Tokyopoke

Par pokepoke Blog créé le 19/12/09 Mis à jour le 16/06/17 à 19h21

De Tokyo, voici un extrait de milliers de pensées, élucubrations et stéréotypes faisandés, sous fond de reviews de jeux vidéo et de non-culture japonaise. Un beau voyage d'une jouissante tristesse au milieu de l'impopularité galactique.
Le mode d'emploi c'est ici: http://bit.ly/h13PaG !!!

Ajouter aux favoris

Catégorie : En direct du Japon

Signaler
En direct du Japon

Hier tout allait "bien" jusqu'à la menace nucléaire.
Ce soir, j'ai quitté mon appartement de Oosaki Tokyo en direction de l aéroport international de Haneda. Le quartier est désert, pas un chat dans les rues habituellement empruntées par les habitants du quartier, familles, personnes âgées ou salarymans.
Tout le monde est cloitré dans son chez soi converti en abris nucléaire de fortune complètement perméable, vu la qualité des cloisons japonaises et du simple vitrage.
Les combinis sont dévalisés (moyennant argent bien entendu) a chaque ravitaillement depuis le début des secousses d' hier. L'explosion dans la centrale a renforcé les précautions de réserve de nourriture. Au supermarché  j ai même aperçu une petite fille trimbalant difficilement 3 sacs de riz de 4kg et un membre de sa famille avec une dizaine de bouteilles d' eau dans des paniers bourres a craquer de bouffe.

Ce soir les japonais attendent scotchés devant les news qui n annoncent rien de rassurant, attendent fatalement l arrivée ou non du danger invisible dont les troubles n'apparaitront que dans quelques années. 
Le scientifique a la télé qui explique en détail les effets de la radioactivité sur le corps humain, les détails incompréhensibles du fonctionnement d'une centrale nucléaire, les conseils aux gens de couper la clim, de fermer toutes les fenêtres, de se foutre des linges mouillés sur la tête a eut raison de mes derniers espoirs que tout finirait par se calmer sans plus de catastrophe.

Du coup, j'ai finalement choisi de partir loin, en dehors du Japon avant de le regretter, pour ma famille et les amis. 

Je souhaite a mon tour un bon courage au peuple japonais, a tous ceux qui reste a cause de leur travail, pour leur famille, a cause des raisons financières ou autres, et ceux qui n ont pas le choix

Merci a tous les lecteurs pour votre soutient qui fait du bien ! 

A bientôt
poképoké

Ps: désolé pour le fautes dans ces 4 rapports, les circonstances ne m ont pas permis relecture et concentration.

Posté depuis iPhone

Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Signaler
En direct du Japon

Il est minuit et demi ici, et le Japon n'a toujours pas retrouvé de stabilité sismique. Au minimum d'une fois tous les quarts d'heure/ vingt minutes, le sol se rebelle sous la contrainte d'une réplique des gros tremblements de l'après midi. Mon appartement tremble, tellement moins que cet aprem mais suffisamment pour occuper la conscience et empêcher le sommeil.

(ah, la terre se remet à remuer.)

L'ensemble des chaines de télé relayent le constat sans cesse grandissant des dégâts. Les statistiques des morts, des blessés gonflent, 300 décédés minimum/ 500 disparus minimum, mais on est encore loin de l'hécatombe finale. Les images catastrophiques des vagues charriant les maisons, les arbres et les voitures, engloutissant des vies humaines tournent encore boucle. On s'y croit habitué, mais non, c'est terriblement effrayant. (ca recommence à bouger furieusement...)

