Fin alternative

Fin alternative

Par Voron Blog créé le 09/05/12 Mis à jour le 02/01/17 à 12h09

Ami, si tu est ici, c'est que tu as probablement foiré quelque chose au cours de ta partie. Tu n'auras donc pas la bonne fin. C'est dommage, tu vas devoir recommencer le jeu depuis le début.

Mais puisque tu es là, pourquoi ne pas en profiter pour découvrir celle que je te propose?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

 

Avertissement: cette article pourrait eventuellement contenir d'insoutenable spoilers.

 

Il est excitant de se dire qu'une histoire et qu'un univers changent selon les choix du joueur, mais ils entraînent également une certaine frustration. On a souvent dans l'idée qu'à l'issue d'un jeu on obtient une bonne fin ou une mauvaise fin. Ou encore une fin normale.

 

Car au moment de faire ce choix, on se pose ces questions : « est-ce que le développeur du jeu à rendu ce choix déterminant ? » (c'est à dire si oui ou non le choix que je m’apprête à faire a un impact sur le déroulement du jeu) et « quel choix est le bon ? ». Deux questionnements qui casse un peu l'immersion, qui invite alors à consulter les Internets, ou bien a dédoubler les sauvegardes pour pouvoir refaire un choix au moment où on se rendrait compte de son erreur. En effet s'il existe des bons choix, en opposition il en existe aussi des mauvais que l'on pourrait faire sans s'en rendre compte.

 

Shin Megami Tensei IV, fait évoluer le problème sans vraiment le résoudre. Comme dans d'autres jeux de cette série de J-RPG, les fins ne sont pas classées de bonnes à mauvaises, mais sont des approches différentes basées sur une série de choix moraux. Il est ici question de fin du monde, mais surtout des bases de sa reconstruction, ces dernières étant laissées aux bons soins du joueur.

 

On ne se posent plus la question : « suis-je sur le chemin de la bonne fin ? » mais « le monde que je construit me plaît t-il ? ». Ce qui peut devenir tout aussi frustrant quand on avance dans le flou... ou qu'aucun choix ne soit réellement satisfaisant. Dans Devil Survivor 2, qui a une problématique de reconstruction similaire ne m'avait pas fait hésiter, étant donnée qu'on m'offrait une solution qui me séduisait. Dans SMT4 en revanche, j'ai à choisir entre une utopie mortifère (plutôt une dystopie en fait) et une méritocratie. Mon coté altruiste en moi est un peu frustré...

 

Du coup, j'en ai un peu profité pour redonner un sens à RPG (rôle playing game) et jouer une personnalité différente de la mienne en tant que joueur.

 

Je dois avouer avoir manqué d'implication émotionnelle pendant une grosse partie du jeu. En fait j'ai pris des décisions parfois à droite, parfois à gauche (rien à avoir avec la politique) sans grande conviction. Le problème venant sans doute du propos très centré sur le monde en lui même (qui est pourtant très intéressant), mais pas tellement sur les personnages qui l'habitent, ce qui fait qu'il n'y a personne qu'on a envie de sauver. Pourtant j'avais envie que le rythme du jeu ralentisse parfois pour apprendre à connaître mes compagnons d'armes.

 

Ce n'est que, premièrement, à partir d'un certain retournement qui va à l'encontre de ce que pouvais m'attendre, suivi de l'atteinte du point de non-retour où j'ai dû choisir entre deux chemins que j'ai commencé à en avoir quelque chose à faire de ces personnages : celui qui a des idéaux différents me tourne le dos, celui qui m'a soutenu se sacrifie pour la réussite du plan et le dernier meurt devant moi. Je me retrouve alors seul dans un monde au bord du chaos, ce qui n'est définitivement pas une bonne fin selon moi.

 

En général, si j'en ai l'envie, je recommence un jeu jusqu'à ce que j'obtienne une fin qui me satisfasse. Dans SMT4, il y a en fait plus que les deux fins qu'on nous présentent, dont une qui se dirige vers une solution « faites ce vous voulez, moi j'ai une meilleur idée ». Ce qui est moins frustrant qu'avoir eu à choisir entre la peste et le choléra, car cette fin est présentée en tant qu'alternative.

