The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 13/12/17 à 20h25

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

Genre : Tir à la troisième personne (TPS)

Année de sortie : 2002

Concepteur : Yasuhiro Nightow

Développeur : Red Entertainment, Ikusabune Inc.

Editeur : Red Entertainment, Sega, Activision

Support : PS2

Nombre de joueur : Solo

Région : PAL

 

Petit retour sur le pitch si comme moi vous n'avez pas vu l'animé qui en fait est apparemment sorti après le jeu. Mais comme le jeu est assez cryptique...

De ce que j'ai pu comprendre, Brandon autrement appelé "Behond the grave" est un orphelin qui a appartenu à un syndicat du crime avec son ami Harry. Au cours de leur ascension dans le syndicat, Harry a voulu devenir le chef, Brandon s'y est opposé et s'est fait abattre par Harry. Depuis Brandon est "ressuscité" en grosse machine de guerre avec ces deux flingues monstrueux comme outil de vengeance (les « Cerberus »). Il est maintenu en vie par un scientifique qui garde aussi une petite fille (mais ça je n’ai pas compris, à part que Brandon est lié à sa mère, peut être sa fille).

Le tout se plonge dans un univers étrange, froid où le syndicat gouverne la société. Pas glop donc, plutôt sombre et déprimant.

 

Le jeu commence avec la petite fille qui s'est fait tirer dessus alors qu'elle apporte les Cerberus à Grave pour accomplir la dernière volonté de feu sa mère.

Le scientifique la recueille et Grave (prononcer « Glévio » en VO) part en guerre contre le syndicat pour "en finir une bonne fois pour toutes" comme d'habitude.

Le jeu se présente comme un Third Person Shooter assez classique d'apparence. Mais dès les premières minutes, vous risquez de déjanter complètement si vous êtes habitués aux jeux du genre de la génération PS360. Grave est un camion benne. Il avance au ralenti. On est loin d'un Max Payne qui saute et court dans tous les sens encore plus loin d’un Vanquish. Ici, on est face à un choix de gameplay qui correspond au personnage et qui va faire, à mon avis, tout le sel du jeu.

Grave est un monstre. Il parait indestructible. Les ennemis volent en éclat rapidement. En fait aussi rapidement que vous pouvez marteler la gâchette de vos flingues. Pas question de chercher à se cacher, on y va et on crame tout. Jouissif bien que déroutant, les premiers niveaux ne montrent que peu d'intérêt. Mais au fur et à mesure il va falloir upgrader son game. Anticiper au maximum pour ne pas manger des roquettes dans la tête et bien apprendre les paternes des boss pour s'en sortir. En fait, on se retrouve face à un jeu d'arcade pur et dur.

A tel point qu'on rentre dans une espèce de transe de matraquage de boutons. Le jeu ne se révèle qu’à ce moment-là, quand votre cerveau déconnecte et vos mains enchainent de manière automatique les boutons, dirigé par la partie reptilienne de votre cortex. Il se rapproche alors d’un jeu de rythme dans la manière d'aborder les niveaux. Un flow s’installe et le cliquetis des boutons sur la manette va de pair avec les exploits que vous allez pouvoir faire faire à Grave. Jouissif donc, mais malheureusement bien trop tardif pour que le jeu soit recommandable pour tous.

Parce que si ce côté-là est en partie réussi, il y a bien trop de problèmes pour que ce soit suffisant. Déjà, graphiquement, le jeu est très sombre, peu lisible et peu engageant aujourd'hui. Techniquement c'est totalement à la ramasse, la caméra est ratée, le tout est brouillon.

 

Brouillon oui, c'est ce qui ressort de ce jeu. Comme si c'était une version test pour les prochains. Il va donc falloir que j’aille vérifier rapidement si les suites s’en sortent mieux.

Voir aussi

Jeux : 
GunGrave
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Atred
Signaler
Atred
@Gamer : Ouais je compte faire le 2 et regarder la série animée. Comme tu dis il y a du beau monde sur le projet. Faut que je mate Trigun un jour aussi, ça fait un moment qu'il me tente.
@Fallaise : t'inkiet tu ferras le 2 en même temps que moi :)
fallaise
Signaler
fallaise
Je l'ai fait il y a quelques années, et punaise, c’était vraiment mode gros bourrin: t'avances, tu défourailles tout.
Jeux ultra court, 2h à 3h de jeux grand max. Dommage y avait du potentiel.
Le test me donnerais presque envie de le refaire haha
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees

Haaaaa, ce jeu de l'amour (un autre challenge étant d'essayer d'y jouer en mode "stylé", ou en mode "destruction du décor"... les deux n'étant hélas pas compatibles). :wub:

Le deux corrige certains défauts : trois persos jouables, donc plus de diversité, un jeu plus long, un scénario plus travaillé (et plus explicite). Mais il reste sacrément bordélique et ma foi, c'est aussi un peu pour ça qu'on l'aime.

Quant à l'animé, en effet, il est sorti après les jeux, et il sert de prequel : la moitié de la série est consacrée à la jeunesse de Brandon et d'Harry, leur ascension dans la mafia et leur lent éloignement, puis la seconde moitié adapte en le développant le propos du premier jeu (avec une fin très différente, bien plus satisfaisante).

Pour le reste, sacré staff pour les amateurs de productions nippones : Yasuhiro Nightow (Trigun, Blood Blockade Battlefront) aux designs et au scénar', Kosuke Fujishima (Ha my Goddess, You're Under Arrest) au mecha-design et Tsuneo Imahori (Trigun) aux musiques (l'homme est aussi membre des Seatbelts de Yoko Kanno, à qui on doit notemment la BO de Cowboy Bebop). Si c'est pas le bonheur...

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris