Entrez dans l'antre d'un gamer partageur

Entrez dans l'antre d'un gamer partageur

Par Matthieu Meignan Blog créé le 22/02/10 Mis à jour le 12/01/14 à 20h00

Joueurs de tous poils, entrez si vous l'osez...

Ajouter aux favoris

Catégorie : Films

Signaler
Films

 

Bonjour à tous,

 

Aujourd'hui, en attendant la reprise des articles un peu plus étoffés, je voudrais vous faire découvrir un court-métrage qui m'a fait rêver. Xavier Newland a réalisé un hommage de 8 minutes environ à l'Amstrad 464. Les joueurs qui ont de la bouteille auront une remontée de souvenirs assez incroyable en regardant les différentes situations évoquées dans le film. L'esthétique du court-métrage m'a vraiment tapé dans l'oeil, le tout servi par une musique qui parachève l'ensemble. Du coup, je me dis que je vais sûrement écrire des chroniques sur certains jeux CPC tiens. Bon j'ai joué sur Amstrad CPC 6128 hein, mais je pense que ça vaudrait le coup quand même.

 

 

CPC Génération - Court-métrage réalisé par Xavier Newland

 

Bonne séance à tous,

 

 Utori

 

PS : je remercie LadiesPixel d'avoir diffusé ce court-métrage sur leur chaîne YouTube, sans eux, je serais sûrement passé à coté de cette merveille. 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Films

 

Bonjour à tous,

 

Aujourd'hui je profite de ma rubrique cinématographique pour vous parler d'un film que j'ai pris beaucoup de plaisir à revoir à l'instant. Il s'agit d'Intouchables, réalisé par Eric Toledano et Olivier Nakache, qui est sorti le 2 novembre 2011 dans nos salles obscures. A moins d'avoir vécu hors de notre pays l'an dernier, vous en avez certainement entendu parler, notamment en termes de succès populaire et critique. Omar Sy a décroché le César du meilleur acteur en 2012 grâce à ce film. Sur le plan international, le film s'exporte très bien, battant des records d'entrées en Allemagne, en Suisse, en Belgique, en Autriche et en Italie. Ce succès européen a fait du bruit sur un autre continent, le continent américain en l'occurrence puisque la Weinstein Company à mis une option sur les droits d'exploitation du film pour en faire un remake américain. Rappelons que cette compagnie est dirigée par Bob Weinstein et Harvey Weinstein, surnommé "l'homme aux 60 statuettes", qui a fait compagne pour que The Artist obtienne ses cinq Oscars, excusez du peu. Qui a dit que le cinéma français était moribond et incapable de s'exporter ?  

 

 

Bande-annonce d'Intouchables

 

Est-il réellement nécessaire que je rappelle brièvement le pitch du film ? Bon d'accord, pour ceux qui ne l'ont pas encore vu, je vais vous le rappeler. Ce film met en scène la rencontre improbable entre un riche aristocrate devenu tétraplégique suite à un accident de parapente et un jeune homme de banlieue qui sort à peine de prison. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cette alchimie va faire des étincelles ! Philippe (joué de façon magistrale par François Cluzet) va apprendre à Driss (un rôle joué par Omar Sy avec un naturel déconcertant) à se fondre dans les codes de l'aristocratie sans y parvenir totalement, alors que Driss va mettre un point d'honneur à sortir Philippe de sa bulle, faite d'habitudes et de routine ronronnante. Le film fonctionne sur ce duo d'acteurs avec un humour décapant, tout en prenant soin d'éviter toute caricature en matière de handicap. Certains d'entre vous pourront trouver certaines situations caricaturales dans d'autres domaines, bien que jamais, pendant tout le film, la subtilité disparaisse. Les dialogues sont ciselés, l'émotion est toujours très bien dosée. Et les personnages secondaires parachèvent un ensemble très maîtrisé.

 

Musique du film - Una Mattina - Ludivico Einaudi

 

Basé sur une histoire vraie, ce film m'a énormément touché, pour plusieurs raisons. La première, c'est que je suis handicapé moi-même. Pas autant que Philippe, mais certaines réactions de sa part pendant le film m'ont renvoyé un écho très personnel. Ensuite j'ai été frappé par l'authenticité qui se dégageait de ce film. Ça a beau être de la fiction (puisque je suppose que certains détails ont dû être changés ou arrangés par rapport aux faits originaux, mais ce n'est qu'une supposition bien entendu), j'ai ressenti une envie de croiser les personnages du film dans la rue, un de ces jours. Je sais bien que d'habitude, je vous parle de jeux vidéo sur ce blog. Mais cet article a tout de même un rapport avec notre média. Je m'explique : en visionnant ce film, j'ai ri, beaucoup, j'ai souri, un peu, mais j'ai surtout repris confiance en moi. Le jeu vidéo, à un moment donné de ma vie, m'a fait le même effet. Je peux même dire qu'il m'a sauvé la vie quelque part. Il m'a empêché de lâcher prise, de laisser la vie me filer entre les doigts. Au delà de la passion qui m'anime, c'est pour les raisons que je viens d'évoquer que j'écris ces articles quotidiennement. Et que j'espère pouvoir un jour faire partager ma passion au plus grand nombre. Que le jeu vidéo trouve la place qu'il mérite dans le domaine culturel.

 

Bonne séance à tous,

 

 Utori 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Films

 

Bonjour à tous,

 

Je vous présente aujourd'hui une nouvelle rubrique dont la modeste ambition est de vous faire découvrir les différentes adaptations en oeuvre cinématographique certains jeux vidéo ou certaines licences de notre média. Je suis bien conscient que la plupart des essais d'adaptation des univers vidéoludiques se sont soldés par des catastrophes, mais je considère néanmoins que ce pan de la culture fait partie de notre média indirectement. J'espère que cette nouvelle rubrique vous plaira et que lire les articles permettra à certains d'entre vous de découvrir certaines oeuvres un peu oubliées. On va commencer la rubrique avec un film d'animation qui vaut le détour : Final Fantasy VII Advent Children. Ce film d'animation japonais, sorti au Pays du Soleil Levant en 2005, s'appuie sur l'univers de Final Fantasy VII. En France, il sortira directement en DVD et UMD le 7 juin 2006. Il sortira ensuite en Blu-Ray dans sa version Complete le 10 juin 2009. Alors que la base du film n'était qu'un exercice pour les programmeurs de la branche "cinématiques" de Square Enix et ne durait que 10 à 20 minutes, Tetsuya Nomura en a fait un film de 2 h 10 minutes (dans sa version longue).

 

Final Fantasy VII Advent Children Complete Trailer

 

L'histoire de ce film se déroule deux ans après les événements décrits dans Final Fantasy VII. Chacun des protagonistes a plus ou moins repris le fil de son existence. Midgar panse lentement ses plaies après le passage dévastateur du Météore que Sephiroth avait invoqué grâce à la matéria noire. La Rivière de la Vie ayant fait son oeuvre, les habitants survivent dans cette ville fantôme. Malheureusement, même après tout cela, une mystérieuse maladie touche les habitants : les géostigmates. C'est la preuve que Jénova continue de se battre contre la Rivière de la Vie, apportant avec elle une mort certaine pour tous ceux qui sont atteints par cette maladie. Il s'agira donc pour le groupe de Cloud de faire face à cette nouvelle menace... Il est évident que j'essaie de ne pas trop en dire pour vous encourager à regarder ce film d'animation qui, techniquement, est de toute beauté. L'animation est extrêmement bien travaillée, l'ambiance post-apocalyptique est très bien rendue et la bande son est exceptionnelle pour mes oreilles. On peut reprocher à ce film d'avoir une histoire assez convenue, mais c'est un défaut largement compensé par le soin apporté par Tetsuya Nomura et ses équipes à l'esthétique du film. 

 

 

AMV Final Fantasy VII Advent Children 

 

Comme vous avez dû le comprendre dans les paragraphes précédents, j'ai pris une claque monumentale lorsque j'ai visionné ce film. Et ce qui est encore plus étonnant, c'est qu'en le regardant hier pour me remettre les images en tête, l'effet a été le même, j'en prends toujours autant plein les mirettes et plein les yeux. Personnellement, je ne possède que la version courte du film en DVD. J'ai pu néanmoins  visionner la version longue en Blu-Ray, il y a deux ans de cela, et ma première réaction avait été de me dire : "Mais pourquoi ils ne l'ont-ils pas sorti en version longue directement ?" Est-ce une tactique purement mercantile ou une limitation technique qui a empêché cela ? On ne le saura probablement jamais. Ce film prouve au moins une chose. Il est possible d'adapter un univers de jeu vidéo sur un support autre que le jeu. Il n'est pas le seul à avoir réussi une telle transition, mais les bons exemples sont extrêmement rares, ce qui est assez paradoxal finalement, quand on sait que le jeu vidéo dans son ensemble tente bien souvent de s'approprier la grammaire du cinéma.

 

Bonne séance à tous,

 

 Utori 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Oyez, oyez, braves gens, vous êtes ici de plein gré pour la plupart. Détendez vous, vous êtes ici pour la découverte, des jeux, de la musique, des humeurs de son hôte aussi. L'important dans la vie, c'est de sourire et de profiter de certains petits bonheurs. Le jeu vidéo, ça peut aussi être cela.

Archives

Favoris