The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 08/09/17 à 19h21

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Questions existentielles (Divers)

1.      Explication du problème

Commençons par définir pour la compréhension de tout le monde ce qu’est un « Scalper ». Utilisé par les anglophones pour désigner les gens qui achètent consciemment un produit distribué en quantité limité pour le revendre avec une marge derrière. Ce phénomène existe dans tous les domaines qui touchent à la collection et donc le jeux vidéo ne fait pas exception. C'est par extensions les vendeurs qui spéculent sur les jeux vidéo en fait.

Si jusqu’à il y a peu, le jeu vidéo était relativement épargné par le phénomène, (la montée des prix sauf cas particulier se faisant naturellement face à l'offre et la demande du marché) il est aujourd’hui pleinement en marche et donc aussi pleinement décrié par les collectionneurs ou autres joueurs réels qui n’arrivent plus à se procurer des produits alors même qu’ils sont à peine sortis.

C’est par exemple le cas pour certains Amiibos qui semblent être déjà tous vendus avant d’arriver sur les rayons, ou certaines éditions collector qui sont faites pour être limitées à la base mais sur lesquelles personne n’arrive à mettre la main sans passer par des sites tels qu’eBay.

Donc face à la montée de la grogne et suite au catastrophique lancement de la version physique de Night Trap par Limited Run, j’ai décidé de chercher un peu à comprendre ce phénomène et surtout à savoir s’il était marginal ou devenu systématique comme certains le prétendent.

Effectivement, dans le cas des lancements comme les jeux Limited Run, le nombre de jeux et la fenêtre d’ouverture des achats sont clairement exposés à l’avance. Si vous n’arrivez pas à avoir de jeu, c’est que vous n’avez pas été assez rapide ou que vous n'avez pas eu de chance. C’est le jeu des versions limités, ça a été mon cas sur le dernier, c’est frustrant mais ça fait partie du charme. Mais pour Night Trap, LRG a eu pour la première fois semble-t-il un problème de taille lors de l’ouverture de sa première fenêtre de commande.

A la seconde même où ils ont ouvert les commandes, 100% des jeux étaient déjà achetés, ce qui est strictement impossible sans manipulation. C’est donc une armée de bots qui a court-circuité le site, et qui les a obligés à supprimer toutes les commandes d’un coup pour remettre les compteurs à zéro et relancer la fenêtre. Cela a fait bondir la communauté d’acheteurs réels qui s’est retrouvée avec un panier vide ou une commande rejetée pour les quelques-uns qui avaient réussi à commander. Bref, un cafouillage qui a vite été imputé aux Scalpers.

Il faut bien comprendre ici que ce ne sont pas des revendeurs comme les autres. Ils ne sont pas là pour jouer sur l’offre et la demande de manière traditionnelle, ni même sur la rareté. Là où un jeu retro peut prendre au fur et à mesure de la valeur sur le marché car il devient de plus en plus rare par exemple et donc la côte s’ajuste au fur et à mesure, ici on parle de produits neufs, achetés pour être revendus directement.

Le problème, si l’on se place strictement du point de vue du marché, c’est que cela accentue l’inflation naturelle d’une offre déjà limitée en nombre. En effet, ce sont ces scalpers qui réduisent de facto la quantité déjà limitée et qui fixent eux même sans base de référence le prix de revente du jeu ou de l’accessoire. Pour donner une idée si cela était possible sur le marché financier, ceci s’appellerait un délit d’initié. Connaitre par avance la quantité et le prix d’un produit avant sa mise sur le marché pour l’utiliser à des fins spéculatives. La définition même du délit d’initié à une variante près : ces détails sont communiqués à tous et transparents pour la communauté. Donc, il n’y a rien d’illégal. C’est une pratique que l’on peut facilement qualifier de dégueulasse, certes, mais pas illégale.

C’est le cas pour les NES et SNES mini par exemple. Le problème est de savoir si la grogne des « vrais » joueurs contre ses scalpers est légitime. Responsables de tous les maux et de la spéculation de leur marché de prédilection.

Pour répondre à la question de la marginalité ou de la généralisation de cette pratique, j’ai donc pris comme exemple d’étude 2 produits récents qui ne rentrent pas dans la catégorie rétro facilement identifiables et dont les quantités étaient connues à l’avance pour pouvoir faire des ratios :

-        Night trap collector Edition, de LRG, produit à 3000 exemplaires, vendu 54,99$ à sa sortie.

-        Cursed castilla EX, de Play Asia exclusive, produit à 3000 exemplaires, vendu de mémoire à 60¤ à sa sortie.

Les sites recensés sont : eBay, leboncoin, priceminister, amazon.

C’est peu, mais ce sont les principaux et je ne peux pas aller faire tous les magasins physiques du monde pour aller vérifier s’ils l’ont en stock et à quel prix. C’est donc un peu bancal, mais je pense quand même suffisant pour faire un ratio relativement réaliste pour ces 2 cas qui n’intéressent que peu de gens et se doivent donc d’être extrêmement visibles.

Les résultats de cette rapide recherche, où je n'en ai trouvé que sur eBay finalement :

Night trap : 59 en vente ou vendus sur les sites soit 2% de jeux disponibles à une moyenne de prix de 170¤ soit 3.5 fois le prix de base environ.

Cursed castilla EX : 30 en vente ou vendus sur les sites soit 1% de jeux disponibles à une moyenne de prix de 130¤ Frais de port inclus soit 2.5 fois le prix de base à peu prés.

Conclusion : Les scalpers ne représentent donc qu’une infime partie des produits vendus. Le problème vient du fait que ce sont surtout les seuls qui vendent ces produits. Ils fixent donc le prix de vente à leur guise pendant un temps. Le système d'enchère eBay pose d'entrée le point de rencontre entre l'offre et la demande et donc stabilise les prix assez rapidement. Mais la grosse majorité n’est pas en vente, donc probablement chez un collectionneur ou un joueur qui les chérissent autant que vous le feriez. Ne soyez pas jaloux, un jour il sera vôtre.

Bien entendu, cette petite expérience n'est pas totalement réaliste dans le sens ou je suis incapable de recenser avec précision les offres dans tous les pays sur tous les sites. Mais même si je n'étais allé que sur eBay, je pense que c'est assez parlant.

La fausse bienveillance des sites contre le phénomène.

Dans le cas d’eBay :

Remettons ici les pendules à l’heure. J’utilise beaucoup eBay en tant que collectionneur. Je suis moi-même vendeur de temps en temps et c’est grâce à ce site que je trouve les pièces que je ne pourrais jamais trouver autrement.

Lors de la mise en précommande de la SNES Mini, beaucoup de sites internet avaient relayé par news qu’eBay faisait la chasse aux revendeurs de précommande à des prix prohibitifs. Cela avait été fait assez rapidement, sans chercher à savoir réellement pourquoi eBay avait fait une telle chose et pris comme acquis pour une partie des joueurs que c’était pour lutter contre ce phénomène de salops de revendeurs capitalistes.

Non pas du tout, rien à voir à vrai dire. Apres discussion avec eBay via Tweeter pour comprendre dans ce cas pourquoi, quelques secondes seulement après la mise en vente de Night Trap il se retrouvait directement sur leur site à 3 fois son prix réel alors que le jeu n’est même pas parti des locaux de l’éditeur. Il s’avère en fait que la politique d’eBay envers les vendeurs et de ne pas avoir le droit de mettre en vente des objets qui ne pourront en théorie pas être envoyés à l’acheteur sous 30 jours. 30 jours hein, en sachant que j’ai mis 2 mois à recevoir ma dernière commande Limited run, si on compte ensuite le re-postage du revendeur, il est peu probable que cette limite ne soit pas dépassée pour ces jeux là aussi.

Voilà, donc rien à voir avec une quelconque morale de la part du site, ce qui aurait été contreproductif pour lui et c’est bien compréhensible. eBay est une plateforme de vente, pas de bienfaisance, que ça plaise ou non.

Dans le cas de Limited Run :

Ici on a affaire à autre chose. C’est, je pense, une entreprise sincère et fondée sur des bonnes valeurs pour les collectionneurs. J’aime beaucoup ce qu’ils font, ils s’améliorent au fil du temps mais il y a une contradiction forte dans leur politique.

Beaucoup de jeux sont limités à une 1 vente par compte ce qui est à peu près le seul moyen pour eux de faire quelque chose. Mais déjà ce n’est pas le cas pour tous les jeux. Ensuite et c’est le cas pour Night Trap, quand il y a deux versions, cela compte comme 2 jeux différents et donc les gens achètent en général les 2 versions. Si c’est vraiment un collectionneur ou un joueur, il n’a aucun intérêt à prendre les deux versions. Donc le site cautionne tacitement le fait que les plus rapides et chanceux ont le droit d’acheter deux galettes et d’en revendre une 4 fois son prix plus tard.

