Le journal du Delaygeek.

Le journal du Delaygeek.

Par Thibault de Mondidier Blog créé le 16/04/10 Mis à jour le 28/11/17 à 06h55

Je ne suis pas un joueur comme les autres. Je suis un delaygeek. Je découvre des jeux, les films, les animés, les livres que vous avez fini depuis des mois toujours en occasion mais toujours avec passion comme tout bon Geek.

Ajouter aux favoris

Catégorie : DelayGeek animation

Signaler
DelayGeek animation (BD-Manga-Comics)

Etant un fan inconditionnel de cet oeuvre, je suis toujours en joie quand un nouveau chapître sort. Et là, visiblement l'auteur a adopté un rythme Eté parution ; Hiver = travail.


Car n'allons pas croire que l'auteur, perfectionniste et méticuleux comme il est peut pondre trois chapitre en 3 mois. Surtout que pour l'instant, un nouveau chapitre est prévu pour Septembre 2016

Et.....la joie fut de courte durée. L'auteur repart en pause, allant aider la série.....mec....t'as vraiment pas peur......

Et c'est repartit pour des mois d'attente....retour en 2017....Tous les fans de Berserk ont l'habitude.

On est arrivé en 2017 et miracle !! Le chapitre 348 est sortit et le 349 arrivera en Avril ! Pitié Kentaro....ne t'arrête pas !!!

Le mois d'Avril est terminé et comme promis, le chapitre 349 est sortit. Et bonne nouvelle, le chapitre 350 arrivera pour fin Mai...continue comme ça....on se rapproche petit à petit du dénouement pour Casca.

Il y a eut une petite avancée cet été 2017, mais il est vite repartit en pause et là, petit retour de l'article : L'hiver est à nos portes donc normalement bientôt la suite, mais attention : Hiver veut dire aussi bien Décembre que Mars !! Torture !!!

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
DelayGeek animation (BD-Manga-Comics)

Dites, les vieux fans, les trentenaires et plus. En écoutant ce trailer, il y a pas comme un malaise ?

 

Je dois le dire, je suis cette série du coin de l'oeil grâce aux vidéos du Chef Otaku.

Alors oui, il a son style, mais j'aime ses analyses et j'aime sa façon de voir le Manga. Et pour DB S il a ressentit la même chose que moi.

DB S atteint un très bon niveau....mais bon sang....moi qui aime les bonnes musiques de baston....dans DB S les musiques font cruellement défauts !! Elles font même baisser l'impact dramatique et épique des évènements !!!

Certains me diront qu'il faut se renouveler. Mais pardon, dans le cas de Dragon Ball, les musiques de DBZ sont inégalables !! On peut pas passer à côté !! Elles démultiplient n'importe quel évènement.....et moi qui donne une importance capitale aux OST, ce point fait que DB perd en intérêt.

Sans doute parce que DBZ c'est toute mon enfance et que je suivais comme un chien fidèl chaque épisode au club dorothée ! Mais bon je crois que je suis pas le seul à trouver qu'il manque quelque chose.

Quelques exemples ? Tout de suite.

Le retour du Kaïoken !!!!

 

Un vrai combat Dbzdestque ( oui j'invente des mots )


Dragon ball Super a beau avoir de très bonne carte en main, animation, intrigue....mais bon sang les musiques font vraiment saigner mes oreilles....Redonnez nous les musiques de DBZ pour qu'on puisse kiffer comme autrefois !

 

 

Petit edit : DBS a avancé....et....non....cela devient de pire en pire. Une course à la puissance....et....des transformations à n'en plus finir....des fusions à chier. Alors certes, la mise en image donne un effet badass....mais sérieux les musiques n'arrivent pas à rendre le côté épique, dangereux, tragique......deux autres exemples où les musiques de DBZ rendaient mieux ?

Attention spoilers : Voilà les deux meilleurs combats en 115 épisodes de DBS

 

Et le dernier avec notre one punch heu non, Jiren....pardon....lapsus révélateur.

 

Là, DBS se hisse à la hauteur de DBZ, mais c'est un triste constat : DBS avec l'avancée des techniques de production et avec 30 ans d'héritage DBZdestque n'arrive toujours pas à mes yeux à la cheville de son aîné.

Les gars, vous avez la bonne recette juste sous les yeux !!

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
DelayGeek animation (Cinéma)

Je viens enfin avec ma femme de regarder la série Wakfu sur Netflix.

Et que dire : AHHHHHHHHHHHHHHHHHH c'était BON !!!!!

Que le voyage était plaisant, que le périple fut adorable.

J'aurai certainement vendu ma maison pour avoir une série comme cela dans mon enfance.

A mes yeux, certes, Wakfu avec son univers coloré peut tout à fait être destiné à un jeune public. Les deux saisons, les épisodes spéciaux ont tout pour plaire.



Des personnages attachants, jeunes, qui partent à la découverte d'un monde original avec 12 peuples différents et originaux également. Une jolie  quête initiatique du héros qui va découvrir son destin hors norme.

Mais pour l'adulte que je suis, c'était, comment dire : Un magnifique hommage.

Wakfu est une série fait par des gens qui sont des passionnés, dopés au club dorothée, bercé par les doubleurs français des films de notre enfance, passionné de jeux vidéos.

Je vais le dire, Wakfu est une série réalisée par des Geek pour des Geek...

Des gens qui aiment les clins d'oeils disséminés dans tout l'animé grâce à l'animation qui est superbe. Les combats sont fluides et dynamiques, voir dantesques pour ceux de fins de séries. On s'y prend, on y croit. On a mal pour eux. Bref, le job est réussit.


Se sont des acharnés, car si vous avez l'oreille attentive aux doubleurs français, c'est le porno des oreilles. L'ancienne et la nouvelle génération réunit dans un animé.

Par exemple : Yugo, le personnage principal, sa voix ne vous rappelle rien pour les anciens : Mais pour les adolescents et les jeunes, c'est la même doubleuse que Happy dans Fairy tail.
Et pour ceux qui ont eu la chance de matter Hinamizawa mais en VF c'est Satoko !


Ensuite, prenons Amalia, la princesse. Sa doubleuse. On la retrouve comme doubleuse de Kiki la petite sorcière de Miyazaki, elle double Ellie dans the Last of Us et dernièrement la princesse Zelda du dernier jeu du même nom sur Switch....et c'est juste quelques exemples de son travail.

Pour ceux qui ont fait les Bioware, vous reconnaîtrez bon nombre de doubleurs français qui dans certains cas m'ont provoqué des fous rires. Imaginez juste la voix française de Morrigan de Dragon Age avec juste comment dire, une dose de pétage de câble.

Ajoutez des doubleurs comme Richard Darbois, mais si, la voix de Buzz l'éclair, ça vous parle mieux ? Ou le doubleur français de Bradd Pitt Jean Pierre Michaêl.



Et ce n'est que des exemples qui pour moi était un vrai régal. Ce sentiment de nostalgie, même pour un épisode, du véritable fan service.


Dernier petit détail, un ressentit qui se dégage des deux saisons : Un magnifique sentiment de tendresse. Et je trouve que c'est ce sentiment qui manque le plus dans les jeux vidéos et dans beaucoup d'animé. Avec l'amour, c'est le sentiment à mes yeux le plus délicat à retranscrir. Et par l'image, le son, la musique, Wakfu y arrive les doigts dans le nez. On découvre les sentiments naissants des personnages envers leur promis ou promise. Les relations s'installent doucement et quand on a un couple, ça ne roucoule pas. Non. j'étais ému et attendri devant les relations construites. Ce n'est ni dégoulinant, ni cul-cul. C'était juste et beau.


Le seul petit reproche que je peux faire c'est qu'actuellement, Netflix est vraiment le seul moyen sur de pouvoir voir la série en HD. Mettre la main sur les deux saisons en dvd ou j'ose rêver en blu-ray n'est pour l'instant pas facile. Peut-être Ankama rééditera quand la série sera terminée.

Actuellement, les fans attendent la saison 3 qui est prévu pour l'automne 2017, avec 12 épisodes qui en fonction du succès aboutiront sur peut-être 12 autres épisodes. Attention, spoilers pour tout ceux qui n'ont pas encore vu les autres saisons. NE CLIQUEZ PAS si vous êtes dans ce cas !!

 

 

Actualisation Novembre 2017 : La saison 3 est enfin sortie sur Netflix. Et un petit mot pour en parler : Treize épisodes avec un énorme sentiment de frustration à la fin. Pourquoi ?

Parce que les 10 premiers épisodes sont d'un très bon niveau. On commence très fort avec l'apparition d'un nouvel ennemi qui va donner le fil rouge à nos héros de la confrérie : Gravir une tour pour sauver leurs amis. Mais nos héros commencent presque brisés et doivent se remotiver pour arriver jusqu'au bout. Et les antagonistes font le job. Je fais exprès de ne rien révéler de l'intrigue, ni des noms des personnages car c'est une surprise à part entière.

L'animation est toujours aussi bonne, les doubleurs sont tous de retour sauf pour Adamai qui a changé physiquement. Et c'était une de mes craintes car tous les doubleurs donnent un charme indéniable mais bon ils sont tous là.

Les couleurs sont toujours aussi chatoyantes par moment ajoutant du charme.

Mais le vrai charme, c'est l'expression des sentiments des héros. Surtout l'amour. Ce sentiment est très présent pour tous les couples de la série. Et, je confirme : Wakfu ne considère par les enfants comme des débiles juste bon à défendre l'écologie. On parle de choses sérieuses comme la séparation, le doute dans un couple voir la remise en cause à cause des différences. Ajoutez à cela une scène complète d'accouchement bien badass, oui, vous lisez bien. Badass et accouchement ces deux mots l'un à côté de l'autre.

Tout semble bon.....

Mais...il y a un mais....c'est les deux derniers épisodes. Les épisodes où les explications tombent. Et là....c'est moins bon. Ils ont réussi par une belle pirouette à rattacher le méchant  aux deux précédentes saisons....mais le rattachement est presque forcé et manque de cohérence. Et surtout....la fin....ce n'en est pas une. Une conclusion, même à la fin d'une saison et qu'une autre est en préparation, c'est : La résolution des problèmes des héros et de leurs adversaires. Hors, ici non. Cette fin fait office de couperet. Il manque un ou deux épisodes pour me donner satisfaction. Et la frustration vient du fait qu'on va devoir attendre.....beaucoup....avant la suite.

Mais ce bémol de fin de saison ne ternit pas la qualité de l'ensemble. La fin est décevante pour moi mais malgré tout, les émotions véhiculées par cet animé ont fait mouches sur l'adulte que je suis et je recommande le visionnage à tout ceux qui cherchent toujours de bonnes séries.

 



Bref, si vous êtes un jeune qui cherche une bonne série française d'animation : Wakfu. Si vous êtes un papa qui veut retourner en enfance : Wakfu. Si vous vous emmerdez en zappant et que vous cherchez du bon : Wakfu.

Voir aussi

Sociétés : 
Ankama
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
DelayGeek animation (BD-Manga-Comics)

Une petite critique de Classroom of Elite.

 



On va dire que c'est le petit animé du moment et qu'il fait sensation.
Pour le trouver, il est visible en streaming sur la plateforme crunchyroll.

Alors,  12 épisodes cloturent la saison 1.

Alors qu'en penser ?

Cet animé a le cul entre deux chaises et ne sait pas où il veut aller.


Et là je sais très bien que les hordes de fans vont se déchaîner.
Et qu'ils vont me sortir certainement les arguments suivants :

C'est beau.

Oui, en effet, les couleurs sont pétantes, renforçant le côté mignon des personnages féminins.
Rose bobon, Argent elfique, blond barbie. Bref des couleurs que si tu essayes dans la réalité, on te loupera pas.

Le design des personnages est réussi.

Ah ça, pour SOULIGNER les formes plus que généreuses des personnages féminins, il y a un soin tout particulier. Non sérieux, les mecs, on vous montre des lycéennes....des mineures de sucroit, c'est précisé en plus dans l'animé....et non cet animé n'est pas sponsorisé par pedo-bear.

Mais comme il veut s'adresser à tout le monde, les mecs ne sont pas en reste et les tablette de chocolats sont bien représentés, allez les filles, vous aussi vous avez le droit d'en profiter.
Ajoutez à cela des doubleuses de qualité pour rendre les personnages féminins les plus KAWAI possible et vous obtenez le bon cocktail pour exciter le glandu.


Voilà pour la forme, et le fond maintenant :

A cela less fans vont venir me parler de la profondeur du scénario.

La critique du système scolaire japonais.

Encore une fois, toute l'action se passe dans une école. Encore une fois, on prône l'élitisme et les défauts que cela engendre grâce à un système de notation bien hard.
Alors certes le règlement est disséminé dans l'animé de façon à ce que le spectateur soit aussi perdu qu'un élève...qui n'a pas prit une journée pour assiler ce règlement. Seulement pour l'impact, cela ne marche qu'une fois : Je m'explique par un exemple.

