Tuntun te parle

Tuntun te parle

Par tuntun Blog créé le 11/12/09 Mis à jour le 17/07/12 à 01h54

Le blog d'un gars.

Ajouter aux favoris
Signaler

Un an que je n'ai pas posté de billet, et voila que je réanime mon blog. Enfin pas pour longtemps, puisque je passe juste pour promouvoir ma nouvelle adresse.

Nouvelle adresse que je partage avec le copain Salidsnack pour parler essentiellement jeux vidéo et mangas. Oui parler, parce que ce qui nous a poussé à nous installer c'est l'enregistrement de podcasts. Ca ne nous empêchera pas bien sur de publier régulièrement des articles, infos, critiques, le tout à l'écrit.

 

La nouvelle adresse est donc http://podcastination.tumblr.com/, vers laquelle vous pourrez lire et entendre les intermittents du podcast.

 

N'oubliez pas de suivre si ça vous plait, le compte twitter : @LesInterDuPod 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
T'as vu !!

Et voila, encore plusieurs semaines sans articles, à croire que j'ai d'autres choses à faire, mais pas vraiment. Je viens donc mettre fin à cette nouvelle période de disette avec un nouveau coup d'oeil dans le rétro, cette fois retraçant mes deux/trois derniers mois de jeux (faut bien rattraper le retard).

Commençons par le plus récent, avec ma Wii qui a pas mal tournée ces deux dernières semaines. J'ai enfin finis A boy and his blob qui m'auras donné du fil à retordre, non pas par sa difficulté, mais par sa redondance et son manque de liant. La première heure m'a subjuguée grâce à la 2D sublime du jeu et au concept de transformation bien sympathique. Malheureusement, les niveaux deviennent très vite répétitif malgré les nouvelles transformations de plus en plus originales bien vues. Cela est en grande partie due à l'absence totale d'histoire. Il y a un début, une fin, mais strictement rien entre les deux. On enchaîne donc les niveaux, mais sans qu'il y ait une réelle motivation ou récompense scénaristique. Je me suis donc dépêcher de finir la trame principale, une demi douzaine d'heures, pour enfin passer à autre chose, qui se trouve être The Lapins crétins : La grosse aventure.

Et la le changement est total. Je passe d'un jeu à "énigmes" à l'ambiance mélancolique, à un jeu complétement déjanté dont le but est de faire une montagne d'objets pour atteindra la lune. Oui parce que ce volet des Lapins crétins n'est pas un party game comme le reste de la série, mais un jeu ou l'on dirige un de ses rongeurs fous poussant un caddie à travers des niveaux dans lesquels il faut récupérer un maximum d'objet. On parcours donc des centre commerciaux, des aéroports, hopitaux et autres, remplis d'objet en tout genre et peuplés d'invidus mornes. Car c'est une des particularités du jeu, il peint avec brio une caricature de notre société capitaliste poussée jusqu'à l'extrême, se rapprochant d'un Big Brother. On entend d'ailleurs régulièrement par le biais de hauts parleurs, des slogans caricaturés, tel que "tout salaire mérite travail" ou bien "travailler plus pour gagner plus pour consommer plus". Drôle, fin et subversif, l'univers du jeu se marie à merveille avec les lapins crétins. On a en plus de ça le droit à une bande son qui colle parfaitement à l'ambiance euphorique et déjantée de cette course à la lune, puisque Ubi Soft Montpellier a fait appelle à l'orchestre moldave Vagabontu jouant des airs traditionnels de leur région. C'est donc accompagné d'une fanfare survolté qu'on déambule dans toute la ville avec notre caddie, qui très bonne surprise, ce manie toute en glissade et donne une sensation de maîtrise assez jouissive. Un très bon jeu pour ma part.

 

Ces derniers mois j'ai aussi profiter de ma 3DS, pour faire du scoring sur le très agréable Pilotwings Resort (j'approche des 30 heures de jeu), mais surtout pour tâter du dsiware depuis l'arrivée de l'eshop. Dès la plateforme de téléchargement de la 3DS dispo, je me suis empressé de télécharger les deux derniers jeux de WayForward, à savoir Mighty Milky Way et Shantae Risky's Revenge. Le premier est un jeu au concept étrange. Il faut diriger une jeune fille de planêtes en planêtes dans des niveaux remplis d'obstacles et d'ennemis. Le jeu ce joue entièrement au stylet puisqu'il faut taper sur une planête pour faire sauter l'héroine. Le concept est ingénieux et accrocheur. Cerise sur le gateaux, la jeune fille n'hésite pas à lancer des phrase d'un cynisme à toute épreuve tranchant magnifiquement avec l'ambiance sucrée du titre. Quand au deuxième jeu, il est la suite bien nommée de Shantae sortie en 2002 sur GBC. Cette sequel est un jeu mélangeant habillement plateforme, aventure et rpg. Le système de jeu est très agréable et apporte quelques très bonnes idées, comme un système de plan poussant à l'exploration et rendant le jeu moins linéaire. Le jeu est soutenu par une réalisation de très bonne facture et d'une ambiance très bon enfant. Un jeu que je recommande vivement. 

J'ai aussi profité d'Excitebike 3D Classic, offert au lancement de l'eshop. C'est un classic indémodable, qui profite d'un gameplay précis et d'une difficulté ardue. Excellent pour des parties rapides. Je ne m'en lasse pas.

                                           

Autres jeux que j'ai pas mal pratiqué ces derniers temps, Proun et Fast : Racing League. Deux jeux de courses, l'un sur PC, l'autre sur WiiWare. Fast est un F-Zero-like classique de prime à bord. Mais Shin'en, le développeur déjà auteur de quelques succés sur WiiWare, a ajouté un système de polarité proche d'Ikaruga qui apporte pas mal de choses aux jeux. Des sphères noirs ou blanches sont à ramasser sur la piste permettant de remplir une jauge. Cette jauge contenant dix segments (sphères donc) permet d'utiliser un boost, la vidant de cinq segments, ou de changer la polarité du vaisseau, coutant un segment. Le changement de polarité est important puisque des zones noires et blanches parsèment la piste. Prise de la bonne couleur, ces zones seront des boosts, prisent de la mauvaise couleur, elle vous ralentiront fortement. Un apport tactique donc qui s'ajoute à un bon level-design, une grosse difficulté, et une réalisation solide. Seul hic, le multi local qui injouable tellement ça lague (absent du solo).

Proun quand à lui est nettement plus expérimentale. Il met en scène des courses entre sphères tournant autour d'un cylindre et évitant des formes géométriques aux couleurs chamarées. Etrange dit comme ça, le jeu profite d'une ambiance classe (musique jazzy) et colorée, et d'un gameplay simple mais diablement efficace et demandant beaucoup de skill à haut niveau. Il n'y a que cinq courses de disponibles, mais les modders ont la possibilité de proposer de nouveaux circuits (deux pour l'instant), et le time trial vous occupera un bon moment. De plus le jeu est disponible en pay what you want. Un nouvel incontournable du jeu indé sur PC.

 

Il y a deux autres jeux que j'ai commencé cette semaine, et que je finirais certainement au mois d'aout pour en parler dans le prochain Coup d'oeil dans le rétro, c'est Jamestown shoot'em up disponible sur PC via Steam, et Batman Arkham Asylum que tout le monde connait. Jamestown est vraiment excellent, avec un bon système de jeu et un univers délirant. Pour ceux qui aiment les shoot'em up, c'est à ne pas manquer. Quand à Batman qui était sous blister depuis janvier, j'accroche beaucoup au gameplay. C'est intuitif et suffisamment varié pour qu'on ne s'ennuit pas. En plus l'univers Batman est très bien retranscrit. Par contre je ne suis pas fan des ralentis à foison pendant les combats, et de l'ultrabrillance du rendu général. 

 

Et pour finir, j'ai enfin décider d'arrêter Football Manager 2011 qui me bouffe un temps considérable pour certainement revenir remplir les pages de mon blog. Ce jeu est génial, mais bien trop chronophage :D

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

        
Signaler
Pourquoi pas ?

La série de jeux WiiWare de Gaijin débutée chez nous le premier mai 2009 avec Bit Trip Beat, s'est terminée au bout de six épisodes le 25 février dernier avec Bit Trip Flux.

La saga terminée, je ne pensais plus avoir de nouvelles de notre cher CommanderVideo, hormis à travers les portages de Beat sur Iphone et PC/Mac et de Runner lui aussi sur PC et Mac. Mais c'était sans compter sur l'amour que porte les développeurs à leur série, et l'intention de lui donner un grand hommage.

Et ça commence par l'annonce en début d'année d'une compilation des six épisodes sur la nouvelle portable de Nintendo, sous le nom de Bit Trip Saga. Affichage en 3D, gameplay adapté, le rendez-vous est pris pour cet été. L'été étant tout proche, il est temps de donner quelques infos et impressions complémentaires.

Ca commence par les impressions de Nintendolife et de Destructoid, pour continuer sur une vidéo (dévoilant Core et Void) réalisée par NintendoWorldReport.

On en apprend plus sur les controles des différents épisodes. Beat et Flux pourront se jouer au circle pad, ou de la même manière que sur Iphone, à l'aide de l'écran tactile. En effet on pourra en touchant l'écran tactile monter ou descendre la barre visible sur l'écran du haut. Dans le cas de Core, Void et Runner, les controles seront les mêmes qu'avec la Wiimote. Quand à Fate, il utilisera lui aussi le circle pad pour déplacer CommanderVideo, mais fera aussi appel à l'écran tactile pour viser (Fate étant une sorte de shoot'em up/rail shooter), tout en difusant l'action sur l'écran du haut.

Pour ses première impressions le gameplay adapté à la console portable semble bon, et c'est aussi le cas pour l'effet 3D. Destructoid parle d'un monde rendu plus vivant pour Runner, et plus distrayant pour Core par exemple. En tout cas l'effet semble réussi.

 

Et puis il y a une semaine se déroulait l'E3. Plus grand salon de jeux vidéo, endroit propice pour annoncer des choses. Ca n'a pas manqué, Aksys l'éditeur de la série annonce Bit Trip Complete sur Wii. Le nom est différent, mais on nous l'annonce sur le même principe que le Saga, une compile des six épisodes. Sauf que comme je le disais plus haut et dans le titre, Gaijin Games veut finir les Bit Trip en apothéose et annonce du coup une liste de bonus que voici :

- 120 nouveaux défis répartis dans les six jeux

- Une gallerie exclusive de musiques contenant des remixs fait par des fans, des morceaux originaux ainsi que des maquettes des thèmes de la série

- Une gallerie exclusive d'images tels que des screens pendant le développement, des concept art et des images promotionnelles

- Une gallerie exclusive de vidéo contenant 25 films racontants l'histoire de CommanderVideo

- Six lettres s'adressant à des fans, écrites par Alex Neuse le créateur de la série

- Un CD de morceaux extraits de chaques OST de la saga

- De nouveaux modes de difficulté

- Des classements en ligne

 

Bref, une orgie est annoncée, et malheureusement nous n'avons pas de date pour le moment. Cependant Aksys devrait nous en dire plus quand à sa sortie prochainement.

Cela devrait donc clore magistralement cette formidable saga bien trop méconnue. 

Restez quand même vigilant, Gaijin serait capable de nous annoncer Bit Trip Complete sur PC et Mac.



 

Bonus :

Alex Neuse nous parle de l'importance du fun

L'histoire de Bit Trip (Part 1)

L'histoire de Bit Trip (Part 2)

L'histoire de Bit Trip (Part 3)

Le papercraft Bit Trip Runner

 

 

Voir aussi

Groupes : 
Bit. Trip
Jeux : 
Bit.Trip Beat, Bit.Trip Runner, Bit.Trip Fate
Plateformes : 
Wii, Nintendo 3DS
Sociétés : 
Aksys Games, Gaijin Games
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Pourquoi pas ?

Alors que les messages de soutient de différents mangakas s'enchainent, le célèbre auteur de Vagabond (entre autre), Takehiko Inoue, a pris l'initiative depuis vendredi de dessiner et publier sur son twitter des visages souriants pour redonner un peu d'espoir aux victimes du séisme.

Il a, jusqu'à maintenant, dessiné 76 visages, et va continuer encore un moment.

En voici quelque uns :

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
T'as vu !!

Aujourd'hui nouvelle rubrique au titre trompeur. On pourrait croire que je vais parler jeux rétro, de consoles oldies et autres trucs de nostalgiques, mais pas du tout. Désormais, mensuellement je vais revenir sur les jeux qui ont animés mon mois précédents (eh oui c'est excessivement original). 

Cette rubrique va me permettre surtout de développer un avis sur des jeux pour lesquels je n'ai pas forcément le temps ni l'envie de faire un test.

 

Mon mois de février s'est principalement axé autour de Fire Emblem Radiant Dawn sur Wii. Suite de Path of Radiancesur GC, j'avais commencé une partie il y a deux ans que j'avais rapidement laissé tomber parce qu'entre autre je n'arrivais pas à réellement rentrer dans le jeu. Ca faisait donc plusieurs mois que je me disais qu'il fallait que je m'y remette, mais les jeux s'accumulant, la flemme de me mettre dans un long RPG, et l'appréhension de ne pas m'immerger dans le jeu comme cela s'était passé la première fois. Et puis un soir, sur un coup de tête, j'insère la galette dans le mange-disque, et je lance le fameux jeu. 

Bien m'en a pris, puisque cette fois-ci j'ai entièrement plongé dedans et fait le jeu d'une traite, comme à l'époque dePath of Radiance. J'ai retrouvé un univers heroic-fantasy enchanteur porté par un chara-design de grande qualité, et une ambiance que je n'ai rencontré nul par ailleurs. En effet, le monde de ce Fire Emblem nous fait partager les destins de plusieurs groupes de personnages, qui bien sur se croiseront tout au long de l'aventure, au sein d'un scénario classique, mais qui se révèle loin d'être manichéen et donne certains moments de bravoure remarquables. Et cette ambiance justement, oscillant entre mélancolie et espoir, une teinte particulière qui me fait penser, allez savoir pourquoi, à l'automne. Fire Emblem me fait penser à l'autonme...

Mais ce n'est pas que pour ça que j'aime Fire Emblem, c'est aussi pour son gameplay sans faille. Un pur tactical reposant sur le fameux système pierre, feuille, ciseaux (épée, hache, lance et eau, feu, vent). Classique mais ultra rodé et efficace. On a toujours le droit au fondamentaux de la série ou les morts ne peuvent rescussités, mais nouveauté qui a grandement soulagé les joueurs, moi le premier, la sauvegarde en cours de mission. Mais l'essentiel est de toutes façon présent, la tactique. Bien se préparer, gérer ses déplacements, ses équipements, les soutiens, il ne faut rien laisser au hasard, et c'est ça qu'est bon.

J'ai quand même passé 60 heures dessus, ce qui a finalement pris quasiment tout mon mois de février, mais je ne regrette absolument pas. J'ai quand même eu le temps d'entamer de Blob 2 et de m'arracher les cheveux sur Bit Trip Beat, dont je publierai bientôt le test. 

Prochaine fois le mois de mars, qui a débuté sur les chapeaux de roues, et qui va se finir en feu d'artifice avec la 3DS.



 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

     
Signaler
En attente de...

Qu'est-ce que de Blob 2 ?

de Blob 2 : The Underground est la suite de de Blob sortie sur Wii fin 2008. Ce second épisode sortira sur 360, PS3 et Wii le 25 février 2011. C'est BlueTongue, studio australien, qui se charge de développé le jeu, tandis que THQ l'édite.

Une version DS est aussi en développement, mais sera un jeu différent développé par le studio Halfbrick.

M'étant attelé au mois de janvier, avec beaucoup de retard donc, au premier épisode, je peux vous dire que ce Underground me fait grandement envie.

De Blob est un jeu au concept original, possédant un capital sympathie très élevé. Malheureusement, si le jeu nous offre beaucoup de fun et de bonne humeur, quelques défauts pénalisent le jeu sur la longueur. Les missions et objectifs, bien qu'assez nombreux, devenaient assez vite redondants, et les niveaux étaient bien trop longs sans possibilité de sauvegarde au milieu de l'un d'eux.

Pour cette suite, les australiens de BlueTongue nous ont écouté. D'abord les non-possesseurs de Wii, puisque le jeu sortira sur Wii, PS3, 360 et DS (cette dernière étant différente et développée par le studio HalfBrick). Ensuite on nous promet la possibilité de sauvegarder directement à l'intérieur des stages. Cela règle un des principaux défaut du premier opus, et va de paire avec une augmentation conséquente de la taille des niveaux, jouant plus encore sur la verticalité. 

Pour ce qui concerne le contenu il a été décidé de faire dans le "toujours plus", c'est-à-dire plus de pouvoirs, plus d'ennemis et plus de missions. De ce qui à pu ressortir, le level design apporte vraiment plus de variété dans la façon de s'approvisionner en peinture, compléter un objectif, ou aborder un niveau. 

Grande nouveauté du titre, on aura également la possibilité d'entrer dans certains bâtiments, ouvrant le jeu à des niveaux de plateforme 2D laissant une grande place aux énigmes. Cela nous permettra d'incarner les autres personnages et de bénéficier de leurs différentes capacités. 

 

Grâce au fun du premier opus et aux ajouts de la centaine de niveaux 2D, du coop, et autre joyeusetés propres aux suites, de Blob 2 : The Underground est donc un jeu que j'attends impatiemment, en espérant (et c'est bien parti pour) que les peu nombreux mais quelque peu gênants défauts du 1 soient corrigés. En tout cas, le miens est déjà réservé.

 

Voir aussi

Groupes : 
de Blob
Jeux : 
de Blob 2
Sociétés : 
THQ, Blue Tongue, Halfbrick
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
T'as vu !!

