The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 15/10/17 à 15h49

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

En 1992/93 Flashback venait prendre la suite d’Another World dans le c½ur des joueurs. Véritable prouesse graphique, génie de la mise en scène, scénarisé avec talent, ce jeu fabriqué par Monsieur Paul Cuisset et sa société Delphine software continuait ce qu’Éric Chahi (avec en grande partie le même studio de Delphine) avait lancé quelques mois auparavant. Faire briller une excellence à la Française, une touche ambitieuse et magnifique des petits créateurs hexagonaux. Véritables inspirations pour l’industrie mondiale en devenir, les deux copains (même s’il ne sont pas les seuls hein on est d’accord), ont su profondément marquer l’histoire du média en définissant de nouveaux codes et en empruntant de manière intelligente d’autres syntaxes comme celles du cinéma par exemple.

On ne va pas refaire l’histoire vous la connaissez déjà tous, pour ceux qui ont 30 ans et plus. C’est ici que rentre en jeu le concept de portage en version HD de ces véritables pierres angulaires d’un média en recherche d’identité.

Car si Mr Cuisset est une des personnalités préférées du jeu vidéo français, incontournable pour beaucoup d’entre nous pour sa contribution toujours active au marché du côté des joueurs et des développeurs, on ne peut ignorer que les jeux de l’époque ont pris un coup de vieux. Alors, entre les prix des jeux rétro qui explosent, la difficulté de continuer à jouer sur les consoles anciennes dans de bonnes conditions et tout simplement le manque d’intérêt pour la culture vidéo ludique des plus jeunes joueurs, partir sur un remake de tels jeux semble être justifié et parfois même nécessaire.

Très loin d’un remake HD d’un jeu sorti sur la génération précédente qui ne répondrait qu’à une vision consumériste, la refonte de ces pépites des temps passés est donc une belle entreprise. Encore faut-il se plier à l’exercice de manière convenable car transmettre les émotions d’un autre temps sur une machine actuelle n’est pas chose aisée. Comment ne pas trahir le matériel source sans non plus lui laisser tous ses défauts ? La question est ouverte car personne n’a la recette parfaite.

Flashback constitue donc pour beaucoup un de ces jeux terriblement marquants du début des années 90. Des scènes cinématiques, une ambiance cyberpunk superbe et une histoire prenante en ont fait ce qu’il est aujourd’hui. Sans remettre en question son génie de l’époque, on ne reviendra ici dessus que pour en décrire les défauts face au marché actuel et voir comment la version HD y pallie.

Quand on met la cartouche en marche dans sa mégadrive, la première chose qui choque et fait lâcher quasi immédiatement la manette c’est, bien entendu, la jouabilité d’une rigidité inacceptable aujourd’hui. D’une complexité et d’une lenteur difficilement concevables dans les jeux du marché actuel. L’excellente technique de rotoscopie utilisée à l’époque donnait des animations plus vraies que nature au personnage mais aussi une lourdeur de tank embourbé.

Le deuxième point est sa difficulté. Extrêmement punitif, un peu moins que son grand frère quand même, Flashback n’est pas là pour pardonner les expérimentations mal placées du joueur. Il faudra vous habituer à la mort.

Enfin, et ce sont pour moi les trois seuls points négatifs du soft (mis encore une fois dans le contexte de standards actuels), sa structure narrative un peu poussive au milieu du jeu, qui oblige à des aller-retours pas forcements clairs.

Bref, vous voyez, il ne faut pas grand-chose à ce jeu pour se réadapter au marché et se laisser jouer par les vieux nostalgiques et les jeunes curieux. Alors, qu’en est-il ?

Reprenons ces trois points.

Au niveau de la maniabilité, on peut dire que le contrat est rempli. Sans perdre ses mouvements typiques pour par exemple monter à une plateforme, le jeu allège et simplifie tout ça. On reste donc dans du classique et ça se joue bien.

Pour la difficulté, là aussi, pas de problème. On a le choix entre trois modes de facile et difficile. Facile pour suivre l’histoire que l’on n’a jamais pu finir étant jeune sans se prendre la tête, difficile pour voir si 20 ans après on est enfin prêt à surpasser tout ça.

Au niveau de la structure narrative, même tarif.  Il y a de nombreuses aides activables pour ne pas se perdre et quelques circuits sont allégés ; il ne tient qu’au joueur de paramétrer comme bon lui semble.

Alors comment diable ce jeu a pu se faire démolir à sa sortie…

J’ai nécessairement laissé un point en suspens, le graphisme.

Bien que je comprenne la volonté de faire peau neuve, je trouve extrêmement dommageable que le développement se soit orienté vers une refonte en 3D. Quelle perte en effet de ne pas avoir repris les tableaux d’origine et de les avoir magnifiés à la sauce pixel art tellement en vogue aujourd’hui.

Le jeu perd ici une partie de son charme pour les vieux joueurs comme moi. En même temps, la refonte en « image de synthèse » est d’une qualité qui ne peut rivaliser avec ce qui se fait actuellement dans les très gros studios donc n’attirera pas forcement les nouveaux joueurs. On perd tous au change donc. C’est dommage parce que dans cette version HD, la direction artistique est vraiment inspirée. L’ambiance est là, le monde est vivant, les artistes qui ont bossé dessus ont clairement du talent. Mais si on prend le premier niveau par exemple, entre une forêt en pixel fouillée et étouffante du premier opus (où l’on peut sentir la végétation qui dégage une ambiance vraiment particulière même aujourd’hui) et cette jungle synthétique assez générique, le charme est rompu.

A cela s’ajoute un manque clair de moyens. La finition laisse à désirer : quelques bugs de collisions, quelques problèmes de lisibilité dans certains décors. Rien de fou mais qui laisse un gout d’achevé trop vite.

Sans trahir donc le jeu d’origine, cette version modernisée a perdu son charme comme dit plus haut. C’est dommage car le soft en lui-même n’est pas mauvais, il est même assez bon. Mais rentre dans le rang aujourd’hui de l’acceptable seulement. N’aurait-il pas mérité mieux ? Reprenez vos crayons et repartez sur de l’aventure en pixels magnifiques, fouillés en vivants. Je parle ici seulement des remakes de jeux anciens. Pour vos nouveaux projets Mr Cuisset, partez avec les technos actuelles bien entendu.

En tout cas, je conseille ce jeu à qui veut passer un moment agréable sans se prendre trop la tête. Seul le dernier monde pose véritablement problème pour moi, un peu comme le boss de fin de Half Life. C’est-à-dire qu’on se demande un peu ce qu’on fait là. Il y a des twists scénaristiques plus intéressants à explorer à mon avis que de propulser pour sa dernière partie de l’aventure le joueur dans un monde qui n’a aucun rapport avec tout le reste.

En tout cas, si vous n’avez pas fait l’original, au vu du petit 1.99¤ que le jeu coute sur le PSN en ce moment et compte tenu de la présence du soft de base en bonus, vous n’avez aucune excuse.

Dernière remarque si jamais Paul Cuisset lit ces lignes J je réitère une remarque que j’avais eu la chance de lui faire en personne dans un salon toulousain :

 Je comprends aisément les pourquoi de faire un remake de jeu populaire comme Flashback, pour toutes les raisons pré-citées et l’assurance que son aura rapportera un minimum de ventes. Mais ce que j’aimerais voir en tant que vieux joueur, c’est par exemple une version jouable et correspondant à l’ambition première d’un soft comme Fade to Black. Le jeu sorti à l’époque était bancal et difficilement jouable pour des raisons explicables (manque de moyens, recul technique). Avec les technos d’aujourd’hui il serait possible d’en faire une véritable version de bonne qualité. Je sais, se pose la question du financement pour un jeu qui à la base n’avait pas marché. Je dis ça pour vous et pour Fade to Black mais ça vaut aussi pour beaucoup (beaucoup !!) d’autres jeux qui sont sortis sur des plateformes mal exploitées comme la PS1 à ses débuts et qui mériteraient une refonte complète.

Ce n’est pas grave tant que vous continuez à nous donner des titres qui respirent l’amour que vous portez pour ce média comme vous le faites régulièrement ! Merci à vous.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Tyler Cross
Signaler
Tyler Cross
Fade to Black... cette descente aux enfers, ce jeu était injouable. Préférez Shadow Complex au remaster de Flashblack, j'ai envie de dire ;) Bel article sinon !

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris