Fin alternative

Fin alternative

Par Voron Blog créé le 09/05/12 Mis à jour le 09/04/15 à 00h53

Ami, si tu est ici, c'est que tu as probablement foiré quelque chose au cours de ta partie. Tu n'auras donc pas la bonne fin. C'est dommage, tu vas devoir recommencer le jeu depuis le début.

Mais puisque tu es là, pourquoi ne pas en profiter pour découvrir celle que je te propose?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Muramasa est un jeu que j'ai eu du mal à aimer. Avant de le commencer on m'a dit : « c'est super beau, mais super chiant ». Et quand je l'ai commencé, je m'attendais à un action rpg, à un jeu de plateforme ou encore à un beat them all où on cogne sur tout ce qui bouge. Alors évidement au début on est un peu déçu, vu qu'à part cogner sur tout ce qui bouge, y'a pas grand chose à faire. Mais en fait, c'est quand même fun. Certes les ennemis communs sont assez simple, mais les boss sont déjà plus intéressant, et la courbe de difficulté est bien dosées. En plus comme dans tout (Oui ! Tous!) les jeux japonais, il y a un monstre à tentacule et des onsen.

 

Et puis qu'est ce que c'est beau. C'est dommage que les tableaux se répètent, empêchant de se situer dans le monde du jeu au premier coup d’oeil, mais b*rdel, qu'est ce que c'est beau. Un des plus beau jeu 2D jamais créé. En ce qui concerne l'histoire, même si elle se suit avec intérêt, elle est quand même confuse. On rentre directement dans le vif du sujet, avec des dialogues entre personnages sans contexte, il y a de quoi être perdu au début.

 

Finalement j'ai quand même beaucoup aimé revisiter tout les boss avec les deux personnages afin de voir toutes les fins, et je me suis bien éclaté.

 

Le portage sur PsVita apportent des nouveautés... en dlc. Quatre nouveaux personnages, quatre nouvelles histoires, des nouveaux boss... Il y a de quoi allécher les amateurs du jeu, et je m'y suis plongé sans hésiter.

 

Il n'y a pas grand chose a développer sur ces quatre contenus, étant donnés qu'ils sont assez courts. Chaque personnages a sa façon de jouer, qui est différentes des deux personnages du jeu de base. L'un est basé sur les attaques à distance, l'autre peut changer de forme, etc. Et c'est toujours aussi fun et nerveux.

 

 

Et au niveau des histoires, c'est un peu le coup de coeur ! On retrouve le même type de narration un peu confuse (on se retrouve parfois à contrôler un autre personnage pendant quelques minutes, juste pour parler à quelques PNJ), mais cette fois ci les histoires sont plus courtes et donc s’appréhendent bien plus facilement. En fait, elles donnent plus l'impression d'être des contes, présentant des personnages au début et aboutissant à une morale, tout en abordant diverses thématiques et en rendant ses personnages attachants. Les intrigues, pourtant sombre (sauf une), arrivent même parfois à finir sur une petite touche mignonne. Chaque histoire comportent deux fins, et c'est intéressant de voir que les fins alternatives ne sont pas (voir jamais) forcement perçues comme des meilleurs fins que celle par défaut.

 

 

Si vous avez aimé Muramasa, peu de chance d'être déçu par ces nouveaux contenus bien fournis.

 

Okoi. Graou.

 

The fishy tale of the Nekomata, c'est l'histoire tragique d'Okoi qui, à peine présentée, se fait assassiner sous les yeux de sa chatte de compagnie, Miike. Cette dernière prend possession du corps de sa défunte maîtresse pour se venger. On a donc un personnage à plusieurs transformations : la forme humaine d'Okoi, la forme féline de Miike, et la forme ultime de chat démon. On suit donc les aventures de cette fille-chat, aventures faites de soif sanglante de vengeance et de meurtres violents. La fin fait vraiment plaisir à voir.

 

Gonbei. REVOLTE !

 

C'est toujours les plus démunis qui trinquent, et quand la coupe est pleine, la seule solution c'est lamanifestation. A cause to daikon for nous raconte l'histoire de quelques paysans (qui en ont gros) qui descendent de leur montagne pour aller en ville protester contre la hausse des taxes abusives. Gonbei, en plus de ses compères, est accompagné par le fantôme de sa femme. Cette joyeuse troupe suivent leur objectifs avec détermination, ne laissant aucun obstacle ou événement malencontreux les décourager. Comme pour l'histoire d'Okoi, la fin est superbe. Et en plus il y a une jolie chanson.

 

Arashimaru. 7 days to die.

 

Arashimaru, c'est un peu le ninja qui a vraiment pas de chance. Il est envoyé en mission tuer quelqu'un et se rend compte trop tard que cette personne est son père. Il se met alors tout le monde à dos : le clan de son défunt père, son propre clan qu'il trahit, et comme si c'était pas assez il profane un temple, s’attirant les foudres de la déesse, qui prononce sa sentence : dans sept jours, il mourra. Mais comme une déesse, ça tiens parole, elle va aussi le protéger pendant ces sept jours contre tout ceux qui lui veulent du mal, pendant que ce pauvre ninja va régler quelques dernières affaires. L'intrigue de Spirited Seven Nights' Haunting colle bien au format de ces dlc, ou Arashimaru court contre la montre pour mettre à profit le temps qu'il lui reste à vivre.

 

Rajyaki, petit démon deviendra grand

 

Contrairement aux trois autres qui ont une intrigue sombre et pas vraiment rigolote, Hell's Where the Heart Is est beaucoup plus légère. C'est l'histoire d'un quiproquo entre un jeune homme qui a malencontreusement déclaré sa flamme à Rajyaki, la plus jeune fille du seigneur des enfers. Il va alors se faire trimbaler (littéralement) dans tout le pays afin de régler quelques détails avant leur mariage, et ce pauvre jeune homme n'a décidément pas beaucoup de chance avec les femmes...

Voir aussi

Jeux : 
Muramasa : The Demon Blade
Ajouter à mes favoris

Édito

Salut à toi et bienvenue.

Je suis Voron, et je suis passionné, entre autres, de jeux vidéo, particulièrement de jeux japonais et de jeux indépendant.

Ce blog parle donc de jeux vidéo, et parfois d'animations japonaise. Quand j'ai envie. Et quand j'ai de l'inspiration.

Bonne lecture!

 

psn: mpvoron

3DS: 3566 2417 1233

steam: Voronlisk

sc2/battletag: Voron#933 / Voron#2946

 

Jeux favoris:

Chrono Trigger, Xenogears, Virtue's Last Reward, FEZ, Spelunky, Persona 3 (liste non exhaustive...)

 

(La bannière vient du jeu Muramasa Rebirth, DLC de la Nekomata)

Archives

Favoris