2.      L’hypocrisie de la communauté

Ne nous leurrons pas, la plupart des gens intéressés par ces produits les veulent pour les mettre neufs sur une étagère et ne jamais y toucher. Pourquoi ? Pour qu’ils ne perdent pas de valeur et capitaliser dessus dans le but avoué ou pas, qu’ils feront ou pas, mais de les revendre un jour à un prix exorbitant, comme les scalpers qu’ils condamnent donc. C’est ce que les américains appellent aujourd’hui des « Shelf Collectors », c’est-à-dire des gens qui achètent des jeux pour ne pas y jouer. D’autant plus facile aujourd’hui que l’on peut acheter la version physique, la laisser sous blister le temps qu’elle prenne de la valeur et acheter la version digitale (voire la télécharger illégalement gratuitement) pour y jouer.

Mieux encore, certains n’hésitent pas à acheter plusieurs fois le jeu pour raréfier encore plus ce dernier et donc faire monter sa côte. C’est le cas dans les jeux rétro rares par exemple. Cela permet à quelques-uns de décider du prix du jeu une fois qu’ils possèdent la moitié des cartouches connues encore en circulation. On frise ici le monopole et la connerie pure et simple.

Que dire encore de cette mode américaine de faire enchâsser les jeux, consoles ou accessoires, comme c’est le cas pour les pièces de monnaies, les billets ou les timbres par une société spécialisée dans la notation de la qualité de l’objet et sa certification pour ensuite les revendre à des prix exorbitants ? On dénature totalement l’objet de sa fonction de jeu en faisant cela. Ce qui n’est pas grave dans le cas d’un timbre ou d’une pièce, car ils ne sont de toute façon plus acceptés comme tels aujourd’hui en circulation. La bêtise n’a pas de limite.

Ce sont bien ici des collectionneurs qui font monter les côtes et les prix, des gens qui appartiennent à la communauté comme tous ceux qui pleurent dans les forums. Peut-on dire que beaucoup d’entre eux pleurent parce qu’ils n’ont pas pu faire de même cette fois ci et qu’ils sont dégoutés de voir qu’un autre qu’eux se fera de l’argent ?

Je voulais innocemment acheter des Amiibos Zelda pour tester avec BOTW. Impossible à trouver à part sur eBay ou le bon coin, sur Amazon ou autre à des prix qui m’ont fait plus rire que pleurer. Tous neufs bien entendu, par des particuliers ou des pros. Ha, ben ce n’est pas grave, je m’en passerai pour l’instant, j’attendrai quelques temps et pendant le creux ou après la mode, je les achèterai. Je voulais Night Trap sur PS4 pour voir à quel point ce jeu est mauvais ? Oui je préfère les versions physiques, mais tant pis, je le prendrai en dématérialisé et ce sera pareil pour mon expérience de jeu.

Il y a ici ou là dans mon article des jugements de valeur, mais je ne pense pas à mal. Les Scalpers sont des gens qui font de l’argent, les collectionneurs sont des gens qui aiment leurs objets. Les dérives qui sont décrites touchent tous les milieux de collection et je ne présente ici que mon point de vue.

Alors avant de crier au loup, il faudrait commencer par rappeler à la communauté de joueurs et de collectionneurs que non, vous n'avez pas à avoir 2 ou 3 jeux du même type c'est inutile. Si vous en avez un et que vous en croisez un plus bas que la côte dans un magasin ou vide grenier, laissez le pour un joueur qui n'en a pas, ne l'achetez pas en pensant le revendre derrière. Oui, c'est utopique mais c'est pourtant ce que je fais, par idéal, par principe. On est comme ça au 47, on essai d'être des mecs bien.

 Peace les gars c'est juste des jeux bordel!

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Commentaires

Atred
Signaler
Atred
Le gamer aux mains carrées c'est un peu mon traducteur officiel. Il écris dans les commentaires ce qu'il faut lire implicitement dans certains de mes posts et qui me paraissent inutile d'expliquer parce que je considère que le lecteur et capable de le comprendre par lui même ou que l'article devrait le pousser à ouvrir sa réflexion.
Bref c'est la matérialisation de mon côté flemmard, celui qui me dit : nan c'est pas la peine, j'ai la flemme d'écrire tout ça :)
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees

"Tout comme la loi. Et justement loi et morale ont eu une construction en parallèle, si je puis dire. Ce qui est jugé mal dans une société est puni par la loi".

