Voxel Culture

Édito


 

Bienvenue sur Voxel culture, blog qui parle de cinéma, de jeux, de manga, de comics et de bien d'autres choses. Au programmes : Réflexion vidéoludique, Test de jeux, Présentation de visual novel, propagante anti-pc ou encore critique de cinéma. Moi et mes trois lardins, nous allons vous présenter votre culture. Celle du voxel....

Identifiant :

PSN : Sirmonokuma

Id steam : Evil Minato

Code 3DS : 2406-5859-6021

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Staff Voxel :

Grand Manitou, Rédacteur principal du blog.

Rédacteur secondaire du blog. (Sert à rien, ennuyeux)

Rédacteur secondaire du blog. (On essaie de lui trouver une utilité)

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Banniére pour le blog (Site Officiel)

Banniére pour le blog (Version gameblog)

Archives

Favoris

Voxel Culture

Par Minato Blog créé le 26/12/12 Mis à jour le 08/04/17 à 17h38

Blog personnel centrée sur les diverses passions que j'aime : jeux vidéos, manga/animés, Série télé, Cinéma, littérature.

Ajouter aux favoris
Signaler
Dossier

Bonjour à tous.
Bon, cet article devait arriver à la fin du mois car j'attendais l'arrivée de la (normalement) dernière machine avant un long moment. Finalement, un petit tour dans la bonne boutique et le bébé est finalement arrivé. C'est pour cela que j'ai décidé que finalement, il était temps de faire son gros dégueulasse et de faire une grosse exhibition de matos. Préparez vous un bon verre de ce que vous aimez, ça va être long. C'est l'heure de l'historique de machines !

  
Bon, pour préciser, voilà comment on va procéder:

- Ce sera classé en trois catégories : en premier, les consoles de salons, ensuite les consoles portables pour finir avec les ordinateurs. Vu la grosseur de l'article, j'ai décidé de le diviser en deux parties. Il aura également un troisième article bonus mais uniquement sur le blog original que vous pouvez voir ici (l'adresse direct vers l'article viendra plus tard) : http://voxel-culture.blogspot.be/
- Je vais préciser également le premier jeu auquel j'ai joué. Attention toutefois, il s'agit du premier que j'ai possédé moi. Régulièrement, j'ai joué chez quelqu'un avant d'avoir la console à un jeu mais je le considère comme tel, donc je le compte pas (Par exemple : à la sortie, j'ai joué à la PS2 chez un pote régulièrement, donc techniquement mon premier jeu joué sur PS2 est Tekken Tag tournament mais je n'ai eu ma propre console que trois ans plus tard avec FFX donc je considère FFX comme mon premier jeu)
- Je préciserez à la fin si j'ai toujours la console et si elle fonctionne toujours. Par contre, comme je m'en souviens juste pas et/ou que j'ai la flemme de compter, je mettrai pas le nombre de jeux.
- Chaque console sera l'occasion de balancer également quelques petites anecdotes perso sur chaque machines (vous allez voir, chaque console a eu son lot de problèmes et de moments amusants)
- Cela va de soi mais y a plein de machines que j'ai essayé (en émulation ou sur le support d'origine) mais je mets que celle que j'ai possédé moi-même (Par exemple, vous allez voir qu'il a pas de Super Nes parce que je l'ai pas eu à l'époque et que j'ai principalement joué en émulation sur celle-là)

Consoles de salon

 

Master System 


Premier jeu : Action fighter, Wonder Boy 3 et Tennis ace.

Ma première console ! La toute première que j'ai eu à 5 ans soit en 1991......lors de la sortie de la Megadrive. Bon à vrai dire, je sais pas trop ce qui s'est passé à l'époque (j'avais 5 ans en même temps), mais j'étais tout fou à ce moment-là de pouvoir jouer aux jeux vidéos comme tout le monde. Bon, à vrai dire, la console a tenu un an chez moi (je me souviens qu'en première primaire, on se prêtais déjà entre amis des jeux megadrive) mais j'ai continué à jouer aux jeux grâce à ça. Il s'agissait d'un adaptateur pour faire fonctionner les jeux Master System sur Megadrive. Résultat : Ma Master systeme n'a pas tenu très longtemps et j'ai eu peu de jeux dessus : Un autre jeu de tennis, Moonwalker (le jeu avec Mickael Jackson) ainsi que les deux sonics (autant j'ai fini le premier bien plus tard, autant je n'ai jamais réussi à finir Sonic 2 à l'époque). Bref, ma première console, pas la meilleure mais faut bien une première.

Anecdotes :


- Bien qu'il soit mon premier jeu, je n'ai jamais réussi à finir Action Fighter car il est trop difficile. Même encore aujourd'hui ! J'ai essayé de le terminer y a un an et même en utilisant des saves states, impossible de vaincre le 5eme boss..... Soit je suis très nul soit le jeu est trop difficile.

- Wonderboy 3 est surement le jeu auquel j'ai le plus joué. C'est sans doute parce que c'était un jeu d'aventure.

Etat de la console :


Je crois qu'elle est dans une boite au grenier avec un tas d'autre trucs que je veux pas me séparer . Par contre, je sais pas si elle fonctionne encore vu que je n'ai plus aucun câble ni manette (oui, chez moi et d'autres potes, la console reste dans une boîte pendant des années mais les manettes et les câbles sont toujours portés disparus très rapidement).

Megadrive

Premier jeu : Sonic & Sonic 2

 

Deuxième console que mes parents m'ont offert et......la dernière d'ailleurs (oui, à partir de la Playstation, j'ai dû me payer toutes mes consoles moi-mêmes). Je me souviens qu'on l'avait acheté à un stand qui faisait la promo pour Sega (mes souvenirs sont très floues encore une fois mais je me souviens qu'on pouvait jouer à Sonic 2 et qu'on pouvait acheter la console). Inutile de dire que ca a été une grosse claque et un énorme kiff cette console. Plus d'une trentaine de jeux (c'était énorme à l'époque) que je transportais souvent chez des potes dans une boites fait pour les cartouches (je me souviens qu'elle avait beaucoup souffert de ces trajets), énormément de jeux cultes : Mortal Kombat, Street fighter 2, la série Sonic, la série Shinobi, Dragon ball l'appel du destin (oui, à l'époque, tout les gamins aimaient Dragonball), Ecco the dolphin (même si il était trop dur), Street of rage (j'ai dû finir au moins 40 fois le deuxième épisode), Soleil (mon premier jeu en francais!....en français approximatif mais en francais!) ou encore Ristar (sans doute le meilleur jeu de la console pour moi). Non sincèrement, malgré ce qui se faisait sur la concurrence (je me souviens avoir bavé sur Donkey Kong country et avoir tanné mes parents pour avoir une Super NES.....que j'ai jamais eu), j'ai eu une bonne enfance niveaux jeux (j'avais également la chance d'avoir des amis qui avait aussi une megadrive).

Anecdotes :

- Je me rappelle avoir pris retour vers le futur 3 en location chez maxitoys. Mon frère a complétement oublié de ramener le jeu qui a traîner sur une de mes étagères pendant un an. Bizarrement, le magasin n'a jamais réclamé le jeu... (je pense surtout qu'il avait pas nos coordonnées pour le réclamer).

- Petit truc amusant sur un jeu en particulier : Un jour, en faisant une manipulation bizarre, j'ai enclenché un glitch sur Sonic 3 & Knuckles qui me permettait de me transformer en élément du décor (comme dans Sonic 2 sauf que c'était un code connu à l'époque). J'ai pu donc finir le jeu avec Knuckles (j'arrivais pas à passer le 4eme stage) et faire tout un tas de trucs amusants. Le glitch a disparu après avoir coupé le jeu mais j'ai tenté de le reproduire......en vain, pire, lors d'une énième manipulation, j'ai effacé toutes mes sauvegardes !

- Le dernier jeu que j'ai eu sur cette console, c'était Sonic 3D blast. Mais à l'époque, le jeu coûtait 2000 franc belges (50 ¤ environ) et pour mon père, c'était trop cher. Lors de noël, j'ai tenté de faire passer la pilule...Mon père a alors fait un truc que mes amis trouvent encore très drôle aujourd'hui : Il a accepté de me payer mon jeu.....si j'arrivais à trouver la somme nécessaire dans une grosse tirelire dans laquelle il mettait la monnaie dés qu'elle traînait. Pour vous donner une idée, j'ai dû payer un jeu à 50 ¤ avec des pièces qui valait 15 et 50 centimes. Deux heures pour tout rassembler, une demi-heure au vendeur pour voir si il manquait pas une pièce (son collège était à moitié mort de rire).... Le pire ? Le jeu était tout naze en prime.

Etat de la console :


J'ai malheureusement offert ma console en 2002 à un pote qui n'avait plus aucun système de jeu. Je dis malheureusement parce qu'il a pas énormément jouer avec, disait que c'était une console assez naze et l'a même revendu deux ans plus tard. Tristesse, ça m'a appris à ne jamais être gentil avec quelqu'un.

Playstation 


Premier jeu : Dark forces

Aaaaah la Playstation, cette console... CETTE CONSOLE ! si je devais évoquer la période ou le jeu vidéo a le plus évolué pour moi, c'est la période Playstation. Des tonnes de hits, des nouveaux genres qui sont arrivés (ou qui ont complétement changé), l'arrivé des jeux en français et des voix en français ! (oui à l'époque 16bits, les jeux était souvent en anglais....et quand il étaient en français, c'était très aléatoire), l'arrivée de la sauvegarde sur tout les jeux ou presque, l'arrivé de scénarios plus complets et mieux écrits dans le jeu vidéo (notamment chez nous car on avait peu de RPG sur 16bits en Europe) ou encore des claques graphiques diverses. Bref, un souvenir incroyable cette console, j'ai même du mal à pas m'énerver quand j'entends les gens cités les défauts (qu'elle avait sans doute mais à l'époque, on s'en foutait) alors que elle était excellente cette console. Bref, l'une de mes meilleures consoles. 
 
Anecdotes : 
 
- Le premier jeu auquel j'ai joué, c'est Casper en réalité (l'adaptation du film live). C'était un jeu très bizarre, une sorte de labyrinthe géant ou on devait trouver des clés et des objets (ainsi que les pièces d'une machine), je l'ai eu plus tard mais je l'ai jamais fini sans code car le jeu était trop long et ennuyeux. Mon premier vrai jeu acheté, c'était Dark force, un FPS sur Star wars (j'avais vu star wars au cinéma l'année d'avant et j'étais devenu très fan), par contre, j'ai jamais fini le jeu car trop dur, labyrinthique comme pas parmi et totalement en anglais (or, il avait des objectifs à accomplir). 
 
- Cette console a été celle des pannes et des ennuis techniques : Elle est tombé deux fois d'un meuble ce qui a cassé la pointe à l'intérieur de la console qui fait tourner le disque (ce qui m'obligeait à mettre une pile de dictionnaire sur la console pour faire contact) et la deuxième l'a définitivement achevé (ce qui a conduit à l'achat d'une deuxième console). J'ai eu facilement 6 cartes mémoires qui n'ont plus fonctionner (le record est ma première carte, morte en deux jours) et des manettes qui se sont cassés trés facilement (câbles notamment). La foudre a fait tomber en panne ma console (qui était resté allumé par mégarde) et j'ai eu des soucis avec le câble peritel à cause d'une option....étrange qui mettait un énorme bruit strident si tu appuyais sur un bouton et qui a fini par rester sans arrêt quand mon frère a accidentellement déformé le câble). 
 
-  Bon, j'avoue aujourd'hui : comme beaucoup de jeunes à l'époque, mes parents avaient pucé ma Playstation (principalement pour ne pas avoir à m'offrir des jeux à 50 ¤ et pour pas que je les tannes avec mes jeux). C'était pratique et un rêve de gosses (pour le prix d'un jeu, je pouvais en avoir 20.....) mais il avait deux trucs assez énorme que je me souviens : Les Final fantasy qui étaient les jeux que j'attendais le plus ne pouvait pas être copiés à l'époque (enfin le 8 et le 9 du moins) et un truc perso : Après la réparation (dû à la foudre comme dit plus haut), ma puce a été enlevé et le réparateur a oublié de la remettre, je n'ai constater ça toutefois que deux semaines plus tard. La raison ? j'étais tellement occupé sur le FF8 que j'avais acheté que je n'ai plus joué à aucun jeu pendant ce temps.
 

Etat de la console :


Y a trois ans avant de déménager, j'avais encore la playstation qui traînait dans un coin de ma chambre et qui prenait la poussière. Je l'avais testé et elle n'arrivait plus à lire un seul CD (la lentille était morte). J'ai donc dû la jeter. Dans un sens, je le regrette, de l'autre, vu la fragilité de la console, j'ai pas pleurer plus que ça, vu qu'il avait l'émulation.

Nintendo 64
 
Premier jeu : Super Mario 64

 

La nintendo 64, j'aime bien surnommé cette console "la console des copains". Pourquoi ? Parce que c'est la console sur laquelle j'ai surtout joué chez les autres et qui était beaucoup plus amusante en groupe. En effet, j'ai acheté cette console un ou deux ans après mes potes parce que "j'en avais marre des jeux sur CD qui se griffaient et qui se cassaient" (résonnement idiot d'un mec de 11 ans, me jugez pas). Mais j'ai vite regretter mon achat : Les jeux qui m'intéressaient, je les avais fini chez des potes ou je les avais déjà complètement grugés en multi. très peu de jeu au final (6 à peine) et les gros hits que sont Zelda Ocarina of time ou encore Banjo Kazooie, je les ai fait seulement des années plus tard en émulation. Malgré ces qualités, j'avoue que ça reste pas un super souvenir dans ma tête à l'époque en tant qu'achat parce qu'en tant que console, j'ai pu jouer au meilleur jeu de plates-forme 3D de tout les temps : Mario 64 et j'ai totalisé facilement 70h de jeux avec des potes sur Mario Kart 64.

Anecdotes :

- Une seule petite anecdote : à l'époque, avec un pote, on tentait de finir Super Mario 64 (le meilleur jeu de la console) d'une façon originale : Je lisais la bible des secrets des étoiles les plus simples à récolter et mon pote jouait. Finalement, j'ai commencé à essayer de récolter les étoiles aussi et on s'engueulait souvent sur celui qui jouerait (mon pote avait avoué vers la fin qu'il regrettait les débuts ou il jouait et moi je lisais). Finalement, j'ai fini le jeu avant lui....je me souviens même lui avoir téléphoné pour lui dire et lui m'a répondu limite en s'en foutant. (je crois que j'ai dégouté mon pote de ce jeu....)

Saturn
 
Premier jeu : Command and conquer

Bon, là, ça va être rapide car c'est une console que j'ai eu par mon frère alors que Sega l'avait déjà plus ou moins abandonnée et j'ai quasiment pas joué avec... J'ai eu que trois jeux (et même pas trois jeux intéressants puisque deux étaient disponible sur Playstation) et j'ai ensuite laissé la console dans son carton dans une armoire. Pour vous dire, j'ai même aucune anecdotes personnel sur cette console....

Etat de la console :


J'ai tenté de la faire fonctionner y a quelques années après qu'un pote m'ait prêter Nights into the dreams mais comme la Playstation, la lentille avait rendu l'âme. J'ai donc dû la jeter. (oui la saturn et la playstation étaient des consoles qui demandaient un soin médical et parfois crevaient malgré tout)

NES
 
Premier jeu : Super mario Bros

 

Alors là, je suis sûr que vous vous demandez ce que la NES fout entre les consoles de 5eme et 6eme génération. Bah c'est très simple : je l'ai eu à ce moment là car j'avais dans la tête de posséder les consoles que j'avais pas eu à l'époque. En attendant la PS2 et en attendant que la Dreamcast baisse de prix (ce qu'elle n'a jamais réellement fait si vous voyez ce que je veux dire), j'ai pris une NES dans une brocante à très bas prix (je m'en souviens, c'était 20 ¤ la console + 3 jeux.....Ouais, c'était une autre époque). Bon, j'avoue, à l'époque, mon premier PC n'est arrivé qu'un an plus tard donc j'ignorais l'existence de l'émulation mais j'avoue avoir squatté la console juste pour me faire un délire trip nostalgique et le pire ? J'ai adoré. En gros, j'ai terminé quelques megaman, mario et j'ai tenté un Zelda (mais j'ai laissé tombé parce que j'étais totalement perdu et je panais rien aux énigmes). Mais malgré tout, je garde un bon souvenir de ses parties que je faisais dans le noir (parce que quand je suis à fond dedans, j'oublie même que je suis dans le noir complet), tranquille avec juste le bruit du jeu en fond tranquille dans ma chambre. (Par contre, pas d'anecdotes en particulier)

Etat de la console :


Bon, elle est (une fois de plus) dans une boîte de mon grenier, je sais qu'elle marche mais seulement à moitié (une fois sur deux, le jeu glitch) donc, j'ai préféré conserver le peu d'humanité qu'il lui reste. Bon, et aussi je peux jouer aux jeux NES sur émulateur donc....

Playstation 2

Premier jeu : Final Fantasy 10

Alors, attention, on va arrêter les blagues pas drôles et l'objectivité quelques minutes pour parler de la plus grande console de tout les temps ! (après la N-gage bien sûr). Bon, aller sérieusement, la playstation 2 reste ma console préféré de tout les temps. Tout simplement parce qu'elle contient une ludothèque dans laquelle tu avais absolument tout : Du rpg, du FPS, du jeu d'action, du survival horror, du jeu d'infiltration, du jeu poétique, du jeu de plates-forme et ect ect ect. Bref, tu voulais à boire et à manger ? Tu avais tout ça sur PS2. Alors certes, c'était la console la moins puissante et y avait des jeux qui n'était pas forcément les plus beaux du monde mais mince, je me rappelle pas m'être autant amuser sur une autre console que la PS2 (même dans mon enfance ou j'avais rien d'autre à me préoccuper que de jouer et tenter d'avoir vaguement des bonnes notes).

Anecdotes :

- Malgré tout, l'obtention de la console pourrait faire l'objet d'un film de comédie française : En gros, pour commencer, l'envie d'acheter la console m'ait venue quand j'ai vu FF X-2 à la télé et que je me disais que ca allait être bien (....Bon exceptionnellement, vous pouvez intégralement vous foutre de moi, même moi j'ai envie de lapider mon miroir). Après une recherche pour le moins foireuse (trop cher quand y en avait une de dispo en occasion), mon frère m'a sorti en insistant lourdement : "non mais ne l'achète pas, si tu veux, je te prête la mienne le temps que tu en trouve une, ça me dérange pas". 4 mois plus tard (et non, ce n'est pas une image....il a vraiment mis 4 mois à se souvenir de cette promesse), j'ai enfin obtenu la PS2 avec un FFX que j'avais acheté. Bref, après quelques mois insupportables avec cette PS2, ponctué par le gosse de mon frère insupportable qui venait squatter sans arrêt parce que moi j’achetais des jeux, j'ai pu toutefois m'offrir ma propre PS2.......qui déconnait pas mal et qui, à la fin, m'a obligé à en racheter une quelques années plus tard (heureusement, le prix avait chuté et on en trouvait plus facilement) une PS2 slim....

- Avril 2007, alors que tout le monde se moquait de la soirée de lancement de la PS3 alors que ca faisait un mois qu'elle était disponible, j'ai été me procurer God of war 2 sur PS2, la grosse sortie du moment. Malheureusement, arrivé chez moi, impossible de le faire tourner. En réalité, la PS2 (qui était déjà dans un sale état quand je l'avais acheté d'occasion) était trop vieille et commençait à avoir du mal à faire tourner les jeux et encore plus les jeux récent sur DVD double couche. Bref, miracle toutefois : le vendeur du magasin du coin m'a "remboursé totalement" (j'entends par là que j'ai pris un autre jeu) alors que rien ne le forçait à le reprendre (le jeu était neuf et fonctionnait très bien en réalité). En passant, j'adorais ce magasin, le vendeur était sympa et honnête.........c'est sans doute pour ça qu'il a fait faillite.

- 2008, alors que le jeu vidéo stagne un peu (période de creux habituel au lancement de consoles, malgré que ce soit toujours aussi chiant), je commande l'un des derniers jeux PS2 en ligne : Persona 4. Toutefois, à l'arrivé du colis, une surprise de taille m'attend : Le colis me semble bien gros et contient ....deux exemplaires du jeu. Le pire étant que sur la facture, il est marqué que j'en ai commandé et payé deux alors que j'en ai commandé qu'un et payé qu'un.....
Bon le second exemplaire traînera un an sur une étagère sous blister et finalement je l'ai revendu contre deux jeux PS3 (imaginez mon fou rire intérieur quand le vendeur m'a complimenté sur le faites que "on dirait qu'il était sous blister il a quelques minutes" alors que j'avais déballé le jeu dans le coffre de mon scooter).


Etat de la console :


Malgré les années et quelques petits défauts (la carte mémoire déconne de temps en temps et les dvd ont parfois du mal à passer), la console fonctionne toujours correctement et j'y joue encore (j'ai encore pas mal de RPGs à finir dessus).

Gamecube

Premier jeu : Resident evil 4


Ha la gamecube ! La console que j'aurai jamais dû avoir et qui a prouvé un truc : Je suis un putain d'impatient. Oui car à la base, j'ai acheté la gamecube pour un jeu : Resident evil 4........alors que celui-ci était déjà annoncé sur PS2 et que si j'aurai attendu 6 mois, j'aurai eu le jeu sans avoir à racheter une console..... mais sincèrement, quand j'ai eu ma gamecube entre les mains et que j'ai totalement no-lifer RE4, je n'ai aucun regret. Surtout qu'ensuite, j'ai pu jouer à la vingtaine d'exclus qui m'intéressait (et encore y a des jeux que j'ai pas encore eu l'occasion de faire) mais que chaque jeu était une expérience en soi et surtout pratiquement aucune bouse dans ce que j'ai testé. Une très bonne console auquel je continue à jouer (je sors par exemple Wave Race Blue storm tout les étés).

Anecdotes :

- Comme la PS2, l'obtention de la console ne s'est pas fait sans quelques soucis : à la base, j'ai dû aider un membre de ma famille à travailler et j'ai eu de la chance d'être payé, je venais de finir l'école, j'étais riche comme un chat de gouttière et j'ai été payé juste parce qu'on a trouvé 100 ¤ par terre par hasard.....(évitez de bosser avec votre famille, y essaye parfois de justifier un travail gratuit par le lien du sang). Bref, je me rends à Namur (ville ou je savais qu'ils avaient plusieurs magasins de jeux) et je tombe sur une gamecube à 50 ¤ sans jeu, je vais alors chercher RE4 dans un autre magasin à 45 ¤ et ensuite, j'attends mon train. Alors que je me rend dans un coin désert de la gare, je regarde un peu la boite de ma console et constate.....qu'il manque le câble péritel. Retour rapide au magasin à l'autre bout de la ville en vitesse pour pas louper le train après (celui était pour une raison inconnue toujours bondé), je récupère mon câble....sans embout péritel que j'ai dû réclamer une deuxième fois. Je retourne alors vers la gare et me dit "y manque un truc j'ai l'impression" et heureusement, j'ai deviné ce qui me manquait et qui aurait pu m'être fatal : Une carte mémoire. Je vais donc rapidement en acheter une (de capacité de merde mais elle était suffisante). Résultat : Je suis totalement fauché mais j'ai tout pour jouer à RE4 et je rentre très content.

- D'après certaines sources (contact collectionneurs, vidéos youtube, ect), j'aurai quelques jeux gamecube assez rares : Tales of symphonia, Baten Kaitos, Skies of arcadia, Zelda twilight princess (avec en prime un disque contenant Ocarina of time qui viendrait du collector de wind waker) ainsi que Metal gear the twin snakes.

Etat de la console :


Rangé dans un coin, j'ai rangé les câbles je sais pas ou par contre.

