The 47 Org

The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 16/08/19 à 21h52

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

"Dis-moi,Père, c'était comment le monde d'où tu viens ?"

"Ah Fils, c'était autre chose, c'était plus simple, moins décoré d'artifices, plus brutal. Pas comme le monde qui est le tien. Laisse moi te raconter…

 

Je viens d'un temps où l'essence même résidait dans le gameplay. Le reste était là pour le mettre en scène, le servir, l'enrober, et le gameplay restait le maître, celui par qui tout passe, celui qui rend le joueur tenant sa manette, connecté intimement avec son avatar.

Puis le monde ouvert arriva et ils voulurent tous lui ressembler.

Ils ont voulu comme ça, transposer un schéma de déroulement simple mais efficace, enchainements de couloirs et d'arènes dans un monde plus vaste, sans vraiment complètement y arriver, en le diluant, en le rallongeant artificiellement et en donnant l'impression finalement de ne pas y apporter grand chose.On se contente à présent de déambuler, voire d’explorer, des couloirs de Metro ou de Château vaguement déguisés en mine, montagne ou temple.

La mode était à l'immersion plus qu'au challenge et ils ont changés de perspective. Oublié les plans au millimètre qui donnent un sens cinématographique et grandiose à un monde qu'on imagine immense.

On donne le contrôle au joueur, en le plaçant proche, trop proche peut être de l'épaule du géant : l'illusion s'effondre. Ce monde que notre imaginaire transpose en un infini intouchable devient réaliste et petit. Notre Dieu de la guerre ne marche plus d'un pas lourd et poussiéreux qui fait trembler les ennemis ; il glisse comme s'il flottait à quelques millimètre du sol, sans le toucher.

Ils ont changé toutes les commandes sans comprendre qu'une pression sur les boutons de tranche, analogiques et mou, ne sera jamais aussi percutante et précise pour les combats. Ca manque de naturel, ca manque d'instinct. On s'y fait, mais la violence n'est plus là, bestiale, primale, la sauvagerie a disparu. Ils ont décidé en plus de piquer des idées, de loot, d'upgrades et de craft. Systèmes aussi superflus et mal conçus qu'archaïques. Va savoir ce qu'il leur est passé par la tête, la mode ? Le manque d'humilité, le vouloir mieux sans se soucier du bien ou alors l'arrogance, celle qui dévore nos alliés dans cette grande comédie ?

Des dieux, mon Fils, des colosses indestructibles incapables de sauter 3 marches sans appuyer sur le bon bouton au bon moment, ils se retrouvent obligés de descendre un escalier pour le contourner, ou passer par un chemin tracé pour descendre d'un talus de la hauteur d'un genou. Ils ne peuvent traverser une végétation éparse mais figée, dure comme de la roche, à tel point qu'elle est semblable à un mur, invisible, anachronique dans ce monde de technologie avancée, un mur oui. Des dieux incapables de sauter d'une plateforme à l'autre sans regarder un point précis et attendre qu'un marqueur O s'affiche, comme si ce qui était hors champs n'existait plus. Le joueur se retrouve rejeté du monde qu'on lui met en face des yeux, relégué à son statut de joueur et non plus à celui de dieu dans un monde fantastique. Coté sombre d'une relecture techniquement magnifique à pleurer, mais est ce suffisant?

Alors Fils, je te conseille une chose, attends d'avoir tous tes pouvoirs pour retourner sur tes pas explorer, car le level design faiblard, constitué d'allers-retours, va vite devenir redondant si tu cherches à améliorer et compléter tes attributs au fur et à mesure. Ne te soucies pas de ces activités annexes et ces demandes triviales, va au bout de ta quête qui ne demande que peu de challenges, tu auras le temps en suite de flâner et rendre service à autrui. Attends que les chemins s'ouvrent à toi plutôt que de chercher à les forcer, car cela n'est qu'illusion, tout est dirigé par les maitres du jeu, par les scripts, les véritables décideurs.

Et puis, ce n'est pas tout, le monde ouvert ne suffit pas, mal maitrisé, mal designé, des niveaux déguisés, un hub au centre, ne peuvent cacher le manque d'inspiration. Il aurait fallu ajouter d'autres éléments : des énigmes, par exemple, comme dans l'ancien temps. Mais le joueur est devenu apparemment bien stupide aux yeux de ceux qui lui servent du divertissement. Ils ne lui laissent même pas le temps de résoudre un puzzle à trois pièces sans lui donner plusieurs fois la solution. Avant même de pouvoir toucher la première pièce, « le jeu a dit », impérieux, il fait à sa place. Va savoir pourquoi... Inutiles et embarrassantes, les énigmes sont un échec. Alors au milieu des nombreuses références empruntées, en vient une autre, évidente, presque mimétique pour designer sans le nommer Le Dernier D'entre Nous.

 

Mais l'écriture n'est pas chose facile, Fils, c'est même un art, d'une complexité incroyable. Ajouter un compère immobile, spectateur rigolo et sarcastique est bien simple, mais raconter une relation père fils de manière subtile est une toute autre histoire. Histoire à la ramasse dans ce cas, faite de succession de clichés, d'archétypes du bourrin taiseux et du fils insolent élevé par sa mère protectrice et douce... on ne sait si on doit rire de tout ca ou en pleurer. Le joueur ne peux s'identifier à des dieux, qui parlent de problèmes d'êtres supérieurs et de ce que cela implique et si il y arrive alors c'est que le joueur devrait consulter et redescendre sur terre. Oh non, l'écriture n'est pas chose facile.

Comme ici par exemple, Fils, où je m'adresse à toi sans que tu ne me lances de réponses répétitives et identiques, inutiles et insupportables qui ne serviraient qu'a confirmer ce que je dis, pointer les choses évidentes et irriter le lecteur. La mise en scène grotesque, répétitive, finit par achever ce sentiment d'amateurisme en ce qui concerne l'art de raconter une relation, une histoire.

Heureusement les à cotés ne sont pas si mal, car plus triviaux donc moins attendus, les personnages secondaires amènent un vent de fraicheur et d'humour qui tranche avec le premier degré ridicule des protagonistes principaux. Ils n'en restent pas moins clichés et d'une facilité déconcertante dans leur rôle. Quoi que... il manque un interlocuteur d'importance capitale.

Dans les grandes épopées, l'ennemi est intérieur, il est en nous, les agressions extérieures et les images que l'on affronte n'étant que des personnifications, des allégories de ces fêlures et faiblesses. Mais pour cela il aurait fallu que les écrivains le comprennent et le mettent avec finesse en scène. Au lieu de ca, ils essayent un parallèle, grossier et vulgaire entre une mère et son fils indestructible au charisme certain, c'est sur, mais à l'envergure bien faible pour servir d'antagoniste principal au fantôme de sparte et de point d'orgue à cette fresque. Une déception, clairement la plus grande, la plus tragique.

 

Il fallait bien un peu de Lien Avec le Passé mais il posa un problème capital dans l'écriture. Appeler ce jeu par un simple God of War comme un nouveau départ à la série n'est pas une mauvaise chose en soit tant il change de formule. Mais compter néanmoins sur la connaissance des épisodesprécédents, pour que le joueur complice, comprenne la réticence du dieu de la guerre à révéler ses exploits passés et les non-dits, est simplement incohérent. Un reboot qui base sont empahtie sur les précédents opus va finir de perdre définitivement les nouveaux venus, c'est assez triste

Enfin, tout n'est pas sombre, tout n'est pas à jeter. Les Valkyries par exemple qui demandent plus de réflexions et de reflexe que la somme des ennemis du jeu entier. Prends ces 2 ou 3 moments fantastiques que le joueur ébahi ne peut que malheureusement regarder là ou auparavant il aurait pu être acteur de cette toile de fond magistrale."

"Mais alors père que dis tu de cette expérience si hautement appréciée par les instances de notations? Qu'il n'est pas ce qu'il prétend être? Que c'était mieux avant?"