 

En bref, SMT4 était un peu frustrant, mais pas forcément dans le mauvais sens du terme. Les situations qui tournent au vinaigre dans certains embranchements du scénario sont suffisamment motivantes pour je recommence le jeu et tente d'établir une meilleure situation. Mais je regrette que le rythme effréné du jeu enchaîne si vite les choix qui vont définir le dénouement sans me laisser le temps de m'attacher aux personnages.

Voir aussi

Jeux : 
Shin Megami Tensei IV
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Commentaires

KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

C'est un peu bateau comme explication/interprétation. Surtout qu'on tombe dans le cliché du héros muet qui est propre au jeu vidéo pour échapper à ceux des animés. Je préfère l'interprétation de Sensui et son article comme quoi l'affrontement ou la perte de nos amis nous amène à devenir plus puissant et rentre dans l'interprétation de volonté de puissance.

 

 

Je ne partage pas ce point de vue car selon moi il ne s'agit pas vraiment de nos amis.

Seul Isamu se présente comme une personne que notre personnage connaît depuis un certain temps mais on ignore s'ils sont réellement proches.

Chiaki, c'est juste une fille de la classe (J'imagine la déléguée) mais elle n'est pas vraiment présentée comme une amie.

 

Pour moi on a juste trois lycéens, de la même classe, qui s'inquiètent pour leur prof. L'une par ce qu'elle veut lui parler de son avenir, les deux autres parce que c'est leur prof préférée.

 

Donc pour moi ce ne sont pas des amis. Juste des personnes qu'on connaît. (Et c'est pour ça que je trouve bizarre que certains joueurs voient dans le déroulement du scénario une trahison de chacun de ces personnages)

 

 

A mon sens c'est logique car ce ne sont pas leur histoire, pas plus que ce n'est réellement l'histoire de notre personnage. Ce n'est pas lui en temps que "personne" qui fait tout ce chemin mais lui en temps qu'être humain lambda. Ce n'est qu'un avatar. Un avatar du joueur qui participe aux décisions concernant la renaissance du monde. La petite vie de chaque personnage, on s'en fiche.

 

D'ailleurs, le jeu ne fait jamais grand cas de leur sort. On n'a pas de flashback montrant à quel point "tout allait bien avant" entre Isamu et son pote. On ne les voit partager quoique ce soit.

Pire.

 

Spoiler

 

Et c'est pareil dans SMT IV. Le seul personnage qui voit les autres comme ses amis, c'est Isabeau. Walter et Jonathan sont bien plus dans une logique de collègue/compagnon d'arme. Et c'est pour ça qu'on passe complètement sous silence le passé de chacun, leur vie. On ne connaît que le minimum servant à soutenir leur appartenance à tel ou tel alignement. Le reste on s'en fiche car ce n'est pas le propos. Shin Megami Tensei IV est l'histoire d'un monde et non celle de ses habitants.

 

 

C'est sûr que c'est moins développé que l'interprétation de Sensui. Mais je ne suis pas très branché philosophie, perso. :D

Zinzolin
Signaler
Zinzolin

Tout ça me rappelle lorsqu'un ami avait joué à SMT III et qu'il m'avait dit avoir été déçu par la tournure des événements qui nous obligeait à affronter nos "amis". Lui aurait voulu qu'à la fin les "amis" du personnage entendent raison et se joignent à lui plutôt que de continuer sur leur propre voie.

C'est une erreur. Comme tu dis, ce n'est pas une histoire centrée sur des personnages. On s'en fiche pas mal de savoir qui est qui et quel est son passé ou ses aspirations.


C'est un peu bateau comme explication/interprétation. Surtout qu'on tombe dans le cliché du héros muet qui est propre au jeu vidéo pour échapper à ceux des animés. Je préfère l'interprétation de Sensui et son article comme quoi l'affrontement ou la perte de nos amis nous amène à devenir plus puissant et rentre dans l'interprétation de volonté de puissance.
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Tout ça me rappelle lorsqu'un ami avait joué à SMT III et qu'il m'avait dit avoir été déçu par la tournure des événements qui nous obligeait à affronter nos "amis". Lui aurait voulu qu'à la fin les "amis" du personnage entendent raison et se joignent à lui plutôt que de continuer sur leur propre voie.