Playstation 3

Premier jeu : Mirror edge

La PS3, c'était un peu la console mal aimé. En gros, pour moi, à l'époque, c'était la console qu'on aimait détester mais quand on pouvait s'en offrir une, on la défendait corps et âme... J'ai jamais très bien su quoi penser de tout ça. Mais moi, à l'époque, j'étais toujours assez fan de la marque Sony malgré ses défauts (notamment du faites que les accessoires était MEGA cher) et j'ai donc craqué en 2009 pour une PS3. Et je n'ai jamais regretté mon achat : Énormément de jeux, des heures de bonheur, des exclus qui ont été de meilleures qualités, seul la partie jeu démat était moins fortes que chez la concurrente....du moins au début, elle a bien remonté la pente. C'est vraiment la console qui aura connu la vie la plus dure, tour à tour, détesté, lapider, aimé, basher, incomprise, adulé par ses fans. Moi en tout cas, je l'adore.

Anecdotes :

- Encore une console à l'achat compliqué (je suis maudit) : à la base, j'avais trouvé et acheté un modèle 60 go (le modèle rare avec tout les ports inclus et la rétro PS2 inclus) chez.....cash converters. Alors un truc : ils se sont amélioré il a peu en étant plus regardant sur ce qu'ils reprennent (du moins, dans celui que je vais) et leurs magasins sont beaucoup plus propres qu'avant, mais sommairement, évitez d'acheter un appareil chez eux. Ils sont en fin de vie ou fonctionnent à moitié. C'est le cas ici, la PS3 ne savait même plus lire un CD audio (le modèle 60go était très fragile niveau lecteur et demandait un soin clinique....et des fois ça suffisait pas, y fallait une bonne dose de chance). Heureusement, remboursement direct (le mec voulait la réparer mais vu le magasin, j'ai demandé plutôt d'être remboursé). Finalement, c'est au magasin juste à côté de chez moi que j'ai eu ma console : une Slim 200 go (par contre, pas de jeux avec la console, j'ai pris Mirror edge et Bioshock à part)

- Truc très étrange à propos de la PS3 : apparemment les premiers modèles Slim avait souvent des soucis d'alimentations qui pouvait griller et demander un retour SAV. Perso, j'ai eu ces problèmes deux fois...........et puis plus jamais. Oui, j'ai eu deux moments ou la console se coupait et refusait de s'allumer mais après, elle n'a plus jamais eu ce problème (en tout cas, depuis aujourd'hui, je sais pas demain).

Etat de la console :


Toujours en service actuellement, j'y joue encore régulièrement.

Xbox 360

Premier jeu : Gears of war

Première console Microsoft que j'ai eu vu que je n'ai jamais trouvé d'interet à la Xbox première du nom. à la base, j'ai principalement pris cette console car il avait pas mal d'exclu à l'époque dessus notamment pas mal de J-RPG (bon à part Lost odyssey et Tales of vesperia, le reste s'est avéré bien naze). J'ai longtemps fait le match entre la 360 et la PS3 pour savoir qui était la meilleure et longtemps, la 360 a été devant grâce à son Xbox live Arcade. Ca a rapidement changé malheureusement quand Microsoft a laissé tomber la machine en ne fournissant plus d'exclus (sauf le daubique Halo 4) et a presque stoppé de renflouer son catalogue en exclu démat. Malgré tout, j'ai apprécié cette console malgré mon total manque d'interet depuis 2 ans presque.

Anecdotes :

- L'achat pour une fois n'a posé aucun problème : Xbox 360 Elite acheté après réservation avec Halo 3 ODST et Forza 3 avec le jeu Naruto Rise of ninja (offert par ma copine de l'époque) et deux jeux acheté sur ebay avant l'achat de la console : Gears of war et Mass effect (à l'époque, c'était encore une exclu 360)

- Je sais pas si c'est moi ou la console mais les batteries sont une horreur sur cette console : Une officiel qui a rendu l'âme, une non officiel à capacité ridicule et au câble très fragile..... et actuellement une autre qui est franchement pas génial (mais bon, je joue plus trop avec la 360 donc....)

- Cette console contient également pas mal de ce que j'appellerai "les orphelins". à cause de la panne de la PS3 qui me faisait un peu peur, j'ai décidé de la ménager et j'ai fait mes jeux multi supports sur cette console. Puis quand j'ai vu que la console fonctionnait normalement, j'ai repris des jeux et je me suis retrouvé avec des épisodes (souvent les épisode 2 d'ailleurs) sur 360. (Par exemple, j'ai FFXIII et Lightning Returns sur PS3 alors que FFXIII-2 est sur 360)

Etat de la console :


Elle est dans un coin dans le dernier étage de mon étagère mais elle est totalement débranché (l'alimentation n'est plus branché et le câble HDMI est utilisé pour une autre console). J'avoue que je la ressortirai pour Rise of tomb raider (si le portage est correctement fait) et qu'après, elle prendra sa retraite.


Wii 

Premier jeu : Madworld

Histoire de compléter la famille, j'avais craqué sur une petite Wii bien après sa sortie (je l'ai prise juillet 2011 il me semble...)même si à la base, c'était vraiment pour achever la collection. Mais c'était sans compter,que la Wii avait finalement pas mal de jeux intéressant de mon point de vue et que les jeux à venir me vendaient du rêve (Xenoblade, Pandora Tower et Last story). Contrairement à ce que beaucoup ont pu dire, j'ai trouvé de nombreux jeux intéressants (et non casuals contrairement à ce que disent pas mal de rageux) et je n'ai jamais regretté d'avoir pris la console. Encore aujourd'hui, y a pas mal de jeux que j'ai pas encore terminé et je suis étonné de voir le nombre de petites perles qu'on peut trouver (même si en jeux indé démat, ils avaient quelques rares perles que personne ne connaît). Une bonne petite console finalement, même si elle est à prendre comme console supplémentaire.

- J'ai eu deux wii en réalité (que j'ai acheté toutes les deux chez cash converters d'ailleurs.........Oui les wii étaient plus solides que les PS3 ou Xbox 360 donc là aucun risque). Mais la première est partie de la plus belle façon qui soit : J'ai réussi à l'échanger contre un Scooter.

- Le seul gros problème que j'ai eu avec la console est récent (il a deux semaines) : J'ai hacker la console pour pouvoir jouer à Project zero 4 traduit en français et à Arc rise fantasia, un rpg non sorti en europe (si ça vous choque, j'ai acheté environ 60 jeux sur cette console et j'ai attendu la fin de vie pour faire ça... Elle n'ait même plus en production aujourd'hui). Malheureusement, j'ai fait une fausse manip qui m'empêchait d'utiliser mes jeux gamecube physique. Demande d'aide sur un forum : tout le monde me dit d'utiliser une méthode bien précise et ça marche pas . Je tente d'utiliser alors une autre méthode qu'on me dit "être trop longue et qui me fonctionne pas" et devinez quoi ? C'est réparé...... Ha les forums d'aide des fois....

Etat de la console :


Toujours là sur le coin et elle fonctionne. Par contre, elle est dans un sacré état (Mon ex l'a fait tomber et l'a fissuré sur le côté, les panneaux de protection pour les ports manette gamecube est cassé, elle chauffe vite ect). Truc particulier : c'est la seule de mes consoles de salon qui est blanche, toutes les autres sont noirs. (un pur hasard mais amusant).

Playstation 4

Premier jeu : The order 1886

La voici, la machine avec laquelle je vais passer cette huitième génération (y a aucune chance en l'état que j'achète une xbox one). Que dire dessus ? J'aime vraiment cette console, elle me fait oublier tout les petits défauts de la PS3 (notamment l'accès au PSN qui fait un gros choc la première fois ou le lancement des jeux plus rapide). J'apprécie la fonction Share, les jeux pour l'instant qu'ils soient multi ou exclus et je suis confiant pour les futurs jeux qui vont arriver. Oui, je peux donner l'impression d'être fanboy Sony mais au final, je m'aperçois simplement que je n'apprécie pas spécialement les exclus du concurrent (je parle de microsoft) et que le faites d'avoir une console en plus d'un PC (qui n'a pas les jeux exclus qui m'intéressent) est dispensable pour tout les types de jeux que je veux.

Anecdotes :


Rien pour l'instant, ça fait que 4 mois que je l'ai.

Etat de la console :


Fonctionne et prête pour durer. J'espère en tout cas...


Voilà, pour la première TRÈS longue partie, beaucoup de consoles réparties sur 24 ans, pleins de souvenirs, peu de consoles "exotique" (pas de CDI, de Jaguar ou de consoles un peu fofolles....Petit regret d'ailleurs, ça aurait donné des anecdotes de malade). Bref, rendez-vous dans quelques jours pour la suite qui parlera des consoles portables et des ordinateurs.

Ajouter à mes favoris Commenter (41)

Signaler
Personnel (Jeu vidéo)

Bonjour à tous !
Oui, je sais que ca peut paraître bizarre de faire son article des 3 ans quand on a eu une énorme baisse de régime depuis 2 mois. Mais malgré tout j'ai décidé de fêter mes 3 ans d'existence avec voxel culture. 

Bon, c'est toujours un peu compliqué de faire un article anniversaire vu qu'on sait pas trop quoi dire, surtout dans un blog personnel qui n'a pas d'autres ambitions que de parler de ce que j'aime en particulier, c'est pourquoi si ça semble brouillon, plein de hors sujet et rempli de choses qui ne sont pas forcément lié entre elles, c'est tout à fait normal, c'est limite du freestyle. Et dans un sens, vu la chaleur qu'il fait, vous n'imaginez pas la motivation qu'il me faut pour bouger de dedans mon climatiseur

J'avoue pour l'instant, l'écriture est assez difficile pour plein de raisons. La première et non la moindre, ça a été la vie active qui m'a obligé à réduire le temps d'écriture, déjà que j'étais pas un super écrivain qui faisait des pavés sur commande (bien qu'à un moment, mon objectif, c'était d'écrire un article par semaine mais aujourd'hui je n'arriverai plus à maintenir ce rythme) mais là, c'est devenu impossible ou presque.

Il faut dire que le climat n'est pas favorable. Je vais profiter de cet article pour parler d'un truc que j'ai essayé de mettre sur papier depuis des semaines mais qu'a chaque fois, soit j'étais trop agressif soit je finissais par me perdre totalement et je n'arrivais jamais à mettre correctement à l'écriture ce que je voulais dire. J'en profite donc pour le dire : Le public jeux vidéo me rend complétement malade.

à la base, je suis quelqu'un de très passionné par le jeu vidéo et malgré tout les soucis qu'il a aujourd'hui (Remake HD, problème d'optimisation, nouvelles licences qui se foirent), j'aime toujours autant ce média et j'arrive encore à être heureux quand un nouveau titre arrive dans ma collection. à l'inverse, je regrette profondément le développement de la communauté joueur sur internet. Je sais que c'est sacrément paradoxal de dire cela alors qu'on écrit sur un blog (et que dont on participe aux communauté sur le net) mais je dois avouer que je me serai bien passé de communiquer d'une façon ou d'une autre avec certains joueurs.


En effet, la communauté joueurs est malheureusement constitué principalement de trolls, de communauté pro quelque chose et de gens qui ne savent pas les trois quarts du temps ce qu'ils disent. Je vais pas commencer à me la rencontrer et dire que je vaux mieux que la majorité des autres joueurs, malgré mes 24 ans que j'ai passé à étudier, décortiquer, analyser, chouchouter et surtout voir l'évolution (en bien comme en mal) du jeu vidéo, j'estime que j'ai encore à apprendre, à connaître, à découvrir et à essayer divers choses. Mais j'estime quand même avoir éviter la plupart des travers que je n'aime pas sur le net : Je limite le troll le plus possible (en faites, j'ai remarqué surtout qu'au delà des trolls, c'est surtout que la plupart des trolls ne sont pas fait pour plaisanter mais pour énerver quelqu'un d'autres et qu'en prime, la plupart ne sont même pas drôles....notamment quand on surcharge ses trolls de même blagues surfaites et des mêmes stéréotypes que même Cyprien ne pourrait plus encore sortir) et j'essaie de me positionner dans aucun communauté pro.
 