 

C'est en partie vrai, mais "loi" et "morale" sont deux concepts différents, il n'y a pas de réelle adéquation entre les deux. En quelque sorte, la loi est un prolongement institutionnel de la morale, mais tout ce qui est condamné par la morale n'est pas nécessairement condamné par la loi (et, j'imagine, tout ce qui est condamné par la loi n'est pas forcément condamné par la morale, même si aucun exemple ne me vient à l'esprit). La "morale" est un idéal, elle vise un absolu qui est difficilement accessible à un être humain "standard", dans la mesure où nul ne saurait être parfait. La "loi", elle, s'ancre dans la réalité de l'être humain, et elle en tient compte, revoyant donc ainsi ses attentes à la baisse de manière à être obéi. Envisagée ainsi, la Loi peut être considérée comme un compromis réaliste de la Morale.

 

Ainsi, on aurait tort de croire que ce qui n'est pas condamné par la loi est forcément moral.

 

 

"Tout comme le particulier qui vend quoique ce soit neuf ou d'occasion. Mais c'est son droit".

 

Comme je le suggérais dans mon commentaire précédent, en réalité, ce "droit" est sujet à débat. Snake serait plus à même de répondre ici, c'est lui le spécialiste mais il me semble que si on suit la loi à la lettre, la vente de neuf ou d'occasion par un particulier est illégale.

 

Quoi qu'il en soit, de mon point de vue "idéal" forcené (on l'aura compris), il y a une différence entre revendre quelque chose de manière à rentrer dans ses frais ou à limiter les pertes, et chercher à en retirer du profit. Le parasitisme économique commence quand la spéculation devient une source de revenus, car c'est à partir de là (et seulement là) que le vendeur inscrit sa démarche dans une dynamique "de marché".

 

Il manquait effectivement cette nuance à ma formulation, tu as bien fait de me reprendre.

 

 

"Mais le spéculateur ne lèse personne justement.

En tout cas, à mes yeux quelqu'un qui considèrerait qu'on lui cause du tort lorsqu'on l'empêche d'accéder à un produit culturel (et a fortiori un produit de l'ordre du loisir), qui ramènerait ça à une forme de déchéance des valeurs morales de l'humanité, j'aurais plutôt tendance à considérer qu'il est peut-être un peu trop marqué par la société de de consommation, qu'il est un peu trop matérialiste pour son propre bien. (Ou alors il troll, ce qui serait déjà plus rassurant)"

 

Je comprends tout à fait ton point de vue, je t'assure, mais je fonde le mien sur une analyse des systèmes logiques et moraux qui poussent à la spéculation, plutôt que sur la réalité des données considérées. Bon, c'est un peu pompeux, formulé comme ça, mais tu me connais, c'est juste parce que je n'ai pas trouvé de meilleure formule pour m'exprimer.

 

Pour être plus clair : bien sûr que les produits de divertissements ne sont pas des produits de première nécessité, mais le fonctionnement de la spéculation, elle, reste le même dans les deux cas. En somme, la nature des produits sur laquelle on spécule est une variable, mais l'équation au-delà reste la même, et la construction mentale également. Si bien que même si ça peut sembler anodin dans le cadre du jeu vidéo, cela trahit une manière d'être/de penser/de concevoir le rapport à l'autre qui excèdera nécessairement ce seul domaine. Car la spéculation ne sera jamais une fin en soi. C'est l'expression d'autre chose, de plus profond, de plus intime, qui aura mille répercutions et mille façons de se matérialiser au quotidien, dont la spéculation. C'est cet autre chose que je condamne à travers cette dernière, qui n'en est que la manifestation.

 

Si on tente de considérer la question de façon objective, on se contentera de dire qu'agir de façon à priver quelqu'un de ce qu'il souhaite, c'est le léser. Ensuite, effectivement, il y a des préjudices plus graves que d'autres, mais ce n'est pas parce que le préjudice n'est pas grave (ou parce qu'on juge qu'il ne l'est pas) qu'il n'y a pas préjudice dans les faits (même si je te rejoins : il n'y a rien de dramatique tant qu'on parle de jeu vidéo).

 

Alors bien sûr, s'approprier quelque chose (en l'achetant, par exemple), c'est déjà léser quelqu'un puisque c'est priver une autre personne de ce qu'on s'est attribué. Mais sur le plan de la morale, il y a là encore une différence fondamentale entre s'approprier quelque chose pour soi (ici, "priver" autrui est une conséquence fâcheuse, mais inévitable) et s'approprier quelque chose pour en priver autrui (ici, "priver" est le but de la démarche, afin de renforcer le besoin, et donc le désir, et donc de permettre une re-vente avec plus-value).

 

 

"On ne va pas entrer dans un débat philosophique, mais certains te répondraient que justement l'être humain est opportuniste et """mauvais""" de nature. C'est d'ailleurs pour ça qu'on a inventé Loi, Morale (et religion) : recadrer l'humanité en l'extirpant de son état naturel où "L'homme est un loup pour son frère"".

 

En effet, on pourrait tout à fait rétorquer ça, c'est fréquent sur la toile. Mais en ce cas, on pourrait arguer en retour que si l'homme est vraiment mauvais par nature, il aurait été bien maso de s'emmerder la vie en inventant des concepts comme la Loi ou la Morale... car au-delà, c'est bien la question de la réalité de la "nature humaine" qui se pose et comme tu le soulignes, cela nous entraînera dans un tout autre débat. 

 

Quoi qu'il en soit, pour schématiser, l'homme est un animal et en cela, on peut considérer qu'il possède une "nature", mais c'est aussi une créature sociale, une construction conceptuelle et par conséquent, quand bien même nature il y aurait, il a à sa disposition les armes symboliques pour dépasser celle-ci (au travers notamment de l'instruction et de la réflexion).

 

 

"Donc en ce qui me concerne, la question morale en matière de spéculation sur des jeux vidéos, Amiibo et tutti quanti, est tout simplement hors sujet".

 

Là encore, je comprends mais en réalité, la question de la morale se pose partout, tout le temps, à chaque minute de notre existence, y compris aux niveaux les plus anodins, et considérer les choses sous cet angle ouvre des perspectives passionnantes aussi... et ô combien instructives. Parce que finalement, c'est un peu comme dans Full metal Alchemist : tout est dans tout. Comprendre : le petit est dans le grand, le grand est dans le petit. Et en s'interrogeant sur la moralité de la spéculation (petit), on s'interroge sur la moralité d'une société, ou d'une génération, ou d'une espèce (grand). Les ramifications sont sans fin, mais elles sont rarement improductives.

KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

"Le propre de la morale, justement, c'est d'être un concept propre à l'humanité, qui ne renvoie à aucune donnée objective du monde -"

 

Tout comme la loi. Et justement loi et morale ont eu une construction en parallèle, si je puis dire. Ce qui est jugé mal dans une société est puni par la loi.

 

"Enfin, d'un point de vue économique, les spéculateurs sont des parasites puisqu'ils ne produisent rien (ni richesse, ni service). Ils se contentent d'ajouter un maillon inutile à la chaîne des intermédiaires entre les producteurs et les consommateurs."

 

Tout comme le particulier qui vend quoique ce soit neuf ou d'occasion. Mais c'est son droit.

 

 

"Par ailleurs, il est faux de dire que les spéculateurs ne lèsent personne puisque les stocks sont limités et que par conséquent, quand ils achètent dix ou vingt exemplaires d'un même produit, ils empêchent dix ou vingt personne de l'acquérir au prix normal."

 

Mais le spéculateur ne lèse personne justement.

En tout cas, à mes yeux quelqu'un qui considèrerait qu'on lui cause du tort lorsqu'on l'empêche d'accéder à un produit culturel (et a fortiori un produit de l'ordre du loisir), qui ramènerait ça à une forme de déchéance des valeurs morales de l'humanité, j'aurais plutôt tendance à considérer qu'il est peut-être un peu trop marqué par la société de de consommation, qu'il est un peu trop matérialiste pour son propre bien. (Ou alors il troll, ce qui serait déjà plus rassurant)

 

Parce qu'il y a des choses bien plus grave dans la vie qu'un type qui ne peut pas s'acheter un jeu vidéo ou un Amiibo au prix qu'il le voudrait.

L'exemple du mendiant est criant : la personne qui en est réduite à quémander sa nourriture dans la rue, sa fichue vie est en péril.

On est à des années-lumières du petit confort du joueur qui grince des dents en voyant que le nouvel Amiibo est en rupture de stock et est vendu à prix d'or sur Ebay et Leboncoin.