La dynastie Donald Duck est une série de recueil édité par Glénat, retraçant "chronologiquement" les aventures de Donald créées par son père Carl Barks. Connaissant trop mal le travail de Carl Barks mais ayant de très bon souvenirs de Donald et ses amis, ce premier volume m'offre une belle initiation à cet univers. On se retrouve donc avec un pavé de 384 pages dans un format à mi-chemin entre l'A4 et l'A5. La couverture est souple et le papier épais, pour un objet classe mais sobre, et surtout de qualité. Quand au contenu, il est très instructif puisque l'on a une présentation de l'auteur et de la genèse en début de livre, et des fiches de personnages en fin de volume. On a aussi le droit, avant chaque histoire, à une présentation succincte et au différentes publications du récit. Très appréciable pour replacer dans son contexte. Pour ce qui est des histoire justement, ça a été pour moi un véritable retour en enfance. Le dessin est clair et les couleur sont nettes, c'est très agréable à regarder. Les scénarios, sans grandes prétentions, sont amusants et souvent empreints d'une naïveté et d'une insouciance rafraîchissantes. En plus de ça l'auteur à réussi à monter un univers riche et absolument génial à découvrir. Bref, un très bel ouvrage qui me permet de replonger avec nostalgie dans les aventures de Donald Duck.

J'en ai aussi profité pour prendre Mes plus belles histoires de noël, du même Carl Barks, regroupant comme son nom l'indique, des histoires de noël de Donald. Dans un format plus grand que du A5, avec une couverture cartonnée, on enchaîne aisément les récits, le coeur emplit de la joie de noël. Ce one-shot est assez court et a une histoire en commun avec La dynastie Donald Duck cité au-dessus, mais reste bien agréable à lire surtout pour son prix.

 

J'ai un gros problème avec Yotsuba&. Les tirages sont épuisés et il extrêmement dur de trouver des tomes neuf au prix éditeur. Leur valeur est montée en flèche pour certains et il n'y a plus que les tomes 1, 6 et 9 qui sont trouvable. Du coup je n'ai pas hésité, et j'ai pris les 6 et 9. Comme pour le premier tome, Yotsuba& est un manga atypique d'une naïveté et d'une fraîcheur déconcertante. C'est drôle, mignon et terriblement envoûtant. Le dessin aide beaucoup, avec ces décors réalistes et ses personnages aux traits simples et expressifs. De plus on a l'impression de retrouver n'importe quel enfant prêt à découvrir le monde, à l'aide de ses questions saugrenues et ses réactions sans logique (logique d'adulte). Un manga tranche de vie, emplit d'humour, de poésie et de réflexion sur notre monde. Achetez-le !!

Over Bleed est par contre totalement à l'opposé. C'est un manga court (3 tomes) d'une brutalité hors norme. Ce premier volume pause une intrigue (qui ressemble quelque peu à Duds Hunt) et des personnages, sans être bien originaux, efficaces. Le trait, tout comme le découpage, est classique, mais reste vraiment précis et agréable. Ce manga se distingue surtout par la mise en scène ultra dynamique et pêchue de ses combats, retranscrivant parfaitement la violence de ceux-ci. L'auteur arrive à travers sa mise en scène et son dessin à nous faire ressentir la brutalité des vidéos de street fight et autre que l'on peu voir sur internet, et le malaise (pour moi) qui va avec. Un titre à ne pas mettre entre toutes les mains, mais clairement un très bon premier volume. 

 

 

Première fois que je lis du Deadpool, et je ne suis clairement pas déçu. C'est bien déssiné et l'action est prenante. Le personnage est super drôle et attachant. Mais surtout il bénéficie d'une double narration vraiment originale et donnant encore plus de consistance au personnage et à sa schizophrénie. Divertissant. Excellent.

L'autre c'est Haunt produit d'une sorte de Dream Team du comics. McFarlane (encrage et couverture), le très en vogue Kirkman (scénario), Ottley (dessin) et Capullo(découpage), ça laisse rêveur. Et en effet, le résultat est à la hauteur du casting avec ce premier tome qui m'a mis une très grosse claque. Comme d'habitude avec Kirkman, c'est merveilleusement écrit. On retrouve un panel de personnages très intéressants qu'on retrouve une d'une trame particulièrement bien ficelée, dans laquelle s'imbriquent plein d'éléments. On ressort du tome, avec la satisfaction d'avoir vu beaucoup de choses, mais en même temps d'en avoir vu qu'une infime partie. Bref, c'est dense, bien écrit et passionnant. Pour le dessin c'est du tout bon aussi. Ottley fait un travail remarquable, loin de du style qu'il adopte sur invincible, car plus détaillé, moins sur les aplats, mais tout aussi remarquable. Il faut aussi mettre en avant Capullo qui a fournit un boulot parfait sur le découpage et la mise en scène qui restent toujours très lisibles et détaillés. Un très bon mélange de thriller, d'action et de surnaturel. Vivement le tome 2

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

     
Signaler
Test des sens

 

 

 

Contrôle technique

Quatrième épisode de la série Bit Trip initiée avec Beat sur WiiWare par Gaijin GamesRunner se place comme un plateformer 2D mélangé, comme les autres épisodes, à un rythme game. Dénomination tellement vague que je suis obligé de préciser.

En tenant la wiimote à l'horizontale, on dirige notre héros, Commander Video, dans des courses d'obstacles à scrolling horizontale. Notre personnage court tout seul tandis que vous devez lui faire éviter un des quatre type de danger à l'aide des boutons de la Wiimote, sous peine de recommencer le niveau du début. A chaque danger son action. Commander Video est donc capable de sauter, donner un coup de pied, faire une glissade, et sortir un bouclier. Ces mouvements s'apprennent progressivement, à mesure que les obstacles s'invitent sur votre chemin. La prise en main est donc extrêmement simple et précise, tout répond au doigt et à l'oeil.

Dans les niveaux sont disséminés des lingots d'or, qu'il faudra ramasser, ainsi que des croix. Le nombre de lingots varie selon les niveaux tandis que les croix sont à chaque fois au nombre de quatre. Il faudra les ramasser (passer dessus), pour augmenter votre score. Tous les ramassés vous offrira le perfect, et vous ouvrira les portes d'un niveau bonus rempli d'une centaine de lingots, servant à augmenter votre score. Ces niveaux bonus prennent donc énormément d'importance dans le scoring, essence du jeu.

Le jeu est composé de trois mondes comportant chacun onze niveaux, dont la difficulté est croissante, et d'un boss final. Cela peut paraître peu, mais étant donné la grande difficulté de ce Bit Trip, vous en aurez pour un moment avant de le finir, encore plus si vous vous attachez à faire du scoring.

