Le journal du Delaygeek.

Le journal du Delaygeek.

Par Thibault de Mondidier Blog créé le 16/04/10 Mis à jour le 22/09/17 à 07h13

Je ne suis pas un joueur comme les autres. Je suis un delaygeek. Je découvre des jeux, les films, les animés, les livres que vous avez fini depuis des mois toujours en occasion mais toujours avec passion comme tout bon Geek.

Ajouter aux favoris

Catégorie : récits

Signaler
récits (Jeu vidéo)

Il y a certaines pratiques honteuses dans le jeu vidéo. Toutefois, je suis étonné que le cinéma ne copie pas ce genre de pratiques. Cela leur ferait bien plus de pépètes.

Voyons voir :

Etape 1 : On annonce le film.

Alors, calquons les pratiques du jeu vidéo : Bonus de précommande pour le jour J. On parle ici de la sortie cinéma : Dans le monde du jeu vidéo, on a le droit à des DLC d'armures, armes, personnages supplémentaires, tenues. Donc si on applique cela au cinéma : Une place de cinéma sans gamin à côté, devant, derrière.  Une réduction sur le pop corn, une petite boisson offerte, un object collector débile pour le remerciement.

Etape 2 : La sortie du film.

Le patch day one. Le bugs non corrigés, la différence de prix selon votre lieu d'achat.

Donc, au cinéma, on aurait un film pas finit, avec des erreurs de montages, des scènes supplémentaires non supprimées. Mais comme on a payé, au début du film un ingénieur viendra corriger les défauts.

Ensuite, en fonction de là où vous vivez et de votre accès, le film coutera plus ou moins cher en fonction du cinéma. Si vous allez dans le petit cinéma de quartier vous payerez 15 euros la place et si vous allez dans le grand complexe cinéma, vous payerez moins cher.

Etape 3 : Rentabiliser le film sur le temps long.

Le patch 1 mois plus tard : Le film s'est vu et l'équipe du film constate les retours plus ou moins négatifs. : Ils proposent donc une nouvelle version corrigée pour répondre aux attentes. On a donc un film plus beau, plus fluide, parfois même différent de la première version. Et s'ils ont des couilles, ils refont payer une troisième fois.

Puis 3 mois plus tard, une extension du film sort, un rajout pour rallonger l'aventure, prolonger le plaisir. Un petit supplément à payer mais rien à comparer avec le plaisir de l'oeuvre.

Ajoutez à cela des langues manquantes si c'est un film à petit budget, donc pas de localisation française, parce que doubler et mettre des sous titres cela coûte cher, vous aurez donc votre film original avec sous titre anglais ou japonais.

 

Etape 4 : Raviver la flamme :

Bon ça ils le font déjà, rééditer régulièrement le film au cinéma et dans le commerce avec des versions director's cut ultimate collector avec une goodies qui rend la version unique à un prix exhorbitant et en nombre limité pour faire décoller les prix.

 

On est d'accord, tout cela serait absurde. Honteux, indigne du 7e art. Alors pourquoi tant de monde le tolère dans le secteur du jeu vidéo. On dit souvent que le cinéma et le jeu vidéo ont beaucoup de points communs ? Alors pourquoi la majorité tolère des pratiques qu'elle refuserait de voir appliquer ailleurs ?

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
récits (Jeu vidéo)

Assassin's Creed 2007
11,2

Assassins's Creed 2 2009
10,96

Assassin's Creed Brotherhood 2010
6,8

Assassin's Creed Revelations 2011
9,1

Assassin's Creed 3+Libération 2012
13,11

Assassin's Creed IV 2013
7,57

Assassin's Creed Rogue 2014
1,75

Assassin's Creed Unity 2014
6,44

Assassin's Creed Syndicate 2015

2.19

source

On parle à chaque fois de millions d'exemplaires pour chaque opus ci-dessus.

Cette série qui pourtant était un des grands succès de la précédente génération, elle reste pour moi représentative du pourrissement d'une certaine partie du jeu vidéo.

En effet, regardez les chiffres : La saga est entrain de mourir à petit feu et il se peut qu'on soit plus proche de la fin plutôt que d'une renaissance comme nous le promettent les développeurs années après années.

Pourtant, l'ancienne recette marchait à merveille.
Regardez les 3 premiers opus et excluez Brotherhood et Revelations.



C'est une croissance  et un succès croissant !



Le deuxième se vendant un peu moins que le premier mais il franchissant sans problème la barre des 10 millions d'exemplaires ! Alors certes avec le 3 je compte son addon mais sans elle, Assassin's Creed 3 s'est vendu à 12 millions d'exemplaires, plus que le premier.

Et après ça, les chiffres le mettent bien en relief, c'est l'écoeurement. On a le droit à une cadence infernale, 1 jeu par an depuis Assassin's Creed Brotherhood.

Cette saga est symptomatique de ce que devient le jeu vidéo : Un produit de consommation de masse, à faible rejouabilité dont l'espérance de vie ne dépasse pas 2 mois avant de subir les déflations de prix.

Déjà Assassin's Creed 2 avait fait fort : Des chapitres de l'histoire en DLC, on passait du chapitre 11 à 13 et on payait pour savoir ce qui s'est passé entre. Deux chapitres dispensables à l'époque soit disant.
Ensuite on fait ce qu'on veut pour cette série tant que cela rapporte de l'argent : La tendance est au multi, on met du multi. Les gens veulent plus d'Assassin's Creed, on leur vend du DLC, de l'extension d'aventure avec Libération ou le prix de la liberté. On aime les jeux connectés, on rajoute des mini jeux à connection internet obligatoire.

Bref on se sert d'un succès pour traire les fans jusqu'à plus soif. Et au vue des chiffres, on a plus soif. Il n'y a qu'à regarder la misère qu'a été Assassin's Creed Rogue : Le pire chiffre de vente en 7 ans.

A mes yeux, cette série représente tout ce qu'il a de mauvais. L'histoire dans le monde réel est chiante ? On la supprime, la grande histoire qui était le fil rouge des 3 premiers et le fil conducteur avec les divinités s'embourbent ? On la supprime.

Et le pire est atteint dans unity à mes yeux : Pour améliorer le confort du jeu, on propose des coffres payant pour augmenter son inventaire d'items rares mais payant !!

Les innovations entre les différents opus deviennent minimes et surtout, grâce aux consoles connectés, on peut se permettre de le patcher dès que quelque chose ne va pas. Pourvu que le jeu se vende bien pendant les 2 mois prévus par les actionnaires et c'est bon.

Annecdocte : Pour Unity le premier patch visait à améliorer les micro transactions dans le jeu avant de corriger les grands bugs du jeu  !

Car il suffit de regarder les chiffres : C'est une croissance irrégulière. Mais visiblement elle est suffisante pour être rentable. La preuve, Assassin's Creed Syndicate est annoncé en grande pompe pour la fin d'année.

Pour ma part, j'ai complètement décroché de cette série. C'est pire qu'un jeu pop corn. Car un Uncharted, on peut prendre du plaisir à rejouer une partie. Mais pour Assassin's Creed, l'expérience du jeu est tellement simplifiée, le background de plus en plus léger et surtout cette cadence infenale a fait que le dernier qui m'a marqué était le Black Flag car j'ai totalement adoré l'univers de la piraterie.

Et surtout, ce qui faisait la force à mes yeux des deux premiers : L'implication de personnages fictifs dans la Grande Histoire de l'Humanité disparait petit à petit et n'est plus qu'un prétexte pour modéliser un univers dans l'époque donnée.

Imaginez : Pour Assassin's Creed Unity : La révolution est devenue ce qu'elle est car d'abord les assassins ont soutenu Robespierre pour ses idées et les Templiers ont amenée Napoléon au pouvoir qui dans l'Histoire a failli unifier l'Europe par la force et le sang. Qu'est ce que cela aurait été bon ! La Grande Histoire influencée par le complot Assassin/Templier. Mais visiblement ce n'est plus à l'ordre du jour.

Donc à mes yeux, le Credo ne vit plus. Les markéteux ont réussi avec cette série à la pourir en l'abaissant au niveau d'une simple série télé à la production infernale et tant que le chiffre est atteint avec le minimum syndical, on continue l'année suivante. Et le pire, c'est que pour l'instant, ça marche.

Joueur, êtes vous dépendant à la même soupe fadasse qu'on vous sert d'année en année ? Vous l'aimez tant que ça ? Vous pestez sur ses défauts, mais l'année suivante vous avez encore l'espoir que la même recette soit meilleur sachant que c'est les mêmes chefs qui la prépare depuis 8 ans maintenant ??

 

Actualisation : Septembre 2016

 

Je reviens sur cet article presque un an plus tard. Et les choses ont bien changé. Déjà, j'ai ajouté les chiffres pour l'épisode Syndicate : A peine plus de deux millions d'exemplaires. Il a à peine fait mieux que "Rogue". On est bien loin des chiffres incroyables des opus précédents. Et aux USA, Syndicate n'a pas dépassé le million ( 790 000 copies )

Pour moi la Saga est arrivé dans une impasse.

La preuve, en Novembre va ressortir une compilation de la saga Ezio. Si c'est pas une preuve que la saga va mal ?

Les opus en 2D ont été décrié pour leur mauvais gameplay alors qu'il proposait enfin de sortir de la vision classique. Mais ils ont vite été oublié.

Sortie intensive, annuelle, sans de réelles évolution. Quand j'ai vu les tests de Syndicate je n'étais même pas motivé pour l'acheter tellement j'avais l'impression de jouer encore à la même chose : Libérer une ville de l'influence de templiers ? Désolé mais je l'ai déjà fait avec la saga d'Ezio. L'univers Londonien ne m'attire pas déjà des masses alors si en plus les évolutions sont minimes...

Mais remarquez maintenant comment le silence c'est fait. A l'E3 pas une annonce, rien sur un prochain AC.

La saga a réussi un tour de force : Passer de saga aimé et appréciée à une saga banale qu'on fuit.

Alors que reste-t-il à faire ?

Cela semble évident : Un reboot. Grâce à la saga d'Ezio et d'Altaïr, on a suffisament de background  pour faire marche arrière et partir dans des périodes anciennes voir très anciennes comme l'Antiquité, comme c'est annoncé. Pouvoir partir dans d'autres pays comme l'on suggéré les épisodes en 2D était une bonne idée, mais la saga assassin's creed a crée un standard dont on ne peut modifier les bases :

Ce sont des jeux avec déjà une base historique fournit : Si l'éditeur et les développeurs bâclent cet aspect, ce n'est plus un AC.

Un travail de modélisation au petit oignon : J'ai visité Venise et je peux vous dire que le trip était énorme de voir à quel point les rues sont exactes et précises dans la version d'AC2

Un héros ? : Pour ma part, laissez tomber : laisser nous crée un avatar qui lui va cotôyer les plus grands de ce monde. Un assassin au côté de Jules César, D'Alexandre, de Platon, de Cléopâtre, d'Octave, la joie !  

La saga est à un tournant et je pense qu'en 2017 nous aurons des nouvelles. Mais cette fois, le droit à l'erreur n'est plus permis. Un autre AC style Syndicate en version PS4 et ONE ne passera pas.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
récits (Jeu vidéo)

Alors, nous arrivons mi-2016 et nous sommes à la veille des grandes vacances.

Traditionnellement une période que je déteste : Tout tourne au ralenti et les jeux vidéos ne font pas exception.

Alors qu'attendre de mon loisir ?

Pour ma part, après l'E3 j'ai quelques ressentis que je veux vous faire partager :

Pour playstation : Je ne regrette pas d'avoir attendu pour la PS4 : De ce que j'ai compri, la version néo boustera les jeux de PS4, sera à un prix peu différent que ceux de la PS4 actuelle.

La prendre ? Tout dépendra des J-RPG proposés et de ses exclusivités.

Un Tales Of de qualité, les rémasters de PS3 qui s'accumulent. Bref, des arguments qui se font de plus en plus nombreux.

Pour la VR ? Pas intéressé pour l'instant on verra si les éditeurs vont suivre.

Pour Microsoft : C'est avec la Xbox one que j'ai commencé la Next Gen et je pense continuer avec elle pour les jeux multi supports : Les jeux que j'attends : Tous les Telltale, Banner Saga 2 traduit, FFXV, tous ces jeux seront disponibles sur la Xbox One.

Par contre, la Scorpio ? Hors de question pour l'instant. On ne sait pas grand chose et c'est pas dans mon petit salon que je vais en profiter ajoutez à cela que j'ai pas d'écran 4k. Cela ne me sert pas. Si je plonge dans la 4k ce sera quand elle sera démocratisé et facile d'accès.


Pour Nintendo : Depuis la Wii je n'attends plus grand chose pour la console de salon. Par contre pour la DS, il y a de bons J-RPG, tactics qui me font de l'oeil. J'ai résisté en pensant abandonner définitivement les consoles portables mais je suis revenu sur mon avis et je risque de replonger. Les fire Emblem risquent de venir grossir ma collection et beaucoup de J-RPG portable que j'ai loupé...


Mais finalement, jusqu'au début 2017, ce sera relativement calme pour moi. Et malgré le très alléchant battlefield qui touche ma fibre de fans de jeux historique, ma liste de jeux à acquérir reste courte :

Banner Saga 2

FF XV

Walking Dead Saison 3.

Et plus lointain, s'il est vraiment différent : Tales of Berseria.

Et pour 2017 : Mass Effect Andromeda, le prochain Assassin's Creed s'il tient ses promesses, et le prochain Dragon age.

Pour une fois, mon portefeuillle sera relativement peu solicité mais prudence.

Et pour vous ? La fin d'année 2016 sera chargée ou pas ?

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
récits (Jeu vidéo)

Petit rappel : Les vrais évènements historiques sont en bleu, en noir le récit de partie. Mes sources restent identique par rapport aux articles précédents.

 

"C'était une belle victoire monsieur Thibault de Mondidier."
"Je vous remercie votre majesté."
"Votre discrétion fait que la victoire Suédois rejaillit sur mon nom. Vous avez tenu parole et
malgré les mécontentements de l'année blanche que vous avez fait subir à l'administration, j'ai
sur convaincre le conseil de la pertinence de vos choix..
"Merci votre majesté."
"J'aimerai également que mon fils vous seconde. Je pense que les réformes à venir vont être très enrichissante."

En effet, le fils du roi et même passons les années suivante à réformer le pays.
En 1852 au grand étonnement des libéraux, j'instaure avec l'aval du roi la liberté totale de la presse.
Et en fin d'année, pour remercier le peuple de son effort, les impôts pour les pauvres passent de 67 à 62 %. Le budget de la recherche est suffisant pour payer les ingénieurs qui apportent innovations sur innovation. L'appareil de l'Etat se modernise et les impôts sont de plus en plus réguliers, précis et rapportent des sommes qui nous permettent de dégager un excédent.

