Entrez dans l'antre d'un gamer partageur

Entrez dans l'antre d'un gamer partageur

Par Matthieu Meignan Blog créé le 22/02/10 Mis à jour le 12/01/14 à 20h00

Joueurs de tous poils, entrez si vous l'osez...

Ajouter aux favoris
Signaler
Un Jour, Un Jeu

 

Bonjour à tous,

 

Aujourd'hui je vais prendre ma blouse et mes instruments de chirurgie pour vous parler de Trauma Center : Second Opinion. Edité et développé par Atlus (assisté par Nintendo pour la version PAL) le soft est sorti sur Wii en novembre 2006 aux USA, en décembre 2006 au Japon et enfin en août 2007 en Europe. De façon générale, la série des Trauma Center a beaucoup de mal à sortir en Europe pour une raison inconnue. Trauma Center : Second Opinion est un portage du premier jeu DS de cette licence, Trauma Center : Under the Knife. Le joueur incarne le jeune médecin Derek Stiles ainsi que le docteur Nozomi Weaver dans certaines missions annexes. Le but de Derek étant de réussir différentes opérations de plus en plus compliquées. Assisté dans la majorité du jeu par l'infirmière Angie Thompson, il passera de petit interne novice à chirurgien renommé. Atlus nous gratifie d'un genre de jeu inédit,  la simulation d'opérations chirurgicales étant peu explorée en jeu vidéo. Les japonais sont décidément capables de tout inventer et ça leur va bien. 

 

Intro de Trauma Center : Second Opinion

 

Trauma Center : Second Opinion est un jeu optimisé pour la Wii, les contrôles ont été préparés en conséquence : de votre main directrice (main droite si vous êtes droitier, main gauche si vous êtes gaucher, comme moi et Link haha) vous tenez la Wiimote et avec le pointeur vous ouvrez, incisez et vous effectuez les différentes actions du chirurgien. De l'autre main, le stick du Nunchuk vous permet de sélectionner l'instrument à utiliser. Je ne pense pas que Atlus ait vraiment recherché le réalisme lors des opérations, mais l'immersion est là et même bien là. Chaque opération est limitée dans le temps et les signes vitaux du patient sont fluctuants, ce qui donne un stress permanent envers le joueur. Ce jeu demande de la concentration, du sang-froid et un peu d'habileté. Même si une histoire se développe entre les opérations, il est possible d'enchaîner les phases opératoires rapidement. L'aspect graphique, très tourné vers le manga, est agréable à regarder et bien plus fin que sur la version d'origine sur DS. Les musiques quant à elles accompagnent très bien l'action qui se déroule à l'écran. 

 

Episode 3-6 : An Explosive Patient

 

Je ne peux pas dire que j'aie adoré ce jeu, parce qu'il est difficile pour moi d'être précis avec une Wiimote. Mais j'avais apprécié l'épisode sur DS sorti quelque temps auparavant, et le contrôle au stylet me convenait parfaitement. Et j'avoue que l'idée de me prendre pour un chirurgien et sauver des vies, c'est quand même gratifiant ! Alors j'ai acheté cette version en pensant m'habituer à force d'essais acharnés au maniement de la Wiimote dans ce jeu. Et à force de persévérance, j'ai fini par m'y faire. Ce jeu m'a montré qu'en matière de jeu vidéo, il faut parfois être obstiné pour arriver à ses fins. Oh bien sûr, il n'est pas le premier à me faire ce coup là, bien au contraire, des jeux capables de me faire hurler, j'en ai connu d'autres, mais ce soft m'a enthousiasmé autant qu'il m'a rebuté. C'est le propre de certains jeux qui repoussent certaines limites. Pour un joueur classique, je ne pense pas que ce problème se soit posé, mais je ne crois pas que ce Trauma Center ait été un grand succès sur Wii. Attendez, c'est peut-être pour cela qu'Atlus rechigne à sortir ces jeux en Europe ? Impossible d'en être sûr. 

 

A demain pour un nouveau jeu.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

 Utori

 

PS : N'oubliez pas que dans les commentaires de cet article, vous pouvez me suggérer des jeux que vous voudriez voir apparaître dans cette rubrique. 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Oyez, oyez, braves gens, vous êtes ici de plein gré pour la plupart. Détendez vous, vous êtes ici pour la découverte, des jeux, de la musique, des humeurs de son hôte aussi. L'important dans la vie, c'est de sourire et de profiter de certains petits bonheurs. Le jeu vidéo, ça peut aussi être cela.

Archives

Favoris