La réalisation quand à elle est en 3D pour les décors, mais en 2D pour Commander Video et les stages bonus. Le design est dans un pur style pixel avec des couleurs chamarrées, des effets gros pixel et des explosions de couleurs. Les animations sont fluides et détaillées, et certains niveaux regorgent de détails.

On finit par la partie sonore qui, comme le laisse supposer le genre du jeu, prend une place importante. En effet, la bande son est comme la réalisation, régressive, puisque c'est du chiptune. Au début de chaque niveau, la musique propre a un monde, est minimaliste, avec juste un beat. A chaque croix récoltée, un élément s'ajoute à la boucle sonore augmentant ainsi l'intensité de celle-ci, et donc la pression sur vos épaules. Autre élément qui a son importance, à chaque obstacle passé, un son est émis. Celui-ci diffère selon l'obstacle. Ça peut paraître banal, mais en fait c'est essentiel puisque les différents dangers sont placés parfaitement dans le rythme de la bande sonore, il est donc fortement recommandé de jouer l'oreille grande ouverte. 

 

Ressenti

De l'arcade à l'état pur. C'est ce que j'ai ressenti en jouant à Bit Trip Runner. La prise en main est immédiate et le titre est totalement addictif.

Ce qui ressort le plus de ce jeu est en fait le sentiment que tout est parfaitement maitrisé. La direction artistique est cohérente, que ça soit dans le design ou dans la bande-son, l'ensemble est parfaitement accordé. Il en est de même pour la musique par rapport au gameplay. Le fait que les sons émis par les obstacles s'insèrent juste comme il faut dans la partition.

Le level design est époustouflant et varié. Il n'y a rien de particulièrement original dans les niveaux, mais chacun est agencé de la bonne manière. Chaque niveau est potentiellement très court. Potentiellement, parce qu'on avance par l'échec, mais sans que ça soit rebutant, car tout se fait avec fluidité, le retour en arrière étant quasi immédiat. On finit donc par apprendre les niveaux par coeur, jusqu'à les faire parfaitement, ce qui en fait un jeu très chronophage.

La difficulté n'est pas rebutante, aussi parce que la jouabilité est d'une précision extrême et qu'en cas d'échec, le joueur ne peut s'en prendre qu'à lui même. Jamais on ne peut accuser le jeu d'un ralentissement  ou d'un élément mal placé. Dans tout les cas, c'est le joueur qui est fautif.

 

Ce que disent les sens

La vue : flashy et gros pixelisé, ça flatte la rétine en restant simple.

L'ouïe : tut tut tin toin tut tut. S'accorde avec le toucher, un mélange des sens magistrale.

Le toucher : Lisse et sans impureté, c'est tellement agréable sous le pouce.

L'odorat : L'odeur d'une vielle borne d'arcade restaurée avec un bois neuf.

Le goût : Une sorte de Werher's Original. Le goût de l'ancien, de la nostalgie.

 

Le mot de la fin

Un trip régressif, qui mélange habilement les codes d'hier avec ceux d'aujourd'hui.

 



Qu'est ce que Bit Trip Runner ?

C'est un jeu d'action/rythme, développé par Gaijin Games dans le cadre de la série de jeu Bit Trip, et édité par Aksys Games. Le jeu est paru exclusivement sur la plateforme de téléchargement de la Wii, le Wiiware, le 14 mai 2010 en Europe.

 

Medias :

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Groupes : 
Bit. Trip
Jeux : 
Bit.Trip Runner (Wii)
Sociétés : 
Gaijin Entertainment
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Pourquoi pas ?

BOUM !! Article bilan.

Bah ouais parce que un an ça se fête et que je suis quand même plutôt fier de mon blog.

Donc petit bilan de cette année qui aura été pour moi l'année du renouveau, entamé en 2009, avec plein de changements et de satisfactions dans ma vie. 

 

On va commencer par le plus simple, pourquoi ce blog ?

Eh bien au début, simplement pour m'occuper. Fraîchement célibataire, tout nouveau sans emploi et économe pour pouvoir garder un appartement dans lequel la solitude vient vite, Gameblog pense à moi et ouvre la section Communauté & Blogs. Le timing est parfait, je décide donc de me lancer dans l'univers impitoyable des blogs.

L'autre raison de sa création, est que j'ai toujours aimé écrire, la tête pleine d'idées, mais que j'ai toujours été assez mauvais. Du coup je me suis dit que je pourrais, avec de la rigueur et de bons conseils m'améliorer. Est-ce que ça a été le cas au cours de ces 12 derniers mois, je ne pense pas, mais ça c'est à vous de me le dire.

Le problème restant de trouver de quoi parler. Les sujets je les avais, parler de mangas, de jeux et de musique c'est imposé directement, le problème venant de la forme à adopter. J'avais vraiment envie de me démarquer, de proposer autre chose que simplement des tests ou des news. J'ai donc bidouillé un peu de html pour avoir une mise en page un tant soit peu originale, et ai cherché des catégories d'article qui sorte de l'ordinaire. Bon au final, à part l'intitulé de ces catégories, et quelques petites idées,  le tout reste très classique finalement. Mais je suis quand même content de la direction qu'a prit mon blog, c'est-à-dire partager et faire découvrir des choses que j'aime. J'ai pu parler de choses qui me tenaient à coeur et qui sont trop peu mis en avant. 

D'ailleurs je tiens à remercier Gameblog pour cette plateforme de blog, qui permet de créer rapidement et simplement un contenu intéressant et visible de tous. Parce que s'il y a bien une chose qui force le respect sur cette plateforme, c'est la visibilité des blogs, que ça soit sur le site ou dans le référencement des moteurs de recherche, il est très facile de trouver des articles de nos blogs (comme la sitcomologie qui a réussi à trouver mon article sur les séries AB).

Du coup j'ai été très surpris de voir autant de visites, et surtout de voir que j'ai de plus en plus de vues malgré la forte baisse de régime depuis cet été. Oui parce que j'ai eu un passage à vide durant l'été qui continue encore en fait (:fear:). Pourtant j'ai plein de sujets à traiter, d'ailleurs j'ai augmenté le nombre de catégories au fur et à mesure, notamment avec des chroniques de bouquins en plus et mes derniers achats. Seulement je pense que je me suis un peu éparpiller, et au final le manque de motivation et surtout d'inspiration à pris le dessus. Résultat, j'ai des articles qui sont en cours d'écriture depuis plus de six mois pour certains.

