Fin alternative

Fin alternative

Par Voron Blog créé le 09/05/12 Mis à jour le 09/04/15 à 00h53

Ami, si tu est ici, c'est que tu as probablement foiré quelque chose au cours de ta partie. Tu n'auras donc pas la bonne fin. C'est dommage, tu vas devoir recommencer le jeu depuis le début.

Mais puisque tu es là, pourquoi ne pas en profiter pour découvrir celle que je te propose?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Il y a de cela quelques années, avant que le grand Internet ne facilite les communications et les échanges d'informations, au moment d'acheter un jeu, c'était un peu le « blind pick »: on les choisissait selon si la jaquette attirait, ou si il y avait marqué Final Fantasy dessus (oui, j'ai fais ça jusqu'à la période GBA). Des fois on tombait sur des chefs d'oeuvres, d'autres fois sur des étrons. C'était un pari à chaque achat. Maintenant, on a Internet, qui nous permet de nous informer et d'échanger sur nos passions préférées. Difficile alors d'acheter un jeu à l'aveuglette et d'en être déçu ensuite.

Il y a de cela plus d'une semaine, sortait sur l'eshop de la 3DS, The Starship Damrey, un petit jeu paru à la base dans une compilation nommée GUILD02, éditée par Level5 au japon. Apparemment ce serait un donc un point'n click se déroulant sur un vaisseau spatial sombre, froid et vide de vie, où l'on y rencontre d'étranges choses, comme une petite fille potelée cachant son visage sous un jolie chapeau de paille. Normal quoi, le genre de truc qu'on croise souvent sur un vaisseau spatial à la dérive. Encore plus normal dans un film d'horreur/survival horror.

J'attends donc les retours de nos éminents reviewers (ou testeurs, dans la langue de Molière) pour savoir si oui ou non je dépense mes sous là dedans.

Voyons voir :

Destructoid:6/10

IGN:5,3

Eurogamer:5/10

...

Plutôt mitigé donc n'est ce pas ? S'ajoute à cela les commentaires non journaliste qui qualifient le scénario de niveau série B, sans mise en scène, ennuyeux, avec des énigmes pas intéressantes. C'est pas comme si les commentaires générales sur internet pèsent lourd dans ma balance (à part certaines personnalités), mais il n'empêche que tout cela n'aide pas à me faire vendre le jeu.

Et pourtant, je l'ai acheté. Oui malgré tout ça, je l'ai quand même pris. Mais pourquoi donc ? Peut être parce que Liedh m'a sommé de lui en faire un compte rendu pour savoir s'il allait à son tour suivre le même chemin que moi. Et que dans le cas contraire je serai attaché à une chaise en étant forcé d'écouter ceci en boucle.

Non plus sérieusement, deux mois en arrière le grand Uchikoshi-san présentait sa conférence à la GDC 2013 à propos de Virtue's Last Reward (mon GOTY 2012), et plus largement sur la narration et le « game » design des Visual Novels. Il citera donc Kamaitachi no Yoru, un sound novel sortit sur SNES auquel je n'ai jamais eu l'occasion de jouer (il n'a certainement jamais été traduit de toute façon...), un jeu qui l'a inspiré pour Virtue's Last Reward. Plus tard j'entends donc parler d'un nouveau jeu créé par Kazuya Asano, un des créateurs de Kamaitachi no Yoru : The Starship Damrey. C'est bon j'ai perdu personne... ? Bref, c'est à la suite de cette association d'idée que, critique assassine ou pas, j'avais plus ou moins décidé de mettre les mains dessus, car Zero Escape (la série dont VLR fait partie) m'avait déjà bluffé dans sa mise en scène et dans l'utilisation du média jeu vidéo. Je me suis dit que ce nouveau jeu pouvait être malgré tout être intéressant.

Alors qu'en est il vraiment ?

Dans The Starship Damrey, vous vous réveillez dans une capsule de stase verrouillée de l'extérieur. Vous souffrez d'amnésie due au sommeil de stase. Vous avez devant les yeux une photo d'une femme inconnue, avec un peu de chance c'est la votre. Vous avez une sorte de vision nocturne ou vous pouvez faire apparaître des écritures sur les parois de la capsule. Vous avez un écran (ou quelque chose de ce genre) vous indiquant quelques instructions. Vous appuyez frénétiquement sur le bouton « ouverture ». Vous espérez que l'amnésie ne vous a pas fait oublier que vous étiez claustrophobe. Vous commencez à en avoir marre de cette énumération.

Vous avez à disposition des robots que vous pouvez contrôler à distance. Vous allez donc vous servir d'un seul robot (parce que les autres brillent par leurs absences) pour visiter le vaisseau. Et comme dans tout les jeu de ce genre, vous allez récolter indices et objets qui vous permettrons d'avancer et de découvrir ce qu'il se passe. Car sur ce vaisseau, il s'en passe des choses bizarres! On dirait qu'il n'y a plus personne de vivant à par vous, cloîtré dans votre plumard. Vous croiserez la route d'autres robots qui voudrons vous faire du mal, d'une petite fille dont la présence dans un pareil endroit est pour le moins énigmatique, et bien d'autres choses.

