Voxel Culture

Édito


 

Bienvenue sur Voxel culture, blog qui parle de cinéma, de jeux, de manga, de comics et de bien d'autres choses. Au programmes : Réflexion vidéoludique, Test de jeux, Présentation de visual novel, propagante anti-pc ou encore critique de cinéma. Moi et mes trois lardins, nous allons vous présenter votre culture. Celle du voxel....

Identifiant :

PSN : Sirmonokuma

Id steam : Evil Minato

Code 3DS : 2406-5859-6021

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Staff Voxel :

Grand Manitou, Rédacteur principal du blog.

Rédacteur secondaire du blog. (Sert à rien, ennuyeux)

Rédacteur secondaire du blog. (On essaie de lui trouver une utilité)

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Banniére pour le blog (Site Officiel)

Banniére pour le blog (Version gameblog)

Archives

Favoris

Voxel Culture

Par Minato Blog créé le 26/12/12 Mis à jour le 08/04/17 à 17h38

Blog personnel centrée sur les diverses passions que j'aime : jeux vidéos, manga/animés, Série télé, Cinéma, littérature.

Ajouter aux favoris
Signaler
Personnel (Jeu vidéo)


Bonjour à tous. Ca faisait longtemps ! Comment allez-vous ? Pour ma part, la vie m'a beaucoup occupé ! Depuis que vous n'avez.....

Bon, ok, on arrête les références hors sujets.

ça faisait longtemps que je n'avais plus publié sur le blog. Comme dit, y a des mois sur un article, c'est pas toujours évident de tenir un blog de façon régulière (j'ai été étonné d'ailleurs de voir à quel point mon cas n'était pas rare....du moins pour les blogs qui affichent un contenu intéressant), mais ces derniers mois, ca a été ultra difficile pour les raisons suivantes :

1. vie internet, vie privée, vie professionnel, deux choix possibles

Depuis début septembre, j'ai des obligations professionnelles et ça me pompe tout mon temps. (et en prime, je suis loin de trouver ça toujours passionnant). Et donc, dés que j'ai un moment de libre, je préfère m'enfiler le dernier animé que j'ai pas vu/Le dernier jeu auquel j'ai pas eu le temps de jouer/Mater ce film donc on m'a parlé (vous pouvez rayer la mention inutile mais en générale, y en a pas). En d'autres termes, j'avais pas le temps à consacrer au blog.... car on le dirait pas (avec les fautes d'orthographes que je vois pas et les mots que j'oublie parfois), mais ca prends plusieurs jours d'écrire parfois un gros pavé....et parfois pour ne pas le publier, par pur insatisfaction personnelle.


 2. le collectif Pop Fixion

Depuis un an et demi environ, je suis devenu membre du collectif Pop Fixion. Contacté pour mes talents incroyables de ......... pour mes talents incroyables, je suis devenu rédacteur sur le site. Le résultat : Le temps d'écriture est entièrement consacré à l'écriture d'articles, de news, de chroniques, ect. Du coup, bha j'ai plus ou moins mis de côté l'écriture "personnel". Notez que c'est pas un reproche, je prends beaucoup de plaisir à écrire pour le collectif (si c'était pas le cas, j'aurai pas pris plus de responsabilités il a peu) mais du coup, Voxel culture n'avance plus trop.


3. Je suis un gros perfectionniste...à ma façon

Je pourrais parfaitement faire des articles de merde pour faire des articles de merdes mais je reste perfectionniste d'une certaine manière. Je ne tiens à écrire que des articles dont je sais qu'ils me plairont et que j'aurai pas l'impression de faire n'importe quoi. Ca signifie ne pas faire trop commun, pas de spam ni de trucs trop fait à la va-vite. Mais le truc, c'est que je me suis rendu que parfois, j'avais juste envie d'écrire deux trois trucs vite fait malgré tout mais que ce blog n'était pas l'endroit qu'il fallait pour ça.

C'est sur ce dernier point que j'avance un petit truc : Le blog va .....rester ouvert.

Bon, plus exactement, j'ai exagéré sur un truc : Dans un mois ou deux, je serai plus libre de mes mouvements. Mais cela ne dura pas très longtemps et donc, j'ai décidé de créer un petit truc qui me permettra de rester dans l'écriture mais en même temps, de pas trop faire de la merde et de continuer malgré tout à faire des articles de fond sur ce blog.

Je vais donc ouvrir un Tumblr sur lequel je vais écrire de petites critiques/avis/présentation souvent très rapidement, histoire de proposer du contenu. Je le fais principalement pour moi, pour obtenir une sorte de Placebo pour l'écriture. Oh tiens, c'est une idée.....

https://theminatogami.tumblr.com/

voilà, c'est pas une fermeture, loin de là, c'est histoire de reprendre d'un bon pied. J'espère que ca vous intéressera. Sur ce, j'ai le jeu de l'année à me faire........ (je parle de Persona 5)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Personnel (Jeu vidéo)

Bonjour tout le monde, j'espère que vous allez bien !

 

Bon, je sais, depuis l'article en retard sur le 4eme anniversaire du blog, c'était silence radio. En faites, y a plusieurs causes à cela mais je détaillerai rapidement ça en fin d'article1. Pour l'heure, on va s’attarder sur le bilan de cette année 2016. C’est parti. 

 

 

Coup de c½ur : 

 

 

Overwatch

 

À la base, lors de son annonce, j’avoue avoir été totalement en dehors de la hype Overwatch. Le jeu avait l’air bien mais quand il s’agit de jeux multi et de jeux blizzard, je passe totalement à côté car ce n’est pas du tout mon type de jeu. Mais quand l’occasion m’a été donné de tester la bêta, j’ai complétement accroché au jeu. La D.A, l’action frénétique du jeu, les différents héros, les niveaux (ainsi que le faites d’avoir un pote qui a totalement mordu à la hype dès le début et qui lui aussi jouait à la bêta) m’a totalement convaincu et m’a fait prendre le jeu dès la sortie². Encore aujourd’hui, je joue très régulièrement à Overwatch et j’y prends toujours autant de plaisir, en espérant que le jeu ait toujours autant de succès et que le jeu continue ces Maj. Il aurait pu faire partie des jeux de l’année mais son status de jeu Multi allié au faites qu’il va surement durer plusieurs années ont fait que j’ai décidé de le mettre hors compétition. Néanmoins, il reste mon gros coup de c½ur et l’une de mes surprises de cette année. 

 

Jeux de l’année : 

 

 

 

Uncharted 4 : 

L’ultime épisode de la saga de Naughty Dog a fait parler de lui cette année3.  Et difficile pour moi de ne pas rejoindre l’avis de plusieurs personnes concernant ce titre. Uncharted 4 est surement l’épisode le plus intime de la série. Lettre d’amour d’un développeur envers sa série, on allie une grande aventure à la fois dynamique, truffé d’énigmes et plus complexe que de prime abord. Uncharted 4 mérite pleinement sa place dans les jeux de cette année. 

 

DOOM :

L’autre grosse surprise de cette année. Si il a bien un jeu sur lequel je n’aurai mis aucun espoir, c’est bien ce DOOM 4. À l’origine montré comme une sortie de version plus sanglante et plus bourrin de Wolfenstein the New order, DOOM a toutefois montré qu’il était là avant tout le monde et le faites savoir à grands coup de tatane. Avec son scénario réduit à l’extrême4, son action ultra bourrine et qui fait clairement plaisir, le jeu est une gigantesque dose de fun à l’état brute dont on redemande encore après l’avoir terminé. Même le multi qui rappelle les belles heures de jeux multi en 2000 (CS1.6, quake 3 et Unreal tournament) est un peu moyen, il reste que le jeu fait revenir le doom-like (..Lol) à notre époque. Et ça, ça fait grave du bien.

 

Dragon Quest builders : 

Dernière surprises de cette année, c’est la copie japonaise de minecraft à la sauce Dragon quest. Enfin,  je dis ça ironiquement car ce jeu est tout simplement excellent. Personnellement, je n’ai jamais aimé Minecraft (je n’ai jamais compris l’intérêt du jeu) et encore moins la série Dragon quest (dont la difficulté et le manque de scénario m’ont toujours difficilement convaincu). Et malgré tout, j’étais très curieux d’essayer cette version avec un scénario et des quêtes de ce style de jeu, en prime sur une console portable. Et il faut avouer, après avoir testé la démo, j’avais la hype, j’avais grave la hype. Minecraft plus joli, avec des quêtes, un but, une tonne de choses à découvrir et transportable partout, le jeu est une tuerie (et non une simple copie). J’avoue que ce jeu a été une vraie drogue et n’est pas prêt d’être effacé de ma VITA.

 

 

Dark souls 3 :  

Autant dire que mon rapport avec les souls est complexe. Entre une haine profonde et une sorte d’obsession parfois malsaine (que ce soit pour accomplir des performances dans le jeu ou pour explorer le lore opaque du jeu), j’ai parfois du mal à savoir ce que je pense réellement du jeu. Mais pour le grand final (car oui, Dark souls 3 sera le dernier jeu de la série normalement), difficile de pas être charmé par le côté mélancolique, épuisé et finalement très fin du monde de ce jeu. Dark souls 3 compile tout ce que la série a fait de bien ces dernières années et rend un hommage final à l’un des plus gros univers de Dark fantasy de l’histoire du jeu vidéo. Et pour cela, on peut lui mettre une belle petite place dans le panthéon des jeux de l’année. Praise the sun une dernière fois…

 

 

Jeu de l’année : 

 

 

The last guardian

 

Cette année, deux arlésiennes sort sortis. Deux jeux qui ont un développement chaotique et difficile. Et l’un des deux faits encore parlé de lui à l’heure actuelle5.Mais pour l’heure, on s’attarde sur le jeu qui m’a fait le plus craquer cette année, à savoir the last guardian.

Il avait de quoi être méfiant avec le projet : Presque 10 ans de dév, une communication très discrète du titre (trois trailers et des phases de gameplay qu’il fallait chercher), des rumeurs pas franchement joyeuses par rapport aux mécaniques de jeux et une sortie « discrète ». Et pourtant, le jeu est finalement une expérience incroyablement marquante. Certes, il faut être réceptif à l’ambiance du titre, accroché à ce mix entre hauteur et action rythmée, accroché au scénario qui tient plus du conte mais qui est prenant à plus d’un titre mais le jeu le fait tellement bien que je n’ai pas resté insensible à la beauté du titre. Alors oui y a des petits soucis technique (qui ont été le seul critère de plusieurs personnes…..comme quoi, le jeu vidéo va mal dans tous les sens), ca reste une perle et le meilleur jeu que j’ai pu tester cette année. 

 

 

Déception de l’année : 

 

 

Mirror edge catalyst : 

 

S’il a bien un jeu sur lequel je n’aurai pas pensé être si déçu, c’est bien Mirror edge catalyst… Alors que le jeu s’annonçait comme le retour de la série chérie de DICE, qui avait donné un premier épisode vraiment bon et assez différent de ce qu’on voyait dans le jeu vidéo, ce deuxième épisode est une sacré douche froide. Entre son open world raté et cliché qui vient nuire considérablement à son gameplay, son scénario….inutile (je dois avouer que je me souviens même plus de quoi il parlait) et son gameplay incroyablement énervant (notamment lors des combats),  j’ai détesté ce jeu... 

 

Deus ex Mankind Divided:

 

La déception de ce titre s’avère incroyablement amer pour une bonne raison : Si Mankind divided s’annonçait incroyablement avec son univers SF ambiance Apartheid robotique, le titre a oublié de peaufiner sa formule en proposant une aventure plus riche en destination et en gameplay varié et surtout, il a proposé une fin absolument ridicule qui donne plus l’impression d’avoir un gigantesque Trailer du prochain épisode qu’un vrai jeu. Et ça, c’est très désagréable…. Et ça plombe un jeu qui était bien parti mais finit par retomber de façon très désagréable.

 

Plaisir coupable : 

 

 

Touhou Genso Rondo

 

Bon, cette année, on a eu droit à une chose incroyable : On a droit à un jeu touhou en europe…….sur consoles de salon…….en boîte. Pour ceux qui ne connaissent pas Touhou….rendez-vous dans quelques semaines, mais sommairement, il s’agit d’une série très populaire au japon et qui réunit une très grosse communauté.  Et pour le coup, on a eu droit à un petit jeu de combat/shoot em up très sympathique bien que très limité. Et pour le coup, c’est un peu par fanboyisme que j’ai lâché les 30 ¤ du titre et malgré son côté limité (et le faites que je me fasse pourrir en multi), j’adore vraiment ce jeu et je m’amuse beaucoup dessus.

 

Attentes de l’année : 

 

 

Persona 5

 

Bon, il a énormément de jeux que j’attends cette année : Gravity Rush 2, Nioh, Horizon, Mass effect Andromeda, Zelda Breath of the wild…..Mais parmi tous ses titres, celui que j’attends le plus et que je prédis déjà comme étant mon GOTY 2017, c’est bien évidemment Persona 5.

Il a de quoi attendre le jeu. Bien que repoussé, le jeu nous proposera les voix japonaise enfin et en prime, tout ceux qui ont pu jouer à la version jap m’ont clairement dit : ce jeu est clairement une tuerie et le meilleure épisode de la série. Rien que ça… Autant vous dire que mon attente est à son comble et que j’ai hâte d’enfin poser mes mains dessus.

 

Commentaire sur le jeu vidéo en 2016 :

 

Cette année a été assez riche en jeu et c’est peu de le dire. Encore cette fois, j’ai facilement atteint la centaine de jeux testés, dans toutes les catégories (AAA, Indés, jeux  de niches) et j’en ressors grandement satisfait.  Des déceptions toutefois, il en a eu… Notamment sur la confirmation de la PS4 Pro qui peut faire tourner le jeu vidéo console dans une direction qui ne m’attire pas (j’en avais déjà parlé dans un précédent article et toutes mes pires craintes ont été presque confirmées) ou encore avec la VR que je trouve déjà trop envahissante… alors que tout ce qu’on a pour l’instant, ce sont de grosses démo techniques franchement pas intéressantes. 

 

Niveau conférence, je reste satisfait. Beaucoup d’annonces de jeux cette années, des projets vraiment intéressants et l’envie de jouer à pleins de jeux en 2017. Niveau ambiance communautaire, ce n’est pas la joie par contre…  Toute les années, je ressors toujours plus amer envers le public gamer qui me donne de moins en moins envie de partager ma passion. Entre le cynisme permanent qui ne prends plus rien au sérieux, la guerre des plateformes que même les gros sites encouragent (avec comparatif à la pelle, juste pour ensuite voir les gens s’entretuer pour défendre leurs formats chéris….) et le sentiment global de grosse immaturité du public qui en ressort. Désolé si ça choque plusieurs personnes mais si le jeu vidéo me fait encore rêver, parler avec des joueurs beaucoup moins….

Reste heureusement un jeu vidéo qui semble en pleine forme et qui j’espère me comblera encore l’année prochaine. Pour dire : Dans 2 semaines, on aura droit à une nouvelle console et espérons qu’elle sera à la hauteur. (je parle bien de la Switch).

 

 

 

Film de l’année : 

 

 

 

Les 8 salopards

 

Bon, soyons clair, je n’ai pas vu énormément de films cette année mais du peu que j’ai pu en voir, rien n’a pu égaliser le dernier Tarantino. Une mise en scène soignée, une écriture incroyable et des répliques qui resteront bien après la sortie du film, une ambiance huit clos allié à un malaise permanent. J’ai adoré ce film et décidément, Tarantino reste un de mes réalisateurs préférés (malgré que je ne classe pas tous ses films comme des chefs d’½uvre comme Jackie Brown….). 

 

Pire film de l’année : 

 

 

Suicide Squad

 

Cette année, on a eu enfin droit au DC cinématic Universe. Et je dois avouer que j’en attendais pas mal. Si je ne suis pas cette guerre entre Marvel et DC (vu qu’à la base, je ne suis spécialiste de Comics), j’en attendais pas mal de ces adaptations vu que j’ai pu voir les différents films d’animations sortis et qu’il faut avouer qu’ils sont d’excellentes histoires à suivre. Mais malheureusement, Warner a eu l’idée de génie de nous sortir des projets assez boiteux de base. Tout commence avec le désastreux Batman V superman qui allie scénario très mauvais, une idée de base moyenne pour lancer la série, de très mauvais choix de montage (comme de supprimer des scènes pour rendre le tout encore moins digeste) et l’idée complétement conne de vouloir lancer la justice league trop vite. Puis arrive Suicide Squad, que j’attendais pas mal à la base suite aux bandes-annonces qui avaient l’air de proposer quelque chose de vraiment intéressant. Et là, c’est la douche froide. Entre son scénario ridicule et cliché à l’extrême, d’énormes fautes d’écriture (dont la principale est quand même de proposer de gentil boys-scouts en guise de méchants) et toujours les plus mauvais choix de Warner. Ce film est la déception la plus amère de l’année et difficile de dire si la série va s’en relever…

 

Attente film : 

 

 

Ghost in the shell : 

 

Très intrigant à plus d’un titre, l’adaptation du manga de Masamune Shirow par un studio américain est très intriguant vu ces premiers trailer qui semble montré une certaine fidélité à son format d’origine et une création très soigné ; Reste à voir si on aura affaire à l’exception ou une énième tentative raté… 

 

Justice league : 

 

Oui, malgré la déception des premiers films DC, je garde espoir pour ce film… J’espère que le film qui fera la rencontre entre toutes les légendes de comics sera finalement une bonne surprise. (Surtout qu’on lui en demande pas tant que ça…donc, il a aucune excuse)

Commentaire sur les films en 2016 :

Rien de spécial à dire, à part l’échec du DC univers un peu inquiétant qui laisse la place à un Marvel qui fait des films sympathiques mais sans plus, quelques films sympas qu’il faudra que je regarde, un Rogue one plutôt sympa sans être mythique et pour moi, un nouveau cinéma moins loin de chez moi qui va me permettre de voir une poignée de film. Et ça, c’est vraiment cool.

 

Animé de l’année : 

 

 

 

Re:Zero kara Hajimeru Isekai Seikatsu

 

 

Evidemment, cette année a été celle de Re :Zero. Difficile de vous expliquer pourquoi cet animé est bien en quelque ligne car je prévois de faire un très gros article dessus. Mais sommairement, sur 24 épisodes, cet animé est devenu une de mes drogues. Je suis devenu très fan de l’univers Re :Zero et j’avoue avoir très hâte que la série continue à s’étendre (car le LN et le manga vont arriver chez nous, un VN est prévu et une saison 2 est plus que probable). Bref, rendez-vous bien pour un article pour parler de Re :Zero.

 

Animé déception:

 

 

Kabaneri Of the iron forteress 

 

La déception est de taille car à la base, je l’attendais pas mal cet animé. Pour cause, il avait de très grands noms qui s’en occupaient et les trailers semblaient faire le café. Mais après 12 épisodes, faut bien l’avouer : On s’est fait bien arnaquer. Si le visuel, la musique et certaines scènes rendent plutôt bien, on ne peut pas en dire autant du scénario qui, dans sa dernière partie, part dans tous les sens et donnent finalement l’impression de s’être bien fait avoir. Une grosse déception qui est d’autant plus énervante qu’il a pourtant reçu pleins de récompenses…. Incompréhensible selon moi…

 

 

 VOILA!

Je vais pas vous mentir, je me suis forcé un peu à écrire. Un petit manque de c½ur, notamment pour publier ceci avant la fin de l'année mais voilà, au moins, c'est fait. Ca vous donnera une idée de ce que j'ai pensé de cette année et j'espère que l'article n'était pas trop désagréable. Sur ce, je vous dit à bientôt et prenez soin de vous. (ha oui et il a pas de commentaire ou d'attente pour les animés car je n'ai rien à dire et aucune attente en particulier)

 

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1bon, pour expliquer, j’avais tout simplement trop de travail pour me concentrer sur l’écriture du blog. Je dis bien du blog car j’écris des articles sur un site communautaire depuis un an et que mine de rien, je me suis rendu compte d’écrire des articles de présentation d’½uvres était moins fatiguant que de devoir faire une analyse hyper longue, peu lue, souvent critiqué et que vu mon activité « professionnel » était trop pesante, j’avais un peu délaissé le blog. Toutefois, j’ai plein de sujets et d’½uvre à traiter et analyser donc j’espère pouvoir plus écrire ces prochains mois (sans compter que vous le verrez dans cet article, y a ENORMEMENT de choses qui méritent leur article vu qu’il a trop à en dire)

 

²ca a été l’occasion de découvrir le lancement d’un jeu avec l’attente, le faites d’être sur discord et de discuter du jeu, de rigoler/rager sur le retard possible et de lancer les premières parties en ayant l’impression de revenir à la maison (après les longues heures sur la bêta) et de constater les petits changements

 

3 Dommage que ce soit pour dire « Gna gna c’est pas un jeu multi plate-forme » « gna gna c’est pas aussi beau que ça » « gna gna c’est un jeu à couloir, c’est nul ». Comme d’hab, on ne sait pas reconnaître la qualité quand on la voit. 

 

4Même s’il s’offre un plot twist final qui sonne plus comme une blague d’autre chose….

 

5Mais on parlera de FFXV dans un prochain article. Car j’ai un gros sac à vider dessus…

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Personnel (Divers)


Bonjour à tous et je vous souhaite bonne anniversaire à ce blog ! Ouais !!.........bon ok, j'ai 3 mois de retard, j'ai totalement oublié en faites....


Bon, deux confessions : Oui, j'ai totalement oublié que le 4 juillet est la date à laquelle j'ai créer Voxel Culture (sur le blog original en tout cas) et oui, je vais pouvoir totalement me servir de cette excuse pour faire un article pour parler du blog et de moi en plein Ego-trip. (comme quoi les maladresses, ça peut aider parfois)

Bon, la raison du retard et du silence est multiple, relativement classique et je l'ai déjà dit plusieurs fois : D'un côté, y a eu ce putain d'été caniculaire ! Et pour info, quand y fait un peu chaud, je ne peux absolument plus rien faire : Le jeu vidéo devient une épreuve avec tout les appareils qui chauffent (et qui font du bruit en prime), je me sens super mal et je deviens un mollusque incapable de faire quoi que ce soit (et surtout pas de réfléchir). De l'autre, j'ai aussi eu pas mal de problèmes de santé (pour vous donner une idée, j'ai visité plus d'hôpital cette année que dans toute ma vie... et pour des problèmes pas forcément toujours très drôle). Et le pire, je suis toujours pas optimal niveau santé... (et pourtant, je dois quand même continuer des activités professionnelles) Mais de l'autre, y a aussi une grosse lassitude pour pas mal de sujets.

Comprenez par là que moi-même malgré mon côté résolument optimiste sur le média vidéoludique (je précise bien sur le média vidéoludique), je commence lentement à me lasser de tout ça. Aujourd'hui, on prends de plus en plus la direction d'un jeu vidéo qui me plaît pas. Je regarde peut être sous un angle négatif mais je trouve que la course aux graphismes n'a jamais été aussi présente qu'en ce moment avec les comparatifs à foison, la presse vidéoludique de plus en plus chiante et médiocre....entre la guerre des consoles volontairement alimenté, l'orientation PCiste qui en résulte, les ragots alimentés de toute sorte et le faites qu'aujourd'hui, la plupart se complaise à se montrer entrain de jouer en faisant des blagues de merde plutôt qu'à tenter de faire quelque chose de plus travaillé. Tout ça pendant que nos amis développeurs développent des jeux de moins intéressant (ou mauvais quand il tente quelque chose...

Et en prime, on est en pleine période ou on loue les mérites de la nouvelle mode ephemere: la VR (vous savez ce truc qu'on achéte 400 ¤ pour jouer à des démos techniques et qu'on rangera bientôt entre son Virtual garçon et son Kinect 2.0). Autant vous dire donc que ma motivation pour parler jeux vidéo n'est pas très élevée, c'est vous dire. Et que pour le reste : Disons qu'heureusement, il a encore des trucs qui me passionne (même si d'autres me déçoivent un peu mais on en reparlera)



Pour parler aussi des projets futures, j'ai prévu plusieurs articles que je n'arrête pas de repousser mais que j'espère malgré tout coucher sur papier (notamment un trés dossier sur Danganronpa vu qu'on a droit à la fin de l'animé Danganronpa 3) et que je prévois quelques changement : Notamment, je vais probablement un de ses quatres prendre mes valises de la version Gameblog vu ce qu'est le site en lui-même (j'avoue clairement n'avoir jamais adhérer à la ligne éditoral du site....vous savez, le puteàclic) et vu que la communauté est morte et enterré, je vais probablement recréer un blog sous wordpress, histoire d'évoluer. (En passant, j'écris désormais sur un site des petits articles tout mignion que vous pouvez retrouver sur mon twitter)

Bref que vous dire de plus ? Non, ce n'est pas fini, ce ne sera jamais fini (je pense.......) mais pour l'instant, l'écriture n'est plus vraiment une méga priorité (pour vous dire, cet article a été commencé y a deux semaines et je le finis seulement maintenant sans le relire parce que j'ai la flemme). Mais rassurez-vous, ce n'est pas demain la veille que je vais arrêter d'écrire des articles sur des Eroges, de critiquer le mode du PC, de passer 3 jours à écrire des compte-rendu sur les animés de la saison ou encore à dire que mon pénis, il est mieux que celui des autres.

Bref, à bientôt chers lecteurs et amusez-vous bien.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)

Bonjour à tout.
Bla bla bla.......animé de saison.......Bla bla j'ai du retard comme d'habitude.......

Comme d'habitude, c'est avec du retard d'au moins 2 bonnes semaines que je vous livre mes premières impressions sur les animés de cet été... (Mais au moins, je l'ai fait là ! j'ai pas attendu la fin de la saison....parce que ça m'aurait donné 3 fois plus de boulot après). Une saison que j'attendais vu qu'il a un animé en particulier qui allait arriver mais vous verrez lequel. Allez, on commence !

 
91Days


Synopsis : 

L'histoire se déroule aux États-Unis, en pleine prohibition. La mafia est alors une puissante organisation à laquelle il ne vaut mieux pas se frotter. Pourtant, Avilio décide d'affronter cette organisation gigantesque dans le seul et unique but de venger sa famille assassinée. Sa cible ? Le groupe pour lequel travaillait son père autrefois.

Avis :

Autant vous prévenir : Cet animé est un gros hommage au films de gangsters (notamment le parrain dont l'animé pompe même le logo). L'histoire se veut assez classique, avec une bonne vieille vengeance faites avec des moyens que la morale réprouve, ça reste très efficace grâce au faites que les créateurs ont bien analysés le matériau d'origine. En effet, tout est calé sur un tas de films du genre mais ca le fait plutôt bien : les personnages sont intéressants, les situations dynamiques et variés et le tout se regarde sans mal. Une bonne surprise que je vous conseille vivement.

amaama to inazuma


Synopsis : 

Après avoir perdu sa femme, le professeur Kôhei Inuzuka se voit obligé d'élever sa fille Tsumugi, tout seul. Sachant très mal cuisiner, Kôhei décide d'acheter de la nourriture déjà toute prête au supermarché. Un jour, il se retrouve dans la restaurant de la mère d'une de ses élèves : Kotori Iida. Kotori étant souvent seule, nos trois compères décident de se retrouver chaque jour pour cuisiner et manger ensemble.

Avis :

L'animé kawaii de la saison. C'est mignon, ça n'a pas beaucoup d'histoire mais ce n'est clairement pas le but, ca se laisse regarder pour compresser entre deux autres animés et on peut difficilement reprocher ses intentions à l'animé. (sauf si on veut se la jouer hardcore hipster). à vous de voir si ce genre d'animé est votre came.

BERSERK


Synopsis : 

Il s'agit d'une nouvelle adaptation du manga Berserk de Miura Kentaro. Cette nouvelle série animée adaptera l'arc Kuroi Kenshi Guts. Il s'agit de l'adaptation du premier arc du manga Berserk.

Avis :

Bon, les adaptations en animé et Berserk, c'est une très longue histoire de haine (presque autant que celle qui unit Guts et Griffith). Après un premier animé que beaucoup définissent comme indigne du manga et une série de films qu'on considère correct mais gâché par beaucoup trop de 3D, l'évidence même était de faire une suite à ces derniers.......avec une adaptation en série pratiquement tout en 3D !

Et le résultat est comme prévu : Dégueulasse. Evidemment, il est très difficile de retranscrire le dessin très complexe et détaillé de Miura mais de là à dire : "On va donc le faire en 3D pour que ca passe mieux", faut déjà pas avoir mal aux fesses mais en prime, en le confiant à un studio qui n'a pratiquement pas d'expérience dans la 3D (et même dans l'animation tout court vu que le studio n'a produit que la série tekkyuu et ses suites.....et vu que l'animé n'est déjà pas un chef d'oeuvre....), je pense que plus personne ne croit sincèrement à la possibilité de faire un animé Berserk digne de ce nom.

Malheureusement, je peux vraiment pas en parler beaucoup car au delà de ça.... Bha c'est Berserk. L'histoire est là (même ici, on mixe rapidement les premiers chapitres et les chapitres post-golden âge en sautant deux autres arc peu importants) mais le côté très laid de l'animé fait perdre toute envie de regarder sérieusement ce qui se passe devant nous. Le seul point positif est l'OST mais ça reste un argument faible pour s'infliger ça.

En deux mots : Si vous aimez berserk, vous risquez de pleurer du sang.

Amanchu!


Synopsis : 

L'histoire se déroule dans la ville d'Itô, dans la préfecture de Shinozuka. Initiée par sa grand-mère, monitrice de plongée, Hikari Kohinata, 15 ans, est littéralement passionnée par ce sport et le pratique dès qu'elle en a l'occasion. Lors de son entrée au lycée, elle va se retrouver dans la même classe que Futaba Ôki, une nouvelle arrivante qui a appris à aimer l'océan mais n'a jamais plongé de sa vie. Hikari va alors tenter de l'initier à ce sport pour lui faire découvrir ce qui se cache sous la surface des océans.

Avis :

Pas énormément à dire sur Amanchu. Non, pas que ce soit mauvais, bien au contraire ! Mais que voulez-vous que je dise ? C'est le manga mais animé, avec des couleurs sublime, un bon travail sur la musique et sur l'ambiance très bucolique de l'univers. Si vous aimez la tranche de vie repoussante et très bel artistiquement, vous aimerez cette adaptation très fidèle au manga.

Danganronpa 3 The End of Kibougamine Gakuen - Mirai-Hen/Zetsubou-hen


Synopsis :

ATTENTION ! Le synopsis peut spoiler des éléments des trois jeux Danganronpa. Si vous ne les avez pas, je vous conseille de pas lire la critique.

Mirai-hen se passe juste après Danganronpa 2. On y suit Naegi Makoto, héros du premier jeu, accusé d'avoir trahi la future Fondation et qui va se retrouver avec d'autres membres dans un nouveau jeu orchestré à nouveau par Monokuma.

Despair-hen se passe avant le premier jeu et est un préquel centré sur les personnage de danganronpa 2 quand l'académie Kibougamine Gakuen était encore en activité. 

Avis : 

Oui, pour plus de facilité, j'ai combiné les deux animés en un seul avis.

Si je vous dis que j'attendais avec une très grande impatience ces deux animés, vous ne devriez pas être surpris vu mon fanboyisme absolu sur la Saga Dangaronpa. Et j'étais très curieux de voir comme Chunsoft allait achever la partie principale de la série (car oui, si vous le savez pas, cet animé a été fait pour terminer l'histoire des héros principaux des deux premiers jeux et le troisième devrait démarrer une nouvelle histoire, un peu comme apollo justice avec Ace attorney).

Mais que dire de ces animés ?
Pour Mirai-Hen : Ici, c'est la partie sérieuse, elle démarre après DR2 et va montrer le fameux "Combat final" que monokuma tease en fin de premier épisode. Et disons que pour l'instant, Mirai-hen est très sympathique. L'ambiance se veut très sérieuse, noire et creuse pas mal la psychologique des personnages. Si quelques défauts peuvent entâcher le tableau (notamment les gros cliffhanger putassier que s'amuser à faire l'animés ou encore les bastons super présente), tout indique un final en beauté qui promet de faire partir la première partie de DR en beauté.

Pour Zetsubou-hen : Bon, comme il s'agit d'un préquel, l'ambiance se veut plus décontracté, c'est la première fois qu'on voit un danganronpa qui n'est pas en plein Killing game et qui se veut plus léger...et clairement plus fanservice sur le début. En effet, ce qui ressort des deux premiers épisodes, c'est le fanservice assez hardcore que la série balance sans ménagement. je mentirais en disant que ce détail me dérange mais faut avouer que le studio a la main lourde dessus. Heureusement, dés le troisième épisode, on commence l'histoire plus en profondeur et nulle doute que l'histoire vaudra la peine malgré tout (je ressens notamment un effet très "MGS3" avec les personnages de Mirai-hen introduit et développé pour être mieux inséré dans l'autre animé). Bref, ça reste bon mais les anti-DR vont haïr cet animé je pense.... (mais bon en même temps, je vois pas pourquoi ils materaient cet animé) 

Voilà, vous pouvez totalement me traiter de fanboy si vous voulez mais croyez-bien que si ça avait été mauvais, j'aurai pas manqué de le faire remarquer (justement parce que je suis fan).

Love Live! Sunshine!!


Synopsis : 

Dans le lycée pour fille d'Uranohoshi, un groupe de neuf filles, dirigé par Takami Chika a un grand rêve : devenir la nouvelle génération d'idols, en suivant les traces du célèbre groupe μ's.

Avis : 

L'animé que tout le monde haït (parce que c'est trop.....japonais et qu'on aime pas ce qui est trop japonais) est de retour dans sa nouvelle monture. Sunshine reprends la formule de son aïné pour présenter tout un nouveau casting et une nouvelle "intrigue". Bon, j'avoue ne pas détester pour le moment même si il a des détails qui sont un peu ....moyens comme le faites que le personnage de Mari soit élève de terminale.....mais aussi la directrice (suite à un don très élevée de la part de sa famille!? WTF) ou encore le faites que l'intrigue reprenne des éléments de l'animé d'avant (le premier concert qui se passe mal, même si il a des différences non négligeables) notamment le faites que l'école est en danger et que le groupe d'idols va aider....j'aurai vraiment apprécié une autre direction. Heureusement, les héroïnes sont différentes malgré quelques ressemblances (Chika rappelle énormément Honoka par exemple et Riko fait vaguement penser à Umi pour le côté sérieux) et y a une très bonne dynamique entre les membres (on pense d'une à une autre en leur donnant leurs temps à chacune). On verra bien à la fin ce que donnera l'animé (même si on se doute qu'une saison 2 est d'ores et déjà prévue).

Mob Psycho 100


Synopsis : 

L'histoire suit Kageyama Shigeo un élève de quatrième, possédant des pouvoirs psychiques. Il peut plier et soulever n'importe quel objet avec son esprit. Cependant, il s'est lentement refusé d'exercer ses capacités en public car sa trop grande puissance peut infliger des conséquences négatives aux humains "normaux". Aujourd'hui, la seule et unique chose qu'il désire est de devenir ami avec une fille de son lycée : Tsubomi. Avec son mentor, qui ne possède aucun pouvoir, il continue de vivre paisiblement en essayant de réaliser son but.

Avis : 

Mob psycho, c'est un peu la version accélérée et totalement barré de One punch man. Ca va dans tout les sens, ca s'arrête jamais pour souffer, c'est drôle, c'est épique, tout les personnages ressemblent à saitama avec des cheveux, des jupes ou des seins mais c'est pas grave, c'est même plutôt drôle. Bref, Mob Psycho, c'est débile mais que c'est bon. Je le recommande vraiment.
 
NEW GAME!


Synopsis :

Aoba Sukuzake, malgré ses apparences de collégienne, vient d'entrer dans le monde du travail. Elle va alors travailler dans une société de jeux vidéo en tant qu'artiste.

Avis : 

La petite comédie légère de cette saison. Le quotidien d'un studio de jeu (bien que ce soit bien évidemment ultra fantasmé malgré une certaine dose de "réalisme") avec des personnages assez drôles (mais qui vivent encore une fois dans une dimension secrète ou AUCUN homme me vit) et des situations de tranches de vie vraiment pas désagréables. ça se laisse regarder, on passe un bon moment et c'est tout ce qu'on lui demande.
 
Tales of Zestiria the X


Synopsis : 

L'histoire se déroule dans un monde peuplé d'humains et d'êtres "divins", les Tenzokus. Ces derniers, qui sont invisibles pour la plupart des êtres humains, ont la capacité d'accorder leur bénédiction aux villes et villages et sont donc vénérés comme des dieux. Toutefois, au fils du temps, certains Tenzokus ont perdus foi en l'humanité et se sont retirés, laissant la malveillance s'installer dans le c½ur des hommes. Sorey, un humain élevé par des Tenzokus, arrive un jour dans le monde des humains et découvre que tout y est très différent par rapport à son village d'origine. Il va alors devenir le Doushi (Berger), afin de purifier ce monde et vaincre la source de ce chaos : le Seigneur des Calamités.

Avis : 

En faites, cet animé est hilarant sur deux points : 1) quand on voit à quel point graphiquement cet animé tue tout le reste, on déteste encore plus l'adaptation de Berserk (sérieusement, pourquoi on a pas confié Berserk à Ufotable et Tales of à .....studio random) et 2) il est pas super ironiquement qu'un jeu qui a essuyé autant de critiques sur ces graphismes dépassés ait droit à une adaptation pareil ?

Bon, au delà de ça, l'animé est très fidèle à l'histoire qu'il adapte, même si on sent que des rajouts vont être fait comme apparemment mettre l'héroïne Velvet du prochain tales of dans l'histoire ou rajouter des séquences épiques (peut être qu'ils vont enlever les détails gênants de l'histoire). On verra bien à la fin si cet animé arrivera à faire oublier qu'il est adapté du plus mauvais tales of de ces derniers années (et pourtant, y avait du level....). Loin d'être mauvais et même plutôt bon, il faudra voir la suite avant de savoir si Zestiria est un projet maudit ou pas....

ReLIFE


Synopsis :

Arata Kaizaki a 27 ans et est sans emploi. En effet, il rate tous ses entretiens et n'a tenu que trois mois dans sa dernière entreprise. Un jour, il fait la rencontre Ryo Yoake, membre de l'institut ReLife Research et propose à Arata d'être cobaye pour leur dernier projet ; un médicament qui lui permettra d'avoir l'apparence d'un lycéen de 17 ans et de pouvoir retourner au lycée. Grâce à ce médicament, il va pouvoir rattraper ses précédents échecs dans la vie et donc avoir une seconde chance.

Avis :

(Bon, malgré le faites que l'animé complet soit déjà disponible entièrement, je n'ai maté que les premiers épisodes donc voilà)

Malgré le côté original de l'intrigue et les moments très sympathiques que j'ai eu dans les premiers épisodes, il reste que.....y a des trucs que j'ai du mal à prendre au sérieux. Le principal ? Le faites qu'à 27 ans, le héros semble en avoir 50 ans; genre le mec ne sait plus faire aucun sport et manque de se luxer la jambe dans un petit 100m.....même moi qui suis pas spécialement sportif, je me ramasse pas comme ça. C'est le gag principal de l'animé et j'ai beaucoup de mal à le prendre au sérieux (surtout que dans les premiers épisodes, l'animé insiste vraiment sur cette vanne).

Au delà de ça, ça reste sympathique à retourner, l'animé essayant entre quelques gags de faire une réflexion sur la vie et la jeunesse. Je poursuivrai pour voir si les premières impressions continuent à être bonnes.

