Entrez dans l'antre d'un gamer partageur

Entrez dans l'antre d'un gamer partageur

Par Matthieu Meignan Blog créé le 22/02/10 Mis à jour le 12/01/14 à 20h00

Joueurs de tous poils, entrez si vous l'osez...

Ajouter aux favoris
Signaler
Humeurs

Bonsoir à tous,

 

Je viens vous parler ce soir avec un sentiment d'amertume. Les premiers chiffres de vente de Rayman Origins sont tombés, et le résultat est sans appel : 50 000 unités vendues aux USA en 1 mois. C'est ridiculement bas ! Je vous le dis, je suis scandalisé ! Et pour une fois je vais parler avec mon coeur, ça me rend triste. Triste parce que Rayman faisait son grand retour avec un soft beau, qui ne manquait pas d'idées, bien au contraire. Et il se plante en beauté. Bien sûr, ce sont des chiffres pour le marché américain, et Ubisoft se garde bien de communiquer les chiffres de vente en France, en disant qu'ils ne sont pas inquiets et que les Rayman se vendent sur la durée. Soit. Mais pour moi, cela soulève deux faits distincts.

 

 

Michel Ancel, poète maudit du jeu vidéo ?

 

Michel Ancel est le créateur de Rayman. Mais pas seulement. Auteur des Lapins crétins, qui connurent un certain succès avant de se perdre récemment, ce développeur français n'a pas tellement de chance dès qu'il s'agit d'amener des concepts originaux à notre média. Après le succès de Rayman 1 et 2, c'est un peu la déconfiture. Il crée Beyond Good and Evil, un énorme succès critique mais les joueurs ne suivent pas. Commercialement, c'est un semi-échec. Pour le remettre en selle, Ubisoft lui confie l'adaptation du film King Kong de Peter Jackson. Là encore, l'accueil critique est plutôt bon, mais le succès commercial en deçà des prévisions d'Ubisoft : 1 million de copies vendues pour une prévision de 3 millions. Et donc la plantade Rayman Origins évoquée plus haut, alors que la critique l'encense pour son originalité.  Mais le problème vient-il vraiment de là ? J'ai une autre explication beaucoup moins reluisante pour le consommateur.

 

 

 

Le joueur est-il un cheval qui porte des oeillères ?

 

Le joueur classique, occasionnel, est un joueur qui se contente de peu. Et quelque part, ça peut se comprendre. Lorsque l'on achète que quelques jeux dans l'année, on se contente du "jeu qu'on a vu dans la pub à la télé" et puis voilà. Il y a aussi le joueur qui ne compte pas trop réfléchir, qui prend son "Call Of panpan-boumboum" sans jamais regarder ce qui se passe à coté. Là encore, l'attitude adoptée, dans l'absolu, n'est pas condamnable. Ce qui l'est largement plus, ce sont tous ces gens, sur des forums spécialisés dans notre média, qui râlent parce que "le jeu vidéo tourne en rond, il applique les mêmes recettes, c'est pas original pour un sou" et autres expressions du même acabit. Et dès que des jeux originaux sortent, le succès n'est pas au rendez-vous. Des exemples ? Rayman Origins avec ses 50 000 copies américaines, Bayonetta qui a peiné à se vendre à 1 million d'exemplaires mondialement, alors qu'il est pensé pour les gamers, avec un magnifique retour du challenge in-game. A coté des Call Of Duty de tous poils qui se vendent par millions dès leur premier jour, franchement, il y a de quoi être plein de ressentiment. Amis Gamers, assumez vos dires et achetez les jeux originaux quand il sortent, sinon, les éditeurs ne sortiront pas de leurs carcans sûrs économiquement, à base de guerre et de sport, et personne ne peut les blâmer. Les éditeurs de jeu vidéo, c'est d'abord des entreprises qui doivent vivre, il est normal qu'elles sortent des jeux "safe" pour assurer leurs arrières. et à terme, les jeux aux concepts originaux, eh bien ils disparaîtront, et notre média s'appauvrira. 

 

 

 

Evidemment, cet article montre un avis personnel et n'est pas totalement objectif. Je vous l'ai dit je suis amer. Mais au moins il a le mérite de dire tout haut quelque chose qui se ressent depuis longtemps.

 

A vous de méditer à cela, amis gamers,

 

 Utori 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Commentaires

Utori
Signaler
Utori
C'est ce que je déplore justement ^^
Sirtank
Signaler
Sirtank
Pour être lancé il faudrait que les acteurs s'y reconnaissent sur ce point cela ressemble fort a un dialogue de sourd :P
Utori
Signaler
Utori
Mon article a au moins le mérite de susciter des réactions. Il est évident qu'une campagne marketing meilleure aurait aidé. Je ne le nie pas. Néanmoins, l'ambivalence que tu soulève, je l'apparenterais plutôt à un dialogue sourd et/ou aveugle entre les consommateurs et les éditeurs. Chacun à ses demandes et ses souhaits. Mais on se retrouve avec un fossé entre les deux acteurs qui se creuse terriblement. Aucune solution n'est parfaite. Mais au moins le débat peut être lancé
Sirtank
Signaler
Sirtank
La réalité c'est que le média a supplanté le produit en lui même.
Comme le note Oz l'absence de promotion est bien plus fatale que le style du jeu lui-même et les critiques font partie du système pour le jeu vidéo bien plus que dans tout les autres domaines car ce marché c'est construit sur une base participative dont gameblog en est une expression actuelle, naturellement engagée ,ou la critique côtoient le marketing . Dans ces conditions les râleurs sont aussi naturel que possible car ils se contentent d'exprimer un avis certes sommaire mais en lui-même représentatif qu'il existe toujours un marché exploitable , un consensus à trouver car ceux qui râlent ce sont ceux qui cherchent leur jeu.
Les ventes de Rayman sont affligeantes pour l'instant et comme toi je doute de son succès à long terme mais les éditeurs sont bien plus coupable d'abandonner l'esprit du jeu en tentant de standardiser leur production selon des logiques rationnelles que de chercher une sécurité illusoire dans des jeux a gros budget créant une dépendances économiques et obligeant a une surenchère technologique. La prise de risque du marché pluraliste des autres générations présentaient au demeurant bien moins de ces risques et le consommateur est pris en otage par des jeux toujours plus cher et abandonne lui aussi l'idée de joué sur des jeux original mais ou il n'est pas assurer d'aimer.
Le problème est ambivalent et je ne pense pas que Ancel soit maudit , il ne correspond juste plus à la logique rationnelle , il fait un jeu pour le même plaisir qu'il y 'a 10 ans dans une société différente ou la valeur critique n'est plus prédominante sur la forme, sans donner d'identification au joueur , Rayman avec une vraie campagne marketing pourrait tout à fait réussir.
Utori
Signaler
Utori
Voilà pourquoi, mon chez Oz, j'ai précisé deux choses : 1) c'est un ressenti personnel. 2) je "m'attaque" en priorité aux râleurs qui nous rabattent les oreilles en disant que le jeu vidéo n'a plus d'originalité. Mais en soit, tu as raison. Sortir Rayman Origins face à des blockbusters tels que CoD c'est presque du suicide. Auquel j'oppose un argument : les parents qui veulent faire des cadeaux à leurs enfants le font à noël principalement. La stratégie d'Ubi n'est pas parfaite, mais elle a un argument pour. Malheureusement je reste persuadé que Rayman Origins ne fera pas des ventes mirobolantes. A terme il se vendra raisonnablement. Mais l'étouffement sera une réalité. Je terminerai en disant que ton argumentation se tient totalement.
oz_fromsl
Signaler
oz_fromsl
"Les éditeurs de jeu vidéo, c'est d'abord des entreprises qui doivent vivre, il est normal qu'elles sortent des jeux "safe" pour assurer leurs arrières. et à terme, les jeux aux concepts originaux, eh bien ils disparaîtront, et notre média s'appauvrira"

Tu oublies de préciser qu'ici il s'agit d'Ubisoft qui attend la fin de l'année pour sortir Rayman Origins et AC Revelation face aux poids lourds annuels tels que CoD, et auxquels on peut ajouter cette année les Batman, Uncharted et autre Gears of War ...
Accabler le gamer ne sert à rien ... Peu de joueurs peuvent se permettre d'acheter tous les jeux qui sortent et là, ça en fait quand même 6 sur 3 mois. Je comprends ta déception, mais elle surtout du fait d'Ubisoft qui a complètement étoufé Rayman dans l'oeuf : le sortir à ce moment était complètement suicidaire, j'irais même juste qu'à supputer qu'ils ont sciemment espéré ce four pour discréditer Ancel. De quel promo le jeu a-t-il bénéficié ? Quasiment aucune ?
Tu parles de Bayonneta, mais le problème est presque le même : en janvier, après les fêtes, je ne suis pas certain qu'il y ait tant de monde à acheter de nouveaux jeux à ce moment. De plus ce jeu avait, il faut l'avouer, une esthétique assez clivante (même si je l'ai adoré).
Pour conclure, je ne me montrerais pas toutefois si pessimiste pour Rayman, j'attends de voir les résultats d'ici 6 mois ...

Édito

Oyez, oyez, braves gens, vous êtes ici de plein gré pour la plupart. Détendez vous, vous êtes ici pour la découverte, des jeux, de la musique, des humeurs de son hôte aussi. L'important dans la vie, c'est de sourire et de profiter de certains petits bonheurs. Le jeu vidéo, ça peut aussi être cela.

Archives

Favoris