 

"Ou plutôt : définit l'humanité de l'être que nous sommes"

 

On ne va pas entrer dans un débat philosophique, mais certains te répondraient que justement l'être humain est opportuniste et """mauvais""" de nature. C'est d'ailleurs pour ça qu'on a inventé Loi, Morale (et religion) : recadrer l'humanité en l'extirpant de son état naturel où "L'homme est un loup pour son frère".

 

 

Donc en ce qui me concerne, la question morale en matière de spéculation sur des jeux vidéos, Amiibo et tutti quanti, est tout simplement hors sujet.

Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees

Evidemment que si, ça relève d'une question de morale.

 

Le propre de la morale, justement, c'est d'être un concept propre à l'humanité, qui ne renvoie à aucune donnée objective du monde - mais ça n'en est pas moins un concept autour duquel l'identité (collective autant qu'individuelle) de l'humanité s'est construite, au même titre que l'art, l'argent, l'amour (etc), aussi ne peut-on pas faire comme s'il s'agissait d'un détail - ou pire, d'une invention de toutes pièces (même si c'en est bel et bien une, objectivement parlant).

En l'occurrence, oui, on peut tout à fait spéculer. Après tout, la "demande" est en partie responsable de l'"offre", et s'il y a des gogos pour payer le prix fort, pourquoi se priverait-on ? C'est précisément à ce niveau que la question de la morale se situe. Si l'on n'accorde pas d'importance au concept, pas de souci, en effet, on est libre de spéculer, il n'y a rien d'illégal là-dedans (encore que. Snake nous dirait que dans le cas de produits neufs vendus encore sous blister, on est à la limite de la légalité, voire au-delà).

Tout comme on peut croiser un mec qui crève de faim dans la rue, avoir deux baguettes et refuser de lui filer un quignon sous prétexte que ces baguettes nous appartiennent, qu'on a payé pour et qu'on a pas à partager. Ou accepter de lui vendre un bout de baguette 10 balles, puisqu'il a très très faim, alors qu'on a payé la baguette entière 50 centimes. Après tout, c'est un peu comme ça que l'économie mondiale fonctionne...

Le fait qu'on soit libre de le faire n'implique pourtant pas que nous sommes tenus de le faire. C'est précisément pour palier (un peu) à cela qu'on a inventé le concept de morale.

La morale, finalement, c'est une façon de rappeler à l'être humain qu'autrui est un "autre soi-même", une façon de jauger sa capacité à l'empathie, son aptitude à se projeter dans son semblable. Y verra-t-on notre reflet, quelqu'un à qui "on ne fera pas ce qu'on ne voudrait pas qu'il nous fasse", ou bien une poule aux oeufs d'or, un moyen, une manne à exploiter, écraser, manipuler, pour la thune ou la gloire (et autres enfantillages bas du front) ?

 

Rien ne nous oblige à l'un plutôt qu'à l'autre mais le choix que nous faisons (sans doute ce qui existe de plus proche du "libre arbitre") définit l'être humain que nous sommes. Ou plutôt : définit l'humanité de l'être que nous sommes.

La question n'a donc rien d'anecdotique, au contraire, elle est fondamentale : celui qui se dira "cool, il y a de l'argent à se faire" finira sans doute plus riche que celui qui se dira "ouais mais je risque de léser quelqu'un, en procédant ainsi", et ça en fait sans doute quelqu'un de plus malin, c'est sûr... mais ça en fait aussi quelqu'un de moins humain, de moins "civilisé" (en ce sens qu'une civilisation se construit par le groupe, non par l'individu).

A chacun de faire son choix en fonction de ce qu'il privilégie, mais on ne peut pas dire que ce choix est sans importance.

Par ailleurs, il est faux de dire que les spéculateurs ne lèsent personne puisque les stocks sont limités et que par conséquent, quand ils achètent dix ou vingt exemplaires d'un même produit, ils empêchent dix ou vingt personne de l'acquérir au prix normal.

Enfin, d'un point de vue économique, les spéculateurs sont des parasites puisqu'ils ne produisent rien (ni richesse, ni service). Ils se contentent d'ajouter un maillon inutile à la chaîne des intermédiaires entre les producteurs et les consommateurs.

Donc perso, oui, je blâme, parce que de mon point de vue, c'est triplement blâmable, et ça traduit une mentalité qui, à mon sens, est en train de foutre en l'air tout ce que notre espèce a laborieusement construit au fil des siècles.

Silon Kin
Signaler
Silon Kin
article très intéréssant, et qui explique bien le probleme actuel que l'on rencontre avec ces versions physique limitée. on voit la même chose dans le rétrogaming d'ailleurs, des types qui n'ont de toute évidence, aucune passions, et qui rachète des jeux/consoles/accessoire pour essayer de les revendre en faisant des gros bénef (aucune idée de si ça marche vraiment d'ailleurs). Autrement, si c'est pas cool sur le plan moral, malheureusement, tant que que t'aura des gens pour acheter (j'aime bien ressortir l'exemple de la mini nes partie a 800€ sur ebay) t'aura des gens pour proposer des prix aussi abusif. A mon avis, on peut continuer a collectionner de manière raisonnable, et sans se ruiner. Et comme tu le dis dans ton édito, accumuler une belle collec de jeu c'est bien, mais pouvoir le prendre le temps d'y jouer c'est encore mieux !
koforever
Signaler
koforever

Quand je suis aller acheter les amiibo Bayonetta a micromania , il y avait le Cloud FF7 que je cherchais , un Zelda que je ne cherchais pas mais que j ai pris et 2 Bayonetta cheveux court .

Ca ne m a meme pas effleure l esprit de prendre les deux pour en revendre un plus tard , j aurais peut etre du vu le prix le soir meme .

KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Comme je disais, tant qu'il y aura des gens pour dépenser des sommes exorbitantes dans des jeux sur Ebay, il y aura des types pour jouer sur la rareté des jeux. En ce qui me concerne, je ne risque pas de blâmer ces derniers.

Atred
Signaler
Atred
@King : au contraire je pense que c'est exactement le même principe.

" la loi ne l'interdit pas" exact c'est là où je parle de morale. Ce n'est pas parce que la loi ne l'interdit que c'est une bonne chose. Ce n'est pas non plus parce que les autres le font que c'est bien de la faire. Apres, ca reste des jeux comme je le dit, mais c'est le reflet de comportements généraux dans le reste de la société.
Enfin il y a une énorme différence entre acheter un jeu, y jouer ou pas et finalement le revendre au prix du marché qu'il soit plus élevé ou plus bas quand tu n'en veux plus ET acheter un stock pour rarefier et manipuler la côte systématiquement d'un objet.

C'est aussi pourquoi je parle d'hypocrisie de la communauté des joueurs car ceux qui font ça sont aussi les premiers a pleurer dans les forums ou les reseaux quand ils n'arrivent pas a avoir un jeu ou qu'il est trop cher sur internet...
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY

Comme j l ai clairement écris, c est mon point de vue. Effectivement j met un peu de moral dans mon passe temps en pensant aux autre joueurs et en évitant de surconsomer ou rentrer dans le jeu de la spéculation.
@King non j vois pas en quoi c est mal venu d avoir un petit peu de moral dans ce genre de comportement. Oui c est sa petite échelle mais dire que mettre de la morale dans une économie de marché est mal venue c est donc cautionner toutes ses dérives financières etc...
Bref j vais faire le moraliste pour un fois mais j t invite à te poser ce genre de questions en général. C est pas parce qu on peut le faire ou qu' on en a le droit qu'on doit nécessairement le faire.

 

C'est surtout que je pense que la morale n'a rien à faire là-dedans. Quelqu'un qui "surconsomme" ne cause de tort à personne (Et ne pas pouvoir jouer à un jeu, j'appelle pas ça un "tort"). Il ne fait rien de mal/immoral et au surplus, la loi ne l'interdit pas.

 

Les autres n'ont qu'à être plus malins/vifs/fortunés.

 

Quant aux dérives financières, je pense qu'il ne faut justement pas tout mélanger. Jouer les requins de la finance et conduire des entreprises à la ruine, et donc des gens vers le chômage, oui il y a un côté immoral mais ça n'a strictement rien à voir avec un type qui décide de spéculer sur la rareté d'un objet.