Mais ne vous inquiétez pas, je commence à me reprendre, et avec cette première bougie revient l'envie d'écrire.

 

Maintenant que j'ai saoulé tout le monde avec mes problèmes blogiens, il est l'heure de faire un petit bilan de cette année ludique, littéraire et musicale.

On va commencer par la musique, parce que ça va être le plus rapide. Cette année je n'ai pas écouté grand chose finalement. D'ailleurs ça se ressent dans mes articles, à part Mayday il n'y a rien de 2010. Et en fait, tout ce que j'ai écouté quasiment m'a déçu. A commencer par Ludacris, qui a sortie en début d'année un album non fini qu'il devait faire en duo avec Shawna avec qui il s'est finalement embrouillé, je reste sur Theater of the mind. J'ai fini par enterré Eminem, qui a pour moi disparue depuis, je vais être très gentil, Encore (The Re-Up ça compte pas). Ca fait trois semaines que Marshall Mathers LP tourne en boucle dans mon lecteur, et finalement ce n'est pas plus mal. Du coup je fais mon vieux con et réécoute des trucs bien plus oldschool. Biggie et son Ready to Die, et Redman et son Muddy Waters font tellement de bien aux oreilles. Ça change des samples cramés d'eurodance. 

Ah si, j'ai eu une bonne surprise cette année, un truc que j'ai découvert grâce à l'ABCDr du son et qui me reste scotché aux oreilles, c'est la tape Next Level 2 de Nemir. Du bon rap français comme j'en avais rarement entendu ces derniers temps. J'en parlerais plus tard sur le blog.

Heureusement, pour compenser le manque de nouveautés musicales, y a la lecture, et là je peux dire que cette année je l'ai passée à lire. Beaucoup de nouveautés, mais aussi beaucoup de rattrapage. Parce qu'en fait y a eu un changement dans ma vie cette année, j'ai eu un job fixe, ce qui veut dire salaire, ce qui veut dire craquage complet. 

J'en ai profité au niveau manga pour me faire un paquet de nouvelles sortie 2010 (Ascension, Maiwai, Captain Tsubasa, Happy, Pluto, Bakuman, Tista,etc) ou commencer de vieux trucs (Berserk, Vagabond, Yotsuba, Sarutobi entre autres).

J'en ai aussi profité pour acheter la profusion de bouquins liés aux jeux vidéo qu'il y a eu cette année. Les IG Mag ou j'en ai toujours un de retard, mais qui sont toujours aussi agréable à lire dans l'ensemble. Console Syndrome qui a sortit le premier volume de Les sagas du jeu vidéo, avec Assassin's Creed en sujet. Très sympa à lire, bien que j'aurais toujours des reproches à faire, je le conseille vivement. Et enfin Pix N Love qui nous a inondé de bon mook. Je citerais particulièrement les trois biographies (chroniquées par mes soins), qui sont un vrai régal à lire.

Dans les autres lectures, je citerais surtout Janua Vera qui a marqué mon année. Un pur bijou de fantasy qui me fait rêver à chaque que j'y repense. Tellement envoûtant, que j'ai voulu me plonger dans le genre, et ai fait l'acquisition du premier tome de Blood Bowl, et surtout de La Huitième Couleur de Pratchett. Quitte à se plonger dans un genre, autant lire les meilleurs. Mais je ne l'ai pas encore lu, c'est sur ma longue longue liste d'attente. Mais promis je m'y mets en début d'année (bonne résolution inside).

Et enfin, niveau lecture, je le mets en dernier parce que c'est l'évènement 2010 pour moi, je me suis enfin infiltré dans le monde des comics. J'ai commencé grâce à SilentPrime qui s'amusait à propager la bonne parole visant à sauver Savage Dragon. Moi en bon samaritain je fonce dessus, quelle grande idée j'eu la, ce livre est très bon pour s'initier. Bien sur je ne pouvais pas en rester la donc j'ai cherchais quoi prendre d'autres. J'ai vite trouvé ce qu'il me fallait, Walking Dead. Tout le monde en parlait, c'était et c'est l'oeuvre du moment. Encore une fois je ne fus pas déçu. Et à partir de là c'est grava partie en cacahuète en fait. Non content de dépenser plein de frics dans des mangas, jeux vidéo et autres, je me suis dit qu'ajouter les comics à la liste de claquage de tunes ça serait pas mal. Donc dans le désordre non exhaustif, ça donne, Scott Pilgrim, Hercules, Invincible, Kick Ass ou The Watchmen. En 6 mois mon portefeuille à pris cher, j'ai beaucoup pleuré, sur ma faiblesse consommatrice, mais en même temps j'ai pris un pied assez génial à lire tout ces bouquins. 

Y a pas à dire, lire c'est vraiment bon, et je ne pense pas que je pourrais m'en passer un jour...

...Tout comme les jeux vidéo, et cette année le prouve encore (quelle transition !!).

Oui parce que cette année 2010 est à marquer d'une pierre blanche dans ma vie de joueur. Mes trois plus grosses sensations de joueur sur cette génération, je les ai eues cette année. Ça a commencé avec le fantastique Little King's Story, sortit en 2009, complètement passé inaperçu mais acclamé par la critique, qui a fait chavirer mon petit coeur. L'univers de ce jeu est envoûtant, il nous transporte dans un monde de joie et d'allégresse, et nous permet par des mécaniques simples de s'amuser. Ce jeu sent bon la passion et la générosité. S'il n'y en avait qu'un ça serait lui.

Mais il y en a pas qu'un, puisqu'il y a Alan Wake aussi. Pour dire la vérité, je ne l'attendais pas du tout, et j'allais passer à côté en l'ignorant comme un malpropre. Heureusement notre bienveillant modérateur Pyramid Head, a su me vendre le jeu. Ce qu'il faut savoir, c'est que je ne suis pas du tout amateur de survival (le seul que j'ai fais c'est RE4, on connait mieux en survival), et que je m'éloigne généralement le plus possible de ce genre. Or la, je suis tellement rentré dans l'ambiance, que le côté survival ne m'a pas gêné, et au contraire m'a même beaucoup plus. Mais dans ce jeu c'est bien l'ambiance et l'univers qui m'ont scotchés. L'histoire aussi, très bien écrite et narrée m'a offert une véritable aventure, haletante, palpitante. S'il y en avait que deux, il en serait aussi.

Mais il n'y en a pas que deux, il y en a un troisième. Epic Mickey !! J'avais fais un article pour dire à quel point je l'attendais. Je mettais beaucoup d'espoirs dessus, eh bien j'ai bien fais. Junction Point nous ont offert avec ce jeu un vrai retour en arrière dans le monde de Disney, mais aussi dans le genre avec de l'aventure matinée de plateforme. C'est simple, j'ai l'impression de me retrouver dans un Banjo Kazooie dans l'univers de Disney. Il y a plein de petits mondes ouverts ou on peut aller et revenir, pleins de choses à débloquer grâce notamment à un grand nombre de missions annexes, et une caméra à l'ancienne, assez capricieuse. La direction artistique quand a elle est à tomber, tout comme les musiques, et nous entraîne complètement dans ce jeu. Un enchantement constant.

Et du coup je me rend compte que les jeux qui m'ont donné le plus de sensations sont des jeux qui ont beaucoup de défauts, plus ou moins grands, mais qui sont pour moi occultés par un univers, une ambiance, et surtout le sentiment que les gens ayant fait le jeu l'ont fait avec passion et envie.

Mais attention, je n'ai pas joué qu'a ça cette année, et en fait j'ai fais beaucoup de jeux, et aucun ne m'a réellement déçu. J'ai accroché à beaucoup de bons jeux 2010 : Red Dead Redemption, No More Heroes 2, Super Mario Galaxy 2, Monster Hunter 3, Vanquish et Donkey Kong Country Returns. Ce sont tous des jeux que j'ai énormément apprécié, et qui sont pour moi des indispensables dans une ludothèque digne de ce nom. J'ai aussi eu un gros trip régressif avec trois petits jeux dématérialisés, qui ont tout des grands et qui sont horriblement durs mais tellement jouissifs, j'ai nommé Super Meat Boy, Bit Trip Runner et Bit Trip Fate. De purs jeux arcades, sans autre intérêt que le scoring et la difficulté. Jouissif.

Et je termine l'année comme je l'ai commencé, en rattrapant mon retard sur des vieux trucs. En début d'année c'était l'excellent Lost Odyssey et Little King's Story, et en cette fin d'année c'est Assassin's Creed II, et une sorte de revival de titres sans grandes prétentions mais très agréables sur Wii que sont Pikmin, de Blob, Disaster Day of Crisis, The Conduit et Punch Out. De quoi bien finir l'année et transité vers 2011 ou pleins de nouvelle choses nous attendent.

 

Transition magique, qu'est ce que j'attends pour 2011 ?

C'est simple, musicalement il y a une chose que je n'attends avec impatience (en même temps ça fait 10 ans que je m'impatiente), c'est Detox de Dr Dre, l'arlésienne du Hip Hop.10 piges qu'il est annoncé, et il débarque enfin en février. Et en fait j'ai très peur. Kush le premier single est très sympa (malgré Akon), mais ce n'est pas du niveau d'un 2001. J'ai peur d'avoir trop attendu et d'être finalement déçu. Mais bon, on verra bien.

Niveau bouquins, à part Nura en manga, dont je vais faire un article le mois prochain, j'attends pas spécialement grand chose. Je vais me prendre Gagner la guerre, roman qui développe un des personnages de Janua Vera comme protagoniste. Il y a aussi le 3é volume de L'histoire de Nintendo que j'attends impatiemment, mais dont on n'a pas de nouvelles pour le moment. Le reste sera de la découverte au cours de l'année, et surtout je vais essayer de faire diminuer ma pile de non lu, en commençant par La huitième couleur.

Quand aux jeux, c'est un peu pareil, il y aura beaucoup de découverte en cours d'année. Mais je peux déjà dire que The Last Story et Xenoblade ont déjà leur place de réservée sur mon étagère, tout comme la 3DS (sauf catastrophe). J'ai hâte aussi d'avoir plus d'informations sur From Dust d'Eric Chahi et Rayman Origins de Michel Ancel. Deux projets très prometteurs de deux créateurs qui n'ont plus rien à prouver. Je profiterais aussi du creux de début d'année pour continuer à faire des jeux que j'ai raté à leur en sortie. Je pense notamment à Assassin's Creed Brotherhood, Sonic Colors et Golden Eye. Bref une année 2011 qui s'annonce pleine de surprises, et j'espère aussi exceptionnelle que 2010.

Et sinon, mon blog, à quoi doit-on s'attendre ? Pleins d'articles, peut-être :/

Ca va beaucoup dépendre de mon envie d'écrire, mais comme je les expliqué au début, l'envie et revenue, et j'ai bien l'intention de continuer à faire vivre ce blog. 

J'ai plein de tests de prévus, je ne sais pas encore si je vais tous les faire, mais il y aura au moins, Bit Trip Runner et Fate, Epic Mickey et Def Jam Rapstar. Surement Vanquish et Donkey Kong. Le reste sera du bonus. Pour la catégorie musique, y a du Devin The dude, Redman, Joey Starr, Oxmo Puccino et Hifi dans les cartons. Je vais aussi reprendre mes derniers achats, continuer les Ce que j'aime dans... et En attente de..., qui se feront au feeling. J'ai deux trois articles autres qui sont en cours d'écriture depuis 6 mois au moins, que j'aimerais un jour publier, et j'aimerais essayer un truc un peu original sur les "Iwata demande" sur le site de Nintendo. Je cherche la bonne formule encore, mais j'espère pouvoir le lancer, en plus d'autres idées qui germent, dans l'année.

 

 

Ça y est, j'ai pondu mon gros pavé que personne ne va lire, je vais pouvoir balancer les chiffres !! Ouais parce que les stats y a que ça de vrai.

 

Total de visites : 25287

Total d'articles : 47

Total de j'aime : 198

Total de commentaires : 147

Moyenne de visites par mois  : 2107

Moyenne de visites par jours/heures/minutes : 69 / 2.9 / 0.05

Moyenne de visites par article : 538

Moyennes de j'aime par article : 4

Moyenne de commentaires par article : 3

Article le plus vu : Method Man & Redman - Blackout!

Article le moins vu : Les grands noms du jeu vidéo #2 - Michel Ancel : Biographie d'un créateur de jeu vidéo français

Article le plus apprécié : Liste de moments vidéoludiques qui m'ont marqués

Article le plus commenté : Derniers achats BD...

Article le plus proche de la moyenne des visites par article : Ce que j'aime dans... Vinland Saga ! (2108)

Mois ayant le plus d'articles publiés : Mai (8 articles)

Mois ayant le moins d'articles publiés : Octobre (1 article)

Nombre d'articles écrits avec une série AB en fond sonore : une bonne trentaine

Nombre d'articles publiés entre 00H00 et 04H59 : 24

Nombre d'articles publiés entre 05H00 et 18H59 : 10

Nombre d'articles publiés entre 19H00 et 23H59 : 13

 

Pour finir je remercie mes parents sans qui je ne serais pas là, à l'éducation nationale pour m'avoir appris à écrire, à Acer pour mon clavier grâce je rédige mes articles, Vlidi mon correcteur à mi-temps (et plein d'autres choses), Gameblog de m'offrir la possibilité de faire mon blog, Narco, Yao, SeeDreeks, Faucon et tous les autres que j'oublie mais qui viennent régulièrement voir mes écrits, le diurne une belle bande de cons que j'aime, et puis toute la communauté Gameblog qui est quand même assez géniale.

Et merci infiniment à celui qui aura lu tout cet article.

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
Lecture

 

 


 

Qu'est-ce que Pix'N Love ?

Les Editions Pix'n Love souhaitent contribuer à ce grand mouvement culturel qu'est le jeu vidéo par l'apport d'ouvrages pertinents et richement documentés. 
Pour ce faire, nous allons proposer dans les mois et années à venir un grand nombre de livres au contenu varié à travers différents types de collections.

(source : éditions Pix'N Love)

 

 

Collection Les grands noms du jeu vidéo :

Cette collection présente des biographies ou autobiographies de grand nom du jeu vidéo. Trois volumes sont pour l'instant sorties, le premier consacré à Takahashi Meijin le deuxième à Michel Ancel et le dernier parlant de Gunpei Yokoi. 

 



Pour commencer cette critique, je vais être très critique justement dès le début. Parce qu'il faut le dire, j'ai démarré la lecture avec un grand enthousiasme, les deux volumes précédents m'ayant passionnés, malheureusement aussitôt retombé. La cause ? Le premier chapitre. Pourtant il évoque la vie de Michel Ancel avant de débuter son travail chez Ubi Soft, fourmillant d'anecdote que j'aime particulièrement d'habitude. Malheureusement cette ouverture est plombée par un style pompeux que je n'ai pas l'habitude de retrouver dans les ouvrages Pix N Love. J'ai l'impression que l'auteur, dont j'avais pourtant dévoré La Saga des Jeux Vidéo, en fait des tonnes dans ses descriptions. C'est vraiment dommage parce que le fond est très intéressant et qu'il fait une belle introduction à ce que va devenir notre Ancel national. En effet tout découle de ce chapitre, et cela permet de comprendre une grande partie du reste.

Heureusement pour nous (ou pour moi en tout cas), la plume s'allège dès le second chapitre pour devenir très agréable à lire. Il y a quand même des rechutes parfois, avec notamment pour les deux premières pages sur le chapitre BGE, un style tout aussi lourd qu'au début, mais avec en plus des propos totalement déplacés, qui je trouve n'ont strictement rien à faire là. Mais cela ne dure que deux pages, et ma colère passée, je dois quand même reconnaître la grande qualité de la mise en forme. L'auteur alterne entre ses propos et des citations du principal intéressé et des différents intervenants, tout en évitant la répétition entre les deux, choses que je reprochais à la bio de Gunpei Yokoi. Ici les citations sont parfaitement placées, l'auteur y écrit très bien (la plupart du temps), et la lecture est fluide et agréable. Et avec tout ça, chaque chapitre se conclue par une ou deux interviews de personnes importantes de l'entourage de Michel Ancel. C'est bienvenue, ça change le rythme, et c'est toujours passionnant.

Le livre est construit de façon chronologique avec des chapitres représentant des périodes bien distinctes de la vie du créateur.Construction classique donc, mais drôlement efficace, et surtout logique. A l'opposé de Takahashi Meijin qui a un peu tout fait dans tout les sens et dont la construction non chronologique de son autobiographie semble très bien le représenté, cette division en chapitres convient naturellement à Michel Ancel que l'on découvre très perfectionniste et "carré". En plus cela permet de marquer ses évolutions, avec chaque fois une nouvelle marche marquante, comme l'ont pu être Beyond Good & Evil ou King Kong.

On remarque que chaque nouvelle étape franchie est nourrie par son passé. C'est pour ça que j'ai signaler plus haut que le premier chapitre était très important, car son enfance faites de voyages et de découvertes de mondes totalement différents, et ces premières rencontres et expériences dans le métier ont façonnés l'auteur qu'est Michel Ancel aujourd'hui. 

Car on comprend vite à travers ce livre, que Michel est un grand enfant, encore réveur, avec des ambitions presque utopiques, mais toujours simple. Et paradoxalement, un côté adulte dans sa façon de s'entourer et de manager, chose très importante quand on fait son métier. Ce mélange détonnant lui offre un magnétisme rare qui est entièrement retranscrit dans cette biographie, et qui nous fait regretté de ne pas la connaître personnellement.

Au final, Michel Ancel fait parti des très grands de ce média qu'on aime tant, et cet ouvrage le crie très fort, avec le même esprit léger (la plupart du temps) et passionnant que son sujet. Une publication encore réussie pour Pix N Love qui me fait impatiemment attendre le volume 4.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Édito

Derniers achats : Kick Ass T2, Berserk T6, 7 et 8, Vagabond T3, Bakuman T3

Jeux du moment :  Alan Wake (360)


Lecture du moment : IG9

Archives

Favoris