J'ai fait un tour au combini du coin tout à l'heure. C'est un peu l'ambiance fin du monde dans ces magasins. On y trouve des étals vides, plus d'eau, plus de bouffe, et beaucoup de gens faisant la queue pour acheter les derniers vivres. Heureusement, j'avais fait le plein plus tôt. Voilà quelques photos :

 

Rayon gateaux chips, pains

 

Rayon bento, onigiri, plats préparés

 

Rayon boissons, quelques bouteilles d'Evian ont été boudées

 

Rayon produits laitier, produits frais

Le Japon est extrêmement bien préparé au pire, et du coup cela rassure pas mal. Les bâtiments bénéficient majoritairement de fondations absorbant les secousses. Les procédures en cas de tremblement furent exécutées efficacement, que se soit dans les lieux publics, dans les bureaux, ou même dans les maisons. Des amis travaillant chez NEC m'ont raconté avoir été tout de suite pris en charge individuellement par le personnel de sécurité, vérifiant les éventuelles blessures, informant efficacement les gens, etc.... Dans les habitations les arrivées de gaz sont coupées automatiquement. Mes détails sont très peu exhaustifs, mais vous pouvez ainsi imaginer la discipline naturelle et le sang froid qui ont caractérisé la réaction des japonais.

Pas de panique désorganisée, pas de cris dans les rues, personne n'a fini piétiné par une foule incontrôlable, et il n y a pas de scène de pillage en vue.

(tremble tremble tremble la terre...)

Tous les hôtels affichent complets, même ceux gratuits mis à disposition spécialement et le nombre de taxis ne comble en rien la demande. Il reste tout de même impressionnant de constater comment les métros ont repris rapidement un service minimum.

Les refugiés sont pris en charge dans les écoles, les gymnases et beaucoup d'autre abris. J'entends en ce moment la télé citer un par un les noms de ses pauvres personnes pour qui la nuit semblera éternelle, et je pense aux familles rassurées en entendant le nom d'un proche en sureté.
Un maximum d'équipes de sauvetages a été déployé dans les zones sinistrées. Les téléphones publics sont débloqués pour permettre à n'importe qui de joindre des proches où des secours. De mon côté, j'ai eu de la chance, mes proches sont sains et saufs, les familles de certains sont sans électricité mais en vie. J'ai même un ami en voyage qui n'a absolument rien senti. Ouf.

Voilà, je vous remercie vraiment pour tous vos messages de soutiens (aux japonais et à moi), particulièrement appréciés par ma mère que j'ai eu en pleures par skype. M'man ! T'inquiète pas, à Tokyo nous sommes chanceux.

Il est tard, 1h20 mat, et les ronflements de la Terre se font sentir.

Bonne nuit !

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
En direct du Japon

Après la premiere secousse, à Oosaki on se croirait au crossing de Shibuya un vendredi soir. 

Je quitte la foule de japonais choqués par cette réalité de danger de vivre sur une bombe à retardement, pour emboiter le pas vers chez moi.

J'ai bien compris qu'utiliser mon portable pour prendre des nouvelles de mes amis est impossible, alors j'enfourche mon vélo et file en direction de mon appart, faire l'état des lieux et balancer une salve de mail par internet.

Arrivé chez moi, j'assiste à spectacle de cambriolage. Sur le sol de la cuisine jonchent vaisselle cassées, casseroles,  ustensiles et bouffe en tout genre. Dans le salon, je ne me sens un peu stupide d'être heureux de voir que ma télé est en place. J'avais bien fait de l'attacher au meuble avec les petites courroies fournies à l'achat.

Je rassemble les bouts de verres et de vaisselles, sort les jetter. Je prends le temps d'échanger deux trois mots avec la mama tenanciere du petit resto de quartier en bas de chez moi. C'est la premiere fois qu'elle vit un tremblement de Terre aussi impressionnant. Elle me montre la cuisine du resto baignant dans la soupe miso provenant de la marmitte renversée sur le sol.

Je re-rentre chez moi, m'affairant à remettre les objets en place. Les secousses on été si fortes qu'elles ont fait sortir la poussieres ses recoins innaccessible de mon appart. Il faut faire le grand ménage. 

Mais la seconde grosse secousse me coupe dans mon élan de pragmatisme.

CRAAAAAckk, TATAnng TATAnng, mon petit immeuble de trois étrages se met à hurler à la mort sous le poids des nouvelles secousses toujours de plus en plus fortes.
Reflexe assimilé depuis les 4ans que je vis ici: Je me précipite dehors avec mes chaussures (sans avoir pris la peine poser le pot à brosses à dents que je netoyais) !

