Tokyopoke

Par pokepoke Blog créé le 19/12/09 Mis à jour le 16/06/17 à 19h21

De Tokyo, voici un extrait de milliers de pensées, élucubrations et stéréotypes faisandés, sous fond de reviews de jeux vidéo et de non-culture japonaise. Un beau voyage d'une jouissante tristesse au milieu de l'impopularité galactique.
Le mode d'emploi c'est ici: http://bit.ly/h13PaG !!!

Ajouter aux favoris
Signaler
Archéologie Vidéoludique

Car Se prendre pour un super héro nuit gravement à la santé...


Pour ce nouveau volet de la rubrique Architecture Vidéoludique, attaquons nous à un monument du Jeux Vidéo, un classique ayant fait ses premières "games" sur notre bonne vieille Nes. Acheté fraichement à Akihabara pour la somme de 2000 yens, voici Megaman !

 

Megaman est en avance sur son temps. A l'époque, la plupart des jeux video prospèrent en mettant en scène des aventures champêtres où des héros, parfois plombiers et moustachus, s'entêtent à délivrer des garces des princesses.
La recette est simple, le divertissement est atteint efficacement et légalement, mais les dommages collatéraux s'amassent du coté de la différence scénaristique et de la complexité des personnages.
Au diable toute cette belle analyse des états d'âmes, et de la justification du passage à l'acte! On ne connaitra jamais les motivations d'un dinosaure à aller capturer une humaine avec laquelle il ne peut s'accoupler.

Capcom jette donc le pavé Megaman dans ce marasme imaginatif, en proposant d'incarner non plus un chevalier servant, mais un garçon souffrant de schizophrénie  catatonique aiguë, interné dans un établissement psychiatrique. Place donc à un personnage principal tourmenté, en proie à une constante bataille contre les résidents de son bulbe menaçant à tout moment de faire violemment surface.

Qui suis-je ? Je suis toi.

Le décor est planté dans l'hôpital du Docteur Willy d'où Megaman tente de s'échapper pour la centpiternelle fois. Au détour de chaque couloir de ce dédale labyrinthique, les patients et sbires infirmiers du Doc sont prêts à en découdre avec le fugitif. La plus sérieuse menace pour vous est la présence des fous sortant de la cellule psychiatrique Super Héros.
Pas question d'y rencontrer de gentils originaux coiffés de chapeaux de Napoléon ou bien d'entonnoirs, en train de changer une ampoule. Non! Le diagnostic est tout autre car vous êtes face à des forcenés se prenant pour des super héros, faisant tout en leur âme et inconscience pour stopper votre fugue.

Ils se reconnaissent par des noms scandaleusement ronronnant tels que Metal Man, Bubble Man ou encore Tiep Man. Ils substituent leur super pouvoir, qu'ils sont convaincus de posséder, par tout objets se trouvant à leur portée, du moment qu'ils aient un rapport avec leur nom : si Metal Man vous fourvoie de scies circulaires chirurgicales, Bubble Man, moins efficacement, vous souffle des bulles de savon à la guïeule...

                      La fiche des patients de la division super héros.              
Notons que le confrère Européen de Ronald Mc Donald y est enfermé.
Saurez vous le trouver ?


Pour se défendre, Megaman prescrit sans ordonnance des neuroleptiques et nombreux sédatifs dont ses poches débordent. Son armement évolue après chaque justicier irraisonné terrassé. Megaman s'accapare la personnalité de ses victimes lors d'une violente crise cognitive. Il peut dès lors emprunter leurs « super pouvoirs » pour faciliter, ou pas, sa progression.
L'échappée l'amènera jusqu'à l'inévitable bureau du Docteur Willy, le gentil de l'histoire, qui a bien raison de maintenir enfermé un cas instable tel que Megaman, sous peine de non assistance à personne en danger.

La came isole

On comprend mieux pourquoi ce soft plein d'audace révolutionna l'industrie. En plus de proposer une alternative aux héros lambdas en surpopulation, il dénonça les méfaits de la prolifération d'histoires de super héros (notamment américains) qui entrainaient les fans à abuser de créatine et corticoïdes par mimétisme écervelé, donnant naissance à une augmentation des syndromes dissociatifs , des comportements violents, et des gosses en slip et cape retrouvés morts défenestrés.

Pour la petite anecdote, le concept de la schizophrénie, véritable leitmotiv ici, s'insinuera même jusque dans le nom du titre. Megaman change de nom pour la personne de Rockman au Japon, et se décline sous d'innombrables versions.

            Megaman administre facialement à un éléphant ayant perdu la boule,
   2 suppositoires neuroleptiques.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito


Féru(e)s de litterature pixelisée, de stéréotypes sur le Japon, de chats et de chiens,
venez consulter les non-dits et non-écrits de Tokyopoke d'ores et déjà élu:

- Médaille d'or des consommateurs 2010
- Grand prix de l'odeur Automne 2010
- Meilleur espoir du phrasé 2010

Tokyopoke, c'est ici !!!

Mode d'emploi du blog

 

 

 

 

Archives

Favoris