Voxel Culture

Édito


 

Bienvenue sur Voxel culture, blog qui parle de cinéma, de jeux, de manga, de comics et de bien d'autres choses. Au programmes : Réflexion vidéoludique, Test de jeux, Présentation de visual novel, propagante anti-pc ou encore critique de cinéma. Moi et mes trois lardins, nous allons vous présenter votre culture. Celle du voxel....

Identifiant :

PSN : Sirmonokuma

Id steam : Evil Minato

Code 3DS : 2406-5859-6021

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Staff Voxel :

Grand Manitou, Rédacteur principal du blog.

Rédacteur secondaire du blog. (Sert à rien, ennuyeux)

Rédacteur secondaire du blog. (On essaie de lui trouver une utilité)

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Banniére pour le blog (Site Officiel)

Banniére pour le blog (Version gameblog)

Archives

Favoris

Voxel Culture

Par Minato Blog créé le 26/12/12 Mis à jour le 08/04/17 à 17h38

Blog personnel centrée sur les diverses passions que j'aime : jeux vidéos, manga/animés, Série télé, Cinéma, littérature.

Ajouter aux favoris
Signaler
Dossier
 
 
Avant de commencer, je tiens à vous préciser plusieurs choses : Ce que vous allez lire parle d'un sujet qui n'est que peu aborder dans le monde du jeu vidéo en général et encore moins dans le domaine du jeu vidéo français. J'ai eu donc un peu du mal à obtenir les informations pour parler du sujet que je vais vous présenter aujourd'hui. Ne vous étonnez donc pas si j'ai pu oublier des choses ou que j'ai fait des erreurs (et si j'en ai fait, merci de me le signer GENTILLEMENTet je corrigerai mon erreur). Je tiens également à signaler que si vous rencontrez par hasard des erreurs de mise en page, je m'excuse à l'avance mais j'ai beaucoup édité et refaire la mise en page mille fois sur l'éditeur du blog, ça s'affiche pas correctement et donc je ne peux rien faire (Oui, je sais, je ne suis pas maître de mon propre blog, ha haha c'est très drôle...). Et je termine en disant que si jamais il a des fautes d'orthographe, vous m'excuserez aussi si vu la longueur du texte, des fautes m'ont échappés (je précise que le texte est passé entre plusieurs mains pour être le plus correctement finaliser). Bref, après ce long édito (la longueur risque d'être le thème secondaire de cet article), on va se plonger dans un univers que beaucoup d'entre vous ne connaissent sûrement pas et que nous allons découvrir ensemble : Le monde du visual novel/Eroge. 

 

1. Mais qu'est ce que c'est et à quoi ca ressemble un visual novel/Eroge?

 

Mais à quoi ressemble ce genre de jeux que les otakus japonais aiment tant et auquel ils jouent toute la journée pour certains ? Et bien voilà, pour vous aider a visualisé dans votre esprit : 

Un visual novel est une sorte de roman interactif dans lequel une barre de dialogue passe un texte, parfois de la narration (environ 50%) et des dialogues (l'autre 50%). Le principe est comme dans un roman de lire l'histoire, page par page et parfois.... de rien faire d'autres. Oui, comme ça, le concept est de lire. L'intérêt de la chose ? Pourquoi est ce qu'on préférait lire un Visual novel plutôt qu'un livre normal ? Et bien, c est simple, c est une question de réussir à s'immerger plus facilement dans l'histoire et dans l'univers que le créateur a prévu : De la musique pour l'ambiance, des décors pour se représenter, les personnages qu'on voit devant nous et qui ont leurs propres voix ainsi que tout un tas de détails qui vont permettre au lecteur de se retrouver plus rapidement dans l'histoire. 
 
Il est donc un bon compromis pour les gens qui n'aiment pas forcément lire, le Visual novel aide le lecteur à faire d'efforts d'imagination (ou à lui mâcher le travail au choix). Mais il a également un coté un peu "livre dont vous êtes le héros"... explication : vous incarnez le héros et donc vous subissez l'histoire de son point de vue et ce sera à vous (pas toujours mais souvent) de prendre les décisions du personnage pour influencer l'histoire. Ce sentiment est d'ailleurs renforcé par le faites que plusieurs visuals novels permettaient (ca se fait de moins en moins) de remplacer le nom du héros par le leur. En gros, le Visual novel se veut comme une sorte d'évolution du livre destiné à permettre aux allergiques du papier de se mettre à lire ou à se plonger dans des histoires de façon plus immersive....
 

2) Mais comment ces jeux ont t'ils vu le jour ?

 

Tout commence en 1981, à l'époque, au Japon, l'informatique se développe et commence à se standardiser. 4 constructeurs se disputent à l'époque les parts de marché : 

  1. NEC et sa famille des PC-88
  2. Sharp et son X-1
  3. Fujitsu avec son FM-7
  4. Le MSX (créer par Microsoft et par divers fabricants d'électroniques)

L'avancée est suffisante à l'époque pour permettre aux ordinateurs une résolution de 640x400 en 8 couleurs (n'oubliez pas qu'on est en 1981). Ce n'est pas encore suffisant pour produire des images réalistes mais à l'époque, et c'est cela qui va faire la différence, c'est suffisant pour s'adapter au style que l'on retrouve dans les animés. (Pour la petite info amusante, pendant ce temps aux États-Unis, l'Atari 2600, qui n'était soumis à aucun contrôle de contenu, possédait plusieurs jeux pornos d'un goût plutôt douteux et qui laissait peu de place à l'imagination).

C'est finalement en 1982 que sort ce qu'on pourrait appeler "le premier jeu japonais érotique", à savoir Night life qui est développé par Microcomputer System (que vous connaissez plus sous le nom qu'il prendra plus tard à savoir Koei !). Le jeu est plus un logiciel utilitaire qu'un vrai jeu (il est sensé notamment aidé à une meilleure vie sexuel.....) mais son succès lance alors la mode des eroges, en plus de Koei, Enix (Oui, oui le Enix qui créera plus tard Dragon quest) ou encore Falcom commencera à créer leur propre jeu de ce genre. Le genre continuera à évoluer au fil des années avec des concepts de plus en plus poussé (les premiers jeux étaient fort limités et beaucoup les considèrent comme de vulgaires jeux pornos sans intérêt). Tenshitachi no gogo sorti en 85 sera l'un des premiers jeux à faire intervenir un vrai scénario dans ce genre de jeux et proposera une vraie aventure au joueur. Plus tard, le genre continuera son bout de chemin avec la série Range développé par Alice soft. Ce jeu instaure notamment le mariage entre le RPG et le eroge.

Mais dans les années 90, le genre commence à dû mal à se renouveler. D'autant qu'a l'époque, les otakus sont très mal vu à cause de l'affaire Tsutomu Miyazaki (un tueur en série pédophile, cannibale et otaku..... on le sait tous que le rêve de tout les otakus est de dévorer une petite fille). Toutefois, le genre réussit une nouvelle fois à se faire connaître grâce à princess maker, jeu sorti en 1991 fait par le studio Gainax (Oui, oui le studio qui fera plus tard Evangelion). Même si le jeu n'est pas à proprement parler un jeu érotique, il marque la génération par son système de jeu.


Il propose en effet de prendre sous son aile une jeune fille orpheline et de faire son apprentissage (n'y voyez rien de pervers svp....comment ca trop tard !?) intellectuel et physique (j'ai dit rien de pervers!). Le jeu lance la mode de créer un planning d'activité pour le personnage et le faites de booster les capacités de son personnage (plus tard, ce système sera utilisé pour l'avatar du joueur plutôt que pour le personnage du jeu). Princess maker sera également le jeu qui améliorera l'idée tout simple des fins multiples et alternatives. Ses idées révolutionnaire pour l'époque seront réutilisés et améliorer pour un autre pionnier du genre : Dôkyûsai. 

Ce jeu offrira en effet encore plus de liberté au joueur puisqu'il offrira un subtil mélange entre choix scénaristique et la gestion des states. Considéré comme le premier jeu érotique moderne, il pose les bases de ce que, aujourd'hui, la plupart des eroges utilisent comme gimmick.  Les choix pour les évents, le faite d'obtenir une mauvaise fin si on a pas fait les bons choix, le faites de devoir recommencer pour débloquer tout les secrets que les développeurs ont cachés dans le jeu... autant de trouvailles et de règles que les jeux actuels utilisent encore comme des règles à respecter. Dôkyûsai deviendra rapidement un classique et aura droit à son lot de suites et de remakes par la suite qui lui octroieront le status de jeu culte parmi les joueurs de Visual novel/eroges. 
 

Le succès de Dôkyûsai marquera finalement dans la deuxième moitié des années 1990 une explosion pour le budget des Visual novels. C'est ainsi que le genre connaît son évolution finale. L'arrivé des Windows 95-98 ou encore de la PlayStation et de la Saturn (Ironiquement, c'est en partie grâce aux succès grandissant des eroges que la Saturn assura sa survie au japon) permet aux Visual novel de devenir plus grand, plus long et visuellement plus beau. Ca se confirmera avec le succès des jeux de Leaf : Shizuku, kizuato et surtout To heart. Ce dernier aura un succès assez important grâce à ces personnages haut en couleur et son graphisme tape-à-l'oeil de l'époque. Mais la mentalité des jeux évolue aussi. En effet, rapidement, les joueurs commencent à laisser tomber les scènes érotiques. 
 
Bien que toujours présentes, ces derniers ne constituent plus vraiment le moteur du jeu. C'est à l'époque qu'en plus de Leaf, un autre éditeur contribuera à créer ce que les joueurs appelleront les gyaruge (Girl Game) et Même parfois de Nakige (qui vient de Naku qui signifie Pleurer) pour leur histoire qui se penchera plus sur l'émotion et le faites de raconter une vraie histoire que d'être un simple jeu de fesses. Le genre continuera au fil des années de s'étendre avec ces gyaruge à l'histoire profonde et souvent dénué de sexe (Le studio Key par exemple sort fréquemment des jeux sans aucun scènes de sexe et leurs jeux sont aussi connus aux jeux que ceux des éditeurs « classiques »), des dating sim qui consistent à jouer le jeu de la séduction ou encore de trouver les titres les plus bizarres ou les plus parodiques (le nombre de jeux ou Tifa de FF7 fait des choses qu'elle ne fait absolument pas dans le jeu d'origine est assez effrayant). Encore aujourd'hui au japon (et même en dehors), les Visual novels et les eroges se sont développés et sont devenu un genre bien implantés dans la culture japonais, n'en déplaise à certains. 
Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Commentaires

Kurokami
Signaler
Kurokami
J'ai jamais été trop VN. A vrai dire, pour le fun j'ai joué à un Eroge H avec des potes et c'est tout. Cela dit, je reconnais avoir envie de tester certains jeux reconnus - tout le monde parle de Fate Stay Night - et puis, je pense pouvoir accrocher du fait de mon intérêt pour le côté jeu de drague et social game des Social Links de Persona 3 et 4 :). Merci pour ce dossier qui va m'en apprendre beaucoup sur ce genre que je connaît, humble quidam que je suis ^^
Minato
Signaler
Minato
Merci pour les remarques, ca va m'aider à m'améliorer ^^
(c'est ma faute, j'ai utilisé le dico de word et il m'a mis des infinitif et comme un con, j'ai dit oui)
Luciole
Signaler
Luciole
Bon article. Même si je ne suis qu'un novice c'était très agréable à lire.

Quelques coquilles dans le texte ("leurs jeux sont aussi connus aux jeux que ceux des éditeurs « classiques »" par exemple) pas trop grave, mais pas mal de fautes de syntaxe (tu mets pas mal d'infinitifs à la place d'un passé composé : "un sujet qui n'est que peu aborder"). La majorité est dans l'intro, ce qui est dommage car ça gâche la lecture dés le début. Enfin je suis content d'avoir pu mettre ça de côté (internet m'a rendu allergique à l'orthographe approximative).
Kaos
Signaler
Kaos
Vraiment un bon article, malgré une petite frayeur au début avec le titre, j'avais peur de l'amalgame entre le VN (là c'est plus un système de jeu et l'Eroge (un genre de jeu), qui sont deux choses distinctes, quoique souvent entre-mêlées dans pas mal de production.
C'est bien écrit, c'est clair et pas lourdeau pour un sou, j'aime bien les petits anecdotes données, d'ailleurs je ne pensais pas que la production de VN (notamment Princess Maker) avait début aussi tôt par rapport aux Eroges et Sim-Dating.
Merci pour le partage et hâte d'avoir la suite^^
lerenwe
Signaler
lerenwe
Intéressant =p Tu parleras plus des non-ero, dans la suite ? Genre, j'aimerais beaucoup entendre parler de Snatcher et Gyakuten Saiban (Ace Attorney) =)
Minato
Signaler
Minato
c'est la version normale pour l'instant, mais ca va prendre du temps pour le truc soit fini, y doit encore faire l'éditing mais un patch partiel est deja la mais j'attends pour avoir la true end de feena.
Ichikyo
Signaler
Ichikyo
C'est la version Moonlight Cradle qui sort en Anglais? Si oui, enjoy de ton côté pour l'histoire de Cynthia Marguerite, c'est mon perso préféré.
Minato
Signaler
Minato
Ichikyo : en parlant des jeux August, Yoake Mae yori Ruriiro na va bientôt sortir en anglais. J'avais bien aimer l'animé, j'espere que le visual novel.

Stinky57 : Merci ^^ j'ai fait pas mal de recherches (ota club, les wiki fr et anglais, un dossier grospixel, ect). Et la suite arrivera d'ici un ou deux jours (c'est déjà écrit mais je prefere espacer pour que les gens puissent lire tranquillement)

Adamenthe : Va faire des articles, aprés tu parlerai larbin n°2. =D
AdaMenthe
Signaler
AdaMenthe
super article !

bon, je me suis arrêté au titre, mais c'est quand meme super !
Stinky57
Signaler
Stinky57
Joli article! Ca fait plaisir d'entendre parler de VN sans forcément pointer du doigt les scènes H. J'attends la suite avec impatience XD.

Et j'ai pas vu de fautes particulières, d'ailleurs je ne connaissais pas trop l'historique des VNs, merci à toi!
Ichikyo
Signaler
Ichikyo
Mes préférés resteront les jeux de chez August, n'en déplaise aux détracteurs, j'aime bien ce qu'August fait (en dehors de la partie H)