Dans la rue, le voisinage se rassemble paniqué.

 Dans les escaliers, il y a ma vieille voisine qui chiale en tenant le mur de l'immeuble. Je lui dis de descendre, mais elle n'obtempère qu'après que j'ai élevé la voix pour couvrir le bruit des constructions craquantes et banlantes nous entourant.

1min plus tard, toute la ville s'arrete doucement de trembler, mais des secousses plus ou moins fortes continuent de nous remettre sur le qui-vive tous les quarts d'heure. (Pendant que j'écris ce deuxieme post, j'ai du sortir 3 ou 4 fois de mon apart !!!

La télé braille derriere moi les dernieres news. Les présentateurs portent tous des casques de chantiers sur la tête. Je ne peux pas m empecher de trouver ca un peu ridicule. Les images du nord du JApon et des tsunamis sont impressionnantes On peut se sentir chanceux nous les Tokyiotes.

Ah, un autre trembleent ! Je vous laisse !

A bientot !

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
En direct du Japon

Je reprends mon blog pour livrer mes impressions en Direct de Tokyo, du multiple tremblement de terre qui vient de se produire.

8.5 (environs) de magnitude à l'épicentre, ressenti à 5 dans la capitale.J'étais au DVD rental shop de Oosaki, lorsqu'une sensation étrange de mal de mer s'est fait sentir. Un dvd s'est échappé d'un des stands étagères formant les allées du magasin, tombant sur le sol bruyamment, puis un autre, et un autre. Puis ce fut toutes les étagères qui se sont mises à se balancer de droite à gauche laissant échapper les plusieurs centaines de jaquettes par terre. Je me suis fait presque ensevelir par toute la section drama japonais, une mort de très mauvaise qualité si j'avais du y passer.

Avec la foule je me suis échappé de la grande tour de Thinpark (le rental shop est au rez de chausée).

Là j'ai pu découvrir un spectacle impressionnant, carrement hyper flippant de film catastrophe holywoodien. Les taxis garés, le train de la Yamanote, les passerelles pietonnes aeriennes secouées par des forces invisibles dans un rugissement venant des enfers. Le voitures semblaient rebondir sur le sol !!! Les tours bureaux de Thinpark, Osaki Get City, le nouveau bulding Sony, aussi gigantesques qu'ils soient se balancaient sur des angles d'au moin 30 degrés à des vitesses telles menancant de sectionner la structure de leur édifice en leur centre. Les gens évacués des immeubles au rythme des annonces tremblement de terre sortant des hautparleurs ça et là se rassemblaient dehors, affichant des visages déformés par des expressions de panique, de peur, de détresse extreme. Tout le monde pianote en vain sur son téléphone, mais les réseaux en surcapacité ne permettent que l'envoi de mails aux plus chanceux. 1min que cela tremble d'une force unique jusqu'à aujourd'hui.

Quand est ce que ça va s'arreter ???

 

Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Signaler
En direct du Japon

 

 

Bonjour tout le monde !!! Je viens de passer deux semaines en dehors du temps, ce qui explique l'absence de nouvelle nourriture sur ce blog.

Visiblement cela vous a manqué car j'ai reçu à mon humble surprise des messages de lecteurs en manque réclamant leur dose de Tokyopoketeries. Il y a même eut des gens qui m'ont adressé des idées d'articles, des sources, en m'expliquant que je pourrais compter dessus en temps de panne sèche.

Merci, c'est très gentil à vous.

Mais rien à voir en fait ! Il n'y eut ni flemme ni, ni manque d'actu, ni crampe de doigts, ni trou d'inspiration.
Nan, j'étais juste out of the net, out of the planeth, dans un endroit localisé aux tréfonds de la galactée,  par delà la voix laxie, là où les news humaines ne circulent pas en sommes.

Du coup, je fus bien surpris de tomber sur ce jeu en Occaz, lors d'une virée au Softmap d'Akihabara, tentative de renouer avec le fil de l'actu.

