attitude semble enfin se retourner contre lui dans le prochain arc)

Même si ce n'est pas une révolution absolu, Re:zero s'avère être une petite surprise que je vous recommande sincèrement. En espérant que la suite soit d'encore meilleur qualité que le début.

Sakamoto desu ga?


Synopsis : Sakamoto, en première année, est l'élève le plus cool de son lycée, ce qui le rend très populaire auprès des jeunes filles. Les garçons, quant à eux, le jalousent et rêve de lui faire "payer son arrogance". Pour cela, tout est bon : intimidations, tentative d'humiliation, etc... Mais rien de cela ne fonctionne sur Sakamoto qui, en plus, se sort de toutes les situations en devenant toujours plus cool.

Avis : Pour résumé la série, imaginez que Chuck norris s'est transformé en Bishonen à lunettes. Et ça donne Sakamoto Desu ga, un animé qui est juste hilarant. Ici, aucun scénario, juste un personnage qui est pratiquement dieu dans son ½uvre et qui va passer le plus clair de son temps à enchaîner les prouesse WTF en restant toujours le plus cool du monde. C'est drôle, ca se prends jamais la tête, on rentre dés le premier épisode et on kiffe. (et en prime, l'opening est vachement cool)


Sousei no Onmyouji


Synopsis : Magano est un univers où des abominables monstres nommés "Impurs" y vivent, ou plutôt, y sont entreposés. Cependant, il arrive parfois que ces monstres se faufilent dans le monde des humains et qu'ils prennent possession d'une personne. Pour combattre ces "Impurs", des Onmyôji (exorcistes) sont chargés de purifier ces êtres. Cette histoire est centrée sur Rokuro Enmadô, un collégien qui aspirait autrefois devenir l'un des meilleurs Onmyôji. Malheureusement, après avoir perdu toute sa famille à l'orphelinat, il décide tout d'un coup d'arrêter d'exorciser les "Impurs". Actuellement, il passe ses journées en cours en se faisant rejeter par toute les filles auxquelles il se déclare. Après sa rencontre avec Benio Adashino, la meilleure exorciste de l’ouest du Japon, la vie de Rokuro change peu à peu..

Avis : Bon, à la base, c'est une adaptation d'un manga publié chez nous : Twin star exorcist. Et ma critique va être simple : Lisez plutôt le manga. L'animé a pris un tas de libertés et de choix assez douteux. L'ost qui est principalement composé de musique électro (voir de la dumstep carrément), les fillers à répétition qui mettent plus en avant la "romance" entre les deux héros (je mets bien romance entre parenthèse car c'est plus du gag qu'autre chose) et rajoutent plein de détail assez.....inutile ? (franchement quel intérêt de donner à l’héroïne une espèce de mascotte quand on sait qu'il n'existe PAS DU TOUT dans le manga et qui ne sert à rien dans l'intrigue !!?). Bref, l'adaptation et le récit prennent un sacré coup dans la gueule quand on sait que le matériau de base était suffisamment pour faire un bon animé. (et pour ceux qui vont me parler de "oui mais une adaptation ne doit pas forcément être fidèle", je réponds "oui, c'est vrai mais si c'est pour être mauvais et inutile, autant ne pas essayer d'être différent")

Uchuu Patrol Luluco


Synopsis :  L'histoire se déroule dans une zone de l'espace où les extraterrestres cohabitent avec les humains. Luluco est une collégienne qui vit avec son père, un détective travaillant pour la patrouille de l'espace. Elle a une vie tout à fait banale jusqu'au jour où un mystérieux étudiant venant d'être transféré : ΑΩ Nova apparaisse devant elle. Cette rencontre va changer son destin.

Avis : Si Kiznaiver était une surprise car très sérieux dans ce qu'il proposait, Luluco a l'inverse est un petit animé de quelques minutes ou trigger retrouve ses habitudes. Délirant, barré, avec un scénario qui part dans tout les sens et qui se moque d'être pris au sérieux ou d'avoir un tant soit peu de logique, c'est plutôt divertissant, sans prétention et drôle. Attention toutefois, y a pas mal de fanservice sur les animés trigger (pour vous donner des exemples, l'héroïne visite à un moment l'école de sorcellerie de Little witch academia ou arriver sur une planète ou ils a des fibres vivantes utilisé par des aliens appellé Killakillien....).

Bref, voilà. En petit bonus, les animés que je devrais finir plus tard ....pour diverses raisons.

Sansha Sanyou : Les épisodes n'arrivant pas assez vite (4 épisodes alors que les animés de 12 épisodes sont déjà finis), je préfère attendre.
Tanaka-kun wa Itsumo Kedaruge : Pareil.
Bungou Stray Dogs : Vu le premier épisode, ça a l'air bien mais j'avoue pas être très chaud là, tout de suite.
Anne happy♪ : Pareil.
Macross Delta : Faudrait déjà que je termine Macross Frontier qui est dans ma pile d'animé à regarder depuis pas mal d'années.
Gundam Unicorn : J'ai vraiment du mal avec les séries gundam (alors qu'elles sont bien hein?)

Voilà ! à celui qui est arrivé ici en lisant tout : bien joué, t'as gagné un sourire.
Bref, c'est terminé, j'espère que ca vous aura aiguillé sur les animés à voir et que ca a été plus plaisant à lire pour vous que moi pour l'écrire. Normalement, d'ici quelques semaines, je ferai les premières impressions sur les animés de l'été donc patience. D'ici là, à bientôt et regardez pleins d'animés...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)

Bonjour tout le monde !
Alors, aujourd'hui, on va rattraper plusieurs mois et parler des trois dernières saisons d'animés.
Bon, je ne sais plus si je l'avais déjà écrit mais je le remets : En novembre-décembre, je devais déménager et du coup, bha avec tout ce que j'avais à faire, je n'avais ni motivation ni envie d'écrire... (je parlerais de tout cela....autre part on va dire). Pour dire, j'avais même énormément de retard sur le visionnage des animés. J'avais donc prévu de rattraper mon retard après être installé....et maintenant que c'est fini à 90%, on est déjà presque à la moitié des animés d'hiver.....joie !
Bon, préparez vous un café (moi, j'ai une cafetière entière à côté de moi) et passons en revue les animés d'été 2015, d'automne 2015 et d'hiver 2016


Note importante avant de commencer : vous pouvez consulter les premières impressions sur les animés de l'été 2015 ici. Et si je ne parle pas d'un animé sur lequel j'ai fait une première impression, c'est juste que j'ai laissé tomber l'animé ou que je l'ai pas terminé. Voilà, vous êtes prévenu.


Gangsta : Si vous vous rappelez, j'avais parler de gangsta comme de l'animé de l'été, celui qui avait réussi à être intéressant dés le début et qui avait pour lui des personnages super charisme et un univers plutôt noir et cruel. Est-ce qu'il a continué à être intéressant tout le long ? Et bien malheureusement non. En faites, c'est un peu compliqué à expliquer mais en gros, arrivée à la moitié de l'animé, l'histoire a commencé à devenir longue et un peu chiante à suivre, en plus de faire du 2 à l'heure et d'aligner les baisses de qualités d'animation. Pour dire, je n'ai même pas maté la fin, tant je devinais comment ca allait se terminer et tant l'animé me m’intéressait plus. Dommage... peut être que le manga rattrapera l'animé.

GATE : Assez compliqué de se faire un avis sur GATE, d'un coté, on continue à être intéressé par cette histoire mêlant Heroic Fantasy et histoire militaire moderne mais d'un autre côté, il a énormément de soucis scénaristique dans cette série comme le non-développement de plusieurs personnages (notamment l'elfe Tuka dont on ne sait presque rien après 13 épisodes) ou quelques éléments qui finissent par ne plus avoir aucun sens, notamment au niveau de la langue ou il est impossible de savoir qui sait parler le japonais ou pas..... principalement parce que l'animé fait parler tout le monde japonais et jamais une autre langue, même inventé. L'histoire n'est pas inintéressante mais très lente malgré tout et tout les éléments mal fait finissent par agacer. Petite note pour finir : L'animé a finalement été coupé en 2, la saison 2 (ou partie 2) est diffusé à l'heure actuel donc, on verra si la finalité de tout cela vaudra la peine.

Charlotte : Cet animé, c'est une montagne russe : il a des fois, on le déteste et on se demande pourquoi on le regarde et d'autres fois, on ne peut que saluer le travail de Jun maeda qui a pondu un putain de scénario. Autant vous dire qu'entre le début de la série et la fin, y a eu une sacré évolution et le travail sur l'avancé du scénario, entre les révélations, les morts, les idées et le final assez bien trouvé (et qui termine définitivement le scénario en passant et de bien bel manière), j'ai beaucoup aimé Charlotte finalement et je le recommande.

Non Non Biyori Repeat : Paisible, relaxant et sans prise de tête. Voilà les trois mots. Du reste, y a pas grand chose à dire : On regarde et on oublie ces soucis pendant 20 minutes sans se poser de question. Voilà, un slide of life très relax.

Himouto! Umaru-chan : La nouvelle cible des gros Haters pour dire que les animés et le japon, c'est débile. Qu'on soit d'accord, Umaru-chan, c'est trois tonnes de moments un peu débiles et d'un humour dont on ne sait pas si on doit rire ou se facepalmer tant c'est naïf. Après, on peut aimer si on se pose pas trop de question mais autant dire que si les trucs pas bien intelligent ont tendance à vous coller une crise d'urticaire, évitez ce truc. Perso....J'ai apprécié mais sans plus.

Prison School : C'est gras, c'est con, y a plus de têtes de mêmes que n'importe quel animé, l'ecchi est abusé, les héros sont les pires pervers du monde...........et putain, qu'est que c'est bon, du début jusqu'à la fin. Oui, car comme je l'ai dit la dernière fois, Prison school, c'est un animé complètement barré qui se prends pas au sérieux une minute et qui allie la joie de l'humour gras et beauf à des pures moments de tensions nawak et des performances de Seiyuu qui sont à fond dans le truc (et qui laisse songeur sur les crises de rires qu'ils ont dû se taper en séance d'enregistrement).

Shimoneta to Iu Gainen ga Sonzai Shinai Taikutsu na Sekai (ou Shimoneka) : Pareil que Prison school sauf que c'est encore moins subtil mais peut être un poil moins drôle. Et en prime, y a quelques scènes qui font juste halluciné (épisode 6 au début) qui me font dire que décidément, sans ce genre d'animé, on se fera des fois un peu chier. Non, vraiment, c'est débile à souhait mais je peux que conseiller ce truc.

Gakkou Gurashi! : Si l'animé est pas mal dans le genre "mélange entre Moe et Horreur"... L'animé est quand même assez soft (et beaucoup plus fanservice) que le manga. Donc en réalité, je vous conseille plus le manga Gakkou Gurashi que l'animé finalement. Bref, essayez, vous allez voir, c'est plutot bien.

Ushio To tora : Tout dépend de quel côté vous prendrez cet animé. Si vous cherchez une révolution et une manière différente de traiter le shonen, ne vous attardez pas. Mais si a l'inverse, vous aimez les bon vieux shonens de baston efficaces et direct, vous adorez. Après, autant vous prévenir, ça tourne pas mal en rond donc réfléchissez bien sur vos attentes auprès de cet animé.

Rokka no Yuusha : BON..... on va faire un énorme Erratum à propos de cet animé. J'avais pas mal critiqué cet animé à cause de sa structure à première vue très peu inspiré et j'avais même laissé tomber tout ça très rapidement.....Je suis vraiment qu'un gros con plein de préjugés.

autant le dire : Rokka No Yuusha, ça a été l'animé de la saison et même de l'année (comme dit dans nom récapitulatif 2015). Au fil des épisodes, les personnages apparaissent et deviennent de plus en plus intéressants, les plans audacieux et assez joli viennent et arrive enfin la grosse partie : La deuxième partie de l'animé qui se transforme en huit-clos super bien foutu. Une réussite total qui fait juste très mal à la fin quand on sait qu'une saison 2 sera nécessaire pour voir le final... (et que c'est pas sûr qu'on l'aura...)

Sore ga Seiyuu! : On termine avec un animé qui m'était passé sous le nez mais que je vous parle ici. Cet animé parle de trois seiyuu, Futaba, Ichiyo et Rin (avec chacune une, un parcours, une expérience et une approche différente du métier) et de leur quotidien. Un animé tranche de vie professionnelle adapté d'un petit manga d'une fille Seiyuu elle-même avec quelques moment touchants, d'excellentes infos sur le métier, un bon humour allié à un certain réalisme (notamment sur les difficultés de la vie de Seiyuu débutantes) et quelques apparitions de seiyuu connus plutôt sympa. Non vraiment, il est très sympathique cette animé et je le conseille vraiment. Il est plutôt passé inaperçu mais bon sang, que c'était bien.

 

Young Black Jack 

Sypnosis : Ce prologue suit Black Jack quand il était toujours un étudiant en médecine dans les années 1960.

Avis : Pour vous poser Young Blackjack, imaginez blackjack mais en plus beau, plus moderne (mais en restant bien dans l'idéologie des années 60 de la crise du japon après guerre) mais en gardant toutes les qualités de l’½uvre de Tezuka et même en rajoutant des thématique nouvelles et des facette de Blackjack pas encore aperçue. Vraiment, un beau bijou, surtout si, comme moi, on est fan de Blackjack.



Owarimonogatari
Sypnosis : Il s'agit de l'adaptation de Owarimonogatari qui adapte les tomes 3 à 5 du roman Monogatari Series: Final Season.

Nous suivons Araragi Koyomi alors que ce dernier est piégé dans une salle de classe qui lui rappelle un événement important dont sa première rencontre avec Oshino Ougi et ses anciens camarades de classe.

Avis : Bon, j'avoue avoir clairement fait l'article complet sur la saga Monogatari uniquement pour plus facilement vous aborder cet animé. En gros, Owarimonogatari, c'est encore une fois des monologues sur fond de décors hallucinés avec des intrigues complets et des personnages haut en couleur. Ni plus ni moins sinon que les intrigues sont d'excellentes qualités et que l'animation est son meilleur. Reste une petite déception car il va encore falloir un certain temps pour avoir certaines réponses et encore plus pour connaître la chute de l'histoire. L'attente va être longue.


Shingeki! Kyojin Chuugakkou

Synopsis : Shingeki! Kyojin Chuugakkou est une parodie de Shingeki no Kyojin (l'Attaque des Titans) et reprend les personnages principaux tel que Eren ou Mikasa.

L'histoire se passe dans un collège et parodie les scènes les plus marquantes du manga original, ainsi que certains traits de caractère des personnages.

Avis : On va faire simple : C'est mauvais. Pourquoi c'est mauvais ? Parce que c'est une parodie et que ce n'est pas drôle une minute. Et que sincèrement, Shingeki No Kyojin, ça commence à devenir vraiment n'importe quoi tant le marketing insiste dessus.


Utawarerumono : Itsuwari no Kamen

Synopsis : 
L'histoire commence lorsque un homme seul, se réveille au beau milieu d'une plaine en ayant perdu la mémoire. En regardant autour de lui, il aperçu un énorme monstre se ruer dans sa direction. Ayant perdu tout espoir de survie, ce dernier s'abandonne à son sort. C'est là qu'une jolie jeune fille aux oreilles d'animal avec une queue, nommée Kuon, lui sauve la vie.

Après l'avoir recueilli, cette dernière va l'aider à retrouver sa mémoire.

Avis : à la base, j'avais beaucoup aimé le premier animé qui était assez intéressant et proposait une histoire un peu simple mais qui avançait bien. j'avais par contre été un peu perplexe vers la fin ou l'histoire partait dans un délire SF un peu compliqué et bordélique. Ici, toutefois, nouveaux personnages et nouvelle ambiance. Autant dire que si les décors sont bien foutus, j'ai plus de doutes sur l'histoire qui, là ou je l'avais laissé, avait un peu de mal à démarrer. Toutefois, d'après les gens plus avancés que moi, l'histoire a finalement un coup de boost et finit par devenir intéressant au fil du temps. Nous ferons cela à la fin.


Osomatsu-san

Synopsis : L'histoire se passe dans la maison de la famille Matsuno. Cette maison abrite six petits garnements intenables de 10 ans chacun. Ces sextuplés, sont tous amoureux d'une seule et même personne, cette fille se nomme Totoko.

Avis : Bon, en réalité, il a beaucoup à dire sur Osomatsu-san. Et je ferai plutôt un article dessus plutôt que d'en parler ici. Il faut juste savoir que c'est bien la plupart du temps, même si il a pas de gag qui ne font pas rire. Mais globalement je le conseille. Mais j'y reviendrai plus tard car il a trop à dire.


Beautiful Bones

Synopsis : L’histoire nous entraîne sur les enquêtes du lycéen Shotaro Tatewaki et de la riche Sakurako, spécialisée dans l’analyse des ossements (squelettes).

Avis : Bon, le résumé est un peu trompeur, en réalité, cet animé est plus une sorte de Dr.house mixé avec Sherlock Holmes avec comme dénominateur commun les os. Sauf que les os sont très vite oublié et qu'on a plus affaire à un "je suis une brillante scientifique qui résous des enquêtes sans problèmes". C'est pas mal mais c'est très vite redondant et perso, j'ai assez vite lâché... et le rythme assez lent (je trouve) n'arrange rien. Bref, à vous de voir.

 
Shomin Sample

Synopsis : L'histoire se passe dans une école coupée du monde par les montagnes. Mais, la majorité des filles diplômées ne parviennent pas à faire face au monde actuel. Pour faire face à ce problème, l’école désigne un étudiant masculin nommé Kagurazaka Kimito, au sein de l’établissement, pour que les filles puissent s’adapter au monde. Malheureusement pour lui, il devra se faire passer pour un gay sous peine de se faire castrer par le conseil disciplinaire
 
Avis : Découvert un peu par hasard, j'ai plutôt apprécié cet animé. Et pourtant, tout parait mal : c'est du harem, on a déjà vu ce genre de scénario à la con et le ecchi se voyait à trois kilomètres....Mais j'arrive pas à détester. Sans doute parce que c'est relativement marrant et pas trop lourd et parce que le héros est moins con que d'habitude. Bon après, faut pas trop en attendre : Le scénario fait du surplace jusqu'au dernier épisode et le ecchi est un peu grossier mais du reste, ca se laisse regarder (un truc que j'ai pas pigé : Pourquoi mettre l'amie d'enfance du héros sur toutes les affiches, dans l'opening et l'ending ? elle apparait deux fois en mode caméo dans tout l'histoire !)


Subete ga F ni Naru : The Perfect Insider

Synopsis :  L'histoire tourne autour de Souhei Saikawa, un membre du Laboratoire de Recherche de Saikawa. En vacances, il rencontre Moe Nishinosono, la fille de son mentor, qui rejoint le groupe malgré le fait qu'elle ne fasse pas partie du laboratoire. Plus tard, nos deux protagonistes finissent par trouver un cadavre. Ainsi, ils vont tous les deux résoudre ce mystère et trouver le coupable de ce meurtre.

Avis : BON, autant vous prévenir : Le scénario est bien, même excellent et très complexe mais bon dieu ! que cet animé est lent et limite chiant. Tout passe à une lenteur incroyable et on a même du mal à suivre tout ce qui se passe tant ça se perd dans des conversations compliqués pour être compliqué (Pas mal de gens ont même trouvé cet animé carrément pompeux et prétentieux dans sa manière de faire). A vous de voir si vous êtes prêt à vous infliger un animé trop long et très lent pour un bon scénario.......Perfect insider, ça peut être résumé à : 30 minutes de chiant pour 10 minutes de plaisir, à vous de faire le calcul et voir si il vous plaît.
 


One Punch-Man

Synopsis : Saitama est un jeune homme sans emploi. Un jour, il rencontre un homme crabe qui recherche un jeune garçon au menton en forme de fesses. Saitama finit par rencontrer ce jeune garçon et décide de le sauver de l'homme crabe, qu'il arrive à battre difficilement. Dès lors, Saitama décide de devenir un super-héros et s’entraîne pendant trois ans. À la fin de son entrainement, il remarque qu'il est devenu fort, tellement fort qu'il arrive désormais à battre tous ses adversaires avec un seul coup de poing. Sa force monstrueuse est pour lui source de problème, puisqu'il ne trouve pas d'adversaire à sa mesure et s'ennuie dans son métier de héros. Bien qu'il ait mis un terme à bon nombre de menaces toutes plus dangereuses les unes que les autres, personne ne semble remarquer l'incroyable capacité de Saitama, à l'exception de son ami et disciple Genos.