Comme nous sommes un royaume interventioniste, c'est l'Etat qui développe le réseau naissant de chemin de fer.

En 1853, la baisse d'impôt continue passant de 62 à 57 %. Les libéraux me considèrent comme l'un des leurs et observent que les réformes vont dans leur sens. Pourtant à nos frontières, la même année éclate la guerre de Crimée. L'Europe vient en aide à l'empire Ottoman en combattant la Russie.

Mes informateurs sur le terrain m'informent que la révolte gronde dans les campagnes Russe. Les provinces finlandaises sont un fruit presque mur. Mais il n'est pas le temps d'entrer en guerre. Par contre, les ambassadeurs oeuvrent surtout au Danemark et aussi en Europe pour que la Suède conserve une bonne image. L'Alliance entre le Danemark et la Suède est reconduite.

Un matin, de 1854, je reçois un ambassadeur Russe. Et celui-ci m'apporte une bonne nouvelle : En remerciement de notre neutralité, la Russie nous garantie l'indépendance de nos territoires.


1854 : Les Juifs sont autorisés à s’installer où ils le souhaitent en Suède. La législation douanière est réformée et la distillation domestique est strictement prohibée. La France et l’Angleterre déclarent la guerre à la Russie pour secourir l’Empire ottoman que le tsar Nicolas Ier menace en mer Noire. La Suède espère en profiter pour récupérer les territoires perdus en 1809.
21 novembre 1855 : Un traité d’alliance est signé avec la France et l’Angleterre, qui garantit l’intégrité du territoire suédois face aux menaces russes.

La suède remonte la pente et je continue de remercier le peuple. En 1856, contre l'avis des conservateurs, le suffrage universel pour élire les représentants du gouvernements est adopté. Les libéraux acceptent donc le maintien d'une taxe commerciale et d'une politique protectioniste et interventioniste de l'état. Et une nouvelle admirable arrive : Des étudiants pour la création d'une grande scandinavie manifeste dans la capitale. Le peuple est prêt.

Mais une nouvelle vient ternir le tout. Un ami, le roi Oscar est mort et son fils lui succède. Voyons qui était-il.

Titré duc de Scanie à sa naissance, le prince royal fut brièvement vice-roi de Norvège entre 1856 et 1857. Il devint régent le 25 septembre 1857, et roi à la mort de son père le 8 juillet 1859.Son règne est marqué par ses réformes visionnaires. Les actuelles loi communale (1862), loi ecclésiastique (1863) et loi criminelle (1864) ont été rédigées de façon appropriée sous la direction d'un roi dont la devise était : Land skall med lag byggas - « La loi doit bâtir le pays ». Charles a également soutenu Louis De Geer de façon remarquable afin de mener à bien sa mémorable réforme du Riksdag en 1866.

Charles était également un ardent partisan du scandinavisme. Sa politique de solidarité entre les trois royaumes du nord, son étroite amitié avec Frédéric VII de Danemark, l'auraient mené, dit-on, à promettre à demi-mot d'aider le Danemark à la veille de la guerre de 1864, ce qui, dans les circonstances, était peut-être trompeur et injustifiable. Néanmoins, vu l'impréparation de l'armée suédoise et les difficultés liées à la situation, Charles a été forcé d'observer une stricte neutralité. Il est décédé à Malmö le 18 septembre 1872.

Charles XV était très doué dans plusieurs domaines. Il a acquis une certaine réputation en tant que peintre et ses poèmes montrent un certain talent dans ce domaine. Son frère Oscar II lui a succédé sur les deux trônes de Norvège et de Suède.

 



Mais je n'ai pas oublié mon but premier. Grâce à ces 10 ans de prospérité, la population de la Suède a augmenté et la conscription passe à 250 000 hommes. L'union scandinave est à portée de main et encore une fois c'est la seconde guerre Prusso-Danoise qui va me fournir l'occasion.

Mais cette fois, finit la douce suède et le roi l'a bien compris. C'est lui qui charge les ambassadeurs de la mission : La Suède honnorera son alliance à une condition : En cas de victoire, la Scandinavie sera crée sous l'égide de la Suède. Le Dannemark prit à la gorge accepte.

 

 


la Prusse mené par Bismark est puissante mais encore une fois, l'armée n'est pas unifiée et cette fois c'est 250 000 hommes qui fondent sur la capitale berlinoise. Nous procédons à la même tactique  15 ans plus tôt. Sauf que cette fois c'est les Suédois menée par leur roi qui ouvrent la marche. Mais nous sommes malins. C'est les Danois qui négocient la paix. Un statu quo est signé car Berlin encore une fois est prise. Une paix blanche sans annexion est signée. Et une fois la guerre avec la Prusse achevée, le roi Danois, au côté du roi Suédois et des représentants de la Norvège signé la renaissance de l'union de Kalmar en 1863 à l'étonnement de l'Europe entière.



Autre évènement incroyable. Deux ans plus tard, la Russie débordée par la révolte populaire a laissé les finlandais proclamer leur indépendance. Une réunion rapide est faite.

"Messieurs, je demande votre accord pour une dernière guerre européenne."
"Contre la finlande ?" déclare le roi.
"Bien sûr. Le pays est isolé, la Russie inactive. c'est la seule occasion."
"Mais déclencher un conflit risque de mécontenter nos voisins ?"
"Nous récupérons nos terres et le vice roi Thibault de Mondidier s'en chargera. Il a assez prouvé
sa valeur à notre nation. Grâce à lui et à moi, on a réussi à réunifier les provinces du Nord de l'Europe et grâce à la diplomatie, l'Europe ne trouve rien à redire. Thibault de Mondidier, je veux une guerre rapide."

Cette guerre que je pensais facile m'aura couté deux ans et des dettes abyssales. Mais le fait est qu'en 1865 la finlande est réunifiée à la scandinavie. Un nouveau poste de vice roi est crée. Ainsi  un quatuor exerce le pouvoir avec la Suède en tête.



Toutefois, il reste deux questions en suspend : Le Slesvig et la Finlande . Mes espions m'apportent que le jeu des alliances germaniques a isolé la région. Sans réfléchir, les troupes danoises fondent vers le Sud et s'emparent définitivement du duché en 1868.

Il faudra près de 5 ans pour éponger les dettes mais en 1872, soit un an après l'unification prusienne, la Scandinavie retrouve un budget excédentaire. Mais pendant 5 ans, aucune innovation n'est sortie des usines suédoise. Et une chose m'inquiète....malgré une économie en bonne santé, le fait que la population scandinave est passé de 6 à 20 millions d'habitants, nous restons un nain économique. Il nous faut des rentrées substantiels d'argent....mais les grandes puissances sont déjà entrain de coloniser le monde.

 
Il reste une carte à jouer. L'Asie. Et malgré les réformes des deux chambres, l'ensemble du peuple nous soutient moi et le nouveau roi. Nous partageons d'ailleurs la même vision. Mais il mérite un petit développement : Oscar II

Il devient roi de Suède le 18 septembre 1872, après la mort de son frère Charles, puis est couronné roi de Norvège le 18 juillet 1873 dans la cathédrale de Trondheim. Lors de son accession au trône, il adopte la devise suivante: Le bien-être des peuples frères. Alors que le roi et la cour résidaient essentiellement en Suède, il fait l'effort d'apprendre le norvégien au point de le parler couramment et réalise dès le début les difficultés qu'il y a à maintenir l'union des deux pays.

Son règne est marqué par la rupture de l'union personnelle entre la Suède et la Norvège, en juin 1905.

Parmi ses descendants directs, on compte la famille royale suédoise, la famille royale danoise, la famille royale norvégienne, la famille royale belge et la famille grand-ducale luxembourgeoise.

Passionné de littérature et de musique, il publia des romans historiques et des traductions.

Boni de Castellane rapporte avoir rencontré chez la comtesse Edmond de Pourtalès le roi Oscar II et l'avoir pris pour Paul Déroulède tant il lui ressemblait.

Il est le premier roi de Suède dont l'effigie est apparue sur un timbre-poste suédois en 1885.

Ayant eu ses yeux soignés par l'oculiste William Wilde, il le remercia en devenant le parrain de son deuxième fils, d'où le prénom original d'Oscar donné au futur dandy.


30 mars 1856 : Traité de Paris entre la France et la Russie : le tsar s’engage à démilitariser l’archipel d’Aland. Les Suédois sont déçus de ne pas obtenir plus.
Mars 1857 : Oscar Ier propose une alliance au Danemark, et s’engage à le soutenir contre la Prusse. Aucun accord n’est trouvé.
Septembre 1857 : Gravement malade, le roi doit se retirer. Son fils Charles assure la régence.
1858 : Louis Gerhard de Geer est nommé Premier ministre. Le monopole de l’Eglise de Suède est remis en question.
8 juillet 1859 : Mort d’Oscar. Son fils monte sur le trône sous le nom de Charles XV.
1860 : Le Riksdag rejette une proposition royale visant à supprimer la fonction de vice-roi gouverneur de Norvège. Les Norvégiens sont furieux.
1862 : Inauguration de la liaison ferroviaire Stockholm- Göteborg. La modernisation progressive des infrastructures de transport permet le décollage économique de la Suède. Les exportations de minerai de fer et de pâte à papier augmentent régulièrement jusqu’en 1900. Une classe ouvrière se constitue, et commence à faire entendre ses revendications.
22 juillet 1863 : Après l’annexion du Sleswig par le Danemark, Charles XV rencontre à Skodsberg son homologue danois. La Suède accepte de soutenir ses voisins en cas de guerre contre la Prusse, à condition toutefois que la France et l’Angleterre interviennent elles aussi. Le gouvernement suédois manifeste son scepticisme.
Février 1864 : Les troupes de la Confédération germanique pénètrent au Danemark. La Suède n’intervient pas. Les Danois doivent céder le Sleswig et le Holstein. C’est un échec évident de l’idée « panscandinave ».
7 décembre 1865 : Le Riksdag accepte un projet de réforme prévoyant la mise en place de deux chambres désignées par le suffrage national et non plus par un vote par ordre. La Chambre basse est élue au suffrage censitaire direct ; la Chambre haute, au suffrage indirect. Le droit de vote est fixé à vingt-et-un ans. Des manifestations de joie saluent cette décision.
1867 : Première réunion du nouveau Riksdag. L’aristocratie domine la Chambre haute, le parti paysan la Chambre basse.
1868 : A la suite de mauvaises récoltes, la Suède connaît une famine sévère. 150 000 Suédois quitteront le pays au cours des années suivantes ; 20 000 Suédois s’établissent aux Etats-Unis, dans le Minnesota.
Juin 1870 : Démission du Premier ministre De Geer. Il est remplacé par Axel Adlercreutz.
1872 : Le Riksdag supprime la possibilité d’achat d’un remplaçant pour les conscrits. Après plusieurs années de débats passionnés, le parti agrarien parvient à empêcher la mise en place d’un véritable service militaire. L’enjeu est important car cela signifie le choix d’une politique de paix impliquant l’établissement de relations amicales avec l’Allemagne et le Russie, deux puissances qui ont pu apparaître menaçantes pour la Suède (après l’annexion du Schlesvig et du Holstein et du Lauenbourg par l’Allemagne à l’issue de la « guerre des duchés » de 1864, et raison de l’annexion de fait de la Finlande par la Russie sous le règne du tsar Alexandre Ier)
18 septembre 1872 : Mort de Charles XV. Son frère Oscar II lui succède. Plutôt conservateur, celui-ci se révélera posé et compétent.

Comme vous pouvez le voir, l'idée scandinave a réussi là où l'histoire a échoué. D'autant plus que dans le jeu, ni la France, ni l'Angleterre n'ont participé. C'est grâce à la conscription que j'ai pu mener à bien l'idée scandinave. Remarquez donc que le jeu a pris en compte les événements historiques en allant plus loin si les bons paramètres étaient réunis.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
récits (Jeu vidéo)

En 1844, je me fais convoquer par le conseil. En quelques années, j'avais parfaitement maîtrisé le Suédois. Je parlais donc dans leur langue.

"Vous avez fait du bon travail. Mon père sur son lit de mort m'a transmis cette lettre. Il souhaitait  la reconduite de votre charge. Mais comme je deviens roi, je souhaite faire de vous le vice roi de Suède et Norvège."

Je regardais les visages des membres du conseils.

"Même si nous sommes dans un organe restreint et que les chambres vont ratifier votre décision, je soumets  cette proposition à un vote à main levée."

Ma proposition surpris le conseil.

"Vous avez les moyens de vous exprimer et de me renvoyer si vous le souhaitez. Je ne tiens pas à être reconduit arbitrairement."

Un hommme prit la parole.

"Vous avez fait un travail intéressant. Néanmoins des troupes commencent à s'agiter en Europe et dans notre pays les libéraux demandent sans cesse des réformes. Nous nous demandons si vous êtes à la hauteur ?"

Je leur tournais le dos et leur raportais un dossier.

"Pour les libéraux, voilà ce que je propose : Dans les corporations de notre pays, il y aura des élus qui veilleront à ce que les membres soient bien traités. Que s'il y a des lois particulières dans une corporation, qu'elle soit respectés. Il y aura la création des tribunaux en cas de violence. Les patrons commme leurs ouvriers pourront être défendus
ou jugés. J'appelle cela des syndicats. Et je souhaite leur établissement dans tout le pays. Ce sera un geste d'ouverture envers les libéraux qui nous accusent d'immobilisme. Et si le coût de cette réforme vous inquiète chers membres du conseils et vous votre majesté, j'ai établis la comptabilité. Nous en avons les moyens. Et le peuple appréciera ce début de réforme."

"Bien messieurs. Faisons comme monsieur de Mondidier le propose. Votons."

A la majorité, des mains se lèvent pour me garder. Je les salue et nous finissons d'organiser nos projets pour ce pays.

Pendant 4 années le gouvernement suédois m'impressionne. En effet, le roi se veut libéral et voici les mesures qui sont passés

Mars 1844 : Mort de Charles XIV (Bernadotte). Son fils Oscar Ier lui succède : il est connu pour ses convictions libérales.
15 novembre 1844 : La « Chanson du Nord », composée par Richard Dybeck, devient l’hymne national suédois.


1845 : Les filles obtiennent les mêmes droits de succession que les garçons. Un rassemblement d’étudiants « nordiques » à Copenhague témoigne de la montée en puissance d’une  identité scandinave.

En 1845, c'est du pain bénit pour moi. J'ai la preuve qu'une identité scandinave est voulu par le peuple lui même. Il ne manque plus qu'une agression extérieure pour unifier  tout cela.

1846 : Le travail des enfants de moins de douze ans est interdit.
1847 : Une loi sur les pauvres oblige villes et paroisses à prendre en charge les nécessiteux.
Juin 1847 : Une commission présidée par le ministre de la Justice, préconise un système bicaméral et une réforme du suffrage censitaire.

Cette proposition en 1847 est intéressante mais ne va pas assez loin. Le bas peuple est ignoré. Et si on ne fait pas attention, cela pourrait se retourner contre nous.
J'ai donc de longues conversations avec le ministre de la justice. Nous avons des atomes crochus. Le seul point où nous butons c'est le cout de la réforme. Pour l'instant
pas question de l'entamer mais il faut s'y préparer.



Mai 1848 : Après une révolte des Allemands du Sleswig, le Danemark est menacé par les troupes prussiennes. Une armée suédoise de 15 000 hommes intervient pour protéger le pays.
Juillet 1848 : Convention de Malmö : un armistice est signé avec la Prusse. Les troupes suédoises quittent le Danemark.



En mai, c'est l'évènement que j'attendais. Une guerre entre nos voisins et la Prusse s'engage. Le roi veut les aider et le conseil a donné son aval. C'est là que j'ai une  audience privée avec lui.

"Mon monarque. Voilà la chance qui arrive à vous. Je vais vous donner l'union de Kalmar sur un plateau d'argent. Elle ne se fera peut être pas après ce conflit, mais je vous jure que nous aurons planté la graine."
"Vous semblez avoir une idée derrière la tête."
"Oui votre majesté. Mais j'ai besoin de votre aval."
"Exposez moi votre idée.
"Grâce à ma conscription, nous pouvons lever 150 000 hommmes. L'armée régulière ne peut compter que 30 000 hommes. Envoyez les défendre la capitale Danoise. Que jamais les  danois n'aient l'impression que nous menons. Nous sommes leurs défenseurs. Par leur bourreau. Le temps que je recrute les hommes et dans 3 mois 150 000 hommes vont fondre sur
Berlin."
"Vous êtes fou ! Jamais une armée suédoise n'a pu prendre la capitale depuis plusieurs siècles !"
"Eh bien je vais le faire. Décrétez la mobilisation générale et laissez moi mener sur le front cette bataille."

Le roi dresse un sourire et finit par signer le décret de mobilisation générale.

Dès ce moment là, sans aucune expérience militaire je vais sur le terrain. En 3 mois, 150 000 hommes sont mobilisés. Je prends un risque énorme. C'est tout autant d'hommes
qui ne travaillent plus sur leurs terres. Je réunis les officiers et leur explique mon plan.
"Nous ne sommes qu'une armée de défense. Mais nous servons un grand dessin. La future scandinavie. Mais pour l'heure nous devons défendre notre allié le Danemark. Je sais que
cela sera dur mais si jamais le Danemark donne les ordres nous nous exécutons. Estce clair ?"

"Oui monsieur le ministre déclare-t-il."

Et nous nous mettons en route. La guerre est dure. Nous luttons contre l'une des armées les plus fortes d'Europe. Elle nous est supérieure sauf qu'elle reste éparpillée. Avec  mes 150 000 hommes nous attaquons les petits bataillons et parfois nous luttons jusqu'à 100 000 hommes dans le camps adverses. La guerre est couteuse et entretenir 150 000 est  ruineux. Mais le Danemark fort impressionné de notre assistance prend les devant et nous demande après 6 mois de défense de passer à l'attaque. Les hommes suivent et leur moral  gonfle en voyant que nous prenons Berlin en 1849. La capitale de la Prusse est occupée et les Danois nous donnent l'ordre de de ne pas tenir la capitale et de s'attaquer  à tous  les petits groupes pour empêcher les prussiens de se regrouper et d'encercler la capitale. Il faut un an de négoce pour que la Prusse accepte le statu quo et sans contre partie.



Mais c'est fait. Les prussiens qui se pensaient victorieux en 1848 doivent accepter une paix blanche sans annexion ni compensation. Dès la paix signée, nous rentrons chez nous  avec la fièreté au coeur. Mais bon sang. A mon retour, c'est la catastrophe financière. Le pays est endettés de 50 000 livres. Vingt ans d'efforts financiers réduits à zero.  Aussi, tous les budgets, armée, éducation sont  mis en suspend jusqu'à ce que la dette soit épongée. Il nous faut 1 an pour rembourser les créanciers. Mais pendant 1 an, aucun fonctionnaire n'est payé, enfin au minimum. Les classes  sont fermées, c'est une année blanche. Heureusement, aucun désastre sur notre sol.

Mais les membres du conseils se plaignent et je réalise qu'après l'effort demandé, il faut des récompenses. Devant le conseil je m'y emploie en mettant mon poste en jeu et leur promet de me livrer à nos ennemis politiques si je n'y arrive pas. Nous sommes en 1851 et l'union de Kalmar a failli se concrétiser mais ce n'était pas encore le moment.

 

Petit retour explicatif : Pourquoi il y a eu la guerre entre la Prusse et le Danemark :

Les duchés de Holstein, de Saxe-Lauenbourg et de Schleswig sont tous trois des duchés surtout agricoles, sous la coupe du roi du Danemark. Le traité de Ribe datant du XVe siècle empêche leur fusion ce qui entraîne avec le temps quelques disparités entre les différents duchés. Ainsi les deux premiers font partie de la confédération germanique, tandis que le Schleswig non.  Dans les années 1840, le prince héritier du Danemark, le futur Frédéric VII est toujours sans descendance, l'éventualité d'une séparation de la couronne du Danemark de ses duchés devient probable. Pour éviter cela, le roi du Danemark Christian VIII rédige la « lettre ouverte » (Offenen Brief) en 1846, qui contourne la loi salique pour réaffirmer les droits du Danemark sur les duchés. Cela évince la maison allemande de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg, héritière des duchés et crée un mouvement de patriotisme parmi les nationalistes allemands.  En Schleswig, l'allemand est alors la langue du droit et de l'élite. Les danois n'acceptent plus cette situation, qui est donc tendue.

 

. Le 21 mars 1848, le nouveau gouvernement danois annexe le Schleswig. Provoqués par les mouvements nationaux de 1848, les Allemands des duchés s'insurgent et forment un gouvernement provisoire. Le roi du Danemark n'est pas officiellement détrôné, mais le gouvernement lui retire ses fonctions. Le Bundestag reconnaît le nouveau gouvernement, les élections du parlement de Francfort ont donc aussi lieu dans le duché de Schleswig. Appelé par le gouvernement, les troupes prussiennes, alliées à quelques autres États allemands, et sous mandat de la confédération germanique, occupent le 23 avril en Schleswig1,3.

Fin mai, les troupes prussiennes se retirent plus au sud après négociations avec les Britanniques. Les Anglais souhaitent maintenir les Russes à l'écart et parvenir à une solution pacifique.

 

Un cessez-le-feu unilatéral de la Prusse, l'armistice de Malmö, est signé le 26 août sous la pression russe et britannique. Tout d'abord refusé par le parlement de Francfort, chargé de l'unification de l'Allemagne, ce dernier est confronté à son absence de moyens afin de continuer la guerre et finit par entériner le traité le 16 septembre.

 

Mais la trêve est rompue par le Danemark le 10 juillet 1849. La paix est signée à Berlin le 2 juillet 1850. Un mois plus tard, le protocole de Londres est signé, qui réhabilite les distinctions entre les duchés et le Danemark. Un deuxième protocole est signé à Londres en 1852, qui accorde la succession des Duchés au royaume du Danemark et garantit l'autonomie de ceux-ci. Cependant le nationalisme allemand fait pression pour l'entrée des Duchés dans la Confédération.

 

Causes de l'armistice de Malmö

 

Il est souvent admis que l'armistice de Malmö a été provoqué par les interventions extérieures : c'est-à-dire des pressions diplomatiques venant de la Grande-Bretagne et de la Russie. Le problème de succession n'étant pas définitivement réglé.

Dans ma partie, il n'y a aucune intervention militaire Russe ou Anglaise. Je devais donc me débrouiller seul à la force de mes armes. Je crée donc la première bifurcation de l'histoire puisque même si on a aboutit au même, le Slesvig étant toujours non rattaché aux Danemark, on a provoqué une grande montée du Scandinavisme et le Danemark est désormais un allié de la Suède.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
récits (Jeu vidéo)

Bienvenu. Je vais donc vous raconter ma partie sur ce royaume qu'est la Suède. Bien entendu, je vais tenter de le faire de manière romanesque. Pour aider à la compréhension, les faits historiques réels seront écrits en bleu et les modifications historiques réalisées lors de ma partie resteront en noir.

Source Wikipedia et d'autres.

Une petite vidéo : Regardez là et focalisez vous sur la Suède vous allez voir que c'est l'un des pays les plus immobile du XIX e siècle en Europe du fait de sa politique de neutralité. Un let's play chiant au possible. Heureusement, j'ai d'autres ambition pour la suède.

 

 

Ce matin, je me rends enfin devant le roi Charles XIV. Ma visite et ma demande ont semble-t-il piqué sa curiosité.
Il me reçoit dans son cabinet. Je m'incline devant lui.



"Je remercie sa majesté de me recevoir."
"Je n'ai que peu de temps à vous accorder. Que voulez vous ?"

Je regarde le roi droit dans les yeux :
"Aider ce pays."
"Jeune homme, j'ai déjà des dizaines de gens à mon service. Pourquoi devrais-je vous prendre ?"
"Parce que moi je veux recréer la grande scandinavie. Je veux recréer l'union de kalmar qui a existé au Moyen Age."
"Vous vous prenez pour Napoléon ? Vous avez vu ce que tyran a fait à l'Europe ! Jamais mon royaume ne se battra. Et
puis nous sommes cernés par des géants. Il n'y aura plus jamais de guerre offensive.La Suède restera à jamais un pays
neutre."
"Roi Charles XIV, laissez moi vous aider. Mettez moi au service de votre fils. Je l'aiderai à devenir un grand souverain et rendre
à la Suède sa gloire d'antan sans que jamais ses frontières ne soit mis en péril. Je mets d'ailleurs ma vie entre vos mains. Si
je viens à manquer à ma parole, vous pourrez m'exécuter."

Le roi s'arrêta et me dévisagea.

"Voilà plusieurs décennie que j'ai quitté la France et c'est la première fois que je rencontre un homme comme vous. Soit vous êtes
sincère soit fou."
"Pour ce projet, un peu des deux votre majesté."
"Très bien. Je vous nomme au gouvernement. Je vous laisse carte blanche et mon fils viendra vous voir cet après midi."

Je m'inclinais.
"merci votre majesté."


Ami lecteur, merci de venir lire mes mémoires. En effet, la Suède est aujourd'hui un pays qui s'est fondu dans une union. Mais pour
en être arrivé là, j'ai du batailler comme jamais. Laissez moi vous raconter.

J'ai donc en cette année 1836 été reçu et intégré au gouvernement du roi Charles XIV mais savez vous qui est-il ? Laissez moi vous
en parler brièvement :

Jean-Baptiste Bernadotte, né le 26 janvier 1763 à Pau, mort le 8 mars 1844 à Stockholm, passa en l’espace de trente-huit ans d’un rang de soldat du roi de France aux titres de

roi de Suède et de Norvège sous les noms de Charles XIV Jean (en suédois, Karl XIV Johan) et de Charles III Jean (en norvégien, Karl III Johan) après avoir été général sous la

Convention, ambassadeur puis ministre durant le Directoire, maréchal d’Empire et prince de l’Empire.

Voilà un homme extraordinaire. Un prince d'empire qui finit roi de Suède. Il a embrassé les idéaux de la révolution et a finalement finit monarque.

Voilà ce qui s'est passé sous l'empire.

En 1804, Bernadotte se rallie à Napoléon devenu Empereur. Il est nommé gouverneur à Hanovre, et reçoit le bâton de maréchal. Il avait donc réussi à attirer
les regards de Napoléon. Et un geste qui m'a fait rejoindre cet homme : le voici.

Mais lors de la « Grande poursuite », il défait les Prussiens à Halle, et enfin à Lübeck avec Murat et Soult. Bernadotte a en cette occasion, les plus grands égards pour des

prisonniers et officiers suédois par pure courtoisie. Ces derniers ne l'oublieront pas.

Le 5 juin 1807 à Spanden, Bernadotte est blessé par une balle qui l'atteint au cou. Cette blessure l'empêche de prendre part à la bataille de Friedland le 14 juin 1807. Il est

nommé, après sa guérison, gouverneur des villes hanséatiques, et part pour Hambourg.

En 1809 à Wagram, son corps d'armée composé de Saxons est décimé, et Napoléon, mécontent, lui retire son commandement, et le renvoie à Paris.

Voilà la première grande erreur de Napoléon. Lui ne pardonnais pas les erreurs. Seulement, écarter un homme talentueux comme lui ne sera pas sans conséquence.

Fouché lui obtient l'armée de l'Escaut à la fin de juillet 1809. Il repousse les Britanniques débarqués à Walcheren (juillet 1809). Malgré ce succès, il se voit encore une fois  privé de son commandement : l'Empereur lui enlève l'armée de l'Escaut dès septembre.

Donc, comprenez bien chers lecteurs : cet homme se bat, obtient des victoires et reste toujours privé de gloire par l'empereur. Mais le destin lui réserve une belle surprise :

En 1810, alors qu'il se trouve à Paris en semi-disgrâce, le parti pro-français suédois lui propose d'être candidat lors de l'élection du nouveau prince héritier, avec l'idée de  récupérer, avec l'appui de Napoléon, la Finlande que la Russie a annexée en 1809. Grâce à Jean Antoine Fournier, un Grenoblois ayant vécu 18 ans en Suède, qui y retourne se  faisant passer pour l'« envoyé » de Napoléon, et y mène une propagande active et habile, Bernadotte est élu à la surprise générale.

Il part avec l'assentiment de Napoléon qui accepte ce choix lors d'une entrevue commune avec des émissaires suédois. Napoléon espère ainsi tenir un allié solide au nord de  l'Europe. Adopté par le roi Charles XIII, il prend le nom de Charles-Jean. Il consent d'abord à seconder la politique de l'Empereur et participe au blocus continental.

En voilà un homme serviable. Malgré le comportement de l'Empereur, Bernadotte accepte toujours d'aider Napoléon.