 

La photo volée de l'occaz du jour, la voilà:

 

Je ne savais pas qu'il était sorti alors le trouver en occaz !!!
(à 200 yens de moins qu'en neuf. arf !  )


Malheureusement ma Wii hiberne actuellement en France.



En photo bonus voici un autre présentoire présentant un jeu connus de tous les gameblogueurs:

 

Ce si romantique GyalGun. Pour les Cyrano de Bergerac du paddle.



Quant à moi, même si je rentre la story entre les jambes, je ne repars pas les mains vides, et m'adonnerai chez moi à un petit plaisir solitaire  bien connu, et bien rétro:

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.

.
.
.

.
.
.

 

Qu'est ce que vous imaginez !!?
Je parlais bien entendu de fouetter du vampire
sur Akumajo Dracula (alias Castlevania 4) sur Super Famicom.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
En direct du Japon

 

Je me fais l'écho d'une news relayée sur l'ensemble des médias Nippon, mais qui a peu de chance d'arriver jusqu'à notre 13h national.

Dommage car c'est l'histoire d'un phénomène bien sympa qui a lieu en ce moment, et qui est spécifique au Japon de par sa connexion avec la société, et avec l'univers des mangas et de l'animation.


Tout d'abord, connaissez-vous Tiger Mask ?

C'est un manga écrit par Ikki Kajiwara et dessiné par Naoki Tsuji, ultra populaire dans les années 68-71, dont le succès fut tel qu'il eut directement sa digne adaptation en série d'animation de 105 épisodes par Toei Animation.


L'histoire de Tiger Mask est celle du catcheur le plus féroce mais surtout le plus vicieux de la ligue Américaine, qui revient dans son pays natal le Japon. Sa suprématie ayant traversé le Pacifique, il est ici aussi Tiger Mask l'idole de toute la jeunesse Nippone. Mais personne ne connaît sa vraie identité qu'il a toujours dissimulée sous son masque de prédateur.

Lors d'un passage à l'orphelinat de son enfance, sous couvert de sa véritable et anonyme identité (Naoto Date), un petit garçon pensionnaire de l'établissement lui confie admirer les bandits et aspirer à devenir un méchant pour ressembler à son idole Tiger Mask. Un choc dans la tête de notre héros. Lui qui a toujours voulu offrir une bonne image à la jeunesse, le voilà tel un Ribery à Kinshasa.
Il décide alors de se lancer dans une campagne de rachat.

Dès lors il consacre sa vie à des combats de catch clandestins dont il reversera tout l'argent gagné à son orphelinat en signant d'un simple Tiger Mask. Grace aux nombreuses donations du mystérieux catcheur, l'orphelinat se développe permettant aux enfants de meilleures conditions de vie et d'éducation. Il devient le bon modèle pour tous les petits enfants.

Le manga s'arrête avec l'épisode où le héro sauvant les bambins de l'orphelinat d'un accident de bus, trouve la mort. Pour ne jamais que son identité soit révélé même après sa mort, il se débarrasse du masque de Tigre qu'il gardait toujours sur lui, avant de rendre son dernier souffle.




Pourquoi je vous parle de ce manga ?


Et bien tout simplement car en ce moment au Japon, de mystérieux dons de fournitures scolaires (notamment le fameux cartable carré que tous les petits écoliers portent coutant près de 250euros) sont arrivés dans des orphelinats du pays avec pour unique message la signature: « Tiger Mask ».

Il s'en est suivi un véritable boum de donations repris hier dans tous les JT, avec plus de 120 établissements ayant reçu nourriture, fournitures, argent et autres provenant de tous les recoins de l'archipel, toujours signés du simple «Tiger Mask », ou parfois  le « Tiger Mask de la région de xxx » .

Les donateurs sont des gens X ou Y, des nostalgiques du héro, des entreprises ou même des orphelins ayant grandis ; tous anonymes, tous différents, mais se rassemblant tous dernière cette même signature féline; une bonne action alliant humilité romantisme et manga. Et ça, c'est bo !


Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
En direct du Japon

 

C'est presque dommage de rendre publique ces merveilles qui ont été, et sont toujours ma source intarissable de cadeaux à ramener du Japon.



D'un côté je mets en péril ma réputation de père noël original qui perdure depuis quatre ans où j'en ai remplis ma hotte, de l'autre je risque de vous spoiler la surprise du présent que pourrait vous rapporter un ami de en pèlerinage Gamer

En même temps tout ceci n'est que supputation sur le futur. Rien ne dit que l'un de vous se fera offrir cette confection de l'artisanat nippon made in China. Et comme je ne suis plus de l'école du paradoxe dans le continuum espace temps aboutissant sur fin à l'humanité, je vous propose d'apprécier ce petit post, en se remémorant à haute voix la phrase du sacré Doc Emet Brown en VF : « après tout, on s'en balance ».

 

La caverne d'Ali Baba et les quarante mille chaussettes....

 

Comme je disais plus haut, voici l'objet qui fera fureur pour ramener à vos potes à vos oncles, tantes, frères, soeurs, cousins, frère de soeur de cousin si ca existe, et l'inverse au carré ou pas.Elles épouseront à merveille la forme de vos gros doigts de petons en les habillant de design kawaii geekos bien sympa.

Chaussez ces petites finger socks vous garantira le succès dans votre prochaine soirée où la maitresse de maison obligera les invités à se délester de leurs chaussures à l'entrée.
 

Mr Enimal peut vous le confirmer, lui néo-détenteur de ce bien.

Admirez aussi les variations en design et couleurs plus chatoyantes les unes que les autres.

Mais trêves de bavardages, voici leurs photos volées :

 

 

Kawaii Shibuyette style

 

Gothic style

 

Space invaders pour les Geekos

 

Elles sont vraiment trop cools

 

Un Graal accessible à tous. On ne s'en lasse pas

 

Si l'art parfait existe vraiment, on en est pas loin .

 

Merci de suivre la nouvelle saison de Tokyopoké. N' hésitez pas à mettre ce blog en favori si tant est qu'il vous plaise. Moi même je l'ai fait !!!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
En direct du Japon

 

Me voilà revenu de France avec pas mal de cadeaux, des souvenirs pleins les papilles et quelques plis de chair en plus.

Mon passage à Paris fut bref, trop bref. Au détour de Muséogames j'ai tout de même pu rencontrer Mr Enimal qui m'a gratifié de ce très joli cadeau:

Merci beaucoup !!!

 

De retour au Japon, on se les pèlent dans ma bicoque Tokyoïte, mais je compte bien rallumer les fourneaux de mon blog à partir de demain pour entamer une nouvelle année sous le signe de succulentes poketeries.

En attendant voici quelques bricoles prisent à Hachiko pour le décompte du nouvel an.

Petites photos volées d'êtres étranges qui peuplaient la place:

Une bande de faux lapins crétins avec de vraies carottes.

 

Le cousins pas célèbre des DaftPunk faisant de la musique sur une poussette.

 

Et une vidéo de Bonne Année:

 

Merci Yuri !

 

A demain !

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
En direct du Japon

 

Se rendre à Akihabara pour faire du lèche vitrine ou tester son nouveau larfeuille c'est le sushi hebdomadaire du français au Japon.

Grace aux vidéos, aux reportages et aux voyages de plus en plus accessibles, les secrets que renfermait à l'age de Joypad et PlayerOne la Mecque des gamers sont plus ou moins connus de tout le monde. Potatoe n'est plus une vulgaire patate de froggies mais un magasin rétro-gaming, Maid n'est plus un signal de détresse mais une soubrette de café, Yodobashi Camera n'est plus.... heuuu Bref !

 

Le Yodobashi Camera (Geante Fnac Jap) avec sa timide pub Kinect.

 

Et son café Vie de France qui n'a rien de Francais dans le goût.