Avis : Bon, vous dire que l'animé OPM est bon, c'est comme dire que l'eau ça mouille. Évidemment, la réalisation est au top, les seiyuu sont au taquet, les compositeurs aussi d'ailleurs. Bref, cet animé, c'était tellement obvious que ça allait être bien vu que Madhouse était dans le coup que j'ai rien à dire à part : Matez-le bande de moules.

 


HaruChika

Synopsis :  Nous suivons le quotidien de Haruta et Chika, deux amis d'enfance, qui sont membres du club de musique. Ces derniers passent leur temps à s'entraîner et à recruter des membres pour leur club.Tout se passe bien jusqu'à ce qu'un accident soit déclaré dans l'établissement, dû à cela, nos deux amis d'enfance partent à la recherche d'indices pouvant résoudre le mystère de cet accident.

 

Avis : Bon, à la base, j'avoue que comme ça faisait penser à Hibike Euphonium, bah j'ai essayé. Mais c'est assez différent.....l'ambiance est un peu plus léger et malheureusement, les personnages sont assez différent. Pour vous donner une idée, Haru est une sorte de Sherlock hyper doué dans tout les domaines et assez sarcastiques et Chika est un Waston assez inutile qui donne quelques indices pour aider Haru.... Bon, le truc original, c'est qu'il n'y aura (à priori) pas d'histoire d'amour entre les deux vu qu'ils sont rivales amoureux....du même homme ! (oui, oui, homme, vous avez bien lu). Mais après, reste à voir si le mélange mystère et animé de musique va coller et qu'une partie ne délaissera pas l'autre.


Musaigen No Phantom World

Synopsis :
L'histoire se passe dans un proche avenir, dans un monde né de l'imagination humaine où les fantômes et esprits qui sont censés être fictifs existent réellement et sont visibles. Ces esprits se nomment "Phantoms."Dans ce monde nous suivons Haruhiko Ichijo, qui est un élève de première année de l'Académie de Hosea qui passe ses journées avec une autre lycéenne nommée Mai Kawakami. Notre héros, Ichijo, fait partie d'un petit groupe dont il en est le créateur. Les membres de ce groupe dont lui-même possèdent des pouvoirs spéciaux qui leur servent à combattre certains "Phantoms" dangereux pour l'homme. Notre petit groupe va connaitre des hauts et des bas en vivant calmement leur vie avant qu'un certain incident ne les mène à la vérité de ce monde.

Avis : Y a une époque ou KyoAni, c'était l'assurance d'avoir une animé de qualité et un scénario intéressant et original. Aujourd'hui, quand on voit Phantom World, on voit surtout KyoAni qui nous dit "j'ai besoin de payer mes impôts !". Car si cet animé n'est pas ultra mauvais, on sent que si l'animation était basique, personne n'aurait fait attention à ce truc. Y a des blagues de culs, des plans boobs sur l'héroïne et le tout ressemble à une comédie Harem/baston comme on en voit beaucoup trop ces derniers temps. Je garde que quand même si le light novel a gagné un prix, c'est peut être que l'histoire décolle ensuite mais pour l'instant, c'est pas super bien parti. On va attendre la suite mais franchement, si ca ne remonte pas, je serai pas le dernier à tirer sur l'ambulance au bazooka.



Dagashi Kashi 

Sypnosis : Le père de Shikada Kokonotsu, est le propriétaire d'une petite confiserie et a pour plan de remettre le flambeau à son fils. Malheureusement pour lui, son fils désire devenir mangaka.

Un jour d'été, une jolie jeune fille nommée Shidare Hotaru, provenant d'une grande entreprise de sucrerie, vient rendre visite au père de Kokonotsu. D'après elle, il est vraiment populaire dans le monde des confiseries et désire que ce dernier rejoigne sa fameuse entreprise. Il n'acceptera l'offre qu'à une condition, qu'elle réussisse à convaincre son fils de reprendre la petite confiserie.


Avis : Étrangement, cet animé a eu une grosse montée de Hype avant sa sortie et j'avoue ne pas avoir compris d’où ça venait. Finalement quand l'animé est sorti, j'ai plus ou moins compris pourquoi. Dagashi Kashi, c'est l'animé qui se repose sur une seule chose : Son héroïne à moitié timbrée, Hotaru, obsédée des bonbons qui n'hésite pas à faire n'importe quoi pour te prouver que les bonbons japonais sont les meilleurs (et le pire, c'est qu'on est prés à y croire quand on voit l'imagination des confiseries japonaises). En gros, chaque épisode tourne autour d'un bonbon assez particulier et des délires que les héros vont faire dessus. C'est drôle ? Assez, c'est plutôt plaisant et amusant. Après, tout le monde n'aimera pas forcément ce type de délire et il faut bien se mettre à l'abri de la hype que l'animé a généré vu qu'elle te sur-vend un peu trop le truc.


Erased

Synopsis : 
Nous sommes en 2006. Satoru Fujinuma est un mangaka qui n'arrive pas à faire décoller sa carrière. Pour arrondir ses fins de mois, il travaille comme livreur de pizza. Réservé, Satoru ne s'ouvre pas au monde qui l'entoure. Pourtant, il a la capacité de revenir quelques minutes en arrière avant qu'un accident à sa proximité se produise. Un jour, en évitant un accident grâce à ce mystérieux don, Satoru se fait renverser par une voiture et séjourna à l'hôpital. Depuis ce jour, des souvenirs de son enfance traumatisante refont surface...

Avis : Bien que très simple finalement si on réduit l'intrigue à l'essentiel ou si on commence à avoir de la bouteille niveau scénario un poil complexe, il faut reconnaître que Erased arrive malgré tout à nous maintenir en haleine avec sa réalisation de qualité. C'est fluide, assez joli et le spectateur n'aura aucun mal à rentrer dans l'histoire. à voir donc.

Shoujo-tachi wa Kouya wo Mezasu

Synopsis :  Buntarou est un lycéen ne sachant pas quoi faire de sa vie, il n'a pas de rêve professionnel, sa vie se résume juste à aller au lycée pour être avec ses amis.Un jour, sa camarade de classe Sayuki lui demande s'il veut aider pour le développement de son "Galge Game" (jeu de drague). Cette dernière dit être intéressée par son talent après avoir lu une de ses ½uvres destinées au club de théâtre.Buntarou ne connait rien sur ce genre de jeu, mais Sayuki revendique que leur jeu sera un franc succès.Pourront-ils créer ce fameux jeu et auront-ils autant de succès qu'elle le prétend ? C'est l'histoire de jeunes lycéens prenant un pas audacieux vers l'inconnu…


Avis : Bon, un animé qui s'attarde sur la création de visual novel, ce n'est pas neuf mais ici, c'est plutot réalisé, les personnages ne sont pas insupportables malgré le harem évident et tout semble réuni pour offrir un animé humour assez amusant à regarder. On verra bien pour la suite mais je suis assez intrigué (En prime, l'animé a mis quelques images d'un de mes visual novel préféré, G-senjou no maou et chante ses louages.... donc ca me parle ^^)


GATE saison 2 

Synopsis : En plein milieu de Ginza, à Tokyo, une porte géante apparaît. En déferlent des hordes de soldats, monstres et dragons dont l'invasion est rapidement stoppée par les Forces japonaises d'autodéfense. La contre-attaque ne se fait pas attendre : un petit contingent de troupes nipponnes passe à son tour de l'autre côté de la porte pour y découvrir un pays de magie, d'elfes et de trolls. Yoji ITAMI, soldat féru de fantasy, fait partie de cette expédition en route pour découvrir ce nouveau monde et braver ses nombreux dangers.

Avis:Comme dit plus haut, j'étais curieux de voir ou allait aller la suite de GATE.....et bien, avec des prostituées et des filles lapins qui se font limite violé ! Non, sans déconné, j'en ai pas vu beaucoup mais on dirait que l'animé veut cette fois explorer la partie plus sombre de son univers en montrant des trucs un peu plus trashs. Reste à savoir ou ça va le mener mais j'avoue être un peu perplexe. Rendez-vous dans quelques épisodes pour savoir ou on va en être.


Dimension W

Synopsis : 
En 2072, le rêve de Nikola Tesla d'un monde électrique est devenu réalité. Exit les batteries et câbles électriques devenus obsolètes, l'humanité utilise désormais des bobines électromagnétiques à énergie inépuisable appelées « coils ». Ainsi, le problème d'approvisionnement d'énergie n'en est plus un, laissant envisager un futur prospère.
Toutefois, plusieurs criminels modifient leurs coils afin d'en faire des armes redoutables. Kyoma Mabuchi, jeune homme préférant les anciennes voitures à essence (et polluantes), connaît bien les méfaits des coils et effectue une traque contre ces coils illégaux pour le compte de Mary en échange d'argent et d'essence. Un jour, au cours d'une mission, il va rencontrer Mira, jeune prisonnière mystérieuse qui semble étroitement lié aux coils..



Avis : Bon, j'avoue que l'animé est bien mais malgré tout, j'ai un peu de mal à y accrocher. Sans doute parce que j'ai déjà vu ce genre d'animé/manga souvent (vous savez, ce genre d'animé avec un casting divers et varié de SF et des personnages au capacités uniques qui vont lutter contre une méchante société qui domine le monde....). Bon, je ne pense pas que ce sera mauvais mais perso, j'ai un peu de mal à être vraiment enthousiaste.......Peut être que je suis mort à l'intérieur. Enfin, bref, je continuerai malgré tout.



Hai to Gensou no Grimgar 

Synopsis :  L'histoire de Hai to Gensou no Grimgar suit un groupe d'adolescents qui se réveille dans un monde qui leur est totalement inconnu nommé Grimgar. Étant amnésiques pour une raison qu'ils ignorent, l'un d'eux, nommé Haruhiro, prend la décision de former un groupe afin de survivre et de trouver des réponses à leur situation.Malgré sa faible connaissance en ce monde, Haruhiro va guider son groupe afin de développer des capacités qui vont leur permette de survivre. Après plusieurs semaines dans ce monde, Haruhiro se pose une question qui est toujours en suspend : comment se fait-il qu'il soit arrivé, lui et ces personnes dans ce monde ?

Avis : Cet animé, c'est un peu le gros point d'interrogation de la série. En gros, dés le premier épisode, on voit les personnages qui sont clairement soit dans un MMORPG réaliste à mort (Réalité virtuel ?) ou dans un monde Fantasy ou ils ont été bannis ou se sont perdus. Et dés les premières minutes, on assiste à un combat ou les héros galèrent contre de simples gobelins (et même pas nombreux). Ici, point de moment épique ou de personnage super doués, on a plus l'impression de voir une bande de gosses pas doués qui doivent apprendre à se battre malgré eux et qui ont beaucoup de mal à tuer le moindre truc. Si c'est un MMO comme on le suppose, ça tient plutôt du mod DayZ hardcore médiéval que du Wow. Les héros doivent développer des stratégie et ont bien du mal à réussir à avancer. L'ambiance est particulier dans le sens ou on balance entre les scènes de Slide of life qui est surtout un prétexte pour nous rappeler à quel point survivre dans ce monde est difficile et les scènes de tension ou on a l'impression que l'un d'entre eux va mourir dans d'atroces souffrances. Et tout ça avec une D.A très colorée, poétique et très jolie (histoire de mettre encore plus de contraste) et un climat qui laisse clairement supposé de sombres révélations sur les différents personnages..... Bref, un très étrange animé que je pense continuer pour voir ou il va aller. 


Schwarzesmarken
 
Synopsis : Schwarzesmarken est un spin-off de Muv-Luv Alternative. Il se passe en l'an 1983 en Europe. Ce spin-off suit le 666ème escadron de TSF nommé Schwarzesmarken de l'armée est-allemande. Cette unité est chargée de combattre les envahisseurs extraterrestres nommée BETA, cet objectif est important et ne doit subir aucun échec même si des alliés proches de la mort demandent de l'aide, rien ne doit les déranger jusqu'à l'accomplissement de la mission. L'unité 666 est principalement constitué de personnes pilotant des méchas de type Tactical Surface Fighters MiG-21, sauf le commandant Irisdena Bernhard qui elle pilote un MiG-21PF.


Avis :En gros, cet animé c'est : Des nazis qui affrontent des monstres de berserk dans des gundams en affrontant également des autres Nazis.........avec des filles en tenue moulants à gros seins (ouais, ça reste adapté d'un Eroge à la base). Ouais, le pire, c'est que c'est exactement ça au mot prêt ! et ça marche ! Bon, en gros, cet animé, c'est le royaume des pourris, tout les personnes ont trahis leurs proches, y a une tension pas possible vu que les héros sont clairement de la chair à canon et en prime, y a la Gestapo de cet univers qui n'attends qu'un geste pour les exécuter ou pire.... Bref, autant dire que dans cet animé, on rigole pas beaucoup. Pour l'instant, l'univers est intéressant et si on fait abstraction de l’héroïne un peu "shonen" (l'amitié, l'amour, les petits oiseaux.........si ca peut vous rassurer, dés qu'elle l'ouvre, les autres lui tapent dessus en lui disant de vomir ces conneries de hippies ailleurs........vraiment hein? c'était pas une blague). Bref, ça a l'air bien parti et je sens que je vais apprécier cet animé.


Ao no Kanata no Four Rhythm 

Synopsis :  L'histoire se passe dans un monde où tous les habitants sont capables de voler grâce à des chaussures gravitationnelles. Dans ce même monde, il existe un sport utilisant ces chaussures qui se nomme "Flying Circus."Nous suivons le quotidien de Hinata Masaya qui a autrefois, participé à ce sport. Notre protagoniste était promu un avenir brillant dans cette pratique mais à cause d'une écrasante défaite, il décide d'arrêter définitivement ce sport. Depuis ce jour il vit paisiblement jusqu'au transfert d'une nouvelle élève nommée Kurashina Asuka qui lui redonne la passion qu'il avait perdu. Masaya décide alors de participer une nouvelle fois à un championnat du "Flying Circus."

Avis : Bon, c'est pas très fin et franchement, c'est plus un harem vaguement comique avec une sorte de sport à la con comme fil rouge. Je prévois de continuer mais franchement, j'ignore combien de temps je vais tenir vu que le sport allait tous sauf intéressant et que les héroines sont toutes insupportables (l'héroine en tête qui a l'air d'être une grosse cruche....). Mal parti, vraiment mal parti....


ET VOILA !!!! On en a enfin fini !

J'espère que vous avez aimé et que ça vous aidera à faire le tri. Sur ce, moi je vous dis à bientôt et amusez-vous à mater tous ses animés.

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)

Bonjour à tous.
Encore une fois, je fais une résurrection surprise après de très longues semaines d'absences. Principalement à cause d'un manque d'inspiration, de jeux que j'avais envie de finir, d'une certaine lassitude de l'écriture (j'en parlerai d'un autre article), l'actualité également où, à part se pignoler sur les diverses annonces de jeux, j'avais pas grand chose. Mais c'est aussi et surtout parce que j'avais trois tonnes de problèmes à résoudre.

Finalement, pour remettre un peu le pied à l'étrier, j'ai décidé de faire un "simple" article sur une série d'animés que j'ai pas mal regardé ces derniers temps et dont j'avais simplement envie de parler. (bon, c'est aussi que je vais prochainement parler des animés de l'automne et que la présentation de ces animés est nécessaire pour l'un d'entre eux). Bref, aujourd'hui, on va parler de la série Monogatari.


Alors, à la base, la série Monogatari est une série de Light novel publié de 2006 à 2014 et écrit par Nishio Ishin dont c'est l'oeuvre principal (bien qu'il a écrit plusieurs autres histoires comme Katanamonogatari, lui aussi adapté en animé) et qui est également le scénariste du manga, Medaka Box. Chez nous, l'animé a été licencé et édité en DVD/blu-ray chez Dybex pour les deux premières saisons (un doublage Français est d'ailleurs disponible mais je vous le déconseille fortement tant il est bourré de fautes de sens et que les doubleurs ne font aucun effort pour croire un seul moment le texte qu'ils récitent), le reste est licencé chez Wakanim en VOSTFR.

L'histoire de Mongatari se veut simple à la base : Elle est centrée sur l'histoire de Koyomi Araragi, un lycéen de terminale qui a été attaqué par un vampire (puis guéri) peu avant le début de l'histoire. Celui-ci rencontre d'autres personnages atteints de maux paranormaux divers et leur vient en aide. Bon dit comme ça, l'intrigue a l'air absolument pas folle mais on y reviendra.

Monogatari est un cas un peu particulier. En effet, on parle vraiment ici de séries de light novel puisque la série a commencé sous la forme d'histoires courtes pour finalement plus tard, voir de nouvelles histoires être créées, être regroupées avec les anciennes déjà publiées pour finalement former divers tomes. Chaque série en 1 ou 2 tomes est donc centrée sur un thème en général ou une structure narrative bien particulière (Exemple : Bakemonogatari est une sorte d'introduction où l'on présente les personnages principaux face à un souci lié à une entité, Nisemonogatari parle des soeurs du héros et traite d'histoires d'imposture, ect)

Histoire de vous embrouiller, voici la liste complète des divers tomes :

  • Bakemonogatari
  • Kizumonogatari 
  • Nisemonogatari
  • Nekomonogatari (Noir et Blanc)
  • Kabukimonogatari
  • Hanamonogatari            
  • Otorimonogatari
  • Koimonogatari
  • Tsukimonogatari
  • Koyomimonogatari
  • Owarimonogatari
  • Zoku-Owarimonogatari 

 


C'est un sacré bazar mais on s'en fout un peu puisqu'on va parler plus parler de l'animé que des light novel en eux-même. En effet, en 2009, le studio Shaft, à l'origine de Mahoromatic, Sayonara zetsubo sensei ou encore Puella Magi Madoka Magica (qui est un putain de chef d'oeuvre à voir absolument) a décidé de se lancer dans un projet complètement fou (même si, à mon avis, c'était pas le but visé à la base) : Adapter l'entièreté de la série Monogatari. Et autant vous dire qu'ils ont mis les plus dans les plats dans les grands pour cette adaptation.

Pour préciser correctement l'adaptation, voici la liste des animés :

-    Bakemonogatari, adapté les tomes du même nom en 15 épisodes. (13 diffusés à la télé, le reste sur internet)
-    Nisemonogatari, adapté les tomes du même nom en 11 épisodes.
-    Nekomonogatari, adapté le tome Nekomonogatari Noir en 4 Oav.
-    Monogatari Second Season, Adapté les tomes Nekomonogatari Shiro, Kabukimonogatari, Otorimonogatari, Koimonogatari en 23 épisodes (la plupart des sites indiqueront 26 toutefois car il a trois épisodes résumés à la fin de chaque arcà
-   Hanamonogatari, adapté le tome du même nom en 5 oav. 
-   Tsukimonogatari, adapté le tome du même nom en 4 oav.

Note : Une adaptation de Owarimonogatari est actuellement en cours de diffusion et une trilogie de film adaptant Kizumonogatari est prévu pour l'année prochaine (après plusieurs années de reports divers et variés)


Bon, après cette énorme bazar pour reconstituer la saga entière (et encore je vous ai pas montré la timeline du truc, c'est à se tirer 3 balles dans le pied...si vous avez le courage toutefois, c'est ici ), je vais parler donc du scénario un peu plus en détail.

Monogatari va principalement traiter de surnaturel japonais avec son lot de fantôme, d'esprits, de monstres, de créatures, ect. Ici, on suit le héros principal, Araragi dans sa vie de tout les jours mais qui va fréquemment croiser la route de diverses filles (oui car dans monogatari, à l'exception du héros, le cast est composé à 98% de filles) embêté par une entité plus ou moins malfaisantes (certaines font du mal sans le vouloir, d'autres pensent être bénéfiques, d'autres aussi se servent des gens, ect). On va donc suivre Araragi qui va tenter d'identifier le problème et le résoudre.....via de très longs monologues.
  
Et oui, car autant vous prévenir, la série n'est pas spécialement à mettre entre toutes les mains. Non pas qu'elles contiennent des éléments choquants (....encore que..) mais principalement, parce que c'est un OVNI. Les épisodes sont en général des sortes de gros monologues entre un ou plusieurs personnages. Ici, peu de bastons (bien qu'il en a une bien stylée tout les 6 épisodes) mais bien la voix de Hiroshi Kamiya (le Seiyuu d'araragi) qui va parler, analyser, décortiquer, commenté, déduire, partager, révéler....bref, vous avez compris, qui va plus raconter l'histoire que la montrer. Et autant, vous prévenir, vous devrez parfois méchamment vous accrocher pour comprendre ce qui se passe à l'écran parce que les mecs de chez Shaft ont tenter de renforcer, si besoin était, encore plus le côté décalé de l'oeuvre via la charte design.

Oui, car si seulement il n'y avait que les dialogues mais le visuel essaie lui aussi de nous plonger dans un monde complètement aux antipodes de ce qu'on pourrait appelé "normal". La preuve en image : 

 


Des passages aux couleurs bariolées, des bâtiments avec une architecture chaotique voire absurdes, des éléments divers comme les passants qui sont simplement de piles de Kanji qui parle, des pièces aux dimensions surréalistes et d'autres trucs que je peux pas vous citer tellement y en a (et que ce serait gâché une partie de l’intérêt). Autant le dire, Shaft a voulu véritablement transformer Monogatari en expérience à la fois narrative mais également visuel. Bien qu'il soit assez chaotique et que sincèrement, on a franchement du mal à suivre totalement ce qui se passe à l'écran sans que notre cerveau commence à crier très fort "épilepsie coloré"; ça contribue très bien à renforcer l'immersion. En effet, dés qu'on commence l'épisode et qu'une série de carton commence à nous résumer à la vitesse de la lumière l'intrigue de l'épisode d'avant, on sent que clairement, on va partir dans quelque chose de bien différent de ce qu'on a l'habitude de regarder. 

Mais toutefois, on peut se demander si l'intrigue contrebalance cette orgie de bizarrerie. Et bien, oui. Qu'on se le dise, Monogatari, c'est à la fois le point culminant de la complexité et son contraire. En soi en les résumant grossièrement, les histoires ne sont pas spécialement hyper compliqué à comprendre (du moins, la plupart) mais c'est surtout la narration qui rend l'histoire intéressant. Description longue et détaillé mais surtout longue décortication des éléments de la personnalité et des sentiments des personnages, point de vue, mystères lentement distillé qui amène révélation sur révélation, éléments sur éléments.... Clairement, on a l'impression que l'épisode nous fait de la masturbation d'intrigue pendant 20 minutes mais sincèrement, c'est loin d'être déplaisant. Encore une fois, faut vraiment rentrer dans le délire, accepter qu'un épisode va s'écouler très lentement et que les réponses à un mystère vont soit être amené très lentement ou l'épisode d'après, que les résolutions sont parfois assez surprenants et qu'on se prenne à dire "tout ce mystère autour du problème pour au final, un truc aussi simple" ou que parfois, l'épisode se tape un délire complet autour d'un gag à la con (ou d'un moment extrêmement gênant...) mais sincèrement, l'univers arrive à nous captiver grâce à ces personnages haut en couleur, la qualité de ces révélations et des intrigues et même avec l'espèce de mythologie qu'il crée au fur et à mesure de ses saisons. 

Pour parler d'ailleurs des personnages, chacun essayent de jouer avec les codes et se révelent très surprenants. Entre senjougahara, la auto-proclamé Tsundere qui menace très calmement les autres personnages de morts si on fait des choses qu'elle n'apprécient pas, Hanekawa la bimbo savante ou encore Kanbaru, la basketteuse Yuri et Masochiste (selon ses propres dires), le casting est très varié et surtout très barré. Malgré tout, on arrive à s'attacher et avoir ses petits chouchoux. D'ailleurs, même si un personnage n'est pas appréciable sous certains abords, il faut toutefois rester attentif à lui car il est susceptible de changer de facon surprenant (autant niveau look que personnalité d'ailleurs). Après, le plus étrange dans tout ce fourbi restera les rapports entre les personnages. Et pour vous donner un exemplaire, je prends le plus gros : Le rapports qu'entretient le héros avec ces deux soeurs.....pour le meilleur et le pire. En effet, sur toutes les saisons, difficile de vraiment savoir leurs relations : Elles sont partagés entre des relations frères-soeurs qui s'apprécient, se haïssent........voir sont à la limite de l'inceste (même entre les deux soeurs d'ailleurs, y a une scène qui laisse perplexe le spectacteur). Et c'est comme ça très souvent, difficile de dire pour pas mal de personnes si ils s'aiment ou pas ou si leurs relations est plus compliqués. 

  Et on termine sur la musique, plus précisemment sur les opening et ending qui changent à chaque Arc et qui sont assez révélateurs encore (à croire que Shaft n'a rien voulu laisser au hasard) des personnalités des personnages, entre Hachikuji la plus jeune du groupe qui se paie un opening survolté et enfantin, Sengoku qui se paie un opening calme et romantique ou encore le dernier opening de Monogatari Season 2 qui parodie les animés des années 80 en montrant une pseudo romance entre les deux héros (qui se haissent pourtant plus que tout en réalité), c'est encore une fois du grand art. Pour le reste de l'ost, un seul mot : Paie ton ambiance anxiogène.

Bref, vous l'aurez compris, je vous conseille énormément la série monogatari. C'est un délire que tout le monde ne comprendra pas forcément mais une fois dedans, on lâche plus. Et sincèrement, quand on voit à quel point cet animé tente de ne pas faire les choses comme les autres, on peut vraiment lui donner sa chance. C'est un peu grâce à ce genre d'initiative aux antipodes de la normale et des conventions habituelles de l'animation qui me permettent personnellement de pas lâcher ce média. Entre la plume de Nishio Ishin et les animateurs de Shaft en mode "on va défoncer les standard" (même si il faudrait qu'ils se calment et arrêtent d'en foutre partout.....Non parce que Nisekoi avec le style de Monogatari, ca colle pas trop), on part sur un truc qu'on verra surement plus jamais quand il sera fini et que ce sera dommage de louper. 

Sur ce, je vous souhaite à la prochaine (ce sera surement beaucoup plus rapide que la dernière fois), et amusez-vous bien.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)


Bonjour à tous.
Alors que la chaleur revient (en tout cas chez moi...), la saison de l'été 2015 d'animé est déjà bien avancé. C'est donc l'occasion d'y revenir via les habituels (du moins j'aimerais) premières impressions sur les différents animés qu'on nous propose en ce mois de juillet. Je vais toutefois mettre un petit bonus : Une petite sélection des animés du printemps. En effet, j'avais un peu sauté cette période car elle m'avait semblée assez fade et pas franchement intéressante. Toutefois, comme j'aime les choses bien faites, je me dis que je vais quand même y revenir rapidement via quelques titres plus au moins bon ou mauvais (en passant, je tiens à vous faire passer un message important : Le soleil est entrain de me tuer à petit feu, merci de votre attention) . Bon, c'est parti :


Hibike! Euphonium : Kyoto Animation est de retour dans la partie et nous fait encore part de son credo : Défoncez les standards avec des animés qui sortent de la masse. Ici, on suit le parcours d'une fanfare et plus exactement de Kumiko, une lycéenne jouant de l'Euphonium (si vous demandez ce que c'est, un euphonium c'est ça , voilà, ca vous fait une belle jambe). Bon, l'animé est plus proche d'un vrai animé sur la musique que l'avait été K-On (du même studio) et fait un vrai travail sur la personnalité des personnages et des "épreuves" que traverse les musiciens et plus exactement les lycéens musiciens (entre motivation, envie de se surpasser ou priorité dans la vie). Bref, après la décevante saison 2 de Chuunibyou ou le moyen Amaburi, KyoAni revient plus fort que jamais. (Saison 2 de Kyoukai no kanata please....?)


Nagato Yuki-chan no Shoushitsu : Si vous avez étudié un peu l'animation ces dernières années, vous avez sans doute entendu parler de La mélancolie de Suzumiya Haruhi, un animé super sympa qui est devenu rapidement culte et possède d'ailleurs une solide fanbase (même en france d'ailleurs) et dont la saison 2 avait suscité une grosse polémique (dont je vous dirais rien si vous l'avez pas vue...faut le voir, pas le lire). Et alors que pas mal de gens attendent encore une saison 3, Satelight (le studio qui a fait notamment Log Horizon) a décidé de faire un animé sur le Spin-off de la série. En gros,Yuki-chan No Shoushitsu est un animé qui se base sur le film "la Disparation d'haruhi Suzumiya" en modifiant quelques éléments et partant sur une nouvelle série où Nagato Yuki est l'héroïne.  En gros, imaginez une série classique de Romance au lycée avec les personnages de Suzumiya dedans. C'est pas mauvais et j'aime assez l'idée mais après, je comprendrai que les fans hardcore n'aime pas trop ça. Bon, après, l'épisode ou je m'étais arrêté commençait un arc final bien étrange et j'attends la fin de la sortie du 16eme (et dernier) épisode pour me faire un avis final. Mais personnellement, j'aime beaucoup pour le côté comique, relaxant et no-prise de tête de l'animé. (Et comme je suis assez fan de Suzumiya, j'apprécie de revoir la SOS-Dan)

Owari no Seraph : Pour faire rapide : L'histoire tourne autour d'un virus qui a ravagé l'humanité à l'exception des enfants de moins de 13 ans. Ceux-ci sont récupérés par des vampires pour servir de bétail vivants. On suit donc Yûichirô, un jeune enfant qui apprend que l'Humanité n'est pas entièrement décimée, et qui rejoint les rangs de "l'Armée Impériale du Démon", qui a pour but d'exterminer les vampires. Whoa.....Comment résumé : C'est un shonen pavé de clichés et de ressors scénaristique qu'on voit à trois kilomètres (Par exemple : la transformation du meilleur ami du héros en vampire, même si on mate aucun trailer ou qu'on voit pas l'opening, on voit la ficelle comme une vache dans une salle de classe). Bref, passez votre chemin, ça ne vaut clairement pas la peine.

Plastic Memories : La surprise de la saison. J'ai découvert cet animé trois jours avant le début de la saison et le synopsis avait donné envie : L'histoire se passe dans un monde où vivent des robots capable d'émotions mais ne fonctionnant qu'un temps limité appelé Gifta, on suit donc Tsukasa, un jeune garçon qui va devoir travailler dans une agence qui négocie et récupère les dits robots et qui va tomber amoureux de sa collègue, Isla, elle-même une Gifta. Bon, sur le papier, ca semblait bien, même si mon esprit critique disait que ça risquait d'être très téléphoné tout ça. Et ça l'a été....à moitié. En effet, dés le premier épisode, l'animé tente de nous faire pleurer...et y arrive malgré qu'il tire sur la corde comme un gros taré. La suite est assez surprenante vu qu'il enseigne des scènes parfois WTF, des épisodes approfondissant son background et surtout sa fin..... En effet, si il a bien un truc que rate pas mal d'animé (et même de scénarios en général), c'est le final qui aboutit souvent à un gros deus ex machina pour justifier une Happy end.... Sauf que ici, ce n'est pas le cas ! En effet, dés le début, sans trop vous spoiler, l'animé nous annonce un fait assez dramatique. Et on se dit surement qu'un retournement final va contredire ce fait....Sauf que non, ce qu'on craint arrivé arrive bel et bien et c'est comme ça... un peu comme si l'animé nous disait "ça doit arriver, tu dois l'accepter". Et rien que pour le faites que cette histoire n'a pas cédé à la facilité (et pourtant, marrez-vous mais j'étais tellement sûr qu'il allait le faire), je n'apprécie que plus cette histoire. Vraiment, j'ai aimé... et je me fous un peu des quelques défauts qu'il a. 


Ore Monogatari!! : Bon, alors que le scénario semblait être intéressant : L'histoire d'un lycéen très grand, très baraqué et clairement pas un beau gosse qui allait connaître enfin le privilège d'une histoire d'amour.... On tombe rapidement dans les travers du shojo habituel : L'histoire d'amour se concrétise très vite (4eme épisode.....alors qu'il en a 24 de prévu !!), le héros est pas bien malin, d'autres filles viennent tourner autour du héros alors qu'on ne manque de nous rappeler à quel point il est pas attirant.... ect. Bref, alors que j'attendais quelque chose de vraiment différent et drôle, ça m'a juste rappelé pourquoi j'ai arrêté de lire ce genre de truc encore plus bourré de clichés que n'importe quel Shonen.....


Yahari Ore no Seishun Love Comedy wa Machigatteiru. Zoku : Donnez un avis précis sur la deuxième saison de cet animé est assez compliqué... d'un côté, on retrouve ce qui faisait l’intérêt de cet animé (un Club sensé aidé les élèves composé d'un misanthrope, d'une fille froide et d'une fille très enthousiaste et leurs réflexions plus ou moins complexes sur les relations entre les gens) mais de l'autre, ça rappelle à quel point l'histoire est lente. Sans compter que les deux héroïnes sont beaucoup plus en retrait (en particulier Yukino qui fait limite des caméos dans les épisodes). Bref, je pense remater la série avant de donner un avis complet.

Yamada-kun to 7-nin no Majo : Ici, attendez-vous à un gros animé comédie et un brin con sur les bords. L'histoire raconte comment Yamada, un délinquant assez stupide va découvrir qu'il peut changer de corps avec sa camarade de classe, Urara et que 7 sorcières possédant chacun un pouvoir que Yamada peut copier se cachent dans le lycée. Autant dire que le scénario est un vague prétexte pour justifier le plus de scènes comiques et les personnages ont été clairement écrits pour avoir le plus de tares possibles...... Personnellement, je suis pas très fan de l'humour shonen pantsu en général (qui tourne habituellement sur le faites de traiter le héros de larbin ou d'abruti fini....) sans compter que l'intrigue (comparé au manga que j'ai un peu lu) est très rushé (à la fin du tome 1, on ne parle même pas encore des sorcières). Bref, une comédie pas vraiment mon type d'humour mais qui reste toujours meilleur que la précédente ½uvre de l'auteur du manga d'origine (qui avait un humour ultra lourd...)

Voilà, pour la sélection, il me reste toutefois plusieurs animés à mater :

Fate Stay Night Unlimited blade works S2 : J'ai la saison en magasin mais j'ai pas encore la motivation de la regarder. Je sais pas pourquoi d'ailleurs vu que la saison 1 était parfaite sur tout les points malgré que je connaissais déjà l'histoire (c'est Fate....l'histoire, on commence à la connaître).

Kekkai Sensen : Faudrait que je m'y attaque vu comment on me casse les pieds avec "son animation de malade".

Grisaia no Rakuen : Y me reste 3 épisodes mais voilà, j'ai la flemme....alors que j'adore la série et que j'en parlerai dans un article complet (enfin je parlerai plus du visual novel que de l'animé en lui-même).


Bien, passons maintenant aux animés de cet été 2015. (En passant, je tiens à faire passer un message super important : Je crève de chaud. Merci de votre attention)


Akagami no Shirayuki-hime

Synopsis : Shirayuki, une jeune pharmacienne, a la particularité d'avoir les cheveux rouges, ce qui attire bien des regards, dont celui du prince de son pays, Raji, qui veut en faire sa concubine. Bien décidée à prendre en main son destin, Shirayuki s'enfuit de son pays. En chemin, elle croise Zen, un jeune homme aux allures de vagabond, et ses deux amis Kiki et Mitsuhide. Une étrange complicité va naître entre Shirayuki et Zen, qui vont devoir traverser des épreuves incroyables.

Avis : Bon, à la base, c'est le troisième manga où l'héroïne est rousse ou on présente ça comme une rareté (Peut être qu'il a pas de rousses au japon, je sais pas) et c'est hyper marrant quand tu vois que les personnages ont les cheveux bleus, verts, blancs ou jaune mais roux c'est bizarre....

Bon pour parler de l'animé en lui-même, c'est assez sympathique même si ça reste dans les clichés habituelles du manga shojo d'aventures. Heureusement que l'histoire sera courte et permettra de donner une fin à l'histoire sans attendre que le manga se décide à se terminer (14 tomes en dix ans de prépublication sérieux....). Bref, on verra à la fin mais ça n'a pas l'air trop mal.


Charlotte

Synopsis : Yuu Otosaka est un étudiant tout ce qu'il y a de plus normal, à la différence près qu'il possède une habilité spéciale lui permettant  de prendre possession de n'importe quel être se trouvant dans son périmètre mais avec une restriction de 5 secondes seulement. Ces pouvoirs étranges, qui émergent pendant la période de l'adolescence, vont par un concours de circonstance mettre sur sa route l'intrépide Nao Tomori, elle aussi détentrice d'un pouvoir capable de brouiller la perception d'une tierce personne. Yuu va se retrouver malgré lui obligé d'intégrer la prestigieuse Hoshi no Umi Gakuen et dans la foulée le conseil des élèves avec pour mission de retrouver et protéger les détenteurs de pouvoirs.

Avis : Bon, histoire de situer ce qui rend cet animé si particulier, c'est tout simplement le faites qu'il a été écrit par Jun Maeda, le créateur d'Angel Beats! Et pour sûr, on retrouve rapidement sa patte : Un mélange entre tragique et comique assez loufoque avec des personnages des fois barrés, des fois attachants et des fois assez étranges. Si le départ partait bien (surtout le deuxième épisode qui rèvéle une histoire bien moins drôle qu'on pourrait le penser), les épisodes tentent vers le format : Un épisode, une histoire. Même si on sent que l'histoire va prendre un tournant (des signes dans l'épisode 5 semble teaser un futur problème), il faut noter que parfois les scènes sont extrêmement mal mise en scène (la scène d'adieu dans l'épisode 3 notamment, qui est en prime est illogique) et certains running gag font mal (le coup de la sauce pizza). Malgré tout, reste une réalisation de qualité, les héros amusants et la musique de qualité, un animé dont on ne pourra se faire une idée complète qu'à la fin de son dernier épisode.

 
Super Dragon Ball :

Synopsis :
Six mois après la défaite de Boo originel contre Son Goku, la Terre est en période de paix. Cependant, le dieu de la destruction Beerus vient de se réveiller d'un long sommeil, avec l'idée d'affronter le Super Saiyan God, le légendaire guerrier apparu dans une ancienne prophétie.

Avis : Évidemment, il était un peu difficile de parler des animés de cette saison sans parler du nouvel animé Dragon ball. Si vous avez atteint presque la trentaine (ou un peu moins), vous avez sans doute connu la folie dragon ball et comment à l'époque, tout le monde était fan. Malheureusement, il a un truc assez malheur chez certaines personnes, c'est qu'il estime être trop vieux pour apprécier encore ce genre d'animé et considère la nostalgie parfois comme un ennemi.....Et malheureusement, j'en fais partie à propos de certains mangas.

Alors attention, ca veut pas dire que Dragonball, c'est mauvais, me faites pas dire ça. C'est juste qu'en matant les premiers épisodes de cette énième suite au chef d’½uvre de Toriyama.... Je me suis rendu compte que la sauce ne prenait plus.... Ce n'est pas mauvais bien que très orienté Slice of life pour l'instant et qu'on va devoir se retaper l'Arc sur Beerus en format épisodique mais clairement, le charme nostalgique de cet animé n'agit pas sur moi.... Bref, c'est assez bon mais malheureusement, je ne pense suivre l'animé car Dragonball, c'est fini depuis longtemps pour moi.


Gangsta :

Synopsis :
L'histoire suit Nicolas Brown et Warwick Arcangelo, deux tueurs à gages aux personnalités opposées : le premier est taciturne et secret tandis que le second est vantard et coureur de jupons. Ils vivent à Ergastulum, une ville contrôlée par la mafia et les gangs, et gagnent leur vie en accomplissant diverses tâches rémunérées allant de la livraison aux assassinats sous le couvert de leur "agence" de "services en tout genre". Leurs vies vont être chamboulées lorsqu'ils vont rencontrer Alex, une prostituée qui cherche à échapper à la pègre... C'est alors que la nouvelle venue découvre que Nick est un "indexé", ou "crépusculaire".

Avis : Alors ici, c'est très simple : Gangsta est mon animé coup de c½ur de cette saison.

Bon, à la base, c'est l'adaptation d'un manga déjà publié chez nous. Et pourtant, je n'avais jamais entendu parler de cette ½uvre avant. Ce qui rend d'autant plus forte ma surprise vu que j'ai lancé le premier épisode un peu par hasard par recommandation de quelqu'un. Et là, explosion dans le pantalon

Difficile de savoir par quoi commencer :  Entre l'univers très sombre, les personnages charismatiques, le côté "réaliste" et sans coupure de l'animé (J'ai rarement vu un animé ou on te montre clairement une prostituée entrain de faire une passe dans une ruelle par exemple), l'histoire intéressante, les situations pleines de rebondissements ou encore nos deux anti-héros sympathique mais n'hésitant à tuer ou torturer pour arriver à leur fin. Difficile de vous expliquer plus précisément mais clairement; regardez cet animé, c'est clairement une bonne surprise.


Gakkou Gurashi!

Synopsis : Dans un univers mêlant "moe" et "horreur" nous suivons le quotidien tragique de quatre élèves nommées Yuki, Rii, Megu et Kurumi dans une école. Du jour au lendemain, une épidémie de zombie est déclarée dans l'école de ces quatre filles. Alors que cette épidémie a presque décimée toute leur école, les quatre filles, une poignée d'élèves et leurs professeurs vont tenter de survivre dans cet enfer. A cause de cet événement le quotidien paisible de ces filles dans leur Club de Vie va radicalement changer.

Avis : Bon, cet animé a été surement mon plus gros "Meh" de la saison. En gros, j'ai commencé cet animé comme Gangsta, en ne connaissant même pas le synopsis de base. Après les 20 minutes les plus nianiantes de toute ma vie, j'ai été surpris du retournement des 3 dernières minutes qui remettent tout l'univers en question. Gakkou Gurashi, c'est un peu l'animé le plus étrange que j'ai vu ces derniers mois, c'est moe et débile comme pas permis à 5 minutes 20 de l'épisode et à 10 minutes 57, c'est un animé assez sombre et qui nous faire faire les gros yeux. Difficile de prévoir ce que l'animé réserve vraiment dans ces conditions et on sent bien que ça a été fait exprès pour conduire le spectateur à mater la suite. Ce sera sans doute mon cas, rien que pour voir comment cette histoire va finir....


Gate: Jieitai Kanochi nite, Kaku Tatakaeri

Synopsis : Le sous-lieutenant Itami, profitant d'une permission pour aller à une convention de fanzines, se retrouve dans une gare du quartier de Ginza à Tokyo, alors qu'au même moment une porte géante apparaît. De nombreux soldats, dragons et autres créatures fantastiques sortent de cette porte et attaquent toutes les personnes qu'ils rencontrent. Pendant qu'Itami aide des civils à fuir, les forces d’autodéfense arrivent et neutralisent rapidement ces ennemis d'un autre monde. Plus tard, le gouvernement japonais décide d'envoyer ses militaires de l'autre côté de la porte pour arrêter les responsables de cette attaque afin qu'ils soient punis.

Avis : Bizarre. C'est le mot que j'ai le plus répété lors des deux premiers épisodes de gate. Pour commencer, cet animé m'a fait pas mal penser à un autre animé que j'avais maté y a quelques mois, Outbreak company, puisqu'il s'applique sur le même délire de colonisation d'un monde médiéval avec un héros Otaku à sa tête. Sauf qu'ici, le manga se prends au sérieux et que l'Otaku en question est un militaire. Le pire ? La mayonnaise prends.... Bon, il faut quand même ouvrir ses chakras pour accepter un combat entre une jeep militaire et un dragon (le pire, c'est le combat est très réalisé et assez épique) et le rythme assez lent pour l'instant de l'animé mais malgré tout, ça reste intéressant à regarder et à suivre. Reste à savoir si l'histoire de 24 épisodes tiendra et avancera suffisamment pour être intéressant.

God Eater

Synopsis : L'histoire se déroule dans un univers post-apocalyptique où la population a presque été anéantie par de puissantes créatures démoniaques appelée Aragami. Pour sauver l’humanité, un groupe pharmaceutique a créé une arme organique, les Jinki, qui tire sa force en dévorant les Aragami. Ces armes ont pour particularité de fusionner avec quelques humains et représentent l’unique moyen d’éliminer ces monstres. On suit les membres de l’organisation Fenrir à travers différentes mission, qui combattent les Aragami en utilisant les Jinki.

Avis : à la base, tout était réuni pour donner un bon avis : L'adaptation d'un excellent monster hunter like et Ufotable (le studio qui nous pond les superbes adaptations de Fate). Malheureusement, dans les faites, l'animé n'est clairement pas à la hauteur. L'histoire est inintéressante et l'animation est maculée voir noyé de 3D, ce qui rend le tout assez pénible à regarder malgré que celle-ci est de meilleure facture que la plupart des animés qui en utilise (matez les ending de Super Sonico par exemple pour voir ce que j'entends par 3D dégueulasse). Une déception assez inattendue.


Himouto! Umaru-chan

Synopsis : Doma Taihei est une personne ayant un poste fixe, cependant il doit s'occuper de sa petite soeur de 16 ans. Cette dernière est la fille la plus populaire de son lycée, belle et bonne en tout ce qu'elle entreprend. Mais quand elle rentre chez son frère, elle devient le parfait opposé de ce qu'elle est au lycée. Elle se met à manger, jouer et regarder des animés et ne fait rien d'autre.

Avis : Alors oui, le concept a déjà été utilisé plus d'une fois (Dans Nogozaka Haruka ou encore dans Ore Imouto) et repose sur les mêmes ficelles, même si ici, on est dans un animé entièrement tourné vers la comédie (contrairement aux deux autres animés qui tentaient d'offrir une histoire). Loin d'être mauvaise en soi, il faut toutefois arriver à supporter l'héroïne, une sorte de peste super capricieuse et égoïste, qui m'a donné envie d'arrêter à plusieurs reprises. Mais du reste, si vous aimez l'humour simple ou que vous voulez vous détendre, cet animé n'est pas si mal.


Prison School

Synopsis : L'académie Hachimitsu connu pour son règlement ultra stricte admet, pour la première fois de son histoire, des garçon en son sein. Lors de son premier jour à l'académie, le jeune Fujino Kiyoshi va vite remarquer qu'il n'y a que 5 garçons pour 1000 filles dans tout l'établissement. Mais cette année ne va pas être une partie de plaisir pour eux, en effet le conseil des étudiants leurs interdit de parler ou même de voir les filles, sous peine de terrible représailles. vont-ils être vivre au paradis...ou en enfer?

Avis : Alors, attention ici, vous êtes prévenus : C'est un animé d'humour mais assez trash et assez vulgaire. En effet, ici, pas mal de fanservice plutôt hardcore (même si marrez-vous, malgré le contexte, on voit moins de fanservice que dans m'importe quel Ecchi """romantique""") et pas mal de gags tournant autour du sexe et....... pas mal d'humour Scatophile. Ouais, c'est assez trash, assez barré, souvent WTF. Et pourtant, ça marche, cet animé, c'est des barres de rires à chaque épisodes. En prime, l'animé fait avancé bien plus vite l'histoire que le manga (qui est publié chez nous d'ailleurs) et nous propose donc une vraie avancé dans l'histoire. Bref, c'est crade mais c'est drôle, c'est trash mais c'est pas gratuit, en quelques mots, Prison school c'est du tout bon.


Non Non Biyori Repeat

Synopsis : Hotaru Ichijou est écolière à Tokyo lorsqu'un jour, ses parents lui apprennent qu'ils doivent quitter la capitale pour rejoindre un petit village campagnard au centre du pays. Une nouvelle vie s'annonce pour Hotaru, jusqu'alors habituée aux grands buildings de la ville. Là-bas, elle fera la rencontre de ses camarades de classe : Natsumi, Komari et Renge.

 
Avis : Bon, ici, ne vous attendez pas à un scénario mais plutôt à une série de Sketch (environ 3-4 par épisodes) sur les 4 héroïnes. D'ailleurs chose assez bizarre : la série s'offre une sorte de reboot puisque le premier épisode monte la rentrée et offre un deuxième épisode qui change les sketchs de l'arrivée d'Hotaru.....j'ai pas bien compris l'idée là j'avoue. Enfin bref, autant vous prévenir : Cet animé est clairement un Slide of life très classique mais assez amusant et fait pour se détendre. Si vous avez quelques minutes à perdre ou que vous avez envie de vous vider la tête; bha cet animé est pas pire qu'un autre, vous pouvez y aller...
 
 


Rokka no Yuusha

Sypnosis : Quand le Majin se réveille, la déesse du destin choisit six guerriers et leur accorde la puissance de sauver le monde. Il est dit que sur le corps de chacun des six guerriers une sorte de fleur y apparaîtra. Le jour de l’apparition du Majin approche à grand pas. Un jeune garçon nommé Adlet s’auto-proclame être l'homme le plus fort du monde et qu'il a soit-disant été choisi pour être l'un des héros. Cependant six autres personnes disant être des héros apparaissent, cela signifie que l'un d'eux est un imposteur. Dans la confusion, notre jeune protagoniste est emmené et choisi pour combattre le Majin.

Avis : Bon, pour tout dire, j'ai maté 3 épisodes et ça a été les 60 minutes les plus longues de toute ma vie. Je vais pas tourner autour du pot : C'est vachement cliché, assez chiant et l'animation et les combats ne valent pas la peine de s'infliger les autres défauts. à moins d'un gros retournement de situation (et faudra lire le final chez quelque d'autre car pour moi, l'aventure s'arrête ici), l'animé sera surement totalement oubliable.


Shimoneta to Iu Gainen ga Sonzai Shinai Taikutsu na Sekai

Synopsis : L’histoire se passe 16 années après l'application de la « Loi au maintien à l’ordre public et de la morale pour le développement de la Jeunesse » qui interdit le langage grossier ou les situations jugées indécentes en public dans le pays. Nous suivons Tanukichi Okuma qui s’inscrit dans une école d’élite de bonnes m½urs mais qui est enrôlé par l’Organisation Anti-Système (SOX). Tanukichi va prendre part aux actes obscènes contre l’école.

Avis : Décidément, les animés graveleux se sont lâchés cette saison. Shimoneta, c'est encore plus barré que Prison School. C'est bourré de blagues de culs (rien que l'opening donne déjà la ton) mais surtout de blagues jouant sur le sous entendu et la distance entre le monde que perçoit les étudiants "innocents" de l'animé et la réalité. Bon, ça reste un gros animé assez débile et même parfois un peu lourd mais qui a un brin de subtilité dans le fond (il montre notamment à quel point une société totalement puritaine est exagéré et ridicule...). Bref, si vous n'êtes pas allergique aux blagues de culs et à son cortège de personnages barrés (l'heroïne par exemple qui est totalement folle), ça devrait vous plaire.


Ushio to tora

Synopsis : Ushio découvre un jour dans son sous-sol un monstre, celui là même qui a été « empalé » par l’un de ses ancêtres il y a 500 ans avec la Lance du Fauve ! Ushio, qui n’avait jamais cru à cette histoire, constate que cette découverte va poser problème car le monstre va libérer des énergies négatives qui vont faire apparaître des spectres qui s’attaquent à tout le monde ! Ushio n’a plus le choix, il est obligé de libérer ce monstre mangeur d’hommes, afin de l’aider à ramener l’ordre !

Avis :  Pour commencer, petit détail : Cet animé est l'adaptation d'un assez vieux shonen qui date de 1990. Je précise ce détail car, si matez Ushio To tora, vous aurez noté tout de suite la patte "vieux shonen" dans cet oeuvre. Le scénario est assez simple, les personnages sont développé juste ce qu'il faut (Ushio est le héros assez sympathique et courageux, Tora est le démon égoïste qui va peu à peu faire équipe avec notre héros, ect). Mais malgré tout, ça marche. En effet, c'est un subtil mélange entre nostalgique et petit bouffé d'air. Ici, on a droit juste à des combats cool, un humour cool, des personnages attachants juste ce qu'il faut. Bref, c'est très agréable à suivre et franchement, pas prise de tête. Un autre petit coup de coeur pour le coup.


Working!!!

Synopsis : Takanashi Souta est un lycéen qui a une passion pour les petites choses mignonnes. Quand une fille, Taneshima Popla, l'aborde dans la rue et lui demande si il cherche un travail à mi-temps, il la trouve mignonne car elle ressemble à une collégienne, peut-être même une écolière. Mais il se rend compte quelle a un an de plus que lui. Passant par dessus ce détail, il accepte le travail à mi-temps car elle est toute petite et craquante à souhait. Il commence donc à travailler dans un restaurant familial, mais on peut dire que le personnel est unique ici !

Avis : Troisième saison de Working et même après trois saisons, l'animé a toujours les mêmes défauts : une qualité en dents de scies. En effet, si parfois il a des épisodes assez drôles et franchement intéressants à suivre, d'autres sont juste méga lourds et nous donne juste envie d'arrêter le calvaire....  En faites, je pense que l'humour est drôle selon les personnages montré : Quand c'est Taneshima, Takanashi ou Satou (à la limite, Souma aussi), c'est très drôle et je m'en lasse pas.... Dés qu'on commence à parler des autres personnages, ça devient TRES lourd et énervant (le pompom revient à Kyouko et Yamada qui me sortent par les oreilles tant leurs personnalités sont énervantes). Bref, si vous avez détesté les deux autres saisons, vous allez détestez encore plus celle-là, si vous avez arrivé à penser que 20 minutes de mauvais pour 10 minutes, c'est déjà ça de pris, vous pouvez y trouver votre compte. Mais voilà, c'est working... et apparemment, ca aura toujours le cul entre deux chaises.....

Voilà, vous avez maintenant une partie des cartes qui vont peut être vous permettre de faire votre sélection d'animé de cette saison et de savoir ce qui m'a plu et ce qui m'a pas plu. Globalement, cette saison qui m'avait apparu vide de prime abord se révèle finalement assez sympathique et j'ai trouvé sincèrement mon compte sans me forcer (pire, il me reste encore quelques animés dont j'ai pas parlé par manque de temps mais qui peuvent éventuellement avoir un potentiel). Bref, je vous laisse et je vous dit à bientôt. (en passant, je tiens à vous faire passer un message important : je vais m'évanouir dans 5 secondes suite à une trop longue écriture sous la chaleur, merci de votre atten...........nh,j;kù.......................)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)

Bonjour à tous......c'est la merde ! Oui, voilà, a cause de pas de trucs (principalement mon incroyable flemme), je vais vous faire seulement maintenant que je vais vous faire l'article sur les animés de l'été et de l'automne alors qu'on est en HIVER !!! et même pas au début de l'hiver mais carrément le milieu ! Pour dire, on a déjà entamé les animés de l'hiver mais j'en parlerai dans un prochain article (mais ce sera rapide car pour la première fois depuis un long moment, je trouve que c'est vraiment la misère sexuel). Bref, on va faire une grosse séance de rattrapage sur les animés d'été 2014 et d'automne 2014. 


Avant de commencer, quelques mises au points :

- Il s'agit ici plus d'une sélection d'animés plus qu'un compte rendu complet, j'ai pris principalement ceux sur lesquelles j'avais quelque chose à dire en particulier.
- Pas mal d'animés titré "Saison 2" sont absents parce que j'ai pas regardé (ou pas fini) la saison (Psycho pass ou Hitsugi no Chaika par exemple)
- Je précise également que j'ai balancer un peu tout dans le désordre, ce qui fait que ce n'est ni classé par ordre alphabétique ni par saison ni par appréciation (désolé, j'ai encore une fois trop la flemme)
- Enfin, je précise qu'il va manquer deux animés que j'ai vu mais qui auront droit à leurs articles personnel : Yuuki Yuuna wa Yuusha de Aru et Grisaia No kajitsu. (parce que j'ai beaucoup à dire sur leurs comptes). 

Bref, commençons ! 

Amagi Brillant Park 



Synopsis : Seiya Kanie est un lycéen qui se fait accoster par Isuzu Sento, une élève de son lycée venant d'être transférée. Elle lui demande d'aller dans un parc à thème en sa compagnie, l'Amagi Brillant Park. Après une visite approfondie du parc, Seiya reste très dubitative quant à la réputation du parc. A la fin de la visite, une princesse venue du monde "Maple Land" demande à Seiya de l'aider à réunir 250 000 visiteurs pour que le parc ne ferme pas ses portes. C'est à la suite de ces événements, que Seiya devient temporairement le directeur de Amagi Brillant Park.

Avis : J'ai attendu énormément cet animé pour deux raison : 1) c'est KyoAni 2) c'est l'adaptation d'un light novel de l'auteur d'un de mes animés préférés : Full metal Panic. J'étais donc assez curieux de voir cet animé et autant dire que le résultat a été .... plutôt le cul entre deux chaises.

Qu'on soit d'accord, ce n'est pas spécialement mauvais....mais sincèrement, j'ai connu mieux de la part de KyoAni. Le problème vient de la galerie beaucoup trop nombreuse de personnages qui sont soit peu développé soit avec un seul trait de caractères vaguement expliqué (les 4 fées notamment qui sont résumé par : Une idiote, une accro à twitter, une fan de yaoi et une....fille normale..? Bref, alors que le héros semblait amusant (un génie parfait sur tout les plans très narcissique), le reste est un peu trop survolé je trouve, c'est dommage.

L'autre soucis vient de l'intrigue : En effet, si cet animé dure 13 épisodes seuls les 2 premiers et derniers épisodes font vraiment avancer l'histoire (sans compter que le dernier épisode est une sorte d'OAV un poil moisi...) ce qui donne une grosse impression de remplissage durant tout l'année...

Dernier détail : Pas mal de gens ont été étonné voir déçus que cet animé est le premier (ou le premier depuis longtemps) qui fait du gros fan service sur ces persos. Perso, ça m'a pas dérangé parce que c'est pas très présente mais ca peut dérouter.

Bref, je m'attendais à mieux.... c'est pas la total honte non plus mais KyoAni nous a habitué à bien mieux (Attention, KyoAni....Après la S2 de Chuunibyo, Tamako Market et maintenant ça.....je vais perdre confiance)

Cross ange

Synopsis :
L’histoire de Cross Ange : Tenshi to Ryuu no Rondo se déroule dans un monde où l’humanité est parvenue à faire sienne une technologie appelée Mana, faisant entrer le monde dans une utopie où guerre, famine, pollution et autres problème ont été éradiqués.

Angelize est la première princesse de l’Empire Misurugi. Aimée de son peuple, elle est supposée un jour succéder au trône. Cependant sa lumineuse existence va prendre une tournure bien sombre lorsque tout le monde découvrira qu’elle est une Norma, un être incapable de manipuler le Mana,elle sera alors considérée comme hérétique par ses pairs.

Devenue une paria elle est envoyée sur une île reculée Arzenal, où elle rejoint d’autres filles Norma dont la vie n’est constituée que de combats, affrontant à bord de robots appelés Para-mail des dragons venus d’une autre dimension.

Avis : Alors ici, l'animé n'est pas encore terminé mais je tiens quand même à dire pas mal de trucs dessus alors qu'il reste encore 10 épisodes.

Cet animé est une escroquerie. Je m'explique : Dés le premier épisode, l'animé a engendré une énorme polémique de la part des fans d'animés et des féministes de tout genre. Logique quand on sait qu'on sait que la scène final montre ni plus ni moins qu'"un viol". Et c'est un peu là l'escroquerie.

En effet, alors qu'on arrive au 18eme épisode, l'animé m'a plu montré de scènes aussi trash. Malgré un peu de violence (deux morts assez violentes dans l'épisode 2, un cadavre assez mal au point dans l'épisode 3 et le meurtre assez gore d'un dragon dans un autre épisode) et pas mal de plans ecchis, l'animé est assez calme et classique, il s'agit ni plus ni moins que l'animé de mécha "basique" que sunrise a l'habitude de faire, c'est ni excellent ni mauvais, on aime ou on aime pas.

Le souci, c'est qu'on a vendu dés le début un animé qui allait être très violent et plongé dans un univers assez sombre. Or, quand on voit quand même que l'un des filles se cosplaye en magical girl pour se détendre...........j'ai quand même BEAUCOUP de mal à prendre ça au sérieux et à me dire qu'on est vraiment dans un univers "serious business".

Pour moi deux options : Soit sunrise a tenté de choquer avec un début choquant pour attirer le public et ainsi faire sortir sa série du lot Soit il avait bien l'intention de sortir un animé de mécha avec un univers assez violent mais le tollé de réactions sur la fin du premier épisode (et dieu sait qu'il en a eu....) les a fait changer d'idée en court de route et faire un animé plus classique.... mais comme rien ne confirme ma deuxième hypothèse, je pense que la première est la bonne et que du coup, Sunrise s'est un peu foutu de nous. (ha ouais et en prime, Wakanim, sous prétexte de scènes violentes, ont fait sauter l'animé en gratuit.....les escrocs se reconnaissent en eux hein?)

J'attendrai la fin pour me prononcer pour de bon (pour l'instant, la série est intéressante et le scénario assez bon) mais cette petite arnaque de la part de Sunrise me plait personnellement pas trop. En espérant que ce genre de méthode leur retombe un peu sur le nez.

Danna ga Nani wo Itteiru ka Wakaranai Ken
 
 
Synopsis :
Nous suivons la vie quotidienne de Kaoru, une office lady très sérieuse dans son travail qui est mariée à un otaku, Hajime.
 
Avis : Petite série rigolote en quelques épisodes de 5 minutes. C'est très court, c'est assez marrant parfois, c'est beaucoup regardable que le webcomics (sans déconner, on dirait plus des storyboards qu'un vrai mangas) et si vous avez un peu de temps à tuer, matez-le, ca occupe.
 

Denki-gai no Honya-san


Synopsis : Umio est un étudiant réservé et timide qui travaille à mi-temps dans une librairie de mangas. À cause de sa personnalité, il a peu d'amis et son seul véritable entourage est constitué de ses collègues de travail, une belle brochette de personnages tous aussi uniques les uns que les autres…

Avis : Quand j'ai lancé le premier épisode, ca n'a pas raté lors de la première "histoire", je pensais clairement être encore en face d'un énième animé versé dans la section "humour japonais incompréhensible" (si vous voulez un bel exemple, matez nichijou, c'est la bible). Et pourtant, l'animé a suivi ensuite un chemin bien différent. a mi-chemin entre le tranche de vie, l'humour plus léger et la romance un poil adulte (on a quand même un passage ou un perso laisse clairement supposer que si ils sont en couple, c'est pas pour jouer au cartes). Finalement, j'ai passé un très agréable moment sur l'ensemble de cet animé alors que ca partait VRAIMENT mal. Bref, à la fois un petit animé agréable (et un plaisir coupable pour moi). 

Girlfriend Beta


Synopsis :
L’histoire raconte la vie de plusieurs lycéennes et l’évolution de leurs relations jour après jour.

Avis : J'en ai déjà parlé dans l'article de fin d'animés mais je remets une couche juste pour le plaisir : C'est mauvais, c'est cliché, c'est chiant, c'est bourré de personnages à deux clous insupportable, y a le personnage française le plus cliché que j'ai jamais vu (rien que son accent vaut le détour...) et j'ai pas tenu plus de trois épisodes. 

Fate/stay Night Unlimited Blade work


Synopsis : Shirô Emiya est le fils adoptif de Kiritsugu Emiya, un mage ayant déjà participé à la "Guerre du Saint Graal". Cette guerre oppose 7 mages et 7 Servants, des "âmes héroïques" ramenés à la vie le temps des combats.

10 ans après son père, Shirô participera à une nouvelle guerre entre mages, accompagné du Servant de classe Saber.

 

Avis : Encore une adaptation de Fate stay night.....je devrai dire que c'est trop....mais je peux honnêtement pas en dire du mal vu que j'ai tout maté plusieurs et que même les épisodes super longs avec des passages tranches de vies, je les ai kiffés. Encore une fois, Ufotable fait un superbe travail sur la licence N°1 de Type-moon et on ne peut qu'aimer vu la qualité de l'histoire et la dimension jubilatoire des combats. Notez qu'en prime, je ne peux qu'apprécier les très légers changements apportés ici comme notamment, avoir enfin donné des nouvelles tenues plus jolies à quelques personnages. Du grand animé comme je l'aime.

Kiseiju


Synopsis : Une nuit, des sphères de la taille d'une balle de tennis, contenant des créatures à l'apparence de serpents, tombent en nombre inconnu partout dans le monde. Ils sont programmés pour prendre la place des cerveaux humains. Un de ceux-ci s'attaque à un jeune homme, Shin'ichi, durant son sommeil, en essayant de s'introduire par son oreille mais ne peut l'atteindre, ce dernier ayant gardé ses écouteurs pour la nuit. Réveillé en sursaut alors que le parsaite tente de s'introduire par son nez, il essaye de se défendre mais finit par se faire perforer la main droite. Le lycéen prend alors ses écouteur et les enroule autour de son bras, empêchant le parasite de grimper jusqu'au cerveau. Ne pouvant quitter son bras, ce dernier fusionne finalement avec sa main droite. Pendant ce temps, d'autres parasites, ayant réussi à prendre possession du cerveau de leur hôte, commencent à se nourrir d'êtres humains, tandis que la créature et Shin'ichi sont forcés de cohabiter.

Avis : Pour info, cet animé est l'adaptation d'un manga de 1988 quand même (et pas des plus connus en plus malgré la qualité du manga). J'avoue ne pas trop savoir pourquoi l'adaptation a mis autant de temps mais peu importe. Car, dans un sens, si il a fallu attendre 20 ans après la fin du manga pour avoir une bonne adaptation, ça valait le coup. Car oui, Kiseiju (ou Parasite dans son titre français) est un chef d'oeuvre, à la fois gore, riche, pleins de réflexions et intéressant jusqu'au bout. L'animé a même eu la bonne idée de moderniser le tout et de rajouter deux trois trucs intéressant (notamment l'ajout d'internet et un look plus intello pour le héros, histoire de souligner son évolution de façon plus profonde). Bref, à voir, même si moi, je suis plus pour lire le manga avant de finir l'animé.

Nanatsu No taizai


Synopsis :
Dans le pays de Britannia, les Chevaliers Sacrés, des soldats aux pouvoirs terrifiants au service de la couronne, viennent de trahir et renverser le roi. Elizabeth Liones, la 3e fille du roi, réussit à s’enfuir et part chercher de l'aide. Son seul espoir est la compagnie des Seven Deadly Sins, un groupe de sept anciens Chevaliers Sacrés surpuissants, recherchés depuis 10 ans pour un crime qu’ils n'ont pas commis : l'assassinat du général en chef des Chevaliers Sacrés.
Elizabeth arrive un jour dans une taverne, le Boar Hat, et rencontre le tenancier, un jeune garçon nommé Meliodas, et Hawk, son cochon loquace. Mais, surprise, le garçon se trouve être l’ancien chef des Seven Deadly Sins, le dragon de la Colère. À eux deux, ils vont partir à la recherche des six autres Deadly Sins et tenter de défaire les Chevaliers Sacrés.

Avis : De façon assez rigolote, plusieurs personnes sur internet m'ont sorti que la fin de Naruto n'était pas un souci vu que la relève était là en me montrant ce manga. Bon, déjà, si la fin de Naruto était une bonne chose (les blagues les plus courtes sont les meilleures et 15 ans de conneries, c'est beaucoup dans une vie), mais surtout, je doute que Nanatsu No taizai ait dans la même direction de Naruto. Car à première vue, ce manga tente quelque chose de différent et de plus agréable que d'habitude. Pas de scénarios alambiqué ou qui ne font que raconter une série d'histoire sans fil rouge ni intêret mais juste un manga qui nous montre un univers différent et pour le moins particulier et des combats démesurés ainsi que de l'humour avec de la bonne humeur et des persos attachants et parfois originaux..... (sans rire, vous avez déjà vu une géante comme personnage principal et allié vous ?). Bref, l'animé est bien et le manga semble bien parti. (Restons méfiants quand même, c'est un shonen quand même...) 

Barakamon

Synopsis : 
Malgré son jeune âge, Seishu Handa est un calligraphe professionnel. Sa vie bascule le jour où, pris de colère, il frappe le conservateur de musée qui trouve son travail banal et sans saveur... Comme punition, son père décide de l'envoyer sur une petite île perdue sur les îles Goto, au fin fond de la campagne japonaise. Alors qu'il pensait trouver le calme et travailler, ses nouveaux voisins vont débarquer dans sa vie...

Avis : Intéressant mais bizarrement, malgré toute la beauté, la bonne humeur, le bon délire et la réflexion sur la condition des artistes (et principalement des épreuves qu'il traverse), j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans cet animé... j'ignore si ce sont les personnages ou le thème qui ne pas satisfait mais j'ai trouvé qu'il manquait un je-ne-sais-quoi à cet animé pour que je l'apprécie. Pour autant, je ne dénigre pas ces qualités et je pense même me pencher sur le manga pour me faire un avis définitif dessus. Mais pour l'heure, je n'ai pas apprécie l'animé (mais je vous invite pleinement à le voir pour vous faire votre propre avis). 

Gekkan Shoujo Nozaki-kun
 
 
Synopsis : Sakura Chiyo est amoureuse d'un de ses camarades de classe, Nozaki. Mais lorsqu'elle le lui avoue, il interprète mal sa déclaration et est persuadé qu'elle est une de ses fans.
Sakura va alors découvrir l'identité caché de Nozaki.
 
Avis : Mon premier avis sur cet animé reste le même : c'est une excellente surprise et un excellent animé. En parodiant les codes du shojo, limite en se moquant de ses codes, cet animé nous offre une galerie de personnages super attachants (même si leurs personnalités a été justement pensé pour être différents des stéréotypes) et des moments très drôles. Petite déception : 12 épisodes, c'est clairement pas assez et je doute qu'une saison 2 voie le jour.... (Et oui quand on aime, on veut du rab....toujours!) 
 

Akame ga Kill


Synopsis : 
Tatsumi est un combattant qui part pour la Capitale à la recherche d'un moyen de gagner de l'argent pour aider son village pauvre. Après avoir été victime d'un vol par une femme et avoir perdu tout son argent, Tatsumi est pris en charge par une noble aristocrate du nom d'Aria. La nuit suivante, le manoir d'Aria est attaqué par un groupe d'assassins connus sous le nom de Night Raid. Alors que Tatsumi tente de défendre Aria de l'assassin Akame, un autre membre du groupe met fin au combat. Il révèle qu'Aria a enlevé plusieurs villageois et les a torturés pour son plaisir. Choqué en découvrant les villageois, y compris ses deux meilleurs amis, torturés, Tatsumi tue Aria. Après avoir vu le potentiel de Tatsumi, les Night Raid invitent le garçon dans leur groupe, et le préviennent que peu importe leur manière d'assassiner les corrompus, ils restent des assassins. Tatsumi accepte afin de devenir plus fort et de sauver la capitale. Dans leur lutte contre l'Empire, les Night Raid se défendent face à un groupe d'élite connue sous le nom de Jaegers menée par Esdeath, la combattante la plus puissante de l'Empire.

Avis : Après avoir vendu plusieurs fois l'animé comme une énorme surprise et comme un vrai coup de coeur, je ne peux malheureusement qu'exprimer une énorme déception pour la fin de cet animé (Oui, il va y avoir du SPOILER)

Sincèrement, qu'est que c'est que cette fin ? en gros, le royaume est libéré mais l'intégralité des personnages principaux meurent (Sauf akane vu qu'elle donne son titre au manga....alors qu'elle n'est même pas réellement l'héroïne de mon point de vue) et même parfois de façon ridicule (Mon dieu, la mort de léoné......). Alors ok, le combat de fin est superbe mais pour aboutir à une fin pareil, ca ne valait pas la peine.

Clairement, on sent le dilemme suivant : les producteurs ne voulaient pas de saison 2 et ont sans doute décidé de faire une fin différente du manga de base, quitte à la bâcler (du moins je l'espère parce que sinon, l'auteur n'a plus aucune raison d'écrire son manga....).

Clairement un gâchis et une raison de plus de préférer le format d'origine (du moins je l'espère.....)

Sword art online II

Synopsis : 
Suite à sa victoire fortuite face à Sugou Nobuyuki (le maitre de ALO), Kirito est retourné à sa paisible vie de lycéen.
Il n’aspire désormais qu’à une seule chose : profiter pleinement de sa vie.
Mais une nouvelle fois, le devoir le rappelle à l’ordre…

En effet, suite aux morts de nombreux joueurs de Gun Gale Online (un jeu de tir massivement multi-joueurs), le ministre des affaires étrangères japonais a pris la ferme résolution de retrouver l’assassin des victimes.
Afin d’identifier ce meurtrier, il sollicite l’aide de Kirito et l’envoie enquêter dans le monde de Gun Gale Online.

Avis : J'adore parler de SAO. Non sans rire, c'est toujours marrant de voir le combat entre les fans qui disent que c'est le même animé de tout les temps et les autres qui hurlent à tout vent (et on peut pas ne pas les entendre, y gueulent tellement fort ces mecs-là...) que c'est la plus grosse escroquerie de tout les temps. C'est donc toujours un plaisir de voir donc les deux camps s'affronter et se mordre les testicules joyeusement (et c'est encore plus drôle de voir les haters perdre vu que même quand ils ont raison, rien qu'avec leur tronche de jean-marie-je-me-kiffe, t'as envie de les voir repartir en pleurant).

Sauf qu'ici.....difficile de donner tort aux gens qui n'ont pas apprécier la saison 2. Soyons honnête, le deuxième arc, Mother rosario, est très intéressante et possède un bon développement des personnages, des scènes badasse, une bonne réflexion et en prime, le personnage central de l'arc, c'est Asuna. (Quoi, qu'est qui a ? tu cherche la marave?)

Malheureusement....y a tout le reste..... Le premier arc est mauvais, très mou du gland, rempli d'incohérence trop longue pour être listé et est clairement en dessous de ce qu'on pouvait en attendre et le mini-arc au milieu est vraiment à mourir de rire tant son arrivée et le but des héros sort du cul de l'univers.

Difficile donc de pas prendre à défaut cet animé vu que l'histoire ne devient intéressante qu'au 18eme épisode alors qu'il en a 24...... (pourquoi j'ai tout mater moi ?......je t'en pose des questions moi?). Bref, une déception de plus et une raison de craindre une éventuelle saison 3.

Persona 4 The golden Animation


Synopsis : Yû Narukami se voit obligé de vivre à Inaba, petit village de province, chez son oncle Ryôtarô Dojima et sa cousine Nanako. Cela car ses parents vont travailler à l'étranger durant un an. Il entame donc sa nouvelle vie et se lie vite d'amitié avec Yosuke Hanamura et Chie Satonaka, deux camarades de classe.

Un jour, il entend une rumeur selon laquelle il est possible de voir son âme-s½ur à la télé, à minuit pile et durant les jours de pluie uniquement. Yu et ses amis décident donc de vérifier cette rumeur par eux-même via la Mayonaka TV (Midnight Channel).
Yu voit alors de ses propres yeux une personne à l'écran et découvre, par la même occasion, qu'il est capable de passer à travers la télévision !

Mais le lendemain, il apprend qu'un meurtre a eu lieu : il s'agit de la même personne qu'à la télé, Saki Konishi, une amie de Yosuke. Suite à cela, Yu et ses amis décident de sauver chaque personne qui apparaîtra à la télé et d'élucider le mystère qui entoure la Mayonaka TV.

Avis : Soyons clair; il a un mot qui résume bien cet animé : Masturbation. Oui, cet animé, c'est clairement de la masturbation pour fan de persona. Manque de bol, je suis méga fan de persona 4.... Autant dire donc que j'avais des ampoules aux deux mains à la fin du 12eme épisode mais que voulez-vous ? je suis fort attaché à la licence.

Mon avis est clair donc sur le sujet ? vous êtes mega fan ? vous aimerez. Vous n'êtes pas fan ou vous êtes fan mais à une certaine limite, vous n'aimerez peut être pas. à vous de voir de quel côté vous êtes avant de vous lancer dans cet animé. 

Rokujouma no Shinryakusha!?

Synopsis : 
A cause de problèmes d'argent, Kôtarô Satomi, lycéen, se voit contraint de vivre dans un Rokujôma (un minuscule appartement d'environ 9 mètres carré). L'appartement semble d'abord être une bonne affaire : Kôtarô n'a même pas de loyer à payer ! Mais au fil du temps, il comprendra que c'est parce que l'appartement est "maudit". Le jeune lycéen va en effet faire la rencontre des autres "locataires" de l'appartement : Sanae Higashihongan, le fantôme ; Yurika Nijino, la magical girl ; Kiriha Kurano, l’habitante souterraine et Theiamillis Gre Fortorthe, l’extraterrestre.

Avis : Je sais ce que vous vous êtes dit quand vous avez lu le synopsis : "ca va être l'orgie la plus étrange du monde et y avait que des japonais pour faire ça".  Bon plus sérieusement, vu le contexte hyper WTF de l'animé, y a t'il le moindre potentiel ? Et bien, oui, c'est ça le pire.

Bon, quand j'ai lancé le premier épisode, j'avais peur de voir un animé avec le pire humour au moins et au final, c'est plutot agréable et amusant à regarder. En gros, imaginez une bonne de potes dans leurs délires et qui font un maximum de trucs idiots mais pas ridicules. L'animé est assez rigolo, n'abuse pas du fanservice (y en a hein? mais vu comment les producteurs ont la main lourde d'habitude sur ça dans ce genre d'animé, y a pas d'abus pour une fois) et on ne s'ennuie (et marrez-vous mais beaucoup d'oeuvres n'y arrivent pas).

à regarder si les animés un peu délirants et légers ne vous dérangent pas. 

Shirobako


Synopsis : 
Shirobako se déroule dans l'univers de l'industrie de l'animation japonaise. Aoi et ses amies vont découvrir le quotidien et les difficultés des principaux postes existant pour l'adaptation d'un manga en anime, en partant des premières esquisses jusqu'au doublage des personnages...

Avis : Je vais être bref et direct : cet animé est chiant. C'est long, assez mou, pas drôle une seule fois, c'est sensé t'apprendre des trucs sur l'animation japonais mais soit c'est trop détaillé soit ca l'est pas assez....Il n'ait totalement impossible personnellement de rentrer dedans, de trouver cela intéressant et m'attacher au personnages....j'ai bien tenté de tout mater mais j'ai craqué au 6eme épisode (et pourtant, je mets en général un point d'honneur à aller jusqu'au bout....mais là j'en pouvais plus).

Si je dois en déconseiller un dans tout ce que je viens de citer, évitez celui-là en priorité. 


Voilà, enfin terminé !!! J'ai maintenant un profond respect pour les femmes enceintes qui ont eu un accouchement compliqué. Bref, je vous laisse, matez des animés et on se revoit bientôt !

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)

bonjour à tous !

Je tiens à vous adresser un message personnel avant de commencer cet article, il n'a que peu de rapport mais je tiens à le gueuler quelque part : JE HAIS L ETE !!!!

Entre les insectes (moustiques, mouches, guêpes....et les insectes mutant de fukushima arrivé dont ne sais où comme le taon à tête relevé), le soleil qui tape quand t'essaie de dormir ou de jouer, la chaleur qui te nique la journée alors que t'es à poil avec une serviette froide sur la tête et une armée de ventilo autour de toi ou encore les proches qui te répètent "mais tu va pas rester à l'intérieur alors qu'il fait si bon" en oubliant que tu veux profiter de tes vacances pour mater les animés en retard, jouer aux jeux que t'as acheté ou mater la dernière série US que tu as entendu parler (rayez les mentions inutiles...mais en général y en a pas), je ne comprendrai JAMAIS pourquoi on me sort que l'été est la plus belle saison au monde.

Bref, cela étant dit (et marrez-vous mais grâce à cela, j'ai économisé un article), on va donc faire un compte-rendu sur les animés de printemps et d'été. Le compte rendu final pour l'un et les premières impressions pour l'autre..................Oui j'ai économisé un autre article, c'est les vacances, laissez-moi tranquille.


Précision : Si vous voulez des résumés des séries du printemps, je vous invite à cliquer ici .
vous remarquez que pas mal de séries seront absentes, c'est normal, je n'ai tout simplement pas eu le temps de les finir et si je les finis, je les rajouterai ici plus tard. Et qu'il se peut qu'une ou deux séries non présentées dans les impressions soient inclus. Dans ce cas là, google les gars.

Bref, c'est parti :

Printemps 2014 - Compte rendu

 

Bokura wa Minna Kawaiso : Globalement pas mauvais, cette série est malheureusement un poil trop classique et un peu lente. Certes, ca se laisse regarder mais on a l'impression que la série fait du gros surplace alors que rien ne laissait penser que ca allait être le cas. Je peux difficilement le conseiller à quelqu'un en série complète, vous risquez de trouver ça globalement mauvais.

Black bullet : Comme quoi, une série qui part pas super bien peut exploser... à petit échelle mais exploser quand même. Black bullet commence comme une série classique avec les habituel clichés du genre : Des monstres qui envahissent la terre, des êtres spéciaux mi-monstre mi-humains qui les affrontent, ect.... Tout partait assez mal j'avoue. Et pourtant, black bullet est finalement pas mal du tout. Avec ces éléments un peu plus surprenants et choquant que d'habitude, ses personnages attachants et intéressants et les bonnes idées dans le sac, tout est bien parti...........pour la deuxième saison. Car oui, la série a deux défauts : le dernier "arc" qui aurait pu être intéressant si il avait pris une autre direction et le sentiment très appuyé que cet animé n'est que le prologue d'une saison 2.... (les éléments scénaristique comme le taux d'infection d'enju ou encore le coté dark de Kisara en sont la preuve).... Une série que j'ai bien aimé malgré ses défauts. 

Date a live 2 : Bon là, y a pas à tortiller : c'est mauvais tout simplement. Le fan service, les personnages, l'avancée de l'intrigue. Tout est mauvais et les rares moments bons que j'avais trouvé dans la première série ne sont plus là.....Une déception. 

Atelier escha & logy : Rien de spécial à dire en faites. J'attendais la série comme un tranche de vie avec quelques parties alchimie et aventure et j'ai eu exactement ce que j'ai eu. C'est coloré mais pas trop, c'est calme mais parfois rythmée, on prends plaisir à regarder tranquillement cet animé et on se détends. Que vouloir de plus ?

Brynhildr of Darkness : J'avais allégrement décrit cette série comme une surprise et que ca allait être géniale. Et bien pour le coup, j'ai eu le nez creux. Cette série, c'est comme une poupée russe; plus tu avance plus tu es surpris. Entre les personnages, l'intrigue mystérieuse et gore, les surprises en cascade, cet animé a vraiment été un plaisir à suivre. Il a par contre le même défaut que black bullet : tout sonne comme une intro à une future saison 2........ couplé que Brynhildr n'a malheureusement pas eu une fin génial (genre dans le générique, des personnages revenu des morts sans trop d'explications.....)

Gochumon wa Usagi desu ka? : Bon autant franc..... Trop de moe tue le Moe. Je sais que cet animé n'est fait que pour ça mais franchement, ca saoule et il m'a suffit d'être en retard de deux épisodes pour ne plus pouvoir mater cet animé. Pas mauvais en soi mais clairement un truc qui finit par saouler. 

Issukan Friends : Bon, autant dire que cet animé n'a surement pas plu à tout le monde. Perso j'ai bien aimé mais faut aimer : Le shojo, l'ambiance relativement lente et un peu mélancolique, le graphisme relativement minimaliste et les personnages un peu trop......innocent on va dire. Mais ce n'est pas pourtant un mauvais animé (c'est un animé à public restreint, je dirais), ca se laisse regarder et c'est pas désagréable. Soit dit en passant, le problème de base est relativement vite résolu et on se demande d'ailleurs comme l'héroïne n'a pas eu l'idée avant.....enfin bref.

Jojo bizarre adventure Stardust Crusader : ..............J'ai vraiment besoin de vous dire si Jojo saison 3 est bien ou pas ? Sérieusement ?

Love live! 2 : Je dois être le seul sans doute mais j'ai globalement moins aimé cette saison 2. Globalement parce qu'il est beaucoup plus musicalement que le premier (c'est le but à la base mais c'était plus discret dans la saison 1), beaucoup moins de trucs intéressants arrivent (le problème de base étant résolu, on assiste juste à une compétition d'idols), les histoires développés des personnages sont moins intéressantes (mon personnage préféré, Nozomi, a eu droit à un background bien moins intéressant que prévu) et j'ai pris beaucoup moins de plaisir (sans compter que l'histoire est assez prévisible).  J'ai beau essayé, globalement, j'ai moins aimé cette saison.

Mangaka-san to assitant-san to : Bon j'avais dit clairement trouvé ça clairement stupide et pas drôle et que je materai plus......finalement, j'ai quand même décidé de mater ce truc (ca dure que 7 minutes, et c'était diffusé sur crunchy quelques minutes avant JoJo donc.....) et finalement,.... c'était pas si mal. Bon, c'est un humour pas très fin et y a pas d'ecchi à la con mais certains épisodes étaient franchement drôle et même intéressant (l'épisode 9 était très bien par exemple). Finalement, sans être un chef d'oeuvre, c'est pas si mal.....bon après, je doute que quelqu'un arrive à se mater l'intégrale comme ça, ca doit être un peu chiant.

No game no life : L'animé WTF de la saison. Entre ses "combats" totalement demesurée et surtout imprévisible (une partie d'échecs qui tourne au n'importe quoi, une partie de Shifumi avec la destruction de l'univers en fond.....) et ses personnages étranges, cet animé est a regarder juste pour ça. Seul bémol : le fanservice abusif sur le personnage de Steph et Shiro (....Dieu que je hais les lolis....)

Mekaku city actors : Un autre WTF d'or mais d'un genre particulier..... Mekaku est surtout étrange pour le délire visuel qu'il offre. Entre le design étrange de certains batîments, l'univers suréaliste (ainsi que les personnages), les couleurs qui crament le cerveau ou encore l'histoire qui part dans tout les sens, Mekaku est un animé pas mauvais mais très difficile à suivre. Le genre de délire que seul Shaft (qui m'avait déjà cramé le cerveau dans les -gatari) pouvait offrir.

Kanojo ga flag : Pour terminer, on va aller très vite : j'ai abandonné au troisième épisode. Parce que les personnages, parce que l'humour, parce que l'histoire, parce que le design.........Bref, c'était vraiment très mauvais !

Voilà pour les animés de la saison dernière....Passons maintenant au premières impressions de cette saison ; les animés de l'été 2014.

Eté 2014 - Premières impressions

Akame ga kill!
 



Résumé : Tatsumi est un combattant qui débarque dans la capitale en espérant y réaliser ses rêves. Malheureusement il se fait dépouiller de son argent par une jeune femme dans une taverne. Sans le sous et à la rue il fait la connaissance d'une jeune noble qui lui propose de le loger pour la nuit. Ce qu'il ne sait pas encore c'est que sa protectrice va être attaquée par un groupe d’assassins...

Avis : On commence donc par l'animé surprise de cette saison. Bien qu'il soit une adaptation de manga dont j'avais vaguement entendu parler (en particulier car il va être publier en europe), je n'y étais jamais intéressé. Et dans un sens, j'ai bien fait car la surprise a été de taille. En effet, alors que je m'attendais à un animé de baston classique, on est loin de cela. En effet, ici Akame ga kill présente un univers à la fois médiéval mais avec des éléments modernes (coupes de cheveux, technologie, vêtements), avec des combats assez bons, un brin d'humour et une grosse couche de Dark fantasy. Oui, de Dark fantasy, vous m'avez bien lu, avec de la torture, des morts, un royaume tyrannique, corrompu et franchement répugnant.... Sans compter qu'on suit cette fois une troupe de personnages non manichéen (étant des tueurs révolutionnaire mais pas spécialement porté sur la justice, plus sur leurs intérêts). Avec autant d'éléments intéressants (surtout d'un animé sur lequel je n'attendais rien), Inutile de dire que mon interêt est piqué au vif et que je conseille cet animé. 

Barakamon
 
 

Résumé : Malgré son jeune âge, Seishu Handa est un calligraphe professionnel. Sa vie bascule le jour où, pris de colère, il frappe le conservateur de musée qui trouve son travail banal et sans saveur... Comme punition, son père décide de l'envoyer sur une petite île perdue sur les îles Goto, au fin fond de la campagne japonaise. Alors qu'il pensait trouver le calme et travailler, ses nouveaux voisins vont débarquer dans sa vie...

Avis : Difficile de trancher avec Barakamon. D'un côté, le côté gag n'est pas spécialement ce qui se fait de mieux, de l'autre, le côté tranche de vie est assez sympa et les différents personnages peuvent devenir intéressant à la longue. J'attends de voir la suite pour me prononcer exactement. 

Bishojo senshi sailor moon crystal
 
 
Avis : Cet anime a été réalisé pour fêter le 20è anniversaire de la saga Sailor Moon. 
Usagi Tsukino est une jeune fille de 14 ans comme tant d'autres : elle aime dormir, jouer aux jeux vidéo, elle pleure pour un oui ou pour un non et elle ne se passionne pas pour ses études. Mais un beau jour, elle croise le chemin de Luna, un chat doué de parole qui va la transformer en une jolie justicière : Sailor Moon ! La voilà investie de plusieurs missions : elle doit identifier ses alliées, retrouver le légendaire Cristal d'Argent et protéger une certaine princesse… tout en luttant contre de mystérieux ennemis qui sont eux aussi à la recherche du fabuleux cristal aux pouvoirs fantastiques !
 
Résumé : Alors, oui, comme je suis né dans les année 80, j'ai forcément vu Sailor Moon, le fameux Shojo avec des éléments "shonen" que tout le monde regardait mais que personne ne parlait en public (La fierté masculine du jeune pré-ado). Autant dire que cet animé spécial 20 ans a mis le budget pour nous offrir un spectacle de toute beauté. Entre l'animation de qualité, les transformations en images 3D, l'opening de toute beauté ou encore les coupures pour raconter un maximum d'histoire. A voir si on est un fan de Magical girl, du manga original ou de l'animé ou encore si on a envie de connaître ce morceau de la culture animé. (mon seul bémol viendra de la voix super énervante de l'héroïne......et même si je sais que c'est fait exprès, ca me tue les tympans à chaque fois)
 
Dramatical murder
 
 
Résumé : Sur l’île de Midorijima, Aoba vit seul aux côtés de sa grand-mère et travaille dans une droguerie. Contrairement à ses connaissances, il ne cherche jamais à faire d’histoires. Ainsi, il n’est pas intéressé par le jeu de combat virtuel Rhyme, pourtant très populaire, qui voit s’affronter divers clans de la ville. 
 
Entraîné de force dans le jeu, Aoba va dévoiler une seconde personnalité aimant combattre. 
Mais des événements mystérieux semblent avoir lieu sur l’île, des mystères qu’Aoba souhaite élucider.
 
Avis : Bon, cet animé m'a causé pas mal de souci : En effet, il s'agit de l'adaptation d'un visuel novel......Boy's love. Si j'ai maté ce truc là, c'est surtout car on m'a dit que le scénario était génial et on m'a même sorti des références diverses qui m'ont parlé (Dangan Ronpa par exemple). J'ai donc décidé de me tourner vers cet animé qui est tout public. Malheureusement, j'abandonne totalement cet animé car 1) il est incroyablement ennuyeux pour l'instant 2) malgré tout, le côté BL ressort horriblement avec les constantes apparitions des différents personnages avec un fan service à peine masqué. Bref, je vais peut être passer à coté d'un bon scénario mais non merci. 
 
(soit dit en passant, entre ça et free, les fans de BL doivent avoir le sourire aux lèvres cette saison) 
 
 
Ao Haru ride
 
 
Résumé : Du collège, Futaba Yoshioka n'a pas vraiment de bon souvenirs. Jugée "très mignonne", elle avait rapidement été jalousée par ses amies et mise à l'écart. De plus, elle n'avait jamais réussi à faire comprendre ses sentiments à Tanaka, qu'elle aimait en secret.


Désormais au lycée, Futaba est bien décidée à changer son image et à repartir de zéro : nouvel établissement, nouvelles amies... Jusqu'à ce qu'elle découvre que Tanaka est inscrit dans le même établissement qu'elle.

 
Avis : On change avec cette fois un shojo. Que dire sur cet animé..... et bien qu'on verra à la long ce que ca donnera. Pour l'heure, c'est pas mal de drame bon marché et beaucoup de comédie un peu forcé. Pas mauvais mais j'ai hâte que ça décolle un peu. On verra sur le long terme. 
 
 
Hanayamata
 
 
Résumé : Agée de 14 ans, Sekiya Naru est une collégienne qui mène une vie sans histoires. Bien trop à son goût. Elle admire ses héroïnes préférées et rêve en secret de leur ressembler.
C'est alors qu'un soir de pleine lune, en vacant à ses occupations, Naru voit apparaitre devant elle une jeune fille, ressemblant presque trait pour trait à une fée.
Celle-ci décide alors de lui faire découvrir son monde.
Naru est donc envoyée avec elle dans un endroit magique appelé Yosakoi.
 
Avis : Cet animé me fait me poser une question : c'est fait ? ça y est ? Y aura un animé "moe" par saison maintenant ? Bon, je suis mauvaise langue, on est pas encore dans les deux autres animés du genre des précédentes saisons mais..... y a quand même des points commun. Bon, comme dit, j'exagère, celui-ci semble présenter des personnages plus consistants, une trame de fond, un vrai thème : celui de la danse, Yosakoi. (oui contrairement à ce que le synopsis laisse sous entendre, il s'agit d'un groupe de filles apprenant le Yosakoi qui est une danse folklorique japonaise). On verra sur le long terme car ce genre d'animé devient usant à la longue.....mais pas toujours. 
 
 
Locodol
 
 
 
Résumé : Nous suivons l'histoire de deux lycéennes, Nanako Usami et l'étourdie Yukari Kohinata qui deviennent le duo d'idole local de la province de Nagarakawa. Ensemble, elles forment l'unité "Locodol" des Nagarekawa Girls.
 
Avis : Sympathique mais sans plus, cet animé se vend surtout sur ses deux personnages et son ambiance relativement bon enfant. Reste à voir si comme tout le reste, il ne va devenir usant à la longue. 
 
 
Glasslip
 
 
Résumé : Tôko Fukami, 17 ans, originaire de Fukui, rêve de devenir artisan verrier, comme son père. 

Un été, alors qu'elle est encore lycéenne, elle va vivre une curieuse aventure en compagnie de camarades de classe. Une aventure qu'elle n'oubliera jamais.

 
Avis : Ca a peut être aucun rapport mais cet animé m'a fait grave penser à Tari Tari. Reste à voir si il va aller précisément quelque part. Je reste confiant et j'attends la suite. Je trouve assez amusant de toute façon que l'héroïne soit artisan verrier....Je sais pas, je trouve ça original et frais. Enfin bref, à suivre. 
 
Gekkan Shoujo Nozaki-kun
 
 
Résumé : Sakura Chiyo est amoureuse d'un de ses camarades de classe, Nozaki. Mais lorsqu'elle le lui avoue, il interprète mal sa déclaration et est persuadé qu'elle est une de ses fans. 
Sakura va alors découvrir l'identité caché de Nozaki.
 
Avis : Un deuxième Shojo pour cette saison mais malgré tout, une ambiance totalement différente. En effet, alors que Ao Haru Ride était plutôt tiré sur le drame et la romance, ici c'est plutôt la comédie qui prime. Et c'est assez plaisant, les personnages sont tout ou plus stupides mais sont drôles à regarder. Difficile de voir vers quoi va se diriger l'animé mais il ne faut à mon avis pas trop lui en demander. Il faut juste lui demander de nous faire rire pendant 20 minutes et il y arrive pas trop mal. C'est déjà pas mal. A voir. 
 
Persona 4 the golden animation
 
 
 
Résumé : Meurtres et kidnapings mystérieux mettent en émoi la petite bourgade japonaise de Inaba : Les corps des disparus sont retrouvés sans vie accrochés aux antennes de télévision sans que quiconque puisse déterminer les raisons de leur décès.
En enquêtant sur ces évènements, un groupe de lycéens découvre un univers parallèle qui semble exister de l’autre côté des écrans de télévision…
 
Avis : L'animé que je redoutais beaucoup. En effet, persona 4 avait déjà connu une première adaptation qui, de mon avis personnel, est une excellente adaptation mais aussi un animé pratiquement parfait à tous les niveaux de mon point de vue. Ce qui fait que je me demandais comment une deuxième adaptation allait faire pour attirer mon attention (outre que stimuler la zone qui gére le fanboyisme dans mon cerveau). 
 
Et disons le, si je mate les épisodes avec plaisir, j'ai quand même une énorme déception par rapport à cela : L'animé ne fait en effet qu'adapter les scénarios bonus du portage PSvita avec quelques éléments en plus. Exit d'ailleurs toute la partie investigations, les personnages arrivent sans explications et on s'attarde uniquement sur les free times du jeu. Autant le dire, c'est un gros animé fanboy qui part du principe que vous connaissez déjà l'histoire et n'est là que par supplément. Et malgré mon amour pour persona 4, vous comprendrez que j'ai du mal à piger l'interêt d'une série supplémentaire. 
 
Mais bon, malgré tout, je materai parce que je suis un peu stupide.....
 
 
Rail wars
 
 
Résumé : Cette idylle sur les chemins de fer prend place dans un monde parallèle où le Japon n’a pas privatisé ses voies ferrées.
Naoto Takayama est un lycéen ordinaire rêvant d’un futur confortable au sein d’une compagnie nationale de voies ferrées de premier ordre. Mais, à son grand désespoir, il est assigné comme recrue dans les Forces de Sécurité des voies ferrées, section remplie de personnages aussi excentriques les uns que les autres. L’un d’entre eux, Aoi Sakurai, est une fauteuse de troubles haïssant les hommes qui ne facilitera pas son stage. Mais malgré leur différends, ils devront faire face ensemble à un groupe extrémiste nommé « RJ » dont le but est de privatiser l’intégralité des voies ferrées japonaises.
 
Avis : Je me trompe peut être mais c'est la première  fois qu'on propose un animé avec des trains (étonnant vu que les japonais sont friands de ces machines). Au niveau de l'animé, difficile de ne pas pester contre les personnages stéréotypés : Le héros sympa et héroïques, la tsundere violente et qui hait les mecs, la fille à gros seins intelligente mais qui doit être surprotégé (un exemplaire de Destiny qu'elle va tomber amoureuse du héros avant la fin de l'animé) et le pote du héros.....invisible (Quoi? c'est vrai !). Reste à voir si au délà de tout ça, l'animé proposera sur le long terme, une intrigue plus dense et intéressante à suivre. (pour l'instant, ca peut aller mais certains éléments sont pas mal deus ex machina)
 
 
Sword art online II
 
 
Résumé : Sword Art Online II est la seconde saison de l’anime Sword Art Online.
Cette seconde saison est centrée sur les volumes 5 et 6 du light novel de Kawahara Reki et adapte donc l’arc «Phantom Bullet ».
L’histoire de cette nouvelle saison prend place un an après les évènements de ALO (ALfheim Online).
 
Suite à sa victoire fortuite face à Sugou Nobuyuki (le maitre de ALO), Kirito est retourné à sa paisible vie de lycéen.
Il n’aspire désormais qu’à une seule chose : profiter pleinement de sa vie.
Mais une nouvelle fois, le devoir le rappelle à l’ordre…
 
En effet, suite aux morts de nombreux joueurs de Gun Gale Online (un jeu de tir massivement multi-joueurs), le ministre des affaires étrangères japonais a pris la ferme résolution de retrouver l’assassin des victimes.
Afin d’identifier ce meurtrier, il sollicite l’aide de Kirito et l’envoie enquêter dans le monde de Gun Gale Online.
 
Envoyé malgré lui dans cet univers fantaisiste où se mêle gun fights et action, Kirito n’aura d’autres choix que de débusquer ce mystérieux assassin qui se fait appeler Death Gun et qui visiblement, posséderait la faculté de pouvoir tuer les joueurs dans la réalité.
 
Avis : Ca y est, on y est ! la suite de l'animé autant aimé que détestée. Et oui, SAO est l'animé des débats entre ceux qui clament que c'est une arnaque sans nom (le même refrain qu'on nous sert dés qu'un truc devient connu) et ceux qui disent que c'est le meilleur animé de l'univers (ce qui est pas triste non plus à entendre). Et puis y a ceux qui, comme moi, s'en battent un peu les steaks. 
 
Pour ma part, j'ai apprécié la première partie malgré ses défauts (les éclipses et la fin trop brusque) et est très moyennement apprécié voir pas apprécié la deuxième partie pour ses incohérences, son univers, son rythme, son nouveau personnage féminin et le traitement de l'héroïne (sans oublier le méchant incroyablement ridicule et détestable). Autant dire que la saison 2, je l'ai pas attendu avec grand enthousiasme. 
 
Cela dit, il est encore trop tôt pour dire que ce sera mauvais. Pour ma part, j'ai pas vu de gros problème pour l'instant et je trouve que la nouvelle héroïne peut éventuellement apporter quelque chose....même si je sens déjà la grosse romance avec le héros (déjà casé pourtant) arrivé...mais bon, j'essaie d'avoir de l'espoir. 
 
Au final, j'attends de voir si SAO va remonter la pente ou si il restera un animé avec le cul coincé entre deux chaises. 
 
Zankyou no Terror
 
 
Résumé : Un jour d'été, une bombe explose soudainement au centre de Tokyo et les coupables de cet acte terroriste ne sont autres que deux jeunes adolescents se faisant appeler "Sphinx". 

Mais cet événement n'est que le prélude d'un énorme jeu lancé par ce même duo, impliquant la population japonaise toute entière...

Avis : Difficile d'en dire beaucoup, l'animé étant entouré de mystère (volontaire) sur son histoire mais ca reste intriguant. Surtout qu'ici, disons le franchement, on se demande ce que les deux héros, qui sont clairement deux infectes trous du cul, ont derrière la tête précisèmment. à voir, juste pour le côté mystérieux

 
 
 
Tokyo ghoul
 
 
 
Résumé : Dans la ville de Tokyo, des créatures nommées goules sont apparues et se nourrissent de chair humaine pour survivre. Pour être discrètes, celles-ci prennent l'apparence des humains. Un jour, Ken Kaneki, jeune étudiant, se fait attaquer par une créature et subit une grave blessure. Pour rester en vie, il reçoit une greffe de la goule qui l'a attaqué et devient alors un hybride mi-humain mi-goule. Rapidement, il se rend compte qu'il ne peut plus se nourrir comme avant...
 
Avis : Le dernier et non des moindres, c'est tokyo ghoul. Après un manga assez apprécié (qu'on m'a conseillé plein de fois), l'animé arrive et est franchement sympa. Avec son ambiance assez glauque, son héros qui fait franchement pitié vu ce qui lui arrive, son univers qui semble travaillé et promettre une histoire dense et intéressant, cet animé est bien parti pour faire un carton..........Du moins, ce serait le cas si une ombre (au sens littéral) ne viendrait pas ternir le tableau : la p**** de censure ! Sérieusement ! si vous voulez faire un animé, faites du suggéré ou ne montre rien ! là, la censure détruit pas mal de scènes et on ne comprends parfois rien de ce qui se passe.........bon heureusement, le reste sauve l'animé mais bon sang que ce détail m'énerve. Bref, à voir mais je serai pour attendre une version DVD (sauf que l'animé est licencé par Wakanim....merci les gars).  
 
 
Et voili voilu, c'est tout pour cette fois pour les animés. J'espère que ce long article écrit sous acide, avec du sommeil en retard et sous 30° moite vous a plu et moi dans mon cas, je vous dis à bientôt et bons animés. 
 
PS : si vous remarquez des fautes dans l'article, désolé, je ferai une correction demain. 
 
 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)
Bonjour masse ignorante ! c'est minato qui te parle ! Bon, j'aurai voulu vous faire tout un tas d'article divers et varié sur pleins de sujets que j'ai trouvé en prenant ma douche (c'est un bon endroit pour méditer) ou aux toilettes le matin (c'est aussi un bon endroit pour méditer), mais j'avais complétement oublié qu'on avait commencé les animés de 2014 (j'avoue que mes longues soirées occupé à mater Doctor Who m'ont un peu fait oublier tout ça aussi). Bref, donc aujourd'hui, avec un peu de retard, on va parler des premières impressions sur les animés du printemps 2014. Et prenez vous à manger et à boire parce qu'il en a pas mal !
 

 

1. Akuma to riddle

 


Synopsis : L'Académie Myôjô est une prestigieuse école privée qui réunit primaire, collège, lycée et université.
Au sein de cette académie, il existe une classe spécial, la "Black Class", qui ne compte que 13 lycéennes.

C'est là que Tokaku Azuma, assassin entrainée depuis son plus jeune âge, rencontre sa nouvelle cible : Haru Ichinose.
Mais Tokaku n'est pas la seule à vouloir assassiner Haru : toutes les filles de la classe, à l'exception de la cible, sont des assassins hors pairs.

Et les choses se compliquent encore davantage quand Tokaku commence à développer des sentiments pour Haru. Pourra t-elle la protéger contre les autres assassins ?

Avis : Démarrant sur une ambiance lourde et pesante,Akuma to riddle semble être un Survival game teinté d'un peu de Yuri. Heureusement, l'ambiance particulièrement noire semble remporté la part bel et de ce faites, cet animé devrait être en théorie intéressant. On verra sur le tas.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
2. Black bullet
 

Synopsis : L'histoire se déroule dans un futur proche. L'Humanité, vaincue par un parasite, a presque totalement disparue. Les survivants s’agglutinent sur de petits territoires, gagnés par la terreur et le désespoir.

Rentaro, le protagoniste, est membre d'une organisation qui combat les parasites. L'histoire le suit de missions en missions, avec sa partenaire Enju.

Avis : Autant dire que cet animé a une chance sur deux de se faire basher (autant par moi que par le public). Pas de grande originalité, des personnages un poil stéréotypé et une réalisation clairement orienté sur la baston.... Autant dire soit les bastons seront de qualité et auront un interet soit ce sera poubelle.... On verra sur la durée mais j'avoue être assez....méfiant pour le coup.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

3. Bokura Wa ninna Kawaiso
 


Synopsis : Usa, fraîchement diplômé, aspire à vivre pleinement sa nouvelle vie d'étudiant. Pour ce faire, il s'installe dans une petite pension afin d'apprendre à vivre en autonomie. Cependant, lorsqu'il s'installe, il remarque qu'il va devoir partager sa chambre avec un autre garçon, à la moralité douteuse.
Un peu plus tard, il fera également la connaissance de Ritsu, une autre pensionnaire, qui va rapidement tomber amoureuse de lui.

Avis : Bon, comme d'habitude, on a droit cette saison à l'animé comédie/Amitié/amour et c'est celui-ci qui nous ait offert. Pas grand chose à en dire pour l'instant malheureusement vu que ça a l'air relativement classique. Mais bon on verra sur le tas ensuite. Ca semble pas trop bien parti malgré tout. 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

4. Break blade
 


Synopsis : Rygart Arrow, un homme de vingt cinq ans, est né dans un monde ou personne ne peut utiliser la magie.
Son peuple se caractérise par leur habilité de faire du quartz. Seulement ce dernier serait en effet le seul incapable de maitriser ces cristaux. Pourtant, dans une école militaire, il réussit à devenir ami avec Hödr et Sigyn les futur roi et reine du Royaume Krisna ainsi que Zess, le frère cadet de la ministre de la guerre de la Fédération d'Athènes.
Malheureusement des années plus tard, une guerre vient d'éclater entre le Royaume de Krishna et la nation d'Athènes.
Qu'elle serait donc l'attitude que notre jeune héros devrait adopter afin de protéger ses amis ?

Avis : Décidément, c'est la journée des stéréotypes.... Après l'animé amour/comédié, l'animé mecha. Pour la qualité en lui-même du bouzin, ca n'a pas l'air mal du tout. les personnages sont sympa et l'intrigue pas mauvais (même si le début commence de manière super classique pour un mécha....). Le gros problème c'est que : 1) c'est apparemment l'adaptation en épisode d'une série d'OAV donc déjà pour ceux qui l'ont déjà vu, c'est un peu naze... mais en surtout 2) apparemment rien de nouveau n'est prévu pour les épisodes. Ha oui et 3) on m'a dit que les OAVs étaient assez naze. Donc ca sent mauvais....

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
5. Date A live II
 
 

Synopsis : Itsuka Shido est un lycéen ordinaire pas doué avec les filles. Le premier jour de cours, un tremblement d'espace (phénomène inexpliqué à cette époque) détruit la ville et une fille en armure apparaît en face de lui. Il s'évanouit et se réveille dans un vaisseau et apprend que Kotori, la belle s½ur de Shido, en est le capitaine. Elle lui apprend que la fille est un esprit qui déstabilise l’espace-temps. Et que la seule manière d’arrêter cette catastrophe c’est qu’elle rencontre enfin l’amour.

Shido Itsuka rencontre un esprit qui a été rejeté par un monde dévasté. Cet esprit est une jeune fille que Shido nomme Tohka, elle est réapparue après avoir anéanti une grande partie de l'humanité il y a 30 ans. La seule façon de l'arrêter est de lui faire trouver le grand amour.
- See more at: http://www.anime-ultime.net/file-0-1/4314-Date-a-live-2-vostfr-streaming-ddl-hd#sthash.mg8hJA7Z.dpuf
Shido Itsuka rencontre un esprit qui a été rejeté par un monde dévasté. Cet esprit est une jeune fille que Shido nomme Tohka, elle est réapparue après avoir anéanti une grande partie de l'humanité il y a 30 ans. La seule façon de l'arrêter est de lui faire trouver le grand amour.
- See more at: http://www.anime-ultime.net/file-0-1/4314-Date-a-live-2-vostfr-streaming-ddl-hd#sthash.mg8hJA7Z.dpuf
Shido Itsuka rencontre un esprit qui a été rejeté par un monde dévasté. Cet esprit est une jeune fille que Shido nomme Tohka, elle est réapparue après avoir anéanti une grande partie de l'humanité il y a 30 ans. La seule façon de l'arrêter est de lui faire trouver le grand amour.
- See more at: http://www.anime-ultime.net/file-0-1/4314-Date-a-live-2-vostfr-streaming-ddl-hd#sthash.mg8hJA7Z.dpuf


Avis : Date a live.....Ou l'animé que je passe mon temps à dire que parfois il est bien parfois c'est vraiment de la merde. Pour expliquer : Ca part d'un scénario complétement con mais ça possède des bastons et des personnages avec des designs pas mauvais (pour certains parce que putain des fois.....). Ici pour cette deuxième saison..... ca sent vraiment le pâté périmé..... on nous sort déjà les deux jumelles qui vont sauter sur le héros en ayant la main lourde sur le fan service et franchement.....je crains déjà le pire. Je vous avoue même que je materai uniquement la série pour voir l'histoire de Kurumi (la Yandere de l'histoire) se conclure mais du reste, je m'attends pas à un chef d'oeuvre...Oh que non....

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
6. Atelier Escha & logy
 
 

Synopsis : 
Aux confins de la Terre du crépuscule, se trouvait une nation qui prospérait grâce à l’alchimie.
Aujourd’hui, les gens consacrent tous leurs efforts à retrouver les technologies alchimiques de l’ancien temps pour les utiliser à nouveau et repousser l’Obscurité.
L’histoire nous entraîne dans les aventures de 2 alchimistes du Bureau des enquêtes spéciales (ou département de recherche?), Escha Malier, une jeune fille dynamique de 15 ans, et Logy (Logix Fiscario), un épéiste. Ils unissent leur connaissance pour apporter le succès à leur département.
Avis : Adapté du jeu du même nom, je dois avoue que l'animé est pas mauvais du tout. J'ai pas encore fait le jeu donc je profite mais l'animé profite d'un bon ratio entre scènes tranquille, développement de l'univers et scènes plus action. Notez aussi que l'animé contient quelque chose que je n'avais pas vu depuis longtemps : Un personnage en image de synthèse pas moche (oui parce que les ending en IS de Supersonico......). Mais franchement une bonne surprise que je continue à prendre plaisir à regarder. 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
7. Gochumon wa Usagi desu ka?
 


Synopsis : Cocoa Hoto adore les lapins, alors elle est très heureuse lorsqu'elle s'installe au café "Rabbit House".
C'est là qu'elle fera la rencontre d'autres jeunes filles : Chino Kafû, Lize Tedeza, Chiyo Ujimatsu et Sharo Kirima.

Avis : Pour résumer cet animé, je dirais : kiniro mosaic mais sans le côté anglais. C'est un animé tranche de vie en somme assez classique et reposant qui casse pas trois briques et qui se base uniquement sur les personnalités des différents personnages mais ça se laisse regarder entre deux épisodes d'une autre série. à voir si le tranche de vie fait clairement pour la détente vous intéresse.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
8. Jojo's bizarre adventure : Stardust Crusader
 
 

Synopsis : L’histoire nous entraîne au côté du jeune Jotaro, petit-fils de Joseph Joestar (Arc 2), qui découvre qu’il est capable de matérialiser par son esprit un être aux pouvoirs dévastateurs. (Stand) Après des retrouvailles mouvementés, Joseph prévient Jotaro que Dio, l’ennemi juré de la famille Joestar, est toujours en vie. De plus, l’apparition des Stands a provoqué une terrible fièvre chez Holy, mère de Jotaro et fille de Joseph. Son esprit pacifique rejette le Stand et si Dio n’est pas éliminé d’ici 50 jours, elle en perdra la vie. Pour cela, Jotaro et Joseph vont parcourir le monde à la recherche de Dio. Sur leur chemin, ils feront la rencontre aussi bien de nouveaux alliés que de puissants ennemis.


Avis : Bon, fini de déconner là, on va passer à l'animé de cette saison, voir de l'année. Car après un long temps d'attente, ca y est, elle est arrivé , la saison 3 de jojo's bizarre adventure. Et autant dire que ça valait le temps d'attendre : L'adaptation est de qualité à tout les niveaux, que ce soit l'animation, l'OST, l'opening et l'ending (qui m'a fait beaucoup rigoler quand je l'ai entendue), le casting audio... bref, un pur chef d'oeuvre.

Ma seule interrogation va être le nombre d'épisodes vu que l'adaptation semble prendre son temps et que l'animé suit à la lettre le manga. je doute fort qu'on se limite à 26 épisodes.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
9. Gokukoko no Brynhildr
 


Synopsis :  Lorsqu’il n’était qu’un charmant bambin, Ryoka Murakami passait le plus clair de son temps en compagnie de Kuroneko, sa meilleure amie et confidente.
Cette charmante et adorable fillette qui ne le laissait pas indifférent, était passionnée par les sciences et plus particulièrement par l’astronomie.
Elle croyait fermement à l’existence des extra-terrestres et désirerait plus que tout prouver à Ryoka que ces derniers vivaient quelque part dans notre galaxie.
Embarqué dans une périlleuse randonnée avec sa meilleure amie, Ryoka fait une chute mortelle au bord d’une falaise mais est sauvé in-extrémis par Kuroneko.
Malheureusement, la chute sera fatale pour la fillette et celle-ci décèdera de ses blessures.
Ce jour funeste restera à jamais gravé dans la mémoire de Ryoka qui décidera de poursuivre les rêves de Kuroneko afin d’honorer sa mémoire.

Depuis ce tragique accident, de l’eau a coulé sous les ponts et Ryoka est devenu un adolescent particulièrement studieux et intelligent.
Il a intégré le club d’astronomie de son lycée afin de pouvoir contempler les cieux et ainsi guetter le moindre signal qui annoncerait la venue d’extra-terrestres.
Mais son quotidien bascule le jour où une étudiante étrangère est transférée dans sa classe.
Cette dernière s’appelle Kuroha Neko et ressemble étrangement à Kuroneko.
Intrigué par cette forte ressemblance physique, Ryoka s’intéressera fortement à cette mystérieuse étudiante.
C’est d’ailleurs dans l’unique but de percer l’identité de Kuroha Neko qu'il décidera de s’immiscer dans sa vie !
En tentant d’en apprendre davantage sur cette dernière, Ryoka découvrira son terrible secret.
Ce même secret bouleversera à jamais sa vie...

Avis : La première surprise de cette saison ! Assez étrange de par son opening mais aussi de son ambiance assez sombre mais avec une touche d'humour, autant dire que je suis très intrigué par l'histoire et par son développement. Et rien que sur 3 épisodes, Brynhildr envoie déjà du lourd. Du très lourd même.... A voir absolument. (en espérant que ma première bonne impression soit correct)

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
10. Isshukan Friends
 
 

Synopsis : Kaori Fujimiya est une lycéenne solitaire. En effet, elle n'a pas d'amis et semble ne pas chercher à en avoir. Et pour cause ! Chaque lundi, sa mémoire est effacée.

Yûki Hase, un camarade de classe de Kaori, se met un jour en tête de devenir son ami. Après avoir découvert le secret de la jeune fille, il essai tant bien que mal de l'aider et recommence, chaque semaine, à gagner son amitié.

Avis : L'autre surprise de la saison. Alors ok, si vous n'aimez pas du tout les animés type romance/Shojo, ca ne va clairement pas vous plaire. Mais il faut l'avouer que l'idée plutôt original de l'animé et surtout l'ambiance assez particulière (une certaine tristesse couplé avec une certaine tension sur le faites qu'on a l'impression que tout va déraper d'un épisode à un autre) font de cet oeuvre une excellent pioche. Je continuerai avec grand plaisir. 

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
11. Kanojo ga flag wo oraretara
 


Synopsis : Sôta Hatate pourrait être un garçon comme tant d'autres s'il ne possédait pas un étrange pouvoir : il peut en effet voir des "bannières" qui lui révèlent le futur : de futures amitiés, de futures amours...

Cependant, malgré ce pouvoir, il est plutôt solitaire et ne cherche pas la compagnie des autres.
Cette attitude attire l'attention de 4 jeunes filles qui s'incrustent dans sa vie... et dans son dortoir.

Avis : Comment dire...... c'est super cliché, super énervant, super plein de fan-service et franchement ni le scénario ni les personnages ne sont très intéressant. Je pense vraiment arrêté le massacre dans pas longtemps. 

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
12. Love live! 2
 


Synopsis : le groupe d'idoles μ's composé de 9 élèves de Otonokizaka tente de se faire une place dans le milieu de la musique pour tenter d'augmenter le nombre d'inscriptions du lycée et empêcher sa fermeture.
Honoka Kôsaka, Umi Sonoda, Kotori Minami, Maki Nishikino, Hanayo Koizumi, Rin Hoshizora, Nozomi Tôjô, Eri Ayase et Niko Yazawa tentent d'accéder au Love Live! et sont ainsi en compétition face au groupe A-RISE notamment.

Avis : Après une saison 1 génial, surprenante et qui m'a franchement passionné, j'attendais cette saison 2 avec impatience. Pour l'instant, c'est bon mais j'attends de voir sur la longueur vu qu'ici, plus de longue intro comme la première fois, il va falloir que la série envoie le maximum pour conclure correctement l'histoire. Mais j'ai confiance vu l'excellente surprise que représentait la première saison.

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
13. Mangaka-san to assistant-san to
 


Synopsis : 
L’histoire nous entraîne dans le quotidien de Aito Yuuki, mangaka fraîchement édité, et de son assistante Ashisu Sahoto.
Cependant, Aito-san a très peu d’expérience en relation humaine (sociale), ce qui se répercute chez ses personnages. C’est pourquoi Ashisu et son éditrice vont tout faire pour l’aider.
Avis : Bon, je dois être le seul mais j'ai trouvé ça très mauvais et pas drôle. J'essayerai d'attaquer le deuxième épisode mais franchement, c'est pas bien parti....

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
14. No game No life
 


Synopsis : Sora et Shiro sont deux frère et soeur hikikomori. L'hikikomori désigne une pathologie psycho-sociale caractérisant les personnes (souvent des adolescents) qui vivent coupées du monde en restant cloîtré chez eux, refusant toute communication. Dans le cas des deux protagonistes, leur condition vient de leur vision du monde réel, qui se résume à un jeu merdique.

Ensemble, ils forment un duo de joueurs invaincus, véritable légende urbaine. Un jour, un garçon se qualifiant de "Dieu" les appelle dans un monde fantastique, où il a interdit toute forme de violence entre les 16 races différentes y vivant. A la place, toute décision ou conflit est réglé par le jeu. Les deux adolescents y sont convoqués car ils pourraient bien être les sauveurs de l'humanité, la race Imanity qui, classée dernière parmi les 16 races, se retrouve confinée dans leur seule et unique cité restante.

Avis : Bon, j'avoue que le concept m'a beaucoup plu à la base. Beaucoup n'ont pas aimé mais franchement, après le troisième épisode....Impossible que je continue pas la série. C'est original, c'est totalement barré et loufoque et c'est du même coup totalement énorme. (et en plus la série fait un énorme clin d'oeil à une de mes séries de jeux préférés : Les ace attorney.....et rien que pour ça.....)

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
15. Ryugajo nanana no maizokin
 
 

 
Synopsis : Le jeune Jûgo Yama n'a pas de chance dans la vie : non seulement son père ne veut plus le voir mais, en plus, il est obligé d'intégrer une école contre sa volonté.
Son calvaire continue lorsqu'il s'aperçoit que le petit appartement qu'il loue est hanté par une jeune fille du nom de Nanana !
Avant de mourir, cette dernière était une NEET (ni étudiante, ni employée, ni stagiaire) qui possédait une mystérieuse Collection.

Au fil de l'histoire, Jûgo et son club de "chasseurs de trésor" se lancent à la recherche de cette fameuse Collection...

Avis : Bon, le principe de base a l'air sympathique et peut inclure plusieurs pistes pour la suite du scénario. Difficile de se faire un avis précis (il faudra attendre la fin) mais le début m'a l'air relativement intéressant. à voir...

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
16. Soredemo sekai wa utsukushii
 


Synopsis :
Nike Lemerchier, quatrième princesse du Duché de la Pluie, a été choisie pour épouser Livius Ier, le roi du pays du Soleil, et ce, alors qu'elle est contre ce mariage.
En effet, Nike voit Livius comme un homme cruel et sans merci qui a conquis le monde en seulement 3 ans ! Mais elle est surprise lorsqu'elle découvre qu'elle est en fait fiancé à un gamin !

Livius, de son côté, ne s'intéresse à Nike que pour son pouvoir : elle a en effet la capacité de faire tomber la pluie.


Avis : Intéressant sur le début, reste à voir si cette série tiendra la route sur le long terne. Mais pour les premiers épisodes, l'histoire est intéressant et la relation entre les deux personnages principaux possède suffisamment de potentiel pour nous offrir une bonne histoire. Reste à voir si les scénaristes vont continuer sur leur bonne lancée. 

 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
17. Soul eater not!
 