Dans l'épisode 1 : On apprend qu'un nombre de point est attribué à chaque élève. Ces points sont la monnaie de l'école. Et donc avec les points ils peuvent vivre : Acheter, vendre. Le réglement précise que tout est achetable et vendable. Alors oui, à la fin du premier épisode, cela marche du tonnerre. La classe a fait n'importe quoi et au mois suivant, aucun élève ne gagne de point et donc de salaire. Donc tension inquiétude. Bref cela a marché car on l'avait pas vu venir. Les scénaristes ont joué avec un cliché et l'ont bien retourné. Seulement ensuite, ce n'est plus un problème. Aucun des élèves ne présente de problème pour s'en sortir, aucun n'en fait mention à part le personnage principal et d'autres arrivent à s'en sortir allègrement. Donc tout ça pour rien.

Et quand ce système revient pour les 4 derniers épisodes, ces points ne serviront qu'au classement, pas à ce qu'ils vont gagner pour vivre. Donc ce n'est qu'un concours du plus intelligent et pas une bataille pour juste vivre après coup.


On dirait que les scénaristes ont tout misé sur l'épisode 1 et qu'une fois finit, ils n'ont plus pris de risques.


Mais les fans attaqueront encore avec leur plus beau argument :

 

Le personnage principal qui est trop génial, avec une profondeur de la mort qui tue.

CE PERSONNAGE EST UN GARY-SUE !

Certes il a un physique banal : MAIS :

Il est un génie bien qu'il prétende le contraire.
Il s'attire un harem.
Il rivalise et surclasse les autres personnages principaux tout en jouant le neutre détâché.
Il règle tous les problèmes de la classe.
Il sauve un personnage en détresse.
Il a des réflexes très aigisés.
Il est détâché

Certes, un twist nous montre qu'il faut se méfier de lui et qu'en réalité il est un manipulateur de classe S.

Et c'est pour ça que je dis que cet animé a le cul entre deux chaises.

Un personnage Mary-Sue ou Gary Sue ne me dérange pas tant que l'auteur connait ce principe et qu'il joue sur les clichés pour nous surprendre.


Et ajoutez à cela : Tous les élements fan service pour maintenir le public essentiellement masculin devant son écran :
: Boobs, culotte, Vue plongeante, l'épisode piscine, vol de culotte ( non je déconne pas, tout un épisode est centré sur un vol de culotte.)


Mais alors pourquoi qu'est ce que j'ai aimé dans cet animé : Un côté sombre et une manipulation par les clichés.

Car finalement, tout ces éléments fan service misent en place avec insistance se brisent sur quelques points :

De temps en temps, l'animé arrive à surprendre comme l'épisode 1 ou l'épisode final qui nous montre un côté sombre vraiment intéressant.
Problème : A chaque fois qu'un personnage montre un côté sombre ou alors qu'un évènement sombre est enclenché, il est de suite désarmorcé par : l'inaction :

Un personnage féminin trop mignon kawai avec une voix trop kawai, bien dessiné ( sous entendu, corps de rêve et poitrine ENORME !) révèle un côté sombre.
Pendant les 12 épisodes j'attendais un approfondissement qui n'est jamais venu. Mais NON !!! Il fallait développer ! Chaque fois qu'un élement SEINEN est dévoilé, l'animé s'arrête et fait trois pas en arrière pour revenir dans l'animé tranche de vie et fan service classique.


Et finalement c'est ça qui sauve Classroom of Elite à mes yeux : Ces quelques rares moments Seinen, ces rares moment où les scénaristes se réveillent et jouent avec les clichés pour tromper le spectacteur. J'ai apprécié ces rares moments mais c'est gâché par tout le reste.
Et bien sûr, la fin est ouverte et une saison 2 est attendue pour résoudre les éléments de l'intrigue.

Seulement...est ce qu'on y aura le droit : Ou n'est ce encore qu'un animé soutient pour le support d'origine....trop tôt pour le dire.

Bref : Si je devais faire un commentaire d'un professeur et que cet animé est un élève : Encouragements : A du potentiel mais se dissipe trop facilement.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
DelayGeek animation (BD-Manga-Comics)

Si vous mettez un fand de DBZ des années 80/90/2000/2010 et que vous leur demandez de faire le kaméhaméha, aucun n'hésitera. C'est le geste le plus culte et la technique que tout le monde connait.

Mais laquelle a votre préférence ?

Bien sûr, cette technique est présente dans preque tous les gros combats, aussi j'ai fait une petite sélection, en VO. Pas facile de trouver le passage en bonne qualité.

Vous avez jusqu'au 15 Août pour faitre votre choix.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
DelayGeek animation (Cinéma)

Il y a certaines saga, qui vous font retourner en enfance. Pour moi, la saga de Dragons de Dreamworks a eu cet effet sur moi. Déjà, un conseil pour ceux qui voudraient s'y lancer : Investissez dans les bluray. Le support ne fera qu'accentuer les détails et vous montrer à quel point c'est flatteur pour la rétine. Les paysages, les détails sur les personnages, les détais sur les dragons, bref, évitez le DVD.

Ensuite, à regarder en VO ou en VF ? Personnellement, je n'ai pas vu les films en VO, je préfère la VF. Pourquoi ? Je la trouve de qualité et surtout, il y a Donald Reignoux et dès qu'il se pointe dans un doublage, la balance penche en sa faveur et celle de la VF. Il se débrouille très très bien. Et les autres doubleurs ne sont pas en reste.

Ensuite, malgré un public cible, ( pré et adolescents ), moi adulte je m'y suis parfaitement retrouvé dans les thèmes : Acception de la différence, tolérence, ouverture. Surtout Harold qui est le héros chétif dans ce milieu viking. Astid, Varek, les jumeaux et Rustik ne sont pas en restes et finalement chacun pourra s'identifier à un membre du groupe.

Vient ensuite les autres personnages qui ont contribués au succès de la saga : Les dragons. Dès le départ avec le livre des dragons consultés par Harold, on dénote différentes espèces, très différentes qui montrent un background très développé malgré le film 1. On devine un univers beaucoup plus vaste.

Et cet univers vaste va s'approfondir avec la série : il 4 saisons de 13 épisodes et toujours en cours.

La série fait le lien entre les films 1 et 2. Et la série n'est pour l'instant pas terminée. Et c'est là que l'univers des dragons, du monde d'Harold va s'approfondir : On va découvrir d'autres espèces, d'autres peuplades et de nouveaux ennemis. Certes, certains épisodes m'ont saoulés. Un peu inutiles mais d'autres m'ont permis de rire et d'autres d'êtres bien émus. Un couple de frère sont les antagonistes de ces 4 saisons. Et ils sont très intéressants.

 

Et le film 2...

Comme vous le voyez, on quitte le début de l'adolescence pour entrer presque dans celui du monde des adultes. Les années passent et notre groupe évolue. Mais bien évidemment, on va plus se concentrer sur Harold et ses problèmes de fils de chef. Alors certes, l'effet de surprise a disparu et on avance, surtout avec la série visualisé auparavant en terrain connut. La surprise viendra de l'approfondissement du monde des dragons aider par...un certain personnage. Celui-ci viendra apporter une nouvelle vision des choses pour Harold et l'apparition d'un ennemi à la vue courte sur les dragons va précipiter les choses. Le 2e films ose un côté plus sombre, avec des thèmes plus durs propre aux mondes des adultes. Et presque un choc pour moi, le thème de la mort s'invite dans un film d'animation, chose pas si commune.

Bref, le public grandit et le film le prend en compte.


Et maintenant, le dernier film. Je ne vais rien dire ici pour éviter de spoilers. Car il y a suffisament de fans qui écument la toile à la recherche du moindre indice : Seul info : Dragon 3 est pour le printemps 2019. Pour les fans comme moi, c'est ce qui s'appelle prendre son mal en patience. Mais malgré ce faits, Dragons est une excellante saga qui parle de l'adolescence et du monde des adultes de manière juste, avec une dose d'humour, de romance mais surtout en faisant rêver avec un background solide et des personnages attachants y compris les dragons.

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
DelayGeek animation (Cinéma)


Et je continue mes visionnages et c'est ma marque, ma passion, les animés tranches de vies. Et celui-ci m'a interessé pour ces 13 épisodes.

Le fil rouge : Accepteriez vous de prendre une pillule qui vous ramènerait à vos 17 ans pour 1 an, pour être un sujet d'observation en vue d'une réinsertion professionnelle ?

C'est ce que va vivre Arata Kaizaki.

Et pour ma part, je classe cet animé en tant que Seinen. Pourquoi. Parce que le héros n'est pas jeune adolescent mais un jeune homme de 27 ans qui galère dans la vie. Qui ne connait que des emplois précaires et qui pène à joindre les deux bouts.

