Vieux-Jeux

Par LESTATvampire Blog créé le 12/09/14 Mis à jour le 30/10/14 à 12h43

Leurs pixels sont aujourd'hui hors-normes, mais leurs concepts, leurs scénarios, leurs énigmes, ainsi que les émotions qu'ils dégagent, demeurent de véritables références. Je vous propose la visite guidée de quelques grands noms du jeu vidéo.

Ajouter aux favoris
Vieux-Jeux
Signaler
Tomb Raider saga (Jeu vidéo)

 En 1999, lorsque je terminais Tomb Raider III- Les Aventures de Lara Croft (TR3) sur ma bonne vieille PlayStation, je ne savais pas encore que Core Design avait pris l'habitude de proposer des niveaux supplémentaires. C'est ce que je découvris début 2000, à l'occasion de l'achat des versions PC des trois premiers opus.

Ce que nous appelons aujourd'hui DLC (Downloadable Content ou contenu téléchargeable) existait déjà dans les années 90. C'est ainsi que le premier et le second Tomb Raider proposaient des niveaux téléchargeables construits avec le moteur des jeux. On pouvait les télécharger sur PC grâce à Internet. Ils furent également commercialisés.

 J'ai beaucoup d'affection pour l'extension du troisième opus, baptisée "Le Dernier Artefact". Elle part sur l'idée que Lara Croft a trouvé un document sur le corps du Dr Willard -le méchant de Tomb Raider III - un télégramme attestant l'existence d'un cinquième artefact.

 Cette enquête va la conduire en Ecosse, au bord du Loch Ness où elle découvrira que la relique qu’elle recherche possède un puissant pouvoir destructeur. Le joueur perspicace pourra même apercevoir Nessie !
L’aventure conduira Lara dans le tunnel sous la Manche, puis en France. Elle y retrouvera l’un des ennemis du jeu qu’elle pensait avoir éliminé.

Ces niveaux bonus, au nombre de six, sont d’une grande réussite. Vastes, ils possèdent beaucoup de charme. L’atmosphère est en effet envoûtante et les énigmes souvent complexes. Les ennemis ont la même intelligence artificielle que dans l’opus original - c'est à dire moyenne - mais les munitions étant bien cachées la plupart du temps, il faudra être perspicace pour venir à bout de ces gardes armés et autres ouvriers avec les simples pistolets. Heureusement, les curieux sauront trouver les nombreux secrets répartis dans les cinq premiers niveaux pour recharger leurs armes (les mêmes que dans TR3)
Il existe un niveau sous l’eau qui demandera de bien calculer ses actions afin de ne pas mourir étouffé. L’histoire, quant à elle, est indiquée par les écrans de chargement. Il n’y a pas de cinématiques ni de FMV, ce qui est regrettable.

 Je recommande aux amoureux de la série de se procurer ce bonus. Et si jamais vous ne parvenez pas à le trouver, j’ai pris un grand plaisir à réaliser une visite guidée de celui-ci durant ce mois d’octobre !

 

 

Voir aussi

Jeux : 
Tomb Raider III
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Tomb Raider saga (Jeu vidéo)

Mes pérégrinations dans l'univers du jeu vidéo ont commencé au début des années 80. Après une tentative sur Pong, qu'un ami avait apporté chez moi, je me suis dit que ça n'avait pas beaucoup d'intérêt, jusqu'à ce que je découvre un ordinateur chez des amis. Ils programmaient en Basic et affichaient des cercles et des carrés... Eh bien ça, ça m'a plu. Le lendemain, je découvrais mon premier ordinateur : l'Amstrad CPC 6128. Un sacré appareil en 1985, puisqu'il intégrait un lecteur de disquettes... Ça changeait des sempiternelles cassettes qui demandaient un chargement allant parfois jusqu'à vingt minutes...

Mes premiers jeux furent "Tank", "Head Over Heels", "Cobra", "Army Moves" ou encore "Wizball"... Des jeux extraordinaires, tous très différents.
J'ai passé des années à programmer et jouer sur cet appareil puis me suis consacré à mes études... J'ai très peu suivi l'actualité vidéo-ludique durant cette période.

1998, on m'offre la PlayStation. Je prends mes deux premiers jeux sur ce support : Riven et Tomb Raider III. Le Choc ! Moi qui avais en mémoire les gros pixels de mes jeux Amstrad, je découvrais que désormais, les jeux démarraient sur une vidéo. Les logos Eidos et Core ainsi que la séquence FMV de Tomb Raider m'ont laissé sans voix ! J'ai lancé le niveau d'entrainement dans la demeure de Lara Croft... Quelle surprise ! Univers en 3D, musiques en stéréo, qualité CD... J'étais bluffé ! Ainsi, les jeux avaient atteint un niveau tel que l'on pouvait se balader en toute liberté dans des univers immenses...

Evidemment, j'ai été un peu dérangé, durant mes premières parties, par l'effet de zoom des textures ultra-pixélisées. Quand vous avanciez vers un mur, les pixels grossissaient comme le font ceux qu'une photo numérique avec le zoom au maximum.
Très vite, cependant, j'ai oublié ce détail, totalement pris par l'ambiance du jeu.

J'ai tenté de terminer l'entrainement (sans chercher les passages secrets du niveau) et me suis aventuré en Inde, dans la Jungle... J'ai glissé sur la longue pente marquant le début du niveau et me suis tué bon nombre de fois avant de finalement parvenir tout en bas de celle-ci.J'ai mis du temps à comprendre la première énigme...

Convaincu qu'il me fallait mieux cerner les mouvements et les subtilités du jeu, je me suis lancé le défi de terminer le niveau d'entrainement. J'avais remarqué qu'il existait des passages secrets et qu'un portail restait fermé et attendait une clé...J'ai donc passé le temps qu'il fallait à comprendre les énigmes et suis finalement parvenu à ouvrir le parcours de quad !

Durant les semaines qui ont suivi, j'ai progressé tant bien que mal dans les niveaux. J'ai eu le plus grand mal du monde à avancer. La difficulté était vraiment déroutante. J'ai trouvé un code pour avoir toutes les munitions et armes et ai fini le jeu sans vraiment avoir tout compris...

Par la suite, j'ai décidé de jouer aux deux premiers Tomb Raider qui, malgré une moins bonne définition, étaient de très bons jeux un peu moins complexes que le troisième opus... Cela m'a permis d'acquérir la connaissance du fonctionnement de tels jeux. J'ai fini par maîtriser les mouvements de Lara et ai pu recommencer le troisième opus, en cherchant les secrets et en me battant avec les armes ramassées...

J'ai finalement davantage apprécié le scénario malgré quelques bugs sur la version PlayStation...

Certains décors de l'Inde m'ont fait rêver. J'avais l'impression de me retrouver en vacances... Pouvoir plonger, parcourir ces lieux impressionnants, quel pied !

Londres m'a marqué. Je reproche à ce niveau sa trop grande difficulté, mais j'ai adoré me balader sur les toits et surtout découvrir la station de métro désaffectée d'Aldwych (qui existe!)


Photo de la station désaffectée d'Aldwych

J'ai adoré me perdre dans les Îles du Pacifique-Sud et dans le désert du Nevada. L'Antarctique m'a plu également avec cet enjeu supplémentaire de ne pas rester plus de quelques secondes dans l'eau glacée...

Il m'a fallu un long moment pour venir à bout du boss final. Je tombais sans cesse dans le trou ou finissais brûlé par les tirs de Willard transformé en araignée ! Et puis il fallait sortir du cratère de la météorite ! Moi qui pensais qu'une fois le boss mort, le jeu serait terminé ! C'était méconnaitre Tomb Raider !

 

Par moments, certains aspects du scénario me rappelaient une nouvelle de Lovecraft : Les Montagnes Hallucinées.

J'ai refait le jeu sur PC quelques temps après... Et ai commencé à attendre impatiemment la sortie de Tomb Raider 4... Celui-ci m'a plu, malgré un manque d'évolution. J'ai trouvé son univers plus cohérent et le moteur 3D plus opérationnel. Tomb Raider 3 avait probablement été bâclé afin de sortir à la date prévue. Les textures étaient parfois disjointes et le scénario, pourtant très bien vu, manquait de précisions dirais-je. Nous sommes confrontés à des situations qui ne sont pas expliquées. Il manquait certainement quelques petites cinématiques supplémentaires...

Mon bonheur a été de découvrir les niveaux bonus de la version PC ! Quel régal de partir en Ecosse puis dans le tunnel sous la Manche, à la recherche d'un cinquième artefact !

Cette année, après avoir terminé le reboot 2013, j'ai découvert par hasard les "walkthrough vidéo d'un américain : Badassgamez. Ce dernier a réalisé chaque solution patiemment, avec des commentaires géniaux, en indiquant toutes les possibilités de chaque niveau... J'ai alors envisagé de m'inspirer de son savoir faire et de produire des vidéos moi aussi mais en français. Je sais qu'il en existe déjà, mais j'ai envie d'en profiter pour communiquer mes impressions, donner quelques informations supplémentaires, des références...

Je vous propose de les découvrir à travers la chaîne Youtube que j'ai créée...

J'espère que vous revivrez avec plaisir ces instants vidéoludiques en ma compagnie et que vous pousserez le vice jusqu'à vous refaire ce jeu ! Ce peut être aussi l'occasion pour ceux qui n'ont pas joué à ces anciens opus de découvrir Lara telle qu'elle était alors...

Recevez mes plus sincères morsures.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Édito

C'est avec Tomb Raider III que j'ai découvert la génération de consoles de la fin des années 90. En 1998, je lançais pour la première fois un jeu de ce type, alors que j'avais laissé tomber l'univers du jeu vidéo au tout début de cette décénie.

Je m'étais arrêté à l'Amstrad CPC 6128, mon premier ordinateur... À l'époque, la résolution et le nombre de couleurs étaient très limités, ce qui n'empêchait pas les développeurs de créer des jeux complexes et passionnants.

 

 Le Manoir de Mortevielle, Lankhor, 1987

 

Imaginez le choc pour moi, lors du lancement de Tomb Raider III sur PlayStation...

Je vous propose donc de me suivre dans mes périgrinations afin de revivre quelques uns des jeux qui nous ont accompagnés durant les décénies passées.

 

Archives

Catégories

Favoris