Sa politique veut qu'il renonce à la Finlande pour être en paix avec les Russes. Il espère néanmoins récupérer la Norvège, danoise depuis trois siècles, avec l'accord de  l'Empereur. Devant le refus de ce dernier, qui lui propose par la suite de l'accompagner pour attaquer la Russie, Charles-Jean rompt avec Napoléon qui vient d'envahir la  Poméranie suédoise, et se rapproche à son tour secrètement du tsar Alexandre Ier.
Il participe en 1813 à la coalition contre la France et menaçant le Danemark, obtient lors du traité de Kiel, le 14 janvier 1814, que la Norvège soit cédée à la Suède.
Il répugne à l'idée d'entrer en France en ennemi et souhaite que son ancien pays conserve sa frontière sur le Rhin. L’intransigeance de Napoléon rend impossible ce désir.


En 1815, à la suite du retour de Napoléon pour les Cent-Jours, la Suède n’est pas tenue de combattre. Elle s'engage désormais dans une neutralité désirée par le prince héritier. La neutralité.

 

 Si la Scandinavie doit se créer, cela ne sera pas sans verser un peu de sang.

Après cela, la Suède et jusqu'à mon arrivée en 1836 est concentrée sur elle même.


Septembre 1819 : La dette nationale suédoise est réduite de moitié.
1822 : Bien que théoriquement membre de la Sainte-Alliance, la Suède se rapproche de l’Angleterre.
1823 : Charles XIV effectue un séjour à Paris, à l’occasion du mariage de son fils avec Joséphine de Leuchtenberg.
1828 : Un navire à vapeur assure la liaison entre Copenhague et Malmö.
1831 : La Suède refuse de participer à la répression de l’insurrection polonaise. Dans tous le pays, des banquets sont cependant organisés pour soutenir les insurgés. Les  libéraux renforcent leurs positions et gagnent le soutien des classes moyennes. Les feuilles d’opposition se multiplient.
1832 : Inauguration du canal de Göta, entre les lacs Vänern et Vättern.
1833 : La Russie renforce sa présence militaire au milieu de la Baltique, sur l’archipel d’Aland, au nord-est de Stockholm.

Le roi mène une politique admirable : Réduction des déficit, préservation de la neutralité de la suède bien que la Russie reste la plus grande menace. Les Norvégiens ont encore  du mal à accepter l'union.


L'après midi même je rencontre le fils du Roi. Je savais déjà quelques détails sur lui.

De Charles XIII de Suède, Oscar reçoit le titre de duc de Södermanland le 26 septembre 1810. Il maîtrise rapidement le suédois et, quand il atteint l'âge de la majorité, il est déjà très apprécié. Son excellente éducation développe ses très grands talents naturels et il est bientôt considéré comme une référence sur toutes les questions socio-politiques. En 1839, il rédige une série d'articles sur l'éducation de masse et, en 1841, un texte anonyme, Om Straff och straffanstalter, défendant l'idée d'une réforme du système carcéral. Le 19 juin 1823, il épouse la princesse Joséphine, fille d'Eugène de Beauharnais, duc de Leuchtenberg, et petite-fille de l'impératrice Joséphine.



C'était un homme éduqué et en une génération, il était déjà plus Suédois que son père. Malgré tout, il s'exprimait très bien en français.

A ma vue il déclare.
"Mon père me fait vraiment rencontrer des gens étranges. Vous êtiez un inconnu ce matin et vous voilà membre du gouvernement cet après-midi."
"Oui votre altesse. Mais j'ai besoin de vous."
"De moi ?"
"Pour diriger un pays, il faut le connaître. Hors je ne connais la Suède que par les livres. Acceptez vous de me la faire visiter dans tout ses recoins ? Je veux tout savoir."
"Et pourquoi je vous aiderai."
"Une tournée du prince dans le royaume de Suède et Norvège serait de bonne presse et je veux connaître ce pays pour pouvoir en dresser une carte précise pour adapter les réformes."
"Quelle réforme ?"
"Si nous voulons que ce pays prospère on ne peut en aucun cas mener une politique qui ne soit pas en accord avec le peuple. Et surtout....mon cher Prince, j'ai des projets
pour ce pays que vous finirez par gouverner."
"La guerre ?"
"Votre altesse a l'esprit fin. Oui, elle sera inévitable. Couteuse maise il n'y a aucun autre moyen. Mais le résultat : Vous régnerez sur la seconde union de kalmar. Vous serez
roi du Danemark, de Norvège et de Suède...et plus."
"Donc vous vous opposez à la neutralité de la Suède si cher à mon père."
"Jamais la Suède ne mènera de guerre offensive en Europe car si la Russie comprend nos intentions, elle nous annéantira nous les Suédois."
"Vous êtes suédois maintenant ?"
"A partir du moment où je suis au service d'un pays, je suis un membre à part entière."

Le prince fit silence et finit par sourire.
"Vous me plaisez. Très bien, je vais vous faire découvrir ce pays. Et je jugerai ainsi si vous êtes digne de me servir. Si ce n'est pas le cas, je vous renvoie et père en fera de même."
"Cela me parait juste".

Ainsi en deux mois nous visitons le royaume. Grâce à des documents comptables, je vois que le pays n'est pas dans une très bonne santé financière.

Un pays certes très alphabétisé mais majoritairement paysanet avec une faible densité de population. Cinq millions d'habitants. Donc peu d'entrée d'argent. Les suédois demeurent une majorité mais il faut surtout pas négliger les Norvégiens. Aussi, avec le prince, je parcours l'Europe pour débaucher les meilleurs ingénieurs. Notre armée de défense est composée de 30 000 hommes mais est largement obsolète. De même avec l'aide du ministre des finances, on est d'accord sur la politique économique à venir.

On accorde des crédits à l'éducation et à la recherche. Les budgets de l'armée sont mis au plus bas. Les impôts sur les pauvres sont à 67%. Les impôts sur la classe moyenne et riche restent à 33 %.

Le prince est étonné de ma gestion mais le peuple accepte et nous arrivons à garder un budget équilibré pendant de nombreuses années. De 1836 à 1844 soit pendant 8 ans, je m'imprègne de ce pays et je le développe. Mais une idée me vient : C'est le peuple qui doit assurer sa défense.

Aussi en parralèle de l'armée, je développe le principe de réserviste. Et en 1844, la Suède est capable de mobiliser 150 000 hommes.

Et voilà ce qui s'est passé pendant ses 8 ans dans le royaume

 

19 juillet 1838 : Une manifestation est organisée à Stockholm pour soutenir une revue libérale accusée de diffamation. La troupe intervient : trois opposants trouvent la mort.
1842 : Le Riksdag oblige chaque paroisse à entretenir une école élémentaire.
1843 : Charles XIV célèbre avec faste ses vingt-cinq ans de règne.

Et surtout, ils n'ont pas tellement aimé que je bride le droit du pavillon pour les Norvégiens. Mais si je veux créer ma Scandinavie, il faut d'abord les habituer à un moule commun, ensuite on rédigera les particularités.

Il y a donc une vrai opposition libérale et je tente de me les concilier en entrant dans leur cercle. Au départ ils me voient comme un étranger. J'écoute leurs revendications. Ils parlent de liberté des échanges, de libéralisme alors que moi je suis un vision interventioniste de l'Etat et de protectionisme. Mais en 8 ans, ils ont remarqué la faible perception de l'Etat au niveau taxe commerciale. Donc ils me tolèrent.

Et une annecdote me revient. En 1841 le price Oscar et moi regardions une carte et il m'expliquait la perte des provinces finlandaises aux russes au début du siècle. Avec le sourire je lui déclarai : Nous les récupérerons un jour mon prince. Ces provinces reviendront sous la couronne de Suède. Et à l'époque je me doutais pas que mon ambition déborderait au delà du continent Européen.


Et avec ces années, ma politique de réservistes m'a certes valu des ennemis chez les officiers. Mais certains comprenaient ma vision. J'avais donc des partisans en cas de guerre.

 

Voilà, c'est la fin de la première partie. Qui était surtout une grosse introduction pour vous aider à comprendre le pays et son passé en débutant la partie en 1836.

La suite ? Le printemps des peuple de 1848 et donc la guerre Prusso-danoise qui va changer le destin de la suède !

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
récits (Jeu vidéo)

A votre avis, qu'est ce qui se passe quand Monty Oum obtient des moyens ?

Il crée 3 saisons d'une série qui m'a mis sur le cul. En 2010 Monty Oum rejoint Rooster Teeth Productions et visiblement les comtes de Grimm le passionne. Alors il décide de créer une série d'animation proche des codes d'un animés japonais.

Mais bon sang, pour certains, heureusement qu'il est mort. Il en aurait mis certains au chômage.
Quatres femmes fortes, toutes représentants une femme issue d'un conte, avec des musiques
classes.
Tout cela est en marche depuis 2010. Alors certes il est décédé. Mais....il a laissé de quoi continuer à son équipe. Et j'espère que certains se sont imprégnés de son style. Et que la série qui dure depuis 5 ans pourra s'achever.

Geekettes et Geek, voilà les 4 trailers présentant ces 4 dames. Ma préférence ? Red bien sûr.

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
récits (Jeu vidéo)

Ce n'est qu'une théorie mais je vous l'expose :

Sony est actuellement leader sur le marché. Mais.....

Microsoft est entrain de préparer une stratégie qui me parait solide.

1 : Ils ont commencé par être proposer une rétrocompatibilité. Un petit discrédit à Sony qui eux refusent et préfère faire des portages ou des remasterisations.

2 Avec le système Windows 10 la frontière entre un PC et une Xbox One se brouille. Car tous les deux utilisent le même système d'exploitation. De là à ce qu'un jeu PC soit compatible Xbox One et inversement, la frontière n'est plus si mince.

3 Ce n'est qu'un projet : Rendre compatible les jeux Steam sur le Xbox Live et inversement. L'idée est lancée. Malgré que rien de concret ne soit proposé. Et j'imagine mal Steam lâcher du lest face à Microsoft.

4 Ajoutez à cela : Un multi sans frontière, PC et Xbox one avec main tendue vers Sony pour le discrédit mais l'idée est à présent lancée.

 5 Une possibilité de revendre ces jeux démats contre un bon de réduction sur le Xbox live.


Associez toutes ces combinaisons  et avec Nintendo qui domine encore les jeux grands publics, les consoles portables et s'ils réussissent le marché mobile.....

Question : Il reste quoi à Sony à part son avance en terme de console vendues et sa PS4 4K et sa VR ? En tout cas,  pour l'instant, Microsoft semble placer ses pions et il n'y a pas de menace réelle pour Sony j'espère juste que ma théorie ne soit pas fiable. Car dans le cas contraire, Sony se retrouverait piégé avec une marge de main oeuvre faible. Qu'en pensez vous ?

Voir aussi

Plateformes : 
Xbox One, PS4
Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
récits (Jeu vidéo)

Pour tout ceux qui ont fait et ou lu la saga Witcher. Qui choisiriez vous entre ?

 

OU

 

 

 

Pour ma part, et comme je suis un grand malade j'ai recommencé deux fois le jeu pour découvrir les deux romances possibles. Oui je me suis pas contenté des vidéos Youtube. Et défivinitivement, mon choix se porte sur Triss.

Alors, je n'ai pas lu les romans. Et j'ai sans doute été influencé par les deux opus précédents mettant en avant d'avantage Triss au détriment de Yennefer. Mais la façon dont Yennefer manipule Gérald, même si elle a aussi ses blessures ( elle est bossue et c'est modifiée magiquement , sa façon de toujours manipuler Gérald dans dans The Witcher 3 m'a gonflé. Et surtout ses pratiques sexuels et ses excès de colère à la limite de l'hystérie alors qu'il y a des moyens bien plus douleureux font que mon choix s'est tourné vers Triss. Elle traite aussi Gérald durement mais a un côté plus agréable même si elle son caractère.

 

Maintenant vous qui choisiriez vous ? Pour vous aider à réaliser ce que serait ces deux dames voilà quelques magnifiques cosplay.

 

 

Voir aussi

Jeux : 
The Witcher III : Wild Hunt
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
récits (Geekerie)

 

On voit beaucoup de collectionneurs nous montrer leur collection. Alors je veux rendre honneur à la collection de ma femme.

Tout est parti il y a 8 ans d'un constat : Pendant l'adolescence, la mère de ma femme avait donné toutes les barbies de ma compagne au prétexte qu'elle n'y jouait plus.

Et quand on crée une frustration chez quelqu'un, cela finit toujours par revenir !

Donc elle a décider de se venger : Elle allait posséder toutes les barbies originales. De divers années, de 1966 à 2008, de différents pays de fabrication, Canada, Philipinne, Polynésie, Chine. Chacun devant être atypique : Poignet amovible, couleur de peau, barbie retraité, etc.

Et la collection que vous allez voir a été constituée à 95 % par l'occasion. Quelques modèles, genre deux ou trois on été acheté neufs mais pour la plupart c'est de la récupération, y compris pour les tenues.

Sauf....sauf, qu'une collection de robe style les éditions atlas est sortie. Et tous les 15 jours ma femme achetait une robe. Au bout de plus 40 volume, elle a terminé la collection sans râter un seul numéro.

Et dans le lot....parce que j'ai cédé....elle a réussi à se faire une collection de petits poneys qui s'incrustent dans ma collection de jeux pc ! Mais je ne peux rien lui refuser !

Allez messieurs, contemplez et priez pour que vos femmes ne soient pas inspérés car sinon, par amour, vous devrez céder de la place !

Voilà l'armoire principale qui contient plus qu'il n'en faut de barbie.....heureusement que cela déborde pas !!!

Et oui c'est possible, petit poney qui cotoie mes jeux pc !

Voilà la suite de l'armoire....oui vous rêvez pas, elle a bien tous les Sims 2

 

Et voilà le plus beau de sa collection, barbie qui fait le tour du monde avec des robes de chaque pays.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Édito

 

Aujourd'hui, j'ai 30 ans et la boulimie d'accumulation compulsive d'achat de médias en tout genre en masse est terminée. Maintenant je revends pour ne garder que les meilleurs crus et pouvoir vous en parler avec joie !

Dans ce blog vous trouverez :

- "Les tests" : Ils sont jamais en rapport avec l'actualité mais bien souvent je fais ressurgir du passé des jeux depuis longtemps délaissés.

-Delaygeek : Ma rubrique. Là où je parle de tous les attraits de la vie d'un delaygeek

-Les récits : Je parle de tout et n'importe quoi.

-Nostalgie : Tout ce qui a attrait à mon enfance se retrouvera ici.

-Musique : Le jeu vidéo c'est aussi des musiques grandioses. Il faut en parler.

-Japanimation : Tout ce qui touche de près ou de loin à la culture mangas sera traité ici.

 

Archives

Favoris