Cet animé a deux visage : Le premier, celui du regard des adultes sur l'adolescence. Car une fois rajeunit, c'est par son regard qu'on redécouvre à la fois l'adolescence et les problèmes, surtout de coeur qui vont avec, mais également sa vie personnelle d'adulte et de salarié : les travers, aussi bien des comportements sociaux au sein de l'école japonaise qu'au sein de l'entreprise. A certains passages, l'animé est fort, il ose parler de sujet tabou comme le sacrifice de soi pour une entreprise, le mépris qu'on suscite chez les autres quand on réussit et si on n'est pas assez fort mentalement.... le suicide quand on perd tout espoir. Des thèmes bien dans le style du Seinen.

Et l'autre visage passe par l'adolescence et sa relative insouciance : les problèmes du quotidien qu'on croit insolubles, les amours naissants, les amitiés, les disputes, bref, tout ces beaux moments qui rendent cette période nostalgique une fois devenu adulte.

Et l'animé s'en sort bien de ce côté là en mélangeant les deux genres. Il n'y pas de grosses révélations, pas de retournements inatendu, juste quelques petites surprises scénaristiques, mais comme les personnages sont facilement identifiables, un peu clichés, on voit les situations arriver très vite sans être vraiment surpris, mais sans se lasser.

L'animé est pour moi un peu court. Sa fin est très très ouverte et aurait mérité un épisode supplémentaire pour conclure non pas la vie de notre héros mais ses relations.  Mais je ne peux que le vous conseiller. Vous passerez un bon moment, moi j'ai apprécié, dévorant Relife en une après midi, passant du rire à l'émotion assez facilement.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
DelayGeek animation (BD-Manga-Comics)

Aujourd'hui on va parler de mangas. Ouaip cela fait longtemps. Il faut dire qu'avec le temps, je me suis pris de passion pour un style : le manga "tranche de vie".

Moi à présent, il en faut beaucoup pour m'impressionner, pour me donner le frisson de plaisir. Aussi, les shonen de base style fairy tail ou one piece....cela va 5 minutes.

Oui vous avez bien lu. J'ose dire que One Piece ne procure qu'un vague sentiment d'intérêt pour moi. Et j'assume.

Donc aujourd'hui on va parler d'un manga tranche de vie, un shojo seinen.

Et là je suis sûr que vous avez bloqué. Comment on peut mettre en commun le manga mature pour adulte qu'est le genre Seinen et le shojo, histoires surtout destinées à un public d'adolescentes....

Oui parce que pour beaucoup, le shojo c'est ça :

Oui je sais c'est cliché mais c'est tellement bon.

Bon à présent : parlons de Détenu 042.

Titre : Détenu 042 (o-shi-ni)
Auteur : Yua Kotegawa
Éditeur japonais : Shûeisha
Éditeur français : Kana
Nombre de tomes : 5

Ce mangas a 10 ans et bien sûr, Kana a décidé en 2011 de stopper sa publication.

Alors certes, l'Histoire est presque mièvre. Cela pleure pour un rien, il y a des fleurs qui sont dessinées lors de scènes touchantes, pas mal de personnages, même masculins sont efféminés, mais les mecs passez au delà de ces clichés.

Car l'histoire soulève de vraies questions : Que feriez vous si dans votre pays, la condamnation à mort existait toujours et que dans votre école un détenu condamné à la peine capitale était inséré pour voir s'il est vraiment un monstre asocial ou un simple être humain qui a commis un acte répréhensible ? Sachant qu'une puce pouvant exploser en cas de pulsions meurtrières a été implantée dans ce dit détenu.

Voilà le fil rouge qui va parcourir ces 5 tomes. Et les questionnements sont pertinents autant que les réflexions que pour les personnages. Certains développeront de l'empatis autour du détenu inséré, d'autres de la haine, d'autres le verront comme une simple expérience.

Mais là où le mangas fait très fort c'est qu'en peu de tome, une vraie sympathie se développe pour un homme qui a pourtant tué. Au point que certains verront ses surveillants et le système judicaire comme injuste et excessifs.

Et le final, bon sang le final. Je ne peux en réveler car c'est tout l'intérêt de cette histoire. La mangaka prend le lecteur à contrepied en proposant une fin surprenante et touchante.

Voilà, j'espère vous avoir donné envi de le trouver en occasion. N'hésitez pas à laisser un commentaire sans trop spoualer.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
DelayGeek animation (BD-Manga-Comics)

 Bon sang, presque 20 ans de patience !! 

Et ce mois-ci, ma femme et moi avons enfin réussi à réunir les 20 ghibli !!

Il faut savoir, que cette histoire a débuté en Janvier 2000 pour la réédition en DVD des Ghibli. Et c'est quelques mois plus tard que j'acquis en kiosque, Princesse Mononoke.

C'était le mois de mon anniversaire et je me souviens parfaitement : La caissière avait plié un fascicule et avait zappé de scanner Princesse Mononoke. Du coup, je l'ai eu gratuitement. Un beau cadeau.

Puis le retour en grâce c'est confirmé. Chihiro, je l'ai vu au cinéma. Laputa et Kiki ont rejoint ma collection le mois où ils sortaient en DVD. Et puis, plus rien.

Enfin, si, regardez bien, je possède une version import de Porco Rosso. Pourquoi ? Parce qu'à l'époque l'édition de Porco Rosso se faisait trop attendre. Et un magasin à Strasbourg, le regretté, Kaobang avait mis la main sur des versions en import car la VF était deçu. Pourquoi me direz vous : A cause de la star Jean Reno qui a une sacré réputation au Japon.

Puis plus rien jusqu'en 2007 où j'ai rencontré mon épouse. Elle a rajouté à la collection Totoro, le royaume des chats qu'elle possédait déjà.

Puis ensemble nous avons patiemment acheté les suivants. Attendant les vidages de stocks dans les grandes surfaces, les cash, où en les recevant en cadeau comme les derniers.

Certains sont inoubliables, d'autres sont passables et nous ont déçu.

Alors, certains se demandent peut-être, pourquoi j'ai marqué "presque achevé" dans le titre. Certes nous les avons tous. Mais à présent, on va chercher à les remplacer en blu-ray. Certains d'entres eux comme mononoke, font parti des premiers dvd édités et un remplacement est prévu dès que l'occasion se présentera.

Malgré tout, on est un peu triste. Car, c'est terminé. Officiellement, aucun nouveau ghibli est en cours et vue la mentalité et les tensions de Miyazaki père  avec son fils, on a des doutes, ma femme et moi quant à la survie du studio dans les années à venir.

Malgré tout, quelle fièreté d'avoir pu acquérir ces chefs d'oeuvre.

 

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
DelayGeek animation (BD-Manga-Comics)

Quand vous avez une certaine culture en matière d'animé, que vous connaissez ce qui vous fait triper, vous devenez très exigeant. Exigeant en terme de thèmes abordés, de ficelles narratives. Re:Zero kara Hajimeru Isekai Seikatsu que je vais raccourcir par Re : Zero m'a d'abord laissé complètement indifférent avec son synopis : Pourquoi ? Parce qu'un personnage, transporté dans un monde fantasy, j'ai déjà entendu ce procédé narratif, souvent, trop souvent. Mais....un pianiste sur le web, jouait les morceaux de Re Zero et je les trouvais magnifiques. Et en y regardant à deux fois, le design des personnages était plaisant. 

Il y avait donc suffisament de critères pour reconsidérer mon avis. Alors je me suis lancé. Au départ, le héros donc, natsuki subaru a 18 ans. Moi j'en ai 30. Je ne pouvais donc pas m'identifier au départ. Surtout qu'une fois transporté dans ce monde, ses premiers actes sont clichés : Il nous débale tous les stéréotypes des situations vécus dans un rpg. La belle héroïne qui débarque et qui le sauve...une sympathie qui se tisse dès lors. Je rongeais mon frein. Ca commençait très mal. Il manquait plus qu'une situation Ecchi et hop, on tombait dans l'animé bas de gamme. Pourtant, j'ai insité, séduit par la qualité de l'animation et du travail des doubleurs. Et puis, la première mort arrive. Et d'un coup, l'animé change de cible. On est plus dans un shônen médiéval fantastic avec de noble sentiments. Non, on tombe dans le seinen, avec des morts violentes, dures, atroces.

Et le héros y passe comme une merde. Sous sa grande gueule se cache un bleu qui ne sait pas se battre, qui est très vite dépassé par les évènements.

Et là, son pouvoir se déclence. Il retourne au dernier check point. Il n'a rien oublié, mais le reste du monde si. Tout est à refaire. Et rien qu'avec cette dernière phrase, l'animé avait marqué suffisament de points pour que je le matte jusqu'à la fin. 

Car : Natsuki Subaru est un héros nul. Il n'a aucun don, il n'est pas un élu, il est juste un personnage masculin lambda avec une particularité. D'ailleurs celui qui le décrit le mieux est bien l'antagoniste du premier arc. C'est un novice dans tous les domaines. Alors, certes, il tombe amoureux de l'héroïne, Emilia. Elle aussi au passage est un cliché : Belle, particulière, élue, possédant des faccultés magiques badass. Et on sait que tous les épisodes qui vont suivre seront des tentatives de rapprochement entre Subaru et Emilia.

Pourtant, l'univers est dense, on sent un vrai background bien construit et il en sort une cohérence savoureuse.

 

L'animé se découpe en 3 arcs où à chaque fois, l'objectif pour Subaru sera de plus en plus complexe à déjouer, le poussant dans ses derniers retranchements. Certains chemins le mèneront dans la folie pure et simple. D'autres le rendront audieux et prétentieux à lui en foutre des coups de boules. Tous les persos autour sont d'une tolérence incroyable....enfin...pas tous.

Et c'est là que l'animé se dégage du lot : Les personnages secondaires sont plus intéressants que le héros lui même.

Un exemple : Le royaume est sans roi. Cinq femmes sont prétendantes au trônes. Au premier abord, elles sont des clichés : La militaire, la noble, la femme d'affaire, la paria, la fille du peuple. Mais quand pour un évènement précis, Subaru viendra quérir leur aide, elles révèleront une complexité, même des penchants manipulatrices insoupsonnés.

Subaru passera par tous les états : De l'état de héros dominant à l'état de sous merde impuissante. Et je ne parle même pas des jumelles. Ces deux personnages sont le centre de l'intrigue du deuxième arc. Et j'ai retrouvé ce frisson de plaisir mêlé à de la gêne quand la folie s'emparait des personnages. Elles devenaient sadiques, implacables. Une situation que certains connaissent peut être s'ils ont mater : Higurashi no naku koro ni

Par contre, au bout de ces 25 épisodes on arrivé à la fin. Mais la fin d'un animé où la fin d'une partie ? Je suis perplexe : Car en soit, l'animé peut s'arrêter là. Il reste des péripéties mais le héros a réussi son objectif : Il est ressortit grandit de toutes ces aventures, il a déclaré sa flamme. Et il est au côté de celle pour qui il éprouve son amour. Mais en même temps, on ne sait rien du pourquoi de son pouvoir. Pourquoi est-il dôté de cette facculté ? Les révélations faites par les personnages secondaires au cours des 25 épisodes laissent à penser que quelque chose de plus gros se prépare. Aucune candidate n'a été désignée pour le trône. Et c'est un défaut que je peux relever de l'animé. Celui-ci sème des sous intrigues tout du long mais ne les résout pas. Et ne me sortez pas, cher lecteur, l'argument du : "T'as qu'à lire la suite sur papier." Non. l'animé doit se suffire en lui même. S'il n'y réponds pas c'est comme d'habitude : Au fan de s'imaginer la suite et c'est tout. Soit c'est les bases pour une suite.

En tout cas, je conseille cet animé. Il est bon, très bon même par moment. Mais malgré toute ces qualités, il me laisse sur ma faim et comme beaucoup je déclare : A quant la suite, preuve indéniable de ses qualités malgré tout. Car quand on refuse de sortir de l'univers proposé, c'est que l'animé a à mes yeux de très bonnes bases.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Édito

 

Aujourd'hui, j'ai 30 ans et la boulimie d'accumulation compulsive d'achat de médias en tout genre en masse est terminée. Maintenant je revends pour ne garder que les meilleurs crus et pouvoir vous en parler avec joie !

Dans ce blog vous trouverez :

- "Les tests" : Ils sont jamais en rapport avec l'actualité mais bien souvent je fais ressurgir du passé des jeux depuis longtemps délaissés.

-Delaygeek : Ma rubrique. Là où je parle de tous les attraits de la vie d'un delaygeek

-Les récits : Je parle de tout et n'importe quoi.

-Nostalgie : Tout ce qui a attrait à mon enfance se retrouvera ici.

-Musique : Le jeu vidéo c'est aussi des musiques grandioses. Il faut en parler.

-Japanimation : Tout ce qui touche de près ou de loin à la culture mangas sera traité ici.

 

Archives

Favoris