Le Mario & Sonic Club

Catégorie : Séquence Nostalgie

Signaler
Séquence Nostalgie

Vous avez essayé récemment de rejouer à Mario Kart 64 ? Pas évident, hein ? Ca reste quand même un des Mario Kart les plus fun en multijoueur pour peu qu'on joue avec des mecs qui tentent pas de cheater... Et là, je balance, m'en fout des pressions. Oui, les petits jeunes, l'épisode 64 est mille fois supérieur à l'ignoble version Wii !! Voilà, c'est dit !

Par pure nostalgie, les déglingos de The Warp Zone se sont donc lancés un défi sur le mythique Mario Kart 64. Mais même après autant de temps, la dure loi du jeu est implacable. Vous verrez le pauvre Ryan se faire mechamment owned dans le dernier virage. Comment ? Je vous laisse admirer !

 

Top ! C'est bleu, ça pique et ça fait perdre à Mario Kart. Je suis, je suis ... ?

 

 

Oui, bonne réponse !

 

Voir aussi

Jeux : 
Mario Kart 64
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Séquence Nostalgie

Quelle surprise j'ai eu, en rejouant récemment à Sonic & Sega All-Stars Racing, de constater ce caméo pour le moins inattendu. Il se trouve caché dans la course du Death Egg, celui qui est disponible en DLC avec Metal Sonic. Après quelques recherches, j'ai trouvé une capture :

 

 

Vous reconnaissez cette étoile jaune ? C'est Ristar ! Ne me dites pas que vous n'avez jamais joué à ça...

 

 

"Play with me..."

 

Ristar, the Shooting Star est un jeu de plate-forme sortie à la toute fin de la Megadrive (1995), à l'heure où tous les regards étaient déjà braqués sur la Saturn et la Playstation de Sony. Dans ce jeu, Ristar pouvait allonger les bras dans les 8 directions pour saisir ses ennemis puis se jeter sur eux pour leur administrer un méga coup de boule. Ses bras peuvent aussi saisir des poteaux pour se balancer ou passer de l'autre coté, les echelles, les murs pour grimper, etc.

Son gameplay est largement inspiré par un concept-design... une des nombreuses propositions recalées au bénéfice de - devinez qui - Sonic The Hedgehog ! D'ailleurs, l'univers de Ristar possède de nombreuses similitudes avec celui du hérisson, que ce soit les Bonus stages, le design des ennemis, certains bruitages et même le design de certains niveaux qui seront repris plus tard notamment dans la série des Sonic Advance. Le jeu lui-même est assez court, seulement 6 mondes composés de 2 niveaux et un boss chacun mais Ristar, c'est surtout, le chant du cygne de la Megadrive.

 

 

 

Il est, à mon avis, le jeu le plus beau de cette console, le tout sublimé par une bande-son au poil au rhythme entrainant. Ristar possède une panoplie d'animation soignée et les mondes sont très colorés et originaux. Le gameplay est fun et facile à saisir (humour) mais le jeu reste néanmoins très difficile et exigeant... surtout les boss qui sont particulièrement coriaces. A noter qu'une version Game Gear est également sortie mais je n'y ai jamais touché, hélas. Allez, pour la nostalgie, voici le premier monde de Ristar.

 

Ah oui, les méchants, c'est des Puyo Puyo noirs...

 

Malgré la qualité intrasèque du titre et l'originalité de son univers, il restera une oeuvre unique. Il a bien fait une apparition dans Shemue aussi en tant que capsule mais depuis, rien. Ristar est tombé dans l'oubli... ou du moins, le croyais-je. Sachez que le jeu Megadrive est disponible dans la Virtual Console de la Wii et dans de nombreuses collections Sonic : Sonic Mega Collection, Sonic Mega Collection Plus, Sega Genesis Collection, et Sonic's Ultimate Genesis Collection. En espèrant peut-être revoir cette étoile briller un jour...



Lost in space...


Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Séquence Nostalgie

Décidemment, Sega aime mettre l'accent sur sa mascotte, cette année. Souvenez-vous, nous sommes en 1991, l'intégriste Nintendo que je suis, découvre un jeu incroyablement fun, un personnage attachant et un univers charmant : Sonic The Hedgehog. Si depuis ce jour, les débats ont secoué bien des cours de récré si qui qui le plus fort entre le hérisson et le plombier, j'ai toujours été neutre malgré mon fanboyisme de big N.

En souvenir de cette époque, Sega poste cette retrospective officielle de l'histoire de Sonic, passant en revue le bon ...et aussi le moins bon du hérisson durant ces deux décennies. La musique entendue est un mix entre une version instrumentale de Live & Learn (le thème de Sonic Adventure 2 par Crush 40) et celle du premier boss de Sonic Heroes, Egg Hawk. Même si cette retrospective n'est pas complète, elle mérite quand même d'être vue.

 

Le Mario & Sonic Club, c'est un peu comme la Suisse... avec moins d'argent...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Séquence Nostalgie

Moi perso, j'ai pas pu. Ce sont des larmes de joie, heureusement. Un montage si nostalgeek couplé à une jolie musique, il en faut pas plus pour toucher ma corde sensible de gros nounours gamer. On doit cette réalisation à ASVGSuperStore, un site de vente online pour promouvoir Super Mario Galaxy. Vous aussi, essayez de ne pas verser la larmichette...

 

 

J'ai envie de vous dire à tous, je vous aime. Vive la vie, vive les jeux, vive Mario !!

 

Voir aussi

Jeux : 
Super Mario Galaxy
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Séquence Nostalgie

Puisque qu'on évoquait les animations Sonic, il y en a eu des masses, vous savez (SatAm, Sonic Underground, Sonic X...) et toutes sont plus ou moins bancales voire carrément bancale pour certaines. Mais si on demande à un fan de Sonic de citer l'animation de Sonic qu'il préfère, il répondra sans hésiter : celle qui a servi d'intro à Sonic CD. Alors pour ceux qui ne savent pas de quoi il s'agit, petit rappel.

Sonic CD est un des jeux les plus appréciés de la communauté mais aussi un des plus obscure pour le grand public. Il est sorti en 1993 et se jouait sur l'extension Mega CD de la Megadrive, une extension qui commercialement n'a pas fonctionné d'où la non-popularité du titre. Basiquement, c'est un Sonic 2D avec la possibilité de naviguer à diverses époques d'un même niveau (passé, présent, futur bon ou mauvais) pour trouver de nouvelles voies et débloquer la bonne fin du jeu. Le monde de Sonic se voit aussi étoffé de 2 personnages récurrents en la personne d'Amy et de Metal Sonic.  Le jeu débutait par une cinématique animée à couper le souffle que je vous propose ici, en souvenir (et en version jap car on est pas des branquignoles) :

 

 

Avouez que même maintenant, 18 ans plus tard, ça envoie du paté...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Séquence Nostalgie

Mario Party, premier épisode de ce qui va devenir une véritable saga, c'est un concept venu d'ailleurs. L'idée de parcourir un plateau comme un jeu de l'oie où les participants avancent de cases en cases en lançant un dé, n'est pas nouvelle. Mario Party revolutionne le genre en y intégrant des mini-jeux qui font le sel de ce qu'on appelera désormais des "Party Game" en référence à leur précurseur. Retour sur la naissance d'un nouveau genre de jeu vidéo.


Titre : Mario Party
Genre : "Party game"
Console : Nintendo 64
Date de sortie : 9 mars 1999

 

Dans le royaume champignon, rien ne va plus entre Mario et ses amis ingrats qui se disent tous être des Super Star. Wario lance les hostilités en premier en clamant qu'un héros doit forcément être fort mais tous ne sont pas du même avis. Toad met fin au débat en soulignant qu'un héros en plus d'être fort, doit être courageux, sage et gentil. Pour connaitre qui est le plus grand des héros, ils vont devoir s'affronter dans une série d'épreuves afin de tester leur héroïsme. Ainsi commence Mario Party, premier du nom. Le but est le même à chaque partie, les joueurs parcourent les plateaux à la recherche d'étoiles à acheter avec leurs pièces (20 pièces sont necessaires pour faire l'acquisition d'une étoile). Ces même pièces sont à glaner sur le plateau ou lors de mini-jeux qui occurrent à la fin de chaque round.

 


"Vous allez voir du pays, les enfants !"

 

Dans ce premier volet, Mario Party propose d'incarner un des six personnages jouables dont Mario, Luigi, Peach, Yoshi, Wario et Donkey Kong (néanmoins, tous les personnages sont identiques en statistique) et de s'amuser sur huit plateaux et dans une cinquantaine de mini-jeux. A propos de ces mini-jeux, tous ceux qui ont joué un jour au premier Mario Party se souviennent que d'un seul : "Lumière !" dont le principe constite à tourner le stick comme un fou pour activer une dynamo et faire disparaitre un fantome. Combien de manettes ont été détruites ou d'ampoules aux mains ont été causé par ce type de jeux ? Nintendo d'ailleurs conscient des problèmes que ça a engendré, bannira ce genre de mini-jeux dès le second volet.

 

 

"Lumière !" aka le mini-jeu destructeur de manettes !


Mis à part ces mini-jeux bourrins, d'autres sont bien plus amusants et sont restés des grands classiques comme "Balles Tampons" dont le but est de bousculer ses adversaires hors de l'arène ou encore "Maskass a dit" dans lequel les joueurs doivent lever le drapeau de la couleur indiquée en faisant gaffe aux ruses de Maskass. D'autres mini-jeux rappelleront bien des souvenirs d'autant qu'il était possible d'amasser beaucoup d'argent ou au contraire tout perdre (dans un mini-jeu, un joueur en costume de Bowser devait echapper aux autres joueurs munis de marteaux et pouvait tout perdre !), ce qui fait de ce Mario Party un épisode unique riche en rebondissements suivant le mini-jeu désigné par la roulette. En effet, dans les volets suivants, les vainqueurs seront juste récompensés par 10 pièces et il sera impossible d'en perdre pendant les mini-jeux.

 


Quelques-uns des meilleurs mini-jeux de ce volet.
Dans "Atrappe-sac" (en bas à droite), il était possible de dépouiller un adversaire en se liguant contre lui !

 

Les plateaux sont eux aussi, incroyablement retors. Chacun d'eux recèlent une montagne de pièges en tout genre et une étoile n'est jamais acquise d'avance, loin de là. Surtout pas dans ce Mario Party là qui est, sans conteste, l'épisode le plus aléatoire de la série ! A tout moment une tuile peut arriver comme perdre tout son cash fâce à Bowser, être forcé à emprunter une mauvaise voie, être obliger d'échanger sa place avec un autre joueur ou pire, se faire voler ses étoiles au dernier moment ! Plus que jamais, la victoire n'est jamais garantie même au dernier tour. Certains trouveront ça abusé mais c'est aussi ce qui fait le charme de ce jeu. D'autant qu'il ne faut pas oublier les trois étoiles bonus accordés aux joueurs selon leurs performance pendant le jeu. Combien de victoires ont été "volés" à la dernière minute ?

 

 

Vous n'aimiez pas Bowser ? Dans Mario Party, vous allez le detester !
Voici quelques-uns de ses coups les plus tordus.. Comme quoi, rien n'est decidé à l'avance !

 

Toutefois, si on met de coté le coté hautement aléatoire qui est volontaire, tout n'est pas parfait dans ce premier jet. Les personnages sont très carrés bien que les décors soient en grande majorité en 2D. Certains mini-jeux sont très décevants et limite pas drôles du tout ou alors, trop difficiles (dont "Lumière !" sus-cité). Le rythme général est très lent si on ajoute qu'une partie "courte" de 20 tours doit durer à peu près une heure minimum... Certains de vos amis risquent de se lasser avant son terme. Quant à l'IA qui gère les joueurs manquants, étant donné qu'une partie doit obligatoirement comporté 4 joueurs, on dirait qu'elle agit aléatoirement et stupidement. Il n'est pas rare de perdre une partie à cause d'un décision débile de sa part qui ne l'avantage même pas ! C'est encore pire si vous êtes contraint de faire équipe avec elle !

 

Une dernière compl' de quelques mini-jeux marquants de ce volet !

 

Outre ses petits défauts qui se corrigeront avec le temps, Mario Party a lancé un nouveau genre de jeu à succés à une époque où déjà, on pensait qu'on ne pouvait plus innover... Combien de fous rires, de joies et de crise de nerfs ont été engendrés par ce jeu ? Néanmoins, je ne vous inviterai pas à le tester si vous tenez à vos manettes !!

Voir aussi

Jeux : 
Mario Party
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Séquence Nostalgie

A l'occasion de la réédition de ce titre sur 3DS, retour sur un des jeux les plus emblématiques de la GameBoy. Un jeu que tout ceux qui ont eu une Game Boy (oui, je dis UNE Game Boy et je continuerai parce que chuis trop un rebelle !) ont forcément joué, voire fini, aux cotés d'un certain Tetris... Pourtant, Super Mario Land est vraiment un épisode à part.

                                                                                    Nom :                  Super Mario Land
                                                                                    Genre :                Plate-forme 2D
                                                                                    Console :            Game Boy
                                                                                    Date de sortie : 28 septembre 1990

L'action de Super Mario Land ne se déroule pas au Royaume Champignon pour changer mais au Royaume de Sarassaland, un royaume divisé en 4 mondes : Birabuto, Muda, Easton et Chai. Chacun de ses mondes ressemble étrangement à un contimnent de notre bonne vieille terre : Birabuto emprunte ces décors de l'Egypte antique et Chai, de l'extrême-orient. Nouvelle aventure, nouveaux lieux et donc, nouveaux personnages. Cette fois, Mario devra délivrer la princesse Daisy des griffes d'un vilain extra-terrestre nommé Tatanga. Peach, Toad, Bowser et même Luigi restent au placard mais l'histoire ne change pas des masses.

Super Mario Land marque donc la première apparition de Daisy, un personnage qui restera longtemps dans l'ombre avant l'arrivée de Mario Tennis sur Nintendo 64. Dès lors, Daisy deviendra un personnage recurrent dans tous les spin-off de la série Mario jusqu'à nos jours. Elle est décrite comme une princesse au caractère bien trempé, limite garçon manqué, mais néanmoins bonne copine et partenaire de Peach à de nombreuses reprises. Cependant, bien que ce fut Mario qui la sauva dans le passé, son coeur semble plus penché du coté de Luigi sans doute pour pas faire de jaloux... Tatanga, quant à lui, fit une brève apparition dans la sequelle, Super Mario land 2 : 6 Golden Coins en tant que boss à la solde de Wario... Il ne revit plus jamais le jour depuis. Chose amusante : étant donné que dans la suite, Wario a profité de l'absence de Mario pour lui voler son chateau, on peut donc penser que Wario est aussi l'instigateur des événements de Super Mario Land... mais ça n'a jamais été prouvé !

                

Daisy (à gauche) bien que son look ait changé depuis, revient régulièrement dans les spin-off ...
...contrairement à Tatanga (à droite)

Super Mario Land est particulier dans le sens ou bon nombre d'éléments emblématiques sont absents ou modifiés. Les ennemis sont tous originaux et spécifiques à cet épisode bien que bon nombre d'entre eux aient des similitudes avec des ennemis récurrents de la série. Exit donc les Goombas qui sont remplacés par des... Goombos qui, certes, sont quasi identiques, les Koopa Troopas... pardon, les Nokobon (contraction entre "Nokonoko", le nom japonais de Koopa troopa et "bomb") possèdent des carapaces explosives qui explosent peu de temps avoir été écrasés. Mais dans le bestiaire on trouve des créatures plus originales comme des statues de Paques volantes, des lions cracheurs de feu ou des karatekas fous.

Un Goombo, un Nokobon, un Gao, un Batadon et un Niopi :
des ennemis inédits et spécifiques à cet épisode.

On retrouve des éléments de gameplay originaux également. Les fleurs ne donnent plus de boules de feu mais des boules de caoutchouc qui ont la faculté de rebondir contre les murs et même d'attraper des pièces. Chaque niveau ne se conclue pas avec un poteau mais avec deux sorties. Une au ras du sol facile d'accés, une autre en hauteur plus difficile à atteindre mais qui donne droit à une roulette bonus. Sans oublier les deux niveaux façon shoot'em up, cas unique dans la saga, l'un en sous-marin et pour le dernier niveau où a lieu la confrontation finale, Mario est aux commandes d'un avion.

Le premier des 2 niveaux façon shoot'em up qui ont marqué tous les joueurs.

Pour ses premiers pas sur une console portable, Mario remplit amplement sa mission. Super Mario Land propose une aventure variée dans des décors saisissants pour l'époque. La bande-son est également de qualité et entrainante. Tout le monde qui y a joué se souvient de ces mélodies et surtout du fameux French Cancan qui remplace la traditionnelle musique d'invincibilité. Seule ombre au tableau, Super Mario Land avec seulement 12 niveaux est très court et se finit en une heure en ligne droite.

    

Mario, aux commandes du Marine Pop (à gauche) et du Sky Pop (à droite).

Mais ne boudons pas notre plaisir, cela reste un grand classique. Super Mario Land fait partie de ces petites pépites qui ont contribué à la légende. C'est pour ça que j'invite tout le monde à le découvrir... ou le redécouvrir.

Voir aussi

Jeux : 
Super Mario Land
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Séquence Nostalgie

"On me nomme Wario et je suis votre maître. Mario est mon ennemi."

Qui ne se souvient pas de cette pub mythique ? Celle-ci présentait Wario pour la première fois en tant que principale antagoniste de Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins sur Game Boy. On est en 1992 et cette pub m'a vraiment fait flipper à l'époque (bah, oui, je devais avoir environ 10 ans) et a surement contribué à asseoir le charisme de ce personnage sorti de nulle part. Le jeu lui-même était vraiment sympa bien qu'il ne soit pas le plus marquant de la série. Cependant, grace à ce jeu, Wario a pris de l'importance et a eu droit à sa propre série de plate-forme par la suite. Il devient le personnage principal de Super Mario Land 3, ainsi baptisé Wario Land dans lequel Wario n'a comme unique but de s'en mettre plein les poches... La suite, vous la connaissez !

Y'a pas à dire, on savait faire des pubs de jeux vidéo qui claquaient à cette époque... Je ne pense pas que je me souviendrai d'une famille assise sur un canapé qui joue à Mario Kart Wii en rigolant dans vingt ans.

Voir aussi

Jeux : 
Super Mario Land 2
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Le Mario & Sonic Club

Par Vilain-pabo Blog créé le 23/05/10 Mis à jour le 21/08/12 à 15h36

Deux mondes fusionnent. Que vous soyez fan de Mario ou plutôt fan de Sonic, il y a de la place pour tout le monde au Mario & Sonic Club ! Actu, dossiers, souvenirs et autres vous y attendent.

Ajouter aux favoris

Édito

Entrée gratuite, ouvert jour et nuit, le Mario & Sonic Club, c'est le blog consacré aux deux plus grandes vedettes du jeu vidéo. Retrouvez toute l'actualité des jeux à venir et d'autres extras, des souvenirs, des coups de gueule, des coups de coeur, des vidéos marrantes ou insolites, bref, tout ce qui concerne ces deux univers mais aussi ceux de leur invités.

Vilain-pabo



New Super Mario Bros. 2 DISPONIBLE
lire le test
(3DS)
16 Novembre 2012
(PS3, 360, 3DS,
Vita, Wii U, PC)
Paper Mario Sticker Star Fin 2012
(3DS)
New Super Mario Bros U Fin 2012
(Wii U)
Luigi's Mansion 2 Début 2013
(3DS)


Afin de rendre votre visite plus agréable, ce jukebox est à votre entière disposition.

Selection du moment :
OutRun 2006 - Magical Sound Shower 

















Tous les secrets de Super Mario Bros. 3

Super Mario Kart a été censuré ?

Mon top et flop 2011

Le stick de la colère

20 ans de la Super NES : mon top à moi

5 jeux qui ont (presque) égalé Mario Kart

Coup de gueule : un désert nommé eShop


RETROUVEZ TOUS
LES TEST DU CLUB ICI

Archives

Favoris