Alors mon ressenti sur le jeu ? Et bien c'est plat, les énigmes sont assez facile, le jeu se boucle en deux ou trois heures seulement, il n'y a aucune musique (ou presque). C'est très dommage qu'on ne nous raconte pas l'histoire du vaisseau et de son équipage au cours du jeu (on l'apprend à la fin en fait) car pendant qu'on joue, on fait surtout de l'aller-retour entre les différentes salles. Scénaristiquement, tout n'est pas à jeter, mais ça ne casse pas trois pattes à un canard non plus. Mais bon, vu la réception du jeu par la critique on pouvait peut être s'y attendre non ?

Et bien oui et non ! Parce que au delà d'un jeu très moyen, j'y vois malgré tout une tentative de faire quelque chose de nouveau, qui sort un peu du lot. Si vous avez déjà joué à Zero Escape (999, ou Virtue's Last Reward), vous savez de quoi je parle : une façon assez unique de raconter une histoire à travers le jeu vidéo, en utilisant intelligemment ses caractéristiques (l'interactivité par exemple). Difficile d'en dire plus sans spoiler Zero Escape (d'ailleurs si vous n'y avez pas joué et que vous aimez le point'n click et les histoires complexes, foncez les yeux fermés).

Attention : JE VAIS SPOILER LE JEU THE STARSHIP DAMREY. Si la lecture de mon article vous a convaincu, aller y jouer à revenez plus tard pour lire la suite. Pour tout les autres vous savez à quoi vous attendre !

 

 

 

Maintenant imaginez : un jeu à la troisième personne où la seule chose que vous voyez c'est ce que vous avez devant les yeux. Vous êtes également bloqué physiquement et êtes forcé de rester couché dans votre capsule de survie et vous allez interagir avec l'extérieur via des commandes placées dans l'environnement. Aller avouez, c'est exactement vous, étalé sur votre lit avec votre 3DS à la main ! Bon j'avoue que la mise en abîme marche moins bien si vous utilisez votre console portable dans les transports en commun mais l'idée est là et le niveau d'immersion est assez haut.

Le scénario, et plus exactement la narration, même si elle est maladroite, reste intéressante. C'est au final l'histoire de la confrontation de deux joueurs qui agissent chacun depuis leur station de jeu respective, interagissant via divers éléments (robots, autres machines...) qui deviennent leur avatars. Chacun se demandant ce que cherche l'autre, ou comment il veut s'y prendre pour remporter la manche. L'un s'interroge sur les intentions de l'autre, quand l'autre cherchent à savoir qui est simplement son opposant. Les deux feront leurs commentaires différents sur ce qu'ils voient, à travers leurs perspectives différentes.

Et d'une manière ou d'une autre, le 4éme mur sera finalement cassé, les informations commencerons à transiter entre les deux parties, et influerons sur leurs décisions.

Voici en gros, le jeu The Starship Damrey. Alors, non un bon concept n'en fait pas un bon jeu, non tout cela ne pouvait pas le sauver d'un sabrage de la critique (selon les critères actuels en tout cas), oui le jeu ne contentera quasiment personne tant sa réalisation est plate. Et pourtant une telle mise en abîme, un tel rapprochement avec votre adversaire (de façon subtil en plus, on ne s'en compte seulement à la fin du générique), une telle double narration en aurait fait un scénario bon s'il était moins maladroit, et un jeu avec un gameplay novateur, s'il était moins ... maladroit aussi !

Si vous m'avez lu jusque là alors je vous ai à moitié gâché la surprise si vous n'aviez pas terminé le jeu (je vous avais bien prévenu quand même!). Mais si vous êtes curieux de voir quelque chose qui sort un peu de l'ordinaire The Starship Damrey peut devenir une bonne expérience. Mais ne vous attendez pas à un bon jeu, seulement un jeu intéressant.

Voir aussi

Jeux : 
The Starship Damrey
Ajouter à mes favoris

Édito

Salut à toi et bienvenue.

Je suis Voron, et je suis passionné, entre autres, de jeux vidéo, particulièrement de jeux japonais et de jeux indépendant.

Ce blog parle donc de jeux vidéo, et parfois d'animations japonaise. Quand j'ai envie. Et quand j'ai de l'inspiration.

Bonne lecture!

 

psn: mpvoron

3DS: 3566 2417 1233

steam: Voronlisk

sc2/battletag: Voron#933 / Voron#2946

 

Jeux favoris:

Chrono Trigger, Xenogears, Virtue's Last Reward, FEZ, Spelunky, Persona 3 (liste non exhaustive...)

 

(La bannière vient du jeu Muramasa Rebirth, DLC de la Nekomata)

Archives

Favoris