"Non fils, il l'est bel est bien, il est imparfait comme les autres. Ce n'est jamais mieux avant, seul les idiots en sont convaincus. C'était différent, c'était autre chose. Aujourd'hui, ce dieu de la guerre a changé, il est agréable, mais il est une nouvelle chose qui a du mal à se définir, à marquer sa singularité. Il manque de la brutalité sanguinaire et primale qui faisait le sel de son origine mais il manque aussi une qualité narrative qui en aurait fait un nouvel étalon. Il est beau, il est propre dans ses atours, il te donnera du plaisir à n'en pas douter, mais il est trop grossier dans sa conception pour n'y voir autre chose qu'une somme d'influence qu'il ne parvient jamais à transcender pour devenir lui même : une nouvelle référence."

Voir aussi

Jeux : 
God of War, God of War (PS4)
Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Commentaires

Forsete
Signaler
Forsete
Excellent article ! Si je ne suis pas d'accord avec la totalité des défauts du jeu mis en avant, j'ai particulièrement apprécié de te lire. N'hésite pas à "revenir" si tu souhaites rédiger d'autres articles de ce style. ;-)
Djeanjo
Signaler
Djeanjo
Xonem reboot ou suite c pas le sujet. Evidemment que ce nouveau GOW se passe apres les autres ! Reboot n est pas le terme exact du point de vue du scénario ok, mais par reboot je parlais du gameplay totalement refondu. Et qui pour moi s est perverti en allant piocher a droite et a gauche (a RE4 par ex) des idees qui ne correspondent pas a cette licence a la base
Djeanjo
Signaler
Djeanjo
Flash_57 : evidemment d accord sur les prises de risques etc... pour renouveller une licence vieillissante mais pas pour la denaturer quasi de A a Z. Le feeling originel s est completement évaporé ici. Et pour ton information le tout 1er Zelda nes etait deja 1 open world. Avec les limitations liees a la console certes, mais deja 1 open world.
Flash_57
Signaler
Flash_57
Personnellement je préfère que les développeurs sortent de leur zone de confort et prennent des risques. Si on n'est pas d'accord avec ça, il ne faut pas venir se plaindre après que les suites se ressemblent trop.

Je trouve un peu facile l'argument de "devoir créer une nouvelle licence dans ce cas". Ca me fait penser aux gens qui disaient qu'Assassin's Creed 4 Black flag aurait du être une nouvelle licence. Pourtant la licence a beaucoup plus évolué à présent, et les gens critiquent maintenant le fait que Odyssey serait trop proche d'Origins :).
Et est-ce qu'un "Breath of the Wild" n'aurait pas du s'appeler Zelda car c'est un monde ouvert ?
the glove
Signaler
the glove
Je ne suis globalement pas d'accord avec ton ressenti mais c'est normal puisque c'est personnel et subjectif. Perso j'ai adoré le jeu du début à la fin. Pourtant j'ai fait tous les GOW, je les ai tous aimés avec un bémol pour ascension qui m'a un peu moins plu car un peu redondant.
Je peux comprendre qu'on apprécie moins cette nouvelle vision par contre j'ai du mal à comprendre que le gameplay est moins intéressant et plus pataud. Je le trouve bcp plus profond et plus technique. Dans les précédents, c'était plus bourrin et moins technique, on pouvait marteler les boutons.
Mais toujours intéressant d'avoir un point de vue différent
Xonem
Signaler
Xonem
@Djeanjo ce n'est en rien un reboot, mais une suite, ouvre les yeux, Kratos à un long bouc gris, un fils alors, tu l'a vu avec des poils de barbe gris avant ? un fils ? non, ben voilà.
Atred
Signaler
Atred
Merci les gens, ça fait plaisir de revoir les anciens :) et ceux que je ne connais pas encore.
Je vais essayer de revenir une fois de temps en temps alors !!
C'est marrant parce que je n'ai vu aucun test qui avait mon ressenti sur ce que je pointe mais tous les joueurs de GOW qui ont fait ceux d'avant que je connais et qui ont touchés à celui ci ont : soit joués 10min avant de ne plus jamais y jouer, soit ils n'y ont pas touchés juste en matant les trailers, soit, ils ont plus ou moins les même problèmes que moi avec le jeu.
Zecchi
Signaler
Zecchi
@djeanjo en effet autant faire une nouvelle licence...
koforever
Signaler
koforever
Moi aussi assez déçu de ce pseudo monde ouvert qui ne va pas du tout a God of War , le système de combat a perdu de se rage et le gamin est la plupart du temps horripilant j ai plusieurs fois tente de lui mettre un coup de hache mais sans succès hélas !
Je regrette l ancienne formule même si je n avais pas réussis a finir Ascension , bloque a l ascenseur vers la fin , en plus c est le seul opus ou l on ne pouvait pas changer la difficulté .
Zecchi
Signaler
Zecchi
Les arguments faiblards ? Voilà un des seuls articles argumentés comme peu de tests l'ont été, expliquant par A + B pourquoi les mécaniques ne lui plaisent pas, et tu trouves ça faiblard ? Parce que ça ne va pas dans le sens d'une presse toujours dithyrambique envers les AAA (et qui en général change d'avis une petite année plus tard) ?
Je comprends que des gens aiment ce jeu comme ils aiment the last of us, il n'empêche que ce sont des formules complètement petries de défauts, admirablement expliqués ici.

Bravo à l'auteur !
Djeanjo
Signaler
Djeanjo
Franchement d'accord dans les grandes largeurs, j'ai ete tres déçu par ce reboot, qui pour moi perd l'essence meme de ce qui faisait un vrai GOW. A savoir cette impression de surpuissance tiree des Dieux, cette rage et cette sauvagerie jouissives de Kratos. Le gameplay était nerveux, il est aujourd'hui pataud. Les enigmes sont devenues insipides, les aller retours incessants et le loot cassent le rythme . Franchement autant je comprends les critiques sur la baffe graphique autant pour le reste je suis plus que dubitatif... La formule d'origine avait besoin d'un rafraichissement evident, mais pas d etre aussi dénaturée. En fait ils auraient du creer 1 nouvelle licence, d autant que le lien avec les precedents est assez illusoire. Probablement la magie du marketing...
Daba
Signaler
Daba
Malgré le style du texte de l'auteur, je trouve les arguments assez faiblards et complètement à l'opposé des ressentis de la très grande majorité des joueurs ayant touché au jeu et à la saga. Tous les reproches contenues dans l'article sont justement les points forts cités dans la plupart des tests de la presse.

Maintenant je doute pas qu'il existe des fans qui auraient signé pour un autre god of war ascension.
Yaeck
Signaler
Yaeck
Bel article! Ça change des trois mots pour balancer un lien vers youtube! :)
Je n'ai jamais touché à un God Of War, ni les anciens ni celui-là. Le personnage principal ne m'attirant pas du tout et l'univers non plus. Mais lire un peu de dissonance sur un titre unanimement acclamé je trouve en révèle toujours bien plus qu'un encensement béat.
En espérant te lire plus souvent!
@Le Gamer aux Mains Carrées: pour la Home je suis bien d'accord!
Atred
Signaler
Atred
MAJ OK
Atred
Signaler
Atred
Hey! Merci :) Comment va?
Bien content que tu sois celui qui commente en premier, ça fait plaisir!
Je vois que ça n'a pas trop changer ici, je viens de relire mon post et des espaces ont sauté ^^
Je passerai de temps en temps, pour des choses importantes comme ce God Of War mais je ne ferais plus de contenu à la chaîne comme j'ai pu le faire.
(PS: Habilement et joliment, en relisant j'ai quelques lourdeurs à faire sauter quand même)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Voilà un article qui mériterait la Home pour de vrai, lui.
ça fait du bien de te relire, d'autant que tu pointes habilement (et joliment) du doigt l'un des gros fléau du jeu vidéo moderne. :wub:

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris