Entrez dans l'antre d'un gamer partageur

Entrez dans l'antre d'un gamer partageur

Par Matthieu Meignan Blog créé le 22/02/10 Mis à jour le 12/01/14 à 20h00

Joueurs de tous poils, entrez si vous l'osez...

Ajouter aux favoris
Signaler
Un Jour, Un Jeu

 

Bonjour à tous,

 

Aujourd'hui, je vais m'attaquer une fois de plus à un grand classique en vous parlant de Super Mario 64. Edité et développé par Nintendo, le jeu est sorti au Japon en juin 1996, en septembre 1996 aux USA et en mars 1997 en Europe. Notons que, comme Super Mario World avant lui, Super Mario 64 accompagne le lancement de la Nintendo 64. Comme d'habitude le scénario reste le même : la Princesse Peach est enlevée par Bowser et Mario, toujours aussi bonne poire, va la chercher. A l'époque de Super Mario 64, ça faisait plus de dix ans que Nintendo servait la même soupe au joueur, et le pire, c'est que ça marche. Shigeru Miyamoto et ses équipes ont réussi à inventer le jeu de plate-forme en 3D, et encore aujourd'hui, le soft sert de référence à l'industrie toute entière. Demandez à n'importe quel acteur de l'industrie vidéoludique une référence de ce genre de jeu, dans 90% des cas, Super Mario 64 sortira forcément.  Le jeu vidéo arrive à un âge où il est possible de regarder en arrière et de se demander quels sont les jeux qui ont marqué leur époque. Super Mario 64 en fait partie.

 

Intro de Super Mario 64

 

Alors que pour Super Mario World, Mario se déplaçait sur une carte pour ensuite traverser le niveau sélectionné, sur N64 on se retrouve avec une géométrie totalement différente. Le château de Peach sert de point central, et Mario se rend à l'intérieur de différents niveaux en traversant des tableaux. Oui oui, en sautant dans des toiles de musée, mais qui ne sont pas des tableaux de maître pour autant. Ce qui était impressionnant, c'est lorsque les joueurs de l'époque, dont j'ai fait partie, ont poussé le stick analogique de la manette pour déplacer Mario dans ce monde en 3D d'un seul tenant, ça a fait rêver tous les joueurs de la N64. Ce jeu de plate-forme à la difficulté progressive permet au joueur d'explorer un monde aquatique, le désert et d'autres environnements très bien rendus pour l'époque. Même si la cartouche est limitée et que l'effet "brouillard" de la console peut faire sourire aujourd'hui, le fait est que la N64 avec ce jeu avait trouvé son emblème et même dans quelques années en parlera toujours de ce Mario. Le plombier moustachu tient bien le route, c'est le moins que l'on puisse dire.

 

Super Mario 64 OST - Ultimate Koopa

 

 Comme je l'ai dit dans le paragraphe précédent, j'ai eu une émotion particulière lorsque j'ai poussé le stick de la manette vers l'avant pour la première fois. Mario qui se déplace en 3D, c'était énorme. Bon, pas au point de défaillir de plaisir, mais quand même. A l'heure où la Playstation montrait sa 3D pixellisée, on avait droit sur ce jeu à une animation fluide, même si les polygones étaient coupés à la serpe. Et puis je me souviens aussi avoir eu cette impression qu'on pouvait tout explorer, presque sans limites, même si, avec le recul, la "carte" de ce Mario n'était pas si grande que cela. Mais c'est ça, la magie d'être un joueur de jeu vidéo : ce qui paraît immense à un moment donné, les développeurs font encore plus grand quelques années plus tard. Si on ose comparer Super Mario 64 à Super Mario Galaxy 2, on passe d'un château en guise de monde à explorer à des galaxies entières ! J'ai volontairement pris les deux jeux extrêmes en terme de Mario en 3D pour vous montrer l'évolution de la licence phare de Nintendo. La question qui se pose maintenant est la suivante : Où iront les concepteurs de Nintendo la prochaine fois ? Réponse dans quelque temps, après la sortie de la Wii U, la prochaine console du constructeur nippon. 

 

A demain pour un nouveau jeu.

 

Vidéoludiquement vôtre,

 

 Utori

 

PS : N'oubliez pas que dans les commentaires de cet article, vous pouvez me suggérer des jeux que vous voudriez voir apparaître dans cette rubrique. 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Oyez, oyez, braves gens, vous êtes ici de plein gré pour la plupart. Détendez vous, vous êtes ici pour la découverte, des jeux, de la musique, des humeurs de son hôte aussi. L'important dans la vie, c'est de sourire et de profiter de certains petits bonheurs. Le jeu vidéo, ça peut aussi être cela.

Archives

Favoris