C'est une erreur. Comme tu dis, ce n'est pas une histoire centrée sur des personnages. On s'en fiche pas mal de savoir qui est qui et quel est son passé ou ses aspirations.
Ca fait le charme de la série, je trouve. Et ça évite les clichés et poncifs sur l'amitié qu'on peut voir souvent dans les animés et les jeux japonais.

Et c'est d'ailleurs aussi pour ça que traditionnellement le personnage incarné par le jeu est muet et n'a aucune personnalité pré-définie. C'est un avatar, une interface entre le joueur et le monde du jeu, et rien d'autre.

Il ne faut donc pas réfléchir sur "Qu'est-ce que mes choix vont provoquer vis à vis de mes personnages?" mais sur "Comment je voudrai que le monde renaisse?". Les personnages ne sont pas une donnée à prendre en compte

Spoiler

 

J'aurais presque envie de dire que si on veut une histoire où les personnages comptent, il vaut mieux se tourner vers Persona.

Comme le rappelle Luciole, la voie de la neutralité est certainement la vraie fin du jeu. C'est elle qui apporte le plus de clés pour comprendre l'histoire et, surtout c'est la plus difficile à obtenir.

Enfin, quant aux choix, ils comptent tous. Il n'y a pas juste quelques choix significatifs. Tous les choix comptent rapportant ou déduisant un certain nombre de points d'un compteur qui nous est caché.
Pour être neutre il faut avoir entre -8 et +8. Au dessus de +8 on est Law. En dessous de -8 on est Chaos.
Et certains passages du jeu obligent le joueur à gagner des points dans une voix ou l'autre. (Par exemple, il n'y aucune alternative dans le scénario concernant Pluto The Tormentor. On est forcé de le tuer. Et on perd donc obligatoirement des points à ce moment)

D'où la difficulté d'obtenir la fin neutre.

Ceci dit, même si c'est la vraie fin, il n'y a pas obligation de la chercher, tout comme c'était déjà le cas avec la True Demon Ending de SMT III. C'est préférable si on veut voir tous les tenants et aboutissants du scénario et si on veut savoir sur quelle base avance la méta-histoire Megaten, mais tout l'intérêt des choix dans SMT est bien qu'on puisse rechercher la fin que l'on veut.

Zinzolin
Signaler
Zinzolin

celui qui a des idéaux différents me tourne le dos, celui qui m'a soutenu se sacrifie pour la réussite du plan et le dernier meurt devant moi. Je me retrouve alors seul dans un monde au bord du chaos, ce qui n'est définitivement pas une bonne fin selon moi.


Non, mais le choix entre la peste et le choléra ça ressemble bien à la série. Après, il semblerait qu'il y ait souvent des vraies fins à la différence du parcours du The Walking Dead de Telltate par exemple où il n'y a aucune bonne alternative.
Luciole
Signaler
Luciole
"Ce qui est moins frustrant qu'avoir eu à choisir entre la peste et le choléra, car cette fin est présentée en tant qu'alternative." Si tu parles de la fin neutre, ceux que je connais qui ont fini le jeu la considèrent comme la vrai fin, autant par son contenu que par le fait qu'il est assez dur de la débloquer.

Édito

Salut à toi et bienvenue.

Je suis Voron, et je suis passionné, entre autres, de jeux vidéo, particulièrement de jeux japonais et de jeux indépendant.

Ce blog parle donc de jeux vidéo, et parfois d'animations japonaise. Quand j'ai envie. Et quand j'ai de l'inspiration.

Bonne lecture!

 

psn: mpvoron

3DS: 3566 2417 1233

steam: Voronlisk

sc2/battletag: Voron#933 / Voron#2946

 

Jeux favoris:

Chrono Trigger, Xenogears, Virtue's Last Reward, FEZ, Spelunky, Persona 3 (liste non exhaustive...)

 

(La bannière vient du jeu Muramasa Rebirth, DLC de la Nekomata)

Archives

Favoris