Fin alternative

Fin alternative

Par Voron Blog créé le 09/05/12 Mis à jour le 09/04/15 à 00h53

Ami, si tu est ici, c'est que tu as probablement foiré quelque chose au cours de ta partie. Tu n'auras donc pas la bonne fin. C'est dommage, tu vas devoir recommencer le jeu depuis le début.

Mais puisque tu es là, pourquoi ne pas en profiter pour découvrir celle que je te propose?

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Le voyage. L'euphorie de la découverte et l'ivresse des grands espaces. Parcourir de grandes distances sans se retourner vers une destination inconnue et voir toujours de nouvelle choses. Et puis à la fin, repenser à ce qu'il y avait « avant », et se rendre compte qu'il n'y aura pas de retour possible.

Out There, petit jeu indépendant du studio Mis clos, nous fait incarner un cosmonaute à bord d'un vaisseau qui était en route pour une lune de Jupiter, mais lorsqu'il se réveille il n'est pas en orbite autour de la bonne planète mais perdu dans une partie de l'univers complètement inconnu de l'homme. Il y a toutefois à proximité de son vaisseau une station extraterrestre lui indiquant une étoile sur une carte stellaire. Complètement déboussolé, il décide de s'y rendre, mais la route sera longue et dangereuse.

 

Le gameplay de Out There rappelle celui de FTL. C'est un rogue-like, l'univers est généré procéduralement et le game over signifie une fin de partie et un retour au début. On possède donc un vaisseau équipé de différentes machines (Propulsion planétaire, Foreuse, etc), avec des ressources (carburant, oxygène et coque) et différentes matières premières pour construire, réparer, réapprovisionner … Et on se déplace donc de système en système, chaque système possédant des planètes gravitant autour de son étoile.

Mais rendons à César ce qui est à César: ce jeu n'est pas FTL et il se démarque sur plusieurs points : On peut se poser sur les planètes ! Il n'y a pas de combat !! Et enfin surtout, l'accent est beaucoup plus mis sur l'exploration et la narration.

A tes souhaits.

 

A chaque arrivée vers une nouvelle étoile vous faites face à un événement (comme une pluie de météorite par exemple) et vous avez le choix ou non sur la façon dont vous allez réagir. Parfois il ne se passe rien mais le héros fera tout de même un petit monologue sur sa condition actuelle. Ensuite sur les planètes, vous pourrez récolter de la matière première, apprendre de nouvelles technologies... Sur les mondes dotés d'atmosphère respirable, vous rencontrerez même des extraterrestres qui parle un langage bien étrange, mais plus vous en rencontrerez, plus vous apprenez de mots. Enfin vous croiserez des vaisseaux aliens à la dérive, que vous pouvez soit piller (leurs matériel vous sera plus utile à vous qu'à eux...), soit carrément échanger avec votre ancien vaisseau.

 

Il y a aussi toute la partie de gestion du vaisseau, très simple à prendre en main, où on y construit des améliorations, et où on gère le stock de ressources et de matériaux.

 

Une fois lancé dans l'aventure, on est seul face au vide, livré à nous même. Rien n'est familier, il n'y a aucun signe de trace de la civilisation. Les rares formes de vie intelligentes ne parle pas votre langue, parfois ont même peur de vous. Out There est donc bercé d'une douce solitude mélancolique, doublée de la tension permanente de finir de voyage prématurement suite au nombreux dangers qui peuvent survenir. Car si la prise en main du vaisseau est simple, le jeu ne vous laissera que peu de répit : les ressources s'épuisent vite, et les maintenir à un niveau correcte est une préoccupation permanente.

 

Mais sans doute que la peur de dériver sans vie pour l'éternité dans une coque de métal froid stimule encore plus l'envie d'atteindre sa destination. Qu'est ce qui nous y attend ? Qu'elle sera la rencontre au prochain saut ? Quel sacrifice aller vous devoir faire pour y arriver ?

 

Certes on aurai aimé plus de diversité dans les décors des planètes, mais c'est vraiment chercher la petite bête. Si vous aimez l'exploration spatiale, si vous êtes en quêtes d'ambiance prenante à la fois tendu et mélancolique, il y a peu de chance d'être déçu, surtout à ce prix là. Grâce à sa difficulté et à sa rejouabilité, Out There vous tiendra longtemps en haleine et aspirera votre temps libre dans un trou noir !

Ou autre part si vous jouez sur le trône.

Voir aussi

Jeux : 
Out There
Ajouter à mes favoris

Édito

Salut à toi et bienvenue.

Je suis Voron, et je suis passionné, entre autres, de jeux vidéo, particulièrement de jeux japonais et de jeux indépendant.

Ce blog parle donc de jeux vidéo, et parfois d'animations japonaise. Quand j'ai envie. Et quand j'ai de l'inspiration.

Bonne lecture!

 

psn: mpvoron

3DS: 3566 2417 1233

steam: Voronlisk

sc2/battletag: Voron#933 / Voron#2946

 

Jeux favoris:

Chrono Trigger, Xenogears, Virtue's Last Reward, FEZ, Spelunky, Persona 3 (liste non exhaustive...)

 

(La bannière vient du jeu Muramasa Rebirth, DLC de la Nekomata)

Archives

Favoris