Saiki Kusuo no Ψ Nan



Synopsis :

Kusuo Saiki est un étudiant de 16 ans qui possède plusieurs dons surnaturels, dont la télépathie et la télékinésie. Des pouvoirs dont n'importe qui rêverait, mais qui cause à notre héros un certain nombres de problèmes… Kusuo tente malgré tout de mener une vie normale.

Avis :

Petit détail assez étrange avec cet animé : Il s'agit d'épisodes de 5 minutes qui sont diffusés au japon...tout les jours. (oui, en sachant cela, je comprends pourquoi aucun site ne l'a licencé).

Saiki Kusuo, c'est un animé comédie très loufoque parfois (un peu comme Gintama mais en moins dégeu et en moins absurde) dans lequel on va avoir droit à Saiki et son cynisme absolu ainsi qu'à son entourage très énervant et bizarre. Et ici, le faites d'avoir un personnage tout puissant dans son manga permet de justifier tout les délires les plus débiles et les plus drôles. Car oui, l'animé est très drôle, tout peut arriver et les remarques sèches et hilarantes du héros font mouches à chaque fois. Autant le dire, si vous aimez l'humour nawak mais très drôle, regardez cet animé.

planetarian: Hoshi no Hito



Synopsis : (Petit note à propos de cet animé : Il sort actuellement en 5 Oav, publié un par un puis sortira au cinéma sous la forme d'un film reprenant les 5 oavs)

L'histoire se passe trente ans après l'échec du Programme de Colonisation Spatial et d'une guerre nucléaire. Une pluie perpétuelle et mortelle s'abat alors sur le monde. Alors que l'humanité est presque éteinte, des personnes appelées "Junkers" recherchent tout ce qui peut être utile à la surface de la terre. L'histoire nous emmène dans le quotidien d'un des ces "Junkers" qui rencontre dans un planétarium une androïde portant le nom de Hoshino Yumemi. Elle dit avoir attendu des visiteurs durant plus de vingt-neuf ans..

Avis :

J'avoue, j'attendais depuis très longtemps qu'on adapte enfin ce petit VN de Key qui est considéré par beaucoup comme le titre qui les a fait connaître. Se passant dans un univers post-apo, cet animé se veut très particulier puisqu'il traite de sujets assez sérieux (notamment le rapport de l'homme à la machine) avec un ton plutôt léger et une ambiance bucolique (voir mélancolique parfois). L'adaptation fait pas mal de bien à l'histoire originale (ça fait notamment du bien de voir plus en détail les décors et de mettre un visage sur le héros). très réussie, Planetarian est partie pour être l'adaptation que moi et d'autres avons attendu.

handa-kun



Synopsis :

Prequel de Barakamon, on y suit Seishu Handa, le héros de la série principale lorsqu'il est au lycée. On découvre ainsi son parcours pour devenir calligraphe.

Avis :

Quand on sait que cet animé est sensé être un spin-off de Barakamon et qu'on voit le premier épisode, on tombe de sa chaise. Alors que Barakamon se voulait être une comédie réaliste et traitant de sujets un peu plus sérieux de temps en temps (notamment les épreuves que peuvent rencontrés les artistes), Handa-kun, lui, est dans un délire totale et non-stop. Les personnages sont barrés, le personnage d'Handa est parano, cynique et croit que tout le monde est contre lui, les situations sont parfois surréalistes et exagérés et l'animé surprends à devenir de plus en plus foutoir à chaque épisode. C'est loin d'être mauvais pour autant mais clairement, faut rentrer dans le délire... à voir si la série ne deviendra pas lourde au fur et à mesure.

Rewrite



Synopsis : 

L'histoire se déroule dans la ville fictive de Kazamatsuri, où la végétation est omniprésente. En effet, suite à différentes politiques de boisement, la végétation a proliféré donnant à la ville une morphologie unique mêlant arbres et architecture traditionnelle. Kotarô Tennôji, lycéen à Kazamatsuri, possède la faculté d'adapter (rewrite) son propre corps. Il peut ainsi devenir plus fort ou plus agile selon sa volonté. Membre du club d'occultisme de son lycée, il enquête sur les phénomènes paranormaux en compagnie des autres membres, majoritairement des filles.

Avis : 

La nouvelle adaptation des visual novels du studio KEY. Et autant vous dire que dés les premières secondes, on sait qu'on est chez eux : Lycée, un héros haut en couleurs, un harem constitué de filles différentes et du surnaturelle.... Sauf que....

J'ai vu tout les animés adaptés de leurs oeuvres et je les adore. Mais il a un défaut assez récurrent à leurs histores, c'est le faites que c'est parfois très difficile de suivre le fil (notamment little busters qui partait dans tout les sens au début). Mais avec Rewrite, cette phrase a pris un nouveau sens : L'histoire est un bordel absolu.... Le héros a des super pouvoirs, on suit une mystérieuse fille qui semble être une extraterreste, y a des mondes parallèles avec des monstres et des petites fées étranges, des créatures qui rôdent dans la ville, de la magie.....PFFFFF QUEL BAZAR JE VOUS JURE ! surtout que comme dans toutes les oeuvres de key (et c'est vraiment un truc que je leur ai toujours reprochés malgré mon affection pour eux), c'est que rien n'est expliqué... la formule "ta gueule c'est magique" n'a jamais aussi bien trouvé son exemple. Et le problème, c'est que l'animé brasse tellement d'éléments incompréhensible et introduit à la zob que ca rend l'histoire presque incompréhensible....oui, presque, parce que l'histoire raconte en prime pas grand chose....tu comprends l'histoire plus ou moins mais tout les éléments rajoutés au fil des épisodes rend le scénario confus et très relou à suivre.

J'ignore si la boulasse que nous a servi Rewrite va devenir plus clair mais dans l'état, j'ai beaucoup de mal à vous conseiller (et à me motiver moi-même) de regarder cet animé.... va savoir, l'histoire va peut être décoller mais dans l'état, ce n'est pas très encourageant.

Voilà, j'espère que cet article vous aidera à faire votre propre sélection. Il a encore quelques animés que je n'ai pas maté (mais faut trouver de la motivation....et c'est le plus dur). Que vous dire de plus....ha si ! Re:Zero continue a déchirer, vous devez le voir ! absolument !

Sur ce, je vous dis à bientôt et regardez pleins d'animé, au revoir !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Manga/Animés (BD-Manga-Comics)

Bonjour à tous !
Encore une fois, j'ai pris un sacré retard sur les articles que je voulais écrire (et les jeux auxquels je voulais jouer aussi d'ailleurs). Mais voilà, j'ai décidé finalement de prendre  le temps de faire l'article que beaucoup attendent : Le bilan des années de saison.

Et vu que j'ai pris du retard, on va partir dans un 2 en 1, on va parler du bilan des animés de la saison précédente (hiver 2015/2016) avec juste mes avis définitifs sur ce que j'ai eu le temps de finir(si vous voulez les synopsis, c'est par ici) et un bilan complet sur les animés de printemps. Bref, y va y avoir de la lecture donc prenez votre matinée/après-midi/soirée et soyez patient. C'est parti !

Haikyuu!! 2 : Bon, à la base, j'étais pas parti pour faire Haikyu mais la pression sociale et les réseaux sociaux envahissant m'ont poussé à mater le reste de la série. Surtout que moi, tout ce qui est sport, que ce soit dans la fiction ou en vrai (surtout en vrai), j'en ai une profonde aversion. Mais force est de constater qu''près une saison 1 vraiment très intéressante et un final marquant, cet saison 2 a transformé l'essai. Bien que cet animé idéalise énormément le volley, ça reste très sympa à regarder et j'ai hâte de voir la suite dans la saison 3. 

Osomatsu-san : Bon, encore une fois, je vais normalement faire un gros article pour parler de cet animé et de tout l'histoire de Osomatsu-san vu qu'il a pas mal à dire. Mais pour vous donner quand même quelque chose à vous mettre sous la dent : l'animé a été excellent tout au long des 24 épisodes. Cerise pour le dernier épisode ou l'animé est parti en cacahuètes puissance 1000, histoire de finir dans la joie et la bonne humeur. De la très bonne comédie et la surprise de l'année. (oui, oui, de l'année).

Dagashi Kashi : Quand j'avais commencé cet animé, j'avais souligné le faites qu'il était drôle et plutôt plaisant à mater.... du moins, les premiers épisodes. En effet, plus Dagashi Kashi avançait, plus l'humour devait lourd et répétitif (le même schéma de : Hotaru arrive, présente un bonbon, nous fait un délire dessus et finit par un retournement un peu loufoque). Et en prime, j'ai réussi à trouver les 12 épisodes (qui, je le rappelle, est quand même le format le plus court pour une série animé classique) extrêmement long à suivre. Je m'étonne d'ailleurs moi-même d'avoir réussi d'avoir tenu jusqu'à la fin.

GATE partie 2 : Alors que la partie 1 proposait des idées sympathiques mais qui avait du mal à commencer une intrigue, cette deuxième parties commençait en présentant enfin un grand méchant, un côté plus sombre et un développement assez intéressant. Est-ce que la série a bien continué sur cette voie ? Oui et trois fois oui !

GATE a bien continué son bout de chemin en continuant les intrigues commencés, en proposant pas mal de scènes intéressantes, quelques combats bien rythmés (Tu sens surtout qu'ils ont aspirés une partie du budget) et une histoire qui se termine plutôt bien. Deux bémols toutefois : La montée en puissance de la menace du grand méchant. D'un côté, on tente de faire croire que le côté adverse va enfin profiter d'un avantage pour devenir une véritable menace.....mais tout est vite désamorcer et l'antagoniste se retrouve vite vaincu et ses grandes menaces/air de méchants font vite ridicule vu comment il se prends grave au sérieux alors qu'il ne joue clairement pas sur le même terrain que ceux qu'il affronte. En deux mots, la menace ennemi ne peut pas être prise au sérieux et au final, on se demande si la tension ressentie n'était pas un peu artificiel. Mais bon soit, le reste est heureusement de très bonne facture et relève le niveau que la partie 1 avait tendance à faire baisser. 

Hai to Gensou no Grimgar : J'avais parlé de cette série en disant qu'elle était un gros point d'interrogation. Avec sa D.A soignée et son idée assez étrange de mettre un monde d'heroic fantasy plus basé sur la survie et sur le faites que les personnages principaux avaient des capacités finalement plus humaines que d'habitude, cet animé avait créer la surprise et promettait quelque chose d'intéressant. Malheureusement, deux gros soucis sont venus entachés le tableau : Pour commencer, à la fin d'un épisode assez tôt, un événement arrive et bouleverse pas mal l'histoire. Si dans un premier temps, on est retourné, surpris et aussi marqué sur les personnages, on déchante très vite aux fil des épisodes. Car malheureusement, le 2eme tiers de l'animé insiste très lourdement sur la gravité de ce retournement au point de ralentir la série voire de rendre tout ça très lourdingue..... On a envie de leur dire "on a compris que ça a vous a marqué mais bon sang ! passez à autre chose!". Et le deuxième point est a peu prés similaire : Le dernier tiers est encore chargé en drame un peu fabriqué facilement et est un gros frein au rythme de l'animé, ce qui fait qu'on commence à sérieusement s'ennuyer, et qu'on soit en finir le plus vite possible avec cette histoire (parce que un épisode de 20 minutes ou c'est une scène de baston et le reste à regarder les jolis décors avec une musique triste...oui une fois, non 5 fois). Et c'est quand même dommage car tout commençait bien et l'alternance entre tranche de vie reposante et moment de tension était bien gérée au début mais en cours de route, on a l'impression que les créations ont trop voulu en faire et ont mis trop de "faux drame". Dommage pour lui, grimgar partait bien mais s'est terminé plus sur un "oh putain c'est enfin terminé...." qu'un "quel belle histoire que je viens de terminer".

Scharwzmarken : Le fameux animé où (je me cite moi-même)"Des nazis qui affrontent des monstres de berserk dans des gundams en affrontant également des autres Nazis". Bon, autant dire qu'il m'a fallu de la patience pour mater tout ça : Le problème principal étant que les premiers épisodes ont une structure incroyablement similaire et répétitive et qu'un élément scénaristique qui arrive dans un épisode est incroyablement maladroit (En gros, un personnage important dont on a pas mal parler apparaît enfin et la réaction du personnage le plus concerné par son apparition.......réagit à peine, limite comme si il s'en foutait). Heureusement, l'animé remonte beaucoup le niveau à partir de la moitié ou des révélations sont faites, des retournements arrivent, un rythme plus soutenu se met en place, le scénario gagne en complexité et en noirceur+. Au final, sans trop en dire, quand le générique final arrive enfin, on a droit à un truc assez gentillet mais loin d'être niais (et surtout, la fin positive n'est possible que bien après avoir réparé les dommages durant la série donc rien de choquant). Scharwzmarken est donc au final un bon animé qui aurait coller quelques frayeurs à mon sens de la déception mais qui s'en est très bien sorti pour me surprendre et me faire l'aimer.

Musaigen no Phantom World : Quand j'avais commencé la série, j'avais fait remarquer à quel point comparé au reste du catalogue de Kyoto Animation,Phantom world faisait tâche. L'espoir que j'avais, était donc que l'intrigue décolle et que ma première impression soit mauvais. Sauf que non, non et trois fois non, la série est devenu de pire en pire au fil des épisodes. Du fan-service, beaucoup d'épisodes qui ne servaient à rien, des personnages clichés au possible et pire que tout : Pas un début d'intrigue même à la fin. Je suis assez accablé car si même un de mes studios préférés se mettent à faire ce genre d'animés racoleur....ça promet pour le futur de l'animation japonaise. Au final, je n'ai qu'une phrase : KyotoAni, vos prochains projets ont intérêt à pas avoir un pli qui dépasse pour me faire oublier Phantom World.

Kono Subarashii Sekai ni Shukufuku wo! : Bon, je n'avais pas parlé de cette animé dans les premières impressions donc je le fais ici. En gros, KonoSuba (j'utilise le raccourci de titres) raconte l'histoire de Kazuma, un Hikkikomori qui, un jour en allant chercher une édition collector d'un RPG, meurt incroyablement bêtement et se retrouve en face de la déesse Aqua qui lui propose d'aller au paradis ou de renaître dans un autre monde. Kazuma accepte de renaître dans un monde typé RPG et comme il a droit à un "objet" pour l'aider. Il choisit Aqua (vu l'attitude arrogeant de la déesse, il utilise ça comme vengeance) et se retrouve à devoir vaincre le roi démon qui sévit dans ce monde...avec ces capacités purement normales et une déesse inutile.
 
Oui, le scénario est assez débile et a déjà été vu....Mais bon sang, que cet animé est géniale et drôle. En faites, KonoSuba c'est un peu le royaume des bras cassés. Tout les personnages sont des boulets, gentils comme méchants et l'histoire est plus un gros prétexte pour enchaîner les scènes hilarantes. Entre l'équipe du héros ou les personnages enchaîne plus les handicaps que les qualités et ou les méchants qui font tellement d'efforts pour passer pour des connards qu'ils oublient de se battre correctement, difficile de pas rigoler devant un épisode. Une bonne surprise surtout qu'à la base, je m'attendais à une série ecchi super racoleuse et stupide (bon, y a de l'ecchi dans l'épisode 9 mais sinon, il a pratiquement rien) et au final, c'est une série super drôle et fun que j'ai trouvé. En prime, il a un OAV (encore plus drôle que les autres épisodes) et une saison 2 est déjà prévue.
 
 

Et voilà...Je tiens à préciser que j'ai laissé tomber 4 animés cette saison donc je vais pas détailler les problèmes mais sommairement, ils sont tous simplement long et chiants à suivre. Voici les titres  :

Shoujo-tachi wa Kouya wo Mezasu
Dimension W
Haruchika: Haruta to Chika wa Seishun Suru
Ao no Kanata no Four Rhythm



Bakuon !


Synopsis : Sakura Hane doit utiliser son vélo pour rejoindre son lycée. Mais alors qu'elle croise le chemin de Onsa Amano, qui vient en cours en moto, Sakura commence elle aussi à s'y intéresser !

Avis :  Sainte marie, mère de dieu....
Bon, Bakuon, en réalité, pour moi, c'est un trou noir.

C'est gros comme une galaxie, ça aspire beaucoup de choses en moi (notamment ma notion de la compréhension générale) et je ne comprends rien à ce qu'il représente. Bon, plus sérieusement, je ne comprends pas cet animé : à la base, je me suis dit "tiens un animé qui va sans doute nous montrer un club de moto, nous en apprendre un peu sur le sujet avec quelques blagues et un peu de fanservice". Sauf que : 1) l'animé parle de motos de façon à la fois trop compliqué (aucune explication pour le public lambda)et ennuyeux et ensuite ....bha il n'est jamais drôle et tout ses gags semblent tomber à côté. Sérieusement, aucune vanne ni bizarrerie de l'année ne m'a fait sourire et m'a fait surtout me demander pourquoi je regardais ce truc.....et en prime, le côté ecchi est tellement inséré à la truelle que t'as l'impression que les mecs qui ont produit cette chose l'ont fait avec un cynisme atroce (genre, ça a été mis pour attirer les gros pervers et essayer de gratter de l'audience sans aucune recul ni honte sur le contenu)
Je vous conseille donc vraiment de passer votre chemin (et moi, pendant ce temps, je pense sérieusement à faire un procès au studio pour qu'il me rembourse les minutes de ma vie perdue car j'ai vraiment l'impression de m'être fait agresser et voler)

My Hero Academia


Synopsis : Dans un futur proche suite à une mutation génétique, 80% de la population mondiale possède des super-pouvoirs appelés "Alters". Les super-héros protègent la population mondiale face aux super-vilains qui utilisent leur Alter à des fins maléfiques. Le plus célèbre des super-héro se nomme All Might. Izuku Midoriya en est fan, et rêve d'intégrer la filière super-héroïque du lycée Yuei pour suivre les traces de son idole ainsi devenir le plus grand des super-héros. Malheureusement, Izuku ne possède pas de pouvoir.

Avis : l'année dernière, j'avais pas mal parlé du faites que My Hero Academia allait surement devenir le nouveau Shonen hype du moment. Et je me suis pas trompé puisque les éditeurs ont décidé d'envoyer le pâté : L'animé sort en même temps que le manga chez nous, gros pub, compagne pour vendre la licence, un jeu vidéo qui sort très vite, autant dire que la shueisha (et les éditeurs français) a vraiment mis les moyens pour qu'on le voit. Et heureusement que la qualité du manga suit parce que sinon, on pourrait légitimement critiquer la pratique.

Par contre, on peut clairement critiquer cet animé. Si il suit très fidèlement case par case le manga d'origine, il a un ÉNORME souci de rythme. En 12 épisode, l'animé a adapté........2 tomes et demi ! Alors, ok, il se passe beaucoup de choses dans les deux premiers tomes de My Hero Academia mais si ça passe en bouquin, en animé, c'est beaucoup moins digeste. (Surtout que pour beaucoup, le rythme du manga était un point fort, puisqu'il ne perdait pas de temps pour faire avance son histoire). En deux mots, si ce n'est pas mauvais et qu'il a quand même pas mal de moments géniaux maintenant qu'on les a en animation, l'animé peut vraiment donner une mauvaise image du manga en laissant penser qu'il est lent et que ces moments épiques sont finalement assez moyens (sans déconné, le test du lancer de poids en mode épique avec la musique et tout alors que dans le manga, c'est un moment plutôt simple......)

Bref, si je crois toujours autant au potentiel de My Hero Academia, je me dis que même lui peut pas faire des miracles en animé. Dommage....


Gyakuten Saiban



Synopsis : L'histoire met en scène Ryûchi Naruhodô (Phoenix Wright), avocat de génie ayant fraîchement intégré le cabinet de la brillante Chihiro Ayasato. Afin de défendre au mieux ses clients, le jeune avocat n'hésite pas à réaliser sa propre enquête. Il se sert ensuite de ses découvertes pour faire éclater la vérité au cours du procès

Avis : Bien que je l'ai jamais vraiment exprimé (principalement parce que je suis peiné de ce qu'est devenu la série chez nous), j'adore la série de jeux Ace attorney. L'annonce d'une adaptation m'a assez surpris toutefois, je pigeais pas très bien pourquoi faire une adaptation du premier jeu sorti y a plus de 15 ans mais soit, je me disais que ça allait être une occasion de revoir l'histoire du premier jeu en animé....sauf que...

L'animé a la lourde tâche de faire rentrer un jeu de 30h sur 12 épisode. Et c'est assez casse-gueule car la dernière fois que j'ai vu (c'était danganronpa), ça a donné une adaptation qui a complétement rushé son intrigue. Et ici, c'est pareil et c'est l'inverse en même temps : Des points de l'intrigue sont accéléré pour éviter les phases d'enquêtes (au point de donner l'impression que phoenix ne doit ses victoires qu'à ses alliés et rarement par ses propres facultés de déduction ou d'investigation) et à l'inverse, d'autres moments sont d'une lenteur horriblement pénible, ce qui rend l'animé plutôt chiant (surtout si comme moi, on a déjà joué au jeu).

Rajouté à cela que le studio a multiplié les faux raccords et les tuiles d'animation (comme ce magnifique moment ou le cartable de phoenix défie les lois de la gravité), que l'adaptation se prends les 7/8eme du temps grave au sérieux (tout le côté farfelu est presque parti) et que l'opening (que vous pouvez voir ici) est, je crois, le plus beau hors-sujet que j'ai jamais vu (en prime, il avait lui aussi des problèmes d'animation, corrigé heureusement à l'épisode 4)

Est-ce que je conseille donc cet animé......... Jouez plutôt au jeu, ca vaut mieux.

(petit précision : au moment ou j'ai écris cet avis, il a été révélé que 12 épisode supplémentaire allaient voir le jour mais je doute que ça relève le niveau donc je vais classer l'affaire ici)

flying witch


Synopsis : Makoto Kowata est une jeune sorcière toujours accompagnée d'un chat noir nommé Tito. Ayant toujours vécu en dehors de la civilisation, elle décide de s'installer dans une petite maison dans la ville de Hirosaki. Mais elle s'avère être très tête en l'air et n'a pas du tout le sens de l'orientation, ce qui lui provoquera de petits soucis, malgré cela, elle parviens à apprécier tous les petits plaisirs que son quotidien lui offre.

Avis : MON DIEU ! Alors, qu'on se mette d'accord : Je n'ai rien contre les Slide of life (j'ai même une certaine affection pour ce genre qui m'aide bien à décompresser dans certaines situations). Mais bon sang, même dans le slide of life, y a un rythme, une certaine dynamique, ce quelque chose qui fait qu'on m'emmerde pas en le regardant. Et dans Flying Witch, je trouve que le rythme est horriblement lent et chiant. C'est insupportable à regarder (et pourtant, marrez-vous, j'ai maté des trucs avec encore moins de scénarios). Bref, j'essaierai éventuellement de lui redonner sa chance mais pour l'instant, je vous dirais d'éviter cet animé.

Joker Game



Synopsis : 1937. Alors que le Japon est déjà en guerre contre la Chine et se prépare à des offensives majeures au Sud et à l'Est du pays, le lieutenant-colonel Yûki crée la toute première agence d'espionnage nippone. Il forme alors 8 jeunes gens, recrutés hors des cercles militaires, pour en faire de parfaits espions qui suivront sans hésiter la devise de l'Agence : "ne pas mourir, ne pas tuer". À l'issue de leur formation, les 8 agents sur-entraînés sont envoyés aux quatre coins du monde pour accomplir leurs missions, mais aussi pour prouver aux militaires l'importance stratégique qu'ils représentent, car ces derniers n'apprécient pas leurs méthodes et leur "manque d'honneur".

Avis : Format et ambiance assez particulier pour ce Joker game. Si les épisodes n'ont pas vraiment de lien entre eux (on suit chaque espion dans une région du monde et on voit sa petite histoire), il faut avouer que la qualité d'écriture est au rendez-vous. Ambiance noir et plutôt glauque parfois, thème très adulte et complexe, pas mal de contenu historique, Joker game c'est un peu la série qui arrive de nulle part et qui dit clairement "non, l'animation japonais ne doit pas être tout le temps comme ça" et offre ici un objet de rareté et qualité. Je vous le recommande vraiment. 

Hundred



Synopsis : Les Hundred sont les seules armes qui peuvent éliminer les "Savages", une mystérieuse forme de vie. Cette espèce inconnue est apparue sur notre planète bleue pour détruire l'humanité. L'histoire suit Kirasagi Hayato, une personne désirant devenir maître d'arts martiaux en utilisant un Hundred. Pour réaliser son souhait, il intègre une université spécialisée dans les Hundred, nommée Little Garden.

Avis : Euh...baston, baston, Nichons, Nichons !
Ouais, je crois que j'ai bien résumé. Un énième animé baston avec du ecchi dedans. Rien de neuf, ni de bon d'ailleurs. Bref, passez votre chemin. 


Jojo's bizarre adventure : Diamon is Unbreakable


Synopsis : 4ème partie de la série, JoJo no Kimyou na Bouken - Diamond wa Kudakenai. Des années se sont écoulées suite aux aventures de Jotaro et ses compagnons en Egypte. On se retrouve cette fois-ci au Japon, Jotaro est à la recherche d'un lycéen, Josuke Higashikata, fils illégitime de Joseph Joestar ! Mais un manieur de Stand se trouve dans la ville de Morioh et c'est ainsi que commence une nouvelle aventure pour Josuke !

Avis : Comme à chaque fois, y a pas beaucoup à dire. C'est Jojo, c'est bien foutu, l'animé est de qualité je trouve et pour le coup, comme c'est ma partie préféré, je trouve ça parfait. Rien à redire sur cet animé. (comme on dit "à quoi ça sert de parler quand c'est parfait")

Même l'opening que j'aimais pas au début, je l'aime bien maintenant. Bref, foncez comme d'hab.

Kuma Miko


Synopsis : Cette histoire se passe aux côtés de Machi Amayadori, une Miko et son seul et meilleur ami Natsu Kumai qui est un ours. Vu que Machi vie à la campagne, elle rêve de partir en ville pour aller à l'école. N’étant pas habituée à parler à d'autres êtres humains, Natsu va donc lui enseigner tout ce qu'il faut savoir pour survivre en société.

Avis: Pas grand chose à en dire, c'est un petit animé Slice of life assez drôle et plutôt tranquille. Malheureusement, soit vous accrocherez dés le premier épisode soit vous accrocherez pas. Pour ma part, j'ai plutôt aimé même si ça n'a rien d'extraordinaire.

Par contre, faut qu'on m'explique une chose : pourquoi un animé avec autant de références sur le folklore japonais (moderne et ancien) à un opening avec des paroles en français ?

Kiznaiver


Synopsis : Dans la ville de Sugomori vit Katsuhira Akata, un lycéen qui vient d'apprendre qu'il a été sélectionné pour le programme Kizuna qui permet, à ceux qui y sont connectés, de partager et répartir leurs blessures et douleurs entre eux. Si ce programme a pour but de d'instaurer la paix dans le monde, il est malheureusement encore incomplet. Mais contrairement aux autres, Katsuhira possède une personnalité plutôt plate et ne ressent pas les émotions de la même façon...

Avis : En faites, c'est très compliqué pour moi de donner un avis sur Kiznaiver. Nouvel animé du studio trigger, on a affaire à quelque chose de neuf pour ce studio, plutôt habitué à l'animation frénétique, les bastons dantesque et les univers WTF. Ici, c'est plutôt réaliste, sérieux, un brin complexe et en quelque sorte, philosophique puisque ça traite pas mal de la souffrance en générale, du rapport que les gens en ont, de la compréhension de la douleur de l'autre et des liens entre les gens de manière générale.

Le souci, c'est que....je vous avoue que j'ignore si le message et ce qu'essaie de transmettre l'animé est trop flou et bordélique pour être compris de façon clair ou si je n'ai tout simplement pas compris. La fin est d'ailleurs assez simple et je me suis vraiment demandé si tout ça était vraiment justifié. Tout ça pour dire que je pense surtout que vu que c'était Trigger et qu'ils ont vraiment envoyé du lard lors de Kill la Kill, j'aurai sans doute laisser l'animé sur le côté. Malgré tout, on sent qu'il a une profondeur et de la qualité d'écriture (surtout au niveau des personnages qui arrivent tous à être attachants à leurs manières) mais dans un sens, j'ai du mal à voir si c'est très profond ou trop simpliste comme animé. à vous de le regarder et de me donner votre avis parce que là, j'avoue que je cale un peu....

Koutetsujou no Kabaneri


Synopsis :  L'histoire se déroule dans un monde chaotique où les humains tentent tant bien que mal de survivre face à une menace grandissante : les Kabane. Ces derniers, dont le c½ur est en acier, dévorent tous les humains qu'ils croisent. Afin de se préserver de cette menace, les populations se sont réfugiées dans d'immenses forteresses baptisées stations, reliées entre elle par des trains blindés, les Hayajiro. Ikoma, qui a autrefois fuit face aux Kabane, vit désormais dans l'une de ces forteresse. Mais, à présent, il a la ferme intention de lutter pour survivre.

Avis : Cet animé a fait coller pas mal d'encre. Quand il a été annoncé, beaucoup de gens ont été très curieux vu le trailer très épique et du casting de réalisation (avec des gens qui ont bossé sur SNK, death note ou encore jojo). D'autres ont surtout relevé que l'animé semblait beaucoup s'inspirer (voir plagié) de Shingeki no kyojin (Les créatures qui forcent les humains à se retrancher dans des villes fortifiés, le traumatisme des héros sur les monstres, l'héroïne badasse et froide qui défoncent les monstres, ect). Si les similitudes sont bien là, ce n'est pas le problème principal de l'animé....

Au départ, j'avais vraiment le coup de c½ur pour le design très japonais médiéval mélangé à du steampunk. Malheureusement, pour qu'un animé soit bon, faut que le scénario soit un minimum travaillé. Si le début commence normalement avec un traditionnel "faut qu'on arrive jusqu'à la ville pour être en sécurité" avec une grosse dose de combat épique et de révélation sur comment fonctionne l'univers, le scénario finit, vers environ la moitié, par partir complétement en couilles. Principalement à cause de l'héroïne, Numei, qui passe son temps à changer de personnalité épisode par épisode et surtout du méchant principal dont a peu prés chaque aspect est ridicule (le mec ressemble quand même à Sephiroth avec des cheveux roses et s'appelle Biba.......le charisme quoi).

On aligne donc des épisodes ou on ne comprends rien à ce qui se passe, ou les motivation du grand méchant sont assez risibles et ridicules et ou la fin nous sert un happy end tellement forcé que j'ai vraiment du mal à croire que quelqu'un ayant travaillé sur cet animé le prenait encore au sérieux vers la fin. Bref, en deux mots, Kabaneri avait un énorme potentiel mais finit très vite par devenir ennuyeux et ridicule. En espérant qu'une saison 2 ne voit jamais le jour et que j'oublie très vite cet animé.

Netoge no Yome wa Onnanoko ja Nai to Omotta?



Synopsis : Hideki Nishimura a avoué ses sentiments à une fille sur jeu en ligne, cependant cette fille s'est révélée être une homme dans la vie réelle. Ce dernier décide de garder cette sombre partie de sa vie pour le passé et de ne plus jamais faire confiance aux "femmes" sur les jeux en ligne. Cependant, un jour une fille en ligne lui avoue être amoureuse de lui et cette fois-ci il s'agit bien d'une lycéenne nommée Ako Tamaki. Ako ne peut pas faire la différence entre le monde en ligne et la réalité et possède de grosses difficultés à communiquer avec les autre dans la vie réelle. Hideki et ses amis de la guilde décident de la guérir dans le monde réel et de la faire réagir.

Avis : Une petite surprise que ce Netoge. Quand je l'ai commencé, je pensais qu'on allait encore tomber sur un harem ecchi à la con, très très con. Finalement, c'était plutôt amusant. Déjà, le coté harem est très en retrait, les deux héros étant déjà amoureux l'un de l'autre et les autres héroïnes comprenant vraiment que rien ne les sépara ne sont pas des intrigues amoureuse et ne tourne pas autour du héros (on pourrait presque dire que c'est des mecs tellement l'animé met peu en avant le faites que ce soit des filles je trouve). En réalité, l'animé traite plus de l'évolution de leur relation et surtout du faites qu'ils vont essayé de penser qu'une relation amoureuse internet à une relation amoureuse tout court et tenter de rendre l'héroïne moins no-life. Pour le ecchi.... je vais pas mentir, il en a un peu mais ça reste en retrait. Pour le reste, c'est plutôt amusant, intéressant à suivre, l'histoire avance sans se presser et c'est loin d'être désagréable. Non, franchement, c'est plutôt cool.

Re:Zero kara Hajimeru Isekai Seikatsu



Synopsis : Un jour un lycéen nommé Natsuki Subaru est transporté dans un monde parallèle sans aucune explication. En essayant de prendre ses marques et en se promenant dans ce monde, Subaru est attaqué par une bande de brigands mais est sauvé par une jeune fille : Emilia. Pour lui rendre la pareille, il décide de l'aider dans ses tâches quotidiennes. Un beau jour, Emilia et Subaru sont attaqués et tués par une mystérieuse personne. Cependant, Subaru se réveille au lieu et au jour où il est arrivé dans ce monde. C'est à ce moment-là que il se rend compte qu'il peut retourner dans le passé après être mort. Pour échapper à son funeste destin, Subaru décide d'utiliser son pouvoir pour sauver Emilia et pour se sauver lui-même.

Avis : Bon, attention l'animé n'est pas terminé mais je vais déjà donné un avis vu qu'on vient de terminé un arc qu'on peut voir comme une "saison 1".

à la base, j'avais entendu beaucoup de bien sur l'animé vu que chaque épisode avait droit à des heures de réactions positives et des fanarts très réguliers sur les personnages (notamment les personnages d'Emilia et de Rem). Je me suis finalement décidé à essayer cet animé et ....j'apprécie beaucoup. Bon, qu'on soit clair, ce n'est clairement l'animé le plus original qui soit (le principe d'un personnage qui revient en arrière dés qu'il meurt existe déjà dans plusieurs ½uvres) mais reste plaisant à suivre. Chaque retour en arrière est la possibilité de revisiter un personnage et en découvrir une nouvelle facette;ou encore voir les rapports entre les personnages changé du tout au tout (haine, amour, amitié, ect). Sincèrement, l'animé utilise très bien son concept et n'est jamais ennuyeux. Il se permet même d'être assez violent par moments et évite même d'être trop manichéen (en montrant notamment que pas mal de personnages ne sont pas d'un seul côté de la force). Et en prime, il rajoute souvent des scènes avec une vraie intensité dramatique (en montrant la souffrance intérieur des personnages face à certaines situations). Seul petit défaut : Le héros assez bouffon qui s’avère souvent très agaçant à agir comme un idiot (et apparemment SPOILER cette attitude semble enfin se retourner contre lui dans le prochain arc)

Même si ce n'est pas une révolution absolu, Re:zero s'avère être une petite surprise que je vous recommande sincèrement. En espérant que la suite soit d'encore meilleur qualité que le début.

Sakamoto desu ga?


Synopsis : Sakamoto, en première année, est l'élève le plus cool de son lycée, ce qui le rend très populaire auprès des jeunes filles. Les garçons, quant à eux, le jalousent et rêve de lui faire "payer son arrogance". Pour cela, tout est bon : intimidations, tentative d'humiliation, etc... Mais rien de cela ne fonctionne sur Sakamoto qui, en plus, se sort de toutes les situations en devenant toujours plus cool.

Avis : Pour résumé la série, imaginez que Chuck norris s'est transformé en Bishonen à lunettes. Et ça donne Sakamoto Desu ga, un animé qui est juste hilarant. Ici, aucun scénario, juste un personnage qui est pratiquement dieu dans son ½uvre et qui va passer le plus clair de son temps à enchaîner les prouesse WTF en restant toujours le plus cool du monde. C'est drôle, ca se prends jamais la tête, on rentre dés le premier épisode et on kiffe. (et en prime, l'opening est vachement cool)


Sousei no Onmyouji


Synopsis : Magano est un univers où des abominables monstres nommés "Impurs" y vivent, ou plutôt, y sont entreposés. Cependant, il arrive parfois que ces monstres se faufilent dans le monde des humains et qu'ils prennent possession d'une personne. Pour combattre ces "Impurs", des Onmyôji (exorcistes) sont chargés de purifier ces êtres. Cette histoire est centrée sur Rokuro Enmadô, un collégien qui aspirait autrefois devenir l'un des meilleurs Onmyôji. Malheureusement, après avoir perdu toute sa famille à l'orphelinat, il décide tout d'un coup d'arrêter d'exorciser les "Impurs". Actuellement, il passe ses journées en cours en se faisant rejeter par toute les filles auxquelles il se déclare. Après sa rencontre avec Benio Adashino, la meilleure exorciste de l’ouest du Japon, la vie de Rokuro change peu à peu..

Avis : Bon, à la base, c'est une adaptation d'un manga publié chez nous : Twin star exorcist. Et ma critique va être simple : Lisez plutôt le manga. L'animé a pris un tas de libertés et de choix assez douteux. L'ost qui est principalement composé de musique électro (voir de la dumstep carrément), les fillers à répétition qui mettent plus en avant la "romance" entre les deux héros (je mets bien romance entre parenthèse car c'est plus du gag qu'autre chose) et rajoutent plein de détail assez.....inutile ? (franchement quel intérêt de donner à l’héroïne une espèce de mascotte quand on sait qu'il n'existe PAS DU TOUT dans le manga et qui ne sert à rien dans l'intrigue !!?). Bref, l'adaptation et le récit prennent un sacré coup dans la gueule quand on sait que le matériau de base était suffisamment pour faire un bon animé. (et pour ceux qui vont me parler de "oui mais une adaptation ne doit pas forcément être fidèle", je réponds "oui, c'est vrai mais si c'est pour être mauvais et inutile, autant ne pas essayer d'être différent")

Uchuu Patrol Luluco


Synopsis :  L'histoire se déroule dans une zone de l'espace où les extraterrestres cohabitent avec les humains. Luluco est une collégienne qui vit avec son père, un détective travaillant pour la patrouille de l'espace. Elle a une vie tout à fait banale jusqu'au jour où un mystérieux étudiant venant d'être transféré : ΑΩ Nova apparaisse devant elle. Cette rencontre va changer son destin.

Avis : Si Kiznaiver était une surprise car très sérieux dans ce qu'il proposait, Luluco a l'inverse est un petit animé de quelques minutes ou trigger retrouve ses habitudes. Délirant, barré, avec un scénario qui part dans tout les sens et qui se moque d'être pris au sérieux ou d'avoir un tant soit peu de logique, c'est plutôt divertissant, sans prétention et drôle. Attention toutefois, y a pas mal de fanservice sur les animés trigger (pour vous donner des exemples, l'héroïne visite à un moment l'école de sorcellerie de Little witch academia ou arriver sur une planète ou ils a des fibres vivantes utilisé par des aliens appellé Killakillien....).

Bref, voilà. En petit bonus, les animés que je devrais finir plus tard ....pour diverses raisons.

Sansha Sanyou : Les épisodes n'arrivant pas assez vite (4 épisodes alors que les animés de 12 épisodes sont déjà finis), je préfère attendre.
Tanaka-kun wa Itsumo Kedaruge : Pareil.
Bungou Stray Dogs : Vu le premier épisode, ça a l'air bien mais j'avoue pas être très chaud là, tout de suite.
Anne happy♪ : Pareil.
Macross Delta : Faudrait déjà que je termine Macross Frontier qui est dans ma pile d'animé à regarder depuis pas mal d'années.
Gundam Unicorn : J'ai vraiment du mal avec les séries gundam (alors qu'elles sont bien hein?)

Voilà ! à celui qui est arrivé ici en lisant tout : bien joué, t'as gagné un sourire.
Bref, c'est terminé, j'espère que ca vous aura aiguillé sur les animés à voir et que ca a été plus plaisant à lire pour vous que moi pour l'écrire. Normalement, d'ici quelques semaines, je ferai les premières impressions sur les animés de l'été donc patience. D'ici là, à bientôt et regardez pleins d'animés...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Parlons jeux vidéo ! (Jeu vidéo)

Bonjour à tous.
Comme tout les ans, l'E3 va pointer le bout de son nez dans ce mois de juin et nous abreuver des futurs jeux qui nous accompagneront d'ici un an ou deux ans. Si l'E3 est source de bonnes surprises, il est aussi souvent source de déceptions et de craintes. Et comme j'avais envie de vider mon sac, je vous propose aujourd'hui de parler de quelques sujets par rapport à l'E3 dans ce petit article. Vous m'excuserez par contre si c'est un peu confus, je fais un peu cet article à l'arrache. 


L'appréciation de l'E3.

Personnellement, j'adore regarder les conférences. L'impression de découvrir avec la planète des annonces de jeux et de nouveauté vidéoludique me fait à chaque fois un frisson. Alors certes, parfois, on a droit à des annulations ou des promesses non tenus, tout dépendra de la conférence et du développeur/constructeur auquel on aura affaire. Par exemple, si j'écoute avec attention, les conférences de Nintendo et Sony avec attention, j'écoute avec ironie celle d'Ubisoft et d'EA... Certes, j'écoute mais je garde les pieds sur terre.

La menace fantôme approche à grand pas. 

Bon, semi-confession, l'article va pas mal servir à parler d'un sujet qui m'emmerde un peu ces derniers temps : La fameuse arrivée de ce que j'appelle les consoles upgrades.

Il a quelques années, j'avais écrit un article sur le faites que personnellement, le moment que je détestais le plus dans le monde du jeu vidéo, c'était bien l'arrivée de nouvelles consoles. Détesté oui car cela signifiait devoir repasser à la caisse pour pouvoir a nouveau jouer au jeu actuel et devoir soutenir une cause à laquelle je ne crois pas du tout : La course aux graphismes.

Si vous me suivez d'une manière ou d'une autre, vous savez que j'ai une aversion assez prononcé pour le monde du PC. Si d'un côté, je méprise son public constitué de gens hautains, capricieux et parfois stupide, j'ai également un rejet (et là par contre sans haine particulière) du concept de PC. Comprenez par là que le PC ne réponds pas à mes critères de confort de jeux : Upgrades fréquentes et obligation de s'informer sur des technologies qui évoluent (trop) vite, risque de pannes fréquentes, risque de version buggés, ect... Et tout ça pour profiter d'un prix un poil plus bas et des graphismes plus jolis ainsi que la possibilité de faire des conneries avec des mods....ce que j'ai toujours trouvé inutile (Et oui, je sais qu'ils sont sensés également parfois égaliser le jeu niveau détail...;donc du graphisme, donc pas d’intérêt pour moi). à l'inverse, ma console, je mets le CD dedans, je lance et c'est parti sans devoir se prendre la tête (Oui, il a des majs maintenant sur consoles mais que ce soit sur PC ou consoles, aujourd'hui, c'est automatique). Mais aujourd'hui avec l'arrivée des projets des constructeurs, ce havre de paix est menacée.

Cela fait quelques mois que les rumeurs allaient bon train : Les consoles allaient connaître des évolutions technique et sortiraient sous de nouvelles versions. Et c'est quelque chose que je voulais absolument pas voir arrivé car ça revenait à détruire l'un des conforts de la console : Faire en sorte que tout le monde soit sur un pied d'égalité et qu'on profite des différents jeux, peu importe notre budget. Et malheureusement, depuis deux jours environ, on a confirmé le faites : La PS4k sera une réalité.



Voici les faits qui ont été balancés :

- La PS4k ne sera pas présenté à l'E3 mais on sait déjà qu'elle sera un complément pour la PS4 de base, qu'il s'agira d'une console composé de versions HD mais que les PS4 de base ne seront pas exclu et qu'il n'aura pas de jeu uniquement PS4k. Andrew House a expliqué que "le consommateur est habitué à une cadence d'innovation différente" en grande partie grâce à la vitesse d'évolution des smartphones et des PC.

 Tout ça n'est évidemment à prendre avec des pincettes en bien comme en mal. Va savoir quel part de vérité, d'exagération, de minimisation et d'évolution est inclus dans ce que Andrew house a bien voulu lancer. Mais autant dire que je trouve cela très inquiétant.

Le pire étant que les joueurs, eux, se réjouissent presque de la nouvelle en déclarant qu'il est temps que "les machines vieillottes et déjà dépassé" puissent enfin accueillir soit disant correctement les jeux à venir. Et pour le coup, on tombe en plein dans ce que j'appellerai la "mentalité PCiste" : Paye plus cher à chaque fois pour du "bling bling" graphique. Il a peu, on a pu avoir un "uncharted 4" qui est impressionnant graphiquement et artistique (et cela, des PCistes peuvent l'affirmer....si ils sont de bonne foi), ce qui prouve qu'avec un peu de talent, on peut donner des jeux qui tournent très bien sur la machine. Et je pense que malheureusement, si le projet a été lancé, ca a été aussi pour ce caprice que cette génération a l'habitude de réclamer : Plus grand et plus beau. Ce qui m'exclut d'office vu que je me suis jamais intéressé au différences de résolution, de rendu et de framerate faisant primé le plaisir des sensations de jeu, d'originalité, d'univers et de plaisir avant tout.

Et avec tout ça, une multitude de questions sont nés dans mon esprit. Quel fossé sépara les joueurs de base et ceux PS4k ? Si il a bien quelques chose que je n'ai pas envie, c'est de voir encore plus de schisme entre les joueurs (déjà que la gueguerre, c'est super lourd alors...). Comment les développeurs vont réagir ? Vont t'ils exploiter la puissance pour compenser les envies de mentalité PCiste des gens ou vont t'il laisser tomber par paresse ? Très difficile de le savoir.

On me sortira alors l'argument de la VR qui nécessite une console plus puissante. Mais voilà : Même si je fais abstraction du faites que pour moi, la VR ne sera qu'une mode passagère, bien trop chère pour ce qu'elle proposera niveau expérience (je rappelle que la plupart des tentatives pour que faire évoluer la façon ont été finalement abandonné que ce soit la 3D, le motion gaming ou autres) et que la technologie ne semble pas être au point (quand on sait que 1000 ¤ sont nécessaires pour obtenir un casque fiable), il a surtout le faites des déclarations : Ca doit tourner sur PS4 actuellement, ce qui risque de signifier que les jeux VR PS3HD seront majeurs.

Bien évidemment, tout ça aboutira sur deux possibilités futures  :
- Sony et microsoft peuvent mentir et finalement, retournez leurs vestes en laissant tomber leurs machines vanilla. Dans le cas, ce sera 40 millions de joueurs qui seront baisés. Je conseille d'ailleurs aux constructeurs d'éviter ça.....les joueurs sont assez revanchards et la PS3 en a fait les frais pendant des années.

- L'achat des joueurs : Est-ce que les joueurs avec cette "mentalité PCiste" seront majoritaire ? Si on s'aperçoit que les consoles Upgrades ne vendent pas si bien, aucune raison de délaisser les anciennes consoles et dont, ce genre de pensées va peut être disparaître.


Alors perso, on pourra me rétorquer que je préfère jouer sur des consoles dépassé et avec des spéc low cost. J'ai envie de vous dire que je préfère encore jouer à des jeux relativement (très relativement même) imparfait que d'être la vache à lait d'une industrie et d'une communauté de plus en plus accro à la technique, quitte à forcer des joueurs qui pensent différent à devoir faire des choses qu'ils n'ont pas envie à causer des caprices des autres. Autant dire d'ailleurs que si je ne suis pas pressé d'Upgrader mon PC (même si cela sera nécessaire pour soulager mes composants qui commencent à vraiment prendre de l'âge), je ne suis pas prêt d'accepter cette nouvelle façon que je trouve quand même vachement enculatoir de faire soit disant avancer le jeu vidéo. (autant dire pas de PS4k chez moi) Et je dirais même que si ça devient la norme, autant dire que mon voyage avec le jeu vidéo a des chances de trouver son terme.

Reste les jeux heureusement. 

Heureusement, l'E3 restera, avant tout (à première vue), l'annonce de nouveaux jeux principalement. Et évidemment, on aura droit aux habituels réactions négatives de tout bord. Que ce soit l'annonce d'un jeu qui suscite de la hype ou encore d'une suite (ou d'un retour) d'une licence, les rageux seront à l'affut....

Pour commencer, j'ai envie de dire : C'est bien joli de dire que "cette industrie ne fonctionnent qu'avec des suites et des remakes/reboots" mais j'ai envie de vous dire : Vous êtes ou quand les jeux qui proposent quelque chose de neuf se pointent ? Je prendrai toujours l'exemple de ce pauvre Mirror edge qui proposait une super expérience de jeu mais qui s'est fait envoyé chier parce que le jeu ne durait pas assez long et était vendu au prix de tout les autres jeux..... (j'ai d'autres exemples mais je me les garde...ha et l'exemple Splatoon ne compte pas, y a écrit Nintendo alias le petit macaron fanboy). Et après, on me sortira également que tout ces jeux sortiront l'année prochaine. Alors, déjà faut savoir... on se plaint souvent que les jeux sortent trop vite et pas fini et maintenant, on dit que ça sort pas assez vite......les gens, franchement....


Bon plus sérieusement, oui, on vit dans une époque ou le buzz et la hype compte. Cela étant, j'ai envie dire : Est-ce que vous êtes aussi faibles que ça ? Je prends un exemple récent : Il a peu, j'ai acheté Day one le nouveau jeu de blizzard, Overwatch. Et après cela, on est venu me dire : Oui mais t'as cédé à la hype de ce jeu hyper hypé et survendu.....Sauf que moi, j'ai jamais été rien voir sur le jeu et j'ai même trouvé la hype inexistante (contrairement à Smash bros Wii U mais ça, on lui dit rien parce que nintendo hein?). J'ai envie de dire : Si vous êtes faibles face à la hype, tant pis pour vous dire. Aussi attrayant et hypé qu'à été Star wars Battlefront, je n'ai jamais cédé, à vous de correctement vous informer. Tout ça pour dire que la hype c'est pas un très super positif mais qu'on peut facilement selon moi la contourner. Ha et pour ceux qui diront : "oui mais ca me fait chier qu'un jeu si merdique, on en parle autant"...Vous estimez autant la pseudo pertinence de votre avis pour ça gâche votre vie ?

En attendant, j'attends quelques annonces exclusives et j'espère avoir quelques bonnes surprises....

Bref, voilà, j'ignore si j'ai été clair dans ma pensée mais autant dire que je garde confiance aux développeurs pour nous pondre des titres qui ne manqueront pas de charme, le public lui va sans doute encore tout ruiner par ces exigeances stupides et ensuite se plaindre que c'est mauvais (et osera même dire qu'il le savait parce qu'il est trop malin....). Nous verrons ce que l'avenir nous réservera mais je suis relativement inquiet pour la suite. Sur ce, je vous dis à bientôt.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Dossier (Jeu vidéo)

Bonjour à tous.
Avant de commencer, une petite mise au point : Déjà, j'arrête les chroniques. La raison est simple : J'ai du retard et aucune motivation pour les continuer et en prime, la plupart des lecteurs s'en fichent totalement (vu les chiffres). Deuxièmement, pour les reviews d'animés de saisons, j'attends cette fois que tout soit sorti et qu'on soit au début de la saison d'été pour la faire. La raison ? j'ai pris trop de temps pour faire les premières impressions et du coup, il vaut mieux que j'attende la fin pour en parler.

Cette mise au point étant faite (pour ceux que ca intéressent), on va commencer le sujet du jour : Duke Nukem Forever et l'histoire d'un des plus long développement et d'un des plus gros naufrages vidéoludiques.

 

De la 2D à la 3D : Quand le roi s'assoit sur son trône.

Tout commencer en 1991 lors de la création du premier Duke nukem sur MS-DOS. A l'époque,les créateurs du Duke était le studio Apogee Software qui jouissait d'une certaine renommé pour avoir été l'éditeur de Wolfenstein 3D (mais pas de DOOM puisqu'il s'agit d'un projet solo de Id software) ou de Commander Keen ainsi que pour avoir popularisé le principe du Shareware dans le monde du PC. Inspiré des héros de films d'action (comme Scharzenegger ou stallone), Duke était à l'origine un jeu de plate-forme sur PC qui connut une suite et eut un certain succès. Après ces deux opus, le jeu changea ainsi que le nom du studio, Apogee devient 3D realms et Duke Nukem passa du jeu de plate-forme au genre qui était entrain de devenir culte : le jeu de tir à la première personne.


En 1996, 3D sort alors Duke Nukem 3D. Cet épisode utilisera un moteur révolutionnaire pour l'époque : Le build engine, il permettait de reproduire des éléments réalistes d'une ville, d'enregistrer des voix digitalisées et d'ajouter des éléments destructibles, il était donc très puissant pour l'époque. Duke nukem trouvera ses tons principaux : Le graveleux, le gore et la badass attitude feront en sorte que le bébé de 3D realms trouve son public.

Level design soigné, voix bien cool qui accompagne désormais les aventure du duke, une difficulté bien dosé, des niveaux inoubliables, Duke nukem 3D trouve enfin le succès. Il faut dire que le terrain est propice : Doom 2 ne rencontre pas spécialement le succès (même si ID software s'en fiche vu qu'il lance Quake qui,lui, rencontre un succés aussi énorme que doom alors que ce dernier profite d'un regain d’intérêt avec les portages sur consoles de l'époque) et les concurrents ne sont pas encore arrivé, 3D realms peut donc profiter de l'occasion pour se faire une place au soleil. Et ils ne vont pas laisser passer leurs chances puisque le jeu aurait droit à un tas de portage sur les consoles du moment que sont la saturn, la playstation et la N64 avec des bonus propres à chaque une. (Il aura même une version Megadrive, non autorisé par un obscure développeur brésilien et du coup, de très mauvaise qualité).

Rapidement, le jeu deviendra culte, 3D realms ayant un peu anticipé le succés du jeu (ou pas?) laisse à la fin de celui-ci, le message suivant : « Look for a Duke Nukem 3D sequel soon ». Le message est clair : Une suite est prévue.... et c'est là que les ennuis vont commencer.

Le développement des premières années : Prototype, problèmes, Versions et Moteurs.....

Rapidement, le nom du futur jeu est donné : Il s'appellera Duke Nukem Forever et est prévu pour sortir rapidement vers 1998 avec le Build engine. Sauf que durant le développement, 3D realms voit sortir le Quake II Engine, bien plus performant et qui intéresse beaucoup George broussard, le président du studio. 3D Realms décide de recommencer le développement avec ces nouveaux outils, ce qui coûtera un premier report au quatrième Duke Nukem. Mais pas encore de quoi s'inquiéter selon le studio: dès l'E3 1998, Duke Nukem forever se montre dans une première version et promet une sortie du jeu cet année-là.



Mais alors que l'E3 se termine, 3D realms reboot encore une fois le jeu. La cause ? un autre moteur plus intéressant arrive et vous le connaissez tous : Il s'agit de l'Unreal Engine. Et on touche du doigt ce qui va être le principal problème pendant le développement de Duke Nukem Forever : George Broussard lui-même. Son but est simple mais compliqué en même temps : Il veut que Duke Nukem forever marque l'histoire du FPS voir du jeu vidéo et veut absolument que celui-ci soit à la pointe (En réalité, sans le savoir, Broussard marquera bien l'histoire mais pas de la façon souhaité.....). Selon lui, ce nouveau changement de moteur n'occasionnera qu'un retard de six mois maximum. Mais la technologie n'est pas du même avis car en réalité, les développeurs allaient en fait devoir tout recommencer de zéro : trois ans plus tard, Duke Nukem Forever n'est toujours pas sorti. Pour rassurer les fans, 3D Realms décide de publier un nouveau trailer.


Les gens pensent alors que le jeu est quasiment terminé et que sa date de sortie n'est qu'une question de semaines. Mais la réalité est bien différente : travaillant avec aussi peu de moyens et de personnels qu'à l'époque de Duke Nukem 3D (autant dire, la Préhistoire du jeu vidéo, même pour l'époque), l'équipe n'avance pas et peine totalement à avancer dans le jeu. Et George Broussard n'aide pas non plus, le bonhomme n'ayant aucune idée de ce que donnera le jeu une fois terminé et répondant avec haine chaque moquerie que le jeu se prends dans la gueule (déjà à l'époque, le jeu était déjà victime de quolibets fréquents et même les développeurs de Remedy s'étaient moqué du jeu via un easter egg dans Max Payne 2) et va même jusqu'à prononcer cette phrase quand leur éditeur Take-two se risque à parler date de sortie : « les gens de Take-Two feraient mieux de fermer leur gueule ». TOUT VA BIEN !

Quand le roi commence à perdre son trône et mendit pour survivre


Comme il faut bien manger, 3D realms continuera malgré tout à faire des jeux Duke nukem. Vers 99-2000, le studio confie à N-space la tâche de sortir des jeux spin-off de la série. On aura droit alors à Duke Nukem Time to Kill et sa suite, Duke Nukem Land of babes, deux TPS orienté aventure, proche d'un tomb raider, qui auront un succès......modeste. Eurocom (les développeurs de 007 goldeneye remake), quand à eux, sortiront Duke Nukem Zero hour, un épisode exclu N64, qui passera totalement inaperçu. Enfin en 2002, un épisode revenant au origines de la série avec de la 2D appelé Manhattan Project sortira sur PC et aura droit à un succès relatif. Mais tout ça est surtout là pour ne pas qu'on oublie Duke nukem. Or, ca commence à être le cas : Duke Nukem devient un personnage du passé et commence à ne plus être connu que comme une blague récurrente en tant que "jeu qui ne sortira jamais". (pour vous donner une idée, la série était si populaire qu'un film devait voir le jour....avant le premier film tomb raider. Et la suite, vous en doutez : comme beaucoup d'adaptation, sa prod s'est éternisé et finalement, duke nukem étant presque oublié, le projet sombra)

De son côté, 3D realms n'avance pas et les infos sur le jeu commence à manquer et devenir flou : On sait qu'un moment donné, le studio veut changer encore de moteur (c'est une manie décidément....) et veut utiliser Meqon, un moteur qui semble prometteur (mais qui finira racheté par AGEIA pour créer PhysiX) et que le jeu n'atteint toujours les standard qualité que veut Broussard. On est alors en 2006 et malgré des négociateurs avec Take-two qui promet une prime si le jeu est publié avant la fin de l'année, ça sent mauvais pour une sortie.

2007 : Deux espoirs avant une grosse désillusion. 

En 2006, toutefois, un premier petit miracle arrive : Prey sort. Qui est prey ? Et bien, c'est un FPS qui avait été annoncé à peu prés en même temps que Duke Nukem Forever et qui semblait abandonné depuis longtemps. Même si il n'est pas développé par 3D realms eux-même, une partie du studio a bossé dessus et à la sortie, le jeu, bien qu'ayant un succès assez relatif, est plutôt bon et possède même quelques éléments qui vont faire mouche, notamment l'utilisation de la gravité et de l'utilisation de portails pour aller d'un point à l'autre (élément qui sera au coeur du jeu de valve, portal). Tout semble indiqué que la possibilité de voir débarquer Duke Nukem forever un jour, n'est pas impossible. Et l'année d'après, en 2007, sort un nouveau trailer. Bien que celui-ci ne montre pas grand chose, beaucoup pensent que ça y est, on va enfin voir ce foutu jeu arrivé.


Malheureusement, Les années continuent de défiler, et les comptes en banque de 3D Realms de se vider et le jeu recommence à disparaitre. En 2009, quand Take-Two propose de n'allonger « que » 2,5 millions de dollars pour terminer le développement, George Broussard, qui en demandait 6, décide de virer toute l'équipe (ce mec a un énorme problème je crois). Les employés éconduits n'hésitent alors pas à publier sur leurs sites personnels des images, vidéos et divers documents de travail témoignant de l'avancement du projet mais laisse supposer clairement quelque chose : 3D realms n'a plus d'argent et est en liquidation judiciaire, le jeu est au point mort et ne sortira sans doute jamais.

Au terme d'un long suivi juridique difficile à suivre, il est décidé que si 3D Realms reste propriétaire de la licence, Take Two conserve le droit de publier les jeux estampillés Duke Nukem. Faute de Duke Nukem Forever, un spin-off, Duke Begins, est d'ailleurs confié à Gearbox, des anciens de 3D Realms... et dont on entendra plus parler ensuite. On parle même de Duke Nukem Trilogy, des jeux pour consoles portables, mais à croire que le nom porte la poisse, le projet s’enlise et finalement, seul un projet appelé Critical Mass sortira en 2011 sur Nintendo DS (et le jeu étant incroyablement mauvais, on peut facilement imaginer que le projet de faire d'autres jeux a été annulé)

Le constat est clair : Duke Nukem Forever semble ne pas pouvoir être fini et aucun studio ne semble vouloir faire de jeux sur la licence. Mais finalement, un "miracle" (on va dire un miracle) arrive enfin.

2011 : Le retour du roi.


Dans la nuit du 10 au 11 août 2010, plusieurs sources chez Take-Two Interactive commencent à faire courir une rumeur : Gearbox Software, responsable dernièrement du jeu Borderlands et de la série Brothers in Arms aurait repris la licence et se lancera dans une tâche presque impossible : Sortir enfin Duke Nukem Forever. Bien que Randy Pitchford, le président de ce studio (et aussi le producteur exécutif du jeu) s'est refusé tout commentaire, il n'a jamais démenti ce fait.

Et pour cause, la PAX 2010 arrive et l'annonce de la sortie du jeu ferait du bruit (pas parce que le jeu est spécialement attendu mais à cause de l'aura de légende du jeu : Celui du vaporware jamais sorti), finalement en plein milieu du salon, Gearbox Software révélé le pot rose et  présenté le jeu ainsi qu'une démo jouable aux visiteurs de l'événement. Et on constate toute de suite quelque chose : Gearbox ne va pas reprendre le jeu : ils vont se contenter de terminer les parties non finies, ajouter un mode multijoueurs, débugger le jeu, faire un portage sur les consoles actuelles (Xbox 360 et PS3) et enfin modifier une ou deux choses pour le rendre plus intéressant (notamment en rajoutant des Easter Egg). Le jeu est alors annoncé pour Avril 2011.........puis finalement, se verra repoussé une ultime fois le 11 juin 2011. Mais finalement, ce jour là, l'histoire de Duke Nukem Forever s’achève enfin : le jeu sort.

Et autant dire qu'il aurait peut être valu pour lui ne jamais sortir.......

Duke Nukem Fall Ever : Le jeu lapidé sur la place publique. 


La presse et les joueurs vont en effet recevoir ce jeu qui revient de loin avec des bâtons et des cailloux. La presse va en effet attribuer un accueil critique assez négatif pour le jeu : 10/20, 4/10, ect. Pour beaucoup, le jeu est en un échec complet. Si gearbox a tenté de faire ce qu'il pouvait avec le jeu, il ne fallait pas attendre de miracle : Le jeu est très daté graphiquement, tournant encore sur un unreal engine 2.0 amélioré mais qui crachent ses tripes (et qui est en prime très mal optimisé sur consoles avec des temps de chargements assez longs), le level design labyrinthique et travaillé est remplacé par un couloir scripté pas très agréable à jouer et est rempli de moments ennuyeux et/ou énervants, le jeu ne propose de porter que 2 armes, pratiquement pas l'ombre d'un scénario qui lie très étrangement les niveaux entre eux, un multijoueur inutile et une OST pratiquement absente.

En réalité, le problème peut être facilement résumé : Le jeu est sorti avec 6-7 ans de retard. S'il était sorti en 2005-2006, il aurait pu avoir son petit succès et renfloué les caisses de son développeur. Mais aujourd'hui, dépossédé de la licence, attendu seulement par quelques nostalgiques, attendu au tournant comme étant très mauvais, les joueurs et la presse ont fait un accueil plutôt froid à ce dinosaure du FPS. Le cul entre deux chaises niveau gameplay, très moche et franchement très limité en dehors des blagues potaches du jeu, le roi autoproclamé "Duke" s'est clairement cassé la gueule de son trône.

De mon petit avis personnel, j'avais bien aimé le jeu à l'époque car je l'ai pris pour ce qu'il était : Un jeu perdu dans le temps qui n'avait vraiment que pour lui, un relatif fun dans son action et un certain plaisir à revisiter l'univers très macho et WTF de Duke nukem. Après, venez pas dire ce que j'ai pas dit : C'est loin d'être un chef d'oeuvre, c'est un jeu correct sans plus que j'aurai facilement oublié si toute l'histoire que je viens de vous compter n'était pas arrivé.

Duke Nukem : Un futur possible ? 

Après l'échec du jeu et la sortie d'un DLC (de très moyenne qualité), Gearbox avait annoncé que la licence Duke Nukem n'allait pas tomber dans l'oubli pour autant et qu'il ferait reparler de lui, sans préciser du format (comics, jeu vidéo, ect). Pour autant, rien n'a été annoncé depuis. Malgré que depuis 2 ans, Take Two s'amuse à laisser supposer le retour de la licence via des indices et que 3D realms a plusieurs fois annoncé vouloir récupérer les droits sur leur licence (peu probable quand on sait que le studio est mort et leurs créateurs ruinés).

Pour ma part, je pense que si nouveau jeu il doit y avoir, il aura bien du mal à faire oublier la débâcle qu'à été Duke Nukem Forever. Et à l'heure ou on pardonne de moins en moins les mauvais pas, Duke nukem ferait peut être mieux de retourner dans sa boîte de strip-tease et de laisser d'autres héros du FPS faire tourner l'industrie. 

Voilà, j'espère que ce retour sur le développement chaotique de Duke Nukem Forever vous a plu. Car le jeu vidéo, c'est aussi des histoires tragi-comique comme ce jeu qui ne voulait pas sortir et qui n'aurait peut être jamais du sortir. Sur ce, je vous dis, à bientôt et amusez-vous bien.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéos - Test (Jeu vidéo)

Bonjour à tous !
Comme toujours, j'avais dit que j'écrirai la chronique plus tôt que prévu mais finalement, j'ai encore repoussé, repoussé, repoussé, et l'écrire un mois en retard. Heureusement, je me dis que pas beaucoup de gens attendent avec impatience ces chroniques donc je me console dans un sens. Bref, on parle pour le mois de mars...qui est clairement un mois beaucoup plus relax que les autres.


Et on va commencer avec du RPG japonais ! On va parler de Bravely second......Bon, en réalité, avant, on va surtout parler du jeu dont il est la suite : Bravely default (vous allez voir, le faites d'en parler beaucoup plus que du jeu de base va faire sens après).


Bravely default, c'est quoi ? c'est à la base, le projet de square enix pour offrir à la 3DS son petit RPG japonais exclusif. Annoncé au TGS 2011, puis sorti chez nous en 2013 après une longue localisation mais avec des voix japonais, des textes en français et des améliorations tirés de la version For Sequel (une édition ++ du jeu original), le jeu a été taxé d'un titre très prétentieux de "renouveau du J-RPG". Alors, j'ignore si la presse connaît le dictionnaire mais pour moi, renouveau......Bha y a nouveau dans le titre, donc techniquement, ca doit apporté quelque chose de neuf, d'innovant et d'inattendu.... Tout ce que bravely default n'est pas.

Bravely default est en réalité plus d'un gros hommage au vieux J-RPG : Du tour par tour classique, un style de job à amélioré, la quête des cristaux à restaurer pour sauver le monde, des vaisseaux volants dans un univers médiéval, ect. Bref, tout dans bravely default sonne classique. Est-ce un mal ? Non....si tenté que le résultat est agréable à jouer. Dans ce jeu, j'avoue qu'au début, j'étais plutôt convaincu. Certes, l'intrigue sonnait classique et le jeu ne révolutionnerait pas le genre mais j'aimais bien ce que ca me proposait et j'appréciais même les rares petites pointes d'originalités du soft (notamment certains passages assez sombres du jeu comme la quête ou on doit sauver deux petites filles et qui se terminent par un personnage les forçant à s'entretuer via contrôle mental et qui se terminent par la morts de celles qu'on devait sauver).

Il avait toutefois des points qui étaient assez agaçants : Pour commencer, c'était l'incroyable aveu de fainéantise de Square enix. Beaucoup de gens se sont plaints dans les J-RPG que les systèmes de jeux n'évoluent pas ou très peu vu qu'il se contentaient souvent d'un simple tour par tour sans grande évolution. (l'un des rares qui avait tenté de faire évoluer les choses, c'était Shadow heart avec sa roue du destin....et le jeu n'a jamais connu de vrais succés). Ici, square enix a trouvé une solution pour casser les codes chiants de nos jours du RPG japonais classiques mais qui sonnent clairement creux : Ils ont mis sommairement des cheats codes...... accélérations du temps des combats, une options pour contrôler le taux de combats aléatoires, ect. Certains me diront que c'est une bonne chose qu'on évite de nous faire chier avec ces mécanismes d'un autre temps. Oui....Mais non, quand là, square enix n'a pas solutionné le problème, il l'a contourné. Il a clairement choisi une solution de facilité assez bancal pour améliorer le jeu. C'est pas un peu terrible que corriger les erreurs, on soit obligé de les contourner et pas d'améliorer les mécaniques.

L'autre gros reproche fait à Bravely default, c'était sa vraie fin. Pour la débloquer, il fallait recommencer le jeu 4 fois. (bon en réalité, il fallait juste re-battre 4 boss du jeu et non se taper l'intégralité de la quête principale). Personnellement, même si j'ai trouvé la démarche particuliérement maladroite, je n'ai pas forcément détesté cette partie. Certes, ce n'est pas amusant du tout mais j'ai clairement croisé pire. Bon, après, quand on voit ce que ça rajoute en plus en comme "révélations", j'ai clairement eu l'impression de m'être fait chier pour rien. Et heureusement d'ailleurs que j'ai abusé d'un spot pour faire du level up rapidement parce que sinon, j'aurai surement jamais fini le jeu (Détail étrange d'ailleurs : J'ai fini le jeu seulement un an après être arrivé au dernier chapitre du jeu....je me souviens plus du tout pourquoi j'ai tenu à le finir.)

Bref, Bravely default n'est clairement pas le jeu que les gens attendaient, que j’attendais et que la presse nous a vendu. Il est beau, il est très soigné niveau OST mais le gameplay est bon, sans plus et le scénario est clairement trop classique et trop banal. Pourquoi je vous ai parlé de bravely default aussi longtemps ? parce que sa suite a pratiquement les mêmes qualités mais a réussi à accentuer les défauts.


bravely second se veut être la suite direct du premier jeu. On incarne Yew, un nouveau personnage qui, en compagnie de Tiz, edea et d'un autre nouveau et mystérieux personnage, Magnolia, va devoir retrouver et sauver Agnés, l’héroïne du précédent volet, des mains du Kaiser oblivion, un mystérieux méchant décidé à détruire le monde. Bon, si le scénario a l'air cliché, et bien rassurez-vous....il l'est totalement. Et le souci, c'est qu'en plus de ce côté cliché, le jeu ne brille ni pas ses personnages ni par le déroulement de son histoire. D'un coté, on a des personnages assez énervant : Yew est assez froussard,naïf et est limite une caricature de personnage principal, Edea est toujours une espèce de tsundere plutôt soft, très porté sur la nourriture, Tiz est absent et limite sans personnalité et magnolia est un peu le personnage gentil et légèrement aguicheuse avec un coté mystérieux. Et de l'autre, on a le scénario que j'ai beaucoup de mal à prendre au sérieux tant les personnages ont l'air insouciants de leur quête et que rien ne semble être pris au sérieux.....Désolé mais quand on veut sauver la dirigeante du monde, on évite de prendre du bon temps au festival du coin ou de prendre bien son temps aux sources chaudes du coin (oui, en prime, le scénario aligne un peu les clichés d'une mauvaise comédie japonaise en animé). Bref, entre les méchants tellement méchants qu'il laisse s'enfuir les personnages dés que ceux ci les ont battus, les personnages qui ne peuvent pas passer un pont parce qu'une méchante snipeuse garde le pont ou encore les déboires des personnages secondaires méchants qui tentent de sauver le monde à leur facon et qui nous oblige à faire un choix moral.....qui est désamorcé en new game+ vu que c'est l'obligation pour avoir une vraie fin, autant que tout le scénario est en roue libre....

Et le reste n'est guère reluisant : Les donjons et maps sont repris du premier jeu pour la plupart (encore que ce n'est pas un si gros problème vu que ça se passe dans le même monde, peu de temps après), le gameplay est le même aussi malgré quelques ajustements et améliorations (que je n'ai pas détaillé, j'ai déjà trop parlé sur ce jeu) et certaines musiques de l'ost sont......Bha voilà quoi. 

Bref, je vous avoue ne pas avoir terminé le jeu vu qu'il ne m'a pas encourager à aller jusqu'au bout. Mais autant vous dire que si je finis ce jeu, je vais devoir soit prendre sur moi et essayer de trouver d'autres qualités au jeu que celle que j'attends, soit ouvrir mes chakras et me donner un but. (ou m'ennuyer très fort, c'est possible aussi). Bref, autant dire que je vous conseille pas vraiment ce jeu si vous détestez le J-RPG. 

Entre deux parties de bravely second, j'ai eu alors une idée : Me faire une série de petits jeux pendant une journée que j'avais pas trouvé le temps de faire et donc voici la liste : 


Une création d'un des mecs qui avait travaillé sur The Stanley Parable. Et ça se voit car ici, comme dans Stanley, on a droit à un jeu qui se joue/moque des systèmes de jeu et du concept du jeu vidéo puisqu'on incarne un joueur qui doit s'improviser machiniste pendant qu'un autre joueur (bien sûr fictif) joue aux jeux. Assez rigolé, décalé et plutôt intéressant, c'est vraiment une bonne pioche. Si vous voulez essayer, le jeu est gratuit et ne dure qu'une quinzaine de minutes donc laissez vous tenter. (et c'est meilleur que the beginning guide qui est intéressant mais trop "dépressif" à mon goût). 


J'avais déjà pu tester le prototype du jeu sur le site. Et à l'époque, j'avais trouvé ça bien mais j'avais vite oublié parce que clairement, le jeu n'était pas prêt de sortir. Finalement, le jeu final est arrivé....et j'ai été assez étonné du faites que pas mal de joueurs aient trouvé ce jeu mauvais. Soit disant qu'il est trop court mais qu'à la fois, son concept tourne rapidement en rond..........Sérieusement, faut trouver un vaccin contre la blasitude. Le jeu pour ma part m'a beaucoup plus, concept amusant, bonne idée, une difficulté jamais frustrante et un sentiment de satisfaction intense quand on réussit un niveau de façon parfaite. J'ai rien à dire de négatif dessus et j'ai adoré. 


Un jeu que j'avoue avoir adoré. En gros, imaginez, vous avez une machine en face de vous, un bouton et l'ordre de ne pas y toucher. Et c'est à partir de là  que tout commence. Évidemment, on peut ne rien toucher et tout ira bien. Mais si on touche, un autre bouton apparaît. Si on presse le bouton dans un ordre, d'autres boutons apparaissent et ect. Il a au total 23 fins et c'est à nous de déchiffre les indices des développeurs et toutes les étranges choses que peuvent faire la machine. Et c'est un vrai bonheur de chercher, trouver, tester tout ce qui peut se passer. Le jeu joue un peu avec nous et franchement, c'est un coup de maître. je vous conseille vraiment ce jeu, c'est vraiment une bonne pioche.


Emily is Away ou Friendzone Simulator version Windows XP/2000. Ce jeu se veut être une sorte de visual novel dans lequel, via une boite tchat MSN sorti tout droit des années lycées des plus vieux d'entre nous, on doit parler et draguer en quelque sorte Emily, une jeune fille qu'on va suivre pendant 5 ans. Le jeu se veut intéressant car il décrit un phénomène que j'ai vu plus d'une fois : Les relations à distance internet qui finissent par disparaître très rapidement alors qu'on se pensait très proche. Même si il se veut le témoignage d'une époque (et d'un mal un peu déprimant), je suis malgré tout assez déçu de voir à quel point l'histoire se finit vu qu'il est impossible (je pense) d'avoir une bonne fin. Bref, si vous avez envie d'essayer, encore une fois c'est gratuit donc, essayez à l'occasion.


Finalement, après tout ça, j'étais de nouveau bien en forme et ça tombait bien car une bonne nouvelle est tombé : Firewatch a eu enfin son patch en français. bon en réalité, c'est une trad amateur qui a un peu circulé sur les forums et que j'ai demandé à mes risques et périls.....et qui s'est avéré être une vraie traduction à 99% (avec une phrase ou deux encore en anglais).

Bref, pour ceux qui ne connaissent pas, Firewatch, c'est un jeu fait par un petit studio qui était assez attendu car il regroupait des développeurs venant des 4 coins de la sphère du jeu vidéoludique (des mecs qui ont bossé sur walking dead ou même sur brutal, don't sarve et même bioshock 2) et qui était assez attendu..... du moins avant sa sortie. En faites, le jeu m'a surpris deux fois : 1) j'ai découvert qu'il était très attendu alors que moi j'avais vu le jeu passé en éclair sur la conférence sony l'année dernière et que j'avais oublié quelques peu.....(je me demande bien pourquoi)

Et 2) Le jeu s'est ensuite pris une volée de pois vert quand les gens ont vu que le jeu durait 4h-5h, qu'il coûtait 20 ¤ et que c'était un jeu narratif. Et oui, dés que ça coutait un peu cher, que ça dure pas assez long et que c'est narratif, c'est forcément mauvais, une histoire profonde et intéressante ? on s'en fout mon bon ami ! On veut cueillir des fleurs dans un monde en open world et voir que les brins d'herbes soient verts comme dans la réalité.....

Bref, pour ma part, que pensez de Firewatch ? Et bien, c'était plus sympa. L'expérience que voulait le jeu a été plutôt réussie dans le sens ou j'étais dans le même état d'esprit que le héros du jeu : Perte de répère, interrogation, paranoïa, une peur (toute relative vu que je suis dans un jeu vidéo) de ce que j'allais trouver et surtout du gonflement de cette peur (car comme le disait le proverbe : "la peur grossit les choses") pour au final s'achever sur une fin qui m'a assez perturbé.


La fin se termine avec un contrepied monstrueux à la plupart des fins de jeu habituels. D'ordinaire, on a droit à un truc monumental avec des révélations de ouf et des enjeux qui dépassent le simple petit homme qu'on est. Sans compter qu'en prime, le jeu a parfois pris soin de placer une quantité assez hallucinant de "fusil de tchekhov" (si vous ne savez pas ce que, c'est par ici que ca se passe). Sauf que dans ce jeu, c'est différent : La conclusion est simple et beaucoup terre à terre et réaliste. La peur, la solitude et la parano nous a globalement fait grossir les choses et que le faites que les choses soient finalement aussi simple ne nous pas a traversé l'esprit.

Et si pas mal de joueurs se sont sentis trahis par le jeu, d'autres ont trouvé que ça relevait du génie cette idée. Pour ma part........je suis partagé. D'un côté, je suis assez d'accord sur le faites que ce jeu prenne à contrepied les fins habituels de scénario ou tout n'est que tromperie et que nos petits enjeux cachaient des histoires plus sombre et plus cyclopéen qu'aurait pu le penser (Si vous voulez un exemple assez parlante de ceci, jouez et terminez virtue last reward, c'est un exemple assez concret) et que pour une fois, on est amené à voir quelque chose de plus proche de la réalité....de l'autre, j'ai quand même un sentiment d'inachevé, comme si le jeu ne m'avait pas donné assez d'éléments pour que mon imagination prenne le relai. Dans tout les cas, je suis assez partagé et je pense sincèrement que ce jeu va rejoindre le panthéon des jeux sur lequel mon avis est bilatéral. Je ne peux donc pas vraiment me prononcer de façon tranché sur le scénario du jeu. Et je parle bien uniquement du scénario, le reste étant très correct à tout les niveau (OST, Direction artistique, durée de vie, ect).

Bref, je recommande vraiment de faire Firewatch pour vous faire un avis. Malgré mon avis fractionné, Je vous invite malgré tout à essayer pour vous faire une idée, histoire de voir si le scénario colle à votre vision du récit intéressant.  



Bien qu'il n'était pas prévu de base dans ma liste de jeux à faire, j'ai quand même tente de jouer à Hitman, monture 2016-Monture Jeu en Kit. Bon, inutile de vous dire que si d'habitude, je suis rarement d'accord avec l'opinion de la majorité bruyante sur un jeu.....Ici, je vais être un peu plus orthodoxe que d'habitude. En effet, comme beaucoup de gens, je n'ai pas vu l'arrivé de Hitman en mode épisode qu'un bon yeux et malheureusement, j'avais raison d'être méfiant.

On pourrait se dire que le jeu épisodique a très bien marché pour les point and click, mais soyons franc quelques minutes et appelons un chat un chat (et une pute une pute), les jeux épisodique de Telltale ne sont pas totalement des jeux mais plutôt des sortes d'expérience ludiques dans lequel l'acteur principal, c'est nous. Ce sont des expériences intéressantes et je les apprécie beaucoup personnellement mais elles sont calibrées pour l'épisodique car finalement, on ne joue pas, on regarde
plus une série ou des films donc ça peut coller. Le souci avec hitman, c'est que ça colle pas. On a un jeu qui semble très intéressant à jouer (j'y reviendrai après) mais qui a cause de son modèle économique se loupe complétement. On voit le potentiel possible sur le jeu mais le faites d'en avoir aussi donne l'impression qu'il est mauvais.


Alors que marrez-vous mais ce Hitman avait pour être le meilleur de la série : La maniabilité revue et corrigé d'un hitman absolution, le style de jeu d'un Blood Money avec en prime, des ajouts bien venue : des maps très grandes alliés avec de multiples possibilités de meurtres et de la difficulté si on veut remplir quelques défis (comme le faites de tuer ces cibles sans se faire repérer si changer de costumes ce qui demandera une mémorisation des détails du jeu.....darksoulien si je puis dire). Mais malgré tout, impossible de pas se sentir trahi quand on voit le foutu contenu ! Pour vous dire, je vais tricher un peu : Je vais parler du contenu obtenu il a quelques jours (mon retard aura servi à quelque chose). Le gros souci : Le premier contenu, l'intro pack donc, contient trois missions donc la première est un tuto, la deuxième une petite map et la troisième est censé être la map qui va servir de modèle pour les autres : Une énorme map dans laquelle tu va pouvoir faire ta mission. Mais le souci est là et particuliérement visible : C'est bien joli la grande map mais elle va servir apparemment que pour une mission et après fini. Ce qui fait qu'en théorie, le contenu du jeu en ligne droite va être particuliérement rikiki de base donc je vous laisse imaginer quand le jeu est en kit. Et ce n'est pas en foutant tout un tas de fonctionnalité comme de créer des contrats ou un mode défi que ca remplit le vide, ces trucs là devraient être des bonus, pas de substitut pour combler un vide.

Certains m'ont sorti d'ailleurs que "oui mais l'épisodique permet de payer moins cher le jeu donc si tu n'aime pas, au moins t'as pas claqué 60 ¤". Alors premier truc : Tester un jeu pour voir si il est bien, y a une façon de le savoir : Ça s'appelle une démo et c'est gratuit depuis l'aube de l'humanité. Ensuite : Non, dans le cas d'hitman, tu ne peux pas juger sa qualité sur ce qu'il te donne. Au final, avec tout le contenu, tu peux éventuellement le trouver bon. là, par contre, il donne juste une mauvaise image de lui et de ne permets pas de se forger une idée complète de son potentiel donc non, ce n'est pas avantageux. Avec ce comportement, on se laisse avoir et on donne 12 ¤ à un éditeur alors que de base, on aurait rien donné parce qu'on se dit "c'est 12 ¤ donc c'est moins cher" sauf que l'éditeur, bha il t'a eu et tu t'en es pas rendu compte.

Enfin bref, ce jeu a du potentiel mais clairement, Square enix s'est planté complétement avec ce système et a clairement gâché ce qui aurait pu être un bon jeu (moi même, si je n'avais pas eu ce jeu "gratuit", je n'aurai jamais testé ce jeu). Rendez-vous éventuellement en 2017 pour le jeu complet (si le public pardonne cet écart de conduite).


Et on termine enfin sur Salt and Sanctuary assez rapidement. En gros, pour vous la faire court, ce jeu c'est Dark souls mais en 2D. Comme vous le savez, Dark soul est une série pour laquelle j'ai un mélange d'amour et de haine assez étrange. Et autant dire qu'un jeu qui ressemblait beaucoup à Dark souls et qui, en prime, sortait sur PS4 (la meilleure console du monde mais chut, faut pas le dire sinon on passe pour un sale fanboy......oh wait!), ca m'intéressait. Dans ce jeu, on retrouve tout de dark souls, à la commande prés, au mécaniques prés. Je vous dirais même que j'ai plusieurs fois checké sur des sites pour voir si Ska Studios n'était un nom fake de From software. 

Bon, pour autant, c'est loin d'être parfait. La traduction française est une catastrophe absolue qui rend presque le jeu incompréhensible et l'arbre des compétences est complet mais assez complexe pour s'y retrouver. Sachez également que le jeu (notamment à cause de son côté 2D) est plus difficile que le souls de base. donc soyez prêt à mourir en boucle et à vous énerver.

VOILA ! Bon, arrivé à la fin, petit truc : J'ai commencé l'article y a 2-3 semaines mais à cause d'un gros manque de motivation et de paresse, j'ai repoussé à chaque fois. Pour vous donner le niveau : j'ai trois articles à écrire sur le blog (notamment les impressions sur les animés de la saison), des articles à écrire sur un autre site (qui galère un peu et donc j'aimerais vraiment les aider) et je sais pas quand je trouverai le temps de les faire (en plus, uncharted 4 va arriver). 

Tout ça pour dire que je vais essayer de me forcer un peu, histoire de mettre de l'ordre dans tout ça. Juste pour dire : C'est pas une question de devoir quelque chose à quelqu'un (je sais qu'il doit y avoir trois tondus et un pélé qui attendent mes écrits) mais une envie personnel d'être en ordre, une sorte de régle personnelle. 

Bref, on se revoit d'ici quelques jours pour les animés de saisons et j'espère un autre truc notamment le mois d'avril qui sera plus rapide en théorie. 

Le gif du mois : 
Mon kif du moment ? Sakamoto desu ga !
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Dossier (Jeu vidéo)

Bonjour à tous !
Après une très rude période ou j'avais beaucoup de mal à écrire (très ironique quand on sait que j'ai plein de sujet en tête) et que j'ai fini par accouché d'un texte que j'aime bien. Je reprends ma chronique ! Et comme la dernière, je l'écris bien après la fin du mois de février mais bon, heureusement, j'ai gardé mes notes et je peux donc faire comme si de rien n'était..hé hé hé.

Bref, voici donc les voxel chronicles sur le mois de février !

Une nouvelle console de jeu ???

Début du mois, alors que je me remettais des deux semaines infernales que j'avais vécu en changeant d'adresse (promis, c'est la dernière fois que j'en parle), j'ai reçu plusieurs visites de la famille qui venait voir mon nouvel habitat. Bon, d'habitude, la famille, c'est pas mon fort sauf une partie de la famille que j'apprécie beaucoup et qui m'insupporte pas mais là, j'avoue que j'ai été pas mal surpris.

En effet, lors du déménagement, on a remarqué que j'étais une des rares personnes qui n'avait pas de Smartphones. Jusque là, j'avais un Samsung GT-S5360, qui est sommairement un Samsung galaxy à bas prix (Je l'avais eu grâce à une promo ou t'avais un téléphone pratiquement gratuit avec un abonnement) sur lequel tu peux rien faire à part à téléphoner (le machin crache ses tripes si tu fais tourner Angry bird dessus). C'est donc lors d'une des visites qu'elle arrive avec un cadeau : un gros smartphone "moderne" : un Logicom L-EMENT551.

Alors d'après les quelques test que j'ai vu sur le net, c'est correct : ca fait tourner la plupart des applications et c'est assez "performant" (ça rame pas, ça plante pas et ça n’explose pas quand tu lance plusieurs trucs en même temps). Alors, moi, évidemment, j'ai pas pris ce smartphone comme un téléphone mais clairement comme une grosse console de jeux Android sur lequel je pouvais enfin essayer les quelques jeux mobiles qui m'avait l'air intéressant.

Et après un mois, voilà un peu ce que je retiens :

- Il a évidemment beaucoup de free-to-play, le mobile était le meilleur endroit pour ce genre de jeux et y a pas mal de genre différents dispo : Du jeu de rythme, du RPG, du jeu de stratégie. Perso, j'ai essayé le jeu Love live....sur lequel je n'ai a peu prés rien compris (Je me souviens avoir vu un tuto sur un autre blog, faudra que je le retrouve), le jeu des simpsons ou encore essayer rapidement Valkyrie Drive (et encore j'ai rien compris).

- Y a malgré tout quelques jeux intéressants mais dont j'ai dû me rappeler de l'existence. Comme par exemple le Fallout Shelter que j'ai essayé un peu et qui est cool je trouve ou encore une version mobile et apparemment gratuite de Chaos;Head child (le jeu est en jap mais il existe un patch pour le mettre en anglais....Même si ça demande un temps de téléchargement délirant.....). Oui, il a quelques visual novel sur android dont une version de If My Heart Had Wings (un VN sorti sur steam) qui avait apparemment un système typé free-to-play mais qui a été enlevé apparemment.

- C'est parfois la galère pour jouer à certains jeux. C'est le cas notamment du jeu qui m'intéressait le plus sur mobile : Terra battle (un free-to-play fait par Hironobu Sakaguchi, le créateur de final fantasy). Alors, le truc, c'est que la plupart des jeux, il faut passer par google play pour pouvoir les installer...........et le souci, c'est que Google play est raciste ! Il faut en effet être résidant Français pour pouvoir à la version française. Si vous êtes belge ou suisse, c'est foutu, vous ne pouvez pas y jouer. Du moins, pas normalement : Le seul moyen d'y jouer est d'utiliser un VPN (le truc qui change votre adresse IP) et de le lancer à chaque fois que vous voulez jouer. Sans compter que si une mise à jour arrive, vous devez retrouver l'APK (en gros, c'est le programme d'installation du jeu) qui contient la version plus récente du jeu. Un bordel... (pour ceux qui se pose la question, y a rien d'illégal, le jeu est gratuit vu que c'est un F2P. Et si ca l'est, mettez le jeu en belgique et j'arrête direct ! c'est plus une prise de tête plus qu'autre chose). D'ailleurs, j'ai finalement très peu joué à cause de toutes ses manipulations mais j'essayerai de m'y remettre

- Au final, l’intérêt des jeux est un peu limité de mon point de vue, il faut dire que si on adhère pas au concept Freemium de la plupart de ces jeux, c'est un peu compliqué de leur trouver un grand intérêt. Sans compter que j'ai un peu de mal avec ces jeux qui, pour devenir intéressant et amusant, vous demander presque de mettre votre vie social au placard. Malgré tout, je retiens trois jeux que j'ai particulièrement apprécié :



- A blind legend : Un jeu très particulier puisqu'il s'agit d'une aventure ou on contrôle un aveugle et qui se joue uniquement avec le son et l'écran tactile. Pas d'image donc mais un sound design calculé au décibel prés pour offrir une aventure unique et incroyable. Par contre, le jeu est assez difficile je trouve car l'écran tactile ne réponds pas toujours à la perfection. soit je suis très nul (...mais je pense que je sais encore glisser mon doigt sur un écran tactile) soit le jeu est réglé à la seconde prés.

- Monument Valley : Un très joli jeu qui avait fait le tour du web à la sortie et qui avait gagné un prix (le design Apple Award 2014....j'ai aucun idée de ce que c'est). Un jeu jouant sur les énigmes et en particulier sur les illusions d'optique ainsi que sur une DA très coloré et soigné. Le jeu est par contre très court puisqu'il faut moins de 2h pour le finir (ce qui est bien dommage...). Ce jeu est également le seul que j'ai payé (3 ¤).

- Lost in Harmony : Un jeu français assez particulier puisqu'il combine Runner et jeu de rythme. Très vite additif et vraiment amusant, il faut toutefois donner 4 ¤ pour pouvoir profiter du jeu complet et surtout de la grande force du jeu : Ses niveaux supplémentaires créés par la communauté (Y a d'ailleurs la musique de One punch man que j'ai pas mal fait).

Bref, tout ça pour dire que j'ai pu découvrir l'univers du mobile. Passé la curiosité du moment, j'avoue que les jeux qui sont présent sur Android en quantité importante ne sont pas vraiment les jeux que je recherche. Mais force est de constater qu'il a une poignée de jeu plus intéressant et qui offre une expérience plus intéressant que je l'aurai cru. Donc....on peut dire que c'est pas si mal d'avoir un smartphone.

Bon, Alors que le mois commençait, est arrivé le dernier épisode d'une licence que j'attendais, à savoir Naruto Ultimate Ninja Storm 4.



Bon, pour rapidement parler de Naruto : Il s'agit d'un Shonen pour lequel j'avais une certaine affection. C'est le premier gros shonen que je me suis tapé quand j'ai commencé à lire sérieusement du manga, c'est aussi le premier animé (je crois) que j'ai vu en VOSTFR... je peux donc difficilement dire que Naruto ne m'a pas marqué. le souci, c'est qu'au fil des années, le manga m'a progressivement déçu et j'ai fini par le trouver incroyablement mauvais et je me suis contenté de le suivre de très loin. (pour vous donner une idée, le dernier arc, celui de la grande guerre, qui est celui qui m'a fait haïr pour de bon le manga, j'ai dû lire un résumé complet et......trois chapitres ?). 

Perso, au fil des années, j'avais perdu l’intérêt pour Naruto mais également pour les jeux Naruto que j’appréciai souvent malgré leur habitude bien chiante de se cloner année en année....jusqu'en 2011 ou, par hasard, je tombe sur un jeu estampillé Naruto appelé Ultimate Storm 2. J'étais spectique : J'avais joué à Rise of Ninja (offert par ma copine de l'époque qui a cru que c'était une bonne idée) et j'avais pas trop apprécié. J'avais vu des test du premier Ultimate Storm qui parlait d'un jeu beau et dynamique mais avec beaucoup de lacunes. Quand j'ai vu le jeu, je me suis alors rappelé des retours qui parlait du meilleur jeu Naruto de tout les temps. J'ai donc pris le jeu (que j'ai payé 10 ¤) et j'ai tenté le truc. Et autant dire que j'ai pas été déçu du voyage. 

Autant le dire : Ultimate Storm 2 est le meilleur jeu Naruto que j'ai fait et un jeu génial tout court d'ailleurs. Musiques géniales (non tiré de l'animé.....je suppose vu que ça faisait longtemps que je l'ai arrêté), une dynamique et une mise en scène juste incroyable, une durée de vie énorme pour un jeu de baston, un mode histoire complet, ect.... bref que de bon. J'ai donc suivi la série.... en évitant soigneusement les épisodes qui n'était pas numéroté (comme le révolution ou le génération qui sont des épisodes moyens et bouche trou....surtout le révolution).  Et le 3...... et bien, il a les meilleurs avantages et les mêmes défauts que le 4 dont je vais parler. 

Qu'on soit d'accord : le 3 et le 4 ne sont pas de mauvais jeux. On retrouve toutes les qualités du précédents jeux avec quelques différences (le 4 notamment revient sur un mode histoire qui est une succession de cinématiques et de combats plus classique mais a mis le mode aventure/RPG/monde ouvert à part pour que les joueurs puisse faire le jeu à leur sauce) et c'est du bon sur le papier. Le souci ..........Bha c'est le manga lui-même ! le 3 et le 4 s'attardent en effet sur l'arc final de Naruto qui est très mauvais et plutôt chiant à suivre. le résultat : Les combats sont toujours bien mis en scènes mais sont clairement moins intéressants. Et mine de rien, on accroche beaucoup moins aux jeux. 

Le 4 est malheureusement le pire puisqu'il adapte le TRÈS LOOOOOOOOONG combat final de naruto avec ces révélations de complots à la con et ces boss à tiroirs.... c'est quand même d'ailleurs assez rigolo qu'un concept qui semble tiré du jeu vidéo passe si mal....en jeu vidéo justement ! Du coup, la mise en scène reste toujours incroyable mais on se fait chier à suivre cette histoire qui a clairement été tiré en longueur et qui n'en finit pas..... C'est tout le paradoxe : il a que des qualités mais le matériau duquel il est adapté est tellement mauvais qu'il occulte tout les qualités.... c'est incroyable.

Bref, si vous détestez Naruto et les jeux Naruto, c'est clairement pas ce jeu qui va vous faire aimer ce manga. Et si vous êtes fan........à vous de voir à quel niveau vous en êtes pour savoir si vous apprécierez ce jeu ou pas. 

 
Bon, si il a quelque chose sur laquelle je suis parfois assez sensible, c'est la hype du moment. Et début du mois de février, ça a été un peu la hype autour de Gravity rush Remastered. Oui, les gens autour de moi étant particulièrement enthousiaste à l'annonce de la sortie du jeu...j'ai cédé aussi et me suis procuré le précieux sésame.... Bon, j'avoue, si il avait pas été à 30 ¤ et que je n'avais eu Gravity rush normal en PSN+, je ne l'aurai peut surement pas acheté.

Et que dire du jeu ? Bon rapidement, j'avais adoré Gravity rush a tout les niveaux sur Vita. Son univers, son gameplay, sa dynamique, son héroïne, ect. Les seuls défauts que j'avais trouvé était la fin trop brusque et envoyait un peu trop le message suivant : "toutes les réponses dans le deuxième épisode". Or, ce deuxième épisode n'était pas sûr à l'époque et je juge qu'un premier épisode doit un minimum se suffire à lui-même. Bon, ce défaut représente 2% du jeu mais c'est un peu dommage.

Pour ce remaster..... disons qu'ici, le jeu a encore été amélioré. La maniabilité, utilisant le gyroscope de la vita disparaît au profil de celui de la manette.....mais cette fois, c'est facultatif, il est possible de se diriger au stick. Et marrez-vous mais ça change beaucoup. Fini le temps d'apprivoiser le gameplay, ici, c'est immédiat et plus précis, ce que rend le jeu encore plus agréable. Du reste, le contenu ne change pas vraiment : Le jeu est plus joli (encore heureux) et le contenu des DLCs est inclus sur la galette (de qualité inégale toutefois).

Bref, beaucoup moins à dire mais quand c'est bon et que je vois de défauts, je vais pas chipoter plus que de raisons. (je suis pas Pciste moi)

Le mois a continué et les petites sorties (petites dans le sens, pas de boîte petit prix et jeu plus court que la moyenne) ont commencé à débouler. Toutefois, alors que j'avais deux à faire (j'en parle plus bas), il a une chose qui est arrivé : un jeu que j'avais acheté il a 6 mois est sorti de son early access. bon l'Early access, c'est un peu l'un des grands cancer de ce siècle... avec les season pass et les accés bêta précommande. J'ai toujours détesté devoir payer un peu et prié pour que les développeurs se décidé enfin à finir le jeu. Bon, ici heureusement, les développeurs avait déjà, à l'époque de mon achat, terminé une grande partie du jeu (environ 60% je crois). La sortie finale devait donc corriger des bugs, rajouté du contenu, remettre le jeu dans un ordre différent et mettre des options en plus (notamment traduire le jeu en plusieurs langues dont le français). Ce jeu, c'est Layers of fear


Layers of fear fait un peu partie de cette nouvelle gamme de jeu d'horreur : à la première personne et avec des scripts qui s'amuse à jouer avec vous en vous faisant sursauter et en vous forçant à commettre des erreurs pour mourir. L'histoire est sommairement la plongée dans les cauchemars et la folie d'un peintre du début du siècle dernier qui va tenter de finir un tableau pensant que cela exorcisera ces démons.  Ici, dans ce jeu, on est plus proche du gros train fantôme. On avance, on résout quelques énigmes, on lit des documents pour apprendre l'histoire et on appréhende le moment ou le jeu te foutra un coup de pression avec un bruit ou une silhouette qui va apparaître. Certains diront que la peur dans le jeu du coup n'en est pas une (le débat sur le faites de savoir si le sursaut est vraiment de la peur), personnellement vu l'ambiance particulièrement glauque et psychologique du jeu, je suis totalement rentré dedans.

Le jeu fait plutôt peur et sa grande qualité graphique ainsi que ses scripts parfaitement réglé et qui donne vraiment l'impression d'être coincé dans la partie la plus lugubre de l'âme humain donne vraiment un cachet horrifique et plutôt inquiétant au jeu. Alors, certes, l'impact a été moindre la deuxième fois puisque j'avais déjà fini le jeu et le contenu rajouté est un peu moindre car pour le coup, on était plus proche du 75% lors de l'Early... et finalement seul une heure de jeu a été rajouté... mais ça reste du très bon : une DA impeccable, un vrai sentiment de peur et d'horreur psychologie (mixé avec du jump scare), un sound design très soigné et une histoire pas mauvais (ça va pisser super loin non plus mais ça suffit). Bref, un jeu d'horreur vous faits envie ? Celui là est pour vous. 



Bon, on passe donc au meilleur morceau : Unravel. Alors, je sais pas si j'ai le don d'avoir le coup de c½ur pour des jeux que le public se met (bêtement) à détester. Vous savez, ce genre de public qui vous sort aussi qu'ils n'ont pas le temps de jouer à tel jeu mais qui perde leurs temps avec des trucs vraiment pourris genre FIFA. Bref, personnellement, Unravel, c'est le projet pour lequel j'ai un coup de c½ur dés le premier trailer à l'E3 (et contrairement aux gens, je me foutais que ce soit EA qui édite le jeu). J'ai donc attendu le jeu en sachant ce qui m'attendait : de la plate-forme avec énigmes pas forcément le plus compliqué du monde et une DA qui allait ravir mes petits yeux.

Et c'est exactement ce que j'ai eu : Un très chouette jeu que j'ai fais d'un bout à l'autre avec un plaisir non dissimulé, une aventure ni trop longue ni trop courte (environ 6-8h de jeux), un charme particulier sur tout les points et des parties ou je ne suis jamais fait chier. Mon dieu, que j'ai aimé ce jeu ! Alors, je sais pas..... on juge aujourd'hui que parce que "olala on a déjà vu des jeux de ce genre donc c'est nul" donc sous prétexte que j'ai déjà mangé une pizza 4 fromages dans ma vie, je ne dois pas gouter les autres pizzas 4 fromages ? C'est hallucinant les excuses qu'on se trouve pour ne pas s'intéresser à un jeu (mais qu'on le juge quand même, histoire d'avoir une "pseudo crédibilité"). Bref, Unravel, tu es officiellement mon jeu de début d'années préféré hu hu hu.

L'autre jeu qui m'a un peu occupé ces temps (Oui, petite remarque : j'évite de parler des jeux auquel j'ai joué quelques minutes pour les laisser sur le coté, je n'ai pas assez joué pour m'en faire un avis), et bien, c'est le jeu qui a géré une haine pas possible contre lui alors qu'il n'avait rien demande : Rise of the tomb raider. 


Bon, Rise of tomb raider, c'est surtout le jeu qui est connu parce qu'il est devenu une exclu Microsoft et que les gens ne voulaient pas que ca en soit une. Sauf que..... les gens attendaient vraiment autant que ça ce jeu ? Je veux dire, j'ai bien aimé le premier mais... j'ai plus entendu de critiques négatives sur le jeu que de positif, c'est pourquoi j'ai été assez surpris de voir ces réactions.....Est-ce que tout simplement quand un jeu ne sort pas sur la machine la plus populaire, les gens se sentent obligé de ne pas être content ? Je ne sais pas. Moi, perso, j'avais lu le petit mot le lendemain disant "ca sortira sur PS4 et PC plus tard". Et c'est le cas, puisque le jeu est sorti deux mois plus tard sur PC. D'ailleurs, je peux m'empêcher d'être un peu perplexe sur un détail : Quand un jeu sort sur PC alors qu'il était sur One, on a tendance à se moquer mais à prendre en pitié la console (pareil pour la Wii U et son manque d'exclu) mais à l'inverse, quand une exclu PS4 saute (même si ça n'arrive pratiquement pas sauf pour les vieux trucs hi hi hi), on saute à pied joint sur le troll.........la jalousie quoi. Bref, parlons de Rise of tomb raider.

Globalement en faites..... Bha c'est une version améliorée plus grande et plus jolie du premier. Exit la jungle peu accueillante et place à la neige et à la montagne avec ces grottes et autres. On a maintenant droit à des quêtes annexes, de la récolte plus poussé, des costumes alternatif, un gros aspect RPG et une gestion des langues que......je vous avoue ne pas très avoir compris à quoi ça servait en gros. Du reste, ça garde les qualités et les défauts du premier : Mise en scène cinématographique, pseudo open world, un jeu dynamique et rythmée et une aventure ni trop longue ni trop dur. D'ailleurs, je ne sais pas si c'est moi mais j'ai trouvé le jeu particuliérement beau..... alors que je ne suis pas spécialement sensible aux graphismes (et ce n'est pas le faites de faire le jeu sur PC, j'ai fait pas mal de jeux sur PC et je n'ai jamais spécialement fait attention aux graphismes alors gardez vos réflexion de Promasterace.....)

En faites, le seul point qui m'a posé "problème" avec le jeu, c'est un peu son histoire.....Bon, déjà à la base, celle du premier était un peu du foutage de gueule : On avait promis de la survie, une odyssée  très éprouvante et gore pour la pauvre Lara qui allait devoir vivre épreuve sur épreuve pour s'en sortir et qui allait sortir de tout ça en étant traumatisé. Toutefois, la fin laissait supposer que tout cela ne l'avait pas spécialement marqué et ce nouvelle épisode se traduit par une histoire hyper simple et franchement....banal (En gros, lara recherche un trésor pour prouver que son père n'était fou et se retrouve aux prises avec une organisation qui veut trouver le trésor avant elle........Meh...). C'est dommage car la base du jeu aurait pu être plus intéressante mais pour cela, il aurait fallu que les développeurs se bougent un peu plus (D'ailleurs, je ferai peut être un article pour expliquer une vision que j'aurai eu d'une trilogie Tomb raider basé sur l'idée du premier jeu mais refait complétement). Bref, rise of tomb raider est un bon jeu......mais avec le recul, je m'aperçois qu'il ne me marquera absolument pas et qu'il ne méritait pas tout le tapage médiatique qu'il a eu.......


Je termine rapidement sur un jeu que j'ai eu la chance de gagner (pour une fois que je gagne un truc moi....), il s'agit de Street fighter V. Bon, autant dire que si je l'avais pas gagné, j'aurai jamais pris ce jeu. Le premier problème, c'est que je suis pas spécialement fan des jeux de baston, je trouve le genre intéressant et plus profond depuis que je parle à des joueurs plus expérimenté que moi mais ce n'est clairement le genre que j'aime le plus (mais c'est déjà mieux que les jeux de sports que je déteste). Le deuxième problème, c'est que le jeu a pas mal fait couler d'encre avec son contenu très limité, l'ergonomie à revoir et son online en papier. Et c'est toujours un peu le cas maintenant, il a encore clairement des trucs à refaire et à soigner.

Après, je mentirais si je disais que je me suis pas amusé sur SFV. J'ai de la chance d'avoir deux joueurs avec moi sous la main : Un très expérimenté qui a le fair play de faire des matchs d'entraînement pour le débutant que je suis, histoire que le jeu ne devienne pas désagréable d'un coup (oui, car on peut dire ce qu'on veut, un jeu ou ne fait que perdre et ou on a l'impression d'être très mauvais, ça tue la motivation de continuer....malgré qu'on m'ait dit que ça fait partie de l'expérience jeu de baston) et un autre joueur moins expérimenté (mais toujours plus que moi) avec lequel je peux me friter de façon plus sérieuse. Et du reste, il a le online ou j'ai un Ratio pas trop mauvais de victoire (après, j'ai pris un perso assez simple à jouer et dont les coups normaux font assez mal....). Bref, j'ai malgré tout trouver SFV amusant et cette expérience très chouette. Après, il faut évidemment que je continue à m'entraîner et je suppose que le jeu va devenir de plus en plus intéressant et différent. Mais ça, c'est une autre histoire qui se fera avec le temps. 

Et voilà ! ça a été très long (à écrire, à lire et à sortir de mon esprit) mais c'est fait. On se retrouve bientôt pour celui de mars............que je vais essayer de faire plus rapidement vu qu'on est à une semaine de la fin du mois !! Bref, je vous dis à bientôt et amusez vous bien.

Gif du mois : J'ai encore trois articles à écrire.........je veux jouer !
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Parlons jeux vidéo ! (Jeu vidéo)

Bonjour à tous.
Aujourd'hui, on va causer un peu plus sérieusement que d'habitude. En effet, c'est bien joli de vouloir parler des jeux et de soi-même dans une magnifique course au nombrilisme mais aujourd'hui, j'avais envie de parler d'un sujet sur lequel je m'interroge quelque peu. Depuis longtemps, il a un critère sur lequel les joueurs se repose pour juger secrètement leurs jeux. Vous avez déjà utiliser ce critère, je l'ai déjà utiliser aussi. on l'a tous utiliser un jour pour juger un jeu sans même y avoir poser les mains et même si on le trouvais intéressant... Ce critère, c'est évidemment le prix. Et c'est de cela que l'on va parler aujourd'hui.



Il a quelques semaines, est sorti Firewatch et Unravel, deux jeux que, personnellement, j'attendais avec une certaine impatience (Surtout Unravel en faites car Firewatch a malheureusement tenu à faire attendre les sous-titres en français). Et j'ai été étonné d'une chose : Les gens n'ont pas parlé du jeu en lui-même, de son contenu, des émotions éventuelles que celui-ci procure mais plutôt que : "20 ¤ c'est bien trop cher pour un jeu vidéo !! surtout un jeu vidéo qui ne dure que quelques heures !" Et j'avoue que ça m'a beaucoup surpris....

Surpris car les gens avaient l'air d'attendre beaucoup de ces jeux (de firewatch du moins car Unravel avait le macaron EA imprimé sur les fesses et donc les gens l'ont fait un gros déni de sale gueule) et pourtant, le faites de payer 20 ¤ pour un jeu qui allait être assez intéressant, profond et très recherché...bha ça a refroidi plein de monde. En tête, les joueurs de Steam qui ont quand même osé faire le jeu en rushant totalement le jeu et en demandant à se faire rembourser après. Et même des gens qui ont trouvé le jeu bon ont quand même trouvé le culot de dire "Oui, le jeu était bien mais je préfère reprendre mon argent pour acheter un autre jeu". Vous allez peut être me trouver gonflé mais moi j'ai vraiment l'impression que le discours, c'était ça :

"Les développeurs ont fait un super jeu mais je juge que malgré l'amusement et la richesse qu'il m'a procuré, je trouve qu'il ne mérite pas de garder mon argent"

Bon, finalement, paraît t'il que le jeu s'est bien vendu mais.... ça m'a quand même sidéré que les développeurs ont dû limite pousser un cri d'appel à l'aide pour ce jeu : Rappeler dans quelles conditions précaires ils ont du développer le jeu, que le titre était très important pour eux et à quel point il avait l'impression de pas être compris par une partie du public vidéoludique. Et ça peut paraître idiot de ma part mais je me suis dit "Sérieusement ? 20 ¤ c'est trop cher pour un jeu indé?"

 

Est-ce que je fais la blague de "je cherche le respect".................oups ! 


Alors je dis jeu indé mais aujourd'hui, malheureusement, ce terme est utilisé à tort et à travers et ne veut pratiquement plus rien dire. il a quelque temps, on a parlé de No Man's sky et du faites que ce jeu allait coûter 60 ¤ et qu'on a entendu beaucoup de "olala mais 60 ¤ pour un jeu indépendant c'est trop cher, c'est délirant monsieur ! vous êtes fou". Je suis peut être méchant mais...est-ce que ce jeu peut être encore qualifié de jeu indépendant comme on l'entends ? Pour moi, c'était plus une sorte de AA, un jeu artistique, fait par un petit studio mais surement financé au moins en partie par l'éditeur (dans le cas de la version console qui est sans la plate-forme centrale vu qu'il était présent à toutes les conférences, sony) pour profiter de l'exclu et pour obtenir un titre différent des canons habituels...En d'autres termes, on est loin du jeu indépendant de base, on ne peut même plus l'appeler comme ça.... en d'autres termes, je trouve que cet excuse, "un jeu indé ne peut pas être aussi cher" ne tient pas...

Enfin, le problème c'est qu'aujourd'hui, le constat est là : On ne joue plus avec sa curiosité, on joue avec son porte-feuille. Et si je puis me permettre, pour moi, c'est un peu comme l'excuse du "ça a l'air cliché", je trouve qu'il n'y a pas pire comme excuse pour s'intéresser à une ½uvre. J'ai bien conscience que si on commencer à être très curieux niveau jeux vidéo, c'est compliqué de faire son budget et d'arriver à tout acheter. Ce qui se traduit par des jeux qu'on achète en priorité ou qu'on laisse tomber.

Tout cela est bien joli mais malheureusement, les joueurs qui arrivent à trouver le parfait équilibre sont rares. Certains vont tomber dans l’extrême "positif" de tout acheter et d'autre de ne jamais prendre de risques et de snober sans arrêt. En particulier en criant que "de toute façon, ce jeu ne mérite pas mon argent" le souci, c'est qu'en essayant toujours d'aller au plus facile, d'aller au moins cher et ne jamais tenter de récompenser quand un développeur se décarcasse pour sortir un jeu différent de la norme, on arrive à du "The division est le plus gros démarrage de....".

Quand on voit que Firewatch doit insister pour vendre son jeu, quand on voit que des titres plébiscité par la presse comme Okami ou Mirror edge se font snober à leurs sorties parce que "c'est trop cher et je connais pas....je vais plutot aller m'acheter le 100eme jeu-clone qui est sorti parce que ça je connais" et donc en gros, ne pas vouloir soutenir une démarche différent et plus intéressant du jeu pour ensuite se plaindre de l'état de l'industrie vidéoludique.... y a vraiment de quoi être choqué par ce comportement.

C'est malheureusement le comportement du joueur actuel : Il ne veut pas être roi, il veut être empereur. Il veut le beurre, l'argent du beurre et le sourire du laitier. Ce qui me fait marrer d'ailleurs, c'est quand on voit des joueurs qui ont un compte steam, 500 jeux qu'ils ont acheté sur les bundles et les soldes et qui te disent de pas avoir eu le temps de jouer..... c'est quoi le but alors ? Engranger pour le plaisir d'engranger et le plaisir de comparer son e-pénis aux autres ? c'est pas un putain de paradoxe de se plaindre que les jeux sont trop chers, les chopper à pas cher et ne jamais y jouer ? Bien évidemment, tout ça sont des exemples et tout le monde n'est pas comme ça mais c'est quand même terrible de voir une majorité de gens agir comme ça et d'avoir l'horrible impression qu'ils se plaignent d'un problème juste pour laisser croire qu'ils sont malins d'avoir remarqué un problème qui n'en ait pas vraiment un ?



Le comble est atteint quand on arrive à ce type de réflexion :  "le jeu vidéo va mieux grâce à moi; regardez la sortie de ce jeu sur ma plate-forme" dixit le joueur PC convaincu de sa supériorité. Oui, merci ô grande master race, merci à toi de pas avoir soutenu le jeu à l'époque parce que tu refuse de jouer sur autres choses parce que "ça coûte moins cher" et que tu préféré attendre que tout te soit donné dans la main. Oui, je critique encore mais arrivé à un moment donné, devoir céder au caprices d'une caste de joueurs convaincu que tout lui ait dû parce qu'il joue sur une plate-forme et renie complétement les autres, c'est vraiment de la mauvaise volonté. Surtout quand après quand on dit que le jeu vidéo tourne en rond.

D'ailleurs, les soldes steam m'ont toujours fait marrer : Système créer à la base pour contrer le piratage (c'est quand même fort que pour empêcher les gens de pirater tes produits, t'es obligé de les donner pour trois fois rien quelques mois après leurs sorties.....), c'est surtout devenu une opportunité pour le joueur un poil fainéant de prendre un titre sans trop de risques. Si c'est bien utile pour le joueur peu fortuné et que ça peut sauver parfois des studios (Fritionnal game a pu faire Amnesia grâces aux soldes de son précédent jeu.........................Et même là, je trouve que c'est abusé puisqu'il a fallu attendre que le jeu baisse pour qu'on daigne enfin s'y intéressé), c'est une aubaine pour le joueur radin. Et je ne parle pas du remboursement steam qui est totalement excessif et aurait vraiment besoin d'être plus encadré.

Alors, on pourrait croire que j'encouragerai le prix des jeux à très haut prix et critique toute forme de baisse de prix. Je ne dis pas ça mais entre ne jamais payer ces jeux chers quand on en a les moyens et acheter des jeux auquel on fait confiance après avoir étudié la question et d'avoir choisi l'édition qu'il faut, il a quand même une marge. Personnellement, j'ai acheté pas mal de titres auquel j'ai cru et parfois, j'ai eu raison d'avoir confiance et parfois non....... mais je me dis "tant pis, c'est le jeu!". Oui parfois, on claque 60 ¤ dans un titre et on est déçu.... Mais deux choses : 1) faut parfois prendre des risques dans la vie, dans le jeu vidéo aussi, 2) le tout c'est d'en tirer des leçons dans les deux sens : faire attention quand un titre est similaire et se renseigner dessus dans le positif comme dans le négatif sans tomber dans une parano du "tout est nul dans le goût, je reste dans ma zone de confort".


Bon, pour terminer, qu'est que j'essaie de dire : Qu'on soit clair, j'achète en occasion aussi les gars et les soldes de steam, j’achète aussi quelques jeux de temps en temps mais de temps en temps, j'aimerais que les gens arrêtent de sortir le montant du prix comme argument pour juger un jeu. On ne peut pas tout acheter c'est sûr mais ce n'est pas une raison pour justifier tout les comportements et tout les écarts qu'on peut avoir. Je vais pas vous sortir l'habituel "faut jouer avec passion putain" mais vous demande de consommer le jeu vidéo de façon un peu cohérente avec votre discours et vos envies. Et parfois, vous dire qu'il faut parfois faire un "achat militant", histoire de récompenser les développeurs qui ne sont pas les grands méchants que certains pensent (ça, c'est plutôt l'éditeur qui a ce rôle) et de faire évoluer le jeu vidéo car l'achat, mine de rien, c'est l'acte le plus important qui peut faire basculer l'industrie à notre échelle, c'est à dire celle du simple petit joueur.

Bref, merci d'avoir lu cet article. Il a pris beaucoup de temps à cause du manque de concentration mais au final, je suis assez content de moi. J'espère qu'il vous a plu et je vous dit à bientôt.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)