Tout ca pour dire que je n'ai pas envie de vous remontrer ce que vous avez déjà dévoré de manière gloutonne pendant les couvertures du TGS ou sur les blogs de voyage.
Je vais plutôt vous narrer ma balade à Akihabara qui s'inscrit dans le cadre du 9 Décembre 2010, et pas avant, et pas après. 

9 Décembre: La gare JR d'Akihabara est sur son 31, toute rénovée

Une des sorties les plus connues de la gare JR d'Akiba, Electric Town, reste dans les mémoires des touristes. Venu pour avoir notre dose de mangas et de games, on se retrouve devant un grand bâtiment aux escalators installés dans de gros tuyaux de verres visibles depuis l'extérieur, Beaubourg style, qui vend des machines à laver.

Ce bon vieux temps est révolu car depuis le 7 Decembre, on peut apercevoir directement en sortant de la gare l'enseigne CLUB SEGA, grâce à un nouveau tour de passe-passe des Japonais qui ont encore détruit et construit-en un rien de temps. Cela nous donne le 4eme CLUB SEGA d'Akihabara ! Quelle surprise !

La sortie Electric Town avec son nouveau CLUB SEGA

Petit plan spécial CLUB SEGA !
"Alors, si tu vas là y' a un CLUB SEGA... par contre si tu vas là, et beinn y'a encore un CLUB SEGA"


Je n'ai naturellement pas résisté longtemps à la tentation d'aller roder dans ses étages... petite déception, ce CLUB SEGA est majoritairement consacré au UFO catcher, aux Gatchapons et aux jeux de cartes électronique. Bon pour les dates.
Rien de vraiment croustillant à prendre en photo, si ce n'est la batterie d'UFO catchers dédiée aux héroïnes prépubertes de Love Plus.


 

Rinko Nene et Manaka se prostituent à base de produits dérivés

 

13h gronde dans mon estomac. A peine arriver qu'il faut se restaurer. J'emboite le pas vers l'un des meilleurs Ramen 粋な一生 (Ikinaisshou) de Akihabara, un peu éloigné par rapport au centre de shopping.


L'éternel  magasin Gamers et ses affiches à n'en plus finir.


Sur le chemin, les maids me refilent des prospectus dont je n'ai que faire, les étalages des boutiques débordent sur les trottoirs, les rabatteurs hurlent dans leurs mégaphones les super promos et les sorties. De multiples écrans balancent ca et la des trailers en tout genre : du Monster Hunter, du Mario, du Virtua One, du jeux de drague, etc...


Une maid de Noel ! Une vision qui donne... le sourire :)

Le SAC d'Akihabara ! Il existe depuis toujours, à 1000 yens (8 euros)
et tu peux y mettre une tonne de geekeries à ramener en France !

 

Très vite je tombe sur un homme-pancarte devant le SofMap qui se trimbale avec un imposant packaging promotionnel de Ni No Kuni DS ! Je dis imposant, mais ce fake n'est en fait pas très éloigné du véritable packaging... record de la plus grosse boite de jeu portable si je n'm'abuse. Bon tout ça pour rappeler que le 9 Décembre c'était la sortie officielle du jeu de Level-5.

 

 

Je crois que c'est par là...

 

Les Ramens et l'estomac devront prendre leur mal en patience, mes jambes et ma tête ont décidé de filer dans la boutique. Voici quelques tofs volées de l'interieur :

 

Catherine est ouverte à la réservation, et plus si affinitées.


Dans un tout autre registre, Babysiter Mama est quant à lui dispo !

 

Ce vieux dinosaure de Famitsu de la semaine se consacre entre autre
à Monster Hunter Protable 3rd et Ni no Kuni DS.

 

 

Et enfin le stand recherché.
Nous ne revons pas, le jeu est bien sorti. Au Japon en tout cas.

 

5780 Yen... il doit y avoir moins reuch chez les voisins. Et ce ne sont pas les magasins spécialisés qui manquent dans le quartier. Allons bouffer !

Sur la route je tombe sur l'école d'Akiba... laul


J'ai du fermer mes yeux et tromper mes instincs de joueur pour me rendre au Ramen-ya  sans craquer sur Ni no Kuni. Il est bien 13h55, la queue habituelle de l'endroit s'est dissipée ; tant mieux lorsque l'on sait qu'il faut le week-end en moyenne une bonne heure de moutonage  pour pouvoir déguster le plat. 



Un Japonais ouvre la porte coulissante et la referme, mais cela suffit pour laisser échapper un  léger fumet qui parvenant à mes narines ramène instantanément à la vie mon estomac, qui d'ailleurs me le faire savoir par une douleur semblable à celle d'un accouchement. Enfin, peut-être...

Je pénètre à mon tour dans le resto :

Ambiance...

A Shio Ramen Roboratif  Onégaishimasu !
(la version francaise et polie de et qu'ca saute !)


Si vous passez au Japon, n'allez pas dans n'importe quel Ramen-ya. Nombreuses sont celles qui oscillent entre l'insignifiant et le dégueulasse. N'hésitez pas à me demander des adresses ! D'ailleurs je compte bien faire une rubrique du gueblo sur les restos à faire sur Tokyo. Affaire à suivre.

 

Avant de venir au Japon je ne connaissais rien de la puissance de l'oeuf.

 

La pense tendue comme une peau de Taiko de Taiko no Tatsujin, je quitte péniblement mais heureux l'antre de mon bienfaiteur et me remet en quête du pays de Ni.
Je prends la direction Media Land, un petit magasin proche de la gare qui ne te nique jamais sur les prix. 

 

Re-passage dvant un CLUB SEGA...
aujourd'hui toutes les parties d'UFO catchers sont à 100yens

 

L'entrée du magasin et son intérieur sont encombrés de collégiens japonais en uniformes qui s'agitent comme des petits pokémons tenant dans leurs mimines soit des PSP, soit des Monsters Hunter Portable 3rd.Ni no Kuni à fort à faire face au gigantesque blockbuster « what-the-f.ck-millionième-seller ». Surtout quand on voit la com' hallucinante autours du jeu déployée dans tout Tokyo (j'en parle sur ce lien: Les monstres envahissent Tokyo )

 

Merdoum.. j'avais oublié mes pokéballs !

 

Une petite photo avec eux:

Et un de plus de vendu.

 

Puis j'attrape au passage une boite de Ni no Kuni DS à 5100Yens seulement (47 euros).
Passage obligé à la caisse,  la vendeuse me sort un mastodonte de boite, contenant le jeu et son Grimoire à glace (concept de Grimoire de taille d'armoire à glace...) je suis en kiffe. Je paye et sors, J'ai mon Ni no Kuni !

 

Tatatataaaaaaa !! (Zic de Zelda)

 

N'oubliez pas de mater son déballage sur mon blog ou dans le fil de l'actu Gameblog !
Et à bientôt sur Tokyopoke !







 

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
En direct du Japon

Fraichement acheté à Akihabara le jour de sa sortie, voici pour vous les pokés gameblogueurs, le déballage de la version DS de Ni No Kuni !!!

Une facon de vous remercier de m'être fidèle.

(J'ai changé mes plans, le post sur Akihabara viendra un peu plus tard dans la journée en France, la nuit au Japon) [EDIT: un 9 Décembre 2010 à Akihabara: laissez donc guider]

C'est filmé en une prise avec l'iphone, quelques pots de yahourt et des bouts de scotch, sans trucage ni colorant ni additif. A la pointe de l'amateurisme quoi !

A bientôt sur Tokyopoké pour le test !!!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (30)

Édito


Féru(e)s de litterature pixelisée, de stéréotypes sur le Japon, de chats et de chiens,
venez consulter les non-dits et non-écrits de Tokyopoke d'ores et déjà élu:

- Médaille d'or des consommateurs 2010
- Grand prix de l'odeur Automne 2010
- Meilleur espoir du phrasé 2010

Tokyopoke, c'est ici !!!

Mode d'emploi du blog

 

 

 

 

Archives

Favoris