 


Synopsis : Tsugumi Harudori est une jeune fille originaire du Japon, choisie pour intégrer la prestigieuse école de Shibusen. Alors qu'elle est un peu inquiète quant à sa rentrée, elle croise Maka, dans les marches qui monte vers l'école. Tout de suite, Tsugumi est décidé à devenir comme celle qu'elle idéalise : belle et forte.
Mais à peine est-elle arrivé qu'un problème se pose déjà : la formation des duos. En effet, Tsugumi est de catégorie "arme", et doit se trouver un manieur avec qui faire équipe.... mais elles sont deux à se concurrencer!

Avis : Assez amusant (surtout si on a maté le manga original Soul eater), ce spin off est à la fois fidèle et assez différent (le dessin et l'ambiance est assez loin finalement d'un shonen de baston classique) et ca m'a l'air assez intéressant. Même si j'ai assez peur de la direction que cela va prendre (j'espère que ce sera moins WTF que le manga original....)


Et voilà ! J'espère que cela vous aidera à vous faire une première idées, à découvrir des animés que vous ne connaissiez pas, à vous faire une petite sélection ou autres. Bref, sur ce, je vous dis à bientôt, j'ai encore 4 saisons de Doctor Who à mater !

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)

Bonjour les gens. Je suis désolé de pas pouvoir faire quelque chose de grandiloquent et avec un fond bien travaillé mais je suis malheureusement beaucoup trop occupé (et fatigué le soir) pour écrire. Je prends toutefois un moment pour faire un petit article minimaliste car les animés d'hiver 2013-2014 sont enfin terminé (j'attendais la fin de Nagi no asakura pour vous en parler d'ailleurs) et que je compte faire un petit bilan. Et je dis minimaliste car y aura peu d'image et beaucoup de texte. Voici donc le bilan des animés de l'hiver.


Noragami : Un animé que j'ai maté en hésitant car le début n'était pas spécialement prenant. Finalement, ça devient intéressant passer quelques épisodes et ça se laisse suivre. j'ignore si c'est moi mais malgré tout, je n'ai pas spécialement été emballé par les aventure de Yato. Mais bon, je le reverrai à tête reposé pour voir si je suis pas passé à coté d'un truc important.

Golden time : Alors celui-là, c'est très compliqué de donner un avis clair sur son cas. D'un côté, le début était intéressant et promettait une histoire intéressante (notamment car on voyait des personnages à l'université et que c'était tiré d'un novel de l'auteur de toradora), c'était drôle et il a clairement des moments de détente très agréable à suivre... Autant l'animé se casse la gueule vers la fin. La faute principalement à l'intrigue final qui arrive beaucoup trop tard (22eme épisode alors que la série fait 24 épisodes) et le final qui nous fait hurler devant notre ordinateur "tout ça pour ça......!?" SPOILER tout ce bordel autour du retour de la mémoire du héros pour terminer sur "j'ai retrouvé la mémoire mais mon amour pour toi est resté" (sans compter que l'héroine qui fait "si tu te souviens encore, je resterai avec toi toute ma vie" nous fait direct deviner comment ça va se terminer). Une déception prévisible mais j'essaie quand même de retenir le début positif malgré tout.

Nagi no Asakura : Ici aussi, c'est très particulier. Le début laisse clairement supposer qu'on va avoir droit à une série amoureuse très classique mais mélangé avec un univers intéressant. Le souci vient du faites que l'animé est assez lent et que ça tourne un poil en rond, ce qui complique l'appréciation qu'on peut en avoir. Toutefois ! l'animé nous sort un énorme rebondissement avec une idée génial pour relancer l'intrigue (SPOILER l'idée de faire hiberner certains personnages permet de faire vieillir certaines personnages, ce qui crée de nouvelles romances et en complique d'autres). Le problème est que l'intrigue redevient un peu lente (mais heureusement, les évènements sont plus denses) et que la fin est baclé... notamment sur le faites que les choses restent en suspens (aucune romance n'est réellement finalisé) ce qui, dans un animé aussi long, sonne quand même comme un foutage de gueule. Dommage car y a beaucoup d'élément que j'ai aimé (Chisaki notamment....:))

Chunibyo demo koi ga Shita! Rei : Deuxième saison pour ce super animé qu'est Chuunibyo et.........c'était un peu décevant quand même. Alors, ce n'est pas un mauvais animé mais à la fin, je me suis quand même dit : Est-ce que la saison 2 était vraiment nécessaire ? L'histoire évolue très peu, tourne en rond et les épisodes sont moins intéressant que prévu. Certes, l'humour est là mais moins inspiré et le nouveau personnage est clairement moins présent que prévu. Bon, après, je retiendrai heureusement les épisodes centré sur Dekomori et Nibutani qui m'ont clairement fait kiffé. Mais dommage quand même....

Gin no saji 2 (Silver spoon) : Pas grand chose à dire là non plus. Ca suit le manga à la lettre, c'est amusant, drôle. C'est silver spoon quoi ! Bon mais sans prise de risque et avec moyen intèrêt si on suit le manga (sauf si on est un grand fan comme moi)

Maho sensou : Pas spécialement mauvais mais clairement pas l'animé de l'année. Ca se laisse regarder mais c'est assez prévisible et franchement plusieurs personnage m'énervent (Gekko en tête qui est juste un gamin immature et stupide). Bref, pas génial.

Super Sonico : Oui, j'ai fait partie des rares personnes qui ont aimé Super sonico. L'animé aurait pu être un pur produit fanservice totalement con et sans un gramme de subtilité. Et au lieu de ça, on a eu un sympathique petit slice of life. Certains épisodes sont vraiment sympa à regarder (la randonnée de sonico à travers le japon par exemple, l'épisode de l'enquête avec sa fin assez surprenante ou encore l'épisode des chats très rigolo et léger). J'ai mater un excellent moment chaque début de semaine et franchement..... je pige pas pourquoi les gens se sont autant acharnés dessus...

Tonari no seki-kun : Bon la série n'est pas finie (je pensais mais on vient d'annoncer un 14éme épisode) mais je vais quand même rapidement en parler pour dire.....que c'est sympathique. C'est très court (7 minutes) et c'est clairement un animé fait avec un budget très limité (une doubleuse qui assure 95% du casting et un dessin un peu limite) mais c'est pas désagréable et même très sympa à suivre (bon j'avoue que les prouesses vocales de Kana Hanazawa aide beaucoup)

Witchcraft Works : Malgré sa couche de WTF épaisse, cet animé est plaisant à regarder. Principalement pour ses bastons de haute volée. Reste à savoir ce que le manga proposera en supplément et si une saison 2 verra le jour.

Inari, Konkon, Koi iroha : Comme je l'avais dit la première fois, une vraie petite surprise et un animé génial à suivre du début jusqu'à la fin. Seul défaut : Le nombre d'épisodes qui inclut une fin un peu trop brutale (mais qui a le mérite de donner une conclusion qui permet à la série de s'arrêter là si aucune saison 2 n'est prévue).

Mikakunin de Shinkokei : Bon, 12 épisodes plus tard, je ne sais toujours pas quoi penser à cet animé. Surtout à cause de la révélation d'un épisode qui fait passer l'animé dans la case des animés fantastique (SPOILER Mashiro et son frère étant des créatures surnaturels finalement), malgré tout, après tout, ça tourne pas mal en rond, ça contient pas mal de délire que j'ai du mal à trouver drôle et.... enfin voilà, c'est pas spécialement mauvais mais pas bon non plus...... Bref, à vous de voir pour le coup.

Nourin : Là ca va aller très vite... J'ai tenté de mater jusqu'au 5eme épisode et franchement y a pas à débattre 5h : c'est nul, pas drôle, grossier, on ne s'intéresse ni à l'intrigue ni à aux personnage. Bref, poubelle.

Saikin Imouto no Yosu ga Chotto Okaishiin Da Ga : Alors, malgré que j'avais dit que c'était très mauvais, j'ai quand même mater les autres animés dans mes moments perdus, et..... c'est finalement moins mauvais que prévu. Ce n'est pas un chef d'oeuvre non plus mais c'est moins catastrophique que prévu. Les délires ecchi sont moins présent et sont presque totalement parti (je pense de toute façon qu'après la fin de l'épisode 2, on pouvait difficilement faire pire...) et l'intrigue se veut un peu plus travaillé, ce qui fait qu'on peut la regarder. Après, ca passe pas trois pattes à un canard et la fin est clairement faite avec les pieds pour préparer une saison 2 mais bon, vu l'écart de qualité entre le début et la fin, j'ai quand même un certain respect pour les mecs qui ont bossé dessus.

Onee-chan ga Kita : Alors, c'est hyper mal dessiné, ca va deux cents à l'heure (l'épisode dure 3 minutes), je pige totalement qu'on peut ne pas aimer (moi-même j'avais détesté le premier) mais si on mate ça entre deux animé plus intéressant et qu'on se dit clairement que c'est un "animé-entracte", c'est pas si mauvais que ça... (et puis la série était dispo sur crunchyroll 2-3h avant golden time donc pour tuer le temps....)

Voilà, j'espère que ça vous a plus (j'ai vraiment écrit ça entre un épisode de Doctor who et les heures de sommeil que j'ai à récupérer). Au programme prochaine : Un petit article que j'écris dés que j'ai un moment de libre et vers la semaine de pâques, les premières impressions des animés de printemps (J'attends l'animé Atelier escha & logy notamment pour l'article)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)
Bonjour à tous. Aujourd'hui, je fais encore une fois appelé à mes pouvoirs de grand chef et j'invoque le lardin N°1 pour faire un article ! Oui, aujourd'hui, je donne encore une fois la parole à mes collaborateurs pour qu'ils me fassent des articles (promis, quand il commenceront à faire régulièrement, je ferai plus une intro à la con comme ça ....et comme c'est pas prêt d'arriver, vous allez encore en bouffer). Bref, aujourd'hui, c'est donc Yamato qui va nous présenter une sorte de petit guide manga. Divisé en plusieurs articles, chaque petit guide aura un thème bien à lui en vous présentant 5 mangas qui constituent (pour nous du moins) des références dans leur genre. Aujourd'hui, L'héroic fantasy. 
 
 
Définition de l'héroic fantasy :  Genre littéraire anglo-américain qui mêle, dans une atmosphère d'épopée, les mythes, les légendes et les thèmes de récit fantastique et de la science-fiction.
Dans le manga, il s'agira donc d'un manga à ambiance principalement médiéval européen mais avec des touches de technologie plus avancée et quelques éléments mangas (Gags, nourritures, expressions...) 
 
Voilà pour la petite définition, histoire que vous sachiez de quoi on parle, place maintenant à nos 5 mangas : 
 

Berserk de Kentaro Miura
Difficile de parler de manga d'héroic fantasy sans parler de son représentant le plus connu et le plus unanimement apprécié. 
 
En (déjà) presque 14 ans d'existence, Berserk à tout connu du manga à sucés, une série animé (25 épisodes), 3 films d'animations, 2 jeux vidéos, des produits dérivés et plusieurs récompenses prestigieuses (prix Tezuka en 2002 et meilleur Seinen à la Japan Expo 2007).
 
Et pourtant ce manga utilise tous les poncifs du genre. En effet, Guts, est le type même du héros de Fantasy : c'est un homme, souvent seul, sans beaucoup de moralités, extrêmement fort et résistant physiquement qui va de combat en combat et sa motivation finale est on ne peut plus égoïste (la vengeance contre un homme). Mais il serais malaisé de ma part de ne retenir que cela de l’½uvre, car l'auteur à su complexifier son histoire au fur et à mesure de son avancement, apportant des personnages secondaire, donnant de l'épaisseur aux motivations et aux troubles qui habitent le protagoniste principal, etc...
 
L'univers également se fait veut plutôt travailler, oscillant dans une univers fictif qui mêle la guerre de Cent Ans, le Haut-Moyen Age, la renaissance pour ce qui est des armes, des costumes, des habitations, de l'économie et des intrigues politiques. Il place également des pans important du fantastique mais sans en faire un élément prépondérant, du moins au départ. La magie et les êtres surnaturelles aurons en effet une place de plus en plus importante au fur et à mesure de l'intrigue. 
 
Enfin on soulignera la qualité assez incroyable du trait de Miura, qui magnifie comme il faut chaque scène, que soit les combats ou les moments de calme. Notons d'ailleurs que l’½uvre est assez explicite en ce qui concerne la violence (beaucoup) et le sexe (un peu), mais il serais dommage de ne réduire Berserk à « un étalage d'effets sanguinolents » au vu de nombreux thèmes abordés (le fanatisme religieux, la folie, la soif de pouvoir, la révolte contre l'ordre établi, etc...).  
 
 

Shingeki No Kyojin de Hajime Isayama
Bienvenue au nouveau chouchou et phénomène du manga japonais, celui qui fait péter les records de vente (2° meilleur ventes 2013 au Japon), qui enfile les récompenses comme moi les perles, sans parler de la palette de produits dérivés et adaptations dans les divers médias (animé, jeux-vidéos, etc...). 
 
Le synopsis se veut très classique, Eren et Mikasa (sa s½ur adoptive) vivent bon an mal an leur quotidien d'enfant dans une cité fortifiée. Jusqu'au jour où un monstre gigantesque, un Titan donc, apparaît et fracasse une partie des défenses. La ville est alors submergée de Titans qui vont répandre malheur et désolation et accessoirement tuer et manger la mère de nos héros. Ces derniers n'aurons plus dés lors que l'envie de se venger et de zigouiller au passage tous les Titans présent sur Terre. 
 
Si on constate que l'objectif de base ne s'éloigne guère de celui présent en nombre dans la littérature Fantasy (la vengeance donc), on appréciera par contre l'originalité de l'univers. Ce dernier prend place dans une uchronie où suite à l'apparition des Titans, l'espèce humaine a pratiquement disparue et a du se réfugier derrière de hauts murs pour éviter l'extermination. Les Titans en question, bien que de taille et d'aspect variable présente plusieurs similitudes inquiétantes : ils sont grands (minimum 4 m), forts, pratiquement immortels (nuque comme seul point faible) et dévore les humains uniquement par plaisir et non par besoin. Certains personnages sortent aussi du carcan traditionnel, en autre Mikasa qui est une femme forte mentalement et physiquement (faut aimer les nanas avec du muscle). 
 
Autre particularité de ce monde, il mélange la Révolution Industriel pour les armes et les équipements de la Brigade, et le moyen-age pour les habitations et les vêtements des civils. Il est difficile d'ignorer l'influence de l’Allemagne dans le manga, que se soit les noms de nombreux personnages ou le fait que la ville allemande de Nordingen est beaucoup inspirée l'auteur. 
 
Le manga est par contre (de mon point de vue) assez moyen graphiquement, surtout au niveau des visages et il n'est pas toujours facile de distinguer certains personnages tant ceux-ci sont très proches.
 

Ubel blatt de Etorōji Shiono
Plongeons à présent dans un monde à peine plus agréable avec cette avatar de la Dark Fantasy. 
 
Le moteur est une nouvelle fois la vengeance, mais cette dernière ne va pas s'exercer sur un individu ou une créature quelconque, mais carrément sur un empire entier. En effet, la trahison dont sera victime le héros par un groupe de ses anciens alliés va être le point de départ de ce nouvel essor pour l'empire en place. 
Et cela sera un point important de la quête de Koinzell, ce dernier se demandant à plusieurs reprise si son égoïsme vaut la peine de précipité le monde dans le chaos. 
 
Le monde dépeint dans ce manga se veut plutôt pessimiste, le seul lieu propice aux humais et aux autres races (Szaaland) est fréquemment le lieu de lutte intestine, tout en étant assiégé par des forces maléfiques (Wischtech).
L'univers quand à lui mélange le médiéval (château, armure, arme, habitat et outil du quotidein), la fantasy pure avec un bestiaire important qui comprend des éléments assez classique et d'autres plus atypiques et la magie est omniprésente et permet même une technologie poussée (canon orbital, forteresse et châteaux volants, etc...). Sinon, on appréciera des précisions sur le background à chaque fin de tome à la faveur de trois ou quatre pages. 
 
Par contre, Dark Fantasy oblige, le manga est assez violent (démembrement, décapitation, etc...), en atteste « la mort » du héros (je n'en dit pas plus). Il comprend aussi pas mal de scènes explicites au niveau sexuel. Ce qui contraste d'ailleurs pas mal avec un dessin de qualité, mais qui est plus proche de Naruto que de Berserk. 
 
Sinon à l'instar de l'Attaque des Titans on notera quelques pointes de « germanité », que se soit le titre (« Mauvaise Lame » en français), le nom de plusieurs personnages dont le héros lui même ou encore le régime politique de l'empire qui se veut une copie conforme du Saint Empire Romain Germanique. 
 

Claymore de Norihiro Yagi
Deuxième manga de Norihiro Yagi, Claymore apporte lui aussi son lot de classicisme et d'originalité.
 
Ainsi, on a encore une fois une leitmotiv fondé sur la vengeance de l’héroïne. Oui j'ai bien parlé d’héroïne, car qu'on se dise, les femmes tiennent le haut du pavé dans ce manga. 
Et l'explication réside dans le synopsis. Claire, est membre d'une organisation dont le but est d'éradiquer les démons qui infestent les villes et villages du pays. Ces derniers ont tendance à prendre apparence humaine (et accessoirement à décimer les populations), seules les Claymore sont capables de les distinguer par l'odorat. Elles se distinguent d'ailleurs par le fait que se sont toutes des hybrides démons-humains, seule possibilité pour acquérir et utiliser leurs capacités. 
 
La série prend place dans un univers vraiment très médiéval, beaucoup de villages, peu d'emprise de l'homme sur la nature (les forets sont assez importante), une ou deux villes assez importantes et de surcroît lieu religieux, etc... A vrai dire, seule l’uniforme de l'organisation et ses membres se distinguent de ce décorum. 
 
L’élément fantastique principal, et unique, réside dans la personne des démons qui servent à la fois d'ennemie et d'armes utiles pour l'humanité. On appréciera d'ailleurs le design des plus puissants, les exaltés, qui permet à l'auteur de se lâcher pas mal niveau design. Par ailleurs, on constatera une construction du début du manga assez proche de Berserk, à savoir un flashback après les deux premiers tomes pour expliquer la raison du combat de Claire (et croyez moi ses raisons tiennent la route).
 
En ce qui concerne, le dessin, il est assez particulier en ce sens qu'il faut aimer les personnages très minces et aux visages tout en longueur (y compris chez les hommes) ce qui fait qu'on a assez peu de différence anatomique entre les personnages. Coté décor, j'espère que vous apprécierez les déserts et autres ruines, car la plupart des combats se passent en ces lieux (ce qui donne un petit coté Power Ranger par moment). Sinon, bien qu'étant un shonen, le manga est assez gore et violent, les Claymore ayant la capacité de se régénérer, les démembrements sont fréquents.
 

Bastard !! de Kazushi Hagiwara
Finissons en beauté avec le plus ancien de tous, car depuis presque 30 ans Bastard balance des sorts et de l'humour graveleux comme moi des vannes toutes pourries. 
 
Il y a 400 ans le monde moderne à était ravagé, et la civilisation est retombée à un niveau technologique proche du moyen-age. Cela n’empêche nullement la guerre d’être présente en continue, et dans le royaume de Meta-Licana, Tya, la fille du grand mago du coin va devoir réveillé 
Dark Schneider pour péter la gueule au méchant.
 
Malgré son ambiance de conflit permanent et son coté post-apo, Bastard est un manga au ton plutôt léger et comique, et qui étale d'ailleurs fréquemment des scènes assez explicites niveau cul. Le principal ressort de drôlerie tient à la personnalité de D.S., qui se veut à la fois très puissant et pourtant particulièrement con et obsédé, une sorte de Nicky Larson de la Fantasy en somme.
 
Bien sur, la BD ne manquera pas de moments de bravoure et de combats bien sanglant et de bon aloi. Contrairement aux mangas cités dans l'article, la magie tient une place centrale, étant donné que les héros et les méchants sont souvent des magiciens on s'en douterais un peu. 
On appréciera d'ailleurs le nom des formules, souvent emprunté à des groupes à de métal, un petit délire mélomane cher également à Araki (l'auteur de JoJo's Bizarre Adventures).
 
Pour finir sur l'aspect dessin, on a affaire à un manga très vieux qui a opéré un spectaculaire amélioration au fur et à mesure du temps. Effectivement, si les premiers tomes sont très ancrés dans la graphie des années 80/90, le trait est devenu sacrément abouti et Bastard figure sans probable au top des plus beaux mangas. 
 
J'espère que cette première incursion dans l'univers merveilleux de la BD nipponne vous aura plu, en sachant qu'il y en aura d'autres bien évidemment. 
 
Sur ce, je vous souhaite bon vent, bonne lecture et à bientôt ! 
 
 
Ajouter à mes favoris Commenter (10)