Atred
Signaler
Atred
Comme j l ai clairement écris, c est mon point de vue. Effectivement j met un peu de moral dans mon passe temps en pensant aux autre joueurs et en évitant de surconsomer ou rentrer dans le jeu de la spéculation.
@King non j vois pas en quoi c est mal venu d avoir un petit peu de moral dans ce genre de comportement. Oui c est sa petite échelle mais dire que mettre de la morale dans une économie de marché est mal venue c est donc cautionner toutes ses dérives financières etc...
Bref j vais faire le moraliste pour un fois mais j t invite à te poser ce genre de questions en général. C est pas parce qu on peut le faire ou qu' on en a le droit qu'on doit nécessairement le faire.
angeP
Signaler
angeP
Ah ! bah bravo, par ce qu'on arnaque les gens en achetant tous les Amiibo/pack collector pour les revendre trois fois leur prix, on est les méchants maintenant. Je vous jure, bande d'ingrats !
KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY
Je ne pratique pas (Ayant autre chose à foutre que de spéculer sur des objets de collection) mais je ne vois vraiment pas où est le problème (Dans le cas d'un achat "traditionnel", j'entends, forcément que ceux qui vont jusqu'à employer des bots pour acheter des trucs poussent le bouchon assez loin).

Offre, demande, et forcément les moyens de chacun... C'est le "jeu", j'ai envie de dire.
Un acheteur n'est pas supposé "penser aux autres". S'il a les moyens et la volonté de s'acheter deux, trois, dix, vingt exemplaires d'un produit, c'est lui que ça regarde tout comme c'est lui que ça regarde s'il veut acheter ce produit pour l'utiliser, l'exposer, le revendre ou en faire des confétis. Si d'autres n'ont pas peu acquérir leur exemplaire, c'est leur problème, pas le sien.

Je suis peut-être cynique mais je trouve bien malvenu d'insérer une question morale dans ce domaine.

Bref, tant qu'il y aura des pigeons, pardonnez-moi l'expression, pour dépenser des fortunes sur Ebay, les vendeurs auraient tort de se priver.


Et puis, je serai bien mal placé pour critiquer la spéculation, venant justement de vendre un Project Zero 5 collector plus cher que ce qu'il m'a coûté à sa sortie.

Quant à la collection "Shelf", je pratique un peu malgré moi mais pas pour les jeux vidéo et pas pour spéculer.
Il y a des livres que je possède dans de très belles éditions, parfois si belles que je n'ai pas envie de les toucher par peur de les abimer. J'ai un Dracula comme ça, magnifique.. Et du coup j'ai acheté une édition poche pour pouvoir relire ce roman sans toucher à la belle édition que je possède.
Neves
Signaler
Neves
Je plaide coupable.

MAIS c'est pas moi, c'est mon autre moi. J'ai acheté Zelda ALBW et j'ai vraiment cru que j'allais y jouer. Puis un beau jour, je me suis rendu compte que je n'avais PAS de 3DS. Mon plan est donc désormais de devenir millionnaire avant 2030.

Cela fait-il de moi un Scalper par accident ?

PS : "il faudrait commencer par rappeler à la communauté de joueurs et de collectionneurs que non, vous n'avez pas à avoir 2 ou 3 jeux du même type c'est inutile" => va dire ça à Joniwan :D
Atred
Signaler
Atred
Merci ^^
Effectivement je pense que c’était sur Dragon's trap mais partiellement seulement, alors que vendredi c’était n'importe quoi. Enfin, l'un ou l'autre le pb était le même donc ça changera pas le propos.
Pour la home, je redoute mais je ne suis pas sur d'y finir. Si jamais ça va être intéressant je pense, peut être que des bloggers vont révéler leur véritable passion pour la spéculation, qui sait !
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees

Un article exhaustif sur un vrai problème de société (en ce sens que c'est là la manifestation d'une mentalité collective qui excède le seul cadre du jeu vidéo), avec une conclusion pleine de bon sens, merci.

Dommage qu'il soit appelé à finir en Home, tu risques fort de te coltiner foule de commentaires crétins de la part d'analphabètes patentés pour qui "gagner des sousous sans faire d'effort" est plus qu'un sacerdoce : carrément un idéal de vie.

En ce qui me concerne, j'ai beau collectionner un peu, je ne vais pas au-delà d'une limite budgétaire très simple : celle à partir de laquelle j'ai l'impression d'être pris pour un con. Avoir une fierté, ça sert à ça. Du coup, le Vampire's Kiss en boîte sur SFC, il attendra longtemps.

Juste au passage, à ma connaissance, pour ce qui est des Limited Run, le premier vrai gros problème s'est posé avec Dragon's Trap, le remake magnifique de Wonderboy III.
On peut même trouver un gars qui, pour le coup, est sévèrement burné puisqu'il propose le collector sur Ebay pour... 1000 dollars. :lol: (bon, en même temps, c'est rien, comparé aux Amiibo Link :lol: Une broutille, on vous dit !).

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris