La Caverne de Vinsou

Édito

Mon Dieu,quelle excitation en ce début d'année 2010 ! La sphère vidéoludique est en pleine effervescence, pour tout dire je me laisse un peu emporter par ce raz de marée de jeux qui déferlent sur nos rivages en ce moment. Mais en plus de tous ces softs extraordinaires, c'est l'industrie toute entière qui s'enflamme, entre annonces et teasing, on la sent bouillante, pleine d'idées, de grandes idées. Nous sommes en train de vivre l'adolescence du jeu vidéo, son passage à l'âge adulte. Tel un ado, notre industrie se sent pousser des ailes, elle veut explorer ses limites (ce que tente Heavy Rain) elle est habitée par une ferveur mystique, l'excitation de vouloir tout faire. A terme ce bouillon ne peut etre que positif, cependant, une telle agitation va entrainer des remous et dans la cohue, certains vont se faire écraser. Mais pour le joueur, cete année s'annonce dantesque (en revanche le jeu éponyme, lui n'a rien de dantesque...) En espérant que ce mois ci la pile de jeux à finir va s'amoindrir.

Votre dévoué serviteur, Vinsou.

Mars 2010

Archives

Catégories

Favoris

La Caverne de Vinsou

Par Vinsou Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 25/07/10 à 17h01

Des articles aux vertus littéraires ecrits pour des passionés par un passioné !
*Ecrits parus sur Gameblog*
Preview Bayonetta publiée sur le fil :http://www.gameblog.fr/news_12147_bayonetta-nos-impressions

Ajouter aux favoris
Signaler

 

Ozzy

Ozzy Osbourne est avant tout un visionnaire misologue ayant délaissé la raison en raison de son penchant anxiogène pour les mammifères volants. Très tôt, le jeune Ozzy découvrit les joies de la table et de l'excellence culinaire, en effet durant son enfance et malgré le fait qu'il ait vécu dans le dénuement le plus total il prenait déjà plaisir aux quelques victuailles disponibles. Cependant ce n'est vraiment qu' après sa première rencontre avec Tony, Bill et Geezer qu'il a commencé à manger à sa faim.

Au début c'était simplement quelques cochons de guerre, trouvés durant une phase de Paranoïa aïgue, cependant Ozzy (ou John Michael pour les intimes) se tourna vite vers les champignons pour satisfaire ses besoins proteiniques. En réalité on découvrit plus tard que ces champignons qu'il ingérait jour après jour l'on conduit à sa perte en le rendant végétarien. En effet  quelques temps après avoir rompu avec les membres du Sabbath Noir, et après avoir rencontré un petit joueur de banjo blond nommé Randall, Ozzy eut l'envie de redecouvrir la jouissance de la viande, une bonne viande bien saignante.Cette envie arriva quelques temps après l'écriture de son journal intime intitulé "Journal d'un Homme fou" qui raconatit entre autres l'histoire de petites poupées qui y croyaient (en quoi ? personne ne sait) à fond ! Le drame eut lieu durant une réunion de vétérans à Des Moines. John Michael prit une chauve souris au buffet et la croqua àpleine dents ! sans même  la couper avec son couteau et sa fourchette ! Quelle incorrection ! L'ère du NC Soft of Ozz était fini.

Cet évènement fort coquace déposséda Ozzy de son statut hiératique, et de son poste de Roi de la République Métalocratique anglaise. De plus, peu de temps après, l'homme blond au banjo mourut dans un accident de cafetière. A noter que le modèle Bonanza F-35 est déconseillé pour le vol en rase-mottes. Ses riffifis mélodiques ont véritablement manqués à l'homme fou durant les années suivantes, de plus il est important de signaler que malgré son entêtement Randy Rhoads n'est pas mort de suicide. Comme quoi il y a d'autres solutions. Depuis c'est un véritable viking qui joue du shamizen pour Ozzy et malgré un talent certain il ne pince pas aussi bien que Randall ce qui est assez visible durant la reprise du célèbre morceau de Mozart : La lettre à Aleister ...

Pour conclure, il est important de souligner la pensée Nietzschéenne cachée derrière l'existence de cet homme, en effet Ozzy accède peu à peu à l'état de surhomme malgré une incessante pluie noire qui tente de l'en empêcher mais qui au final se révèlera inefficace. J'imagine que la plupart d'entre vous ont aussi du remarquer une reprise de la pensée de Sigmund Freund de manière intrasèque durant une scène d'ébats pédophiles au contact du dernier des Rêveurs, scène bien evidemment totalement choquante mais aussi acceptée puisque totalement integrée dans la notion de rêve anti-capitaliste véhiculée par les gémissements tristes émanant de l'orifice buccal de John Michael ! Dernière preuve de l'ouverture du surhomme aux expériences inter-raciales : l'arrivée d'un barde grec mangeur de poulpe au nom imprononcable au sein du Ozzy Osbourne Bande. Tragique !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires