The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 15/10/17 à 15h49

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

Dans cette rubrique on va s’intéresser à ces jeux qu’on trouve dans les bacs de déstockage de divers magasins de revente. Ces jeux achetés 70¤ à leur sortie par des gens à l’esprit malade et qui quelques mois plus tard (en général 1 an après, quand le nouvel opus de la série est sorti) se retrouvent bradés entre 1 et 5¤, déjà digérés et oubliés par leurs propriétaires.

Méritent-ils un sort aussi funeste ? C’est la question qu’on va se poser.

 

On démarre avec un jeu qui rentre parfaitement dans la catégorie car trouvé à 1¤ dans un bac où il y en avait des dizaines : Need for Speed : The run.

The run est un NFS un peu atypique. La promesse initiale était de fournir au joueur une expérience cinématographique. Le pitch est assez simple, vous êtes un jeune blanc bec fan de grosses cylindrées et de courses de rue qui va devoir participer à « The run », une course illégale ralliant la côte Ouest à la côte Est des Etats Unis pour échapper à ses ennuis avec la mafia. L’éditeur nous promettait un jeu comme on n’en avait jamais vu et effectivement sur ce point, on peut dire qu’il tient à peu près sa promesse.

Sur cet ersatz de Fast and Furious, on démarre donc la course à San Francisco et on la termine à New York. Pitch intéressant qui aurait pu donner quelque chose de fabuleux. Les rêves les plus fous sont autorisés. Imaginons, une Amérique modélisée sur quelques axes, une course libre de 150 participants qui se tireraient la bourre en traversant le pays.

En réalité, on n’est pas tout à fait dans ce délire.

Tout le jeu est divisé en segments assez courts qui sont répartis en plusieurs type de courses : gagner un certain nombre de places, rattraper le temps perdu, face à face avec un ou des concurrents en particulier. On se retrouve face à une redondance des épreuves assez rapidement.

Le point fort du jeu est de proposer des environnements variés : campagne, ville, montagne, autoroute, sur des parcours à chaque fois uniques. A chaque niveau donc vous aurez un objectif à remplir ce qui donne un but à court terme plutôt que de penser la course en termes de stratégie générale. Ici aucune réflexion, si vous ne remplissez pas les conditions de victoire du niveau, vous recommencez.

Bref, dans la pratique, plus du tout de sensation d’un run immense à parcourir, mais bien des micro niveaux, très découpés avec des cibles à court terme. Un peu décevant et un concept qu’on aurait plutôt vu dans une salle d’arcade.

Sensations de conduite.

Tous les amoureux de belles voitures et de simulations, comme celui qui écrit ces lignes, vous le diront, une Koenigsegg ou une Audi R8 V10 ça ne se conduit pas de la même manière. Ne serait-ce que par leur conception extrêmement différente, sans avoir jamais mis les mains sur leur volant respectif, j’imagine que le comportement des deux voitures n’a rien à voir. De plus, lancé à 340km/h j’ai de sérieux doutes sur le fait qu’une voiture de police puisse les dépasser comme s’ils dépassaient une Twingo sur l’autoroute.

Pourquoi je dis ça ? Parce que d’une voiture à l’autre, il n’y aucune sensation de différence. Pire, il n’y a aucune sensation de conduite. A aucun moment je ne suis mis à la place d’un pilote. Pas de vue cockpit, bruit du moteur risible, sensation de vitesse contradictoire (aussi prenant à 100 qu’à 300), comportement des usagers normaux aberrants (sauf si tout le monde roule à 180 en Amérique), freinages ridicules, sensations de sous et survirages absentes, comportement des voitures en virage incompréhensible… Bref, ne cherchez pas, on est bien dans de l’arcade pure et dure. Conduire une voiture ou une trottinette aurait été traité de la même manière par les développeurs.

Pire, l’environnement routier a un comportement tellement risible que les quelques bribes d’immersion sont vite balayées. On se retrouve avec une version qui se veut sérieuse de Outrun, mais en moins, beaucoup moins fun.

La fausse bonne idée.

L’idée du jeu est de vous faire vivre un film interactif. On l’a vu, la conduite est une blague, on peut ajouter à ça des séquences popcorn plutôt sympa, comme échapper à une avalanche par exemple. Une fois qu’on a compris dans quoi on a mis les pieds, ça devient assez marrant et agréable sauf que… Sauf que le jeu se prend un peu trop au sérieux pour que ça devienne une parodie.

Les flics sont des trolls ultimes qui participent grandement à la montée de la frustration. Ils vous rattrapent en un clin d’½il même lancé à plus de 300km/h, ils se mettent en travers de la route 2 secondes avant votre arrivée, même avec des nerfs et des réflexes aiguisés (même en sachant que ça va arriver parfois), impossible de ne pas les cartonner. Souvent frustrant, les IA ne sont pas en reste, tel Mario kart, vous pouvez passer de premier à milieu de grille à quelques centaines de mètres du finish alors que vous êtes en vitesse max la nitro enclenchée.

Puis, il y a 3/4 phases de cinématique participative. Dans ces phases, vous êtes hors de votre voiture et pour diverses raisons vous vous faites poursuivre. Vous courez et devez vous en sortir en réussissant une série de QTE absolument inutile. Ici, on aurait carrément préféré une cinématique. Ces phases-là ne servent à rien. Je comprends qu’ils aient voulu faire un film interactif, mais franchement on s’en fout. On s’en fout de l’histoire, on s’en fout du héros, on s’en fout des justifications. On veut juste conduire de belles voitures sur des routes ouvertes.

Malheureusement, vous l’aurez compris ce n’est pas le cas.

Le jeu reste plaisant pour qui cherche une expérience arcade divertissante et encore, il sera vite soulé par les nombreux problèmes de dosages et injustices aberrantes du comportement de l’IA.

 

Verdict : il a sa place dans le bac à promo à 1¤. Vite consommé, vite oublié, ce que le pitch promet n’est pas fourni et le jeu ne satisfera pas grand monde. Dommage donc car cela aurait pu être une bonne expérience de conduite dans un jeu qui aurait pu proposer quelque chose de nouveau.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Neves
Signaler
Neves
N'est ce pas une bonne déclinaison/tentative de renouvellement. Au rythme d'un NFS par an, c'est plutôt salutaire de ratisser large en terme de concept ...
Atred
Signaler
Atred
Ben il s inscrit pas comme renouvellement, plutôt comme déclinaison comme tu le dis. Pourquoi?
Neves
Signaler
Neves
Cet opus s'inscrit comment dans la volonté de renouveler la licence ? The Run, Shift, ProStreet, Underground, Poursuite Infernale, un même NFS mais des déclinaisons bien diverses ...
Donald87
Signaler
Donald87
Les promo à 1 € ... J'en vois vraiment peu personnellement.
Cela se rapproche, le plus souvent, à 5 €.

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris