The 47 Org

Par Atred Blog créé le 13/09/13 Mis à jour le 13/12/17 à 20h25

Retard gaming

Ajouter aux favoris
Signaler
Retard Gaming (Jeu vidéo)

Il arrive que l’on oublie des jeux assez rapidement, peut-être trop vite. Dans un marché saturé, les jeux n’ont pas le temps de se faire digérer qu’ils sont déjà remplacés dans les tops de ventes. Nous sommes dans un média qui va vite, qui produit beaucoup et parfois on passe à côté de belles choses.

C’est mon cas sur ce Remember me. Acheté pour le prix d’une pinte récemment, en me souvenant qu’il avait fait un peu de bruit à sa sortie. Je me rappelais aussi qu’il vient de chez Dont Nod, un des studios français les plus talentueux dans la mise en place d’univers. Et puis un jeu français produit par Capcom, c’est quand même la grande classe.

Alors qu’aucune suite ne semble en chantier et qu’il n’apparait pas souvent dans les tops et autres vidéos de « Le jeu qui… » qui foisonnent sur internet, il serait temps d’aller voir ce qu’il vaut vraiment. Quatre ans après sa sortie, est-il toujours le bon jeu avec quelques défauts noté à l’époque ?

Ce qui marque d’emblée en tout cas, c’est que graphiquement, il tient toujours bien la route. Que les rageurs ragent, que les puristes de la technique me foudroient, je n’en démordrai pas, ce jeu est toujours beau aujourd’hui. La direction artistique est excellente et pourrait faire pâlir de jalousie beaucoup de réalisateurs en quête de monde de science fictions originaux. Le travail considérable saute aux yeux.

L’univers est chargé de détails, dans ce Néo Paris plus vrai que nature. Les bas-fonds sont sales, les quartiers huppés puent le fric et les zones traversées ont une ambiance unique et reconnaissable. Dans leur vision d’un monde futur, les artistes et les écrivains n’ont pas fait de concession. Leur concept est abouti et bien réalisé. Ce qui facilite un tout petit peu cette mise en place reste un des gros défauts du titre. Les décors et détails sont beaux et pleins de vie mais ne sont pas interactifs. Ils sont là comme toile de fond, pas vraiment comme élément de narration par le Game Play. L’univers nous immerge mais nous n’avons pas vraiment l’impression qu’il ait une quelconque influence sur la manière de jouer.

Les quelques puzzles simples n’y changeront rien. Si on prend du recul, Remember Me est un beat them all tout ce qu’il y a de plus classique. Classiques donc les couloirs et les arènes qui s’enchainent relativement bien. Quelques phases de grimpe téléguidées sur les immeubles cassent un peu la routine mais n’est pas au niveau des aventures d’un Drake par exemple.

La plus grande partie du plaisir du jeu vient donc des combats et de la manière de paramétrer ses combos. Rapidement, quatre combos sont à disposition avec un nombre de coups défini pour chaque. Vous pouvez remplir ces combos de types de coups (soin, recharge etc…) qui feront la spécificité de vos enchainements. Un concept bien foutu, qui marche correctement mais qui se trouve assez limité. Pourquoi ne pas avoir tout simplement laissé le joueur paramétrer entièrement ses combos, même en nombre de coups ? Mystère. Utiliser un type de coup (appelé ici pressen) dans un combo le bloque pour les autres. Là aussi, ce n’est pas très cohérent. En quoi un coup ne pourrait pas être mis dans un enchainement X et Y ? Ce ne sont pas des objets mais des aptitudes !

Bref un system relativement sympa mais un peu limité, heureusement il y a des coups spéciaux que l’on débloque au fur et à la mesure de l’intrigue et les combats prennent une tournure un peu plus stratégique que le simple bourrinage de bouton en cadence. Les ennemis ont des caractéristiques spécifiques et c’est au joueur de mettre en place les stratégies pour les contrer. Le tout se joue bien dans tous les cas. La répétitivité se ressent à partir des trois quarts du jeu ce qui est pour un BTA plutôt acceptable.

On continue le jeu jusqu’au bout pour avoir le fin mot de l’histoire, car une des forces de Remember Me est bien dans son ambiance, son monde et son scénario.

On débute le récit en prenant en main Nilin, une terroriste qui vient de se faire laver le cerveau. Comme vous le savez surement déjà, le jeu nous projette dans un Paris futuriste où une entreprise semble gouverner à peu près tous les aspects de la société. La société Memorize, spécialisée dans la mémoire, qui a réussi à faire accepter à l’humanité la nécessité de sauvegarder ses mémoires de manière durable. Ils ont donc accès aux cerveaux des gens par le Sensen, un espèce d’appareil placé derrière la tête qui marche à la fois comme relais vers Memorize et comme interface de réalité augmentée pour les utilisateurs. La face sombre, non connue ou en tout cas ignorée du grand public est votre point de démarrage. Cette entreprise à cause de ses expérimentations fabrique des mutants, ceux qui n’ont pas résisté aux tests ou ont développé des capacités étranges et surhumaines à cause des sensens. Ils sont rejetés dans les bas-fonds ou exterminés. Loin de se limiter à cela, la société vend aussi un service utile à tout un chacun, l’effacement de souvenirs douloureux, comme dans le fabuleux « Eternal Sunshine of the spotlessmind ».

Notre héroïne quant à elle est une terroriste de la mémoire, à la capacité hors norme de pénétrer dans les souvenirs des gens pour les modifier. Elle y crée donc des erreurs et fait partie du groupe des « Erroristes » (terroriste de la mémoire).

Amnésique, elle ne se souvient que de son prénom : Nilin. Contactée dès son réveil pour éviter la chaise électrique par Edge (le chef du groupe erroriste), elle lui parlera et se fera guider tout au long du jeu par l’intermédiaire de son Sensen. L’aventure se structure de manière classique sur le modèle de la courbe asymptote de l’oubli. L’héroïne est constamment proche de la vérité, toute proche mais ne l’attend vraiment jamais, jusqu’à chaque n½ud narratif, ça reste un jeu il faut bien que ça avance.

Nilin gravira alors les différentes étapes de la pyramide de la mémoire en commençant par réapprendre à courir et se battre (la mémoire physique) et en finissant par se rappeler les instants de sa vie passée (Mémoire épisodique).

#Wikipédia

Ce concept de modification de mémoire fait entrer dans le Game Play les phases surement les plus intéressantes bien que peu nombreuses. Il s’agit de puzzles narratifs ou votre personnage s’introduit dans le souvenir d’une personne pour le modifier. Concrètement, une scène se déroule une première fois comme le souvenir actuel de la personne. Une fois finie, vous pouvez le rembobiner et interagir avec des éléments déterminés pour changer (remixer) son souvenir et lui donner une fin différente. Le tout marche plutôt bien, mais on ne peut s’empêcher de penser que le jeu aurait gagné à plus développer cette mécanique.

Le monde et le scénario ne s’arrête pas là dans la comparaison et le parallèle avec la mémoire puisque que le groupuscule auquel vous appartenez a bien entendu comme but de rendre hors service la société Memorize et tous les Sensens équipés aux individus. Sa toile de fond est basée sur la dichotomie entre les univers aseptisés des riches heureux et les bas-fonds dégueulasses de la plèbe. Le monde dans lequel on évolue met donc en exergue ce que le nettoyage des mémoires individuelles a comme impact sur la mémoire collective et de ses problématiques générales.

Une aventure intéressante donc à plus d’un titre avec un propos fort pour qui ne se limite pas à faire la bagarre. Encore faut-il s’y intéresser par soi-même un minimum en lisant ça et là les choses qui trainent ou en prenant le temps de regarder les décors, tant le jeu n’insiste pas vraiment sur les annexes. Dommage donc, mais préférable à du forcing de concept comme ça peut être le cas parfois.

Reste enfin la couverture musicale qui est de bonne, voire très bonne qualité.

Le jeu est donc encore aujourd’hui une expérience qui vaut le coup. Pas besoin d’attendre un potentiel remaster qui n’apporterait pas grand chose pour s’y essayer. Les univers aussi riches et beaux ne sont pas légion, c’est ça aussi la french touch dans le JV.

Voir aussi

Jeux : 
Remember Me
Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Commentaires

Hawkmoon
Signaler
Hawkmoon
Très bon article ! bah, ça me donne juste envie de le réinstaller :)
Atred
Signaler
Atred
@Sseb22 Effectivement une partie sur la musique est manquante, mais tu as tout dis dans ton commentaire :) Merci à toi!
mercobenz13
Signaler
mercobenz13
Un très bon souvenir que ce jeu! (Sans mauvais jeu de mot bien sûr...;) )
bernie_twin
Signaler
bernie_twin
J ai beaucoup aimé ce jeu. Il a soufert a l époque de son aspect couloir. Dommage il méritais un plus grans succes
GazetteSDF
Signaler
GazetteSDF
Je viens de m'y lancer ce WE :)
sseb22
Signaler
sseb22
Une seule ligne sur la musique, je suis déception ! :)
Elle est composée par Olivier Derivière et mixe des glitchs audio avec la musique classique et c'est tout à fait adapté au jeu. De plus, elle est dynamique voire interactive avec les actions du joueur (notamment lorsque le joueur réussit des combos de plus en plus longs)
EulDave
Signaler
EulDave
Ce jeu est vraiment réussi avec un bon scénario, mais je crois que son gameplay difficile à appréhender a dû rebuter le grand public.
hello_my_name_is_cookie
Signaler
hello_my_name_is_cookie
Je crois que le principal problème du jeu c'est d'être sorti dans la même période que The Last of us
Synm
Signaler
Synm
Pour l'avoir fait c'est un petit bijou! et j'y ai passé de super moment dessus!! non vraiment j'aurais aimé une suite plus aboutie. Car il mérite une suite!! il est d'ailleurs toujours dans ma collection et il le restera !
Fenrile
Signaler
Fenrile
Faut savoir que ce jeux a plus ou moins ete saquer car a l'epoque il repondait pas a la mode qui disait que tout ce qui n'etait pas monde ouvert etait de la merde.
sasukgan
Signaler
sasukgan
J'espère qu'il passera en retrocompatible sur one, j'ai hâte de m'y replonger
Sebastopol
Signaler
Sebastopol
J'ai adoré ce jeu! Une narration & une ambiance excellente dans ce néo-Paris...
Une Grande envie de découvrir un possible n°2! Merci Dontnod...
Chucky18
Signaler
Chucky18
Moi aussi j'avais bien aimé, Dontnod sont vraiment très fort en DA. Excellent jeu à trouver en promo chez steam. La version pc bénéficie du 1080p 60 ips, le jeu est très beau.
Zer01neDev
Signaler
Zer01neDev
Le vrai défaut de ce jeu c'est le système de combo totalement inutile.
Un jeu d'Action Aventure simple avec une bonne narration pas besoin de plus.
koforever
Signaler
koforever
J avais bien aime quand je l ai fais ..
Gloumouf
Signaler
Gloumouf
Le gameplay m'a tellement rebuté que j'ai abandonné. A mon grand regret car j'adore l'univers, l'histoire etc :/

Édito

Après plus ou moins 5 ans d’existence il était temps de changer un peu l’édito :

47 pour ceux qui se demandent, n’a rien à voir avec le département, l’agent d’Hitman ou les rônins vengeurs. Non, le 47 c’est un lieu, une histoire commune à trois personnes qui partagent certaines passions et surtout les mêmes valeurs.

Le 47 c’est pour les enfants des années 80 et leurs successeurs, qui ont grandi avec une manette sous les pouces, un livre sur la table de chevet et un amour pour la culture en général. Vous continuerez à trouver ici du jeu, du livre, des billets d’humeur, des questions existentielles, des sessions cash et vide grenier, de la customisation…

L’équipe récurrente du blog n’est pas composée d’une seule entité schizophrène qui parle à la troisième personne, même si l’Ours écrit 90% des posts, il est accompagné par des gens qui participent régulièrement ou exceptionnellement.

Les trois membres fondateurs du 47 sont donc : L’Ours qui squatte au pied des Pyrénées, La Panthère qui sillonne la France à moto, Le Faucon qui vole en cercle au-dessus de la capitale.

Il y a comme renfort à forte participation et contribution : Benja « Alley-oop » Pivot, qui corrige tout ce que vous lisez (donc s’il y a des fautes c’est qu’on a oublié de lui faire lire un article).

Celui que vous allez voir passer assez régulièrement cette année : Swiss l’homme qui soude plus vite et plus propre que tous les YouTubeurs qu’on a vu jusqu’à maintenant mais qui n’aime pas être filmé.

On espère – et j’espère le convaincre quand il lira ces lignes dans son flux RSS – Sylvain l’homme-code qui pourrait écrire des critiques de livre, jeux et vous proposer de tester ses propres jeux (vas-y t’es obligé maintenant !).

Et puis plein de gens de passage qui donnent à un moment ou un autre un coup de main, en allant aux vides-greniers avec nous, en nous offrant des jeux, en nous posant des questions qui nous permettent de réfléchir à des articles etc.

Bonne lecture des articles de cette année, j’espère que vous apprécierez le contenu qu’on vous proposera.

Archives

Favoris