Tojraf Paddle

Tojraf Paddle

Par tojraf Blog créé le 29/12/09 Mis à jour le 28/10/12 à 14h38

Le blog 100% jeux vidéo, parce qu'il y a toujours un nouveau jeu à découvrir.

Ajouter aux favoris
Signaler
[Archives] V1

Les jeux de rythme font fureur au Japon sur DS, console pas forcemment pensée pour ce style de softs nerveux. Elite Beat Agent (EBA dans la suite du texte) est le premier représentant du genre à s'infiltrer jusqu'à l'Europe. Crédule, j'ai suivi les bonnes critiques de la presse spécialisée. Une belle erreur ! 



Le pitch n'est pas le plus important dans un jeu de rythme, et c'est tant mieux, car EBA est particulièrement médiocre de ce point de vue là. . Vous "incarnez" une bande d'agents qui "aident" les gens. Oui, c'est vague. Mais il faut dire pour ma défense que les missions sont tellement farfelues, et tellement sans queue ni tête qu'il est impossible de dégager le moindre fil conducteur. Ce n'est pas le plus grave, car le plus gênant est que le déroulement des missions est "expliqué" par le biais de scènes fixes style manga qui s'enchaînent très rapidement, pour un résultat très confus. 

Vous devriez, à ce moment là de votre lecture, vous demander comment les fameux agents parviennent à aider telle ou telle personne, enfant, chien (véridique...), etc. Et bien, ils dansent ! Et pour bien danser, et garder la barre de vie dans le vert, il faut que le jouer tape en rythme sur l'écran tactile de la DS en validant les notes qui apparaissent sous forme de ronds et sur lesquels le jouer doit appuyer au bon moment. La marge de tolérance n'est pas très élevée, donc il faut bien rester concentrer, sous peine de perdre son multiplicateur de points, lentement augmenté en réussissant plusieurs notes sans erreur. Malheureusement, la quête du high score, qui est par exemple le nerf d'un Guitar Hero, n'est pas très exacerbé dans EBA. Dommage. 

Mais j'aurais très bien pu paser outre ses détails, car le jeu reste fun à jouer, si le jeu proposait plus de contenu ! Il faut dire qu'on va vite lâcher le jeu, car ce dernier ne possède pas beaucoup de morceaux différents, la qualité de son n'est pas terrible, et la variéré pas vraiment au rendez-vous. De surcroît, le jeu devient rapidement trop facile (dès qu'on a compris comment est gérée la validation des notes qui apparaissent à l'écran). Le problème aurait pu être contourné en proposant plusieurs niveaux de difficulté croissante, mais la seule différence dans EBA entre ceux-ci n'est pas le nombre de notes contrairement à un Guitar hero, mais seulement le nombre de fautes maximal à commettre pour espérer réussir la mission. Le jeu peine donc trop rapidement à renouveler l'intérêt. 

 

CONCLUSION

A qui conseiller le jeu ? Les fans de curiosités japonaises pourront peut être s'en satisfaire, les autrres passeront leur chemin, à moins d'accrocher à l'ambiance délirante du jeu. 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

tojraf
Signaler
tojraf
C'est juste que si le nombre de notes augmente, ce n'est pas comme dans un Guitar Hero ou il faut presque réapprendre à jouer, vu qu'on ajoute tel ou tel élément (comme une commande supplémentaire). Je reconnais qu'il y a une différence, mais selon moi elle n'est pas suffisante pour redonner de l'intérêt à au jeu.
Myu-chan
Signaler
Myu-chan
Heum, désolée mais si t'as pas été capable de voir qu'entre les différent niveau de difficulté bah c'est bizarre parceque c'est flagrant.. y'a effectivement des ajouts de notes, et pas qu'un peu, franchement c'est plus que triplé.. tu dis qu'il n'y en a pas, c'est faux, je ne comprend pas trop pourquoi tu as reproché ça franchement
tojraf
Signaler
tojraf
Critique dure, en effet, ce n'est pas dans mon habitude, mais j'ai été très très déçu... Merci de ta visite en tout cas !
LoS AnGeLiNoS
Signaler
LoS AnGeLiNoS
Je n'ai pas aimé Elite Beat Agent, mais j'ai adoré Osu Tatakae Oendan qui est l'épisode sortit au Japon (surtout le 2ème qui est le plus aboutit). Je trouve qu'en Jap, c'est le délire total. Mais bon ensuite, comme on dit, les goûts et les couleurs... En tous cas, bonne et franche critique.

Édito

EDITO

Tojraf Paddle prépare son come-back, accumule les bouteilles d'encre et affute les plumes. Il se pourrait bien que vous entendiez parler de nous d'ici Noël. Quel plus beau cadeau pour moi que revenir sur cet espace d'expression ?

Archives

Catégories

Favoris