Et je vois déjà des gens me dire : "Oui mais tu critique le pc et tu insulte cette communauté". Qu'on soit clair : Je suis pro-PC.... ou du moins, je l'étais, dans un sens, je le suis encore un petit peu et c'est à cause de ça que je hais la communauté PC. J'aimerais dire que la communauté Console est aussi débile mais de jour en jour, quand je lis internet et que ça parle de PC, je ne peux que être contre ces gens qui divisent encore un peu plus le jeu vidéo et qui renvoie encore plus l'image immature que les autres gens ont du jeu vidéo. Je vais pas m'étendre mais mon avis est claire : Je n'aime plus le pc car la plate-forme ne réponds pas à ma demande (qui est particulière sans doute) et son public étant malheureusement ce qu'il est, je peux absolument pas être de leur côté.

Bon, je m'attarderai aussi sur cette espèce de gros hate et d'état cynique en général. Après l'E3 qui personnellement m'a totalement vendu du rêve (oui, j'ai pleuré devant l'annonce du remake de FF7 par exemple) je me suis dit que finalement, j'avais encore de surprises dans ce média mais mon plaisir a été presque totalement gâché le lendemain par des gens qui arrivent avec leur "soyez pas heureux les gens, ce sera nul de toute facon et c'est même pas une exclu" et blabla. Ca me fait rire quand on me sort "Ouais mais bercer les gens d'illusions....", ce n'est pas uniquement se bercer d'illusion, c'est juste d'être un peu optimiste, vous savez que l'on peut être optimiste sans être forcément naïf ? je sais qu'on est dans une société qui encourage de plus en plus l'ironie voir le cynisme mais sincèrement, je pigerai jamais cette obsession du "je vais me faire un lavement avec les larmes du mec dont l'avis me semble faux".



En bref, le public jeux vidéo est en grande partie ce qui me fait de moins en moins aimé ce média et depuis un moment, je me coupe de tout ça le plus possible.... ce n'est pas facile vu qu'obtenir des infos et compagnie oblige à avoir un contact et relire des montagnes de grand n'importe quoi. Bref, c'est difficile mais j'essaie de garder pied.

Malgré tout, je continue : j'ai prévu de prendre une Wii U pour profiter des quelques exclus qui m'intéressent, j'ai prévu de changer quelques éléments de configuration PC (un ventirad plus silencieux et qui ventile mieux, un pc de backup au cas ou et une petite upgrade pour assurer une durée de vie à ma machine)

Pour le reste, je pense modifier légèrement deux trois trucs : Laisser un peu tomber les articles de fonds pour l'instant (enfin je m'entends, ne plus créer de pseudos débats), faire un peu plus de tests histoire de décompresser pendant un certain temps, éventuellement limiter les articles de fin de saison d'animés (bon...je les laisserai pas tomber pour autant car ce sont les articles qui font le plus de vues ^^') et essayer de me remettre activement à l'écriture.

Du reste, je tiens à continuer à écrire le plus possible (j'ai du mal avec les autres formats et j'aime n'avoir aucun obligation pour l'instant), j'espère en tout cas que vous suivrez encore ce blog avec autant de plaisir que j'ai a l'écrire et je vous dis à bientôt et au revoir.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Dossier (Jeu vidéo)

Bonjour tout le monde. Aujourd'hui, encore une fois, c'est totalement crevé et avec une pile de jeux qui me supplient de leurs petites voix ("joue avec nous, joue avec nous!") que je vais commencer une nouvelles séries d'articles sur une idée que j'ai eu. Je vais aujourd'hui parler d'un truc que je fais très souvent mais que je partage finalement peu : Trouver des perles peu connues du jeu vidéos. Je vais donc vous faire partager les quelques titres qui sont peu connues mais qui valent la peine d'être essayé. Qu'il s'agisse de jeu récent ou rétro, de jeux étrangers ou sorti chez nous, vous allez pouvoir découvrir ou redécouvrir d'obscures pépites.... C'est parti pour Secret Item, premier numéro.

 

Otogi - Myth of Demons

 


Et on commence avec un jeu xbox, une machine que j'ai....absolument pas eu, j'ai joué principalement à ces jeux en rétro compatibilité sur 360 (quand ça voulait bien marcher). Un truc frappant, pas franchement flatteur pour cette console, c'est que finalement, il a très peu d'exclu qui valent vraiment la peine.... Mais parfois, on pouvait tomber sur quelques titres intéressants :

Otogi - Myth of Demon sorti en 2002 au japon et en 2003 chez nous est un beat em all développé par les fournisseurs officiel de fessés Next-gen, à savoir From Software. Et oui, à l'époque ou From Software tentait de percer avec un des nombreux jeux qu'ils ont sorti et qu'ils se maintenaient à flot grâce à la série Armored Core, les développeurs japonais ont tenté une percée dans le monde du Beat em all et même si le jeu et sa suite (sortie un an plus tard) sont relativement passé inaperçu, le jeu ne manquait pas de qualités.

Pour placer le contexte, imaginez un mix entre Devil May Cry pour le style de combat et Onimusha pour la représentation graphique (On peut aussi citer Ninja gaiden), une difficulté assez corsé (typique des jeux du studio) et une réalisation très soigné. Le jeu nous mettait aux commandes de Raikoh Minamoto (personnage inspiré par l'histoire de Minamoto no Yorimitsu) qui est né dans un clan de bourreau.Ayant reçu l'ordre de tuer son père, Raikoh ne pouvant pas le faire, décida de voler l'épée de son clan ancestral et de fuire la ville de Kyoto. Lorsqu'il parvint à s'échapper, le sceau séparant le monde des démons et celui des humains a été rompu. Une horde de démons est alors apparue à Kyoto. Raikoh a alors été tué par la puissance de l'obscurité, mais une magicienne le sauve et le maintien dans un état entre la vie et la mort. La princesse lui donne un nouveau corps en échange de ses services. Elle lui permet de se repentir pour ses péchés alors qu'il était assassin en sauvant le monde des démons qui ont été libérés. Raikoh commence alors sa quête pour restituer le sceau et stopper le responsable.


Les deux gros points du jeu était son système de perte régulier de santé une fois qu'on faisait certaines actions (ce qui pouvait causer une mort instantanée si on faisait trop d'erreurs) et ses boss gigantesques (même si Devil May Cry était passé par là). Intéressant si on avait une xbox (ou pas), Otogi n'a jamais été spécialement un hit, sans doute à cause de sa console puisque le titre était pensé à la base pour le japon et n'a sûrement pas profiter d'un marketing ambitieux (vu que From Software était quasiment inconnu à l'époque). Mais si vous en avez l'occasion, essayez le, il vaut franchement le détour.

Drill dozer 

 


Alors attention, je suis prêt à parier que vous n'avez JAMAIS entendu parler de ce jeu. Et pourtant, son développeur, vous le croisez tout les ans et même le même mois à savoir Novembre. Car Drill Dozer est une jeu de plates-formes développé par Game freak. Oui oui, les développeurs de Pokémon. 

Drill Dozer est donc un jeu sorti en 2005 au japon et aux états-unis, inédit en europe sur Gameboy Advance. On est aux commandes de Jill, une petite fille dont le père est le chef d'une bande de cambrioleurs. Malheureusement, celui-ci lors de sa dernière mission se fait attaquer, tabasser et voler par une bande ennemie, Jill décide alors de prendre les commandes d'un mécha foreur, le fameux Drill dozer, et entreprend la tâche de retrouver le butin volé en prime par la bande. 

Bien que le scénario soit bien simple et que de prime abord, beaucoup n'y verront qu'un simple jeu de plates-forme coloré enfantin, Drill dozer n'est pas avare en qualité. Son gameplay, à mi-chemin entre un plate-forme classique mais bien pensé et un metrovania un poil labyrinthique et truffé d'objet caché, est une merveille à jouer. Jamais trop dur ni trop facile, Drill Dozer possède en prime quelques originalités comme le système de foreuse qui permet d'activer et d'interagir avec à peu n'importe quoi (casser des blocs, rebondir ou encore activer des tyroliennes) et son système d'upgrade simple mais efficace


Complètement boudé à l'époque, le jeu n'a jamais eu de suite et Drill Dozer est tombé dans l'oubli.(alors que vu la fin, Game freak avait apparemment envie d'en faire une licence). Dommage quand on voit la qualité du titre. (Petite note amusante : ce jeu est l'un des deux seuls jeux dont la cartouche possède un rumble pak intégré sur la cartouche, ce qui lui donne un aspect ...particulier) 

Kuru Kuru Kururin

 

 

Si vous avez une certaine expérience de jeu, vous savez que les lancements de consoles, c'est rarement la fête et on se retrouve à se ronger le frein pendant des mois en attendant un vrai jeu original et ambitieux. Et pourtant, parfois, on a droit à un miracle. C'est le cas ici et même en double portion le miracle, puisqu'on a ici un jeu original et intéressant au lancement d'une console et en prime, c'était une nouvelle licence.....de nintendo !

Kuru Kuru Kururin, sorti au lancement de la gameboy advance, est un jeu dont peu de gens se souviennent alors qu'il est bien sorti chez nous mais qui a ensuite totalement disparu de la mémoire des joueurs. (pour cause principal, ses deux suites, Kururin Paradise lui aussi sur GBA et Kururin Squash! sur gamecube ne sont jamais sorti en dehors du japon

Dans ce jeu, on incarnait un vaisseau spatial en forme de barre qui tourne sur elle sans s'arrêter et qu'on devait faire passer dans un labyrinthe le plus vite en évitant de toucher les bords sous peine de perdre et de devoir tout recommencer. Concept simple mais il fallait y penser, le jeu est très additif et plutôt long, surtout si on joue le jeu du scoring et qu'on veut réussir les meilleurs temps du jeu (votre serviteur est d'ailleurs très mauvais à ce sport....on peut pas être parfait). Coloré, fun, originale et prenant, ce jeu avait tout pour réussir. 


Si vous pouvez, essayez le, même si je décline toute responsabilité en cas d'addition. Et si vous voulez encore mieux, essayez sa suite sur gamecube, Kururin Squash, qui possède un mode multi, des power up utilisable dans les niveaux et même des boss ! que demandez de plus ? Un retour de la licence sur 3DS ou Wii U ? mmmmh.   

Chase the express 
 
 

Sorti en 2000 sous le nom peu engageant de Covert ops : Nuclear Dawn et sorti sur PSone, Chase the express est un jeu assez ironique dans le fond. En effet, pour résumé ce jeu, Imaginez Resident evil .....mais sans les zombies, les monstres et l'ambiance glauque. Remplacez ça par un train truffé de terroristes et une mission consistant à sauver le train et ses otages et vous obtenez ce jeu. 

Sur le papier, ca peut sonner complétement con mais pourtant, le jeu est très prenant et n'a pas de vrais défauts en lui-même (même si il émule totalement le gameplay de Resident evil). Notez d'ailleurs que le jeu proposait, bien avant des dizaines de jeux à l'époque, des choix qui avait un impact direct sur les événements et fins du jeu. 


Assez mal noté à l'époque (faut dire qu'en même temps, les tests à l'époque était fait par dessus la jambe.....comme aujourd'hui, remarque....), le jeu est pourtant intéressant à essayer si on a fait le tour des survival horror classiques et qu'on a envie de voir ce que ca donne un RE-like sans les monstres habituelles. (note : le jeu a été développé par un certain Sugar & Rockets qui deviendra plus tard.....Japan Studio)

Bonanza Bros
 
 

On termine sur un jeu pour lequel j'ai une affection toute particulière : Bonanza Bros sur Megadrive. Quand j'étais jeune, j'avais une megadrive et c'est avec elle que j'ai fait toute mon enfance de gamers. Et parmi les 300 parties que je faisais avec un pote sur Street of rage 2 (être jeune et avoir des parents radins, c'est la misère....), une cartouche a bien changé mes habitudes

Dans ce jeu, on contrôle un ou deux frères cambrioleurs, les fameux Bonanza bros, et il est question de voler divers objets dans un niveau labyrinthique. Le jeu était une sorte de jeu d'infiltration ou il fallait se cacher, éviter les gardes qui voulaient nous tuer, récupérer des objets et enfin s'enfuir sur le toit du niveau. Et autant vous dire qu'à l'époque, un jeu d'"infiltration" en multi avec des gardes qu'on pouvait juste assommer et qui avait une grosse tendance au fail hilarant, moi et mon pote, on trouvait ça juste énorme. 

Bon, il est clair qu'aujourd'hui, le jeu peut paraître dépassé et franchement archaïque mais à l'époque, c'était une bombe....qui n'a jamais eu spécialement de succés. (note : Sega ne renie toutefois pas le jeu puisque les frères Bonanza font partie du casting de Sonic and sega all-star racing) 


Voilà, j'espère que je vous ai fait découvrir des jeux inédit donc vous auriez pas soupçonné l'existence et que ca vous aura donné envie de les essayer (ou qu'au pire, vous les ressortirez pour essayer de briller dans une soirée mondaine....entre gamers.) 

Sur ce, je vous dis à bientôt et jouez à des jeux inconnus

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Cinéma (Cinéma)

Bonjour à tous. Aujourd'hui, je sors légèrement de ma léthargie, bien que cet article sera une exception car comme prévu, le boulot est trop fatiguant. Et oui, les 4h ou je suis chez moi en dehors du boulot me donne pas spécialement envie d'écrire un article complexe sur un sujet en particulier, donc pour les articles "profonds", on verra plus tard. Pour l'heure, on va parler pellicule et salles obscures avec un film sorti il a peu, le deuxième volet du groupe d'élite de Marvel : Avengers 2, Age of Ultron.

 

Je préviens à toute fin utile : Il est possible que cet article contienne des spoilers.
 
Dire que j'attendais la suite des avengers était un vain mot. A la base, quand j'avais vu les premiers bande annonce de ces films, je le sentais assez mal. Principalement parce que ca sonnait comme un film d'action assez banal, avec un scénario assez limite et comme c'était le premier épisode, une action qui allait se retenir et faire le minimum syndicat. Et ca a été presque ça : Le scénario était assez basique et a même tenté de recycler des éléments (notamment de reprendre Loki en méchant et de faire revenir le cube cosmique de Thor) mais à l'inverse, l'action a été un sacré choc. C'est simple : Le film a réussi à offrir une bataille digne de 6 héros en même temps. Bien filmé, bien rythmé avec des thèmes sonores épiques à souhait, c'était jouissif alors qu'à la base, j'attendais rien de ce film. 
 
Alors que sa suite arrivait, des questions toutefois me traversaient : le premier film ayant mis la barre très haut, est-ce que la suite allait être à la hauteur ? est-ce qu'il allait juste émuler ce qui avait fait le succès de son aîné ou faire bien mais différemment ? est-ce que le film surpasserait le premier ? Est-ce qu'il allait placer la barre tellement haut que le trois allait en souffrir ? (peu probable vu que le trois sera en deux partie et devrait réunir le fruit de tous les autres films). Autant de question que je me posais. 
 
 
Bon rapidement, qu'est que raconte Age of ultron ? Après la destruction du SHIELD dans Captain america : Winter Soldier, les avengers sont à nouveau en activité et mène un raid contre les dernières forces d'HYDRA ainsi que pour récupérer le spectre de Loki. Lors de leur victoire face au baron Strucker, un membre important d'HYDRA, Tony Stark met la main sur le spectre et les recherches du baron. De retour au QG, il découvre que les recherches concerne une IA ultra perfectionné et évolutive qui pourrait mener à bien son projet "Ultron", un programme destiné à la défense planétaire et qui conduirait l'Iron Légon (l'armée cybord de Stark). En le développant sans en parler, Stark commet une erreur, Ultron devient indépendant et décide que les vrais menaces de la terres sont les avengers et les humains et va s'employer à les détruire. Une nouvelle lutte va commencer. 
 
Bon, je vais pas y aller par étape, je vais être clair ...et pas clair : le film est bien....mais juste bien. En effet, c'est un peu le souci, certes le film est bien, ca pète de partout, c'est esthétique, c'est bien foutu ....mais y a un gros sentiment de non surprise et de déjà vu qui s'en dégage. La scène de bataille finale est épique ? c'est le minimum vu les enjeux. Les thèmes épique ? pareil que dans le premier (le thème principal pourtant très classe est ici de retour à l'identique et  ça déçoit un peu...), l'humour iron(man)ique et les conflits entre les membres ? Un poil forcé. Bref, c'est un peu du réchauffé qu'on nous offre, du réchauffé de qualité certes mais du réchauffé quand même. 
 
Sans compter que malheureusement, il a également quelques ratés dans le scénario qui font franchement tâchés : 
 
 
- Le début avec les avengers totalement reformés mais pas un mot sur ça : Iron man a récupéré son armure et son armée détruite dans son dernier film, Captain est là alors qu'il devait recherché Bucky, Thor est là ...et on se demande ce qu'il fait là... (bon ok, il doit chercher le spectre de Loki mais dans son dernier film, ca avait pas l'air de le gêner...) et Hulk a tranquillement rempilé sans un mot..... Enfin voilà, ca sonne quand même bizarre de les voir tous revenir en super forme alors que leurs précédents film indiquaient le contraire. Un détail mais qui m'a semblé étrange. 
 
- SPOILER la romance entre Banner et Nathasha...un peu forcé et pas intéressante...Je veux dire : On s'en fout un peu et en prime, je commence à trouver que Banner dans les film est plutot vide de substance...en tout cas, les films le rendent vide. Et donc la romance fait un peu rajout et je suis, personnellement, jamais arrivé à me dire que ce serait cool de les voir ensemble. (ca sonne encore plus faux quand dans le dernier film, on voyait nathasha proche de captain america)
 
- SPOILER la fameuse bataille entre Hulk et hulkbuster (la grosse armure d'Iron man) manque clairement d'enjeu vu qu'on se tape un Hulk manipulé mentalement pour la .....544eme fois ? Du coup, on se doute que Hulk va se calmer à un moment et on se fout du combat en se disant "et HOP une baston inutile". (sans compter que.....pourquoi Stark réutilise pas Hulkbuster dans la bataille finale ...?)
 
 
- SPOILER les deux nouveaux persos : Quicksilver et Red Witch sont un peu vide aussi. Si leur rancune de Tony Stark est crédible et intéressant, on ne ressent jamais cette haine et leurs personnalités sont un poil survolé (surtout celle de Quicksilver). D'ailleurs, une scène super mal écrite est celle de leurs passage chez les avengers ou Red witch se rend compte que, OH SURPRISE ! ultron veut détruire le monde et pas seulement détruire les avengers........ GENRE ca se voyait pas !? En deux mots, ses deux personnages sont trop survolés et vu leur destin (je ne tairais ici pour pas trop en dire), on peut dire sans risque que leur développement s'arrêtera là. 
 
- SPOILER à l'inverse, Vision a une personnalité intéressante mais son évolution sera (je l'espère) plus détaillé dans les prochains films. 
 
- SPOILER pour terminer, Ultron le méchant est certes très charismatique et ses répliques sonnent classes parfois mais est très .....classique. Le bon vieux méchant qui dit "l'humanité c'est de la merde, donc je vais la détruire". Un poil trop prévisible et aussi.....un poil chiant en faites, jamais on a droit à une vraie baston épique avec lui et c'est vraiment dommage. 
 
- Notons également qu'il a vraiment du boulot à faire pour Civil War car pour l'instant, les conflits entre Iron Man et Captain sont vraiment léger et je sais pas si c'est avec un film de deux heures qu'on aura le temps de faire le taf.... 
 
Bref, en résumé, Age of ultron est une mini déception. Une sorte d'add-on sympa mais qu'on oubliera vite du premier film. On a l'action, on a un contexte mais on a jamais l'explosion dans le pantalon comme dans le premier film et ça, c'est bien dommage (sauf pour le pantalon). Reste un film sympa mais sans surprise. En espérant que Ant-man (dont la bande annonce m'a un peu surpris), Civil War ainsi que le futur Infinite war rattrape le tout. Sinon, les adaptations Marvel risquent de sombrer (Déjà que le coup du troisième reboot Spiderman, ca sent mauvais....)
 
Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler
Parlons jeux vidéo ! (Jeu vidéo)

Bon, alors que j'avais prévu un gros dossier sur une série de jeu et que plusieurs autres articles traîne dans ma partie réservé aux brouillons, que la fatigue se fait sentir (pour vous dire à quel point, j'ai passé 5 minutes à me rappeler comment on écrivait "traîne") et qu'un événement va diminuer mes séances d'écriture, je me suis dit que j'allais pas quitter mon auditoire sans vous laisser un petit os à ronger. J'ai donc eu encore une idée stupide et me suis dit "allez, RàF, je le fais". Voici donc le premier article de "Prolétaire gaming" (pour le titre, prenez ça au......357eme degré ?)

 

Le but est simple : Je vais vous donner 5 jeu divers qui ont la particularité d'être gratuit. Il peut s'agir de Free to play, de jeu indé, de jeu flash/navigateur ou même de prototype mais ils peuvent être joué sans dépenser un euro. J'essaierai d'en faire de temps en temps (ça dépendra principalement de ce que je trouve) et de vous donner éventuellement envie de tester ses titres si vous n'avez rien à faire ou que vous êtes fauché comme les blés. Bref allons-y. ( Petite musique d'ambiance )

1. Love Live! School Idol Festival

 

 

On commence donc avec Love Live! School Idol Festival. Si vous ne connaissez pas Love live, je résume : Il s'agit d'une licence composé de Light novel, d'un animé, d'un manga, ect basé sur un groupe de 9 Idoles qui tentent de sauver leur école. Grandement adulé au japon et clairement créer pour concurrencer le phénomène Idolmaster (donc je parlerai une prochaine fois), Love live est surtout connu chez nous pour son animé assez bien foutu. Le succès de la licence a donc de ce fait, engendré un jeu de rythme sorti sur la plate-forme qu'affectionne pas mal le public oriental : les mobiles. Oui, il s'agit bien d'un jeu iOS/Android. 

Sommairement, il va s'agir de taper sur des notes qui défilent à l’écran, avec en fond les singles et différentes chansons du groupe. Simple et efficace, il peut devenir rapidement addictif grâce à l'aspect collectionnite des différentes cartes de rang divers qu'on peut obtenir au cours de ses parties. Notons également des events ou encore des rajouts de cartes tout les mois et autant dire qu'on a trouvé là le compagnon parfait pour son mobile. 

Notez que des microtransactions existent bien dans le jeu (des achats de love gems qui permettent de tirer au sorts les cartes), toutefois les développeurs n'ont pas été trop dures puisqu'une simple connexion régulières ou tout simplement de bonnes performances sur le jeu permettent d'obtenir les gemmes sans débourser un franc. 

Le jeu est dispo en anglais et en jap sur google play. à vous de voir si ca vous tente. 

Le lien du jeu : ici

2. Tower of Heaven

 

 

Bien connu des jeux un peu obscures sur PC et des speedrunners, Tower of heaven est un petit jeu de plates-formes disponible sur navigateur. 

Très old-school avec son aspect avec ses graphismes gameboy assumé et son OST chip tunes bien foutue, Tower of heaven propose de monter au sommet d'une tour durant laquelle au fil des niveaux, plusieurs règles, qui vont rendre de plus en plus compliqué le niveau, vont s'ajouter, qu'il s'agisse de ne pas toucher le bord des plates-formes ou encore d'éviter des plates-formes de "couleurs". Assez difficile mais pas infaisable, court mais suffisant quand on sait d'ou il vient, simple mais amusant, Tower of heaven est une petite merveille que vous pouvez tester entre deux parties d'un autre jeu ou si vous êtes coincé quelque part mais avec un pc quand même. 

Le lien du jeu : ici
 
3. Unreal tournament 4

 

 

Bon, si vous avez eu un ordinateur au début des années 2000 (2002 dans mon cas), il a forcément trois jeux que vous avez connu (ou du moins un des trois) : Quake 3, Counter Strike et Unreal tournament 2003 (qui est sorti en 2002....). Trois FPS multi joueurs différents (enfin..si vous veut, moi j'ai toujours trouvé que UT et Quake se ressemblait beaucoup) et leurs lots de fans. Aujourd'hui malheureusement, ces trois gloires du passés ont eu un destin compliqué : Si counter Strike est toujours la référence et a eu droit à une quatrième version pour perdurer, Quake et UT ont totalement disparu (Quake a payé cher l'échec de son 4eme épisode et UT a vu son développeur se concentrer sur un autre jeu : Gears of war). Mais Epic game a fait alors un cadeau aux fans de UT il a pas très longtemps : Fournir la possibilité aux joueurs de participer au développement de UT4 qui est prévu pour être un jeu gratuit (bon Epic a un moyen de se faire de l'argent sur le jeu quand même mais j'en parlerai pas ici). 

Depuis le mois dernier, une alpha est ouverte et il est donc possible de profiter déjà du titre. Bon, il a encore pas mal à faire (Y a des bugs, peu de map et ect) mais le début semble promettre un retour assez intéressant pour ce dinosaure du FPS multi. Attention toutefois, selon l'heure qu'on va, soit ce sera désert, soit on va se retrouver avec des vétérans qui risquent de nous massacrer. (même si moi, je suis tombé sur des joueurs de mon niveau et j'ai réussi à m'amuser beaucoup). Enjoy. 

Le lien du jeu : Ici (il faut créer un compte, télécharger le kit Unreal et on peut récupérer le précieux sésame)

4. Voices from the Sea

 

 

Bon ici, ca va aller très vite, il s'agit d'un petit visual novel d'une heure ou deux sur Steam, gratuit basé sur une histoire très simple : Un garçon va rencontrer une fille sur la plage et cette rencontre va aboutir à une petite histoire (que je vous spoil pas évidemment) très sympathique. Boudez pas votre plaisir comme dit plus haut, c'est sur Steam, ca se finit vite, c'est bien foutu et c'est totalement gratuit donc foncez. 

Le lien du jeu : Ici

5. Heroine's Quest The Herald of Ragnarok

 

 

Et on termine sur du GROS jeu gratuit. Sorti en 2013, Heroine Quest est un RPG à l'ancienne année 80 avec une réalisation qui rappellera un point and click LucasArt et un gros potentiel. Dans ce jeu, on incarnera donc une héroine qui évoluera dans un univers nordique pour empêcher le ragnarok. Avec ses multiples énigmes, sa profondeur de gameplay, son chemin à embranchement ou encore ses dialogues bien foutu, ce jeu totalement gratuit vaut franchement la peine d'être essayé, autant par les nostalgiques que par les curieux. 

Le lien du jeu : ici

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et voilà, c'était donc le premier numéro de Prolétaire gaming, j'espère que ça vous a plu. 

Je passe donc sur la petite annonce mis dans le titre : le blog va encore être dans une activité hibernation pendant au moins un petit mois à cause de mon activité professionnel : Je pars en stage demain avec des horaires de fonctionnaire et donc, vous pensez bien que la priorité pendant mes week ends et les moments ou je bosserai pas, ce sera plus détente et non grattage. Je dois donc suspendre les articles jusqu'au 20 mai (et encore pas sûr que ce sera pas prolongé vu que c'est aussi la date de sortie de The witcher 3) 

C'est pourquoi, je fais quand même un truc bien avant de partir et pas juste écrire "A+ les gens, RDV dans un mois, bosser C nul lol". 

Bref, je vous dis à bientôt, jouez bien et amusez-vous (contrairement à moi).

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéos - Test (Jeu vidéo)

Bonjour à tous. Alors que la planète entière est entrain de souffrir sur ce petit coquin de Bloodborne (moi y compris, je viens d'ailleurs de sortir de la position foetale dans laquelle j'étais depuis hier suite à ma vingtaine défaite face à un boss et le pétage de câble dû au 45 secondes de chargement à chaque fois), moi j'ai décidé de vous parler d'un jeu dont j'ai voulu me servir d'entraînement avant de me lancer dans l'exclu PS4. Et vous allez le voir que l'entraînement finalement n'a servi à rien (bloodborne n'a RIEN à avoir avec ces frères) et que finalement, j'aurai peut être dû me refaire un petit run d'un des souls. Bref, parlons aujourd'hui de Lord of the fallen.

Alors lord of the fallen est un jeu développé par Deck 13, un développeur allemand qui a fait quelques jeux peu connus comme la série des Jack leane (c'est des points and click apparemment) et Venetica, un action-RPG pas très apprécie plombé par son gameplay imprécis et sa pauvreté graphique. Pour le jeu qui nous intéresse aujourd'hui, le studio a fait appel à Tomasz Gop, l'un des producteur des deux premiers The witcher ainsi qu'un autre membre de chez CDproject (dont j'ai pas réussi à trouver le nom). Annoncé en 2013 pour une sortie un an plus tard, le jeu est annoncé directement lors des premières interview comme un jeu qui va s'inspirer de Dark souls. Et au fil du temps, le jeu gagne un peu de réputation vu que l'inspiration est principalement de proposer une progression par l'échec et la défaite comme dans le jeu de From Software. Le jeu sort le 31 octobre et............rencontre sans doute un succès ? je dis ça parce quelques temps plus tard, une suite a été annoncé, c'est donc que le jeu a théoriquement été rentable.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il est bon par contre de crever un petit abcès : De préférence, jouez plutôt une version console. Et je dis pas ça à cause de ma légendaire haine du PC (encore que...) mais tout simplement parce que les développeurs ont laissé un beau cadeau empoisonné dans la version PC de son titre, son nom : Denuvo ! Si vous ne connaissez pas, il s'agit d'un nouveau DRM assez efficace apparemment puisqu'il a donné du fil à retordre aux crackeurs ....même si aujourd'hui, sur les trois jeux qui l'utilisent, deux sont cracké (Fifa 15 et Dragon age inquisition) et que Lord of the fallen est le grand oublié de l'équation. Le souci avec ce DRM malheureusement, c'est qu'il pose problème également aux joueurs ayant acheté les jeux légalement (et apparemment, c'est particulièrement marqué sur Lord of the fallen) : Ralentissement, bugs, crash, augmentation des ressources (oui car le principe de ce DRM est de réécrire les données en temps réel, ce qui demande forcément plus de ressources). Bon, personnellement, j'ai été relativement épargné (j'ai eu pas mal de crash et j'ai été obligé de laisser le jeu en qualité moyen voir faible) mais d'autres personnes à qui j'ai parlé ont été incapable de finir le jeu car trop importunés par le DRM. Bref, une belle saloperie implanté par les développeurs. (note finale rigolote : Denuvo a été développé par......Sony. Ouais,vous je sais pas mais moi j'appelle ça du sabotage).

Lord of the fallen nous compte l'histoire d'Harkyn, un criminel condamné, qui va chercher sa rédemption, lorsque des dieux que l'on croyait morts depuis longtemps attaquent le monde des humains, et qu'il est ensuite libéré de prison, afin de mettre fin à l'invasion de ces créatures. Harkyn va devoir se rendre dans un monastère géant, trouver et tuer les Lord rogard (une sorte de fusion de l'enfer entre des orques et des démons) ainsi que de découvrir la raison de leur invasion. Bon, pour boucler un point rapidement, disons le clairement : Le scénario n'est clairement qu'un prétexte et personnellement, je m'y suis pas intéressé une seule seconde. Ce qui est fort d'ailleurs, car dans ce jeu, les actions, bonnes ou mauvaise, qu'on fera durant la partie, influenceront la fin (bon même si en réalité, c'est plus le texte du Narrateur qui va changer). L'univers n'est pas spécialement intéressant et je vous parlerai même pas des personnages pour le peu qu'il en a. En gros, on est clairement face à un jeu qui va devoir tout donner sur son gameplay.

Je vais rebondir également sur l'aspect visuel du titre pour éjecter ça aussi. Le jeu est beau dans le sens où il est graphiquement propre, avec de beaux effets et une ambiance apocalyptique réussie. Mais petit truc qui fait malheureusement un peu contraste, c'est que finalement, au bout de quelques heures, on comprends rapidement que le soft ne pas faire évoluer beaucoup son chara design : On se retrouvera donc du début à la fin à explorer des donjons sombres et des lieux vaguement Dark fantasy. Ce détail pourra être gênant d'un individu à un autre, si moi perso, j'ai réussi à passer outre, j'ai malgré tout pu noter le manque de variété niveau environnement (surtout si on compare au jeu dont Lord of the fallen dit s'être inspiré)

D'ailleurs, on va enfin abordé le gameplay. vous vous souvenez qu'il a quelques paragraphes, je vous avais dit que les développeurs avait dit vouloir s'inspirer de Dark souls. Et bien, s'inspirer, il se sont bien inspirer voir carrément, ils ont copier le jeu de From software. En effet, dés les premiers pas dans le jeu, les commandes sont identiques au bouton prêt sur un souls : R1/RB pour taper un coup faible, R2/RT pour taper un grand coup, L1/LR et L2/LT pour utiliser le bouclier, le Rond/B pour faire une roulade, le triangle/Y pour prendre l'arme à deux mains.... C'est les mêmes boutons à l'identique... à un détail prêt : le perso est massif et répond plus lourdement aux commandes (ce qui n'est pas spécialement un bien quand on sait que les souls sont déjà un peu lourd niveau prise en main).

Les autres points sont également copiés : On sauvegarde via des cristaux qui rappellent les feux de camp vu qu'on remplit nos potions de soin, qu'on augmente nos niveaux et qu'on respawn la position des ennemis à cet endroit. Et enfin, nos points d'expériences peuvent être perdus en combat et doivent être récupères à l'endroit de notre mort (avec perte si on meurt avant). Bon après, le jeu a quand même quelques subtilités : Il a un multiplicateurs de combos qu'on peut conserver ou pas lors des points de sauvegarde, le jeu possède une vraie pause contrairement à un soul, la magie est obligatoire et se révèlera vraiment indispensable face à certains boss, le jeu utilise un gantelet magique qui devra être amélioré indépendamment du reste, et il a un système de défis de survie sous la forme de portails à emprunter. Comme quoi, le jeu a essayé de se démarquer un peu et se forger un minimum d'identité . Mêmes si certaines idées tombent à plat rapidement, notamment l'idée de la barre de vie segmenté des boss qui, au début, laisse penser qu'ils vont changer de forme pendant l'affrontement et......qui se révèlera vrai pendant les premiers boss puis tombera à l'eau à partir du 4eme environ....

Mais franchement, j'ai eu un peu de mal avec ce jeu. Pendant les 15h qu'il m'a fallu pour le terminer, je me suis demandé ou avait commencé l'inspiration et où avait terminer le copiage. Lord of the fallen donne une petite impression de copie un poil Leader price d'un souls : Le gameplay est grandement influencé voir plagié, les décors et le chara design sont moyennement inspiré (on a grosso merdo des décors médiévaux apocalyptique et des cités démons en ruines), les boss sont grossièrement toujours les mêmes (pas au niveaux des attaques mais au niveaux du design, ce sont tous des "gros démons rouges en colères"), le scénario est minimaliste et ne profite pas d'un background mystérieux ni franchement passionnant... ca va même jusqu'au faites que la création de perso au début est très limité (on choisit vaguement une classe et sa magie et on commence l'aventure comme ça).

Est-ce que c'est mauvais ? Non, pas spécialement, le jeu n'est pas mauvais en soi mais clairement, le joueur un peu difficile ou qui juge ne pas avoir de temps à perdre se dira clairement à la fin de sa première aventure, que jouer à Lord of the fallen ne valait pas forcément le détour tant il ressemble trop à un Souls à l'occidental. Résultat des courses, vous serez seul juge à la fin de si cette aventure vous a convenu ou pas.....

Je termine donc par vous mettre en garde sur le titre, surtout maintenant que Bloodborne est sorti, testez bien ce jeu avant de vous lancer dans l'aventure. à vous de voir si cette copie, clairement venu là pour tenter d'émuler le succès de la saga de From software, vaudra la peine que vous passiez 15h dessus. Vous pouvez tout autant être déçu et jugez avoir perdu votre temps que apprécier et vous dire que finalement, c'était pas si mal..... Moi au final, j'ai apprécié sans plus et je suis malheureusement passer trop rapidement à autre chose pour mettre le jeu sur un quelconque piédestal (petit ou grand).

Sur ce, je vous dit, à bientôt, amusez-vous, moi je retourne me scarifier devant ma PS4.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux vidéos - Test (Jeu vidéo)

Bonjour à tous. Alors que tout le monde est encore occupé à s'acharner sur le cadavre de The order 1886 (le grand satan du moment....jusqu'à ce qu'on en trouve un autre), certains sont passés à autre chose (ou n'ont tous simplement pas touché au jeu...) et ont fouillé un peu partout pour trouver de nouvelles perles. Et ça tombe bien car nouveaux jeux il a eu.... Et c'est sur cette cher vita, cette jolie console nourrie par l'indé et les jeux de niche que j'ai pu trouver un "nouveau jeu" (nouveau entre parenthèse car je connaissais ce jeu de longue date et j'attendais surtout qu'il soit enfin localisé). Bref, aujourd'hui, laissez moi vous conter la terrifiante épopée de HtoL#NiQ : The Firefly Diary.


htoL#NiQ : The Firefly Diary ou Hotaru No Nikki dans son nom japonais (que j'utiliserai parce qu'il est plus facile à retenir) est un jeu de Nippon Ichi software (les développeurs de Disgaea notamment) et est sorti au japon le 19 juin 2014. Ce jeu, supervisé par Masayuki Furuya (un illustre inconnu qui a bossé sur le dernier Disgaea, D2) et sorti dans le cadre du projet New Brand (une sorte d'initiative de la boîte pour créer "des jeux différents") a été localisé chez nous en occident le 24 février au états-unis et le 4 mars (soit mercredi dernier) en Europe. Le jeu a été distribué en démat principalement mais a bénéficié au japon mais aussi au états-unis d'une version boîte limitée (épuisé pour la plupart même si il est possible de trouver quelques exemplaires par-ci par-là). Détail pas important : le jeu coûte 15 ¤ en démat, la version boîte (qui était collector et possédait quelques goodies/bonus) coûtait à peine 20 ¤ environ.

Le jeu se passe dans un futur post-apo (en 9999 selon certains sites que j'ai lu) où l'on rencontre une jeune fille amnésique, avec d'étranges bois sur la tête et isolé appelé Mion. Elle devra son salut à une petite luciole qui va tenter de la guider à travers le monde étrange où elle se trouve vers l'extérieur.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il est bon de noter la réalisation particulière du titre. Le chara design est en effet un habile mélange entre le post-apo et le livre pour enfants qui se donne des airs de "mignon tout plein". Je dis bien des airs car rapidement, le jeu va opérer une plongé dans un univers assez creepy glauque qui rappellera sans doute l'univers du jeu indé Limbo (signe qu'ils sont liés : On devra utiliser des cadavres pour avancer....). Un contraste violent (c'est le cas de le dire) qui marquera autant le design que le scénario (mais j'y reviendrai plus tard).


Le jeu est donc un jeu d'aventure/énigmes dans lequel on incarnera la luciole qui devra guider les action de Mion. Oui, on ne contrôle pas Mion directement, on lui indiquera des directions à suivre, des objets à bouger, des interrupteurs à activer, des caisses à pousser, des bords à monter, des échelles à utiliser, ect ect. Il a aussi la possibilité de faire s'accroupir Mion pour qu'elle ne bouge pas pendant qu'on effectue divers actions (nécessaire parfois pour éviter que la fillette naïve ne fonce dans un élément dangereux). L'autre point du gameplay, c'est qu'une deuxième luciole peut être manipulée. En effet, le jeu peut passer dans un mode alternatif ou on manie une "luciole de l'ombre", Celle-ci ne peut se déplacer uniquement dans les ombre du jeu, ce qui oblige parfois à attendre que les ombres d'autres objets (ou même celle de Mion qui sert de point de départ) fasse jonction avec d'autres pour atteindre des objets à activer (Interrupteur mais pas que) un peu à la manière d'un Ghost trick (en moins poussé toutefois).

On passe maintenant toutefois au détail que je n'ai volontairement pas encore dit d'important sur le gameplay : tout se joue au tactile.

Et oui, pour manipuler la luciole, on doit utiliser son doigt sur le tactile avant de la vita pour la déplacer et pour effectuer une action (activer par exemple). La luciole de l'ombre quand à elle se manie avec la tactile arrière de la console qui s'active quand on le touche. Bon, autant vous l'avoue, le tactile arrière est pas super pratique car d'un côté, c'est assez difficile à manier (heureusement qu'on ne demande jamais ni précision ni vitesse dans ce mode) et on a même souvent la mauvaise habitude d'activer le mode sans faire exprès. Heureusement, les développeurs ont intégré des commandes alternatives pour désactiver le capteur arrière et le remplacer par des commandes à l'avant et par un bouton au coin de l'écran, ce qui rend le tout moins irritant. (notez également qu'on peut jouer au jeu sur Vita TV mais d'après ce que j'ai entendu, la maniabilité alternative à la manette est pas génial)

Maintenant que vous savez, on va passer au point central de ce jeu.............

CE JEU EST MEGA DUR !!!!!!!
 
(Oh que ca fait du bien, ca fait 6 paragraphes que je me retiens!)
 
 
Hotaru no Nikki est en effet un jeu dans lequel vous allez mourir des milliers de fois. J'ignore combien de fois je suis mort exactement dans ce jeu mais pour vous donner une idée, il a 4 chapitres dans le jeu et j'ai gagné un trophée m'annonçant fièrement que j'étais mort 100 fois au début du troisième....... et je suis à peu prés sûr d'être mort 300 voir 400 fois de plus une fois la fin du jeu atteint. Le jeu est donc vraiment un "die and retry" corsé et surtout sans pitié, Mion meurt au moindre contact avec un ennemi, peut se noyer dans 10 cm d'eau (et c'est du littéral), évolue dans des endroits rempli de trucs mortelles comme des piques, des scies circulaires, des projectiles (dont des putains de graines......), des bombes et autres joyeusetés. Pour couronner le tout en plus, une chute un peu trop haute la tue aussi. Notez également que le jeu contient pas mal d'énigmes et de tableaux à comprendre avec ce que ça implique de pièges et d'éléments sur lesquels on est obligé de mourir une fois pour le savoir, des passages ou on se dépêche (ce qui n'est pas toujours évident vu la lenteur de Mion) ainsi que des moments où l'on doit attendre que des objets se croisent dans un timing au poil de fesses.... 
 
Pour vous donner une idée de quel point le jeu est difficile, un élément que je vous ai volontairement pas dit encore une fois, c'est que Nippon Ichi a dû faire une Mise à jour pour intégrer une troisième config de jeu pour qu'il soit jouable au stick et aux boutons, les joueurs se plaignant que le jeu était beaucoup trop difficile au tactile . je vous avoue d'ailleurs, moi c'est comme ça que j'ai fait le jeu du début jusqu'à la fin.... et c'est resté quand incroyablement difficile car le stick est plus sensible et ne s'arrête pas toujours aussi facilement que votre doigt. Seul point positif dans ce bazar : Le jeu possède pas mal de checkpoints. 
 
 
Juste pour le fun, voici quelques moments de "purs" bonheurs du jeu : 
 
- Des labyrinths à faire uniquement avec la luciole ou le moindre contact avec un bord vous tue. il en a deux, et le deuxième est horrible vu qu'on doit accomplir une grosse partie entre deux barres qui nous force à n'aller ni trop vite ni trop lente en plus de devoir être ultra précis. 
 
- Des passages avec les commandes inversés.........qui durent longtemps en plus (ouais, même dark souls avait jamais osé ça)
 
- Des éléments sur lesquels il faut comprendre comment les utiliser...et des fois, c'est pas clair du tout (le troisième boss par exemple, il faut atteindre et faire tomber des cadavres et ensuite les donner à une plante carnivore.....Aucune idée de savoir pourquoi ca tue le boss surtout qu'il n'y a pas d'éléments visibles qui indique qu'on lui fait un quelconque effet...on devine que c'est ça car c'est la seule chose à faire). 
 
- Un boss final qui, pour être vaincu, vous demande..... de la chance. la méthode pour le vaincre repose sur des jeux dont l'un des deux est de trouver "le petit pois dans le gobelet" et ou le jeu finit par aller beaucoup trop vite pour un être humain.... (en gros, vous prenez un gobelet au hasard et priez que ce soit le bon.......ai-je précisez que si on se trompe 4 fois, on meurt, que le temps est limité et qu'il n'y AUCUNE indication sur le nombre de fois ou on doit gagner pour enfin en finir....). Le pire ? quand j'ai fini par vaincre le boss, j'avais l'impression que le jeu me disait "bon ca fait une heure que je te torture, je vais peut être m'arrêter maintenant" tout en me riant à la gueule. Merci, Cpt sadique. 
 
Bref, on pourrait croire avec tout ça que le jeu est une horreur. Ce n'est pas vraiment ça, il est extrêmement frustrant (comme doit l'être un Die and Retry) mais pas insurmontable (j'ai réussi à le finir même si j'ai mis beaucoup de temps). Autant dire que si vous êtes amateur de challenge, vous allez être servi. Du reste, le chara design est vraiment beau, la musique est très agréable et on finit par se faire à la maniabilité (même si on a encore raté parfois et qu'on peste contre le jeu) et ce qui m'a permis d'aller jusqu'au bout. 
 
 
Deux derniers petits points : le jeu est assez long : 10h,12h voir 15h de jeu (oui, bien qu'il n'y a que 4 chapitres, ils sont longs voir interminables sur les derniers). Tout dépend du nombre de fois que vous allez mourir et si vous voulez faire le jeu complétement. En effet, durant le jeu, il est possible de collecter 12 espèces de petites plantes roses qui sont en réalités des souvenirs de Mion. Il aide à la compréhension du scénario mais surtout permet de débloquer une "true ending" si vous trouvez tout les souvenirs, que vous faites deux trois manipulations et que vous faites le chapitre secret (même si c'est un boss caché en réalité). Les souvenirs sont plus ou moins bien cachées et certains sont assez durs à obtenir. On peut toutefois heureusement recommencer à tout moment des parties du jeu et revenir à l'endroit ou on s'était arrêter (ou presque). 
 
Et enfin, le scénario. Bon pour dire la vérité : il a bien un semblant de scénario dans le jeu (on comprend vaguement que Mion était la fille de deux scientifiques, qu'un accident l'a tuée, que les parents ont tenté de la récréer mais que leur expérience n'a pas vraiment réussi et a engendré une catastrophe) mais il est assez incompréhensible (la true ending m'a plus embrouillé qu'autre chose) et sincèrement, je pense que la plupart des gens s'enficheront car le but du jeu n'est clairement pas de raconter une histoire très travaillé mais de proposer un défi et un gameplay avant tout. 
 
 
Pour finir, je dirais : bon ou mauvais ? Bon, mais clairement pas destinée à tout le monde. Si vous êtes du genre à aimé les défis et les jeux qui ne vous prennent pas du tout par la main, tentez le coup, Hotaru No Nikki fera votre bonheur. Les autres, réfléchissez bien avant de vous lancer dans l'aventure, le jeu peut devenir responsable d'une communion brutale entre votre vita et le mur le plus proche. Pour ma part, même si j'ai beaucoup aimé le design du jeu, son ambiance et les musiques, le souvenir de sa difficulté va remplacer celle de Dark soul dans mes cauchemars. Vous êtes avertis : la plupart du temps, ce n'est pas vous qui allait jouer avec Hotaru No Nikki, c'est lui qui va jouer avec vous. 
 
Sur ce, à bientôt et amusez-vous bien (ou pas).
 
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Autres (BD-Manga-Comics)

Bonjour à tous et aujourd'hui, alors qu'on va lentement dans 4 mois environ entamé la 3eme année de Voxel Culture, je me retrouve à faire un article sur un sujet donc je me pensais jamais parler : On va parler de Comics. Oui, il faut savoir qu'à la base, si je lis énormément de mangas, joue à beaucoup de jeux vidéos ou encore mate beaucoup de films, je suis au niveau zéro en ce qui concerne le genre Comics. Trop axé super-héros (malgré que mes recherches diverses m'ont permis de découvrir que les années passant, les histoires de super-héros se sont de plus en plus complexe) et surtout, je n'ai jamais compris à la publication (Entre les suites, reboot, histoire fait par divers auteurs et compagnie). Difficile donc pour moi de me lancer dans l'aventure... J'ai toutefois décidé de me lancer dans quelques histoires que je sais être des one-shoots et peut être essayer de me lancer malgré tout (principalement parce que j'ai l'impression de passer à côté de quelque chose). Mon premier pas dans cette aventure que je vais vous parler aujourd'hui porte donc un nom : Black Summer.

Bon, j'ai exagéré un peu : ce n'est pas le premier comics que je lis, j'en ai lu un autre avant et ca tombe bien car il me servira pas mal pour cette critique, c'est à dire The Watchmen. (Bon, j'ai aussi tenté à une époque de suivre la publication d'une nouvelle série de publication Green lantern mais j'ai vite lâché par manque de motivation....pourtant l'histoire était loin d'être inintéressante)

Ici pour black summer, c'est principalement la curiosité qui m'a poussé à essayer. La raison ? C'est qu'un certain Youtubeur (qui parle de mangas) a souvent mis en évidence son exemplaire de Black Summer pendant ses vidéos et je me suis dit que ce n'était sans doute pas par hasard. (et aussi parce que l'édition publié chez nous par Milady Graphics contenait l'intégralité de l'oeuvre en un tome...bien qu'on m'a dit que cette série faisait partie d'une trilogie, ce dont je ne suis pas sûr).

L'histoire de Black summer se passe dans une amérique proche de la nôtre. Dans ce monde, un groupe de superhéros, les armes, a été formé pour lutter contre les criminels au moyen de modification génétique très avancés. Malheureusement, un événement inattendu se produit alors : John Horus, l'un des deux membres fondateurs des héros, assassine le président des états-unis ainsi que ces conseillers. Selon lui, l'amérique est rongé par le mal et ce mal était incarné par le président lui-même... Appelant désormais à de nouvelles élections libres et a "commencé un nouveau départ", son acte va être le commencement d'une guerre donc il est difficile de prédire le dénouement...

Comme dit plus haut, le bien nommé Watchmen va servir, non pas pour faire une comparaison mais pour poser le registre. En effet, ici, comme dans l'oeuvre d'Alan Moore, on a affaire à des super-héros cassant le mythe du super-héros. Watchmen présentait en effet une galerie de super donc il était assez difficile de savoir de quel côté de la barrière il se trouvait... (on présentait notamment le Comédie, un héros sensé aidé l'amérique à gagner la guerre du vietnam mais qui se trouvait être la pire des ordure capable même du tuer une femme enceinte sans remords). Avec Black summer, on retrouve cette fameuse "désacralisation du super-héros" mais dans un autre registre.

Ici, le théme est simple mais direct : Jusqu'au le mal doit t'il combattu ? Qui doit décidé jusqu'au elle va aller ? et surtout, à quel moment l'homme arrête d'être un homme et commence à se prendre pour Dieu. Certes, ce sont des termes qu'on peut déjà retrouver (le manga Death note par exemple l'avait déjà abordé) mais il n'en reste pas moi que la question reste intéressante et totalement d'actualité (Warren ellis, l'auteur, n'hésitant pas à grande critiqué les décisions militaires qu'on pris les états unis ces dernières années). On a donc d'un côté un John Horus, certains de ces décisions et convictions et de ces collègues, perdus au milieu de la bataille, ne sachant que faire et étant déjà eu même très perdus et submergé par leur status, leurs pouvoirs les ayant légèrement aliénés. On a donc ici un comics qui brasse un sujet efficace qui devrait pouvoir régaler les fans d'intrigues complexes.

Malheureusement, je dis bien "devrais" car l'oeuvre ne va pas totalement au bout de se démarche. Qu'on soit clair, le speech de départ est efficace et l'histoire en général tient debout, du début jusqu'à la fin. Le souci ? un manque flagrant de profondeur. Le sujet étant ce qu'il est, il aurait mérité d'être creusé plus, que ce soit au niveau des réflexions que dans la personnalité des personnages, certains manquant cruellement de développement alors qu'il aurait intéressant de plus développer des conflits internes aux autres Armes (certains se questionnent bien sur le bien fondé de l'acte de John Horus mais c'est un peu short comparé à ce qui pourrait être fait). En clair, c'est un peu comme un feu d'artifice qui fait un super départ et sur lequel on attends une explosion capable de provoquer une gigantesque crise d'épilepsie à la foule mais se contente juste d'une explosion jolie mais un poil mouillé.

Le souci étant principalement que le récit a tenté de caser pas mal d'action brutale dans l'intrigue, intention loin d'être mauvaise mais qu'on aurait aimé voir être sacrifié au bénéfice d'un supplément de profondeur. Après, crachons pas totalement dans la soupe, le récit reste correct et loin d'être mauvais encore une fois mais voilà.... sans compter que l'édition français a eu quand même le culot en quatrième de couverture de se comparer à plus grand que lui, encore une fois, Watchmen....sauf que celui-ci est bien plus complexe et osé dans sa fin.

En définitif, pour le prix qu'il coûte et pour l'histoire sortant des canon habituel qu'il propose, Black summer mérite malgré tout d'être lu et d'être apprécié. Il est juste dommage que Warren Ellis ait manqué avec cette histoire d'un poil plus d'ambitieux. Black summer m'a toutefois beaucoup plus plu et me posera sûrement à m'intéresser au reste de sa bibliographie. Pour l'heure, je termine sur un fait plutôt curieux : Une adaptation semble prévu au cinéma.... et je vous avoue que j'ignore ce que ca va donner (Rien de malheureusement bien joyeux dans ma tête en tout cas.)

Sur ce, je vous dit à bientôt et amusez-vous bien.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Parlons jeux vidéo ! (Jeu vidéo)

Aujourd'hui, nous sommes le 20 février. Comme d'hab, je suis le seul sur le net à une heure avancée de la nuit. Je me dit qu'il est peut être temps d'aller se coucher ou de jouer un peu à Majora Mask 3D. Je vais donc faire un dernier tout sur Twitter avant d'y aller.....

 

 

 

 

 


Bon, on arrête avec les gifs. Et donc, oui la nouvelle est tombé y a une heure : DanganRonpa : Another épisode va être localisée chez nous pour cet automne.


Pour ceux qui ne le savent pas, ce jeu est un spin-off de la série. Ici, le jeu quitte le genre Visual novel pour devenir un TPS dans lequel on incarnera Komaru Naegi, la soeur de Makoto Naegi, héros du premier opus confronté à une ville envahi par des robots Monokuma qu'elle devra détruire par centaines et combattre un groupe d'enfants étranges friands de jeux vidéos.

Sorti le 25 septembre dernier sur PSvita, le jeu arrive enfin chez nous et la série continue son chemin tranquillement. En espérant que cet épisode soit un bon apéritif avant l'arrivée futur d'un troisième épisode (qui a d'ailleurs été légèrement teaser dans le premier trailer de ce jeu).

Bref, je sais pas ce que vous en pensez personnellement, mais moi je suis totalement en joie et j'attends l'automne avec impatience !

PS : Oui, quand je suis heureux, c'est l'avalanche de gif. M'en voulez pas !

 
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Jeux vidéos - Test (Jeu vidéo)

Bonjour à tout le monde ! Bon, avant que je doive retourner au charbon en formation pour un moment pour deux semaines et avant la future (même si elle a déjà commencé) tempête de merde sur le prochain triple AAA (Mais si, vous savez, le faites de dire que le dernier jeu côté en date de façon à passer pour un mec intelligent alors qu'on ressemble juste à une caricature de Hipster), je me suis dit que j'allais vous faire partager un petit plaisir que j'ai trouvé par hasard en fouillant par-ci par-là sur le net, voici donc messieurs et madame : Grow Home.


Et peut-être que toi, heureux lecteur, tu n'as jamais entendu de ce jeu. Et c'est un peu normal....enfin tu manque juste de goût mais c'est pour ça que je suis là après tout. Ce jeu est sorti le 6 février en catimini sur PC uniquement et en prime, il est développé par le grand Satan (enfin le grand satan du moment en attendant qu'un autre pète trop de fort et que les mouches rappliquent) : Ubisoft. Enfin presque, en réalité, c'est Ubisoft reflexion (Autrefois appelé Psygnosis ou encore GT interactive). Les drivers, c'est eux, les destruction derby pareil (bon les mecs ont aussi bossé sur Just dance et fait de l'alimentaire sur Far cry ou le prochain the division, personne n'est parfait). Mais ici, Grow home est un projet plus modeste et clairement orienté jeu indépendant. Après une timide annonce le mois dernier, le jeu sort probablement dans l'indifférence générale malgré des tests plutôt élogieux..... Et pourtant.

Le jeu nous présente BUD, un petit robot ayant pour mission de trouver dans l'univers de nouveaux spécimens végétaux afin de gonfler le volume d'oxygène de son monde natal. Coup de chance pour lui, il tombe sur une sorte de planète ou une plante gigantesque répond à ses critères de recherche. Il va donc atterrir au pied de celle-ci et tout faire pour permettre à celle-ci de l'aider. Oui, en gros, vous êtes un robot qui va s'amuser à faire pousser une plante (c'est du moins comme ça que l'a vendu un de mes potes qui vend très mal les jeux et dont le seul talent est d'arriver à respirer et garder les yeux en même temps sans oublier de faire l'un ou l'autre...)



Mais c'est plus complexe que cela. Le but sera de faire grandir la plante le plus possible (2 km de haut au total) mais pour cela, il faudra d'un côté récolter des cristaux pour améliorer BUD et ainsi lui permettre de mener à bien plus facilement ta tâche et de l'autre de connecter la plante à des sources de "carburant" pour lui permettre de grandir. Pour cela, BUD est capable de capacités simples mais efficaces : Planer grâce à des fleurs ou des feuilles, utiliser un jet-pack pour planer et le plus utile, on peut utiliser ses bras de facon indépendante pour escalader toutes les surfaces possibles;

C'est en effet le gros point fort de ce jeu : La sensation de liberté, d'immensité et d'exploration que l'on a en jouant. Car oui, Grow Home est clairement plus un jeu contemplatif qu'un vrai défi de gameplay. Le jeu propose peu d'évolution mais son côté totalement paisible et presque poetique fait totalement oublier ses petites lacunes. Le plaisir de la possibilité de tout escalader et cet impression grandiose d'explorer un gigantesque monde vierge et sculpté par les caprices de la nature crée une expérience particulier et plaisante. Et je ne parlerai même pas du faites de l'impression qu'on a dés qu'on commence à être très haut et qu'on bouge la caméra vers le bas, la langue française n'a pas encore inventé un mot suffisamment précis pour ça. Petit truc également : Le son joue un rôle important dans le gameplay vu que l'on doit trouver les différents cristaux aux sons qu'ils émettent.


Alors clairement, il faut être préparé à ce jeu. Oui, c'est du pur contemplatif, Oui, ca dure que quelques heures (environ 3-4h pour atteindre le sommet), Oui, le style graphique particulier peut éventuellement rebuté (Je le trouve joli personnellement mais les goûts et les couleurs font que je dois faire la remarque) et parfois la caméra fait un peu à la folle (quand on escalade une paroi à 80°, la pauvre ne sait plus trop ou se mettre), mais bon que ce jeu est  relaxant et rafraichissant.... ce voyage dans les airs en escaladant tout à des hauteurs folles avec des petites musiques discretes en arrières fond, c'est vraiment très agréable... J'ai en effet en jouant à ce jeu retrouver les mêmes sensations que dans Journey ou Protheus par exemple. C'est simple, joli et vraiment pas stressant, une sorte d'anti-depresseur sous forme de jeux vidéos.

Enfin, voilà, je n'ai pas grand chose d'autre à vous dire que : Jouez à ce putain de jeu. Il est plaisant, il est agréable, il a quelques défauts mais surpassé par ses qualités et en prime, il ne coûte même pas cher (8 ¤ sur steam en "officiel"). Mangez-en, c'est vraiment du bon.

Sur ce, je vous laisse et je vous dis à bientôt.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)